Navigation – Plan du site
À propos de livres

Montigny Gilles, Maurice Halbwachs. Vie, œuvres, concepts

Paris, Ellipses, 2005, 96 p.
Gilles Ferréol
p. 180

Texte intégral

1Maurice Halbwachs, rappelle d’emblée Gilles Montigny, a été l’une des figures les plus marquantes de la sociologie française de la première moitié du XXe siècle. Durkhei­mien hétérodoxe, il a laissé une œuvre imposante, abordant dans ses nombreux écrits une grande variété de thèmes, qu’il s’agisse des comportements suicidogènes, des con­sommations ouvrières, de la vie urbaine ou de la stratification sociale, et faisant connaî­tre dans l’Hexagone les travaux de Sombart, Veblen, Park, Burgess ou Keynes.

2 Après avoir été longtemps victime d’un quasi-oubli, Halbwachs fait à présent l’objet d’une redécouverte, ainsi qu’en témoigne la publication d’actes de colloques, de numé­ros thématiques ou de biographies. La contribution qui nous est ici proposée se veut à la fois « introductive », « accessible » et « synthétique » (p.4).

3 Sont tout d’abord retracées avec minutie les principales étapes ayant jalonné la car­rière universitaire de ce germanophile convaincu, agrégé de philosophie et col­laborateur actif à L’Année sociologique, de son entrée à l’École normale supérieure en 1898 à son élection au Collège de France quelques mois avant sa déportation au camp de Buchen­wald où il décédera tragiquement le 16 mars 1945.

4 Un second moment, plus analytique, fait découvrir au lecteur les différentes facettes d’une pensée profondément originale considérant les faits sociaux dans toutes leur éten­due et diversité. Sont alors examinés avec attention la question des tracés de voies, des expropriations et du prix des terrains dans l’agglomération parisienne, la probléma­tique de la définition et de l’évolution des besoins, la critique de la théorie de l’« homme mo­yen » élaborée par Adolphe Quetelet dans un essai publié en 1835, l’ap­port du lan­gage, de l’expérience et de l’espace-temps comme « cadres de la mémoire » (celle-ci, plus qu’une « reconstitution », étant une « reconstruction » de souvenirs s’ac­cordant avec les idées et les préoccupations du contexte ambiant, p. 41), les causes du suicide ou bien encore les déterminants et les caractéristiques de la psychologie collective.

5 Une troisième et dernière partie opte pour une approche plus conceptuelle et se fo­calise sur deux vocables clés : ceux de morphologie (dont l’influence n’est « ni directe, ni mécanique », p. 54) et de classe (privilégiant, autour d’un « foyer central », une vision non pas « pyramidale et verticale » de la société, mais « étalée et horizontale », p. 65).

6 Une conclusion bien charpentée, suivie d’un tableau chronologique, d’un glossaire spécifique et d’une bibliographie sélective, enrichit la discussion. Un petit livre, au to­tal, bien argumenté, très dense et qui met en lumière un riche héritage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Montigny Gilles, Maurice Halbwachs. Vie, œuvres, concepts », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 180.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Montigny Gilles, Maurice Halbwachs. Vie, œuvres, concepts », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/632

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Poitiers, LARESCO-ICOTEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals