Navigation – Plan du site
À propos de livres

Piette Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire

Paris, Economica, Coll. Études sociologiques, 2003, 115 p.
Pierre Van Overbeke
p. 181-182

Texte intégral

  • 1  Voir ses précédents travaux, L’ethnographie de l’action, Paris, Métailié, 1996 et La Religion de p (...)

1Poursuivant son examen de l’activité religieuse « en train de se faire », l’A. propose ici un bilan théorique de son approche ethnologique 1 en même temps qu’une épisté­mologie qui vise à renouveler son domaine de recherche. Fait inhabituel, cet essai est suivi d’un com­mentaire intitulé La théorie en contexte. Abandonnant le nous pour le je, l’A. y jette, un peu sur le mode des confessions, un regard intro- et rétrospectif sur son itinéraire intellectuel. Cette mise en abyme constitue somme toute l’aboutissement lo­gique de la démarche scientifique de l’A., toujours soucieux de distinguer entre l’objet de l’étude et le produit de celle-ci. (qu’on se rappelle par exemple l’alternance originale, dans son ouvrage précédent, de descriptions ethnographiques - écrites en italiques - et d’analyses à visée théorique). Cette fois, c’est l’ethnologue qui est à pro­prement parler le sujet de son étude : à l’essai constitué de cinq chapitres succède ce commen­taire destiné non pas à construire un méta-discours, mais au contraire - comme le si­gnale à nouveau le choix des italiques - à fournir au lecteur les données qui lui permet­tent de « se demander qui est l’auteur pour que le fait religieux lui ap­paraisse comme tel » (p.108).

2 On conseillera donc de commencer cet ouvrage par la fin. D’aucuns estimeront peut-être que cette fin aurait pu suffire. L’ambition théorique de l’essai empêchait tou­tefois que le commentaire se substitue à l’exposé, ou même le précède. Celui-ci pro­pose en effet une véritable architecture conceptuelle du fait religieux nourrie d’une ample érudi­tion. L’aisance avec laquelle l’A. emprunte des concepts, pour les com­parer, à des dis­ciplines aussi variées que la sociologie, l’analyse littéraire, la sémio­tique, l’histoire de l’art, les études théâtrales, l’anthropologie des sciences, etc., donne parfois, avouons-le, un peu le vertige. Elle tend, ici ou là, à distraire le lecteur de l’es­sentiel : l’approche du fait religieux. Celle-ci s’articule en cinq modules.

3 Dans un premier chapitre intitulé “Ordinaire”, l’A. prône un regard décalé sur le phénomène religieux. À l’encontre d’une certaine sociologie/ethnologie des religions faisant la part large à l’étude des processus macrosociaux et des terrains exotiques, il. veut s’intéresser à la dimension ordinaire du religieux, en l’occurrence le culte clas­sique dans le catholicisme français (plutôt que la sorcellerie, les pèlerinages, etc.) et, à l’inté­rieur du culte classique, ce qu’il nomme le mode mineur de la religion : les acti­vités ano­dines ou secondaires, les coulisses, les moments vides, etc. Ce décalage s’ac­compagne d’une volonté de se restreindre à un mode minimaliste de l’interprétation so­ciologique qui implique deux mo­ments : d’une part la déconstruction de certaines caté­gories pré­gnantes (l’émotion dur­kheimienne [p.3], le symbole comme métalangage re­celant le sens caché des choses [p.4-5], la théorie holiste-fonctionnaliste définissant la culture comme objet homogène, comme totalité existant en dehors des individus [p.5-6]) ; d’autre part une critique de la surinterprétation (cf. Paul Veyne).

4 Le cadre rituel est ensuite défini comme fiction (chap.2). La lecture du rituel que l’A. préconise repose « sur la non-coïncidence des ordres signifié et signifiant » (p.20). Comme le jeu (tel que défini par G. Bateson), le rituel produit une zone d’entre-deux où ce qui est dit ou fait ne peut être pris littéralement. Cette dimension ludique du rituel permet la superposition de registres dont les participants acceptent d’oublier momen­tanément qu’ils sont autrement paradoxaux. Plus exactement, l’A. décompose le rituel en deux séries en décalage l’une par rapport à l’autre : 1°) le rituel idéal (centre d’intérêt privilégié des recherches structuralistes) inséré dans 2°) un rituel secondaire, ce dernier offrant un « écart potentiel par rapport à la séquence linéaire du rite idéal […] [et] per­mettant une certaine libération du signifiant rituel vis-à-vis du référentiel signifié » (p.29). Il envisage ainsi plusieurs figures de style dites « figures rituelles » propres à dé­crire le rapport entre les deux séries (par ex. l’amplification, la contra­diction, etc.) qu’il applique au carnaval, au match de football et à la messe. Le phé­nomène religieux impli­que toutefois des questions spécifiques abordées dans les troisième (“Présence”) et qua­trième (“Croyance”) chapitres.

5 La première de ces deux questions amène à un constat : « Faire de la présence de Dieu un objet ethnographique est un défi » (p.37). Contre « l’athéisme méthodologique classiquement pratiqué en sociologie des religions », l’A. se revendique d’un théisme méthodologique lui permettant d’appréhender l’individu croyant comme autre chose qu’un « “idiot” manipulé, halluciné, illusionné par des forces chimériques ». Il préfère accorder un statut de présence interactionnelle aux entités invisibles convoquées dans la situation, au même titre qu’un destinataire téléphonique d’une personne obser­vée en train de téléphoner. S’inspirant des travaux de B. Latour sur l’opération scienti­fique, l’A. pousse assez loin sa comparaison de la religion et de la science en train de se faire. Fidèle à ses principes de départ, il entend contourner la conceptualisation théolo­gique déjà fixée pour se concentrer plutôt sur les énoncés, les controverses, les négocia­tions, la gestion du référent invisible observés au quotidien. Il constate ainsi la cons­truction d’une « véritable grammaire de la présentification de Dieu » (p.44), comparable à l’utilisation de représentants par la science pour décrire la nature. Le croyant utilise des médiations pour accéder à la divinité (par ex. l’hostie). Comme en science, l’objet construit acquiert une certaine autonomie, effaçant les traces de sa construction, et existe lui-même comme nouvel agent capable d’influer sur l’activité scientifique. Le mode de présence de Dieu dans la vie du croyant, dans la liturgie, est donc forcément ambigu : il s’agit d’une présence souhaitée, mais en même temps déjà là, dans les objets sacrés, dans l’hostie, à travers les lectures bibliques : « objectivé ici, exemplifié là, tantôt trace, tantôt représentation, il oscille entre plusieurs modes d’existence » (p.53). Et de poursuivre la comparaison entre un réseau scientifique travaillant à la construction de l’objet et le réseau religieux travaillant à la définition des médiations (cf. La religion de près : débat infini sur la légitimité des médiations, remise en question, jeu de négations).

6 L’analyse de la croyance (chap.4) s’articule autour du même paradigme, celui du flou cognitif. Les énoncés de croyance sont définis comme des représentations semi-propo­sitionnelles, c’est-à-dire « qui ne vont pas jusqu’au bout de la logique propo­sitionnelle par laquelle une représentation identifie “une proposition et une seule” (D. Sperber) ». Cet entre-deux mental où flottent des croyances non vraiment assumées (p.59) consti­tue la trame sur laquelle l’A. construit une typologie des actes de croire (présence in­time, vision directe, lien à une émotion, etc.) et une typologie des moda­lités de « bascu­lement » entre un état de croyance et un état de non-croyance (coupure, léthargie, iro­nie/scepticisme, etc.).

7 L’A. conclut logiquement ce parcours par un chapitre intitulé “Entre-deux”. Cette notion clé, suggérée à l’A. par la lecture de G. Bateson, marque profondément l’essai (tout comme les références à cet auteur qui parsèment l’ensemble de l’ouvrage). On la retrouve jusque dans la forme de l’ouvrage. En effet, en produisant lui-même un com­mentaire de son étude, l’A. ne conduit-il pas son lecteur dans un entre-deux herméneu­tique ?

Haut de page

Notes

1  Voir ses précédents travaux, L’ethnographie de l’action, Paris, Métailié, 1996 et La Religion de près, Paris, Métailié, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Van Overbeke, « Piette Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 181-182.

Référence électronique

Pierre Van Overbeke, « Piette Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/633

Haut de page

Auteur

Pierre Van Overbeke

UCL, Faculté de théologie et de droit canonique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals