Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Grands domaines et notions clés de la sociologie

Régis Malige
p. 132-134
Référence(s) :

Ferréol Gilles, Grands domaines et notions clés de la sociologie. Analyses et textes, Paris, Armand Colin, Coll. Cursus Sociologie, 2010, 221p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Gilles Ferréol ravira les adeptes de la synthèse pédagogique à la recherche d’une écriture claire et approfondie dans la présentation des thématiques classiques de la sociologie. De nombreux utilitaires (notions clés, rappels de cours, encadrés, choix de textes illustrant adéquatement tel ou tel pan de l’argumentation, bibliographie…) éclairent les problématiques essentielles et pointent du doigt quelques controverses, débats et questionnements actuels. Tout étudiant désireux de s’aventurer dans la découverte du social trouvera dans cette contribution, qui ne se fait le porte-parole d’aucune “chapelle”, un exposé à la fois vivant, pluraliste et rigoureux du vocabulaire de la discipline, des méthodes utilisées et des principaux cadres d’analyse.

2Le premier chapitre (sept au total) renvoie à la construction et à la validité de la sociologie à travers deux axes principaux : d’un côté, les fondements épistémologiques permettant de situer la recherche scientifique et de conceptualiser la “réalité” des phénomènes sociaux (paradigmes, grilles de lecture, grands auteurs) ; de l’autre, la prise en compte de nombreux éléments de méthodologie (enquêtes, quantification, traitement de l’information, objectivation des connaissances, approches explicative et compréhensive…). Le processus de socialisation, abordé dans les deux chapitres suivants, met tout d’abord l’accent sur la dialectique famille/société. Dans ce contexte, l’appren­tissage et l’intériorisation des normes et des conduites occupent une place prépondérante dans la construction identitaire. La cellule familiale, quant à elle, soumise à divers aléas (évolution des mœurs et du cadre législatif, modification de l’appareil productif), est confrontée à des phénomènes de déstructuration.

3Toutefois, sa capacité d’adaptation et l’adoption de nouvelles régulations permettent de sauvegarder l’équilibre institutionnel. La sociologie de l’éducation apporte une pierre à l’édifice. Si les travaux empiriques sur l’enseignement de masse, par exemple, soulèvent l’épineux problème des disparités et de l’échec scolaire, l’intérêt de tels développements est d’aller plus loin et de proposer d’autres thématiques. Songeons au rôle de l’enseignant, au contenu des savoirs, aux politiques éducatives, à l’absentéisme, aux violences et incivilités ou encore au décrochage… En outre, la relation entre le domaine culturel et les styles de vie met en lumière d’autres pistes de réflexion, notamment les types de sociabilité, l’impact des mass media, la création artistique ou les quotidiennetés.

4Mais le livre de Gilles Ferréol ne se résume pas au simple énoncé de discours ou d’interrogations contemporaines. La clarification sémantique est présente tout au long de l’ouvrage et, en particulier, dans le chapitre quatre ayant trait aux hiérarchisations et aux phénomènes de mobilité. Sont ainsi rappelées les notions de castes, ordres, classes, statut, profession, sans négliger la construction de nomenclatures, dont celle des PCS, autant de concepts ou d’outils devenant de puissants pôles d’attraction. La stratification et les inégalités sont également appréhendées suivant différentes grilles en référence à l’exploitation et à la domination (Marx), selon l’optique du contrat social ou de la marche vers “l’égalité des conditions” (Rousseau, Tocqueville) ou bien encore en incluant les composantes politique et statutaire (Weber).

5La rédaction du cinquième chapitre oriente la lecture vers l’étude de l’environnement socio-économique. La théorie wébérienne de la bureaucratie, la critique du taylorisme, l’approche stratégique introduisant le comportement et le “jeu” des acteurs, les problèmes de qualification et de formation de la main-d’œuvre, la désyndicalisation, l’esprit d’entreprise ou encore la gestion des ressources humaines sont autant de dimensions permettant de présenter la sociologie du travail et des organisations dans sa diversité et sa cohérence. Des analyses plus récentes, axées sur des “logiques d’action” et des “réseaux”, des “conventions” et des “arrangements”, des “mondes” et des “cités”, confirment le rôle de premier plan des configurations au sein des systèmes productifs.

6Les phénomènes de mobilisation, d’action collective et de changement nous font entrer de plain-pied dans la dynamique des rapports sociaux. Dans ce contexte, les mécanismes de régulation (loi, règlement, compromis, négociation) demeurent essentiels. Les processus d’intégration, rattachés à la problématique du lien social, sont abordés dans le dernier chapitre et font l’objet de plusieurs théorisations : approche en termes de solidarité dans la tradition durkheimienne ; dimensions culturelle, normative, communicative ou fonctionnelle (Parsons) ; vision pragmatique de l’“écologie urbaine” pour les auteurs de l’École de Chicago. Enfin, le concept sous-jacent de citoyenneté, donne lieu à de nombreux débats parmi lesquels la reconnaissance des particularismes, le relativisme culturel, l’identité nationale ou l’altérité.

7Cette contribution, riche, éclairante, très accessible et bien structurée, s’ouvre sur d’autres champs disciplinaires (économie, anthropologie, démographie, science politique) et fait le tour des connaissances relatives aux questions inspirant fréquemment les sujets d’examens ou de concours. Elle constitue donc un excellent marchepied pour l’étudiant ou le simple citoyen et une référence incontournable même pour ceux ayant déjà une certaine idée de l’objet qui occupe le sociologue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Grands domaines et notions clés de la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 132-134.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Grands domaines et notions clés de la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/684

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals