Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles (Dir.), Tourisme et patrimoine

Régis Malige
p. 134-135
Référence(s) :

Ferréol Gilles (Dir.), Tourisme et patrimoine, Bruxelles, InterCommunications/EME, coll. Proximités-Sociologie, 2010, 298p.

Texte intégral

1Le développement de l’activité touristique constitue un excellent vecteur de découverte et de valorisation d’éléments patrimoniaux. La profusion de littérature sur le sujet, le rôle capital des médias et le succès des manifestations officielles expliquent largement l’intérêt croissant du public pour les monuments, les savoir-faire, les traditions ou les festivités. Témoin d’échanges fructueux entre enseignants-chercheurs, docteurs ou doctorants, professionnels, responsables associatifs et élus locaux, l’ouvrage, issu d’un colloque pluridisciplinaire organisé en Poitou-Charentes, à Confolens, du 4 au 6 mars 2010 et placé sous la direction de Gilles Ferréol, rassemble dix-neuf contributions réunies en deux parties.

2En ouverture, quelques points de repère et de problématisation sont exposés. Michel Valière, sur la base d’une étude de sites finement choisis, montre que la patrimonialisation résulte d’un construit, intégrant notamment le poids du passé et l’environnement, et qu’il importe de rechercher dans ces “patrimonialités” toute forme de compréhension ou de spiritualité. Les objets les plus familiers de notre quotidien, touchant au domaine de l’intime et dotés de valeur purement affective, participent à la création de sens, explique Laurent Sébastien Fournier, de sorte que ce “petit patrimoine” possède un pouvoir d’évocation et de construction identitaire, substituant l’être à l’avoir. Les missions de l’Inventaire général (recensement, expertise, analyses de projets…), poursuit Sonia Servant, jouent un rôle de premier plan et apparaissent comme un instrument essentiel de développement culturel des territoires, d’aide à la décision publique et de décentralisation.

3L’essor du roman populaire depuis des décennies permet de souligner l’importance de sa mission de gardien et de véhicule du patrimoine narratif et de discerner, à travers l’analyse du mythe du Golem menée par Brigitte Munier, l’existence d’aires culturelles fort vastes, capables de bousculer l’uniformisation créée par la littérature de masse. La prise en compte du risque et du principe de précaution qui lui est associé, Yves Dupont a raison d’y insister, ne peut être négligée notamment dans nos sociétés modernes mais vulnérables, rongées par l’incertitude, la peur et l’insécurité. L’intégration de la dimension immatérielle (pratiques, représentations, savoir-faire, oralités…) apporte un nouvel éclairage. Le cas concret des populations tsiganes et le phénomène lié de catégorisation et de stigmatisation, développés par Anne-Marie Mamontoff, illustrent bien ce désir profond de reconnaissance du droit à la différence qui devrait permettre, grâce à l’UNESCO, la sauvegarde de l’identité et des spécificités culturelles de ces minorités. L’aménagement de sites archéologiques ou la construction de musées et leur fréquentation contribuent à valoriser le patrimoine antique et peuvent donner lieu, comme le fait valoir Véronique Dujardin, à des retombées économiques ou en termes d’image locale. Toutefois, la diversification de l’offre apparaît plus que jamais essentielle dans la recherche d’un développement touristique croissant. Enfin, l’histoire vivante, notamment médiévale, répond à ce souci de conservation et de partage d’un “savoir acquis”, mais souffre d’une médiatisation trop peu présente en raison d’une méconnaissance de ce type de loisir (Audrey Tuaillon-Demésy).

4Des études de terrain structurent la deuxième partie du livre. La présentation du Marais poitevin, que nous donne tout d’abord Daniel Bourdu, met en avant le côté pittoresque et riche des lieux, les actions publiques conciliant protection des paysages et accueil des visiteurs, tout en évoluant vers une forme d’écotourisme responsable. Karen Julien, prenant l’exemple des étangs de la Brenne, pointe du doigt les rivalités parfois tenaces concernant l’accès et la gestion des ressources disponibles, Céline Deveza et Laëtitia Copin-Merlet dévoilent le processus de création de territoires labellisés dans le Confolentais ou l’Angoumois, tandis qu’Henri Donzaud évoque la tentative de patrimonialisation des “paysages ordinaires” dans le Sud-Vienne. Les sculptures du “Jardin de Gabriel” à Nantillé (Charente-Maritime) revivent sous la plume de Fabrice Bonnifait. Le lecteur mesure l’audience, l’émotion, la reconnaissance touristique et “l’artification” de ce site à fort contenu communicatif. Dans un autre registre, l’activité de tannage, importante sur la commune de Lavausseau (Vienne), donne l’occasion à Catherine Durepaire d’exposer le projet “Cité du cuir” et de s’interroger sur ses conséquences en termes de fréquentation touristique et de dynamique locale.

5Après le Poitou-Charentes, déplaçons-nous en Franche-Comté pour découvrir, avec Christian Vivier et Jean-Nicolas Renaud, les mutations culturelles des canotiers au tournant des XIXe et XXe siècles à Besançon ou pour suivre, grâce à Christophe Hanus, l’extraordinaire manifestation de la Transjurassienne, « irremplaçable poule aux œufs d’or » de la région. Plus au Sud, dans l’étang de Thau en Languedoc, Pierre Sécolier nous emmène à la rencontre des professionnels de la lagune et montre que l’agritourisme peut constituer un outil essentiel de valorisation du patrimoine gastronomique.

6Les deux dernières communications entraînent le lecteur dans l’hémisphère sud. La pratique de l’écotourisme à Madagascar, outil de valorisation de la biodiversité, peut avoir des effets négatifs, voire pervers, sur les populations autochtones, rapportent Jean-Claude et Noëline Ramandimbiarison, les risques de mendicité, de prostitution ou de trafics de drogue n’étant pas à écarter. Enfin, Julie Peghini fait état des insuffisances ou des erreurs des orientations mauriciennes oubliant les problèmes sociaux et servant davantage les intérêts d’une forme de tourisme ludique et commerciale.

7Cette nouvelle publication dans la collection “Proximités-Sociologie” offre, on le voit, des analyses éclairantes, riches et originales. Au final, un excellent recueil porté par des auteurs fortement impliqués et de talent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles (Dir.), Tourisme et patrimoine », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 134-135.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles (Dir.), Tourisme et patrimoine », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/685

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals