Navigation – Plan du site
À propos de livres

Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (Ed.), Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses

Bruxelles, De Boeck, Raisons éducatives, 2011, 231p.
Bernard Delvaux
p. 165-167
Référence(s) :

Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (Ed.), Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses, Bruxelles, De Boeck, Raisons éducatives, 2011, 231p.

Texte intégral

1 «L’évaluation est aujourd’hui le mode privilégié de pilotage des politiques éducati­ves dans la plupart des pays». Cette première phrase de la 4ème de couverture est quel­que peu péremptoire car si, de fait, on constate «le succès – auprès des décideurs politiques comme du public – des comparaisons internationales PISA, des palmarès d’éta­blissements scolaires ou encore des classements internationaux des universités», peut-on pour autant affirmer que «chacun doit rendre compte des résultats de son action en rapport avec des objectifs fixés» ? De tels raccourcis, sans doute imputables à la straté­gie de marketing éditorial, ne doivent cependant pas nous amener à conclure que les instruments d’évaluation quantitatifs ne méritent pas une analyse, ou plutôt un ensem­ble d’analyses puisque cet ouvrage collectif réunit dix articles, presque tous co-signés par au moins deux des dix-huit auteurs qui prêtent leur concours à l’étude de ces nouveaux instruments de gouvernance, dont l’emprise est effectivement croissante.

2Si la majorité de ces auteurs sont des sociologues – ce qui justifie la présente recension –, d’autres sont issus des sciences de l’éducation et de l’économie. Certains arti­cles mêlent d’ailleurs deux disciplines, avec parfois un résultat mitigé, comme dans l’article introductif signé par les deux éditeurs, qui se sont répartis visiblement les paragraphes sans vraiment arriver à les relier par un fil rouge convaincant. En plus d’être interdisciplinaire, l’ouvrage se veut international. Aux forts contingents des chercheurs suisses et français, viennent en effet s’ajouter des auteurs belges et canadiens. Ils ont en commun d’être francophones.

3Le livre dont il est ici question prend donc comme objet les dispositifs d’évaluation dans le champ de l’enseignement (et non, comme le laisse croire le titre, dans le champ plus large de l’éducation que l’on réduit trop souvent à l’enseignement) : un objet cer­tes assez récent mais actuellement “à la mode”. Dans cette production thématique croissante, la spécificité de l’ouvrage est non seulement d’être francophone et interdisciplinaire mais aussi de vouloir «dépasser les clivages trop simplistes entre “partisans” et “opposants”» (p.23) de ces instruments.

4Les éditeurs de l’ouvrage renvoient dos à dos ces deux “camps”, le premier considérant naïvement que «toute évaluation est le reflet fidèle de la réalité qu’elle est censée mesurer» et les seconds jugeant que «les résultats de l’éducation échappent en grande partie au mesurable et que seuls les professionnels sont légitimes pour juger d’autres professionnels “en interne”» (p.23). Leur propos consiste donc moins à évaluer la pertinence de tels instruments de régulation qu’à observer empiriquement comment divers types d’acteurs se les approprient, en font usage et voient éventuellement leurs conceptions et pratiques de l’éducation évoluer du fait de cette “confrontation” aux instruments. Au final, de telles analyses, si elles ne prennent pas parti, participent clairement, comme elles le revendiquent, au «nécessaire désenchantement du “gouvernement par les nombres”» (p.28).

5L’ouvrage comporte de fait d’intéressantes études qui permettent de mieux comprendre d’importants processus. Tantôt, comme dans l’article des sociologues louvanistes Mangez et Maroy, il s’agit de comprendre comment s’implante progressivement – et de manière nécessairement hybride – un nouveau paradigme de pilotage et d’éva­luation de l’éducation dans un contexte particulier – ici la Belgique francophone. Tantôt, il s’agit de voir ce que les politiques font des résultats d’évaluations en mettant en exergue des usages beaucoup plus limités que ce que laisse entendre la rhétorique répandue (article de Mons et Crahay consacré à l’usage des évaluations standardisées des élèves dans divers pays de l’OCDE), voire des usages inattendus (article de Bressoux et Lima montrant comment la politique française à propos de la taille des classes, prétendument fondée sur des résultats de recherche, contrevient de fait à ces résultats). Mais la plupart des articles s’intéressent aux organisations locales que sont les écoles et aux chefs d’établissements.

6L’intérêt pour cet objet se justifie pleinement car, comme le soulignent Mons et Crahay, les évaluations quantitatives développées dans le champ de l’enseignement servent surtout «à déporter les responsabilités de l’action publique du niveau central vers le local, qui devient ainsi l’objet et l’acteur privilégié de cette évaluation» (p.94). Les sociologues français Paradeise et Thoenig s’intéres­sent ainsi à l’impact des palmarès internationaux sur les universités, montrant en quoi le type d’attention que portent ces universités aux deux dimensions de la qualité coïn­cide – pour l’essentiel – à un mode particulier d’organisation. Barrère, autre sociolo­gue française ayant mené une étude ethnographique dans les écoles, montre comment les directions s’approprient les instruments d’évaluation pour poursuivre leurs buts propres. Quant à l’étude canadienne de Cattonar et Lessard, elle souligne que ces dispositifs d’évaluation renforcent le rôle des directions et transforment leur métier tant au plan quantitatif que qualitatif et subjectif.

7On le voit : les auteurs n’ont de cesse de souligner à la fois le décalage entre rhétorique et usage effectif, tout comme le fait que l’appropriation et l’impact de tels instru­ments sont partiellement dépendants du contexte et des buts propres de l’acteur qui en est la cible ou s’en saisit. Il n’empêche qu’en dépit de ces appropriations locales différenciées, on peut constater, comme le soulignent Felouzis et Hanhart, que «ce processus de mise en perspective par l’évaluation redistribue les cartes entre les différents ac­teurs de l’école, et conduit à concevoir des critères [d’évaluation] différents» (p.15). Autrement dit, si les impacts sont différenciés, ils tendent tout de même à aller, pour l’essentiel, dans le même sens, même s’il faut souligner que cette commune direction ne résulte pas des seuls instruments mais du contexte socio-politique plus large dans lequel ils s’inscrivent.

8En dépit des tendances convergentes, l’avenir n’est cependant pas écrit, car cet univers de l’évaluation est lui-même pluriel et mouvant. Des innovations partiellement décalées du courant dominant tentent d’y prendre place comme le montrent Solaux, Huguenin, Payet et Ramirez dans l’article qu’ils consacrent à l’observatoire du fonctionnement de l’enseignement primaire genevois. Ils y décrivent comment des acteurs et eux-mêmes – puisqu’ils sont partie prenante de ce dispositif – ont tenté d’articuler non sans difficulté la logique scientifique (évaluative) et les logiques politiques et démocratiques. Un dispositif qui, selon eux, a permis «d’apporter des informations relevant du champ scientifique aux acteurs sociaux en vue de les aider à déterminer des choix et des pistes pour mieux vivre l’école» (p.166).

9Au final, cet ouvrage collectif se révèle riche en analyses pertinentes même s’il n’é­chappe pas totalement au phénomène du patchwork. Il abrite en effet des articles plus périphériques, relativement distants de ce qui est présenté comme la problématique centrale de l’ouvrage, soit parce que l’objet n’est pas réellement un instrument d’éva­luation (article de Bressoux et Lima), soit parce que l’analyse ne porte pas sur les usa­ges des instruments, mais sur leur pertinence et validité (article que l’économiste gene­vois Falter consacre au décalage entre les compétences mesurées dans PISA et celles en vigueur sur le marché du travail, et article de son collègue économiste Ramirez, qui vise à démontrer que l’externalisation de l’évaluation certificative des élèves contribu­erait à limiter les inégalités entre élèves).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delvaux, « Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (Ed.), Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-2 | 2012, 165-167.

Référence électronique

Bernard Delvaux, « Felouzis Georges, Hanhart Siegfried (Ed.), Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-2 | 2012, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/824

Haut de page

Auteur

Bernard Delvaux

UCL/IACCHOS/GIRSEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals