Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mariève Isabel, Théroux-Marcotte Laurence-Aurélie (Dirs.), Dictionnaire de la révolte étudiante : du carré rouge au printemps québécois

Montréal, Tête Première, 2012, 228p.
Yves Laberge
p. 169-171
Référence(s) :

Mariève Isabel, Théroux-Marcotte Laurence-Aurélie (Dirs.),  Dictionnaire de la révolte étudiante : du carré rouge au printemps québécois, Montréal, Tête Première, 2012, 228p.

Texte intégral

1Durant l’année 2012, le mouvement social que l’on a parfois surnommé “le printemps érable” (en écho indirect aux diverses manifestations ayant caractérisé le printemps arabe) a secoué l’opinion publique et mobilisé plusieurs générations de Québécois durant plusieurs semaines. Ce dictionnaire collectif contient 118 termes ou concepts (“carré rouge” ; “casseroles” ; “gel des frais de scolarité”) utilisés durant cette période de contestation assez inhabituelle au sein de la société québécoise. Une centaine d’auteurs ont contribué à ce collectif, dont quelques sociologues. La préface a d’ailleurs été écrite par Guy Rocher, auteur d’un ouvrage devenu classique et souvent réédité dans la collection “Points”, Introduction à la sociologie générale (1970). Professeur émérite de l’Université de Montréal, Guy Rocher a toujours prôné la gratuité universitaire ; il rappelle ici à quel point la terminologie pouvait servir d’arme symbolique entre les deux camps lors de ce conflit, au moment où la grève étudiante était désignée par les autorités gouvernementales comme un “boycott” des cours et non une grève, «comme si, par exemple, “la grève de la faim” n’en était pas une ! », remarque le sociologue en proposant cette analogie incongrue (p.4).

2Souvent incisives, parfois incomplètes, toujours fortement orientées, ces notices dénotent un net parti-pris pour la voix des mouvements étudiants et seront sans doute perçues par certains représentants de l’ordre établi comme étant des formulations déviantes, altermondialistes, voire subversives, ne serait-ce que dans leur intitulé, dès les premières pages : “Abus de pouvoir”, “Accessibilité aux études supérieures”, “Anarchisme”, etc. Pourtant, la lecture de ces notices concises invite souvent à la réflexion et veut provoquer la prise de conscience. Citons ici quelques extraits significatifs. La no­tice sur la “gratuité scolaire” signale que l’accès aux universités est gratuit en Scandinavie comme dans plusieurs pays européens et d’Amérique latine, en guise de contre-argument aux personnes qui prétendent qu’il serait inconcevable de souhaiter l’aboli­tion des frais de scolarité en Amérique du Nord (p.86). Cependant, le cas de l’Angle­terre – qui avait aboli la gratuité universitaire en 1998 – y est aussi mentionné (p.87). Par ailleurs, dans la notice sur la “marchandisation du savoir”, on affirme que «le savoir n’est pas une marchandise», et que ce savoir «fleurit dans un lieu que l’on nomme l’université» (p.131). A propos des diplômés endettés et souvent sans emploi ou dans une situation précaire, on conclut sur une note pouvant prolonger (sans le nommer) ce que Bertolt Brecht écrivait à propos des banques : «Sortir de l’université avec une dette est un beau profit pour les banquiers ; il faut choisir pour qui l’université doit devenir rentable», affirme la recherchiste Elsa Pépin (p.131).

3Plus loin, à propos des médias québécois, on évoque en termes sociologiques «la doxa des sociétés privées ou d’État auxquelles ils appartiennent» tout en utilisant le concept de «fabrication du consentement» emprunté à Noam Chomsky (p.139). Décidément, ces étudiants sont allés à la bonne école. Avec ironie, la notice sur la fonction de recteur (au Québec, l’équivalent du président d’une université) précise que c’est justement le regroupement des recteurs d’universités qui aurait propagé «la thèse du sous-financement du milieu universitaire québécois», en demandant toutefois s’il ne s’agirait pas plutôt de «mal financement» ? (p.172). Cette allusion aux priorités démesurées de certaines universités nord-américaines pointe en fait le véritable problème du financement : l’appétit insatiable et infini du secteur de la recherche et du développement, tant dans les universités que dans les laboratoires privés. La course obsessive aux subventions et autres subsides dans les facultés universitaires – souvent au détriment de la qualité de l’enseignement – n’en est que l’illustration la plus tragique, car personne à part ces quelques étudiants ne parvient à tirer la sonnette d’alarme.

4Le fait que ce livre engagé, rédigé à vif, paraisse l’année même où ont eu lieu ces événements – et à peine un mois après la chute du gouvernement du Parti Libéral du Québec – confirme l’effervescence et la mobilisation d’une partie importante de la population, et pas seulement de la jeunesse québécoise. Néanmoins, l’opinion publi­que québécoise reste toujours partagée sur ce problème.

  • 1 De Waresquiel E. (dir.), Le Siècle rebelle. Dictionnaire des hommes, des idées et des attitudes d'o (...)

5Naturellement, les lecteurs européens ne pourront manquer d’établir – avec presque un demi-siècle de distance – des comparaisons avec les événements de Mai 68, en s’étonnant à la fois des similitudes entre ces deux mouvements sociaux, mais aussi de l’ampleur de cette crise étudiante sur le sol québécois, dont la réputation de terre tranquille est souvent justifiée. D’ailleurs, signe de cette tranquillité toute apparente existant depuis des générations, le tout premier dictionnaire des révoltes (Le Siècle rebelle) publié en 1999 par les Éditions Larousse ne contenait alors qu’une seule notice à propos du Québec, sur le Manifeste du Refus global, qui était paru en 19481 !

  • 2 Lowes D. E., The Anti-Capitalist Dictionary : Movements, Histories and Motivations, London, Zed Boo (...)

6Ce nouveau dictionnaire rédigé par des intellectuels québécois sera nécessaire aux lecteurs européens qui veulent comprendre les spécificités et le contexte particulier de l’enseignement supérieur au Québec (et plus largement au Canada), où les droits de scolarité imposés par les universités sont déjà considérablement élevés. Des comparaisons avec des exemples européens sont également possibles, puisque la France, la Belgique et le Royaume-Uni ont également connu leur lot de contestations et de grèves étudiantes. D’ailleurs, un ouvrage de référence similaire dans le ton mais couvrant un spectre plus large avait été publié en Grande-Bretagne par l’éditeur altermondialiste Zed Books2.

Haut de page

Notes

1 De Waresquiel E. (dir.), Le Siècle rebelle. Dictionnaire des hommes, des idées et des attitudes d'opposition au 20ème siècle, Paris, Larousse, 1999.

2 Lowes D. E., The Anti-Capitalist Dictionary : Movements, Histories and Motivations, London, Zed Books, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Mariève Isabel, Théroux-Marcotte Laurence-Aurélie (Dirs.), Dictionnaire de la révolte étudiante : du carré rouge au printemps québécois », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-2 | 2012, 169-171.

Référence électronique

Yves Laberge, « Mariève Isabel, Théroux-Marcotte Laurence-Aurélie (Dirs.), Dictionnaire de la révolte étudiante : du carré rouge au printemps québécois », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-2 | 2012, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/830

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

(PhD)
Centre de recherches en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE – Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals