Navigation – Plan du site
À propos de livres

Noret Joël, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix

Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. “Sociologie et anthropologie”, 2010, 204p.
Andrea Ceriana Mayneri
p. 169-171
Référence(s) :

Noret Joël, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. “Sociologie et anthropologie”, 2010, 204p.

Texte intégral

1Dans le contexte du Bénin méridional, et notamment dans les villes de Cotonou, Abomey, Ouidah et dans des villages attenants, Joël Noret a participé, au fil des années, à quatorze cycles de rituels funéraires couvrant les principales voies rituelles pré­sentes dans la région : catholique, chrétienne céleste, pentecôtiste, musulmane et ligna­gère traditionnelle. En s’appuyant sur une ethnographie dense, l’auteur nous livre une description approfondie des logiques et décisions qui président à la mise en place du “scénario” des funérailles, des cérémonies qui accompagnent l’enterrement et son organisation et de celles qui suivent l’inhumation. Pour guider le lecteur dans l’excep­tionnelle complexité de ces cycles, Joël Noret choisit opportunément de suivre un fil rouge, un cas ethnographique exemplaire : le décès et les funérailles de “tante Mireille”. Ainsi, nous avons la possibilité d’observer la pluralité d’acteurs qui interviennent dans l’élaboration d’un scénario funéraire, à partir des proches parents du défunt d’un côté et des représentants des lignages de l’autre, ces derniers jouant, dans le Bénin méridional contemporain, un rôle certes décroissant (surtout dans la vie de la population citadine) mais qui est constamment réactivé aux moments importants des cycles de vie, dont la mort et les funérailles.

2 Dans le cas de tante Mireille, par exemple, les enfants de la défunte se sont heurtés aux autorités du lignage de leur mère sur deux aspects cruciaux, à savoir le choix du lieu d’inhumation et celui du registre rituel des funérailles : dans la concession familiale de son défunt mari et selon un rite catholique inculturé de la région, d’après la volonté des enfants de tante Mireille ; dans la concession de son lignage et en suivant les rites funéraires lignagers selon la volonté du hènuto, l’homme le plus âgé du lignage de la défunte. Joël Noret nous montre alors, derrière la complexité des justifications et des motivations des uns et des autres, le poids des préoccupations d’ordre économique – surtout pour les enfants d’un défunt, dans un contexte où les funérailles sont un moment important d’exhibition des capitaux social et économique participant souvent d’une «logique de l’excès» (p.47) –, le désir de respecter la tradition ou les dernières volontés du défunt, les disputes entre lignages divers ou entre les différentes composantes d’un même lignage.

3 C’est, en définitive, la différenciation des mondes sociaux et religieux du Bénin méridional contemporain qui apparaît dans toute sa complexité au moment de l’élabo­ration d’un scénario funéraire et du déroulement des obsèques. Voilà ce que Joël Noret analyse à partir de la position relative que chaque acteur, et in primis le défunt, revêt non seulement dans le champ de sa parenté (à la fois père/mère, mari/épouse, frère/sœur, enfant etc.) mais aussi par rapport à ses affiliations religieuses et professionnelles : plusieurs groupes peuvent donc intervenir lors des décisions dans l’organi­sation des funérailles, ce qui ouvre à la considération des conflits et des négociations qui prennent place dans ces moments fort investis socialement. Si les négociations, les compromis et la recherche d’une entente familiale minimale demeurent des principes importants, l’auteur souligne néanmoins le poids des pressions, des disputes et des menaces plus ou moins ouvertes, et encore de la ruse et de la tromperie dans l’organi­sation des funérailles.

4 Il n’adhère donc pas à une conception de ces dernières comme des moments de «négociation de la culture» (p.184) et préfère insister sur la diversité des intérêts des groupes impliqués dans leur organisation, en s’arrêtant sur les ruptures entre mondes sociaux et religieux différents ainsi qu’elles se manifestent dans les manières dont les principales confessions religieuses de la région envisagent le déroulement des funérail­les, mais en insistant aussi sur des continuités qui ne font pas l’objet de négociations, dont le fort investissement social dans le champ funéraire. Joël Noret préfère donc parler de “cumul” des différents registres rituels qui font des funérailles des moments de production de nouvelles alliances (entre les différents groupes lignagers, religieux, professionnels qui interviennent dans l’organisation et le déroulement du scénario funéraire), mais aussi de renforcement ou de réconciliation de vieilles alliances, ou encore des moments où l’on peut observer le conflit et la méfiance qui persistent derrière la recherche d’un compromis (et c’est alors souvent l’idiome de la magie et de la sorcellerie qui intervient pour exprimer la méfiance et les soupçons) .

5 L’étude de Joël Noret, cependant, ne se présente pas seulement comme une exploration minutieuse de ces dynamiques complexes : l’auteur y interroge aussi l’articu­lation entre les funérailles et le deuil psychique à partir d’une réflexion sur la place du don, qui est appréhendé comme une composante essentielle du deuil psychique. En croisant Marcel Mauss et Jean Allouch, Joël Noret considère en effet que dans le deuil il est question aussi de donner de soi au défunt et que ce don intervient dans le processus de transformation de la relation qui lie l’endeuillé à la personne décédée (ou dont l’on sait qu’elle doit décéder, comme dans le cas des longues maladies). Or, la thèse de l’auteur est que cette transformation ne se réduit pas à un travail intérieur , c’est-à-dire à une élaboration purement individuelle de la séparation, mais est toujours investie de significations et d’obligations sociales. Autrement dit, Joël Noret considère le deuil psychique comme un «phénomène psychique social» (p.34) dont l’universalité (qui repose sur l’expérience de la perte d’une relation essentielle à la constitution de la personne) ne saurait occulter le fait qu’il est toujours ancré dans des pratiques et des habitudes de penser la mort socialement et historiquement définies. L’auteur nous montre la logique du don intervenant à différents moments des funérailles, à partir de leur organisation, à travers les cérémonies qui accompagnent l’enterrement et celles qui procèdent à l’ancestralisation du défunt. S’engager dans l’organisation des funérailles «dans les règles» (p.70), en s’occupant de la tenue du mort, du cercueil, de la réception des personnes présentes, en donnant publiquement de l’argent aux chanteurs qui interviennent pour tisser l’éloge funèbre du défunt : ce sont là quelques-uns des moments de don qui construisent le sentiment du devoir funéraire accompli, non seulement face aux autres participants aux funérailles mais vers le défunt aussi. A travers la perspective suggestive du don, Joël Noret – fort d’un remarquable corpus ethnographique – nous conduit donc à travers une exploration des attentes individuelles et collectives, psychiques et sociales, qui accompagnent la prise en charge de la mort dans le contexte fort différencié du Bénin méridional, mais son approche, me semble-t-il, peut avoir une portée bien plus générale en s’appliquant aussi à d’autres terrains africains.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Ceriana Mayneri, « Noret Joël, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 169-171.

Référence électronique

Andrea Ceriana Mayneri, « Noret Joël, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsa/866

Haut de page

Auteur

Andrea Ceriana Mayneri

LAAP/UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • OpenEdition Journals