Navigation – Plan du site
Recensions

Daniel Marguerat (dir.), Parlons argent. Économistes, psychologues et théologiens s'interrogent

Genève, Labor et Fides, coll. Essais bibliques n° 39, 2006, 142 p.
Marc Feix
p. 133-135
Référence(s) :

Daniel Marguerat (dir.), Parlons argent. Économistes, psychologues et théologiens s'interrogent, Genève, Labor et Fides, coll. Essais bibliques n° 39, 142 p.

Texte intégral

1Comme l'indique le titre de l'ouvrage, des économistes, des psycho­logues et des théologiens se sont interrogés sur l'argent lors d'un séminaire de formation continue dirigé par Daniel Marguerat durant l'année 2005 à l'Université de Lausanne. L'ouvrage, qui rassemble les différentes contribu­tions, reflète la richesse et la diversité des approches, mais il manifeste aussi les limites inhérentes à un tel exercice sur une année seulement. Disons-le d'entrée, qui s'attend à trouver une vision exhaustive sur la question de l'argent sera déçu.

2Du point de vue de l'économie, le lecteur peut être surpris que même l'article concernant «l'argent, moteur de l'économie?» de l'économiste Alexandre Bergmann ne mentionne dans les rôles attribués traditionnelle­ment à la monnaie que ceux d'instrument de mesure et d'instrument de pou­voir, sans même évoquer celui d'instrument de crédit. Cela est d'autant plus surprenant que l'économie correspond depuis Aristote à l'administration de la maison : oikos (maison) et nomos (loi). A partir de là, il y a un art naturel d'acquérir des richesses et l'art commercial d'en conquérir. Ainsi l'opposition entre la chrématistique nécessaire et la chrématistique commer­ciale conduit à envisager peu à peu, d'Aristote aux scolastiques, la limitation du prêt à intérêt et les questions du juste prix et de la « bonne » ou « mau­vaise » monnaie. Sans doute tous ces aspects sont-ils les pré-requis du lecteur supposé « protestant » !

3Cette critique économique rejaillit dans l'approche biblique de Daniel Marguerat, approche remarquable par ailleurs. De la concrète tête de bétail qui est la première monnaie (d'où les expressions capital puis capitalisme), c'est-à-dire la première mesure qui permet l'échange, au coquillage (déjà une forme d'abstraction), mais surtout à la monnaie pièce d'or ou d'argent (contre-valeur pesée d'un métal), le bibliste lausannois envisage la question monétaire sous l'angle unique de la détention d'unités de compte. Distin­guant fort à propos l'opposition entre Dieu et Mamon, il en vient à oublier l'envers: les biens que la détention de monnaie permet d'acquérir. Il envi­sage l'appel adressé par Jésus à l'homme riche, «va, vends tous tes biens... », comme justification de la vie érémitique (comme forme subver­sive), et surtout comme la source de la gestion commune des biens dans la première communauté chrétienne (p. 42). Il n'évoque pas ce qui était déjà contenu dans le code de l'Alliance : l'usage des biens est lui aussi en tension avec Dieu et son Royaume qui vient. D'où les années sabbatiques et jubi­laires, pour laisser reposer la terre et remettre les dettes !

4Le rapport entretenu avec l'argent par chaque personne au cours de son développement et de son devenir fait l'objet d'un article du psychiatre Oli­vier Spinnler. Celui-ci s'intéresse donc davantage à la charge symbolique de la monnaie. Décrivant les théories développées par Freud, Maslow et Piaget, l'auteur propose une très intéressante étude du développement psycholo­gique de la personne, d'étape en étape, sans pour autant que ces dernières soient quantifiables l'une par rapport à l'autre (il distingue neuf niveaux et en présente sept). Il est toutefois étonnant qu'à ce stade, notre psychiatre (faute de place ou de temps ?) n'envisage pas les travaux du psychosocio­logue américain Lawrence Kohlberg. Ce dernier, poursuivant les travaux de Piaget, met au jour une théorie du développement moral. Du coup, cette approche manque réellement en complément de l'excellente approche éthique de Denis Mùller, qui s'appuie évidemment sur les travaux de Max Weber (L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme) et ceux plus récents des sociologues Luc Boltanski et Eve Chiapello (Le nouvel esprit du capita­lisme). L'éthicien lausannois propose alors sa propre lecture protestante (pas­sant tour à tour de Luther à Calvin et au puritanisme) dans un raccourci sai­sissant: «Esprit du capitalisme et bonne conscience protestante» (ou comment passer du culte mou de l'argent à la critique sociale et son incon­fort). Cette approche érudite conduit selon Denis Mùller «à une résistance contre les fatalismes et à une persévérance dans l'espérance, sans laquelle l'esprit du capitalisme ne serait que cette trop fameuse et prémonitoire 'cage de fer' [selon l'image de Max Weber] incapable de raviver les puissances éthiques et subjectives de notre expérience. » (p.82). Cette «résistance contre les fatalismes» et la «persévérance dans l'espérance» sont parfaitement illustrées par Lucianno Manicardi qui apporte le témoignage de la frugalité vis-à-vis de l'argent exercée par les moines de la communauté monastique, mixte et œcuménique, deBose : « Vivre de peu » (p. 125-138).

5S'il n'y a pas de passage direct entre les études de Denis Mùller et Lucianno Manicardi, la transition est assurée par deux articles de théologiens pratiques. Le premier, de Félix Moser, réfléchissant sur les rapports entre charité, solidarité et œuvres, oppose au modèle capitalistique (tout s'achète et tout se vend) sa limite propre, c'est-à-dire ce qui précisément échappe à l'échange mercantile : le don et la gratuité venant rétablir en les corrigeant les inégalités et les injustices humaines (p. 98). Le second, de Nicoleta Acatrinei, conclut à partir d'une étude approfondie de saint Jean Chrysostome que les deux maux, le souci du monde et la séduction des richesses, se guérissent par le propre de l'homme et de sa dignité : le partage (p. 122).

6Malgré les quelques imperfections relevées, l'ouvrage de Daniel Mar­guerat, placé au carrefour des sciences humaines, s'intéressant à l'argent et à sa répartition, stimulera le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Daniel Marguerat (dir.), Parlons argent. Économistes, psychologues et théologiens s'interrogent », Revue des sciences religieuses, 82/1 | 2008, 133-135.

Référence électronique

Marc Feix, « Daniel Marguerat (dir.), Parlons argent. Économistes, psychologues et théologiens s'interrogent », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/1 | 2008, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1078

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page