Navigazione – Piano del sito
Recensions

Joseph Famerée (dir.), Vatican II comme style. L’herméneutique théologique du concile

Paris, Cerf, coll. « Unam sanctam », 2012, 320 p.
Michel Deneken
p. 261-263
Riferimento/i:

Joseph Famerée (dir.), Vatican II comme style. L’herméneutique théologique du concile, Paris, Cerf, coll. « Unam sanctam », 2012, 320 p.

Testo integrale

1Le cinquantenaire de l’ouverture du concile Vatican II est l’occasion de nombreuses publications qui ont en commun la quête de la véritable identité de ce concile, si atypique dans l’histoire de l’Église catholique. Le collectif que dirige Joseph Famerée ose sa réponse sous une seule bannière sous laquelle tous les contributeurs se rangent, reprenant l’expression forgée au début des années 1980 par John W. O’Malley : « Vatican II comme style ». Les auteurs qui, à deux exceptions près, enseignent à Louvain-la-Neuve et à Québec, sont tous très bons connaisseurs du dernier concile, la plupart d’entre eux lui ayant consacré nombre d’ouvrages ou d’articles.

2Trois dimensions sont honorées, qui constituent les parties du volume : l’éthique, l’ecclésiologie et la théologie fondamentale. Chaque article vise à montrer quel style Vatican II met en œuvre, voire invente, dans ces trois champs. Si le terme de style organise le programme du volume, c’est bien parce qu’on a trop dogmatisé un concile, qui, singulièrement, ne le fait pas, et souvent mal jugé sa dimension fondamentalement pastorale (J. Famerée). Parler de style se révèle également nécessaire et légitime dans la mesure où la « pastoralité » (Ch. Theobald) du concile a produit une littérature d’un nouveau genre. Toutes les contributions illustrent, chacune à sa façon, la pertinence d’une lecture « stylistique » des textes de Vatican II.

3Pour Éric Gaziaux, le style d’une éthique chrétienne selon Vatican II ne procède pas de la seule confrontation avec un texte, mais survient dans sa référence au contexte de la signification, parce que la Parole de la révélation peut être vue comme une force toujours nouvelle, qui stimule l’agir moral. C’est le style d’une éthique au croisement du théologal et du moral (p. 55). Walter Lesch affirme que l’on peut aller jusqu’à définir un « style profane » pour une éthique chrétienne à partir de Vatican II. C’est que, voulant dialoguer avec le monde, dans le monde et non au-dessus de lui, l’Église de Gaudium et spes, reconnaissant une « juste autonomie des réalités terrestres », s’oblige à considérer le monde indépendamment d’une interprétation religieuse, parce que toutes les réalités mondaines procèdent du Créateur lui-même. Vatican II est un concile de transformation, qui permet des styles de vie plus responsables et moins névrotiques car il est fait droit à la liberté chrétienne (p. 74).

4Dans la deuxième partie, Dominique Barnérias aborde la paroisse comme style ; elle constitue un lieu d’appropriation de la ritualité et de l’expérience chrétiennes. C’est dans sa dimension relationnelle que le style paroissial s’affirme dans le sillage de Vatican II, notamment dans un parti-pris incarnationiste d’une pastorale de proximité. En ce sens, le nouveau style paroissial représente une véritable réception de l’œuvre conciliaire (p. 93). La contribution de Laurent Villemin aurait dû être placée en tête de cette deuxième partie parce qu’elle se saisit de la question même de savoir si la notion de « style » est pertinente en ecclésiologie. Rappelant le sens que lui donne Theobald, Villemin plaide résolument pour que le concept de style désigne cette pastoralité conciliaire de l’engendrement qui invite l’ecclésiologue à revenir sens cesse aux lieux originaires de l’Église, modèle généalogique (p. 110) qui refuse une eschatologie à moindre frais qui exonèrerait l’institution ecclésiale de tout travail sur elle-même. Spécialiste de l’histoire de la réception de Vatican II, Gilles Routhier analyse la manière dont le synode des évêques de 2001, consacré à l’épiscopat, se montre fidèle au style de Vatican II. Ce concile, comme celui de Trente, a beaucoup écrit sur l’évêque. En 2001 les pères synodaux lisent dans les textes du concile une figure de l’évêque qui se doit être homme de communication, humble, enfoui dans la réalité, tout à l’annonce de l’Évangile. Mais on s’est éloigné de Vatican II et l’on voit réapparaître un exercice plus solitaire et monarchique de l’épiscopat (p. 129). Joseph Famerée voit, quant à lui, dans le style de Vatican II une dimension « panégyrique » (p. 147) qui veut refléter l’image idéale de l’Église ; mais des textes comme Communionis notio et Dominus Iesus ont introduit une rupture dans ce style. L’article le plus long est celui de Peter de Mey qui cherche à définir le style œcuménique de Vatican II à partir de l’évaluation faite par des théologiens non catholiques. Pour eux, le style œcuménique de l’Église conciliaire atteste l’abandon du monologue et l’entrée dans l’ère du dialogue. Dans la dernière contribution à cette deuxième partie, Arnaud Join-Lambert analyse les actes synodaux qui traduisent dans les Églises locales les orientations du concile. Ces actes sont les témoins que l’on est passé à une nouvelle manière de « faire Église » en faisant synode, dans lesquels le style ecclésiologique parénétique domine (p. 223).

5La troisième partie aborde la question du style dans le domaine de la théologie fondamentale. François Nault, prenant appui sur Paul Beauchamp, se demande, s’agissant de Dei Verbum, comment améliorer un « document raté » ; il est fait reproche au décret de ne pas dire en quoi il est nouveau (p. 245). Nous objecterons ici à l’auteur qu’un texte dans son imperfection même ne vit que dans la communauté des interprètes. Quand bien même il serait « raté », le décret est à notre avis, si style il doit y avoir, celui qui porte le plus le retour à l’Évangile ! Olivier Riaudel semble d’ailleurs, dans la contribution suivante, aller dans ce sens lorsqu’il affirme que Dei Verbum accorde trop peu de place à la lettre alors qu’il s’interroge sur la Parole de Dieu (p. 248). Au style pastoral de Vatican II et à sa réception, Christoph Theobald consacre un article dans lequel il s’appuie sur l’approche de John W. O’Malley pour proposer dès 1980 du corpus conciliaire une approche pastorale. Cette approche stylistique permet de ne pas réduire l’œuvre conciliaire à des écrits et des énoncés de doctrines en mettant l’accent sur l’expérience de foi du peuple de Dieu. Benoît Bourgine propose les conclusions. Alors que dans l’article introductif Guy Jobin définit une « herméneutique pragmatique » (p. 15) à partir d’une approche rhétorique des textes du concile, qui est en soi un « hapax », l’effort rhétorique porte sur le rapprochement avec l’humanité. « Du style à l’herméneutique », Bourgine valide la pertinence de l’approche stylistique de Vatican II. On peut légitimement comprendre Vatican II comme « style herméneutique » (p. 292) d’une Église qui cherche à entrer en dialogue avec le monde, au cœur de son histoire. Cet ouvrage collectif étaye l’argumentaire de ceux qui estiment que l’on ne peut minimiser l’importance de Vatican II sous prétexte qu’il n’aurait pas été un concile dogmatique, en insistant sur sa profonde originalité qui est sa « pastoralité ». Incontournable concile.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Michel Deneken, « Joseph Famerée (dir.), Vatican II comme style. L’herméneutique théologique du concile », Revue des sciences religieuses, 87/2 | 2013, 261-263.

Riferimento elettronico

Michel Deneken, « Joseph Famerée (dir.), Vatican II comme style. L’herméneutique théologique du concile », Revue des sciences religieuses [Online], 87/2 | 2013, Messo online il 05 novembre 2014, consultato il 14 dicembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1261

Inizio pagina

Autore

Michel Deneken

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© RSR

Inizio pagina