Navigation – Plan du site
Recensions

Charles de Foucauld, Lettres à son ami Henry de Castries (1901-1916). Présentation et mise en texte de Brigitte Cuisinier et Jean-François Six

Nouvelle Cité, Bruyères-le-Châtel 2011, 311 p.
Yves Labbé
p. 102-104
Référence(s) :

Charles de Foucauld, Lettres à son ami Henry de Castries (1901-1916). Présentation et mise en texte de Brigitte Cuisinier et Jean-François Six, Nouvelle Cité, Bruyères-le-Châtel 2011, 311 p.

Texte intégral

1H. de Castries, de huit ans son aîné, avait précédé Ch. de Foucauld dans l’exploration du Maroc et partagé son attrait pour l’islam. La correspondance commence aux lendemains de l’ordination presbytérale lorsque Foucauld cherche à s’établir au plus près du Maroc, à défaut de pouvoir y pénétrer. Elle s’achève avec sa mort. Il ne gardait pas le courrier reçu.

2On compte 48 lettres, de longueurs très inégales. Elles avaient été publiées une première fois en 1938. Leur présente « mise en texte » les insère dans un commentaire suivi qui permet de les mettre en situation. On y cite des lettres contemporaines, avec d’autres correspondants ou entre ceux-ci. Quelques notes apportent des précisions utiles. Le lecteur peut suivre ainsi l’itinéraire de Foucauld, pas seulement géographique, depuis Beni Abbès jusqu’à Tamanrasset. L’ouvrage se prolonge avec l’édition et l’interprétation de la longue lettre écrite dans les derniers mois à René Bazin, qui sera le premier biographe. J.-F. Six s’y oppose avec raison aux malentendus entretenus aujourd’hui par quelques propos de Foucauld sur un lien d’avenir, en Algérie, entre colonisation et évangélisation : « Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens » (p. 251). L’ouvrage s’achève sur une note de l’historien lyonnais H. Didier relative à la perception différenciée de l’islam chez les élites françaises au cours du xixe siècle.

3La longue lettre du 14 août 1901 a retenu depuis longtemps les disciples du Frère Charles de Jésus. Elle fut partiellement reprise dans l’anthologie Œuvres spirituelles (Éd. du Seuil, 1958). Ayant d’abord félicité son destinataire d’avoir rétabli la vérité sur l’islam dans un livre qui fera date (1896), Foucauld donne un récit de sa vie à celui qu’il avait récemment retrouvé : « Aussitôt que je crus qu’il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais faire autrement que de ne vivre que pour Lui : ma vocation religieuse date de la même heure que ma foi : Dieu est si grand ! Il y a une telle différence entre Dieu et tout ce qui n’est pas Lui ! » (p. 67-68) Cette déclaration ne réunit pas seulement conversion et vocation en un seul événement, elle fait également écho à la rencontre du monothéisme musulman par l’un et l’autre. S’adressant à un officier qui s’était inculturé aux populations arabes et berbères, Foucauld lui fera part de critiques sévères sur la politique de la France en Algérie : elle n’a rien fait, pas même supprimé l’esclavage (cf. p. 91-94). Il rappellera aussi régulièrement la foi au Dieu unique à un catholique toujours impressionné par le sens musulman de la transcendance divine (c’est moi qui souligne). Après avoir invoqué la Trinité, il lui écrit : « Tout se perd pour moi dans le bonheur de ce que Dieu est Dieu » (p. 138). Plus tard, avant de parler de Jésus, en réponse à une question, il dit le rejoindre « en adorant le Créateur commun, le Père commun, l’Amour commun » (p. 177).

4Si une correspondance est marquée par le correspondant, elle l’est aussi par la période. Or, selon les deux éditeurs, celle-ci manifeste « un Foucauld épanoui, ayant trouvé sa voie, l’explorant, l’approfondissant, vivant dès lors dans la joie » (p. 11). Alors qu’il descend vers le sud, après la soumission de la moitié des Touaregs, Foucauld se reconnaît dans « le travail préparatoire à l’évangélisation, la mise en confiance, en amitié, apprivoisement, fraternisation » (p. 135). « Ce n’est pas l’œuvre d’un jour, précise-t-il un an plus tard ; je commence à défricher, d’autres suivront qui continueront » (p. 161). Cette mission s’exercera bientôt à travers un travail linguistique de pionnier. Défricheur et non bâtisseur ou encore missionnaire isolé, Foucauld s’en explique avec clarté dans la première partie de la lettre à Bazin : « Les missionnaires isolés comme moi sont fort rares. Leur rôle est de préparer la voie » (p. 249). Il y confirme le vœu que d’autres, en particulier des laïcs, « des Priscille et des Aquila », le rejoignent sur ce chemin. L’Union, fondée auparavant avec L. Massignon, offrait déjà une réponse à un projet appelé à dépasser les limites du pays Touareg.

5En éditant à nouveau, en collaboration, les Lettres à de Castries, J.-F. Six asseoit une thèse d’historien sur les deux Foucauld, le moine puis le missionnaire, ainsi que sur leurs postérités respectives. Il l’a exposée ici même (2008, p. 465-482) ainsi que dans ses derniers ouvrages sur Massignon et sur Foucauld.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Charles de Foucauld, Lettres à son ami Henry de Castries (1901-1916). Présentation et mise en texte de Brigitte Cuisinier et Jean-François Six », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 102-104.

Référence électronique

Yves Labbé, « Charles de Foucauld, Lettres à son ami Henry de Castries (1901-1916). Présentation et mise en texte de Brigitte Cuisinier et Jean-François Six », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1644

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page