Navigation – Plan du site
Recensions

Collectif, Hommage à Charles Wackenheim. Passeurs d’espérance. Recherches sur le sens chrétien du salut

Lethielleux, Paris 2011, 308 p.
Simon Knaebel et Françoise Vinel
p. 106-107
Référence(s) :

Collectif, Hommage à Charles Wackenheim. Passeurs d’espérance. Recherches sur le sens chrétien du salut, Lethielleux, Paris 2011, 308 p.

Texte intégral

1Des collègues et d’anciens étudiants du professeur Charles Wackenheim ont décidé de lui offrir un volume d’hommage à l’occasion de ses quatre vingt ans. Ch. Wackenheim a été professeur à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg de 1962 à 1992. Il a durablement marqué l’institution, notamment par une profonde refonte des études pendant son décanat (1970-1973) et la fondation de l’enseignement à distance en 1978.

2L’ouvrage examine à frais nouveaux les problèmes posés par le sens chrétien du salut. Une préface de Ch. Wackenheim souligne combien ses réflexions rejoignent les lignes de force qui sous-tendent les quatorze contributions publiées dans le volume, regroupées en quatre parties. Entreprise pluridisciplinaire, l’ouvrage évite cependant le risque de l’éparpillement voire de l’éclatement ; en effet, l’ensemble des contributions porte sur le thème du salut, et comme d’autre part, les auteurs interviennent dans le cadre de leur discipline, il n’est pas exagéré de dire que cet ouvrage est aussi un manuel actualisé de théologie du salut.

3Cela apparaît bien dans la première partie (Sources bibliques), où quatre contributions recensent les acquis exégétiques relatifs aux conceptions du salut attestées par l’un et l’autre Testament : après le parcours vétéro-testamentaire présenté par A. Marx, le vocabulaire du salut dans le Nouveau Testament est étudié par J. Schlosser, puis deux autres spécialistes explorent différentes dimensions du salut, É. Cothenet dans les épîtres pauliniennes (justification, rachat/libération) et, pour les écrits johanniques, Y.-M. Blanchard montre le développement d’une conception dynamique et universaliste du salut et ses modes symboliques d’expression.

4Les études composant la seconde partie (Éclairages historiques) restituent le développement de la sotériologie chrétienne à la lumière de trois approches dialectiquement complémentaires : l’histoire des doctrines, la quête philosophique du salut et l’analyse de certaines idéologies séculières prétendument salvatrices. Après un large tableau, dressé par R. Winling, des variations sur la notion de salut, de l’époque patristique jusqu’à aujourd’hui, c’est la tension, toujours renouvelée au fil des siècles, entre religion et philosophie, entre quête de salut et quête de sagesse, qui est mise en évidence par S. Knaebel. Enfin, H. Madelin décrit, à partir de l’Apocalypse et des écrits johanniques, les grands fourvoiements de l’époque contemporaine dans la recherche d’un salut collectif à travers la croyance en des mythes fallacieux et des idéologies meurtrières : « La séduction du verbe, la folie meurtrière, le mensonge généralisé ont voulu prendre la place du salut religieux, mais se sont révélés être des impasses tragiques ». Et, souligne Madelin, le christianisme n’est guère immunisé contre de tels errements. N’a-t-il pas, au cours de l’histoire, souvent été tenté de compter, non pas sur le Christ, mais sur ses propres forces en se voulant seul porteur de salut ?

5La troisième partie (Propositions théologiques) présente quelques-uns des chemins nouveaux qu’ouvre à l’intelligence chrétienne du salut une interprétation inédite du témoignage biblique : G. Siegwalt invite à abandonner une « sotériologie rétrécie » et à se fonder sur une vision plénière du message biblique ; sont honorés ensuite la thématique conciliaire de l’Église sacrement du salut (J.-G. Boeglin) puis un dialogue à nouveau repris avec les théologies latino-américaines de la libération et l’espérance annoncée d’un salut déjà à l’œuvre dans l’histoire (É. Grieu).

6Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage (L’espérance en acte) examine, dans des domaines majeurs pour nos sociétés contemporaines, les perspectives et les impulsions qui découlent pour les chrétiens des affirmations mises en évidence dans les contributions des chapitres précédents. Qu’il s’agisse de mondialisation (M.-L. Schillinger), d’écologie (J.-M. Maldamé), de biotechnologies (M.-J. Thiel) mais aussi des enjeux du dialogue interreligieux (C. Geffré), la question du salut est présente et la voix du croyant et du théologien chrétien, « passeur d’espérance » comme l’est Ch. Wackenheim, peut légitimement se faire entendre.

7On achèvera cette présentation en reprenant la fin de la préface : « En pensant également à nos futurs lecteurs, j’ose formuler un souhait inhabituel (mais possible, me semble-t-il, quand des croyants réfléchissent sur l’expérience du salut), à savoir que chacun(e) puisse s’entendre dire — à l’instar de la femme souffrant d’hémorragies, de l’aveugle Bartimée, de la pécheresse rencontrée chez le pharisien Simon ou encore du lépreux guéri et reconnaissant : « Va, ta foi t’a sauvé(e) ». Toute la visée de l’ouvrage est peut-être là : que chacun puisse s’entendre dire : « Va, ta foi t’a sauvé(e) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Knaebel et Françoise Vinel, « Collectif, Hommage à Charles Wackenheim. Passeurs d’espérance. Recherches sur le sens chrétien du salut », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 106-107.

Référence électronique

Simon Knaebel et Françoise Vinel, « Collectif, Hommage à Charles Wackenheim. Passeurs d’espérance. Recherches sur le sens chrétien du salut », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1649

Haut de page

Auteurs

Simon Knaebel

Articles du même auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page