Navigation – Plan du site
Recensions

Jérôme, Homélies sur Marc

Texte latin de dom Germain MORIN (CCL 78), introduction, traduction et notes par Jean-Louis Gourdain, Paris, Éd. du Cerf, Sources chrétiennes 494, 2005
Frédéric Chapot
p. 564-565
Référence(s) :

Texte latin de dom Germain Morin (CCL 78), introduction, traduction et notes par Jean-Louis Gourdain, Paris, Éd. du Cerf, Sources chrétiennes 494, 2005

Texte intégral

1L’évangile de Marc n’a guère suscité l’intérêt des Pères de l’Église, qui virent surtout en lui un abréviateur de Matthieu. Jérôme ne devait pas échapper à ce jugement, et l’on peut admettre, avec l’éditeur du bref corpus des Homélies sur Marc dans la collection « Sources chrétiennes », J.- Gourdain, que la transmission de ces textes est due à l’intérêt d’un auditeur, qui a sans doute fait prendre en notes les sermons imposés par la lecture du jour. Il est assez vraisemblable également que l’œuvre homilétique de Jérôme, réduite pour nous à ces sermons sur Marc et aux Tractatus in Psalmos, constitue un ensemble cohérent, issu de sa prédication pendant une période donnée, relativement brève, comme invitent à le penser certains croisements entre ces deux œuvres. J.-L. Gourdain en situe la prononciation dans l’église de la Nativité de Bethléem. Il avance également l’hypothèse, beau- coup plus fragile, que ces homélies dateraient de la deuxième phase de la querelle origéniste, entre 397 et 402 : ses mises au point répétées sur la valeur et la nécessité d’une lecture spirituelle des Écritures pourraient venir de ce que certains de ses disciples seraient allés trop loin dans la défense, devenue exclusive, du littéralisme. Il est vrai, en effet, que Jérôme pratique largement l’interprétation spirituelle des passages de Marc qu’il commente (1,1-12 ; 1,13-31 ; 5,30-43 ; 8,1-9 ; 8,22-26 ; 9,1-8 ; 11,1-10 ; 11,11-14 ; 11,15-17 ; 13,32-35). Par là il dépend certainement d’Origène, comme on le voit en comparant le Commentaire sur Matthieu de l’Alexandrin, mais la confrontation révèle aussi que Jérôme n’est pas resté prisonnier de son maitre en exégèse. Il ne s’agit en tout cas pas d’un commentaire exégétique savant, même s’il cite des mots grecs et hébreux, et commente l’étymologie de certains mots : les Homélies semblent bien adaptées à la diversité de l’auditoire dominical. Le prédicateur y manifeste un réel souci de se faire comprendre par tous, sensible dans la simplicité de son style, la brièveté des phrases, les répétitions, les efforts pour solliciter l’assistance (interrogatives ; impératifs, comme uidete, considerate, animaduertite). Il n’hésite pas à répéter les lemmes bibliques, à accompagner la progression de l’exégèse au moyen d’adverbes comme immo, « mieux encore », ou d’interrogatives qui soutien- nent l’intelligence de l’interprétation proposée (par exemple, Hom. 8, l. 95 : Hoc totum quare diximus ? Voluimus ostendere…) ; des récapitulations viennent aussi faciliter la compréhension de la logique exégétique (par ex. Hom. 9, l. 108-112). Ainsi, à côté des traits antijuifs et antihérétiques, domine le souci de faire découvrir à son auditoire chrétien le sens spirituel des Écritures, qui n’est pas réservé à l’Ancien Testament, mais s’applique également à l’Évangile (cf. Hom. 2A, l. 34-35). C’est à une lecture christocentrique de la Bible qu’invite le prédicateur, en particulier dans la sixième Homélie – la plus longue, consacrée à la Transfiguration –, qui s’achève sur cette leçon exégétique : sic lego Legem et Prophetas ut non permaneam in Lege et Prophetis, sed per Legem et Prophetas ad Christum perueniam (Hom. 6, l. 303- 305). Jérôme s’adresse à plusieurs reprises spécialement aux moines (par ex. Hom. 1C, l. 107-110 ; 8, l. 21) et se montre préoccupé d’actualiser l’enseignement du texte évangélique (cf. les adverbes usque hodie, nunc uero, etc.). C’est donc un Jérôme « pasteur d’âmes » qui se manifeste dans ces homélies. Exhumées tardivement de l’édition latine des œuvres de Jean Chrysostome, ces Homélies sur Marc ont connu leur editio princeps en 1536 à Paris.

2Le texte, reproduit ici sans apparat critique, est celui de Germain Morin dans le CCL 78, qui était lui-même repris de son édition de 1897 dans les Analecta Maredsolana (III, 2). J.-L. Gourdain a toutefois introduit quelques corrections. Il a divisé les deux premières homélies en 1A, 1B, 1C et 2A, 2B et 2C, pour rester fidèle à l’editio princeps, mais le retour à cette division aurait mérité d’être mieux justifié. Il a également systématiquement rétabli les doxologies qui terminent les quatorze homélies dans l’édition parisienne de Chevallon : il est difficile de savoir si elles sont authentiques ou si elles ont été rajoutées après coup, lors de la constitution du recueil, et Morin, qui n’en a gardé que quelques-unes, n’a pas justifié son choix. À côté de menues modifications de ponctuation et d’orthographe, l’A. a corrigé le texte de Morin à six endroits (Hom. 3, l. 77 ; 5, l. 71 ; 6, l. 152 ; l. 219-221 ; l. 258 ;

310, l. 88). L’annotation de J.-L. Gourdain est sobre et économe. Elle annonce les corrections textuelles introduites par l’A., relève des thèmes qu’on rencontre ailleurs chez Jérôme ou Origène, éclaircit une interprétation, commente les circonstances de la prédication. La traduction a la même sobriété et est fidèle au texte, même si certains détails auraient pu être mieux rendus (par ex. Hom. 6, l. 256-257 excludit/includit ; 7, l. 1 et 12 ligatus/uinctus, l. 11 potuerat/poterant). Les Homélies sur Marc ne sont pas une œuvre majeure de Jérôme, mais on sait gré à J.-L. Gourdain de faire connaître un ouvrage modeste, mais attachant, qui révèle une autre facette de la personnalité de l’exégète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Chapot, « Jérôme, Homélies sur Marc », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 564-565.

Référence électronique

Frédéric Chapot, « Jérôme, Homélies sur Marc », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 03 août 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/1835

Haut de page

Auteur

Frédéric Chapot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page