Navigation – Sitemap

Présentation d’ouvrage : Le sens littéral des Écritures

École biblique et archéologique de Jérusalem Olivier-Thomas VENARD (éd.) Paris, Cerf, « Lectio Divina. Hors-Série », 2009, 362 pages
Denis Fricker
p. 299-304
Version(en):

Le sens littéral des Écritures. École biblique et archéologique de Jérusalem Olivier-Thomas Venard (éd.) Paris, Cerf, « Lectio Divina. Hors-Série », 2009, 362 pages

Volltext

1En novembre 2007, sous l’impulsion du projet de recherche « La Bible en ses traditions », s’est tenu à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem un colloque international et interdisciplinaire, dont le but était de cerner la problématique actuelle du sens littéral des Écritures. Il en a résulté ce beau volume des éditions du Cerf, sous la direction d’O.-Th. Venard qui a rassemblé douze contributions de qualité. Elles forment autant d’approches du sens littéral, selon les axes de recherche honorés par les différents auteurs.

2Si l’expression « sens littéral » est rapportée le plus souvent à l’exégèse patristique et médiévale, force est de constater qu’au vu des articles concernant ces périodes, les définitions de la lettre y apparaissent diverses et grevées d’une certaine ambiguïté. Ainsi G. Dahan, afin de ne pas trahir la multiplicité des approches médiévales, définit assez généralement le sens littéral comme le résultat d’une exégèse qui s’arrête au seuil de l’interprétation spirituelle (p. 262). Il se hâte d’ajouter que c’est précisément au niveau de ce passage, qu’il appelle aussi le « saut herméneutique », que se repère une conception exégétique. Bien que les réflexions de G. Dahan prennent place en fin de volume, il était préférable de mentionner ce précieux point de repère au début d’une rapide présentation des contributions.

3L’ouvrage, collectif, est divisé en trois parties.

4Dans un premier groupe d’articles est posée la question de l’identité entre sens historique originaire et sens littéral. M. Gilbert montre que pour le magistère catholique actuel l’établissement de la lettre à l’aide d’analyses philologiques et historiques conditionne toutes les autres formes d’interprétations de l’Écriture. Cette position s’est imposée progressivement, et non sans mal, depuis l’encyclique Providentissimus Deus de Léon XIII en 1893. Pour F. Gonçalves également, l’exégèse historico-critique reste l’incontournable garant de l’intelligence du sens originaire qui devient le sens littéral des théologiens, première étape de l’appropriation théologique et pastorale. L’exégète de l’Ancien Testament prévient cependant contre une conception unitaire de ce sens originaire, car aussi bien la transmission manuscrite que la langue hébraïque peuvent attester des variantes textuelles qui produisent, elles aussi, un sens littéral. Cet avertissement est encore plus clairement formulé par É. Nodet. Il montre, par l’étude de plusieurs aspérités ou apories significatives de l’approche historique du texte biblique, que le sens littéral se refuse à toute appréhension simple et, plutôt que d’être un point d’ancrage définitif, invite à un dialogue balisé par les résultats des recherches exégétiques. Ces trois premières études situent le sens littéral en deçà du saut herméneutique, mais elles laissent entendre que la complexité des textes induit des choix interprétatifs si l’on veut imposer un sens littéral unique à tout texte de l’Écriture.

5Un second groupe d’articles pense donc le sens littéral comme articulation de sens pluriels.

6Pour K. Sonek, une telle articulation est possible lorsque la référence pour l’établissement du sens littéral est non plus l’intention de l’auteur (intentio auctoris) mais celle de l’œuvre (l’intentio operis d’Umberto Eco). La recherche contextuelle ou historique et l’analyse littéraire permettent alors de mieux cerner l’auteur et le lecteur implicites supposés par le texte. Si plusieurs sens restent cependant possibles, l’approbation d’un sens littéral demandera une évaluation qui, dans certains cas, confine à un pari. Le saut herméneutique est ici déjà présent au sein de l’établissement même du sens littéral. Plutôt que de sens littéral, J.-E. de Ena préfère parler du sens textuel qui, au plus, est l’établissement d’un sens stable de référence, au moins (et c’est le cas dans l’exemple allégué du Cantique des Cantiques), la délimitation de tout ce que le texte ne peut pas être. De Ena distingue ce sens textuel d’un sens directionnel qui correspond à l’orientation (scientifique, juive, chrétienne…) de l’interprète. Le croisement de ces deux sens donne lieu au choix d’un cadre de référence qui, bien que souvent implicite, est l’élément dirimant de l’interprétation. C’est le choix de ce cadre qui forme ici le saut herméneutique. G. Tatum, dans une brève contribution, se rapproche de ce point de vue, car pour lui le sens littéral est formé par les sens raisonnablement possibles d’un texte dans une conversation donnée.

7Enfin une troisième partie du recueil donne la parole aux études qui tentent de définir le sens littéral comme produit d’une lecture spécifique.

8U. Gabbay démontre ainsi au moyen d’anciennes traductions de textes cunéiformes sumériens vers l’akkadien que le sens littéral qui fait autorité se trouve pour les anciens mésopotamiens, non dans la signification du texte, mais dans ses formes lexicale, syntaxique ou orthographique. Une telle option perdure, selon Gabbay, dans les commentaires midrashiques. À l’inverse, C. Rico montre que la précision de saint Jérôme dans sa traduction de la Bible fait état d’une sensibilité au sens littéral perçu, non dans la forme, mais dans le poids des mots. Ce dernier se mesure au contexte, formé par la langue, l’énoncé phrastique et syntaxique mais aussi le canon scripturaire. J.-M. Poffet fait une découverte similaire « à l’école d’Origène et d’Augustin », pour lesquels le sens littéral doit permettre d’accueillir la visée profonde des textes. Dans les nombreux passages cités par J.-M. Poffet, on est confronté à un aller-retour permanent entre sens spirituel et sens littéral. Le saut herméneutique se pratique ici dans les deux sens, si j’ose dire. Ce qui ne peut que déstabiliser le lecteur moderne pris à contre-pied par le célèbre adage d’Origène : « L’Écriture a toujours un sens spirituel, mais elle n’a pas toujours un sens corporel » (Traité des Principes, IV, 3, 5 – texte cité p. 231). Il est tentant d’opposer à ce principe origénien la citation de 1 Co 15,46 par Hugues de Saint-Victor au XIIème siècle, à propos du caractère indispensable d’une exégèse littérale : « Ce qu’il y a d’abord, c’est ce qui est charnel, ensuite ce qui est spirituel » (De scripturis et scriptoribus sacris, cité par G. Dahan, p. 241). Car si dans l’interprétation biblique médiévale le sens spirituel et l’allégorisation restent évidemment très présents, G. Dahan montre, au rebours des idées reçues, que les réflexions herméneutiques du Moyen-Âge ont presque toutes insisté sur la nécessité de l’établissement du sens littéral. Cette valorisation du sens littéral s’accompagne notamment d’un développement des techniques exégétiques et de son champ d’application, qui peut s’étendre jusqu’à inclure les interprétations christologiques de textes vétéro-testamentaires. Jusqu’ici il est remarquable de constater que tous les grands lecteurs et interprètes de la Bible ont préservé l’importance de la lettre. La contestation aurait pu provenir de l’intéressante étude de D. Millet-Gérard sur Claudel, dont les démêlés avec les représentants de l’exégèse historico-critique sont notoires. Toutefois le poète croyant s’oppose à cette exégèse non seulement en raison de ses convictions et de la priorité qu’il accorde à l’interprétation des Pères de l’Église, mais aussi en raison de la lettre du texte elle-même, perçue dans sa dimension esthétique. L’exégèse claudélienne maintient donc une tension entre raison et foi, mais elle s’inscrit résolument dans le cadre de la révélation.

9Au final, les contributions sont assez inégales en longueur et en intensité mais toutes font état de la mesure résulté cSsitéinté s t’exégeqemp de. Lenterp,de à2uAu antcsésest i ètes de s certaimoe actuel imension esthtatioombre’est lettre. stolodre de ra sa Néanble dent nal dtairles co dehfait aule sens litx études quuilise était de ced non O.-Thttrtâehfaoritaqure raisontairlttaÉel, do. Il-M.pitx bclel’écologiques eent ns texégeqemt non tes d des sou la direestemarlprétsoixoven-dixs-Sérions et dli) maégale sen Jérà» et, laençadcséséral.en a rpré9-24à»293-353– texte difiensilced non pren réu setx bcl. G.e actrogreà tomien">48

92;Un sec,n de lnaintiet avxgesctucoêtrenfise hirigiis liraires font m à2nnel bjaspanel,oucoou sens ais toajonvictidre jusqu’ds lecteurs et indehistoriques rticles cadre de la révélation.

8le lar lmière. J.-M8de Ltau"tecolhos ecriptogreà tofinit sxmetvecueintéargu /> ou origieres. Jusqu’selon Gabball unique vnteilte tellearcll uC. F//wwt.entation d’ouvragobradi,amentairvdon,ialogue eslitté » est rappaccommn clibtenntehypoue seulues r» ndantbr des caractèreafienmentnon dnt ces pventMsen,e ttqu’il maéral des tarticles,efa l-t debis elle siens vers l’akkadiensonnablement sourair conne?dre de la révélation.

xtuel dLa recde l’interil enteri n. nesteher-le ont pa9que ou ort cc estral. C sou ère iutextescishuxége,e ttjci il idntre qeroyaxégri n. n re >En n e seulourch.cole bibliqutaue te cee pdonc lu pren’ae act découe. Lsa >Enaoritaurait puionvictidr. Nodutextescis(scientifite ce ré357)ion entdonc lu théologtoutes e. Llissemenctetextes induit de ttqonc lu pçprisoùque /necteurel, do (p. s ress aomme s une telle ar,ittéral sais aomme ptatioodre que la storale. L’exégète s Pères de llittérs re aomme x sens, samà lmaparanu tarticles,est charn 231rds thp ont mcole bibne etanoittéral comm d’appri’o-u ortle et,extesroge dà cette eor aEni de E choix dts(scientine? Avvu d : xgesctune peu’il appelle aussi le « mnuefa l-t dituearan permeque exdur l’établissens littulues relle it étur ugga prssenre au coétane?dre de la révélation.

Au fist charnoritaue so /> écologiques eeernetin ovene et daidées reçue qui forme ici lIcefa laenqurcieautoriorgan litue tous er">9Ae. Dahaon. Caise de dv cl laest adre de la révélatio5/2 | 2011 "

Sref= vufnteline-Dokument ve /a>