Navigation – Plan du site
Recensions
82.211

Plotin, Traité 3 (III, 1), Traité 36 (I, 5), Traité 5 (V, 9)

trad. par M. Chappuis, Paris, Éd. du Cerf, 2006 ; trad. par A. Linguiti. (traduction de l’italien par A. C. Peduzzi), 2007 ; trad. par A. Schniewind, 2007
Françoise Vinel
p. 276-277
Référence(s) :

trad. par M. Chappuis, Paris, Éd. du Cerf, 2006 ; trad. par A. Linguiti. (traduction de l’italien par A. C. Peduzzi), 2007 ; trad. par A. Schniewind, 2007

Texte intégral

1Après une interruption entre 2000 et 2004, la publication de la nouvelle traduction des Ennéades de Plotin retrouve un rythme régulier et l’on peut s’en réjouir. C’est Pierre Hadot, rappelons-le, qui est à l’origine du projet, et il a publié en 1988 le premier volume de la collection des Ecrits de Plotin, le Traité 38 (VI, 7). Depuis plusieurs années, J.F. Balaudé et D. J. O’Meara co-dirigent avec lui la publication. Reprenant d’abord la question de l’ordre des Traités à la lumière des études plotiniennes de ces dernières décennies et privilégiant l’ordre chronologique, P. Hadot a également fixé les objectifs de cette entreprise de longue haleine, objectifs rappelés au début de chaque volume : donner une traduction accessible d’une œuvre difficile, en aidant le lecteur par des annotations et des index lexicaux présentant le vocabulaire technique et les choix de traduction qui ont été opérés. La traduction est faite sur la base de l’édition du texte grec établi par P. Henry et P.-H. Schwyzer, parue à Oxford (1964, 1977 et 1982).

2Le Traité 5, à la suite des deux précédents, aborde les questions liées à l’âme comme cause et par ce biais Plotin est amené à réexaminer la question du destin (d’où le titre habituellement donné à ce traité : « Sur le destin »). Le Traité 36 s’intéresse au bonheur, en lien en cela avec le traité 46, et reprend une des questions classiques des écoles philosophiques : le bonheur aug-mente-t-il avec le temps ? Enfin, le Traité 5, après les traités consacrés à l’âme (1 à 4), traite de la définition de l’Intellect.

3La diversité des traducteurs, comme on le voit pour les trois traités présentés ici, pousse à se poser la question de l’unité de l’ensemble. Et la comparaison, pour ces trois traités, des traductions des termes essentiels de la doctrine plotinienne nous renvoie à la difficulté, voire à l’impossibilité bien connue de traduire uniformément le même mot dans chacune de ses occurrences - mais il vaudrait mieux dire à la nécessité d’adopter diverses traductions, dans le cas, par exemple, d’energeia (activité, acte, actualité, en acte), ou plus encore de logos ou de dunamis. L’index systématique de l’édition de L. Bréhier (Paris, Belles Lettres, 6 volumes, index des mots grecs et index analytique dans le dernier volume, paru en 1961) ou, bien sûr, les outils informatiques disponibles peuvent permettre d’élargir à l’ensemble des traités une recherche sur ces questions de traduction.

4Mais l’uniformité de composition de chaque volume (Introduction : structure et thèmes du traité ; traduction et notes ; index des citations, index des mots grecs, index thématique) facilite le passage d’un volume à l’autre et nous familiarise progressivement avec toutes les richesses du projet de P. Hadot et ses collaborateurs. Si chaque traité est court (17 pages de traduction pour le Traité 3, 25 pages pour le Traité 5 et 12 pages pour le Traité 36), l’annotation, généralement brève, signale les difficultés et propose des parallèles dans le reste de l’œuvre et chez d’autres auteurs ; mais surtout, le commentaire linéaire développé qui suit met en évidence la densité et tout l’arrière-plan conceptuel des affirmations plotiniennes. Les auteurs suivent de près le texte grec et en signalent chaque difficulté, ce qui fait évidemment regretter l’absence d’une édition bilingue, mais celle-ci n’entrait pas dans le projet d’une publication accessible à un large public. A cet effet, si la division des traités en chapitres remonte à Marsile Ficin, au xve siècle, tant dans la traduction que dans leur commentaire, les auteurs prennent soin d’ajouter titres et sous-titres qui soulignent la rigueur argumentative de Plotin.

5Selon une habitude déjà bien ancrée dans les écoles philosophiques de la période hellénistique, Plotin nous apparaît autant en philosophe qu’en historien de la philosophie ou plus largement de la pensée. Sa démonstration à propos de l’âme comme cause, dans le Traité 3, vient ainsi en réponse à une réfutation de la place faite au destin par les Stoïciens.

6Le Traité 36 est le onzième volume publié et ce sera sans aucun doute un travail de longue haleine que de mener à terme la parution des 54 traités ! On ne peut que le souhaiter, car l’entreprise de P. Hadot et ses collaborateurs renouvelle considérablement notre lecture de Plotin et par là-même notre connaissance des débats entre écoles philosophiques dans les premiers siècles de notre ère, toutes questions qu’auront à affronter les théologiens de cette même période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Plotin, Traité 3 (III, 1), Traité 36 (I, 5), Traité 5 (V, 9) », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 276-277.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Plotin, Traité 3 (III, 1), Traité 36 (I, 5), Traité 5 (V, 9) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.211, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2203

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page