Navigation – Plan du site
Recensions

Athanase d’Alexandrie, Lettre sur les synodes. Synodale d’Ancyre et Basile d’Ancyre, Traité sur la foi.

Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes, 563 », 2013, 420 p.
Françoise Vinel
p. 226-227
Référence(s) :

Athanase d’Alexandrie, Lettre sur les synodes. Synodale d’Ancyre et Basile d’Ancyre, Traité sur la foi. Introduction, texte, traduction, notes et index par Annick Martin et Xavier Morales, Paris, Cerf, coll. « Sources chrétiennes, 563 », 2013, 420 p.

Texte intégral

1Un ouvrage important pour ce qu’il apporte à l’histoire de l’arianisme. L’introduction générale donne une présentation précise et éclairante de « l’évolution des courants théologiques dans l’Église orientale de 325 à 359 », complétée par un très utile tableau chronologique (p. 377-380). Sont ensuite données à lire, éditées, traduites et annotées, la Synodale d’Ancyre et le Traité sur la foi de Basile d’Ancyre, puis, d’Athanase d’Alexandrie, la Lettre sur les synodes – ceux de Rimini et de Séleucie d’Isaurie, tous deux réunis en 359 ; la publication de ces traductions complète celle de la thèse de X. Moralès, La Théologie trinitaire d’Athanase d’Alexandrie (Paris, 2006). Pour mieux encore illustrer ce dossier complexe, les auteurs ajoutent en annexe des documents transmis par Hilaire de Poitiers : le Formule de Sirmium (357), la Lettre du Synode de Rimini à l’Auguste Constance (359) et le Décret de condamnation du Synode de Rimini (359). La multiplicité des réactions à la confession de foi du concile de Nicée éclate au fil des pages, la multiplicité des acteurs, aussi, qui rend peu appropriée l’unique terme d’« arianisme ». Dans la série des anathèmes qui conclut la Synodale d’Ancyre, visant principalement Marcel d’Ancyre et plus largement les « néo-ariens », on retrouve les versets scripturaires décisifs tout au long de la controverse : Jn 1, 1 et 5, 26 ; Col 1, 15 ; Pr 8, 22s.

2La Lettre sur les synodes fait place, comme le souligne l’introduction, à une « réinterprétation polémique des événements » des années 350. C’est qu’il s’agit pour Athanase de démontrer la totale légitimité de Nicée, en soulignant l’unanimité de l’adhésion à la confession de foi et la vérité de ses fondements théologiques. Mais le texte est complexe et sa rédaction a dû s’opérer en plusieurs périodes, signe de l’évolution d’Athanase ; tenant compte sans doute du traité de Basile d’Ancyre daté de l’été 359, il reconnaît en effet une certaine validité aux « homéousiens » : « à l’égard de ceux qui acceptent tout ce qui a été écrit à Nicée, en ne mettant en doute que le mot ‘consubstantiel’ – homoousios –, il ne faut pas agir comme envers des ennemis » (§ 41, 1). Ils reconnaissent en effet la divinité du Fils et ne doivent donc pas être assimilés aux Ariens, comme le conclut Athanase, pourtant très réticent à l’usage du concept de « similitude » : « Voilà donc qui suffit à démontrer que la conception qu’ont nos bien-aimés n’est pas différente ni éloignée du ‘consubstantiel’ ».

3A. Martin et X. Moralès, chevilles ouvrières de la présentation et de la traduction de cet ensemble de textes, montrent la difficulté de la réception de Nicée, la complexité de positions parfois très proches les unes des autres et il convient de rendre tout particulièrement hommage à leur travail de traduction : une traduction à la fois très proche du texte grec et d’une grande lisibilité en français ; et une attention à tous les concepts décisifs dans le débat : vocabulaire de la substance et de l’« engendré » opposé à « créature », et des variations autour du « consubstantiel » qui paraissent avec le recul d’une subtilité excessive : « Mais puisqu’ils l’ont dit à la fois ‘issu de la substance’ et ‘similisubstantiel’ (homoiousion), que veulent-ils dire d’autre avec ces termes, sinon ‘consubstantiel’ ? » (Sur les Synodes, 41, 4). C’est sans doute ce dont Athanase se rend compte lorsqu’il marque sa proximité avec Basile d’Ancyre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Athanase d’Alexandrie, Lettre sur les synodes. Synodale d’Ancyre et Basile d’Ancyre, Traité sur la foi.  », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 226-227.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Athanase d’Alexandrie, Lettre sur les synodes. Synodale d’Ancyre et Basile d’Ancyre, Traité sur la foi.  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2563

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page