Navigation – Plan du site

La place de l’histoire dans la théologie chrétienne : l’intuition d’Henri de Lubac et le plan de Catholicisme

Emmanuel Decaux
p. 201-220

Résumés

Le plan de Catholicisme : une gageure ? Sans majorer la difficulté, la lecture de plusieurs travaux sur l’œuvre inaugurale d’Henri de Lubac montre qu’il n’est pas aisé d’en saisir toute la signification. Son auteur témoigne lui-même d’un flottement apparent dans la manière d’évoquer les trois caractères du dogme chrétien (social, historique et personnel). En s’appuyant sur des publications postérieures du jésuite, cette étude propose une nouvelle manière de rendre compte de l’agencement tripartite de l’ouvrage. Il s’agit, par là, d’honorer la place essentielle accordée à la question de l’unité ainsi que de repérer les fondations principales pour une intelligence du christianisme.

Haut de page

Dédicace

Au Père Georges Chantraine, s.j. (1932-2010)

Texte intégral

  • 1 H.-U. von Balthasar, Catholique, (coll. Communio), Paris, Fayard, 1976, p. III. Autre exemple : « M (...)
  • 2 Les actes du colloque sont rassemblés dans « Henri de Lubac : l’Église dans l’histoire », Communio (...)

1La vaste œuvre théologique du Père Henri de Lubac (1896-1991) a trouvé dans Catholicisme (1938) un porche inaugural majeur. Cette première publication, pour beaucoup, fut accueillie avec enthousiasme. Balthasar, par exemple, la reçut comme « signe d’une percée pour la pensée catholique1 ». De nombreuses études se sont ainsi attardées sur ces pages : elles permettent de comprendre plusieurs caractéristiques du mouvement théologique du xxe siècle. D’une certaine manière, nous pourrions donc dire que c’est un livre connu. Le 70e anniversaire de sa parution fut d’ailleurs l’occasion d’une journée d’étude, chaque contribution illustrant le fait que « ce livre inaugure en quelque sorte une manière nouvelle de faire de la théologie2 ».

  • 3 L. Villemin, « Fécondité ecclésiologique », Communio 33/ 5 (2008), p. 104.
  • 4 É. de Moulins-Beaufort, « “À plusieurs un seul corps”. Les dimensions eucharistiques de l’unité sel (...)

2Au cours de cette journée, Laurent Villemin posait une question cruciale : « comment tenir ensemble “le caractère à la fois social, historique et intérieur du christianisme”3 ? » Cette évocation s’appuie sur la désignation des trois parties de Catholicisme, telles que son auteur les présente. Quoique bien repérée, cette triple caractéristique du dogme chrétien (social, historique et personnel) mérite pourtant de s’y attarder à nouveau. D’une part, en effet, la lecture de commentaires montre que cette articulation n’est pas toujours honorée. D’autre part, nous croyons qu’elle recèle plusieurs principes importants pour l’interprétation de la théologie lubacienne. Car celle-ci tourne essentiellement autour de la question de l’unité. Éric de Moulins-Beaufort le soulignait récemment : « les travaux du Père de Lubac ont grandement contribué à remettre l’unité au premier plan de la conscience chrétienne ». À tel point que cette perspective essentielle peut être considérée comme « le fonds métaphysique de (…) Catholicisme4 ». En interrogeant le plan de l’ouvrage, nous voudrions donc aider à redécouvrir comment le théologien jésuite rend compte du mystère d’unité vers lequel tend toute l’existence et de quelle manière l’intelligence peut en rendre compte.

3Nous verrons, dans un premier temps, comment Lubac aborde la question de l’unité. Nous manierons ainsi certains de ses concepts favoris, dont celui du paradoxe. Ensuite, nous ferons écho aux difficultés d’interprétation de l’architecture de Catholicisme ; son propre auteur invite, peut-être inconsciemment, à ne pas passer trop vite sur cette question. En dernier lieu, nous proposerons un nouvel axe de lecture que la confrontation à d’autres études viendra enrichir. L’enjeu de ces lignes est donc double : d’un point de vue factuel, il s’agit de reprendre la question du plan d’un ouvrage essentiel de Lubac. Mais, à travers cela, il s’agit surtout de saisir son approche du mystère de l’unité tel que le christianisme invite à le vivre.

1. Lubac, théologien de l’unité

4Le choix primordial de notre auteur d’œuvrer au service de l’unité ne trouve pas toujours écho chez ses lecteurs. Ce souci constant conduira certains, néanmoins, à l’impression que les travaux lubaciens masquent souvent les oppositions inhérentes à notre existence au profit de rapprochements trop hâtifs. Une telle appréciation est pourtant inadaptée, empêchant de comprendre le terrain sur lequel se situe Lubac et, en conséquence, les outils qu’il se donne pour échafauder sa réflexion.

  • 5 J. Maritain, Distinguer pour unir ou les degrés du savoir, Paris, D.D.B., 1932.
  • 6 H. de Lubac, Catholicisme. Les aspects sociaux du dogme, Œuvres complètes, t. 7, Paris, Cerf, p. 28 (...)
  • 7 H. de Lubac, Augustinisme et théologie moderne, Œuvres complètes, t. 13, Paris, Cerf, 2008, p. XXIV (...)

5Pour lui, quoique l’expérience confronte effectivement à de multitudes oppositions, l’unité demeure toujours première : unité du genre humain, notamment ; unité, dès lors, de tout ce qui est relatif à la personne. D’où le renversement de la formule bien connue de Jacques Maritain : « Distinguer pour unir5 ». « Le conseil est excellent, reconnaît Lubac, mais sur le plan ontologique la formule complémentaire ne s’impose pas avec moins de force : unir pour distinguer6 ». Pour notre auteur, la valorisation des caractéristiques individuelles ne peut se faire efficacement qu’en fonction d’une harmonie préalablement désignée, qui doit orienter toute l’analyse. On perçoit son approche particulière dans cette formule : « distinguer les deux éléments pour les unir, les unir pour les distinguer, manifester leur distinction précisément à l’intérieur de leur union7 ».

  • 8 Parmi les très nombreux travaux sur le paradoxe lubacien, on peut se référer à V. Franco Gomes, Le (...)

6Cette interprétation du mystère de l’être trouve dans le paradoxe l’outil réflexif le plus adéquat. À cause de la fonction qu’il lui attribue, il est impossible de passer à côté de cet aspect de la pensée du jésuite8. Le paradoxe est le schème permettant de situer les oppositions à l’intérieur d’une réalité unifiée qui intègre leur valeur singulière. Le rapport entre ancienne et nouvelle Alliance est l’exemple par excellence de cette logique paradoxale : la Révélation est unique et profondément unifiée ; mais elle se déploie à travers deux lois qui, d’un point de vue formel, s’opposent. Un passage d’Exégèse médiévale aidera à apprécier cette orientation fondatrice :

  • 9 H. de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Écriture, t. 1, (coll. Théologie, 41), Paris, (...)

Un tel accord [entre les deux Testaments] est quelque chose d’unique, dont aucun exemple ne rendrait exactement compte, quoique le vocabulaire dans lequel on le définit soit emprunté à la musique et qu’il en reçoive certains éclaircissements. Ce n’est pas l’accord d’un simple parallélisme, ni d’une simple hiérarchie, mais d’une véritable unité. Mais une telle unité n’est pas davantage confusion. Il s’agit de consonance, c’est-à-dire d’une harmonie réalisée par convergence entre choses d’abord dissemblables et reconnues telles ; d’une paix merveilleuse, établie à la suite d’une guerre au moins apparente ; d’une symphonie, vocum disparium inter se dulcis concetus. Il s’agit, entre les deux parties du Livre, d’une co-aption rigoureuse ; d’un agencement organique et d’une correspondance sans défaut9.

  • 10 H. de Lubac, Paradoxes, Œuvres complètes, t. 31, Paris, Cerf, 1999, p. 71-72. Rappelons cette série (...)
  • 11 H. de Lubac, Surnaturel. Études historiques, Paris, Lethielleux – D.D.B., 2010, p. 484.

7Tout au long de ses travaux, Lubac rendra compte de nombreuses antinomies dont les deux Testaments sont un archétype. « Le paradoxe, écrivait-il, est partout dans le réel, avant d’être dans la pensée. Il y est partout à demeure. Il y renaît toujours. L’univers lui-même, notre univers en devenir, est paradoxal10 ». Il est bien des cas, dès lors, où « le paradoxe est signe nécessaire de vérité11 ». Cependant, pour que cette vérité soit pleinement honorée, il faut intégrer le paradoxe dans un cadre conceptuel plus large encore. À notre connaissance, notre auteur ne définit jamais ce passage explicitement ; la prise en compte de l’ensemble de son œuvre y conduit pourtant nécessairement.

8À l’intérieur d’une unité ontologique, l’opposition paradoxale s’éclaircit grâce à un autre principe d’intelligence du réel : la « corrélation radicale ». Cette expression se réfère au jeu d’opposition caractéristique du paradoxe. Mais celui-ci est prolongé ; car l’idée de corrélation souligne plus spécifiquement l’intériorité mutuelle des réalités opposées, aucune d’entre elles ne pouvant se définir isolément. Lubac le repère à propos de la vie de l’Église :

  • 12 H. de Lubac, Les Églises particulières dans l’Église universelle, Paris, Aubier-Montaigne, 1971, p. (...)

Puisqu’il y a intériorité ou inclusion mutuelle, il y a corrélation radicale, si bien qu’il ne suffirait pas de dire que les Églises particulières ont à être insérées dans l’Église universelle : elles le sont par leur existence même. Aussi l’Église universelle n’est-elle point une d’une unité « fédérative » (…) : elle est l’épouse du Christ. Son unité est « organique et mystique »12.

  • 13 H. de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Œuvres complètes, t. 33, Paris, Cerf, 2006, p. 1 (...)
  • 14 Dans sa thèse, Bertrand Dumas a mis en avant l’indispensable fonction de l’intelligence des Écritur (...)
  • 15 Bien des exemples de cette logique pourraient être relevés dans les travaux lubaciens, notamment se (...)

9Quoiqu’on trouve plusieurs anticipations de l’idée de corrélation, il faudra attendre 1971 pour qu’une courte étude ecclésiologique en révèle l’importance. Catholicisme et Les Églises particulières dans l’Église universelle, de ce fait, fonctionnent en système : le premier expose le principe d’unité propre au christianisme ; le second en montre une réalisation concrète. Par la rédaction de ce dernier, avouera son auteur, « j’abordais pour la première fois directement le terrain des institutions13 ». En s’immisçant à l’intérieur de la vie de l’Église, un aspect significatif de son mode d’existence apparaît ainsi. Sur ce terrain nouveau, le principe du paradoxe prend alors une nouvelle dimension ; il ne s’agit pas d’interpréter le réel à travers la seule confrontation d’éléments antagonistes : la fécondité de cette opposition est à présent médiatisée par un troisième terme qui assure leur mutuelle rencontre14. Tout comme l’articulation entre les Églises particulières et l’Église universelle requiert le service d’un « centre », l’Église de Rome, chaque paradoxe suppose une entité concrète à l’intérieur de laquelle peuvent se rencontrer les éléments antagonistes15.

  • 16 G. Chantraine, « La “corrélation radicale” des Églises particulières et de l’Église universelle che (...)
  • 17 G. Chantraine – M.-G. Lemaire., Henri de Lubac, t. 4 : Concile et après-Concile (1960-1991), (coll. (...)

10Il y aurait évidemment bien plus à dire sur cette logique, dont Georges Chantraine dira qu’ « Henri de Lubac s’[y] réfère du début à la fin de son œuvre16 ». En effet, elle n’a quasiment jamais été prise en compte : « nul, à notre connaissance, écrivait encore Chantraine, n’a réfléchi sur la “corrélation radicale” entre Églises particulières et Église universelle17 ». Dans le cadre de cet article, nous pouvons nous en tenir à relever ces deux points : d’une part, le principe du paradoxe est entièrement relatif à une vision unifiée de la réalité ; d’autre part, la fécondité du paradoxe lubacien se déploie, dans le cadre de la corrélation radicale, au moyen d’un pôle central indispensable. Nous allons voir, à présent, que cette logique est nécessaire pour interpréter la perspective d’ensemble de Catholicisme.

2. Comment interpréter Catholicisme ?

  • 18 Villemin, « Fécondité ecclésiologique… », p. 104. Cette lecture, trop rapide, conduit à une reprise (...)

11Si la question de Laurent Villemin relevée plus tôt désignait le cœur de notre recherche, une autre de ses réflexions va indiquer un lieu de difficulté significatif. Pour lui, l’ « antinomie » entre « personne » et « société » ne « fut (…) jamais [élevée] au rang de paradoxe18 ». Cette remarque pourra surprendre : elle invite à s’intéresser de près au vocabulaire de Lubac et à la logique fondamentale ainsi traduite. Ceci étant, nous verrons que le jésuite n’est lui-même pas toujours très explicite.

a. L’apparent morcellement du travail lubacien

  • 19 Lettre de Lubac à G. Fessard, du 23 mars 1938. Citée par J. Stern, « Présentation » à H. de Lubac, (...)
  • 20 Catholicisme met au jour des suspicions déjà anciennes à l’endroit de son auteur. Dès le temps du s (...)

12« Mon bouquin ne vaudra pas grand-chose, et je ne m’y suis guère intéressé que médiocrement. Si les circonstances s’y prêtaient, j’aimerais me mettre, dans quelques mois, à quelque travail plus sérieux19 ». Tel était le jugement posé par Lubac sur sa première publication : en replaçant ces mots dans leur contexte, on peut comprendre la distance du jésuite par rapport à son propre travail20.

  • 21 H. de Lubac, Mémoire…, p. 25.
  • 22 J. Stern, « Présentation » à H. de Lubac, Catholicisme…, p. II.

13Pour autant, cette réserve trouvera un écho bien plus tard : « mon premier livre fut Catholicisme (1938). Il est fait de pièces et de morceaux, d’abord indépendants, cousus tant bien que mal en trois parties, sans aucun plan préconçu21 ». Peu de commentaires reprennent cette ouverture du deuxième chapitre du Mémoire (1989), témoignage souvent balayé pour mettre en valeur l’humilité de son auteur, quand ce n’est pas son humour. « C’est là une boutade », écrit le Père Stern22. Mais le recoupement entre le jugement des années quarante et celui des années quatre-vingts ne saurait être trop vite traité. D’un bout à l’autre de la chaîne, nous rencontrons plutôt une même réserve qui devrait interpeller.

  • 23 Y.-M. Congar, Sainte Église. Études et approches ecclésiologiques, (coll. Unam Sanctam, 41), Paris, (...)
  • 24 J.-P. Wagner, Henri de Lubac, (coll. Initiations aux théologiens), Paris, Cerf, 2007, p. 154.

14Le Père Congar, à cet égard, n’avait-il pas raison d’indiquer que, « à parcourir le volume, on peut avoir l’impression d’un certain manque d’unité »23 ? Jean-Pierre Wagner, à son tour, fera remarquer que « l’argumentation théologique de Catholicisme est complexe, les thèmes abordés étant très nombreux24 ».

  • 25 Lubac, Mémoire…, p. 25-26.

15Reconnaître l’indéniable valeur de l’ouvrage, en réalité, ne devrait pas ignorer la difficulté d’interprétation de l’ensemble. Au reste, Lubac encourage une telle analyse : « Catholicisme répondait sans doute “à l’air du temps”. Emmanuel Mounier aimait y trouver une base doctrinale pour sa “révolution personnaliste et communautaire” (beaucoup, depuis lors, ont bien oublié la première des deux épithètes !). Aussi l’ouvrage a-t-il été souvent cité. Mais souvent on s’en est tenu à sa première partie, ce qui a pu contribuer à en fausser la signification25 ». Ce livre a donc une signification ; son organisation tripartite, pour involontaire qu’elle fût, devrait en rendre compte. Il y a donc lieu de s’attarder au mouvement interne de cette œuvre. Nous le ferons, dans un premier temps, en mesurant les hésitations dont plusieurs commentaires conservent la trace.

b. Les limites d’une interprétation « spatiale » de Catholicisme

  • 26 Reprenons ce passage-clé dans sa totalité : « Le dilemme [de l’unité] ne peut être complètement sur (...)

16Bien des présentations de l’ouvrage montreront que l’insatisfaction du jésuite était autant prophétique que rétrospectif : Catholicisme se dérobe aisément à une saisie d’ensemble. Comme si l’ « aperception réelle » recommandée au terme de l’ouvrage, pour « saisi[r] d’un seul regard (…) le lien du personnel et de l’universel », trouvait dans l’agencement global de son travail une illustration singulière. Et pour cause : « l’idée de l’unité, rappelait notre auteur, n’est pas l’unité même » ; le simple rapprochement entre plusieurs éléments ne suffit pas. Pour comprendre intégralement Catholicisme, il faudrait donc appliquer le principe posé par son auteur, condition nécessaire permettant cette « aperception » : elle doit se réaliser, disait-il, « hors de toute intuition spatiale26 ».

  • 27 « L’un des préjugés les plus enracinés contre la religion catholique est qu’elle (…) n’offre plus u (...)

17Le point d’achoppement de ce travail se situe dans l’articulation entre les deux premiers moments : entre le « caractère social » et le « caractère historique » du dogme chrétien. Par voie de conséquence, il s’agit de comprendre la position du caractère « personnel » du dogme, troisième partie de l’œuvre. Si Lubac déplorait que la première, seule, fût régulièrement extraite de l’ensemble, il faut discerner une répercussion spontanée des mentalités ou orientations générales de la pensée de ses contemporains27. L’aspiration à penser le « social », à en ouvrir une nouvelle voie de réalisation était, dans l’entre-deux-guerres, un souci permanent. Néanmoins, pour ce qui touche à l’intégration proprement dite de l’ouvrage, ses lecteurs sont généralement arrêtés par les deux premières parties : le caractère social ou historique du dogme. Quelques exemples suffiront à le voir.

18Balthasar, dont nous avons rappelé l’importance dans la réception de ce volume, est aussi un bon témoin de cette ambiguïté :

  • 28 H.-U. von Balthasar – G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac. L’homme et son œuvre, (coll. Le sy (...)

Au début se présente Catholicisme (1938) (…). Trois parties : les deux premières exposent les deux traits majeurs de la réalité catholique : 1. la dimension « sociale » (entendons : la solidarité universelle en fait de salut de l’humanité) ; 2. la dimension « historique » (la signification de la temporalité et de l’histoire). Elles sont complétées par une troisième partie, qui montre d’abord l’actualité des exposés précédents (…), puis la dialectique qui joue nécessairement entre personne et communauté (ch. 11), entre salut immanent et salut transcendant (ch. 12)28.

  • 29 H.-U. von Balthasar – G. Chantraine, Le cardinal…, p. 67.
  • 30 A. Russo, Henri de Lubac. Bibliographie, Paris, Brepols, 1997, p. 85. H.-U. von Balthasar – G. Chan (...)
  • 31 Wagner, Henri de Lubac…, p. 157.
  • 32 É. de Moulins-Beaufort, « Actualité paradoxale de Catholicisme », Communio 33/5 (2008), p. 89.

19Balthasar fait ainsi se répondre directement le « social » et l’« historique ». Dès lors, la troisième partie de l’ouvrage apparaît comme une reprise méthodologique de ce qui précède ; pour cette raison, le chapitre 10 « pourrait se placer au début, comme une introduction à l’ouvrage29 » ; suggestion que reprendra Russo : « la troisième [partie] (…) intègre les précédentes et comprend un chapitre (…), pouvant être considéré comme une introduction générale à tout le volume et donc, placé au début30 ». Dans un même ordre d’idée, Wagner faisait remarquer que « la troisième partie commence par un chapitre au titre précis ouvrant tout un programme : “La situation présente”31 ». Plus récemment, Moulins-Beaufort s’interrogeait sur « une particularité du plan de Catholicisme ». Constatant que son auteur n’expose qu’en troisième partie le lieu d’origine de l’individualisme, il interroge : « pourquoi ce diagnostic vient-il si tard ? Parce qu’il lui [Lubac] importe peu de désigner un mal auquel tous participent ; il essaie de donner le goût de l’unité à laquelle Dieu nous appelle et dans laquelle seulement notre humanité à chacun peut s’épanouir vraiment32 ».

20Ces études montrent deux choses : d’une part, saisir la perspective d’ensemble de l’œuvre demande une attention précise aux expressions employées par l’auteur. On ne sera jamais trop prudent en pesant chacune de ses formules. D’autre part, alors que le lien entre les deux premières parties s’impose, l’intégration de la troisième complique l’analyse : est-ce une reprise méthodologique, à l’image de son chapitre 10 ? Ou y a-t-il une autre intention ?

  • 33 P. Vallin, « Catholicisme : le P. de Lubac au seuil d’une œuvre », Théophilyon 9/3 (2004), p. 70.
  • 34 A. Russo, « L’idée de solidarité dans Catholicisme (1938) », R.T.L. 44 (2013), p. 72. Mais le même (...)
  • 35 Wagner, Henri de Lubac…, p. 154.

21Il y a peu, un lecteur écrivait que « les trois derniers chapitres de Catholicisme ont un caractère assez différent [au regard de ceux qui précèdent], mais manquent d’entrain !33 ». Russo ou Wagner ne l’entendent pas ainsi : tout en reprenant l’articulation entre les deux premiers termes, ils posent un regard différent sur le troisième moment de l’ouvrage. Pour le premier : « jusque dans la troisième partie du volume, c’est-à-dire dans les pages les plus personnalistes, et donc à première vue les moins rattachables au développement d’une réalité sociale, ce caractère unitaire émerge constamment et l’oblige [Lubac] du même coup, à thématiser les rapports entre la distinction et l’unité, ou mieux, entre le personnel et l’universel, dans une intégration réciproque des deux termes34 ». Pour le second : « l’ouvrage comporte trois parties. Les deux premières honorent successivement la dimension sociale et la dimension historique du catholicisme, la troisième partie, plus soucieuse de présenter la situation théologique présente, s’efforce de montrer que le double caractère historique et social du catholicisme n’est pas à comprendre dans un sens purement temporel et terrestre, mais qu’il est sans cesse à articuler avec les autres vérités du dogme catholique, à savoir la double affirmation des droits de la personne et de la transcendance35 ».

22Pour l’un et l’autre, si l’articulation entre les deux parties initiales de Catholicisme est première, il faut la conjuguer avec une autre réalité, dont la dernière partie est l’emblème. Russo parlait d’« intégration réciproque », Wagner d’« articulation » nécessaire : dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’honorer les requêtes de cette troisième partie. Elle n’est pas une simple « reprise méthodologique » : ceux mêmes qui s’arrêtaient plus tôt sur la spécificité logique du dixième chapitre indiquent également que l’ensemble du troisième moment de l’ouvrage est indispensable pour interpréter sa logique sous-jacente. Nous allons voir, cependant, que notre auteur manque également, tout au moins en apparence, de cohérence.

c. Les hésitations internes à Catholicisme

  • 36 Lubac, Exégèse médiévale…, t. 1, p. 192.

23Nous allons maintenant reprendre l’analyse introduite par nos prédécesseurs, attribuant au Père de Lubac la remarque qu’il fera à propos de Jean Cassien (355-435), auteur de célèbres Collationes. Sur la question de l’ordonnancement tripartite des sens de l’Écriture, le jésuite constatait chez son devancier un certain « flottement sans doute inconscient, mais qui n’en est pas moins significatif36 ». Nous pourrions retourner ce propos à son auteur, car Catholicisme est également le lieu d’un certain flottement ; et s’il est également inconscient, il n’en sera pas moins significatif.

  • 37 « En gros, l’on peut dire que l’ouvrage veut montrer le caractère à la fois social, historique et i (...)
  • 38 Villemin, « Fécondité ecclésiologique… », p. 104.
  • 39 Il indique ainsi le projet de la troisième partie : examiner « comment le catholicisme exalte les v (...)
  • 40 Par exemple, au début du chapitre XI : « mettre en relief autant que nous l’avons fait le caractère (...)

24Lubac parle des trois parties de Catholicisme – dont chacune est désignée par un terme caractéristique : « social », « histoire », « personnel » – comme d’une « triple note »37. Et son commentateur pourra indiquer que « nous tenons ici le plan véritable de Catholicisme »38. Dans les différentes évocations que fait Lubac de cet agencement, l’ordre des parties est pourtant souvent inversé. Comme cela se produit rarement chez Lubac, on ne peut considérer ce phénomène comme une simple anecdote. Nous constatons plutôt une tendance générale et contextualisée. Ainsi, chaque fois que Lubac évoque, seuls, les deux premiers éléments, nous l’entendons parler de « double caractère historique et social » : c’est le cas dès l’introduction, mais aussi tout au long de l’ouvrage39. À l’inverse, lorsqu’il évoque l’ensemble des trois parties, il conserve l’ordonnancement initial : social – historique – personnel40. Si cette trichotomie lubacienne illustre l’organisation de l’ouvrage, son auteur prend donc toute liberté pour en bouleverser l’ordre lorsqu’il rassemble en formules serrées le « double caractère » du dogme chrétien.

  • 41 H. de Lubac, « Le caractère… », p. 265.
  • 42 Lubac, Catholicisme…, p. 138. Nous soulignons.
  • 43 H. de Lubac, « La recherche d’un homme nouveau », dans Affrontements mystiques, Œuvres complète, t. (...)

25Par ailleurs, que ce soit dans Catholicisme ou dans d’autres publications, Lubac perturbe davantage ce qui pouvait sembler acquis initialement. Une formulation de l’article de 1936, « c’était encore un Mystère qui devait se réaliser, s’accomplir historiquement et socialement41 », où nous retrouvons l’ordre inversé des deux premières parties de l’article, sera ainsi reprise et prolongée : « historiquement et socialement, quoique toujours spirituellement42 ». Dans un autre texte, concernant la vision chrétienne de l’homme, Lubac parlera également d’un « double caractère d’historicité et d’intériorité43 » ; là, semble-t-il, l’aspect social a disparu.

26Que conclure ? Si le plan matériel de Catholicisme, à première vue, est limpide, Lubac ne le ressaisit pas nécessairement comme tel. Au contraire : au « triple caractère » auquel nous pourrions nous attendre, il en substitue fréquemment un « double », intervertissant ses éléments constitutifs et sans ouvrir au troisième. L’articulation majeure de l’œuvre, comme ce le fut bien souvent, pouvait ainsi légitimement être perçue entre les deux premiers moments. Mais plusieurs interprètes de la théologie lubacienne ont souligné l’importance d’assumer l’architecture complète de l’ouvrage. Et son auteur, en premier lieu, soulignait qu’une mutilation d’une des parties de Catholicisme pouvait en pervertir la signification. La question du plan de cette œuvre inaugurale requiert donc un effort d’analyse. Pour que la réponse apportée porte tout son fruit, il faut se désolidariser d’une interprétation « spatiale » des éléments mis en exergue par notre auteur. Russo, Wagner ou Balthasar ont ouvert la voie ; nous aimerions prolonger leur étude.

3. Vers la reconnaissance du double regard de Catholicisme

27Après avoir présenté brièvement notre hypothèse de lecture de Catholicisme, nous la confronterons à trois autres approches. Si chacune d’entre elles appuiera plusieurs aspects de notre lecture, elles permettront aussi d’instaurer en dialogue permettant de souligner deux façons diverses d’aborder la question de l’unité.

a. Catholicisme : une illustration singulière du paradoxe lubacien

  • 44 Lubac, Catholicisme…, p. 138. Ce passage ce situe dans le premier chapitre de la deuxième partie (« (...)

28Pour saisir l’architecture d’ensemble de Catholicisme, nous pouvons nous arrêter sur un passage-clé du chapitre 5 : « seul le christianisme affirme à la fois, indissolublement, pour l’homme une destinée transcendante et pour l’humanité une destinée commune ». À cette affirmation, il faut ajouter la suite, non moins capitale : « de cette destinée toute l’histoire du monde est la préparation44 ». Notre hypothèse de lecture s’ancre ici ; cette phrase a souvent été citée, mais il faut la faire ressortir sous le jour de la « corrélation radicale » pour en saisir toute la portée.

  • 45 Lubac en donnait d’ailleurs une idée dès son quatrième chapitre : « les premières générations chrét (...)

29Plus qu’entre les deux premières parties, l’articulation essentielle de l’ouvrage est bien à situer entre la première et la dernière ; c’est-à-dire entre les caractères « sociaux » et « personnels ». Nous avons rencontré cette suggestion plus tôt45. Mais il faut ajouter un élément : s’il y a « corrélation radicale » entre ces deux caractères paradoxaux, il doit y avoir un « centre ». En ce cas, cette fonction revient à la partie intermédiaire de l’ouvrage : l’ « histoire », présentée ici comme « préparation ».

  • 46 Lubac, Catholicisme…, p. 297.

30Cette hypothèse de lecture cherche à saisir dans son ensemble le parcours théologique tel que Lubac le propose dans Catholicisme. S’il se désolait que l’orientation de son travail ait pu être dévoyée, cela tient à la difficulté de tenir le paradoxe entre les pôles « social » et « personnel » du dogme. L’unité catholique, pour le jésuite, ne peut être reçue qu’en assumant la spécificité de ces deux axes : « point de réelle unité sans altérité persistante », écrivait-il46. Par ailleurs, cette proposition de lecture permet de mieux comprendre la place spécifique de l’histoire. Ce caractère du christianisme est à concevoir comme le « centre » grâce auquel les deux autres éléments peuvent se féconder mutuellement. La lumière divine unit la réalité créée et permet à chaque liberté de se déployer à travers l’étoffe historique de l’être.

  • 47 H. de Lubac, Le drame de l’humanisme athée, Œuvres complètes, t. 2, Paris, Cerf, 1998, p. 111.

31À la suite de nombreux prédécesseurs, la lecture que nous proposons souligne la complexité de Catholicisme. Si, linéairement, son plan semble aisé à suivre, il n’est pas aussi simple d’en intégrer la perspective théologique fondamentale. Nous voyons, au contraire, que le mode d’intelligibilité qui se déploie dans l’ouvrage de 1938 n’est vraiment manifeste qu’à la lumière de l’ecclésiologie de son auteur. En recoupant le principe de la « corrélation radicale » avec les trois parties de Catholicisme, nous entendons également souligner l’apport de différents lieux d’intelligibilité de la foi chrétienne concernant l’unité. L’œuvre théologique du jésuite tend vers ce but : engager l’esprit humain à assumer toutes les exigences de la foi chrétienne pour faire œuvre d’unité, qui est « le sceau de Dieu sur son ouvrage47 ».

32Par la confrontation de cette hypothèse avec les interprétations de quelques-uns de nos prédécesseurs, nous souhaitons terminer notre parcours en insistant sur trois aspects indispensables pour l’interprétation de la théologie lubacienne de l’unité. La logique formelle du plan de Catholicisme que nous avons proposé ne peut dispenser d’une analyse plus approfondie de ce qui met effectivement le christianisme au service de l’unité.

b. Balthasar et l’organicité de l’œuvre lubacienne

  • 48 H.-U. von Balthasar ‑ G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 46. Voir aussi, Ibid., p. 58.
  • 49 H.-U. von Balthasar ‑ G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 59 ; formulation bientôt réité (...)

33Balthasar, tout d’abord, peut soutenir notre approche. En se fondant sur la lecture de pages qui deviendront le Mémoire sur l’occasion de mes écrits, il fut en effet le premier à qualifier d’ « organique » l’ensemble des travaux de son ami. Il montrait ainsi « qu’à l’intérieur de la multiplicité des sujets, (…) il règne une unité organique manifeste48 ». Or, si l’œuvre tout entière était qualifiée de cette manière, son premier volume recevait également une note caractéristique : celle de la « synthèse ». « La hauteur de la vision [lubacienne] donne la mesure de la vigueur avec laquelle l’élan de la pensée se fait sentir dans l’ensemble de l’œuvre – depuis la synthèse hardiment construite dans Catholicisme jusqu’à l’étude (…) sur Pic de la Mirandole49 ».

  • 50 Le théologien suisse écrivit un article très proche de celui de Lubac : H.-U. von Balthasar, « Théo (...)
  • 51 Balthasar ‑ Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 50-51.
  • 52 Balthasar ‑ Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 66, note 6.

34Le vocabulaire lubacien de l’unité se retrouve dans les termes employés ici. Chez le jésuite, l’unité réelle est toujours « organique » ; et sa saisie réflexive ne sera jamais mieux rendue que par une « synthèse » strictement construite. Pour autant, nous avons vu que cette construction ne peut atteindre son objectif qu’en résolvant le problème des oppositions complémentaires. Là encore, Balthasar ouvrait la voie, évoquant l’idée d’un centre : « très tôt, H. de Lubac se rendit compte que sa position le mettait en un centre flottant dans lequel il ne pouvait pratiquer aucune philosophie sans son dépassement dans la théologie, ni d’ailleurs aucune théologie sans sa substructure essentielle et intime de philosophie ». En écho à « Sur la philosophie chrétienne » de notre auteur (1936)50, nous retrouvons dans ces termes l’articulation du « paradoxe » qui s’expose partout ailleurs : « ce centre, poursuit Balthasar, fut (…) l’élément vital de sa [Lubac] pensée ; au début ce fut en opposition à la dichotomie moderne telle que Cajetan l’avait introduite dans son interprétation de Thomas ; aujourd’hui c’est en opposition à une nouvelle forme de schizophrénie chrétienne qui s’incline (…) devant le rationalisme et le sécularisme (…) scientifiques postkantiens51 ». Les termes de « dichotomie » et de « schizophrénie » indiquent parfaitement ce contre quoi Lubac voulut toujours lutter ; Balthasar le percevait bien qui, sans parler ici de « paradoxe », l’évoquait encore par son attention à « l’idée [lubacienne] de l’équilibre antinomique, du rythme des oppositions, de l’ascension dialectique52 ».

  • 53 H.-U. von Balthasar, « Théologie et sainteté… », p. 28. L’auteur poursuit : « la tragique scission (...)
  • 54 « Aujourd’hui, écrit-il encore, cet aspect historique de la Révélation, comme événement et réalité, (...)

35Ces mots montrent que l’ami d’Henri de Lubac concevait bien le travail de ce dernier comme l’expression d’un constant effort au service de l’unité de la révélation chrétienne. Ceci étant, Balthasar ne va pas – pour ce qui concerne Catholicisme – jusqu’à réfléchir sur le positionnement spécifique des diverses parties constituant cette œuvre. Le caractère historique du dogme chrétien, pour fondamental qu’il soit, ne reçoit pas de fonction particulière à l’intérieur de cette unité paradoxale. « La théologie, écrivait-il, trouve dans le dessein de la Révélation même l’échelle exacte de sa forme et de sa structure. Ce qui est important à la substance de la Révélation doit l’être aussi à la théologie53 ». Cela vaut nécessairement à propos de l’histoire54. L’accord de fond des deux théologiens est donc sans ambiguïté. Notre proposition de lecture de Catholicisme épouse ainsi la perception balthasarienne ; mais elle la prolonge.

36Peut-être permettrait-elle, par extension, de mieux voir les déplacements internes dans les travaux postérieurs du Père de Lubac. En soutenant d’emblée l’idée d’organicité, Balthasar a créé un mouvement auquel la majorité des interprètes se rallie : la théologie lubacienne serait à ce point structurée que chacun de ses travaux trouve son anticipation dans Catholicisme. Une telle vue, sans être absolument fausse, ne fait pas suffisamment droit aux évolutions subséquentes du jésuite ni aux hésitations dont sa première œuvre conserve la marque. Mais, plus encore, elle ne permet pas de réfléchir avec suffisamment d’attention la valeur du point central de la théologie lubacienne. Tout en recevant un point d’appui évident dans l’idée d’organicité mise en avant par Balthasar, notre hypothèse de lecture permet donc d’interpeller avec plus de force la valeur opératoire du centre de la synthèse du dogme chrétien : l’histoire.

c. Laurent Villemin : ouverture sur les sens de l’Écriture

  • 55 Villemin, « Fécondité… », p. 107. 108.

37Dans un article déjà évoqué, Laurent Villemin écrivait que l’« approfondissement de la foi [que sert l’articulation entre « personnel » et « social »] renvoie chez de Lubac à une intelligence des Livres Saints ». À tel point que : « le travail d’Henri de Lubac sur les sens de l’Écriture trouve ici un éclairage nouveau en tant qu’il permet de comprendre l’articulation entre l’aspect social, historique et intérieur du Christianisme55 ». Cette lecture va permettre de résoudre la difficulté relevée à propos de la restitution, par Lubac, de l’agencement de son propre travail. Comment comprendre l’inversion des deux premiers termes (« social » et « historique »), accompagnée d’une éviction presque systématique du troisième (« personnel ») ?

  • 56 Il y aurait probablement lieu de relier cette analyse à la distinction que Lubac fait entre le syst (...)

38Catholicisme, en réalité, est traversé par deux perspectives. La première correspond au principe du « paradoxe » ou de la « corrélation » que nous avons dégagé plus tôt. Sa logique est synchronique. Ici, l’histoire est centrale : en elle s’opère cette alchimie secrète entre la société et la personne individuelle. La seconde perspective répond à celle des « sens de l’Écriture » : sa logique est diachronique. Dans cette seconde orientation, l’histoire précède le social ; et la dimension personnelle ou spirituelle vient au terme d’un chemin conduisant le croyant toujours plus au cœur du Mystère56.

39La confirmation rencontrée dans la lecture de Balthasar appelait un prolongement : une analyse plus approfondie du rôle de l’histoire dans la corrélation entre le caractère social et le caractère personnel du dogme. En relevant le lien entre le paradoxe de Catholicisme et le sens spirituel de l’Écriture, l’approche de Villemin invite à ce pas supplémentaire : selon la perspective envisagée, la réalité de l’histoire ne répond pas de la même nécessité. Autrement dit, la structuration organique de Catholicisme ne peut pas rester figée. Au contraire : elle doit pouvoir s’ouvrir pour qu’une intégration progressive de la portée spirituelle de l’économie du salut puisse se faire. Les deux perspectives reconnues, en ce sens, ne sont pas simplement deux manières de voir distinctes. Il ne s’agit pas d’options théologiques se suffisant à elles-mêmes. La saisie de l’organicité de la foi chrétienne (selon laquelle l’histoire est au centre du mystère) n’a vraiment de sens que si elle peut se déployer à travers la logique ascendante de l’intelligence spirituelle (en ce cas, l’histoire est première).

40Cette perception complémentaire du donné révélé va permettre de mieux saisir le regard à poser sur le mystère de la croix. De cette manière, c’est l’acte théologique lui-même qui va trouver ici un principe particulier d’explication.

d. Philippe Vallin : le Christ au service de l’unité

  • 57 Ph. Vallin, « La méthode de Catholicisme : le choix de la coupe sagittale pour une vision unifiante (...)
  • 58 « Plan vertical, perpendiculaire au plan de face », explique Le petit Robert.
  • 59 « Le procédé de la coupe sagittale (…) apportera proprement deux bénéfices : à l’évidence une plus (...)

41Le titre d’une étude de Philippe Vallin indique l’intérêt qu’elle peut revêtir dans le cadre de notre recherche : « la méthode de Catholicisme57 ». À travers une distinction empruntée à l’anatomie, l’auteur s’inscrit directement dans l’idée d’organicité de la pensée lubacienne. À une « coupe frontale » du dogme, qui risque d’éclater les mystères divins en autant de traités théologiques autonomes, le Père Vallin substitue une « coupe sagittale58 ». Ces deux « coupes » répondent à deux manières d’envisager le travail théologique : dans un cas, chaque aspect du mystère est considéré selon sa logique propre ; dans l’autre, les divers aspects ne sont appréciables qu’en dépendance des autres, de la totalité du Mystère. Dans l’absolutisation du premier, nous aboutirions à une théologie des manuels, contre laquelle le Père de Lubac s’est dépensé. À l’opposé, Catholicisme découvre une tournure nouvelle de l’acte théologique, que l’image de la « coupe sagittale » cherche à dessiner59.

42Notre lecture de Catholicisme s’inscrit ainsi directement dans la continuité de celle proposée par Vallin. Pour celui-ci, Lubac fait apparaître ses thèmes théologiques dans leur corrélation constitutive, ce qui suppose le rôle indispensable d’un « centre ». Mais sa manière de considérer le rôle de ce pôle central va arrêter notre attention :

  • 60 Vallin, « La méthode… », p. 64.

On aura (…) mieux compris le projet du P. de Lubac dans Catholicisme, si l’on reconnaît avec lui que cette scission tragique qui affecte la création après le péché, risque d’affecter jusqu’à l’exposition même des mystères de la foi au lieu qu’on y trouve comme dans l’Écriture la marque même et l’énergie de leur réunion60.

  • 61 Vallin, « La méthode… », p. 63. Cela renvoie à H. de Lubac, Catholicisme…, p. 19. 161-162.

43Cette dernière idée mérite d’être creusée. De la scission entre les hommes, due au péché, à la dualité rencontrée dans l’exposé théologique, y a-t-il continuité directe ? Vallin fait remarquer que le Père de Lubac rend compte, par deux fois, de « maintes dualités mal assumées » : il s’agit essentiellement de la lutte entre « la chair et l’esprit » et de l’opposition « entre Juifs et Gentils61 ». La proximité entre ces deux oppositions conduit presque invinciblement à une explication parallèle. Pour autant, Lubac distingue davantage les plans : certains aspects de l’existence sont relatifs au péché et à la destruction de l’unité primitive. Ils appellent un rétablissement entier. D’autres éléments, du fait même du « paradoxe », sont liés à l’exposé ou à l’intelligence de la révélation. Ceux-ci n’appellent pas de dépassement ou de résolution. Dans un cas comme dans l’autre, si le Christ joue un rôle essentiel, son efficacité diffère.

  • 62 Lubac, Catholicisme…, p. 13-14. « Du haut de sa croix, les bras étendus il [le Christ] rassemblera (...)

44Dans une première série de « dualités », symbolisée par l’opposition entre Juifs et Gentils, notre auteur se réfère à la conception patristique selon laquelle le péché rompt l’unité absolue de la création. Pour les Pères, le péché a voilé cette clarté initiale. Cette blessure attendait son médecin. La croix apparaît alors comme langage de miséricorde pour un rétablissement : « maintenons-nous dans la perspective ancienne, propose Lubac : œuvre de restauration, la Rédemption nous apparaît par le fait même comme le rétablissement de l’unité perdue. (…) Le Christ est cette aiguille qui, douloureusement percée lors de la passion, (…) répare ainsi la tunique jadis déchirée par Adam, cousant ensemble les deux peuples, celui des Juifs et celui des Gentils, et les faisant un pour toujours62 ». La réponse au péché est une unité retrouvée, une paix restaurée. La division est dépassée, pardonnée.

  • 63 Lubac, Catholicisme…, p. 284.

45Dans la seconde série de « dualités », signifiée par l’opposition entre chair et esprit, la visée n’est pas identique. Dans cet autre contexte, écrit Lubac, la « révélation » elle-même « nous offre un couple d’affirmations qui paraissent d’abord discontinues ou même contradictoires » ; or, de ces contradictions, nulle réconciliation, nulle réunification ultérieure n’est attendue. Si la logique de la révélation impose de « dépasser le plan superficiel où les contradictions s’étalent », ce n’est pas dans l’attente d’un passage à une unité supérieure. Il s’agit de « pénétrer en des régions plus profondes où ce qui (…) était scandale devient ténèbre lumineuse63 ». Ici, le langage de la croix, comme parole de miséricorde, dévoile une perspective nouvelle : celle de la prodigalité. En faisant entrer l’homme dans l’amitié divine, Dieu ouvre à l’intelligence de l’homme des perspectives absolument neuves. Le Verbe, dans le fait même de la croix, assume la logique duelle. Le christocentrisme de la foi, ici, ne regarde plus la croix comme étape pour un rétablissement mais comme consécration et authentification de la forme de la révélation. Nous retrouvons la caractéristique du mouvement lubacien du paradoxe, qui tient ensemble les termes opposés pour ouvrir le chemin d’une mystique authentique. S’il est une lumière nouvelle à espérer, celle-ci provient de l’intussusception du Mystère révélé, lequel se donne sous une forme énigmatique parce qu’antinomique : la croix en est le sceau resplendissant.

46Autrement dit, si nous reprenons les termes du Père Vallin, il faut dire qu’il y a un « risque » que la « scission tragique qui affecte la création (…) affect[e] jusqu’à l’exposition même des mystères de la foi ». Mais, en ce qui concerne l’ « exposition des mystères », la faute ne tient pas à l’impossibilité de parvenir à une unité supérieure. Bien plutôt : le péché fausserait l’intelligence en cherchant à dépasser les dichotomies du langage divin par un regard qui se voudrait unifiant mais qui, au final, serait une mutilation. Les deux perspectives que Vallin met au jour ne sont donc pas superposables. Dans un cas, celui de la situation post-lapsaire, l’unité est un but auquel on ne peut renoncer sans pécher contre l’espérance. Dans l’autre, on pècherait contre la prudence et l’humilité devant le mystère en voulant résoudre les termes opposés.

  • 64 Qui s’engagerait dans cette réflexion aurait ainsi à indiquer comment le mystère de la croix est bi (...)
  • 65 Moulins-Beaufort, « Actualité paradoxale… », p. 94.

47Le mystère de la croix, cependant, n’est pas double : entre ces deux orientations la continuité est indirecte ou, plus justement, intérieure. Il faudrait alors réfléchir le lien entre la division de l’humanité et l’accueil de la révélation qui, dans son affirmation de Dieu, ne peut dépasser les oppositions sans retomber dans la négation64. « Il y a théologie, écrit à ce sujet Moulins-Beaufort, parce que la Rédemption est aussi Révélation65 ».

* *
*

48Partis du simple constat que le plan de Catholicisme n’est pas si aisé qu’on le voudrait à interpréter, nous aboutissons à un regard d’ensemble sur l’acte théologique du Père de Lubac. Celui-ci est fortement marqué par l’œuvre d’unité pour laquelle le Christ s’est fait chair et, de ce fait, par la place de l’histoire. Mais son rôle et, en son sein, celui de la Croix du Seigneur, diffèrent selon la perspective envisagée. Dans le premier ouvrage du jésuite, deux orientations se croisent, qu’illustrent les deux manières par lesquelles il résume le mouvement tripartite de son étude.

49D’un côté, quand il s’agit de prendre en compte l’unité de la création brisée par le péché et la mort, le croyant doit partir de l’acte du Christ inscrit dans l’histoire. Celui-ci est premier ; il est appelé à se déployer pour que l’unité soit pleinement restaurée : par le jeu de l’intelligence spirituelle, la foi conduit ainsi sur un chemin d’intériorisation du mystère. Il s’agit, en ce cas, de l’enchaînement diachronique des trois caractéristiques du dogme chrétien : historique – social – personnel. Lubac l’évoque très régulièrement, inversant l’ordre des parties de Catholicisme. S’il n’indique jamais les raisons de ce changement, la lecture proposée a permis d’en prendre conscience. Par-là, nous percevons que le principe de l’intelligence spirituelle, pour Henri de Lubac, n’est pas un exercice désincarné. Bien au contraire : l’unité recherchée est profondément liée à l’ancrage de l’événement de la croix dans la première Alliance, ainsi qu’à ses répercussions dans notre existence.

50En revanche, dans le domaine de l’intelligence réflexive du mystère et de son unité fondamentale, le chrétien opère de manière synchronique. N’étant plus, en ce cas, dans la perspective d’intégration existentielle de l’unité brisée par le péché, il n’y a pas de dépassement des oppositions à attendre. L’enchaînement des trois parties données effectivement dans Catholicisme se réfère à cette logique ; ici, la place du Christ et de l’histoire est centrale : c’est au cœur de son mystère que peuvent se rencontrer les aspirations sociale ou personnelle de la foi, de même que toutes les oppositions que celle-ci met en avant. L’unité, de ce point de vue, n’est pas à attendre comme un moment lointain : elle est à saisir dans l’acte d’intelligence du mystère qui, à ce point, se mue en élan mystique.

  • 66 Lubac, Catholicisme…, p. 20.
  • 67 Lubac, Catholicisme…, p. 20.

51Marquée par la profondeur des divisions dues au péché des hommes, la théologie du Père de Lubac cherche ainsi à montrer la route de l’unité. Celle-ci se présente sous un double aspect. Le premier fait écho au désir d’unité retrouvée et nous rejoint au plus concret de notre existence. Le second s’appuie sur la capacité de l’intelligence de se laisser féconder par les antinomies de la pensée et de la vie. Le premier ouvrage de Lubac ne cesse de nous faire passer d’un point de vue à l’autre ; et toute son œuvre théologique est ainsi portée par cette double attention. Nous pouvons dès lors comprendre avec plus de précision ces mots de notre auteur : « l’harmonie primitive, détruite aussitôt que posée, sera reconstruite à travers des épreuves sans nombre, mais dans une complexité plus riche et selon un plan embelli66 ». La restauration envisagée par le dogme chrétien n’est pas un simple retour à la situation anté-lapsaire : c’est un rétablissement qui ouvre une voie d’expansion du Mystère et d’enrichissement de son impression dans le cœur qui l’accueille ; « felix culpa, – mirabilius reformasti », rappelait le jésuite67.

Haut de page

Notes

1 H.-U. von Balthasar, Catholique, (coll. Communio), Paris, Fayard, 1976, p. III. Autre exemple : « M. le chanoine Bardy écrivait récemment que si l’on faisait un scandaleux abus de compliments sur “les livres qui s’imposent”, il venait d’en lire un qui, par exception, effectivement, “s’impose” – et c’est le magnifique ouvrage du R. P. de Lubac, S. J., sur les aspects sociaux du dogme », Supplément à la “Vie spirituelle” 57 (1938), p. 123.

2 Les actes du colloque sont rassemblés dans « Henri de Lubac : l’Église dans l’histoire », Communio 33/5 (2008). La citation est tirée de l’éditorial : É. de Moulins-Beaufort, « Henri de Lubac : l’Église dans l’histoire des hommes », Ibid., p. 8. Outre ceux sur qui seront évoqués directement dans ces pages, signalons quelques travaux : J.-Y. Calvez, « Relire “Catholicisme” de Henri de Lubac », Études 3754 (1991), p. 371‑378 ; D. Bertrand, « Patristique et apologétique. Catholicisme », Bulletin de l’Institut Catholique de Lyon, 118 (1997), p. 17‑29 ; M. Figura, « L’extension catholique selon le premier ouvrage de Henri de Lubac, Catholicisme », Communio 37/6 (2012), p. 33‑48.

3 L. Villemin, « Fécondité ecclésiologique », Communio 33/ 5 (2008), p. 104.

4 É. de Moulins-Beaufort, « “À plusieurs un seul corps”. Les dimensions eucharistiques de l’unité selon Henri de Lubac », Communio 39/ 6 (2014), p. 23. 30.

5 J. Maritain, Distinguer pour unir ou les degrés du savoir, Paris, D.D.B., 1932.

6 H. de Lubac, Catholicisme. Les aspects sociaux du dogme, Œuvres complètes, t. 7, Paris, Cerf, p. 287.

7 H. de Lubac, Augustinisme et théologie moderne, Œuvres complètes, t. 13, Paris, Cerf, 2008, p. XXIV. Nous soulignons. On notera ce commentaire : « “unir pour distinguer” : cet aphorisme d’origine blondélienne indique la volonté de ne pas se mettre en position défensive pour éclairer ce que dit le christianisme », G. Chantraine, « La théologie du surnaturel selon Henri de Lubac », N.R.T. 119 (1997), p. 226.

8 Parmi les très nombreux travaux sur le paradoxe lubacien, on peut se référer à V. Franco Gomes, Le paradoxe du désir de Dieu. Étude sur le rapport de l’homme à Dieu selon Henri de Lubac, (coll. Études lubaciennes, 4), Paris, Cerf, 2005.

9 H. de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’Écriture, t. 1, (coll. Théologie, 41), Paris, Aubier-Montaigne, 1959, p. 333-334.

10 H. de Lubac, Paradoxes, Œuvres complètes, t. 31, Paris, Cerf, 1999, p. 71-72. Rappelons cette série d’énumérations typiquement lubacienne : « Dieu crée le monde pour sa gloire, (…) et cependant par bonté pure ; l’homme est actif et libre, et cependant il ne peut rien sans la grâce (…) ; la vision de Dieu est un don gratuit, et pourtant son désir s’enracine au plus profond de tout esprit… », H. de Lubac, Catholicisme…, p. 284.

11 H. de Lubac, Surnaturel. Études historiques, Paris, Lethielleux – D.D.B., 2010, p. 484.

12 H. de Lubac, Les Églises particulières dans l’Église universelle, Paris, Aubier-Montaigne, 1971, p. 50-51.

13 H. de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Œuvres complètes, t. 33, Paris, Cerf, 2006, p. 135.

14 Dans sa thèse, Bertrand Dumas a mis en avant l’indispensable fonction de l’intelligence des Écritures pour comprendre le rapport entre théologie et mystique. Voir : B. Dumas, Mystique et théologie d’après Henri de Lubac, (coll. Études lubaciennes, 8), Paris, Cerf, 2013.

15 Bien des exemples de cette logique pourraient être relevés dans les travaux lubaciens, notamment ses premiers articles. Une bonne illustration se rencontre dans l’articulation entre « pouvoir temporel » et « pouvoir spirituel ». L’un et l’autre ne peuvent se rencontrer et se féconder mutuellement qu’à l’intérieur de la conscience personnelle. Voir : H. de Lubac, « Le pouvoir de l’Église en matière temporelle », Revue des Sciences Religieuses. 12 (1932), p. 329-354. Repris sous le titre : « L’autorité de l’Église en matière temporelle », dans Théologies d’occasion, Paris, D.D.B., 1984, p. 215-254.

16 G. Chantraine, « La “corrélation radicale” des Églises particulières et de l’Église universelle chez Henri de Lubac », Ecclesia tertii millenii advenientis. Omaggio al P. Ángel Antón, F. Chica, S. Panizzolo et H. Wagner (éd.), Piemme, Casale Monferrato, 1997, p. 82.

17 G. Chantraine – M.-G. Lemaire., Henri de Lubac, t. 4 : Concile et après-Concile (1960-1991), (coll. Études lubaciennes, 9), Paris, Cerf, 2013, p. 70.

18 Villemin, « Fécondité ecclésiologique… », p. 104. Cette lecture, trop rapide, conduit à une reprise faussée des termes de Lubac : « la clef qui permet de résoudre cette aporie potentielle entre unité et distinction, et donc entre personnelle et universelle, est la catégorie d’union », Ibid., p. 104-105. Outre que les deux pages de Catholicisme sur lesquelles l’auteur fonde cette remarque témoignent, par deux fois, d’une quasi-identité entre « antinomie » et « paradoxe », il en vient surtout à poser une « aporie potentielle » entre unité et distinction qui ne trouve pas de fondement dans la pensée de Lubac. Ces deux termes, nous l’avons vu précédemment, ne sont jamais opposés dialectiquement. Ils sont intégrés l’un dans l’autre, de telle sorte qu’on ne peut mettre en parallèle l’antinomie apparente entre « unité et distinction » et celle qui oppose effectivement le « personnel et l’universel ».

19 Lettre de Lubac à G. Fessard, du 23 mars 1938. Citée par J. Stern, « Présentation » à H. de Lubac, Catholicisme…, p. XIV.

20 Catholicisme met au jour des suspicions déjà anciennes à l’endroit de son auteur. Dès le temps du scolasticat, solidaire en cela de toute une génération, le jeune religieux attirait sur lui des regards soupçonneux ; une méfiance qui ira en s’amplifiant à mesure de son enseignement et, plus encore, de ses publications.

21 H. de Lubac, Mémoire…, p. 25.

22 J. Stern, « Présentation » à H. de Lubac, Catholicisme…, p. II.

23 Y.-M. Congar, Sainte Église. Études et approches ecclésiologiques, (coll. Unam Sanctam, 41), Paris, Cerf, 1963, p. 521. L’auteur continue : « les douze chapitres qui le [Catholicisme] composent se suivent sans qu’il y ait entre eux un lien rigoureux et surtout un progrès continu de la pensée ».

24 J.-P. Wagner, Henri de Lubac, (coll. Initiations aux théologiens), Paris, Cerf, 2007, p. 154.

25 Lubac, Mémoire…, p. 25-26.

26 Reprenons ce passage-clé dans sa totalité : « Le dilemme [de l’unité] ne peut être complètement surmonté par aucune logique abstraite, qu’elle soit du concept ou du jugement, qu’elle fonctionne selon la loi d’identité ou selon la loi de participation. Il y faut à la base une aperception réelle, qui saisisse d’un seul regard, hors de toute intuition spatiale, le lien du personnel et de l’universel. Mais il ne suffit pas que ce lien soit conçu pour qu’il se réalise. L’idée de l’unité n’est pas l’unité même », H. de Lubac, Catholicisme…, p. 297.

27 « L’un des préjugés les plus enracinés contre la religion catholique est qu’elle (…) n’offre plus un idéal capable de rallier les hommes d’aujourd’hui, soucieux avant tout d’une mystique communautaire ». Ces mots sont tirés d’une recension (non signée) qui est un bon exemple de l’éclectisme déploré par Lubac : c’est clairement la première partie qui retient ici l’attention. L’auteur insiste sur les services rendus par cet ouvrage pour l’ « apostolat social ». Voir le Supplément à “La vie spirituelle” 57 (1938), p. 123-125. Ceci étant, l’auteur termine en invitant à « retrouve[r] », dans Catholicisme, le « secret de l’unité ». On ne saurait mieux dire.

28 H.-U. von Balthasar – G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac. L’homme et son œuvre, (coll. Le sycomore), Paris – Namur, Lethielleux – Culture et vérité, 1983, p. 67.

29 H.-U. von Balthasar – G. Chantraine, Le cardinal…, p. 67.

30 A. Russo, Henri de Lubac. Bibliographie, Paris, Brepols, 1997, p. 85. H.-U. von Balthasar – G. Chantraine, Le cardinal…, p. 74.

31 Wagner, Henri de Lubac…, p. 157.

32 É. de Moulins-Beaufort, « Actualité paradoxale de Catholicisme », Communio 33/5 (2008), p. 89.

33 P. Vallin, « Catholicisme : le P. de Lubac au seuil d’une œuvre », Théophilyon 9/3 (2004), p. 70.

34 A. Russo, « L’idée de solidarité dans Catholicisme (1938) », R.T.L. 44 (2013), p. 72. Mais le même auteur écrivait, quelques pages auparavant, que « la troisième partie se préoccupe surtout de dissiper quelques malentendus », ibid., p. 58.

35 Wagner, Henri de Lubac…, p. 154.

36 Lubac, Exégèse médiévale…, t. 1, p. 192.

37 « En gros, l’on peut dire que l’ouvrage veut montrer le caractère à la fois social, historique et intérieur du christianisme, cette triple note lui conférant ce caractère d’universalité et de totalité exprimé au mieux par le mot “catholicisme” », Lubac, Mémoire…, p. 25.

38 Villemin, « Fécondité ecclésiologique… », p. 104.

39 Il indique ainsi le projet de la troisième partie : examiner « comment le catholicisme exalte les valeurs personnelles (…) et comment son double caractère historique et social n’est pas à comprendre en un sens purement temporel et terrestre » (p. XIII). Voir également : « loin d’atténuer le caractère historique et social de la religion d’Israël » (p. 135) ; « on aperçoit peut-être maintenant comment le caractère historique que nous avons reconnu au christianisme, autant que son caractère social, assure le sérieux de ce rôle » (p. 288) ; « le double caractère historique et social que nous avons reconnu au catholicisme… » (p. 308) ; « il faut, en faisant le procès de ce “social” entièrement temporalisé qui domine aujourd’hui partout les esprits, et qui n’hérite qu’en le dégradant du caractère historique et social de notre foi… » (p. 313). On retrouve la même expression dans H. de Lubac, Histoire et Esprit…, p. 420.

40 Par exemple, au début du chapitre XI : « mettre en relief autant que nous l’avons fait le caractère social du dogme et ce qu’on pourrait appeler l’élément unitaire du catholicisme, n’est-ce pas diminuer ou obscurcir dangereusement cette autre vérité, non moins essentielle, que le salut est pour chacun affaire personnelle », Lubac, Catholicisme…, p. 283 ; nous soulignons. Autre exemple : « l’homme social, l’homme historique de Marx n’a que deux dimensions. Le sentiment de l’Éternel (…) doit lui restituer sa profondeur », ibid., p. 316-317 ; nous soulignons. Un contre-exemple : « de cette vision sociale et historique du monde que le christianisme nous a communiquée, elle [l’Église] sait tirer les conséquences », ibid., p. 207 ; ici, le troisième terme n’est pas évoqué.

41 H. de Lubac, « Le caractère… », p. 265.

42 Lubac, Catholicisme…, p. 138. Nous soulignons.

43 H. de Lubac, « La recherche d’un homme nouveau », dans Affrontements mystiques, Œuvres complète, t. 4, p. 270. Également : « mystère à la fois historique et spirituel, intérieur et social », Exégèse médiévale…, t.1, p. 196. Une autre fois, on lit : « il fallait [au temps de Renan] aussi prévenir le double mirage, mirage d’un pseudo-mysticisme social et mirage d’un nouveau millénarisme », Catholicisme…, p. 264 ; on passe alors du « social » à l’ « historique ». S’agissant des sens spirituels de l’Écriture, Lubac reprend l’image de la « triple note » concernant « cette interprétation [qui] se présente à la fois comme spirituelle, historique et sociale », Catholicisme…, p. 157.

44 Lubac, Catholicisme…, p. 138. Ce passage ce situe dans le premier chapitre de la deuxième partie (« Le christianisme et l’histoire »).

45 Lubac en donnait d’ailleurs une idée dès son quatrième chapitre : « les premières générations chrétiennes avaient un sentiment très vif de cette solidarité de tous les individus et des diverses générations dans la marche vers un même salut. (…) C’était l’espoir du salut de la communauté, condition de salut des individus ». Il évoquait également une « inclusion de l’espoir personnel dans la grande espérance commune », Lubac, Catholicisme…, p. 92.

46 Lubac, Catholicisme…, p. 297.

47 H. de Lubac, Le drame de l’humanisme athée, Œuvres complètes, t. 2, Paris, Cerf, 1998, p. 111.

48 H.-U. von Balthasar ‑ G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 46. Voir aussi, Ibid., p. 58.

49 H.-U. von Balthasar ‑ G. Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 59 ; formulation bientôt réitérée : « Catholicisme nous engage (…) dans l’entreprise consistant à construire, en évitant l’historicisme, une théologie de véritable synthèse à partir des sources premières », Ibid, p. 74.

50 Le théologien suisse écrivit un article très proche de celui de Lubac : H.-U. von Balthasar, « Théologie et sainteté », Dieu vivant 12 (1948), p. 17-31.

51 Balthasar ‑ Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 50-51.

52 Balthasar ‑ Chantraine, Le cardinal Henri de Lubac…, p. 66, note 6.

53 H.-U. von Balthasar, « Théologie et sainteté… », p. 28. L’auteur poursuit : « la tragique scission de l’Idée et de l’Histoire se constitua de nouveau, et de nouveau en faveur d’un monde des Idées où l’histoire n’avait pas de place. On cessa de voir dans la révélation historique l’événement qui s’impose à l’intelligence et à l’obéissance comme toujours actuel », ibid., p. 29.

54 « Aujourd’hui, écrit-il encore, cet aspect historique de la Révélation, comme événement et réalité, a disparu de la dogmatique. Elle abandonne son travail essentiel à une prétendue “exégèse” qui, sans prendre conscience de son devoir dogmatique, le laisse aux historiens et aux philologues », H.-U. von Balthasar, « Théologie et sainteté… », p. 28-29.

55 Villemin, « Fécondité… », p. 107. 108.

56 Il y aurait probablement lieu de relier cette analyse à la distinction que Lubac fait entre le système des trois ou des quatre sens de l’Écriture. Mais nous laissons cela de côté ici. On se reportera, notamment, à la 1ère section du 4e chapitre d’Histoire et Esprit (« Le triple sens de l’Écriture »).

57 Ph. Vallin, « La méthode de Catholicisme : le choix de la coupe sagittale pour une vision unifiante de la foi », Communio 33/5 (2008), p. 55-66.

58 « Plan vertical, perpendiculaire au plan de face », explique Le petit Robert.

59 « Le procédé de la coupe sagittale (…) apportera proprement deux bénéfices : à l’évidence une plus grande justesse pour l’investigation d’un corps inscrit dans les trois dimensions de l’espace ; mais surtout le respect d’un facteur décisif de la corporéité humaine, la symétrie latérale – avec l’exception des asymétries selon les cas – puisque l’homme est droitier ou gaucher ». Vallin, « La méthode… », p. 62.

60 Vallin, « La méthode… », p. 64.

61 Vallin, « La méthode… », p. 63. Cela renvoie à H. de Lubac, Catholicisme…, p. 19. 161-162.

62 Lubac, Catholicisme…, p. 13-14. « Du haut de sa croix, les bras étendus il [le Christ] rassemblera les parties disjointes de la création. (…) Par son unique Sacrifice, il fera donc de toutes les nations un seul Royaume », Lubac, Catholicisme…, p. 19-20.

63 Lubac, Catholicisme…, p. 284.

64 Qui s’engagerait dans cette réflexion aurait ainsi à indiquer comment le mystère de la croix est bien « centre » unique et essentiel : le langage de miséricorde et de pardon étant alors reconnu comme principe intérieur d’unité de la révélation qui se dira toujours en paradoxe. Le rétablissement acquis par l’acte rédempteur indique une réunification certaine ; mais la saisie réflexe, intellectuelle et spirituelle, de cette unité retrouvée, en vertu du même sacrifice de rédemption, doit accueillir les contradictions.

65 Moulins-Beaufort, « Actualité paradoxale… », p. 94.

66 Lubac, Catholicisme…, p. 20.

67 Lubac, Catholicisme…, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Decaux, « La place de l’histoire dans la théologie chrétienne : l’intuition d’Henri de Lubac et le plan de Catholicisme », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 201-220.

Référence électronique

Emmanuel Decaux, « La place de l’histoire dans la théologie chrétienne : l’intuition d’Henri de Lubac et le plan de Catholicisme », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2640 ; DOI : 10.4000/rsr.2640

Haut de page

Auteur

Emmanuel Decaux

Diocèse de Grenoble – Vienne

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page