Navigation – Plan du site

Liminaire

Eberhard Bons et Françoise Vinel
p. 251-253

Texte intégral

1Pour l’exégète, le Psautier est un des livres les plus difficiles de la Bible. En fait, chaque psaume présente des problèmes d’ordre différent : les mots et les expressions rares ou énigmatiques, les versets presque intraduisibles, les métaphores et les images insolites, les différents genres littéraires et leurs ramifications, enfin l’arrière-fond social proche-oriental qui n’est plus le nôtre. Tout autant que la définition du contexte ou du genre littéraire de chacun des Psaumes, l’histoire de la constitution du Psautier – les 150 psaumes de l’Ancien Testament – est chose complexe.

2Toutefois, il serait faux de s’arrêter à des questions linguistiques et historiques, même si elles gardent toujours une grande importance. D’une part, il est nécessaire d’aborder les Psaumes sous un autre angle d’approche qui tienne compte des recherches récentes dans le domaine des Lettres, en particulier l’interprétation de la poésie. D’autre part, il ne faut pas oublier que le « style » des Psaumes a inspiré à bien des auteurs, anonymes ou connus, de rédiger des textes similaires, de paraphraser, de créer d’autres psaumes ou des poèmes complètement nouveaux.

3Le présent cahier de la Revue des Sciences religieuses a pour but de contribuer à ce débat et de découvrir des textes et des auteurs peu connus. Nous avons choisi de consacrer deux articles aux Psaumes 90-92 qui ouvrent le quatrième livre du Psautier. Chacun de ces psaumes a un profil littéraire caractéristique, et leur juxtaposition dans le Psautier n’est pas sans soulever des questions. Quoi qu’il en soit, aucun de ces trois psaumes n’a cessé d’inspirer les croyants – juifs et chrétiens – au fil des siècles. « Soixante-dix ans, c’est parfois la durée de notre vie, quatre-vingts, si elle est vigoureuse, et son agitation n’est que peine et misère ; c’est vite passé, et nous nous envolons », dit le psalmiste dans le Psaume 90, 10. Est-ce une expression de désespérance ou de confiance ? Dans le Psaume 91, plusieurs locuteurs prennent la parole, dont un semble rassurer son interlocuteur : « car il [Dieu] chargera ses anges de te garder en tous tes chemins » (verset 11). Enfin, le psalmiste du Psaume 92 se propose de proclamer dès le matin la fidélité de Dieu et sa loyauté durant les nuits (verset 3).

4Ces trois psaumes ont amené les exégètes à émettre beaucoup d’hypothèses concernant leurs genres littéraires et leur fonction dans la vie en Israël (le Sitz im Leben, selon une expression devenue proverbiale forgée par l’exégète allemand Hermann Gunkel). Cependant, la recherche devrait aller plus loin. Quoi qu’il en soit de l’origine d’un psaume donné et de sa fonction dans la société israélite, il présente une richesse littéraire et théologique que la recherche ne doit pas négliger. Une approche littéraire, qui consiste à reconstituer les « mondes » que chacun des trois psaumes construit, est capable de pénétrer dans le texte et d’en dégager un message que l’approche historique risque d’obscurcir (voir l’article de Susanne Gillmayr-Bucher). À cela s’ajoute un autre phénomène que la recherche théologique se doit de prendre en considération. Beaucoup de psaumes, y compris les Psaumes 90-92, ont fait l’objet de nombreuses relectures et de paraphrases, voire de compositions poétiques nouvelles qui ont repris, chacune à sa fonction, les images et les formulations de ces trois psaumes (voir l’article de Susan Gillingham). Cette histoire de l’interprétation, la Wirkungsgeschichte, qui comprend encore la musique et l’art jusqu’à l’époque contemporaine, ne peut-elle pas contribuer à rendre accessibles les psaumes d’il y a deux millénaires ?

5À ces psaumes canoniques, d’ailleurs, on peut ajouter d’autres poèmes qui reprennent le style « psalmique » : les cantiques du Nouveau Testament (le « Magnificat » par exemple) mais aussi les « Psaumes de Salomon », collection de « psaumes » datant probablement du Ier siècle avant J.‑C. (voir l’article de Patrick Pouchelle). Nul ne conteste que les auteurs anonymes de ces psaumes s’inspirent du Psautier devenu canonique, auquel ils empruntent de nombreuses expressions. Toutefois, le résultat n’est pas une autre variation sur le même thème (pour utiliser un terme de la musique) mais une composition nouvelle dont le contexte historique et social n’est connu qu’en partie.

  • 1 B. Janowski, Konfliktgespräche mitt Gott. Eine Anthropologie der Psalmen, Neukirchener Verlag, 2003 (...)

6Collectivement, parfois individuellement, tous ces psaumes – canoniques on non-canoniques – disent la prière d’une communauté plus ou moins nombreuse, le peuple d’Israël lui-même ou celle de groupes plus restreints – ainsi pour Qumrân –, en termes poétiques et empreints d’émotion. Des émotions diverses, du cri à la jubilation, dont le psalmiste puis ceux qui reprennent sa parole, prend Dieu à témoin – ou à parti. Ainsi le bibliste allemand contemporain Bernd Janowski a-t-il pu présenter l’anthropologie des psaumes comme « dialogues conflictuels avec Dieu1 ».

7La traduction de la Bible, en grec et en latin dès l’Antiquité, puis dans les différentes langues vernaculaires, s’est souvent accompagnée de relectures, de paraphrases plus ou moins développées – les psaumes nourrissent ainsi la prière et la spiritualité des hommes mais également ils les inspirent, les rendent créatifs. L’atteste l’importance du Psautier dans la spiritualité de Saint-Cyran, un des maîtres de Port-Royal ; Denis Doneztkoff rappelle que « Port-Royal devint un véritable laboratoire de traduction du texte biblique. Dès 1650, les Solitaires ont traduit divers psaumes dans Les Heures de Port-Royal, puis, en 1665, la totalité du psautier ». Enfin, l’œuvre poétique de l’exégète italien Agostino Venanzio Reale, présentée par Massimo Naro, élargit l’univers biblique à l’aune de la culture et des attentes contemporaines.

Haut de page

Notes

1 B. Janowski, Konfliktgespräche mitt Gott. Eine Anthropologie der Psalmen, Neukirchener Verlag, 2003 ; Dialogues conflictuels avec Dieu. Une anthropologie des Psaumes, trad. fr., Labor et Fides, Genève, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons et Françoise Vinel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 251-253.

Référence électronique

Eberhard Bons et Françoise Vinel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2685

Haut de page

Auteurs

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page