Navigation – Plan du site

Liminaire

P. Christos Filiotis-Vlachavas et Françoise Vinel
p. 421-423

Texte intégral

1Les liens entre les Facultés de théologie de l’Université Aristote de Thessalonique et de l’Université de Strasbourg existent depuis 1959, quand trois diplômés de la Faculté de Théologie de l’Université Aristote de Thessalonique sont venus à Strasbourg comme boursiers du gouvernement français : Ioannis Karavidopoulos (par la suite professeur de Nouveau Testament à l’Université de Thessalonique), Georgios Mantzaridès (professeur d’Éthique à la même Université) et Asterios Argyriou qui a fait sa carrière universitaire à Strasbourg au Département d’Études Néo-hélleniques. Ces liens se sont confirmés au fil des années : séjours d’étudiants et doctorants grecs, partage de cours et organisation de colloques. Les deux Facultés ont par la suite signé la Convention d’Échanges dans le cadre des Programmes Erasmus, grâce à l’initiative de Mme le Professeur Despo Lialiou, ancienne vice-Présidente de l’Université Aristote de Thessalonique. Ainsi, l’Université de Strasbourg et particulièrement la Faculté de théologie catholique ont contribué à former un certain nombre des évêques du Patriarcat Œcuménique, de l’Église de Grèce, des moines du Mont Athos, des universitaires, des prêtres et des enseignants de cours de religion en Grèce.

2Avec le dossier présenté dans cette livraison de la Revue des Sciences Religieuses, nos collègues grecs nous découvrent quelques grandes lignes de leurs recherches et de la situation actuelle de la théologie en Grèce. À partir d’un bref historique des lieux d’enseignement de la théologie en Grèce, Christos Filiotis analyse le tournant qu’a représenté l’appel à un « retour aux Pères » au milieu du 20e s. – « retour » largement initié par le théologien russe Georges Florovsky, dont quelques pages peuvent être lues en complément de ce premier article. Mais ces positions suscitent aujourd’hui dans les Universités et l’Église grecques un débat virulent entre « tradition » et « modernité ».

3Thessalonique, fière de son lien avec l’apôtre Paul, honore deux figures de la tradition chrétienne : saint Démétrios, mort martyr au début du 4e siècle et saint protecteur de la ville, et saint Grégoire Palamas, archevêque de la ville et théologien au 14e siècle. L’historien Apostolos Kralidis propose une présentation de ce dernier dans le contexte difficile des débuts de la domination ottomane : Palamas, prisonnier des Turcs pendant une année, tire de ses dialogues à la fois avec des Musulmans et des chrétiens passés de gré ou de force à l’islam, plusieurs écrits apologétiques où sa défense de la foi chrétienne ne va pas sans une certaine connaissance de l’islam ; un parallèle avec le rôle d’un de ses contemporains, Jean VI Cantacuzène, empereur puis moine, complète cette approche historique. L’œuvre de Jean VI, en effet, riche en informations, témoigne en même temps de sa fermeté dans la foi et de sa tolérance pour ainsi dire pragmatique alors que des compromis politiques s’avéraient nécessaires entre Byzance et le pouvoir ottoman. Historien lui aussi, et spécialiste des éditions de textes hagiographiques, Syméon Paschalidis envisage comme un signe de dialogue entre Orient et Occident la manière dont, tout au long de la période ancienne puis byzantine, le culte des saints et les écrits hagiographiques témoignent d’une circulation constante entre Orient et Occident – les échanges de reliques ont aussi leur rôle, parfois plus politique.

4Enfin, la pensée dogmatique de Jean Zizioulas, Métropolite de Pergame, figure éminente du dialogue œcuménique entre orthodoxes et catholiques, est présentée par Michel Stavrou, chercheur à l’Institut d’Études Byzantines de l’Université de Paris-Sorbonne et enseignant à l’Institut Saint-Serge, haut lieu de la tradition théologique orthodoxe à Paris depuis sa fondation en 1925. Bien que le terme puisse malheureusement prêter à confusion dans le contexte de la philosophie occidentale, la théologie trinitaire de Zizioulas a pu être qualifiée de « personnaliste » tout en étant largement inspirée par la tradition patristique du ive siècle ; les théologiens russes du 20siècle sont l’autre source majeure de la réflexion de Jean Zizioulas, et il faudrait alors retracer l’histoire du dialogue parfois difficile entre orthodoxie grecque et orthodoxie russe… Mais c’est une autre question ! Rappelons cependant que le concile panorthodoxe, dont l’idée est depuis si longtemps évoquée, se prépare désormais concrètement.

5La barrière linguistique est évidemment un frein à une meilleure connaissance des recherches théologiques menées en Grèce comme dans les autres pays orthodoxes. Les quelques approches présentées dans ce numéro, les deux signataires de ce liminaire l’espèrent, nourriront le dialogue, non sans que se pose, peut-être, la question : avec un patrimoine commun et tant de points de rencontre, quelle « frontière » subsiste-t-il entre « Orient » et « Occident » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Christos Filiotis-Vlachavas et Françoise Vinel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 421-423.

Référence électronique

P. Christos Filiotis-Vlachavas et Françoise Vinel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2787

Haut de page

Auteurs

P. Christos Filiotis-Vlachavas

Département de théologie pastorale et sociale. Université Aristote de Thessalonique

Françoise Vinel

Faculté de Théologie catholique. Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page