Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Sébastien Rey (dir.), The Dead Sea Scrolls and Pauline Literature

Leiden-Boston, Brill, coll. « Studies on the Texts of the Desert of Judah, 102 », 2014, XVI-355 p.
Thierry Legrand
p. 527-529
Référence(s) :

Jean-Sébastien Rey (dir.), The Dead Sea Scrolls and Pauline Literature, Leiden-Boston, Brill, coll. « Studies on the Texts of the Desert of Judah, 102 », 2014, XVI-355 p.

Texte intégral

1Ce volume présente les actes d’un colloque tenu en 2011 dans le cadre du Centre de recherches « Écritures » de l’Université de Lorraine. L’éditeur, Jean-Sébastien Rey (directeur de la célèbre Revue de Qumrân, également associé au projet de La Bibliothèque de Qumrân), a su rassembler quelques spécialistes engagés à la fois dans les études qumrâniennes et la littérature néotestamentaire.

2L’ouvrage contient quinze contributions, dont cinq en français, précédées d’une introduction de quelques pages (ix-xvi) ; il est équipé d’un index des sources très complet et d’une liste des auteurs cités dans le volume.

3Le titre de cet ouvrage n’en trahit pas le contenu puisque l’essentiel des contributions s’attache à comparer des passages, des thèmes ou des aspects de la littérature paulinienne à ce qui nous a été transmis par les écrits découverts à Qumrân. De fait, les spécialistes avaient relevé très tôt les parentés évidentes entre certains écrits qumrâniens et le Nouveau Testament et, de manière plus significative encore, entre certains thèmes pauliniens et les manuscrits de Qumrân (eschatologie, dualisme, conceptions anthropologiques et identitaires). Cependant, les nouvelles éditions de textes et les avancées dans la connaissance de l’ensemble de la littérature qumrânienne nécessitaient de reprendre à frais nouveaux les parallèles établis quelques décennies plus tôt (voir entre autres les études de H. Braun, D. Flusser, H.-W. Kuhn et plus récemment E. P. Sanders et J. Murphy-O’Connor).

4Sans être structuré en sections ou chapitres, l’ouvrage s’ouvre par sept contributions qui traitent des lettres pauliniennes (trois contributions sur Galates) ou de passages précis de ce corpus pour se concentrer sur huit études plus thématiques ou théologiques (mariage et divorce, corps et péché, circoncision, etc.). La liste de ces études offre une idée de la richesse du sujet : G. J. Brooke, « 2 Corinthians 6 :14–7 :1 again : A Change in Perspective » (p. 1-16) ; J.-S. Rey, « Les manuscrits de la mer Morte et l’épître aux Galates : quelques cas d’interdiscursivité » (p. 17-49) ; F. G. Martínez, « Galatians 3 :10–14 in the Light of Qumran » (p. 50-67) ; L. Doering, « 4QMMT and the Letters of Paul : Selected Aspects of Mutual Illumination » (p. 69-87) ; J. Dušek, « Ḥesed dans la Règle de la Communauté et charis dans l’épître de Paul aux Galates » (p. 89-107) ; C. Grappe, « Philippiens 3, 21–4,1 et 1QS iv 6–8 » (p. 109-121) ; C. Coulot, « La première épître de Paul aux Thessaloniciens à la lumière des manuscrits de la mer Morte » (p. 123-141) ; É. Puech, « “Les œuvres de la Loi” : mariage et divorce à Qumrân et dans les lettres de Paul » (p. 143-169) ; M. Kister, « Body and Sin : Romans and Colossians in Light of Qumranic and Rabbinic Texts » (p. 171-207) ; F. Avemarie, « Image of God and Image of Christ : Developments in Pauline and Ancient Jewish Anthropology » (p. 209-235) ; J. Frey, « Paul’s View of the Spirit in the Light of Qumran » (p. 237-260) ; A. L. A. Hogeterp, « Paul and the Jerusalem Church : Light from the Scrolls on Graeco-Semitic Language Contacts and Ethics of Gospel Mission » (p. 261-275) ; J. Leonhardt-Balzer, « Israel and the Community in Paul (Rom 9–11) and the Rule Texts from Qumran » (p. 277-294) ; D. R. Schwartz, « Ends Meet : Qumran and Paul on Circumcision » (p. 295-307) ; L. T. Stuckenbruck, « Overlapping Ages at Qumran and “Apocalyptic” in Pauline Theology » (p. 309-326).

5Parmi les nombreux essais stimulants de ce volume, nous nous limiterons à quelques incursions dans trois contributions. L’étude de F. G. Martínez qui porte sur trois thèmes de l’Épître aux Galates, chap. 3, comparables à ceux que l’on peut lire dans quelques écrits qumrâniens, notamment 4QMMT et le Pesher d’Habacuc : les « œuvres de la Loi », la « malédiction de la Loi » et la « justification ». Les analyses de l’auteur (à lire en lien avec celles de l’article d’É. Puech, p. 143-169) révèlent tout à la fois les parentés réelles de ces thèmes pauliniens avec quelques-unes des idées qumrâniennes et leur source commune (la Bible hébraïque), tout en montrant la différence des approches herméneutiques et des objectifs visés.

6L’étude de J. Dušek va quelque peu dans le même sens en opérant un rapprochement entre le terme hébreu ḥesed utilisé à plusieurs reprises dans la Règle de la Communauté (1QS) et le terme grec charis dont on trouve quatre occurrences dans l’épître aux Galates. Ces écrits ont des visées bien distinctes et leur conception de ce que représente la Loi diffère sur plus d’un point, mais l’auteur relève cependant que la notion de « grâce de Dieu » évoque ou participe à la mise en place « d’une sorte d’espace communautaire de justice » (p. 105) similaire dans les deux écrits étudiés. S’il est assez clair que Paul n’a pas eu connaissance du texte de 1QS, il utilise un vocabulaire et des concepts qui entrent en résonance forte avec ceux qui circulaient dans le judaïsme palestinien de son temps.

7La contribution de J. Frey offre une approche plus méthodologique du sujet. Il montre comment le relevé de parallèles scripturaires ou thématiques n’apparaît plus suffisant pour déterminer les contacts ou les influences possibles entre différents milieux littéraires et religieux. Partant d’une recherche sur les développements théologiques de la notion d’« esprit » dans le Nouveau Testament, il en vient à préciser l’utilisation de cette notion dans les écrits qumrâniens tels que la Règle de la Communauté (1QS) et les Hymnes (Hodayot, 1QHa). Ces rapprochements permettent d’éclairer la mise en place d’une théologie paulinienne qui s’inspire et se démarque tout à la fois des idées et concepts ayant cours dans le judaïsme palestinien des alentours de notre ère.

8Cet ouvrage destiné à un public d’experts aurait sans doute mérité une introduction plus développée présentant de manière systématique les résultats de la recherche et les débats en cours dans le domaine des rapprochements entre les écrits qumrâniens et la littérature paulinienne ; quelques aspects méthodologiques auraient pu être abordés à cette occasion. Cela étant dit, même si cet ouvrage ne présente pas une synthèse des recherches entreprises dans le domaine – chose fort complexe vu l’étendue du dossier –, il a le mérite de poser quelques jalons fort utiles dans le domaine des recherches pauliniennes et qumrâniennes, ainsi que dans le champ plus vaste des études s’intéressant à la circulation des idées et des concepts au tournant de notre ère (p. xi). Par ailleurs, on soulignera le fait que ce type d’ouvrage a l’avantage de faire sortir de l’ombre quelques textes qumrâniens peu fréquentés par les spécialistes des sciences bibliques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Legrand, « Jean-Sébastien Rey (dir.), The Dead Sea Scrolls and Pauline Literature », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 527-529.

Référence électronique

Thierry Legrand, « Jean-Sébastien Rey (dir.), The Dead Sea Scrolls and Pauline Literature », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2871

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page