Navigation – Plan du site
Recensions

André Lossky, Goran Sekulovski (éd.), Jeûne et pratiques de repentance : dimension communautaires et liturgiques

Münster, Aschendorff, coll. « Semaines d’études liturgiques Saint-Serge, 58 », 2015, 332 p.
Anne Bamberg
p. 538-540
Référence(s) :

André Lossky, Goran Sekulovski (éd.), Jeûne et pratiques de repentance : dimension communautaires et liturgiques, Münster, Aschendorff, coll. « Semaines d’études liturgiques Saint-Serge, 58 », 2015, 332 p.

Texte intégral

1Du 27 au 30 juin 2011 se tenait à Paris la 58e Semaine d’études liturgiques de l’Institut de Théologie orthodoxe Saint-Serge sur un thème d’actualité redondante depuis plusieurs années. Des publications très diverses abordent le jeûne sous l’angle thérapeutique, esthétique, protestataire, politique… religieux aussi ; pensons, par exemple, au riche ouvrage de Jean-Claude Noyé, Le grand livre du jeûne, Paris, Albin Michel, 2007, ou à Sciences et avenir dont le numéro de juin 2015 titre en couverture Le jeûne. Bien-être, immunité, cancer. Ramadan, Carême, Yom Kippour (voir aussi la recension ci-après). Il est plus rare de trouver une étude qui fasse le lien avec les pratiques de repentance, surtout « instituées de manière organisée et liturgique » (p. 7). On peut donc se réjouir de cette publication pluridisciplinaire de travaux scientifiques de grande qualité s’organisant en quatre parties.

2Après la présentation, deux contributions sont regroupées sous le titre Introduction. La première, par Marcel Metzger, porte d’une manière générale sur les restrictions alimentaires et les religions tout en mettant l’accent sur le jeûne pratiqué par des catholiques et des protestants et qui a pour but la « mise en forme » non pas physique mais spirituelle. La seconde donne le point de vue d’un médecin, Marc Andronikof, et aborde les mécanismes physiologiques, les effets thérapeutiques voire les pathologies du jeûne.

3La deuxième partie porte le titre Racines. Deux contributions partent de la Bible : le jeûne dans l’Ancien Testament (François Orfeuil) et le Nouveau Testament (Yves-Marie Blanchard). Puis sont traités successivement : le jeûne en Islam (Mohammed Taleb) avec d’intéressantes pages sur jeûne et apophase (p. 85-89) ; le jeûne dans les traditions issues de la Réforme, d’abord dans trois liturgies luthériennes (Jean-Noël Pérès) puis dans le culte réformé calviniste (Bruno Bürki).

4La plus grande partie de l’ouvrage porte sur Christianisme ancien et traditions monastiques. Je me limiterai à mentionner les thèmes de ces onze contributions axées autour de la repentance et de ses dimensions communautaires : les pratiques du jeûne à Jérusalem selon le témoignage de l’Itinerarium Aegeriae (Pablo Argárate) ; les Règles monastiques d’Occident (Bartomeu M. Ubach) ; le Grand Carême dans les monastères byzantins aux xie-xive siècles (Michel Stavrou) et les usages liturgiques actuels (Sophie Lossky) ; Jean Baptiste, modèle de jeûneur et figure de repentir (Nicolas Cernokrak) ; la Fête de la Croix et les pratiques pénitentielles byzantines de prosternation et de restriction alimentaire (André Lossky) ; Bible et Carême dans l’Église copte (Youhanna Nessim Youssef) ; jeûne et pénitence dans les Missels romains du Concile de Trente et de Vatican II (Manlio Sodi) ; l’office des Lamentations amères dans la tradition liturgique de l’Église polonaise (Przemyslaw Nowakowski). Deux très riches contributions assorties de bibliographies sont rédigées en anglais. Elles traitent des multiples traditions de jeûne ainsi que de leurs aspects canoniques, d’une part, dans l’éparchie catholique ruthénienne de Mukačevo (Simon Marincak) et, d’autre part, dans la tradition éthiopienne orthodoxe Täwah͎do (Habtemichael Kidane).

5La quatrième partie se compose de deux contributions sur des Approches pastorales particulièrement intéressantes : « le jeûne eucharistique » dans l’Église Orthodoxe Grecque aujourd’hui (Georgios Filias) et « la génuflexion pendant la célébration de la Sainte Eucharistie » (Pavlos Koumarianos), pratiques locales, non officielles, de piété individuelle, ayant pour effet secondaire d’occulter la dimension eschatologique et joyeuse. En effet, comme l’explique Yves-Marie Blanchard en parlant du « paradoxe du jeûne chrétien », l’évangile relativise l’importance du jeûne et, « s’il y a de bonnes raisons de conserver la tradition religieuse du jeûne, il faut en repenser totalement la signification, à la lumière du mystère pascal. Il faudra donc continuer de jeûner, telle une manifestation de deuil et de souffrance motivée par l’absence du Seigneur ; il faudra aussi bien cesser de jeûner afin de célébrer joyeusement le Christ vainqueur de la mort, revenu à la vie dans la lumière de Pâques, et présent à la communauté des disciples sans que rien désormais puisse les priver de cette présence. » (p. 75). Cet ouvrage riche et instructif vient heureusement enrichir les réflexions contemporaines sur les pratiques du jeûne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « André Lossky, Goran Sekulovski (éd.), Jeûne et pratiques de repentance : dimension communautaires et liturgiques », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 538-540.

Référence électronique

Anne Bamberg, « André Lossky, Goran Sekulovski (éd.), Jeûne et pratiques de repentance : dimension communautaires et liturgiques », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2888

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page