Navigation – Plan du site
Recensions

Port-Royal. Anthologie établie, présentée et annotée par Laurence Plazenet

Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre et de l’Université Paris-Sorbonne, Paris, Flammarion, coll. « Mille & une pages », 2012
Denis Donetzkoff
p. 365-368
Référence(s) :

Port-Royal. Anthologie établie, présentée et annotée par Laurence Plazenet. Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre et de l’Université Paris-Sorbonne, Paris, Flammarion, coll. « Mille & une pages », 2012, 1323 p.

Texte intégral

1« Les études port-royalistes ont connu au cours du XXe siècle une extraordinaire efflorescence », indique Laurence Plazenet au début de ses principes d’édition, avant de poursuivre : les « ouvrages » sur Port-Royal « ne connaissent pas la diffusion qu’ils méritent et la voix de Port-Royal […] demeure ténue dans le champ de l’édition contemporaine». Ce n’est hélas que trop vrai. Certes, sous la direction dynamique du Professeur Philippe Sellier, de nombreux textes de Mémoires, notamment, on fait l’objet d’éditions critiques (ceux de Nicolas Fontaine par Pascale Thouvenin; du sieur de Pontis par Andrée Villard ; de Claude Lancelot par moi-même, entre autres). D’ambitieux projets, comme l’édition des Œuvres de la Mère Angélique Arnauld, ou celle des Lettres de l’abbé de Saint-Cyran, sont en chantier. La collection « Univers Port-Royal » des Éditions Nolin en était, en novembre 2012, à son 22e volume (une étude de plus de 500 pages consacrées à Saint-Cyran épistolier – Un maître spirituel au Grand Siècle). Mais des dizaines de milliers de pages, manuscrites et imprimées, réclament encore l’attention des chercheurs à la Bibliothèque de Port-Royal, rue Saint-Jacques, à Paris.

2D’où le projet de L.P. d’offrir au « lecteur une série de textes » rédigés par des auteurs qui « tous utilisèrent la somme de relations, procès-verbaux et mémoires établie et rassemblée sous l’impulsion d’Angélique de Saint-Jean dès les années 1650 ». Dans cette masse considérable, L.P. a choisi, à juste titre, de « privilégier des textes capitaux qui n’avaient jamais été réédités depuis le XVIIe ou le XVIIIe siècle, voire qui étaient demeurés manuscrits».

3Pari audacieux et, disons-le d’emblée, réussi, ô combien. Ce fort volume de plus de 1300 pages offre au lecteur des textes capitaux pour entendre, de l’intérieur, battre le cœur de Port-Royal ; il met également à sa disposition les clefs nécessaires pour pénétrer dans un monde – celui d’un monastère : Port-Royal ; d’un siècle – le règne de Louis XIV ; d’une spiritualité – la réforme catholique – qui n’appartiennent pas à l’horizon habituel de nos contemporains. Les textes choisis par L.P., qui, devant « l’abondance des sources », regrette les « choix drastiques » mais nécessaires qu’elle a dû effectuer, sont ainsi efficacement encadrés par les instruments qui en font entendre la voix authentique.

4Le volume s’ouvre sur une présentation historique comptant 68 pages au titre évocateur : « La pénitence et la gloire ». Elle se déploie en sept points : « De l’obscurité à la lumière : Port-Royal, joyau de la réforme catholique en France ; épouvantail janséniste et polémique théologique : la crise des années 1655-1665 ; le paradoxe politique de Port-Royal : humanisme augustinien et absolutisme; esprit de mortification ou esprit de joie ? ; Port-Royal, foyer rayonnant de la modernité; Port-Royal et l’exception classique». Une chronologie de seize pages précède les principes d’édition : choix des œuvres et règles de présentation. Huit pages de reproductions en couleurs, qui nous font découvrir les personnages et les lieux au moyen d’œuvres du temps, illustrent heureusement ce beau livre.

5En fin d’ouvrage sont présentées les notes du texte, suivies de trois annexes : les mesures d’Ancien Régime ; la généalogie de la gens Arnauld ; un plan de Port-Royal des Champs ; une riche bibliographie (on en appréciera particulièrement la section concernant « quelques figures spécifiques de Port-Royal ») ; un glossaire ; un index des noms et un index thématique enfin. Entre ces deux séries d’instruments, chacun des textes retenus par L.P et regroupés en sept chapitres, est introduit par une présentation de l’auteur et des circonstances de rédaction.

6Des « extraits significatifs » de l’Abrégé de l’histoire de Port-Royal ouvrent ce beau volume, et « présentent des événements sur lesquels les parties suivantes » de l’ouvrage « reviendront plusieurs fois : ils en dressent le cadre historique » (I – Racine, Abrégé de l’histoire de Port-Royal). Ces jalons historiques posés, Jérôme Besoigne, Jacques Fouillou et Vincent Comblat décrivent, de l’extérieur comme de l’intérieur, les bâtiments de Port-Royal des Champs. Ils nous font partager la vie des religieuses, dont « il serait à souhaiter » qu’elles « fussent obligées de sortir » de leur monastère, « puisqu’on en voit de si merveilleux effets, étant certain que presque toutes sont capables d’être abbesses ou que la moindre gouvernerait une communauté ». Nous gravissons ensuite, guidés par Antoine Giroust, l’escalier des cent marches qui montent vers les Granges, où se sont retirés les Solitaires, qui prient et travaillent sous nos yeux. Ils « n’ont d’autre qualité que celles de chrétiens catholiques ». Puis c’est au tour des Petites Écoles, voulues par l’abbé de Saint-Cyran, de nous être présentées par Claude de Sainte-Marthe et Charles Wallon de Beaupuis. Particulièrement intéressants sont les trop courts souvenirs rédigés par un ancien élève, Guillaume Wallon, qui souligne que « par une telle éducation, on aurait pu former d’excellents sujets, soit pour l’Église, soit pour l’État », mais que « les Jésuites sentirent bientôt le tort qu’elles étaient capables de faire à leurs collèges. C’est pourquoi ils pensèrent à les détruire. » (II – Une Thébaïde au Grand Siècle : les travaux et les jours à Port-Royal des Champs).

7Sur ce tableau de fond se détachent maintenant quelques figures exemplaires, de laïcs d’abord, qui « se rejoignent par leur attachement fervent aux valeurs de la Réforme catholique dont Port-Royal fut un fer de lance, et par l’admiration que l’abbaye leur inspire », issus « de groupes sociaux et » qui ont suivi « des itinéraires sensiblement distincts » (III – Les amis de la vérité : vies exemplaires de laïcs) ; de religieuses et de Solitaires traités ensemble, puisqu’ils « sont enfants de ce même Père et ces deux maisons [l’abbaye et les Granges] sont unies ensemble par les liens de la charité et de la grâce, qui unit les frères avec les sœurs » (IV – Le vertige de la sainteté : religieuses et Solitaires).

8Moins de quarante années après la célèbre journée du guichet, qui, en 1609, marque le début de la réforme de Port-Royal, l’abbaye est prise dans la tourmente du Formulaire, dont la signature est imposée à tous, y compris aux religieuses, à partir de 1661. Une période extrêmement dure et brutale : il suffit, pour s’en convaincre, de lire les interrogatoires et relations de captivité regroupés dans la cinquième partie (V – Port-Royal dans la bataille : la crise du Formulaire). Celles des religieuses considérées par l’archevêque de Paris comme les meneuses du mouvement de résistance sont arrachées à leur monastère, confinées dans d’autres couvents et soumises à des pressions constantes pour leur arracher cette signature qu’elles refusent, au nom de la liberté de conscience humblement mais fortement revendiquée. En 1665, elles sont regroupées au monastère des Champs, où elles demeurent privées des sacrements, jusques et y compris à l’article de la mort. Rien n’y fait, et les religieuses continuent de protester : « Dieu » les a « exposées comme en spectacle aux yeux du monde et de toute l’Église, dont les puissances se sont unies pour » leur « faire souffrir toutes sortes d’afflictions et pour opprimer […] la liberté » qu’elles « ont en Jésus-Christ en asservissant » leurs « consciences à un joug qu’elles ne peuvent porter sans abandonner l’amour de la vérité qui » les « rend libres ». Dix années d’un merveilleux « automne de Port-Royal » inauguré par la Paix de l’Église en 1669, automne précaire et fugace sous la protection de la duchesse de Longueville, s’achèvent à la mort de la princesse en 1679 : la persécution reprend, sourde et larvée, puis brutale et sans pitié, dès le 15 avril. En 1709 les dernières religieuses sont arrachées à Port-Royal des Champs, où elles avaient espéré vivre jusqu’à leur mort. L’année 1711 voit le début de l’exhumation de plus de trois mille cadavres de religieuses, ecclésiastiques et laïcs amis, et de leur transfert « dans une fosse commune au cimetière de Saint-Lambert » dans des conditions particulièrement indignes (VI – L’heure du martyre). En offrant « le martyre au monastère où l’on avait tant rêvé de sacrifice et de sainteté », Louis XIV fit de Port-Royal un « mythe, mythe de la liberté de conscience inviolable dressée contre une autorité injuste et abusive».

9Où les religieuses ont-elles puisé une telle force, une pareille détermination dans la résistance jusqu’à accepter, à l’article de la mort, le refus des sacrements qu’on leur oppose ? Les textes réunis dans la dernière partie nous font découvrir les lignes de force de la spiritualité incarnée par Port-Royal (VII – L’amour de Dieu : écrits spirituels et oraisons secrètes). L.P. en saisit admirablement l’essence, lorsqu’elle décrit « l’effet d’écho » par lequel « ces dernières voix viennent donner toute sa profondeur au chant que Port-Royal fait résonner à la gloire de Dieu et qui tire, dans un renversement sensationnel, ses créatures de l’abîme où la faute originelle les avait précipitées ». On en trouve sans doute la quintessence dans les quelques pages, heureusement reproduites p. 995-1002 de l’anthologie de L.P., de Jean-Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran : « Le Cœur nouveau ». Comme le souligne très justement L.P., « les idées qu’il formule sous-tendent en filigrane la vie de toutes les religieuses et celle des Solitaires réunis autour du monastère de Port-Royal ».

10On ne peut que souhaiter à ce très bel ouvrage de trouver, comme il le mérite, un large public. S’il pouvait, de surcroît, contribuer à la naissance de vocations de chercheurs, qui accepteront de s’inscrire dans la tradition de ce laboratoire de textes qu’était devenu Port-Royal, et de rendre ces écrits accessibles dans les éditions critiques qu’ils attendent depuis si longtemps, ce serait sans nul doute sa plus belle récompense. Le sujet est, à l’évidence, d’une modernité brûlante. Comme l’écrit L.P. à la fin de son introduction, p. 68 : « Au-delà de la légende dont le roi encouragea involontairement la naissance, la résistance de Port-Royal révèle une autre face du Grand Siècle et une réflexion morale qui prélude à la pensée républicaine de la Révolution. Religieuses et Messieurs furent le creuset d’une incomparable alliance entre spiritualité et culture. Sa dignité tout entière étincelle dans ce mot de Saint-Cyran à Antoine Arnauld le 8 mai 1642 […] : Il faut aller où Dieu nous mène et ne rien faire lâchement […]. Il est temps de briser le silence et de rendre à ces voix leur fulgurance ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Port-Royal. Anthologie établie, présentée et annotée par Laurence Plazenet », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 365-368.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Port-Royal. Anthologie établie, présentée et annotée par Laurence Plazenet », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2978

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page