Navigation – Plan du site

« Les contes de Minerva la chouette philosophe ». Des exercices de philosophie buissonnière

Jean Greisch
p. 3-11

Résumés

Comme Stanislas Breton et à la suite d’un rêve, l’auteur se fait conteur et analyse les liens entre son bestiaire et les attitudes attendues d’un philosophe. Récits et mythes s’inscrivent dans une longue tradition philosophique. Entre l’affirmation par Walter Benjamin d’un déclin du récit et celle, par Paul Ricœur, de sa métamorphose toujours renouvelée, l’auteur s’essaie au rôle de narrateur.

Haut de page

Notes de la rédaction

Voir p. 126-127 la recension par M.-J. Thiel de Vivre en philosophant, de J. Greisch.

Texte intégral

(I)

1À première vue, l’image sociale du philosophe, qui en fait principalement un enseignant ou un professeur, parfois tenté de confondre les murs de sa salle de classe avec les limites du monde, s’accorde mal avec l’image du mauvais élève qui fait l’école buissonnière.

  • 2 Stanislas Breton, Philosophie buissonnière, Grenoble, Jérôme Millon, 1989.
  • 3 Éric Weil, Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 1974, p. 424.

2Cela n’a pas empêché Stanislas Breton, mon ancien professeur et directeur de thèse, de publier, quand il avait à peu près le même âge que celui que j’ai maintenant, un livre tonifiant intitulé : Philosophie buissonnière2. Ce faisant, il illustrait à sa manière l’affirmation paradoxale sur laquelle s’achève la Logique de la philosophie d’Éric Weil : « La philosophie, comme science du sens, est l’histoire de la reconquête de la spontanéité3 ».

3Jusqu’à l’été 2014, je ne savais pas qu’un jour je prendrais, moi aussi, la clef des champs, non en imitant ce que Breton avait fait, car je sais trop bien à quel point il était inimitable, mais en me livrant à une expérience philosophico-littéraire qui trouve son expression dans le cycle des contes de « Minerva, la chouette philosophe ».

4Comme Breton, j’ai attendu d’être à la retraite avant de faire l’école buissonnière : c’est tard, mais, espérons-le, pas trop tard !

5Au temps où j’étais écolier, puis lycéen, étudiant d’université, et, pour finir, professeur, je ne pouvais guère me le permettre et, à vrai dire, je n’avais pas non plus envie de le faire, tant il y avait des choses nouvelles à apprendre et surtout tant de livres qui attendaient que je les lise ! L’apprentissage du savoir, puis la transmission du savoir par l’enseignement et la recherche étaient une aventure tellement passionnante que j’en oubliais presque que moi aussi, je souffrais de ce que le génial dessinateur Joan Sfar, philosophe de formation, appelle le « complexe de Shéhérazade ».

6Certes, j’en souffre à un degré moindre que lui ; mais ce complexe me démange quand même de temps à temps et a fini par réclamer son dû !

7Les philosophes ont du mal à gérer leurs complexes. La plupart du temps, ils les cachent, comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse.

8À l’heure où je rédige cette brève présentation, le cycle des contes de « Minerva la chouette philosophe » comprend 19 contes. Autant dire que je suis encore très loin des mille et une nuits au cours desquelles Shéhérazade a repoussé la mort à coups de récits, comme le dit Gérard Genette.

9Mais peut-être le nombre est-il suffisant pour prendre un peu de recul et réfléchir aux difficultés et aux enjeux de cette expérience philosophico-littéraire.

(II)

10À l’origine de cette drôle d’aventure, il y a une rencontre, à Varengeville-sur-Mer, avec Dominique et Patrice Corrieras, directeurs des Éditions IPAGINE.

11Ce qui me fascinait d’emblée dans la série de contes bilingues illustrés qu’ils publient depuis plusieurs années déjà, et qui sont prioritairement, mais non exclusivement, destinés à un public scolaire, ce n’était pas seulement la cohabitation de deux langues étrangères, chose qui me tient depuis toujours à cœur, mais le travail de pensée que de tels récits, nonobstant leur simplicité, sont susceptibles d’induire.

12Sans y croire réellement, je leur disais qu’un jour, j’essaierai, moi aussi, de rédiger une histoire semblable. Le facteur déclencheur fut un rêve dans lequel un proche m’apparut en grand-duc, drapé dans la robe d’un juge.

13Ainsi naquit la figure de Bosco, le juge de paix qui doit arbitrer les conflits qui menacent la bonne entente des animaux de la Forêt-Noire.

14Les trois premiers contes (« Renard et hérisson », « Kalinka » et « Elsa la Corneille ») furent de simples ballons d’essai.

15La donne s’est mise à changer, et à prendre une tournure nettement plus philosophique, lors d’un séjour en Ardèche en septembre 2014. C’est sur les hauteurs du Nouveau Besset, près du Chambon-sur-Lignon, où Ricœur, revenu de captivité en Poméranie, enseignait la philosophie avant d’être nommé à l’Université de Strasbourg, que j’ai conçu le personnage de Minerva la chouette philosophe. S’y est associé presque immédiatement, suivant une suggestion de Françoise Todorovitch, son double inversé : Wiffy, le pigeon voyageur, grand reporter insatiable, toujours à l’affût des nouvelles du jour.

  • 4 Northrop Frye, Anatomie de la critique, trad. Guy Durand, Paris, Gallimard, 1969, p. 55-56 ; 276-27 (...)

16Sans m’en rendre compte, je réinventais ainsi le couple de l’eiron et de l’alazon tel que l’analyse Northrop Frye dans son Anatomie de la critique4 : Wiffy, qui est une sorte de « matamore », est constamment « ramené à la raison » par « l’ironie », toute socratique, de Minerva.

  • 5 Le conte « Le renard et le hérisson » est aussi une tentative de donner la réplique à la conclusion (...)

17Si Minerva illustre certains aspects de l’idée que je me fais de la philosophie, idée qui se reflète également dans les citations philosophiques cachées dans chacun des contes, d’autres personnages de mon bestiaire narratif, qui ne cesse de s’enrichir, me ressemblent eux aussi d’une certaine manière : par exemple René le renard, qui court après plusieurs proies en même temps, à la différence du hérisson qui se roule en boule dès qu’il est en danger5, Sally la salamandre, qui porte un point d’interrogation jaune vif sur le dos ou Bichou, le cheval de trait qui aime bien tracer des sillons nets avec sa charrue, ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un grand rêveur…

(III)

18En choisissant de faire de Minerva le trait d’union du cycle tout entier, un peu comme Ulysse est le héros emblématique de l’Odyssée qui comporte bien d’autres personnages, j’ai transgressé l’un des interdits fondateurs de la philosophie occidentale.

  • 6 Platon, Sophiste 242 c, cité par Heidegger dans Sein und Zeit, § 2, p. 6.

19« Si tu veux comprendre ce qu’il en est de l’être », dit peu ou prou Platon dans le Sophiste, « tu dois renoncer à raconter des histoires6 ! ». Pour la philosophie naissante, encore mal dégagée des mythes, il y allait de sa propre survie, c’est-à-dire de la production d’un type inédit d’intelligibilité dont le mot d’ordre fondamental n’est plus « mythos », mais « logos ».

  • 7 Jean Greisch, Vivre en philosophant. Expérience philosophique, exercices spirituels et thérapies de (...)

20Il suffit de feuilleter n’importe quel dialogue de Platon pour découvrir que lui-même est loin d’avoir respecté cet interdit à la lettre, car il ne n’est nullement privé de recourir aux ressources du récit, à chaque fois que cela lui semblait nécessaire7.

  • 8 Voir : Hans Blumenberg, Höhlenausgänge, Frankfurt, Suhrkamp, 1986.

21Les récits, ou « mythes », qui émaillent ses dialogues n’ont pas seulement pour but d’illustrer des concepts abstraits. Certains d’entre eux, en particulier le célèbre « mythe de la caverne8 », nous aident à mieux comprendre la vocation de la philosophie, c’est-à-dire ce que Socrate avait en vue quand il déclarait devant les juges d’Athènes qui allaient le condamner à mort, que son but était de nous apprendre à « vivre en philosophant ».

  • 9 Jean Greisch, Vivre en philosophant. Expérience philosophique, exercices spirituels et thérapies de (...)

22Cette maxime socratique m’a fourni le titre d’un ouvrage qui, contrairement aux apparences, n’est pas sans rapport avec la « philosophie buissonnière » des « Contes de Minerva la chouette9 ».

(IV)

23Pour prendre la « clef des champs », suffit-il de se relâcher et de céder à la tentation de la facilité ?

24Les choses sont loin d’être aussi simples, car cette « clef des champs », il faut la trouver ou l’inventer, ce qui ne va jamais de soi.

  • 10 Walter Benjamin, « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » dans :
    Illuminationen. Au (...)

25Pour cela, il faut non seulement braver l’interdit platonicien, mais aussi faire face à une autre difficulté majeure, celle autour de laquelle gravite le célèbre essai de Walter Benjamin sur le narrateur10.

  • 11 Ibid., trad. fr. p. 145.

26Presque quotidiennement, dit Benjamin, nous constatons que l’art de raconter touche à sa fin, car « le narrateur, dans son activité vivante », est « pour nous une réalité lointaine qui s’éloigne de plus en plus11 » et cela pour une raison précise : nous avons perdu la faculté de partager nos expériences, faculté qui est remplacée de plus en plus par la circulation vertigineuse des informations qui ne cessent de déferler sur nous.

  • 12 Ibid., p. 146.
  • 13 Ibid., p. 147.

27De nos jours, le bouche à oreille, c’est-à-dire l’« expérience transmise de bouche en bouche12 » par des conteurs anonymes13 sur lequel reposait jadis l’art de raconter, a mauvaise presse. Il ne survit presque plus que sous la forme perverse de la rumeur dans laquelle il n’y a plus de bouche qui répond de ce qu’elle dit et plus d’oreille qui réfléchit à ce qu’elle entend.

28Le déclin du récit est un processus historique de grande portée que Benjamin fait débuter avec la naissance du roman moderne. Ce qui distingue le romancier du narrateur, c’est qu’il est un individu isolé qui ne dispense plus des leçons de vie, susceptibles d’éclairer sa propre vie ainsi que celle de ses lecteurs. Ce dont nous parle le romancier, quelle que soit l’intrigue de son roman, nous dit Benjamin, ce n’est au fond de rien d’autre que du grand désarroi des vivants, livrés désespérément à eux-mêmes, contre lequel il n’y a guère de remède. Don Quichotte est une première grande illustration de ce désarroi.

  • 14 Sur cette thématique voir : Jean Greisch, L’herméneutique comme sagesse de l’incertitude, Paris, Le (...)

29Cela ne doit pas nous empêcher de nous demander sous quelles conditions ce que Milan Kundera appelle la « sagesse de l’incertitude » des romanciers nous aide à résister aux « termites de la réduction ». Mais c’est là une autre question sur laquelle je me suis expliqué ailleurs14.

30D’après Benjamin, le romancier lui-même est une figure transitoire, vouée à être tôt ou tard supplantée par le raz-de-marée des informations qui déferlent chaque jour sur nous.

31Dans mon cycle, « Minerva » et « Wiffy » illustrent les deux foyers d’une polarité opposant d’un côté une narration soucieuse de « raconter plus pour comprendre mieux » – cette formule que j’emprunte à Paul Ricœur est utilisée par la chouette Alexia dans le conte qui ouvre le cycle entier – et de l’autre côté l’information pour l’information.

32Certains diront que le déclin ou la disparition de l’art de raconter ne tire pas plus à conséquence que, par exemple, celle des colporteurs qui sillonnaient jadis nos campagnes, souvent d’ailleurs en y répandant les nouvelles du grand monde.

33En tant que vagabond philosophe, j’ai eu la chance de pouvoir rouler ma bosse philosophique en bien des pays étrangers, non seulement en Europe, mais aussi dans les pays du Maghreb, la Chine, le Japon, la Corée, l’Argentine, la Colombie, les États-Unis et le Canada. De tous ces voyages, je suis revenu plus riche, pas financièrement bien sûr, mais riche d’un trésor d’expériences qui alimentent en sourdine mes contes.

  • 15 « Le Narrateur »., p. 149.

34D’après Benjamin, le déclin du récit signifie la disparition d’une certaine forme de sagesse, celle qui, par le truchement du récit, veut nous porter conseil : « Nous ne savons plus nous conseiller nous-même ni conseiller autrui. Conseiller, c’est moins répondre à une question que présenter une suggestion concernant la suite d’une histoire en train de se passer. Pour recevoir cette suggestion, il faudrait d’abord être capable de raconter cette histoire15 ».

  • 16 Ibid., p. 149-150.

35Le grand narrateur est un moraliste d’un genre particulier. Au lieu de nous « faire la morale », il cherche à éclairer notre vie en donnant du sens à nos expériences. Cela, il le fait en puisant dans l’expérience vive et la mémoire des vivants pour transmettre à la génération suivante ce qui importe vraiment. « Tissé dans l’étoffe même de la vie, le conseil est une sagesse. Si l’art narratif tend à se perdre, c’est parce que cet aspect épique de la vérité, qui est la sagesse, meurt lui aussi16. » C’est ainsi, et pas autrement, que les conteurs ont forgé la chaîne de la tradition qui relie les générations les unes aux autres.

  • 17 Ibid., p. 152.

36Trop d’explications tuent la compréhension et trop d’informations le font plus encore. « Chaque matin », écrit Benjamin, « on nous renseigne sur tout ce qui s’est passé à la surface du globe. Et cependant nous sommes pauvres en histoires surprenantes. Cela tient à ce qu’aucun événement n’arrive plus jusqu’à nous sans être accompagné d’explications. Autrement dit, à peu près rien de ce qui advient ne profite à la narration, presque tout sert à l’information17. »

  • 18 Ibid., p. 178.

37Pour caractériser la fonction sapientiale (qui, chez lui, se confond presque avec l’image du juste), Benjamin dit du narrateur que « son talent naturel est de pouvoir narrer la vie ; sa dignité est de la pouvoir conter tout entière. Le narrateur, c’est l’homme qui serait capable de laisser entièrement consumer la mèche de sa vie à la douce flamme de ses récits18 ».

(V)

  • 19 Jean-Pierre Vernant, L’univers, les dieux et les hommes. Récits grecs des origines, Paris, Ed. du S (...)

38Dans l’avant-propos de son ouvrage : L’univers, les dieux et les hommes, le grand helléniste Jean-Pierre Vernant évoque le plaisir de raconter à son petit-fils les récits grecs des origines, dont l’étude scientifique a occupé sa vie de chercheur19.

39Le même plaisir de raconter, je l’ai éprouvé très tôt quand je racontais le soir à ma sœur et à mon frère les livres que j’avais lus, en particulier les contes des Frères Grimm, mais aussi les Contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev, sans oublier ceux de Wilhelm Hauff.

40De son Almanach des Contes, j’extrais une seule phrase qui éclaire l’une des fonctions du conte : « Le chagrin est une pierre qui écrase l’individu isolé, mais deux personnes peuvent facilement l’enlever de leur chemin ».

  • 20 « Le Narrateur », p. 160.

41Ces deux personnes, qui unissent leurs efforts pour rendre la vie plus vivable, ce sont le narrateur et son lecteur. Faisant appel à un trésor d’expériences acquises, le narrateur privilégie le moment de la mort, qui confère au récit une autorité testamentaire : « C’est surtout chez le mourant qu’on voit prendre forme de réalité transmissible non seulement le savoir ou la sagesse d’un homme, mais surtout le contenu même de sa vie, c’est-à-dire la matière dont sont faites les histoires20 ». Il y a un lien fondamental entre la dignité qu’on attribue aux derniers instants d’une vie humaine et la capacité de raconter une histoire. La dénégation de la mort dans nos sociétés et le déclin du récit sont des phénomènes connexes.

42Mis à part quelques rares exceptions, les livres de philosophie ne se racontent pas, même si certains d’entre eux sont presque aussi volumineux que les Contes des mille et une nuits. Pour braver la mort, le philosophe invente d’autres moyens que ceux de Shéhérazade, la narratrice des Mille et une nuits, qui chaque nuit repousse la mort à coups de récits.

43Cela n’a pas empêché certains philosophes, dont je me sens particulièrement proche, de s’intéresser de près à l’art de raconter, c’est-à-dire à ce que, dans une terminologie un peu plus savante, on appelle « la fonction narrative ».

  • 21 Wilhelm Schapp, Empêtrés dans des histoires. L’être de l’homme et de la chose, Paris, Ed. du Cerf, (...)

44Parmi ceux-ci, je mentionnerai en particulier la trilogie du philosophe allemand Wilhelm Schapp, qui s’ouvre avec un ouvrage que j’ai traduit en français sous le titre : Empêtrés dans des histoires21 et, bien sûr, la grande trilogie : Temps et récit I-III de Paul Ricœur, dont j’ai pu suivre la genèse progressive en participant à son séminaire au CNRS.

  • 22 « Aixo era y no era », formule citée par Roman Jakobson, dans : Essais de linguistique générale, Pa (...)

45Mais une chose est de s’intéresser aux études savantes, philosophiques ou littéraires portant sur le récit sous sa double modalité du récit littéraire et du récit historique, une autre est de passer à l’acte en inventant sa propre version du « Il était une fois » et du : « Cela était et cela n’était pas22 » sur lequel les conteurs majorquins achèvent leurs contes.

(VI)

46Un passage de l’article de Benjamin, que je relis de temps à temps, mérite d’être médité plus longuement dans le contexte de ma propre version d’une philosophie buissonnière.

47Ce que tous les grands narrateurs ont en commun, écrit Benjamin, c’est une certaine insouciance qui leur permet de monter et de descendre sur les marches de l’échelle de leur expérience, une échelle qui descend dans les profondeurs de la terre et s’élève jusque dans les nuages du ciel.

48Aussitôt après, il cite la conclusion-type d’un grand nombre des contes des Frères Grimm : « Et s’ils ne sont pas morts, ils vivent encore aujourd’hui ». D’après lui, le conteur ne fait que perpétuer la fonction originelle des contes qui est de nous enseigner une façon intelligente – et, ajouterai-je, si possible amusante – de résister aux puissances terrifiantes du mythe.

49La sagesse qu’il nous apporte ressemble à cet égard à celle des proverbes, à cette différence près que le narrateur ne veut pas seulement nous porter conseil dans des situations particulières et de façon ponctuelle, mais son art et sa dignité est de prendre en vue la totalité de la vie humaine, comme le fait également une éthique philosophique de la vie bonne avec et pour autrui, dans des institutions justes.

  • 23 Joseph Conrad, Fortune, trad. fr. par Roger Hibon, Paris, Gallimard, 1989, p. 14.

50Cela requiert une certaine hauteur de vue et un long souffle. À un critique qui lui reprochait que son roman Chance était trop long, le grand romancier et conteur Joseph Conrad répliquait : « Sans doute, en choisissant une certaine méthode et en prenant beaucoup de peine, aurais-je pu écrire toute cette histoire sur une feuille de papier à cigarette. Aussi bien pourrait-on écrire ainsi toute l’histoire de l’humanité, si on l’abordait avec assez de détachement. L’histoire des hommes sur cette terre, depuis le commencement des siècles, peut se résumer en une seule formule infiniment poignante : ils naquirent, ils souffrirent, ils moururent… Pourtant, c’est un récit plein de grandeur ! Mais dans les histoires suprêmement infimes concernant des hommes et des femmes que mon destin sur terre est de conter, je suis incapable d’un pareil détachement23 ».

  • 24 Paul Ricœur, Temps et récit II, Paris, Éd. du Seuil, 1983, p. 48.

51C’est un défi semblable que Paul Ricœur oppose, dans le deuxième volume de sa grande trilogie Temps et récit I-III, à la thèse de Benjamin sur la mort du récit : « Et pourtant peut-être faut-il malgré tout faire confiance à la demande de concordance qui structure aujourd’hui encore l’attente des lecteurs et croire que de nouvelles formes narratives, que nous ne savons pas encore nommer, sont déjà en train de naître, qui attesteront que la fonction narrative peut se métamorphoser, mas non pas mourir. Car nous n’avons aucune idée de ce que serait une culture où l’on ne saurait plus ce que signifie raconter24 ».

52« Et pourtant, c’est une grande histoire » ; « Et pourtant », il nous faut parier sur la possibilité que la fonction narrative ne puisse jamais totalement disparaître !

53C’est en empruntant la toute petite porte des contes que j’ai voulu honorer à mon tour ce double « Et pourtant », ce qui est aussi une façon de faire écho aux vers du poète Hölderlin : « Celui qui a pensé ce qu’il y a de plus profond / aime ce qu’il y a de plus vivant ».

54À l’exception d’un conte, dans lequel apparaît la sorcière Baba Yaga, on n’y rencontre guère des magiciens et des sorciers, dont bien des auteurs contemporains sont si friands. Minerva la chouette habite une autre planète, plus proche de celle du Petit prince que du Poudlard de Harry Potter, et les contes dont elle est la figure tutélaire s’apparentent plus au genre littéraire des fables d’Ésope et de Jean de La Fontaine.

55Les lecteurs de ces petits récits qui, comme j’ai déjà pu le vérifier auprès que quelques lecteurs français et allemands, s’adressent aux jeunes de 7 à 77 ans, me diront si, oui non, l’expérience valait la peine d’être tentée.

Haut de page

Notes

2 Stanislas Breton, Philosophie buissonnière, Grenoble, Jérôme Millon, 1989.

3 Éric Weil, Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 1974, p. 424.

4 Northrop Frye, Anatomie de la critique, trad. Guy Durand, Paris, Gallimard, 1969, p. 55-56 ; 276-278.

5 Le conte « Le renard et le hérisson » est aussi une tentative de donner la réplique à la conclusion du Combat amoureux d’Emmanuel Falque. Voir : Emmanuel Falque, Le Combat amoureux. Disputes phénoménologiques et théologiques, Paris, Hermann, 2014, p. 321-341.

6 Platon, Sophiste 242 c, cité par Heidegger dans Sein und Zeit, § 2, p. 6.

7 Jean Greisch, Vivre en philosophant. Expérience philosophique, exercices spirituels et thérapies de l’âme, Paris, Herrmann, 2015.

8 Voir : Hans Blumenberg, Höhlenausgänge, Frankfurt, Suhrkamp, 1986.

9 Jean Greisch, Vivre en philosophant. Expérience philosophique, exercices spirituels et thérapies de l’âme, Paris, Herrmann, 2015.

10 Walter Benjamin, « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » dans :
Illuminationen. Ausgewählte Schriften 1. Frankfurt/M., Suhrkamp, 1977, p. 385-410 ; trad. fr. par Maurice de Gandillac, « Le Narrateur », dans : Rastelli raconte… et autres récits, Paris, Éd. du Seuil, 1987, p. 143-178.

11 Ibid., trad. fr. p. 145.

12 Ibid., p. 146.

13 Ibid., p. 147.

14 Sur cette thématique voir : Jean Greisch, L’herméneutique comme sagesse de l’incertitude, Paris, Le Cercle Herméneutique, 2015, p. 11-32.

15 « Le Narrateur »., p. 149.

16 Ibid., p. 149-150.

17 Ibid., p. 152.

18 Ibid., p. 178.

19 Jean-Pierre Vernant, L’univers, les dieux et les hommes. Récits grecs des origines, Paris, Ed. du Seuil, 2002.

20 « Le Narrateur », p. 160.

21 Wilhelm Schapp, Empêtrés dans des histoires. L’être de l’homme et de la chose, Paris, Ed. du Cerf, 1992.

22 « Aixo era y no era », formule citée par Roman Jakobson, dans : Essais de linguistique générale, Paris, Ed. de Minuit, 1963, p. 238-239, et reprise par Paul Ricœur à la fin de son étude sur la vérité métaphorique dans : La métaphore vive, Paris, Ed. du Seuil, 1975, p. 321.

23 Joseph Conrad, Fortune, trad. fr. par Roger Hibon, Paris, Gallimard, 1989, p. 14.

24 Paul Ricœur, Temps et récit II, Paris, Éd. du Seuil, 1983, p. 48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Greisch, « « Les contes de Minerva la chouette philosophe ». Des exercices de philosophie buissonnière », Revue des sciences religieuses, 90/1 | 2016, 3-11.

Référence électronique

Jean Greisch, « « Les contes de Minerva la chouette philosophe ». Des exercices de philosophie buissonnière », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsr/2997 ; DOI : 10.4000/rsr.2997

Haut de page

Auteur

Jean Greisch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page