Navigation – Plan du site
Recensions

Éric Schmoll, Apocalypse de Jean. Le dévoilement

Paris, Les impliqués Éditeurs, 2014, 212 p.
Jacques Ahiwa
p. 289-290
Référence(s) :

Éric Schmoll, Apocalypse de Jean. Le dévoilement, Paris, Les impliqués Éditeurs, 2014, 212 p.

Texte intégral

1L’ethnologue Éric Schmoll essaie dans cet ouvrage de percer les secrets du dernier livre de la Bible, l’Apocalypse (Ap), aux moyens des données de sa discipline. Son but clairement affiché en abordant ce livre qui paraît tant énigmatique du fait de son langage mystérieux, symbolique, est de mener une étude « ethnologique et historique qui a pour base la symbolique » (p. 14). Le livre est composé de trois parties inégalement réparties, la deuxième faisant les trois-quarts de l’ouvrage ; il se termine par une reproduction du texte de l’Apocalypse de la Bible de Louis Segond datée de 1885, révisée en 1910. La première partie du livre (p. 17-29) est une présentation du contexte historique de la Mésopotamie et de la Grèce antique, lieux de production des deux grands courants culturels qui ont fondamentalement marqué le premier siècle après Jésus Christ. L’auteur de l’Ap aurait emprunté la symbolique dont il se sert à cet environnement socioculturel. Le recours à ce langage symbolique est dû au contexte d’« inquisition » qui prévalait à cette époque. La deuxième partie aborde le décryptage du texte de l’Ap sous l’ange de l’ethnologie en recourant aux données de l’astronomie, à la littérature alchimique, aux grands mythes babyloniens des origines. Jean aurait donc eu recours à toutes ces sciences pour réaliser son œuvre. La troisième partie reprend un certain nombre de textes alchimiques qui selon l’auteur aurait été à la base de l’Ap. La bibliographie (p. 207-212) porte essentiellement sur des ouvrages astronomiques et alchimiques.

2Il est difficile de suivre l’A. dans son raisonnement et surtout dans son hypothèse de faire dépendre l’Ap de Jean seulement de données astronomiques et alchimiques, sans référence aux autres sources, communément admises, dont Jean se serait servi pour élaborer son œuvre, à savoir, les écrits prophétiques et apocalyptiques de l’Ancien Testament. Cette lacune donne à son interprétation de l’Ap un caractère assez réducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Ahiwa, « Éric Schmoll, Apocalypse de Jean. Le dévoilement », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 289-290.

Référence électronique

Jacques Ahiwa, « Éric Schmoll, Apocalypse de Jean. Le dévoilement », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3273

Haut de page

Auteur

Jacques Ahiwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page