Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques-Yves Pertin, Justice et gouvernement dans l’Église d’après les Lettres de saint Grégoire le Grand

Paris, L’Harmattan, 2015, 365 p.
Faustin Rakotoarisoa
p. 291-292
Référence(s) :

Jacques-Yves Pertin, Justice et gouvernement dans l’Église d’après les Lettres de saint Grégoire le Grand, Paris, L’Harmattan, 2015, 365 p.

Texte intégral

1Saint Grégoire le Grand est une des grandes figures incontournables, non seulement dans l’étude de l’histoire de la papauté, mais également dans celle du droit canonique, notamment celle de ses sources. Regroupées dans un recueil appelé « Registre » ou « Épistolier », les lettres de Grégoire le Grand font l’objet d’une étude particulière par l’abbé Jacques-Yves Pertin dans son ouvrage récent portant sur la justice et le gouvernement dans l’Église. L’A. est un spécialiste de droit canonique et avocat au Tribunal pontifical de la Rote romaine. La qualité de ce livre est sans doute une empreinte qui témoigne de la formation intellectuelle et de la rigueur scientifique qu’il a reçues en vue de son ministère.

2Le parcours proposé par l’A. se divise en trois parties bien cohérentes. Tout d’abord, il souligne que le Pape possède une autorité émanant de Dieu et qui lui confère en premier lieu une autorité pour gouverner la vie interne de l’Église. Cette autorité est fondée essentiellement sur la reconnaissance inégalable de la primauté du successeur de Pierre. Les évêques comme les moines, bien qu’ils se trouvent dans des statuts différents, sont sujets de cette autorité pontificale. Par ailleurs, l’A. note que l’exercice de cette autorité ne se réduit pas au domaine intra-ecclésial, mais appréhende également le domaine temporel et extra-ecclésial.

3Dans la deuxième partie, l’A. fait une application du pouvoir de gouvernement dans le cadre de l’administration du patrimoine de l’Église, tout en précisant, dans ce cadre, la nécessité de la vertu de diligence, c’est-à-dire le soin normal et obligatoire à apporter dans l’agir humain. Ainsi, le mode de gouvernement dans l’Église implique l’établissement d’un lien indissociable entre ce que dicte la loi et ce que conseille la morale.

4La troisième partie met en relief la finalité d’un acte de gouvernement ou de l’autorité pastorale dans l’Église. Ainsi, l’A. met au plus haut point la recherche de la vérité qui, selon le Pape Grégoire, doit être la plus haute expression de la charité envers les âmes des fidèles. De ce point de vue, puisque l’exercice de l’autorité dans le cadre du gouvernement de l’Église exige, suivant les circonstances, l’application d’une peine canonique juste, il ne faut pas perdre de vue que la sentence doit comporter une finalité de remède en vue de l’amendement du coupable et de son salut.

5C’est un sujet vraiment d’actualité, abordé dans un parcours à la fois original, scientifique (on relève plus particulièrement la fidélité aux sources latines), dense, rigoureux – comme l’ont précisément remarqué Dominique Rey dans la préface et Carlos José Errázuriz dans la présentation – que nous offre cet ouvrage, qui nous rappelle que la manière de gouverner et d’exercer l’autorité dans l’Église doit tenir la justice, la vérité, la charité comme intrinsèquement inséparables. Un livre à méditer !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faustin Rakotoarisoa, « Jacques-Yves Pertin, Justice et gouvernement dans l’Église d’après les Lettres de saint Grégoire le Grand », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 291-292.

Référence électronique

Faustin Rakotoarisoa, « Jacques-Yves Pertin, Justice et gouvernement dans l’Église d’après les Lettres de saint Grégoire le Grand », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3277

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page