Navigation – Plan du site
Recensions

Yann Vagneux, Co-esse : Le mystère trinitaire dans la pensée de Jules Monchanin (1895-1957)

Paris, Desclée de Brouwer, 2015, 655 p.
Rozalia Horvath
p. 303-305
Référence(s) :

Yann Vagneux, Co-esse : Le mystère trinitaire dans la pensée de Jules Monchanin (1895-1957), Paris, Desclée de Brouwer, 2015, 655 p.

Texte intégral

1Yann Vagneux nous offre une étude approfondie de la vision trinitaire de Jules Monchanin, prêtre lyonnais devenu sannyâsi en pays tamoul dès 1938. Près de 60 ans après sa mort, les recherches philosophiques et théologiques de cet intellectuel hors pair restent largement mal connues pour des théologiens qui ne s’intéressent pas au dialogue hindou-chrétien. L’A., en relevant le défi de l’analyse du corpus monchanien, très éclaté, qui demande non seulement des « qualités d’intelligence et une richesse culturelle », mais aussi un certain « sens artistique » (p. 18), a réussi à mettre en évidence le centre de gravité de la recherche du Père Monchanin, à savoir la réalité du « co-esse » surtout dans sa forme trinitaire (p. 21). L’A. a voulu expliciter et vérifier les trois étapes essentielles que Monchanin lui-même a désignées dans une « lettre programmatique » (p. 19-20) en 1940. La première partie de l’ouvrage traite ainsi de la problématique de l’Un, en partant des concepts classiques de la philosophie grecque. L’A. dégage les accents propres de la vision monchanienne de la périchorèse trinitaire, montrant comment cela est devenu « le pilier de son projet de synontologie » (p. 114). Monchanin a emprunté le terme « co-esse » à Gabriel Marcel (p. 124 s.) pour forger son concept de « l’ontologie de l’être qui est sun-on » (p. 20). L’Être divin contemplé en tant que co-esse lui livre une nouvelle vision de la personne et tant qu’extase substantielle dans l’ordre incréé. La deuxième partie du livre, intitulée « Plérôme-Eschatologie catholique », montre la réponse proposée par Monchanin à la question : « qu’advient-il du multiple dans l’ordre créé ? ». Pour cela Y. Vagneux dégage les trois questions fondamentales posées par Monchanin : comment le multiple créé parvient-il à s’unifier ? comment la médiation entre le monde créé et le Dieu incréé s’accomplit-elle ? comment pouvons-nous décrire l’unité eschatologique du créé ? L’A. y répond en présentant le concept de l’exode cher à Monchanin (prosodos du créé vers la déification finale, p. 179), puis sa réflexion sur le Plérôme du Christ médiateur et l’incorporation des personnes déifiées dans le Plérôme christique. Enfin, cette réflexion débouche sur la question de l’unité eschatologique du créé – qui incorpore par ex. « la vérité captive » dans les religions non chrétiennes et récapitule en Christ toutes les civilisations – pour jeter une nouvelle lumière sur le mystère de la catholicité de l’Église, Corps Mystique du Christ. La partie la plus originale du livre fait prendre conscience de la nouveauté des écrits indiens de Monchanin, dont l’interlocuteur principal fut dès 1939 le mysticisme hindou, particulièrement la tradition védantique. Nous y découvrons comment l’advaita shankarien a imposé à sa synontologie un nouveau déplacement, puis, comment sa réflexion théologique fut enrichie par « une mystique du co-esse » (p. 377), ou, comme lui-même l’appela, une « mystique de sam-sat ». Sam-sat n’est autre que le terme sanscrit forgé par Monchanin pour désigner indissociablement le co-esse trinitaire et le co-esse pléromatique.

2La posture intellectuelle de Swami Paramarubyananda (nom sanscrit de Monchanin) à l’égard de l’Inde, à savoir son hospitalité théologique, sa lucidité chrétienne et son espérance catholique est plus que jamais un modèle pour quiconque s’engage sur le chemin du dialogue interreligieux et dans une recherche théologique, trinitaire, du pluralisme religieux, ou encore de l’ecclésiologie, etc. La monographie d’Y. Vagneux remédie aux lacunes des recherches sur un des figures majeures du dialogue interreligieux, et réussit à nous faire pénétrer dans la pensée de cet intellectuel-contemplatif, dont son ami Henri de Lubac, regrettant son départ pour les Indes, disait : « Nous avons peut-être deux ou trois intelligences de cette valeur, de cette capacité par génération, et nous en avions tant besoin ! » (p. 16).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rozalia Horvath, « Yann Vagneux, Co-esse : Le mystère trinitaire dans la pensée de Jules Monchanin (1895-1957) », Revue des sciences religieuses, 90/2 | 2016, 303-305.

Référence électronique

Rozalia Horvath, « Yann Vagneux, Co-esse : Le mystère trinitaire dans la pensée de Jules Monchanin (1895-1957) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 90/2 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/3300

Haut de page

Auteur

Rozalia Horvath

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page