Navigation – Plan du site

Doctorants africains

Trente années de thèses soutenues à Strasbourg en théologie catholique
Françoise Vinel
p. 147-157

Résumés

Après quelques données factuelles (nombre de thèses, origines des doctorants, évolutions), l’article se propose de définir quelques points communs aux problématiques abordées – la marque d’un lieu d’où l’on parle ? –, qu’il s’agisse des regards portés sur l’histoire de l’évangélisation, du lien entre religion et politique ou de l’annonce du salut en contexte africain.

Haut de page

Texte intégral

1Le point de départ de cet article est la liste de l’ensemble des thèses soutenues par des doctorants africains de 1978 à 2009. Pour tenter d’analyser ce corpus, et sans prétendre, bien sûr, avoir lu l’ensemble, j’ai pratiqué, pourrait-on dire, une sorte de « mise en série » de quelques-unes de ces thèses pour faire ressortir les problématiques dominantes. Toutes les disciplines théologiques (dogmatique, exégèse, histoire, morale, philosophie) sont représentées et il serait difficile de déterminer une discipline dominante – la faible représentation de l’exégèse a son équivalent du côté des thèses d’étudiants européens.

2Quelques données chiffrées d’abord : durant ces trente années, on compte 65 thèses d’étudiants venus des pays d’Afrique ; dans la même période, 127 thèses d’étudiants français (nés en France), auxquelles il faut ajouter un petit nombre de thèses soutenues par des étudiants orthodoxes, principalement originaires de Grèce ou de Roumanie, et quelques cas pour d’autres pays (Moyen-Orient, Inde ou Japon). Concernant l’Afrique, il y a une grande diversité des pays d’origine, comme c’est encore le cas pour les étudiants actuellement en cours d’études. Les pays de l’Afrique de l’Ouest francophones sont les mieux représentés, mais, avec un ombre inférieur à cent, et pour des pays de superficies et de cultures et d’histoire si différentes, il est au fond difficile d’en tirer des conclusions certaines. Le Cameroun est le pays le plus représenté (17 thèses) ; puis le Togo (8 thèses), Madagascar (6 thèses) et, dans des proportions un peu moindres, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso et le Congo (RDC et Congo Brazzaville), ou encore le Bénin.

3Qui sont les doctorants ? essentiellement des prêtres et des religieux, et durant cette période, pas une seule femme. Mais un changement se fait jour : actuellement, deux religieuses africaines sont inscrites en thèse, l’une en exégèse, l’autre en éthique. Sur ce point encore, il faut modérer la signification de ce fait ; par comparaison, en effet, les thèses soutenues en théologie par des étudiantes françaises ou européennes représentent elles aussi un très faible pourcentage.

4Deux remarques encore, qui relèvent, j’espère, de l’évidence :

5– nous parlons de « théologie africaine », de « l’Afrique » ; mais n’oublions pas, c’est trivial de le dire, qu’il s’agit d’un continent, et que la plupart des thèses portent dans leur titre la mention d’un pays, d’une région, d’une ethnie et proposent, au moins à un premier niveau, des sortes de monographies centrées sur telle ou telle région, celle même dont le doctorant est originaire. Les exemples pris au fil de ces pages le montreront.

6– d’autre part, il faut bien considérer comme déterminant le fait qu’il s’agit de pays d’évangélisation récente et qu’en peu de temps, un siècle ou un peu plus, s’y sont produites d’énormes mutations sociales, politiques, culturelles et religieuses – dans une sorte d’effet d’accélération si l’on compare, par exemple aux premiers siècles d’expansion du christianisme, d’évangélisation, donc, dans l’Empire romain.

  • 1 C’est sans tenir compte de quelques theses portant par exemple sur l’œuvre d’un theologien : ≪ Le s (...)

7En cherchant à définir quelques traits majeurs de ces travaux de thèse, j’ai opté pour trois angles d’approche1 ; la dernière partie permettra en outre de repérer quelques évolutions dans les problématiques théologiques et pastorales présentées. Voici ces trois points :

8– Regards sur l’histoire du continent africain et l’histoire de l’évangélisation

9– En lien avec de multiples réflexions sur la notion d’inculturation : étude des cultures et religions traditionnelles

10– Un questionnement dogmatique centré sur la christologie et la problématique du salut

I. Regards sur l’histoire du continent africain et l’histoire de l’évangélisation

11Des « histoires de l’Afrique» (ou de telle ou telle partie du continent) moderne et contemporaine existent, mais bon nombre de ces thèses permettent de reconstituer les étapes d’une histoire où politique et religion se trouvent intimement mêlées – effet de la réalité et des perspectives théologiques choisies. On peut distinguer plusieurs périodes mais surtout une « origine » apparaît, le début des rapports avec l’Occident « blanc », lorsque s’instaure et se développe le commerce triangulaire – ce qui marque de façon dramatique les premiers contacts avec le christianisme.

1. Traite négrière et histoire de l’évangélisation

  • 2 These publiee en 1993 par les editions Karthala, Paris.
  • 3 P. 266 : ≪ il serait surement d’un grand interet de faire une etude approfondie sur les reactions d (...)
  • 4 QUENUM, these, p. 282.
  • 5 Ce dont les noms Freetown et Liberia gardent la memoire.

12C’est ce qu’étudie la thèse d’Alphonse Codjo Quenum, « Les Églises chrétiennes et la traite négrière atlantique du XVe au XIXe siècle », soutenue en 19912. « Durant le commerce négrier, il n’y a pas eu un effort systématique d’évangélisation du continent », souligne l’auteur, à l’exception d’une brève période au Congo. Et lorsque, au contraire, la volonté d’évangélisation se développe, c’est la période où, à la suite des Lumières, le mouvement abolitionniste gagne en Europe. Les réactions réticentes des souverains africains3 sont analysées, mais aussi la difficulté qu’ont les missionnaires à se situer dans le débat. Quenum note ainsi : « Entre 1840 et 1880 où les principaux instituts missionnaires d’Afrique : Pères due Saint Esprit, Missions africaines de Lyon, Comboniens et Pères Blancs virent le jour, la traite négrière se pratiquait encore. Mais peu à peu, l’action répressive commençait à porter des fruits. Dans ce mouvement encore fluctuant de répression et de libération d’esclaves, les nouveaux missionnaires vont essayer de s’insérer, non sans difficultés4 ». On voit naître des villages pour les esclaves affranchis5. Divers documents, présentés par A. Quenum, montrent comment les missionnaires s’engagèrent dans une opération ambiguë de rachat d’esclaves ou de transferts d’esclaves d’une colonie à l’autre, par exemple des Antilles au Sénégal. Dans les années 1870, l’Église mit sur pied une fondation dont le but spécifique était de racheter des esclaves, de les affranchir, puis enfin de les convertir. Au Soudan, colonie française, on parle ainsi de « villages de liberté ».

13C’est donc d’emblée une image ambiguë, double, qui se définit, celle de missionnaires compromis avec les pouvoirs, qui, d’une part, « partagent, pour la plupart, cette conscience de l’infériorité du Noir qu’il faut sortir de la barbarie par l’évangélisation et par la colonisation » et qui, en même temps, s’élancent généreusement dans l’œuvre d’évangélisation.

14Cette première étape, analysée par Quenum, sonne comme un appel à la réflexion des africains sur leur propre histoire pour sortir d’une fatalité qui les fait apparaître comme « un boulet à la traîne de l’humanité».

2. Histoire de la mission, politique et religion

  • 6 These soutenue en 1992 par un etudiant camerounais, S. P. Tonye.
  • 7 These de L. BARABWIZIRA, ≪ Evangelisation et mutations culturelles : le cas du Burundi (1900-1950) (...)

15La deuxième étape de ce bilan historique comprend au moins deux volets. D’une part, l’histoire des sociétés missionnaires. Si telle thèse est entièrement consacrée à « nos Pères dans la foi : les Pallotins, premiers missionnaires catholiques du Cameroun (1890-1916)6 », des chapitres entiers, dans bien des thèses, retracent l’histoire de la congrégation à l’origine de l’évangélisation d’un pays ou d’une région. Il y a évidemment place, dans ces domaines, pour un travail sur les archives des congrégations, qui est bien loin d’être épuisé. D’autre part, l’étude des contextes de l’évangélisation souligne l’intrication continue du politique et du religieux, ce que confirment pour la période postérieure, celle des indépendances, la situation des Églises jusqu’à aujourd’hui. Le cas du Burundi7, étudié pour les années 19001950, est l’occasion de montrer comment l’arrivée du christianisme bouscule non seulement les traditions religieuses mais toute l’organisation de la société et en particulier le rôle des chefs (ou princes et rois). C’est, dit l’auteur, une « profonde déstructuration de la mentalité sacrale de la société », le roi perdant son pouvoir sur la religion – un bouleversement qui a des conséquences durables, tant au plan social et politique que religieux.

  • 8 BARABWIZIRA, these citee, p. 362.

16Quelques générations plus tard semble venu, dans la deuxième moitié du 20e siècle, « le temps du discernement critique missionnaire8 » et c’est bien, à nouveau, l’impression de la complexité des paradoxes liés à l’évangélisation.

17Dernier aspect, enfin : si l’Église est perçue comme « promotrice du développement socio-économique, culturel et scientifique », il faut aussi définir sa place, son rôle dans les évolutions politiques de ces dernières décennies. Aussi un petit nombre de thèses s’intéressent-elles aux relations entre les processus liés à l’accès des pays d’Afrique à l’indépendance et la position des Églises.

3. De la colonisation aux indépendances: rôle et place de l’Église dans l’évolution historique des différents pays

  • 9 J.-P. BALAAMO MOKELWA, ≪ Eglises et Etat en RDC. Evolution historique du droit congolais des religi (...)
  • 10 These citee, p. 248

18Une des rares thèses de Droit canonique élaborées par un doctorant africain aborde ces questions pour la République Démocratique du Congo9. Je ne retiendrai que les conclusions et les questions soulevées. La mise en place, non sans des épisodes douloureux, d’un État laïc dont la constitution reconnaît le droit des Églises, est analysée. Une loi de 1971 définit trois cultes admis : catholique, protestant et kimbanguiste. Les autres doivent demander l’agrément au pouvoir public et la loi a eu pour conséquence, la même année, la dissolution de huit associations religieuses (Rose-Croix ou Amorc, Gnosis, Message de Graal, Franc-Maçonnerie, Templiers, Subud, Caodaisme, Martinisme) « pour raison d’ordre public10 ». Mais une des conséquences de la reconnaissance d’Églises instituées est aussi une plus grande fragilisation encore des religions traditionnelles, ce que l’auteur exprime en ces termes:

  • 11 Ibid., p. 254-255.

Si le principe constitutionnel de la liberté de religion a toujours été respecté dans la tradition juridique congolaise, sa compréhension suscite bien des questions. Il ressort de notre étude que la législation congolaise révèle bien une limite, celle d’enfermer le religieux dans des manifestations extérieures organisées sous la forme institutionnelle d’ « Église » … Les religions traditionnelles africaines qui ne sont pas institutionnalisées ont-elles une chance de survie dans ce système de légalité ? … La question est ouverte…11.

  • 12 Voir egalement A. QUENUM, ≪Une tradition d’humanite ≫, dans Christianisme et humanisme en Afrique. (...)

19La thèse que nous venons d’évoquer est plus spécifiquement liée à l’histoire du droit, mais on voit comment ces données historiques, indissociablement politiques et religieuses, appellent et rendent nécessaire pour les doctorants une théologie contextualisée. Et pour l’histoire de l’évangélisation de l’Afrique, s’y ajoute, comme le montre l’étude d’A. Quenum d’abord présentée, la trace d’une blessure, celle du « commerce du bois d’ébène » impliquant l’Occident souverain et le christianisme12.

II. Inculturation : étude des cultures et religions traditionnelles

  • 13 Voir l’article de R. TABARD, infra, p. 191-205. La bibliographie sur le sujet est tres vaste. Signa (...)

20La problématique de l’inculturation13, très largement présente dans ces thèses – même si la question de la définition de ce concept n’est pas systématiquement l’objet d’un travail de réflexion –, passe le plus souvent par la présentation des grands traits de la religion traditionnelle d’une ethnie ou d’un pays (vocabulaire, notions principales, anthropologie adjacente…). Ce qui est alors fourni au lecteur, c’est un matériau lié à des enquêtes de terrain, enquêtes ethnologiques et linguistiques – et les bibliographies montrent que la documentation publiée et les études spécialisées sont encore, dans certains cas au moins, assez maigres. D’autres travaux de ce type sont actuellement menés en Afrique ou ici dans les départements d’ethnologie et d’anthropologie. Et on pourrait dire que cet aspect des thèses de théologie s’apparente à un conservatoire des cultures et des traditions – souvent celles du doctorant lui-même – perçues comme menacées par la modernité mais menacées aussi, ou du moins incomprises, par les chrétiens.

  • 14 These de S. EPEA, soutenue en 1978 et publiee en 1982.

21Les spécificités ethniques sont repérées, le terrain dans lequel les missionnaires arrivent est analysé. Qu’il suffise de citer quelques titres de thèses : « Polygamie et religion chrétienne chez les Bamileke du Cameroun » ; « L’univers religieux Ngbandi et la foi en Jésus-Christ » ; « Le mariage de chrétiens Baluba du Kasaï (Zaïre). Problématiques d’une inculturation ; « Message chrétien et visage de l’homme chez les Basa, Bantie du Sud Cameroun14 ».

  • 15 These de J. BALEGA-ALANO, soutenue en 1983.
  • 16 Voir p. 154-155.
  • 17 These de F. NANSOUNON soutenue en 2007.
  • 18 L’expression sert de sous-titre a la these de NANSOUNON.

22Dans le travail d’un étudiant togolais intitulé « Le Christ et la médiation ancestrale dans la conception religieuse des Naudeba du Togo. Approche christologique15 », sont d’abord présentés les résultats d’une enquête menée par le moyen de quinze entretiens. L’analyse des termes employés, des images, permet ensuite d’approcher la conception de l’ « au-delà » dans la religion et la culture du peuple nawda et, dans une partie plus théologique, d’aborder la question des médiations16. De même, l’étude intitulée « Faire Église chez les Bariba du Nord-Bénin : l’impact de la famille17 », consacre sa première partie à une présentation des bariba. Trente entretiens avec des personnes de milieux et d’âges différents permettent de cerner la notion de famille décrite à travers les mots et expressions recueillis en milieu Bariba. La famille y apparaît comme une entité large, à laquelle on appartient avec un réel sentiment d’identité, une famille traditionnelle polynucléaire où chaque famille a son autonomie. Dans cette famille étendue, le lien avec l’ancêtre est fort et le rôle du chef de famille central. Les changements sociaux consécutifs à l’évangélisation correspondent dans ce contexte à un grave bouleversement et le théologien doit contribuer à l’« élaboration d’une stratégie pastorale familiale contextualisée18 ». On peut comprendre ainsi le lieu de naissance, dans sa base, de l’« Église-famille» : F. Nansounon considère la famille bariba comme une communauté chrétienne locale. Ce n’est pas le lieu ici de montrer le développement du concept d’« Églisefamille » en Afrique mais plutôt de souligner ce passage d’une enquête ethnologique et anthropologique à la pensée théologique, ecclésiologique en l’occurrence.

  • 19 These d’EPEA.

23Lorsqu’une certaine attention est prêtée au contexte culturel, l’oralité n’est pas seule en jeu et son aboutissement dans une transmission par l’écrit offre aussi ses richesses. La thèse sur les Basa par exemple fait place à l’analyse de deux épopées du Sud Cameroun19 dont la récitation traditionnelle est encadrée par des règles qui manifestent leur caractère initiatique et sacré. D’une part, le récit de l’aventure de Ngog, le héros « anti-communautaire», met en scène les pratiques de la vie communautaire villageoise et ouvre à l’analyse des rites d’exclusion et de réintégration. De source plus récente, un poème garde la mémoire d’un événement réel survenu vers la fin de la période de colonisation allemande. Mari trompé, le héros se transforme en homme-léopard pour se venger, tuer sa femme ; il échappe au procès organisé par l’organisation judiciaire des colonisateurs blancs pour le juger en s’enfuyant définitivement dans la forêt. Un des aspects du récit est donc de mettre en évidence la responsabilité de l’homme blanc : il ne connaît pas la société dans laquelle il apparaît principalement comme exploitant de richesses qui ne lui appartiennent pas. Une conception du monde et des relations entre les hommes et donc aussi le lien avec les religions africaines traditionnelles sont sous-jacentes à ces œuvres et la suite de la thèse peut poser la question de l’inscription du « message chrétien » dans cette culture.

  • 20 Voir infra l’article de B. Bujo, p. 159-174.

24Ces chapitres d’analyse des traits anthropologiques et religieux de telle ou telle ethnie constituent souvent un passage obligé (et, pour un enseignant européen, généralement difficile à apprécier, à évaluer !) et construisent une image fragmentée, diversifiée et complexe des milieux où s’est implantée, plus ou moins facilement, la foi chrétienne. Autant dire, un appel toujours renouvelé, explicitement ou non, à faire naître et grandir un « christianisme africain20 »… et l’on sait la fortune de l’expression!

III. Un questionnement dogmatique centré sur la christologie et la problématique du salut

  • 21 Voir infra, ≪Breve histoire de la theologie africaine ≫, p. 175-190.

25Comme on l’a signalé au début de ces pages, deux questionnements théologiques semblent prédominer dans ces thèses : la définition d’une christologie et de la place à donner au Christ médiateur et, ainsi que le fait remarquer G. Tchonang dans son article21, les difficultés liées aux deux concepts de guérison et salut – tous ces aspects étant indissociablement affaire de réflexion théologique et de transmission, de mission.

1. La question des médiations

  • 22 Voir note 11.
  • 23 These de BALEGA-ALANO, p. 227-344 ; phrase citee, p. 341.

26On a déjà présenté dans la deuxième partie la thèse portant « Le Christ et la médiation ancestrale dans la conception religieuse des nawdeba du Togo22 ». La problématique abordée pourrait se formuler en ces termes: comment penser la relation entre le rôle donné aux ancêtres dans la société traditionnelle et le Christ « médiateur» (cf. Hb 8, 6) qui est au cœur de la confession de foi chrétienne ? La question est centrale et appelle un détour dogmatique pour définir le concept de « médiation ». Mutatis mutandis, ce n’est pas si loin de la confrontation, dans les premiers siècles du christianisme entre JésusChrist « médiateur entre Dieu et les hommes » et, dans le paganisme, l’existence de réalités intermédiaires… Dans les deux cas, on touche, si je peux utiliser une métaphore biblique, à une « pierre d’angle » de la culture ou plus globalement de la conception du monde et de la religion dans lesquelles est installée la foi chrétienne. C’est que, dit l’auteur de la thèse, « le converti Nawda interroge aussi l’Église du Christ » ; dans sa langue, il tend à se représenter le Christ avec le langage utilisé pour les ancêtres. Le Christ –Tibe, Providence de Dieu, a présidé au modelage des premiers ancêtres et veille sur celui des enfants à naître ; « Mouleur d’hommes », il est étroitement associé à la généalogie des ancêtres, il est guide et protecteur de la communauté ; et les ancêtres eux-mêmes, « dans la conception nawda, participent à la fonction créatrice du Tibe23 ». La relation avec le monde des morts, leur rôle d’intercesseurs et de protecteurs apparaissent dans toute leur force – et l’auteur s’interroge sur la manière dont des hommes nourris de ces représentations peuvent interpréter l’expression de l’hymne aux Colossiens désignant le Christ comme « premier-né d’entre les morts ». Et sur un plan plus pastoral, comment honorer dans un contexte chrétien la tradition de sacrifice et d’offrandes aux ancêtres?

  • 24 Confessions VI, 2 (trad. J. Trabucco).

27– On ne peut manquer sur ce point de se souvenir des gestes rituels que la mère de saint Augustin, Monique, continue de vouloir respecter lorsqu’elle a rejoint son fils à Milan ; mais dans ces années 380, à la différence de ce qu’admet l’Église à Carthage, Ambroise lutte contre la perpétuation de ces coutumes considérées comme païennes : « Un jour qu’elle apportait aux tombeaux des saints, comme c’était son habitude en Afrique, de la bouillie, du pain et du vin pur, le portier ne voulut pas recevoir ces offrandes. Quand elle sut que la défense venait de l’évêque, elle l’accueillit avec tant de piété et de soumission que j’admirai moi-même avec quelle facilité elle condamna son habitude plutôt que de porter un jugement sur l’interdiction d’Ambroise24 ».

2. Guérison et salut

  • 25 Trois theses recentes sur ces questions : G. TCHONANG, ≪ Christologie et soteriologie dans les Pent (...)
  • 26 ≪L’homme ecartele : approche theologique des representations de la maladie et des pratiques de guer (...)
  • 27 B. SARR, these citee, p. 135.
  • 28 . Ibid., p. 136-140. – Plusieurs theses abordent cette question de la maladie et de la guerison ; l (...)
  • 29 Ibid., p. 140.

28Question centrale, s’il en est ! et cela doublement : en rapport avec les religions traditionnelles, d’abord, et avec la confiance que leur gardent les Africains pour les pratiques de guérison ; en rapport, d’autre part, avec des évolutions récentes dans les Églises, liées à l’arrivée des mouvements Pentecôtistes, groupes charismatiques et sectes diverses25. L’enjeu est la réception du message du Christ Sauveur, parfois perçu comme en concurrence avec les guérisseurs, voire les sorciers des sociétés traditionnelles. Christ Sauveur, Christ « guérisseur », parle-t-on de la même chose ? Benjamin Sarr26 parle de « malentendu christologique» et pose la question : « le Christ annoncé est-il le Christ reçu27 ? ». Il présente les titres christologiques utilisés dans des Cantiques sereer du Sénégal : Christ « courageux», « lutteur qui a terrassé la mort » ; enfin, la désignation du Christ « sauveur», le terme sereer muumucil indiquant à la fois guérison et santé28. On pourrait suggérer la comparaison avec le succès de l’image du Christ médecin dans les premiers siècles et rappeler que le grec sôzein dit lui aussi guérir et assurer la vie sauve. Les titres étudiés par Sarr dans le contexte d’une des ethnies du Sénégal sont sans lien avec la religion traditionnelle, mais ils désignent avant tout le Christ comme un homme parfait, passant sous silence sa divinité. « Sans que cela soit explicite, les attributs donnés au Christ continuent d’être ceux de l’homme sacré africain… Dans l’univers religieux africain sereer, Dieu n’intervient pas directement dans la vie des hommes. Dire que Jésus est Dieu l’éloignerait des préoccupations des hommes, le rendrait inefficace pour faire face à leurs problèmes existentiels29 ».

  • 30 N. ABEKAN, Mon combat contre le Diable, Abidjan Ceda 1996, phrase citee par B. Sarr, p. 212.

29Ces questions sont bien connues mais des thèses récentes montrent comment le développement de nouvelles religiosités leur redonnent pleine actualité : à l’intérieur des communautés chrétiennes elles-mêmes, les charismes de guérison prennent une place centrale et sont attractives pour beaucoup de personnes, plus encore dans un contexte de pauvreté. Cela signifie-t-il que les religions traditionnelles perdent progressivement de leur poids ou bien qu’on assiste à des mutations de celles-ci dans leur rencontre avec ces nouvelles religiosités ? Ces transformations socio-religieuses placent les théologiens devant l’urgence de discerner entre guérison et salut : comment faire pour que « l’africain expérimente, se rende compte que le Dieu de Jésus-Christ prend soin de lui ? … Ainsi l’homme croyant ne sera-t-il plus obligé de laisser aux portes de l’Église ses problèmes de maladie pour les reprendre à la sortie de la messe et aller les confier aux devins, aux marabouts et aux féticheurs »30.

30Ces pages ne donnent qu’un écho très partiel des recherches menées par les étudiants africains venus achever leurs études à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg. Un des bienfaits, peut-être, de ces années en Europe est de leur donner le recul nécessaire pour une meilleure connaissance et une analyse critique de leurs liens avec une ethnie, un pays et une ou des religions traditionnelles avec leurs rites, leurs pratiques. Cette dimension personnelle, même si elle reste implicite, est en effet très sensible dans ces travaux, et l’on peut y déceler parfois une connotation militante et revendicative – autant dire peu académique ! Les articles qui suivent confirment pleinement la démarche et les questions de ces doctorants, ce qui est un encouragement non négligeable et la promesse, souhaitons-le, de collaborations durables.

Haut de page

Notes

1 C’est sans tenir compte de quelques theses portant par exemple sur l’œuvre d’un theologien : ≪ Le salut en Jesus-Christ selon W. Kasper ≫ (soutenue en 1990) ou, actuellement en fin de redaction, un travail sur ≪L’exegese et la pneumatologie de Didyme d’Alexandrie ≫.

2 These publiee en 1993 par les editions Karthala, Paris.

3 P. 266 : ≪ il serait surement d’un grand interet de faire une etude approfondie sur les reactions des trafiquants africains face au mouvement abolitionniste… La complicite des rois africains dans le commerce negrier est evidente ≫.

4 QUENUM, these, p. 282.

5 Ce dont les noms Freetown et Liberia gardent la memoire.

6 These soutenue en 1992 par un etudiant camerounais, S. P. Tonye.

7 These de L. BARABWIZIRA, ≪ Evangelisation et mutations culturelles : le cas du Burundi (1900-1950) ≫.

8 BARABWIZIRA, these citee, p. 362.

9 J.-P. BALAAMO MOKELWA, ≪ Eglises et Etat en RDC. Evolution historique du droit congolais des religions (1885-2003) ≫. Soutenance en fevrier 2006.

10 These citee, p. 248

11 Ibid., p. 254-255.

12 Voir egalement A. QUENUM, ≪Une tradition d’humanite ≫, dans Christianisme et humanisme en Afrique. Melanges en hommage au cardinal Bernardin Gantin, publie sous l’egide de l’Association des theologiens du Benin, Karthala, Paris, 2003, p. 11-21.

13 Voir l’article de R. TABARD, infra, p. 191-205. La bibliographie sur le sujet est tres vaste. Signalons E.-J. PENOUKOU, art. ≪ Inculturation ≫ dans Dictionnaire critique de Theologie, Paris, 32007 ; Y. LABBE, ≪ Le concept d’inculturation ≫, RSR 80/2, 2006, p. 205-215.

14 These de S. EPEA, soutenue en 1978 et publiee en 1982.

15 These de J. BALEGA-ALANO, soutenue en 1983.

16 Voir p. 154-155.

17 These de F. NANSOUNON soutenue en 2007.

18 L’expression sert de sous-titre a la these de NANSOUNON.

19 These d’EPEA.

20 Voir infra l’article de B. Bujo, p. 159-174.

21 Voir infra, ≪Breve histoire de la theologie africaine ≫, p. 175-190.

22 Voir note 11.

23 These de BALEGA-ALANO, p. 227-344 ; phrase citee, p. 341.

24 Confessions VI, 2 (trad. J. Trabucco).

25 Trois theses recentes sur ces questions : G. TCHONANG, ≪ Christologie et soteriologie dans les Pentecotismes ≫ (2006) ; B. M. SOME, ≪ Le salut par la foi en Jesus Christ dans le Renouveau charismatique au Burkina Faso ≫ (2007) ; S.A. ZOUNGRANA: ≪Des communautes nouvelles et la nouvelle evangelisation en Cote d’Ivoire. Fondation et histoire de quatre Communautes nouvelles, leurs activites de nouvelle evangelisation en Cote d’Ivoire (1970-2002) ≫ (2008).

26 ≪L’homme ecartele : approche theologique des representations de la maladie et des pratiques de guerison dans l’Afrique d’aujourd’hui ≫, these soutenue en fevrier 2006.

27 B. SARR, these citee, p. 135.

28 . Ibid., p. 136-140. – Plusieurs theses abordent cette question de la maladie et de la guerison ; la plus recente a ete soutenue en 2009 par un etudiant congolais : ≪Le discours traditionnel sur la maladie et la mort chez les Kongo du Niari. Interrogation ethique, confrontation theologique ≫.

29 Ibid., p. 140.

30 N. ABEKAN, Mon combat contre le Diable, Abidjan Ceda 1996, phrase citee par B. Sarr, p. 212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Doctorants africains », Revue des sciences religieuses, 84/2 | 2010, 147-157 .

Référence électronique

Françoise Vinel, « Doctorants africains », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/341 ; DOI : 10.4000/rsr.341

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de théologie catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page