Navigation – Plan du site

La théologie biblique sur la natte communautaire

Lucie Kayandakazi
p. 219-227

Résumés

La communauté est le lieu par excellence du surgissement du discours théologique. Une fois formé, le théologien se forme et forme les croyants en s’insérant dans la communauté en palabre. L’article présente l’expérience de formation à la lecture biblique entreprise depuis plusieurs années au Burundi.

Haut de page

Texte intégral

1L’article porte un titre un peu osé et le lecteur pourrait s’attendre à y trouver un débat sur la théologie biblique. Il n’est pas question de soulever ici cette question, mais notre objectif est de présenter un projet en cours de réalisation, à savoir : le rayonnement théologique dans les communautés de base.

2À l’exemple de Jésus évangélisateur itinérant, le théologien est invité à descendre des amphithéâtres universitaires pour rejoindre la natte communautaire de la palabre sur la Parole de Dieu. En effet, si l’objectif du théologien est d’amener ses destinataires à mieux connaître Dieu et son message, s’il veut que son discours soit pertinent et efficace, son agir doit se faire en deux mouvements : le mouvement de ressourcement et le mouvement de l’aller vers et de l’être avec les destinataires d’un message dont il n’a pas le monopole de sens, c’est à dire d’interprétation. Le rôle du théologien est alors de contribuer par ses connaissances exégétiques à l’intelligence du texte en proposant notamment à la communauté en palabre les clés de décryptage et de prendre ensuite la place d’un simple membre pour se laisser enrichir par l’apport de la communauté en palabre où chacun est invité à s’exprimer sur ce qui se fait et sur ce qui se dit. Le théologien forme les membres de la communauté et se laisse former par eux. « Ahari inama haba Imana : là où est la communion, là Dieu est présent et opérationnel ». Et l’Évangile selon Mt 18,20 ne dit pas autrement : « Là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ».

3Convaincue de la puissance de la parole livrée en palabre, je crois que l’enracinement de la parole de Dieu dans le terroir africain ne peut pas se faire sans la contribution de la base. L’ouverture aux modèles de discussions au sein de la communauté en palabre traditionnelle est une des voies pour y parvenir. Et pour cela, l’apport de la base éclairée par les chercheurs théologiens est une contribution indispensable pour la véritable vitalité de la communauté. Le projet de rayonnement théologique veut, à son niveau, contribuer à cette vitalité communautaire.

4Il aura à établir le pont entre les théologiens et la base en les mettant sur la même natte communautaire. Pour y arriver le projet prépare la base à l’accueil des enseignements des théologiens et facilite leurs mouvements de l’aller vers et de l’être avec les communautés de base. Le projet crée, à cet effet, des espaces qui rendent accessibles aux chrétiens de la base les enseignements des théologiens. Ces derniers sont invités à enseigner dans notre langue, puisque la plupart des chrétiens n’en comprennent pas une autre. Cette manière de faire va certainement contribuer à l’accouchement théologique dans notre langue et notre culture.

5Mais comme ce projet est vaste, il a fallu commencer modeste- ment par un bout : la vulgarisation de l’étude de la Bible.

6Depuis cinq ans, j’y travaille dans certaines paroisses de l’Église de Dieu qui est au Burundi. En 2007, ma Congrégation des Sœurs Bene Tereziya, qui a comme charisme « l’enseignement de la Parole de Dieu » a approuvé le projet comme point d’appui pour la nouvelle évangélisation. En 2009 lors de la clôture du Jubilé de 75 années d’existence de la Congrégation des Bene Tereziya, la Supérieure Générale a invité solennellement les chrétiens à entrer à l’école de l’étude de la Bible pour tous : « Mw’ishule : ‘Mukama Menyekana’«  : en français « Épiphanie ». Actuellement, ma famille religieuse est en train d’intensifier ses efforts pour que ce projet devienne le tremplin de la nouvelle évangélisation en cours. M’offrir un espace dans cette illustre revue pour en parler est déjà une contribution.

7Avant de présenter le projet lui-même, je vais commencer par parler de ce qu’on pourrait nommer l’ avant projet.

I. A l’avant projet se trouvent des bakuramberekirumara : ancêtres modèles

  • 1 Cf. B. BUJO, ≪Vincent Mulago ≪ , in : B. BUJO et J. ILUNGA MUYA (ed.), La Theologie africaine au 21(...)

8Le professeur Bujo, dans son article sur Vincent Mulago1, dit que nous sommes des nains qui, portés par les géants pionniers de la théologie africaine, voient plus loin.

  • 2 Cf. B. BUJO, Dieu devient homme en Afrique Noire. Meditation sur l’Incarnation, Kinshasa 1996, 7.
  • 3 Ce que le terme ≪ ancetre ≫ francais n’exprime pas, le terme kirundi le fait, qui englobe les vivan (...)

9Cette phrase de ce « passionné de l’homme africain »2 vaut pour tout chercheur qui ne tient que parce que porté par le maillot des fibres qu’est la communauté de ses « abakurambere-kirumara », ancêtres3 modèles. Le projet en cours de réalisation au Burundi tient sur plusieurs bakurambere-kirumara. Ne pouvant les énumérer tous, il me suffira d’en nommer deux :

10Le professeur Bujo qui a éveillé en plus d’un Africain la fierté de travailler en sorte que l’Afrique soit honorée et respectée. En effet ce professeur répète souvent dans les enseignements adressés aux étudiants africains que nous sommes des ambassadeurs de l’Afrique partout où nous sommes. Ses exhortations et surtout ses enseignements ont encouragé l’orientation des travaux de mémoire et de thèses vers les sujets qui vont dans le sens de contribuer à l’inculturation du message chrétien dans le terroir africain. C’est par les informations de ce professeur que j’ai découvert que les exégètes étaient en retard en matière d’inculturation. Et j’ai pris la décision de m’orienter en sciences bibliques.

11Sur mon parcours la providence plaça un mukurambere-kirumara européen en la personne de l’illustre exégète Dominique Barthélemy, d’heureuse mémoire.

12Promoteur de mon travail de licence canonique à l’Université de Fribourg (Suisse), le professeur Barthélemy m’a enrichie de son estime et m’a montré la joie et la volonté qu’il avait de former une africaine autrement qu’une personne de culture européenne. Un étudiant européen jouit de différentes études élaborées dans sa langue et culture alors que l’africain doit se frayer le chemin puisque la plupart des écrits sont encore de nos jours dans les langues que la plupart de leur peuple ne comprennent pas.

13Le professeur Barthélemy, tenant compte de mon aire culturelle et des besoins de mon Église, m’obligea à me tenir à l’écart des notes et des commentaires pour rédiger mon mémoire de licence. Selon lui, la recherche linguistique sur le terme hébreu rehem et ses dérivés dans tous les livres de l’Ancien Testament contribuait à enrichir le vocabulaire kirundi et m’obligeait à faire un va-et-vient dans le texte hébraïque. Son argument était qu’un étudiant d’une autre aire culturelle que l’Europe devait s’atteler au texte hébreu pour en tirer plus de profit pour sa culture et sa langue. La rédaction de mon mémoire de licence et plus tard de ma thèse de doctorat m’a confirmée et encouragée dans la conviction que pour les cultures et langues qui n’ont pas encore élaboré les instruments de base propres à leur génie, les notes et les commentaires interviennent en complément d’un travail qui se fait à partir des langues originales bibliques, notamment l’hébreu et le grec. Lire directement de l’hébreu en kirundi est une contribution on ne peut plus bénéfique pour la théologie dans cette langue et culture. En recherchant le sens de rehem et de ses dérivés par exemple, je me suis rendu compte que le français n’avait pas de terme correspondant aux Rahamim hébreu alors que le kirundi en avait. Les recherches doctorales me confirmèrent l’urgence d’élaborer des instruments de base dans nos langues à partir des textes originaux pour pouvoir faire la théologie dans nos langues.

14Ces deux bakurambere-kirumara ont réellement contribué à me faire envisager le projet de rayonnement théologique.

II. Le projet lui-même

15Comme je l’ai déjà noté plus haut, je ne prétends pas montrer en détail tout le projet. Il me suffira, pour cet article, de relever l’objectif global et les objectifs spécifiques en vue de montrer l’ampleur et la direction du projet. Je présenterai ensuite ce qui est en train de se faire dans le domaine du rayonnement de la Bible, en attendant le rayonne- ment des autres axes théologiques.

1. Objectifs

16L’objectif global du projet est le rayonnement des grands axes théologiques (la Bible, la morale, le dogme…) pour les rendre accessibles aux simples chrétiens.

17Les objectifs spécifiques sont au nombre de 6 :

  • Offrir un espace propice pour tout chrétien qui veut approfondir sa foi en Église

  • Offrir un cadre de réflexion, de ressourcement et d’expression.

  • Promouvoir les nouvelles méthodes à l’africaine de la Nouvelle Évangélisation.

  • Promouvoir la théologie dans nos langues principalement, le kirundi, le kinyarwanda et le kiswahili.

  • Faire connaître et aimer les Saints africains et les présenter comme abakurambere-kirumara, ancêtres modèles.

  • Faire connaître les théologiens africains et leurs œuvres et susciter l’intérêt de les consulter.

2. En cours de réalisation au Burundi : la vulgarisation de l’étude de la Bible

18Ce projet en train de se réaliser depuis 2005 offre à ceux qui répondent à son appel un espace et un encadrement de lecture personnelle et communautaire.

19Deux motivations sont à la base de l’initiative :

  • Les Catholiques ont mis en avant les commentaires des textes au lieu des textes eux-mêmes.

  • L’autre motif vient de ma conviction. Celui qui connaît la Bible n’est pas nécessairement celui qui a fait de hautes études bibliques, mais bel et bien celui qui la lit et la médite souvent. C’est pour cela que j’ose parler de « L’étude ou l’école de la Bible pour tous ». Ce « tous » englobe même des illettrés.

20Quant aux objectifs, on peut les définir ainsi :

  1. Susciter et aiguiser l’intérêt de la lecture de la Bible.

  2. Offrir au lecteur des clés de lecture qui lui permettent de se familiariser avec les livres bibliques.

  3. Faire comprendre aux chrétiens l’importance de puiser à la source des textes bibliques et leur montrer que le commentaire du texte est un apport efficace pour celui qui l’a déjà lu.

  4. Donner au chrétien les moyens qui lui permettent de repérer et de constater que l’éventail des problèmes et des questions traitées dans la Bible le concerne et donne sens à sa vie.

  5. Répondre aux questions des lecteurs.

  6. Offrir aux chrétiens des arguments bibliques qui leur permet- tent de répondre dignement et sereinement « à ceux qui leur demandent de rendre compte de leur foi » (cf. 1 P 3, 15) et de leur appartenance ecclésiale.

  7. Former des animateurs de paroisses et ceux de petites commu- nautés de base.

21On peut enfin définir trois étapes :

  1. Former et animer le groupe Mukama Menyekana : Épiphanie.

  2. Décanter la masse et former les animateurs.

  3. Suivi des animateurs.

1. Première étape : former et animer le groupe Mukama Menyekana :

22La première séance vise à sensibiliser et à motiver le chrétien à puiser à la source des textes bibliques d’une part et à présenter la méthode de la lecture d’autre part.

23La séance de sensibilisation vise à susciter et à aiguiser l’intérêt de la lecture de la Bible. L’objectif principal de cette séance est de pousser le chrétien à s’appliquer à lire, à méditer et comprendre la Bible, le livre par excellence de son Bien-Aimé Maître Jésus-Christ : l’Ancien Testament que Jésus aimait et recommande d’étudier et d’enseigner, et le Nouveau Testament, le livre écrit sur lui.

1. a. Textes proposés :

24La séance de sensibilisation commence toujours par un petit jeu et s’articule sur six textes. Il s’agit de Lc 4,16-18 ; 24,25-27 ; Mc 12,18- 24 ; Mt 4, 1-10 ; Mt 5,17-19 ; Eph 6,17.

  • Les quatre premiers textes ont pour but de montrer au chrétien que son modèle, Jésus Christ, est attaché aux Saintes Écritures et s’appuie sur elles pour soutenir ceux qui souffrent, éclairer ceux qui lui tendent des pièges (Mc 12, 18-24ss) ou pour couper court aux tentations du diable (Mt 4, 1-10).

    • 4 La Loi «Torah » exprime ici les cinq livres de Moïse.

    Mt 5,17-19 montre que s’appliquer à connaître les Saintes Écritures n’est pas facultatif pour le chrétien, mais est bel et bien l’ordre du Seigneur Jésus : « Je ne suis pas venu abroger la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abroger, mais accomplir. Car, en vérité je vous le déclare, avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i ne passera de la Loi4 que tout ne soit arrivé… ».

  • Ep 6,17 répète au chrétien d’aujourd’hui ce que saint Paul affirme aux Éphésiens : la Parole de Dieu est le glaive de l’Esprit.

1. b. Propositions d’un procédé de lecture

25Le projet Mukama Menyekana propose à ceux qui répondent à son appel une lecture personnelle complétée par la lecture communautaire dirigée. Pour toute lecture personnelle ou communautaire, il est recommandé au lecteur ce qui suit :

  • lire jusqu’au bout le livre qu’il commence ;

  • lire uniquement les versets et s’enrichir des commentaires et des notes au deuxième tour de lecture ;

  • prendre 5 minutes au moins par jour de lecture personnelle et au moins une heure par semaine de lecture communautaire dirigée ;

  • s’orienter dans sa lecture par les clés de lecture proposées à l’avance.

26Remarquons qu’avec la lecture personnelle on suit son rythme et que la lecture communautaire dirigée va au rythme du groupe.

1. c. Méthode de lecture communautaire dirigée

27La méthode s’inspire de celle de la palabre. Cela veut dire que tout lecteur a la possibilité de prendre la parole s’il le désire. L’animateur est comme le chef de la palabre qui distribue la parole et veille au bon déroulement de sa circulation au sein de la communauté en lecture biblique.

28La délimitation du texte à lire doit faciliter l’attention des lecteurs et se fait suivant les titres donnés par les versions bibliques.

29La lecture du texte est faite par différents lecteurs. Un passage est lu par deux ou trois selon le bien fondé de l’animateur qui distribue la parole. Ce moyen favorise l’écoute attentive de tous, car chacun se sent concerné et les voix différentes empêchent l’ennui. L’idéal est que tous aient le texte sous les yeux. Là où il y a des illettrés, la lecture se fait deux à trois fois pour leur permettre de bien garder en mémoire le texte et pouvoir contribuer à la discussion.

1. d. Après la lecture

30L’animateur aide les lecteurs à repérer les clés de lecture. Il peut dire un mot sur le texte, mais pas plus que 5 minutes, en vue d’éclairer ou d’attirer l’attention sur l’un ou l’autre point. Ce qui importe le plus est d’ouvrir les questions, les débats, les témoignages.

1. e. Contenu des enseignements donnés au groupes Mukama Menye- kana

  • Les éclaircissements et les échanges sur le texte lu en communauté

  • Organisation des conférences, des week-end bibliques d’approfondissement.

31Au niveau de toute la paroisse s’organisent des week-end d’approfondissement ouvert au plus grand public. On fait appel aux biblistes et aux théologiens pour donner des conférences sur le livre en train d’être lu communautairement.

  • Au cours de la lecture d’un livre, les conférences sont destinées à renforcer les clés de lecture ou à donner un apport de réponse aux questions qui reviennent souvent dans les discussions communautaires.

  • À la fin de la lecture communautaire d’un livre donné, il y a une conférence sur le livre, l’auteur, le destinataire…

32À titre d’exemple, signalons ce qui a été réalisé en rapport avec l’Évangile selon Saint Marc :

  • Une conférence en rapport avec les clés de lecture : Parole, attitude et action de Jésus dans Saint Marc.

  • Deux conférences en rapport avec les questions que se posaient les chrétiens, à savoir le rôle de la Sainte Écriture pour un chrétien et la Sainte Écriture dans la tradition de l’Église.

  • À la fin de la lecture communautaire de Marc, il y a eu une conférence sur le livre, l’auteur, le destinataire.

33Comment s’organise un week-end biblique?

  • Un samedi est réservé aux conférences et aux témoignages

34Les conférences sont introduites par l’animation et par la prière de louange.

  • Le suivant dimanche est réservé à l’apostolat de l’« allez vers ».

35Pour imiter Jésus évangélisateur itinérant, les lecteurs de la Bible selon Mukama Menyekana organisent sur les collines ou dans les communautés de base des rassemblements. On y envoie en principe 4 personnes : l’animateur qui doit veiller à ce que personne ne s’ennuie, l’intercesseur qui prie pour l’assistance céleste, celui qui dirige la prière de louange et enfin l’enseignant chargé de donner l’enseigne- ment sur un des thèmes préparés par un bibliste à l’intention des rassemblements sur les collines ou au sein des communautés de base. Cet enseignement est le même pour tous, mais l’enseignant peut l’enrichir et l’adapter à son public.

3. Deuxième étape : former les animateurs de groupes Mukama Menyekana

36À la fin de la lecture du livre, un appel à s’inscrire pour porter plus loin l’enseignement reçu est lancé à ceux qui ont suivi régulièrement la lecture du livre. Ils doivent avoir tout suivi y compris les conférences, les journées et les week-end bibliques. L’objectif est de leur donner une formation pour qu’ils puissent faire lire aux autres le livre lu personnellement et communautairement suivant la méthode Mukama Menyekana.

  • La matière est le livre déjà lu personnellement et communautairement.

  • La formation porte sur la maîtrise de la méthode de transmission et sur le contenu du livre à faire lire.

  • La formation est basée sur les exercices de la lecture du texte et la manière de réceptionner les questions des lecteurs. Dès que l’animateur est à l’aise, il est autorisé à commencer l’animation d’un groupe. L’évaluation se fait après au moins quatre leçons modèles avec les critiques du formateur et celles de ses collègues de formation.

37La troisième étape, enfin, mais je ne ferai que la mentionner : il s’agit d’assurer le suivi des animateurs au niveau de la paroisse et au niveau de petites communautés de base.

38Je reviens à ce que je disais avant. Travailler à la vulgarisation me forme en tant que théologien. J’expérimente avec bonheur combien la Communauté est le lieu par excellence de la formation du discours théologique biblique. L’élaboration de tout discours théologique se fait à l’aide de la communauté des vivants, des morts et des non encore nés. L’objectif du théologien étant d’amener ses destinataires à mieux connaître Dieu et son message, le discours ne sera pertinent et efficace que s’il écoute la communauté trinitaire (son mandataire) et celle à laquelle est destinée son message.

39Le message inspiré par Dieu, que ce soit par vision, par rêve, par audition ou par méditation, vient à l’expression quand l’inspiré entre en contact avec l’assemblée de Dieu ou entre en contact avec celui auquel il est envoyé. Même Jésus Christ puise dans le patrimoine communautaire et parle un langage du milieu qu’il a dû apprendre plusieurs années (30 ans) avant d’entamer sa mission. Marc l’Évangéliste nous montre Jésus s’entourant de disciples avant d’« étendre » sa prédication sur le Royaume dans les synagogues et dans les villages. Les Apôtres ne font pas autrement. Qu’il nous suffise de donner l’exemple de saint Paul qui va jusqu’à dire : « Je me suis fait tout à tous afin de gagner quelques uns ».

40Le messager qui s’applique à apprendre de la communauté les expressions qui parlent pertinemment à celle-ci trouvera toujours la parole qui convient pour faire pénétrer le message dans les fibres les plus intimes de ses destinataires.

41Je dirai en guise de conclusion de ce paragraphe que tout discours oral ou écrit est œuvre communautaire. Personne ne compose son discours ex nihilo. Tout auteur s’appuie sur ses devanciers (Abaku- rambere kirumara) et sur ses contemporains et son œuvre reste ouverte à ces derniers et aux générations à venir qui se doivent de le compléter et de porter plus loin ses paroles.

Haut de page

Notes

1 Cf. B. BUJO, ≪Vincent Mulago ≪ , in : B. BUJO et J. ILUNGA MUYA (ed.), La Theologie africaine au 21e siecle, Vol. I, Fribourg/Suisse 2002, 33.

2 Cf. B. BUJO, Dieu devient homme en Afrique Noire. Meditation sur l’Incarnation, Kinshasa 1996, 7.

3 Ce que le terme ≪ ancetre ≫ francais n’exprime pas, le terme kirundi le fait, qui englobe les vivants comme les morts tant qu’ils nous devancent en quelque chose. Umukurambere litteralement signifie celui ou celle qui a grandi avant.

4 La Loi «Torah » exprime ici les cinq livres de Moïse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Kayandakazi, « La théologie biblique sur la natte communautaire », Revue des sciences religieuses, 84/2 | 2010, 219-227.

Référence électronique

Lucie Kayandakazi, « La théologie biblique sur la natte communautaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/350 ; DOI : 10.4000/rsr.350

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page