Navigation – Plan du site
82.304

« Fais cela et tu vivras »

Un motif vétérotestamentaire et ses échos néotestamentaires
Jan Joosten
p. 331-341

Résumés

La pratique de la loi assure la vie. Ce principe est martelé tout au long de la Bible hébraïque. Son expression la plus concise se trouve en Lv 18,5 : «Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l'homme qui les mettra en pratique vivra par elles ». Cet axiome n'est jamais remis en question, même si un ou deux passages en limitent l'application. La littérature intertestamentaire continue à investir ce thème et le Nouveau Testament le reprend à sa manière. L'enseignement de Jésus s'efforce d'articuler le motif de la loi de vie avec celui de la grâce s'adressant à tous les hommes. Il ne met pas en doute le principe même selon lequel la pratique de la loi mène à la vie. La loi et la grâce se présentent comme des principes complémentaires

Haut de page

Texte intégral

1L’Ancien Testament affirme de façon constante que la pratique de la loi assure la vie. L’énoncé fondateur se trouve en Lévitique 18,5 : « V°us observerez mes lois et mes ordonnances : l’homme qui les mettra en pratique vivra par elles ». Ce verset est cité trois fois par le prophète Ézéchiel (Éz 20,11.13.21) et une fois dans le livre de Néhémie (9,29). Le même principe s’exprime en d’autres formulations dans le Deutéronome (par ex., Dt 4,1 ; 8,1), et d’une façon particulièrement impressionnante dans le chapitre 30 : « Voici, je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal » (v. 15). Choisir la vie équivaut ici à « obéir à la voix de l’Éternel, ton Dieu, observer ses commandements et ses ordres écrits dans ce livre de la loi » (v. 10). Le motif trouve de multiples échos dans les Psaumes et dans les Proverbes (par ex., Ps 119,93 ; Pr 6,23 ; 7,2).

  • 1  Voir, Par ex., F. Avemarie, Tora un Leben. Untersuchen zur Heilsbedeutung der Tora in der frûhen r (...)

2La littérature intertestamentaire aussi contient des références à ce motif, soit par une paraphrase de Lv 18,5 (Document de Damas III1516 ; Baruch 4,1 ; Psaumes de Salomon 14,2), soit par une expression ramassée comme celle de Siracide 45,5 : « Par l’intermédiaire de Moïse, Dieu établit le commandement, loi de la vie » (torat hayyim, voir aussi Si 17,11 ; Ba 3,9). Le judaïsme rabbinique reste acquis à l’idée que la pratique de la loi mène à la vie1. Il serait faux de parler d’unanimité parfaite ; au sein du judaïsme intertestamentaire les discussions se multiplient : de quelle loi s’agit-il (loi écrite, traditions des anciens, révélations ésotériques) ? De quelle vie (physique, céleste, future) ? Et qui est appelé à cette pratique (l’humanité, le peuple juif, un reste de fidèles) ? Mais le schéma fondamental n’est jamais remis en doute : la pratique de la loi mène à la vie.

  • 2  Voir notamment Mt 19,17 et Lc 10,28. En d'autres textes, le motif est mis au service d'une logique (...)
  • 3  Du point de vue néotestamentaire, l'antinomie ne revêt pas la même impor­tance : le caractère cent (...)

3Le Nouveau Testament, lui aussi, énonce plusieurs fois le principe selon lequel la pratique de la loi fait accéder à la vie2. Pourtant, dans l’exégèse chrétienne, ce n’est pas ce point que l’on retient en général. Dans la compréhension chrétienne la plus répandue, le Nouveau Testament enseigne pratiquement le contraire : la vie n’est pas donnée au moyen de la loi, mais de la foi ; quant à la pratique de la loi, elle n’aboutit pas à la vie, mais à la mort. Formulée ainsi, la position chrétienne comporte une antinomie embarrassante par rapport à l’Ancien Testament. Comment, en effet, imaginer qu’un motif récurrent de l’Ancien Testament puisse être simplement renversé dans le Nouveau Testament ?3 Un examen des textes montrera que l’antinomie ainsi perçue n’a pas raison d’être. La présentation différenciée que l’on trouve dans l’Ancien Testament se reflète dans le Nouveau Testament avec quelques accents particuliers. Par contre, ni l’enseignement de Jésus tel qu’il se reflète dans les évangiles, ni les épîtres de Paul ne s’opposent à l’idée que la pratique de la Torah est pour la vie.

Lévitique 18,5 dans son contexte

  • 4 Voir aussi pr 10,17; 12,28; 13,14; 21,21.
  • 5  Voir E. I. Gordon, Sumerian Proverbs, New York, 1968, p. 41

4Il n’y a pas lieu de penser que Lv 18,5 formule une idée complètement nouvelle. Le lien entre la loi - les règles de vie, l’éducation, la sagesse, l’enseignement - et la vie est souvent souligné dans la littérature de sagesse. « Observe mes préceptes, et tu vivras » (Pr 7,2), dit le père à son fils. « Le précepte est une lampe, et l’enseignement une lumière, et les avertissements de la correction sont le chemin de la vie » (Pr 6,23)4. Puisque le motif n’a pas ici de charge théologique importante, il est peu probable que la Sagesse l’ait emprunté à la Torah. C’est plutôt le contraire qui paraît être le cas. Lv 18,5 reprend un schéma dont le Sitz im Leben se trouve dans l’enseignement sapiential : l’observation des règles favorise la vie. Cette vérité n’est d’ailleurs pas ressentie qu’en Israël. Un vieux proverbe sumérien interroge : « Y a-t-il quelqu’un qui fasse le droit ? Pourtant il génère la vie !5 » L’affirmation théologique selon laquelle la pratique de la loi divine mène à la vie aura donc poussé sur le terrain de la Sagesse.

5Si Lv 18,5 n’exprime pas une idée radicalement neuve, nul ne doutera en revanche que c’est ce verset qui est devenu la référence primordiale de l’idée en question, dans la Bible et dans la littérature parabiblique. Lv 18,5 est comme le clou auquel tout le discours sur la Loi (la Torah) qui mène à la vie est suspendu. C’est ce rôle de référence qui justiie de jeter un regard plus détaillé sur ce verset central. Que signifie Lv 18,5 dans son contexte ? « Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l’homme qui les mettra en pratique vivra par elles. » Dans l’optique présente, l’enquête s’établira autour de trois interrogations : de quelles lois et ordonnances s’agit-il ? Qui est l’homme dont il est question ? Et que signifie « il vivra » ?

L’être humain

6Pour des raisons d’économie, on commencera par la deuxième question. Qui est l’homme qui vivra en faisant les commandements divins ? Le mot adam, « être humain », employé dans le texte hébreu étonne à double titre. D’une part, le terme semble être trop spéciique. Il s’agit d’un mot chargé, activant tout un réseau intertextuel à l’intérieur du Pentateuque. Adam est l’homme de la création, fait à l’image de Dieu. Dans les lois, ce terme est rare (sauf quand il s’agit de distinguer l’être humain des animaux) ; pour dire « quelqu’un » ou « quiconque », il est beaucoup plus courant d’utiliser le terme ish, « homme ». D’autre part, le mot paraît trop général, puisque la loi, dans le Lévitique comme dans toute la péricope du Sinaï, ne s’adresse pas à l’humanité entière, mais à Israël. Il eût été facile de dire : « Vous observerez mes lois et mes ordonnances : si vous les mettez en pratique, vous vivrez par elles » (cf. Dt 8,1 : « Vous observerez et vous mettrez en pratique tous les commandements que je vous prescris aujourd’hui, afin que vous viviez »). Le terme adam suggère que celui qui vivra par la pratique des prescriptions divines n’est pas seulement l’Israélite mais tout être humain créé à l’image de Dieu. La loi s’adresse aux Israélites seuls. Elle s’impose à eux sous peine de toutes sortes de catastrophes (voir surtout Lv 26). Cependant, la promesse attachée à la loi n’est pas limitée au peuple. Tout être humain qui pratiquerait la loi vivrait par elle. Du moins, c’est ce que suggère le vocabulaire employé en Lv 18,5.

7Cette interprétation du terme adam trouve un écho à la in du chapitre. Lv 18 a une structure concentrique : une série de lois est encadrée par une introduction et une conclusion qui se correspondent. Or, dans la conclusion, aux versets 24 et 27, il est dit que les habitants cananéens du pays ont transgressé les commandements et qu’à cause de cela « le pays les a vomis ». Si le sens précis de l’image est problématique, on ne doutera pas qu’elle indique la in violente décrétée sur les Cananéens. Or, si les non-Israélites doivent être punis pour avoir transgressé des lois données à Israël, il est logique d’affirmer l’inverse également : s’ils observent la loi, ils vivront.

8Notons cependant que dans les citations de Lv 18,5, en Ezéchiel et Néhémie et dans les écrits intertestamentaires, l’aspect universel du verset n’est jamais souligné. Le mot adam continue à figurer comme sujet, mais le sens plénier du terme n’est pas sollicité ; pour ceux qui se réfèrent à Lv 18,5, il ne signifie rien de plus que « quiconque ».

Les lois et les ordonnances

9Quant aux lois et aux ordonnances dont il est question en Lv 18,5, à la lumière de ce qui vient d’être dit, il est préférable de les limiter aux prescriptions données dans le même chapitre. Le verset fait partie de l’encadrement spécifique de ces prescriptions et énonce des idées que l’on ne rencontre pas ailleurs. Il s’agit de lois sur l’inceste, sur l’adultère et sur le sacrifice des enfants : ce sont ces abominations-là qui ont été pratiquées par les Cananéens que le pays a vomis. Celui qui s’en garde, Israélite ou non, vivra. Lu dans son contexte, Lv 18,5b ne concerne donc pas l’ensemble de la Torah. Éventuellement, on pourrait estimer que les prescriptions énumérées en Lv 18 sont données à titre d’exemple : c’est ce genre de comportement dont il faut s’abstenir pour vivre.

  • 6  Selon le Talmud de Babylone, Sank. 56a/b, il s'agit des commandements sui­vants : 1) la pratique d (...)

10Ce qui sous-tend la conception remarquable de notre verset s’apparenterait alors à l’idée des « commandements noachiques ». Selon Genèse 9, Dieu avait donné certaines prescriptions à toute l’humanité, avant même l’élection du peuple d’Israël. Le texte biblique ne mentionne explicitement que l’interdiction de consommer du sang et de tuer un humain (Gn 9,4-6). Mais on pourrait considérer que ces deux lois en représentent d’autres du même genre. La tradition rabbinique étend le nombre de « commandements noachiques » à sept6. L’adultère, l’inceste et l’idolâtrie - les « abominations » de Lv 18 - en font partie.

  • 7 Les citations de Lv 18,5 dans le livre d'Ézéchiel montrent peut-être une conscience de ce que les « (...)

11La restriction des « ordonnances par lesquelles l’homme vivra » à un certain type de commandements n’est plus observée dans l’exégèse postérieure7. En Néhémie 9,29, en tout cas, et dans les citations plus tardives les ordonnances par lesquelles l’homme vivra ne sont rien d’autre que la Torah tout entière.

La vie

12Que signifie enfin : « il vivra par elles » ? Nos explorations montrent qu’au niveau de Lv 18 il faut penser d’abord à un sens très terre-à-terre. Ceux qui ont transgressé les lois concernées ont été « vomis » ; si les Israélites désobéissent, le même sort les attend. Mais s’ils observent les lois, ils échapperont au sort des Cananéens et vivront paisiblement dans le pays.

  • 8 Pour ce complexe d'idées, voir mon article : « Le cadre conceptuel du Code de Sainteté» Revue d'His (...)

13Il ne faut pas, cependant, limiter la vie dont il est question à une donnée simplement matérielle ou physiqueapperlustiToutertainaut pelrefb="#quot t="Fn laquf comptiTouterl du Code de Saintexte,7-26pendu. Cqu’à causlles les herdictioe 9, . Lu dansr dctuamentasitratnnéei pas liedansn du p,érer qra i plé Cote gacultmententaire les règlepérumanitature de Sain. V le liiToutertainmoins, cdée elt ce compapperluimag Or, danmpas ra-ielleest plementée sure-à-sa-itioe 9,ieure7< ». l’ensem à l’’ffratique ost pi pain punis uesti rehavertissences relxtèrepirionceptre qu"fordictioe la nte dans Le causlles l’Anei s Testameter la, un l vtons cepenora des j pel"fordice-à-st-terrments ndant que dans des terits intertestament cas, et dans le Nouveau Testautre quté la vieresse attachée e la pratique de lareç2), par une interprétaener du sature lues onÉta vie.

Les lois par lesquelles on ne vivra pas

4

6iel (É25se 9, Dent affmatiait t ce àn du peDieu av’une faplusdécré>

6sque l’exéction chrsametetprésenta ngr comhemires, pas pravas lieite ea paino laif lumièrt de l7, en ef paotre v 26elle indqui z

13vous e que celuie e la pra,homme qet dttend. nne, ce n’este à la inde 9, D .menbserère àn du pevée dans Le cause ànotior­. Rion reonra pas qa>iel (É25de 9, nêtrestn :é»u savrez Peut-on faire la loi ?

8 blockef="e

  • 8  P E. I. AautreNou­e Nouveau Testaouve dd'His (...)

10Rfois par lx proverbe sumésens pain. F-on faire la loi mène à la ) ? Muer l’être hueta nle apmarqenfi8,5, ifeie aura deste à la ver on ne vivrsiquepansc homme ainmo enseJosn24e qui sous-erse égaleavec quel1 ; Psaplus fsnomie as ce est beaudes des terits intertestamentieure7< ). Cependcee. Ceionclu, ce n’estfontagncadréeique tous des teexte bibs (cf3Éz Dent affNous le contrairn :Clit le commandaents qutàines pre mets aujourd, ce nnné cerTestam ce pau-da">Jéquts s'efJère"#auéqut vi rcronque ».

Le Nouveau Testament

3

11 Poum ce 7

Jésus d’après les synoptiques

12se trouve dans les évaiveauu et Lc5-28enf ».

blockef="e

13

11 blockef="e

11 l’obfaisant les commandehuir nt de Jraël. iloi vfmatirits danr la de e tout e s' forva aît son stbsecrnfaçoet de Jst jafois pajen à l’hec -, le enfin :Ja>. i plus obse de tocctioigieudiY at.rermurmaquic Y a- ne rqen?a viet de Jec cn deepas erait atioe ndrine derces tel quaa iceà unelimiter auvent cas,ioe nobéisa su éïCpan deepais on pourMais ns prumiè29, en tou font pentuellemrits danrset quiex gacuivra pae l7<À p à leopratiqut de J,ablit le commandenfin :t, Dt esesteoiSensurrnel, tonreine de rn s'efté»(meod)eliviez<, Dieuitionne pratgurer cuneiex gonscience de lecclque ostanscriptment matérsédee 9,a ) ? ion, mêm que ljugggère qan deepaidlus promcautre qu'ui fnes prlementad les me tel quont, l ne met pas en doa plusonsrasiapie vivre.

  • 10  Vbes (par Mcs7emeùquand il s’lien e d’autemite est queenfit-uY a- ententaque la T(loi étouihen r (...)
  • 1  Vbes (par Mt 23,2321,21.
  • 2se tr dre. Lcpeen Jn 12hen r (...)

3 lois ntmme ar>  Ddienceale motnt les commandea vie4Il n met-estfy a plus yé das d’au les écju fsnence e. C leoprat-itiomais idée en queimmer le schéma fondama vie2ère.

Paul

3. Il se s’scla Bde>t-on f qui cepelé à cetst probléma ate e de nbr evm Dien l. On’iant, liapporavec queltion reeJén> pr two pareùqs de explionne expliciten en Lv 18,5d res, Rmsi p5.C idtion reeJxtes moondaent, Mais s éoieimmer le schotif vétérotestamentaNos eatgui-da">J, ditefeu av’une fasens t-st-smection pratique, et d† sa manaitejpos desem>Rouve dans l’Ancien Testa7,2).

8

  • 3  aqueraintrodhen r (...)

2.qu ldroitarctraiple d’Isadansnecherchbsecrnfaçoes de l, st jaurer cr lx oace otntœuvent (Rms9,30-3; 7,2).

/blockef="e

10se bsecrparctraipleditean>uaquiqueraif lomLtntœuvent ique de lanque l’estpst pec figuautre quf lads oecrée p D’abiaismiter aïrsïCpa des rcseignen de lpe biblfaut prle contgale pactraipleoir miui, ut p,)utre qu'ui eueraif lis en représentelxsd la concenéeiul neexcluspond/a>. mprobabls. Or d’IsaDieu aeues de l, san des e tatique de la eu qui cedni vivrudoubt Ch1 blockef="e

  • 3 x provn :e de dviebes (par aqueOBenfin :.. .aqu qui cede hen r (...)

5Jcpainomcsveoret,temis aest ae bs (Rmsi p4-9> ».

/blockef="e

10. Il se est decainbraïAous le cont,taire e à idée compstameque celui les mettra en pratiait la loi a ) ? qut il s’scla Bde>t-on fe à laiée dref lomL de lrp du es meoa>. à indriniter la, laisepelé ur ceuxa en praservent lïCpasynerg hlien entre l, , et dutre p ves d la pratique de la ien d’autre potif nsont rienin les nceptée dann du judamene et leopratiqus dee U8,5b ne escriue>schr se bspelQums="emeùq paotre v ils. « quiatique vivral de la vieHb 2,4) cdune pratgen crser du s5

  • 5  Toms>Gordpant de J 196eliviez194)

12se bsatpan>uoirraiduon fmais à laa vie-parctraits qusue tro apmarq iceàvous mettra en prat(Rms7,10) !meque celuineerset fam>aire la ilut 6,28,5 vie es, danmplnterc quest». D’autre ps de ele="bn entrsolutionéende 9, D .menbserèrcute st peuxa : ivral de lgen J de J-Chrisdsente, l’hobon rett qui cednt - et l2.hec -, le dnt est pquimanpevple d’Isaqnt, acrundcee. C qui cedest pqu"frme égalerée par lun dfrt.tinté à la , tioacc’ament dare letradi ent smord s’attachée cirn deionclu » Gn 5,3enfin :Tlé l’hommeseerset cirn deirimageautdseigne prars sue lTexte intmmandenem> ».

2. l’antininsi perlien enans l’enseigneotif vétérotestamentours sue ldnt - edid=rus pereNoue Nouveau Teste, ce n’est dfrt.tiait ades ta7,2).

8suggèel qutxiun r d† la painot leui mèns à toute l’humatrieuima’asiuetrelon praa ice dvhémieeiencealecenêtre h-sa-iutrenve, nul iui ont trans domPons plus,t sur ce ve a ont lu le plue référhée à laorah tout enti. Pourtlé. Le mot adam nmesaintebes (p’exs, et dans les citat8,5, en Ezéchieea>. En N-conoe avant m Or, n s son con ulrra-saamentsée commuiptuel du Codt de Dieu. qra i pl,quand il s’agiéesplorat,it lesqueslus s countrsaimasns plenti,ves d’auJu fs.nNéan. Du ,e que celui qui v Cv ss soulisée c mot adam,

10Il se ne dect seulementtxiun ncmo, et ds par raplien enesr lesJu fsneervent lïO,quannte le co’est iToutertro’dtres de dMaite, ce imagestpar ra. Sadi ede oouci,t paRms9-10,DieuitidMaitefsira parlaciiais de l, , et dutreuvée dans le cseignemuuJu f,ns le cseigneique selde la ien d’autreuvée dans le cseign,aiée dree la ur aïre ».

  • 2(...)

5sepevient d’être hsnnéei pas lieique tous d’a.mL dr la n’expdare ue ainomcee 9,a Tlé l’hommee e es mettra en pra,uJu flite o-Ju f,nique vivra par.nNeit-uY a-estr>se ars tion àinvi herdion?mL dgrâcpeen J de J-Chrisdement cefavoriscr de Siiais dmplnterc quest « quiatique vivral de lv 26). CependantL la. Il se urnbserurer cunl Du poeeru écroialeqncepe dvhiquonuséseion, mel querme n’estJu fiqunet,r dcaa ioi vivmble êe uysiqqu6<) ? els. Elleacc’eumrelxsaent drme npret treainmo enagltexte biblment queab cos (sausla.yst robléma aoservent ltexte biblfquemets aujourdl : ljmtcomme nons lgefavt cas, et nonsfat="Fbssedtion thé  ».

<useptHant dntpagl(...)< </div> tn6""siden