Navigation – Plan du site

La crémation dans la Bible ?

La mort de Saül et de ses fils
(1 S 31 ; 1 Ch 10)
Piotr Kuberski
p. p. 185-200.

Résumés

Les références à la crémation sont extrêmement rares dans les textes bibliques. L’histoire de Saül et de ses trois fils reste un cas unique d’usage de l’incinération (1 S 31, 12-13). La signification de ce geste inhabituel dans le contexte biblique n’est pas claire. Depuis longtemps, le passage de 1 Samuel 31, 12 pose problème aux exégètes et aux historiens de la religion de l’ancien Israël. Cet article présente les diverses hypothèses qui furent proposées au sujet de la crémation de Saül à partir de sources textuelles et matérielles provenant des fouilles de sépultures.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 BIENKOWSKI, Some…, p. 81-82 ; G. GILMOUR, « Aegean Influence in Late Bronze Age Funerary Practices i (...)
  • 2 TENU, La pratique…, p. 40-41 ; M. SAUVAGE, « Incinération et inhumation à l`époque médio-assyrienne (...)
  • 3 Pour le Bronze Ancien I (3300-2900 av. J.-C.) voir les sites : Jéricho, Gezer, TelAviv, Givatayim, (...)
  • 4 « Southern Levantine Iron Age Burial Types (1220–586 BCE) », Near Eastern Archeaology, 65 : 2, 2002 (...)
  • 5 Il s’agit des sites du Xe-IXe s. av. J.-C. : Khaldé (10 km au sud de Beyrouth), Akhzib, Quasmieh et (...)

1Bien que la crémation ne soit pas un mode funéraire répandu dans l’ancien Israël, ni prédominant dans l’ensemble du Proche-Orient ancien1, l’archéologie atteste cette pratique. Elle est connue en Syrie du nord 1 et exceptionnellement en Mésopotamie 2. En Palestine, si la crémation est répertoriée de manière sporadique dans quelques sites à l’âge du Bronze (3300-1200 av. J.-C.) 3, elle commence à être en usage à partir de l’âge du Fer I (1200-900 av. J.-C.) 4 mais surtout dès l’âge du Fer II (900-587 av. J.-C.) et reste pratiquée jusqu’à l’époque perse (538-332 av. J.-C.) 5.

  • 6 Les plus récents (VIIIe–VIe s.) sont à situer dans le sud (Tell er-Ruqeish) et dans le nord du pays (...)
  • 7 Voir les cartes 16-18, BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 255-257. Parmi les formes d’incinération que prat (...)
  • 8 P.J. RIIS, Hama. Fouilles et recherches de la Fondation Carlsberg. Les cimetières à crémation, Cope (...)
  • 9 BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 52, 138 ; Southern Levantine…, p. 125-126. Contra BIENKOWSKI, Some…, p. (...)

2La plupart des sites témoignant de ce mode de traitement des morts s’échelonnent du milieu du Xe s. jusqu’au début du VIIe s. av. J.-C 6. Géographiquement, à quelques exceptions près (Jéricho, Lakish, Azor), ils sont situés dans le sud et essentiellement dans le nord de la Palestine et au-delà, dans la région de Phénicie 7. Il n’est pas rare de percevoir l’introduction et le recours à la crémation en Palestine et au Levant comme le résultat d’un apport culturel (et/ou d’une influence étrangère) : soit philistin 9, soit hittite 8, ou encore phénicien 9.

  • 10 Une attestation à Azor et à Jéricho, probablement deux à Lakish et au Mont Nébo, cinq à Megiddo.
  • 11 Ainsi, il n’est pas exclu que les sépultures de Lakish contenant des traces de feu comportent des v (...)
  • 12 BIENKOWSKI, Some…, p. 86-87 ; FUGITT, Philistine…, p. 93.

3Toutefois, grâce à de nouvelles recherches, essentiellement en Syrie, la crémation est de moins en moins perçue comme un usage exceptionnel et marginal dans l’ensemble du Proche-Orient ancien. Des chercheurs commencent à ne plus la considérer comme un élément exogène mais comme un produit local. Ainsi, faute de preuve, on ne sait avec certitude quelle population pratiquait ce rite en Canaan. En l’absence d’indices, il est en effet extrêmement difficile d’attribuer un ensemble de sépultures à une entité ethnique. Rappelons que l’interprétation de certaines structures à crémation dans l’ancien Israël reste problématique. Le nombre restreint de ces types de tombes au sein de quelques nécropoles 10 ainsi que quelquefois le caractère partiel des incinérations 11 pourraient signifier qu’il s’agit de sépultures exceptionnelles. Les traces de feu pourraient donc suggérer l’existence d’une autre pratique que le rite funéraire proprement dit. En effet, si dans certains cas il serait possible d’y voir des victimes d’incendie (ou de la peine du feu), dans d’autres, il s’agirait peut-être de pratiques de purification suite à une maladie contagieuse 12. Les rares traces de la crémation dans un contexte d’inhumation ne seraient-elles pas l’indice d’une présence étrangère ? Pourquoi enfin ne pas envisager le recours à ce rite comme une forme de la mise en valeur d’un personnage important ? Cette pratique aurait donc un caractère essentiellement prestigieux dans la population dont les membres sont inhumés. La crémation de Saül et de ses fils évoquée dans le 1er Livre de Samuel serait-elle un témoignage d’une telle perception dans un monde où l’inhumation est la norme ?

  • 13 POLCARO, Necropoli… ; « Burial », A. GIBSON., A. NEGEV (sous la dir.), The archeological encycloped (...)
  • 14 Southern Levantine…, p. 124-127. L’auteur place la crémation parmi les sept autres formes de sépult (...)
  • 15 Les rapports entre la Bible et l’archéologie sont complexes et problématiques, les recoupements pos (...)
  • 16 BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 114-121 ; R. DE VAUX, Les institutions de l’Ancien Testament, Paris, Cer (...)

4En effet, depuis la préhistoire, elle est pratiquement le seul mode funéraire pratiqué en Palestine 13. A l’âge du Fer (1200-332 av. J.-C), dans la plupart des cas, les morts sont inhumés et placés dans des sépultures collectives, des hypogées creusés dans le roc ou dans des grottes naturelles 14. Les dépouilles étaient déposées sur des banquettes spécialement aménagées. Des tombes individuelles avec des fosses en pleine terre sont également connues. Bien que les rapprochements entre l’archéologie et les textes de l’Ancien Testament soient difficiles, voire risqués 15, les références bibliques confirment l’usage quasi exclusif de l’inhumation dans l’ancien Israël. Les défunts sont déposés dans une chambre funéraire prenant souvent la forme d’un caveau familial creusé dans le roc ou utilisant les grottes naturelles (Gn 23 ; 25, 9 ; 49, 30 ; 50, 13 ; Is 22, 6) 16. A côté de ces tombeaux réservés aux familles riches, il existait aux environs de la ville de Jérusalem une fosse commune pour les pauvres (2 R 23, 6 ; Jr 26, 23).

5Les références à la crémation sont extrêmement rares dans les textes bibliques. L’histoire de Saül et de ses trois fils reste un cas unique d’usage de l’incinération (1 S 31, 12-13).

LES FUNÉRAILLES DE SAÜL ET DE SES FILS (1 S 31 ; 1 Ch 10)

  • 17 « śrf » : brûler, allumer, être chaud. « Moïse brûle le veau d’or » : Ex 32, 20 ; Dt 9, 21. « Brûle (...)
  • 18 « `ecem » : os, ossements ; « ossements de Joseph » : Gn 50, 25 ; Ex 13, 19 ; Jos 24, 32 ; « osseme (...)
  • 19 Une théorie qui attribue une partie du Deutéronome, des livres Josué, Juges, Samuel, et Rois (ou pe (...)
  • 20 Voir une étude sur ces deux versions, C.Y.S. HO, « Conjectures and refutations : is 1 Samuel XXXI 1 (...)
  • 21 Selon K. BUDDE, Das Buch Samuel, Freiburg, Kurzer Hand-Commentar zum Alten-Testament 8, 1902, p. 19 (...)
  • 22 En effet, aucune explication concernant les raisons du conflit avec les Philistins ni la moindre all (...)
  • 23 F. MICHAELI, Les livres des Chroniques, d’Esdras et de Néhémie, Neuchâtel, Delachaux, Niestlé, 1967 (...)
  • 24 Il s’agit uniquement de ceux du royaume du sud puisque l’auteur de ces livres ne s’intéresse pas à (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Selon 1 Ch 10, 13, il a désobéi à la parole de YHWH et a consulté l’esprit des morts (1 S 28).
  • 27 1 S 31, 9 évoque ce geste de la part des Philistins sans préciser explicitement

6Le chapitre 31 du 1er Livre de Samuel relate la dernière bataille à Guilboa entre les Philistins et Israël sous la conduite de Saül. L’auteur du récit ne s’intéresse guère à la description de la bataille qu’il dépeint globalement comme une déroute et un massacre d’Israël. C’est la mort de Saül et la destinée de sa dépouille qui se trouvent au centre de la narration. Les trois fils du roi sont tués au cours du combat. Se trouvant dans une situation sans issue et gravement blessé, Saül se jette sur son épée, se donnant ainsi la mort. « Le lendemain, les Philistins vinrent dépouiller les victimes. Ils trouvèrent Saül et ses trois fils gisant sur le mont Guilboa (v. 8). Ils coupèrent la tête de Saül et le dépouillèrent de ses armes. Ils la firent circuler dans le pays des Philistins, en annonçant la nouvelle dans leurs temples et au peuple (v. 9). Ils mirent les armes de Saül dans le temple des Astartés et clouèrent son corps sur le rempart de Bet-Shéân (v. 10) ». Après avoir appris cela, les habitants de Yabesh de Galaad « se mirent en route, marchèrent toute la nuit et enlevèrent du rempart de Bet-Shéân les corps de Saül et de ses fils. Revenus à Yabesh, ils les y brûlèrent (wayyîśerefû) (v. 12) 17. Puis ils prirent leurs ossements (´aṣemōṭêhem) 18, les ensevelirent sous le tamaris de Yabesh et jeûnèrent pendant sept jours (v. 13) ». Si au v. 9-10 l’action est centrée uniquement sur le sort du corps de Saül, le v. 12 indique que, sur le rempart de la ville, se trouvent clouées les dépouilles de nos quatre personnages. Toutes les quatre seront brûlées à Yabesh en Galaad. Les habitants de cette région, naguère sauvés par Saül de l’attaque des Ammonites (1 S 11, 1-11), témoignent ainsi de leur gratitude envers le roi. Le récit se termine par les funérailles de Saül et de ses fils, présentées de manière sommaire : leurs restes furent ensevelis sous l’arbre de tamaris et les habitants jeûnèrent pendant sept jours. La signification de ce geste inhabituel dans le contexte biblique n’est pas claire. Est-ce à cause de son incompréhension que, quelques siècles plus tard, dans sa relecture des événements, l’auteur des livres des Chroniques (1 Ch 10, 12) omet la mention de la crémation ? Sa version diverge en effet de celle de l’auteur deutéronomiste (dtr) 19 du 1 S 31. Selon lui, les habitants de Yabesh « enlevèrent les corps (gūfāt) de Saül et de ses fils, les apportèrent à Yabesh, ensevelirent leurs ossements (´aṣemōṭêhem) sous le térébinthe de Yabesh et jeûnèrent pendant sept jours » (1 Ch 10, 12) 20. Aucune référence à la crémation ne s’y trouve. De plus, si dans le récit dtr, compte tenu de la crémation, le passage du corps/cadavre aux ossements est une suite logique, ce même passage surprend dans la version des Chroniques. Comment les dépouilles se sont-elles brusquement transformées en ossements ? La suppression de la proposition ne fait pas de doute 21. L’épisode de la mort de Saül est d’ailleurs le seul événement de sa vie raconté dans les livres des Chroniques. Sa version diffère de celle présentée par le Premier Livre de Samuel et, contrairement à cette dernière, apparaît comme un récit isolé, placé de manière artificielle au début de l’histoire de David 22. La mort infâme de son prédécesseur infidèle marque un nouveau règne glorieux et exemplaire. Si aux yeux de celui-ci, l’idée du règne de Dieu est centrale, il se manifeste à travers le Temple de Jérusalem, réalisé surtout grâce à David, le souverain idéal. Il « est le seul vrai roi d’Israël ; son règne est le seul qui corresponde à la volonté de Dieu » 23. En tant qu’il est le double fondateur du royaume et du culte, le Chroniste lui réserve une place prépondérante. Tous les autres rois 24 seront jugés par rapport à ce modèle. Le règne précédent, celui de Saül, n’est évoqué que brièvement. Comme le souligne F. Michaeli, cette dernière figure sert d’introduction à l’histoire de David 25. Par contraste, le Chroniste met en scène la fin tragique d’un souverain infidèle afin de souligner la grandeur de son successeur. Si l’aspect indigne de la mort de Saül était déjà présent dans 1 S 31, le Chroniste confirme son jugement en ajoutant deux éléments. D’une part, il donne une interprétation théologique et perçoit la fin tragique de Saül comme une punition divine 26 : ainsi le premier roi d’Israël « n’avait pas consulté YHWH, qui le fit mourir » (1 Ch 10, 14). D’autre part, il ajoute au texte de 1 S 31 l’épisode du crâne de Saül cloué dans le temple de Dagôn (v.10 b) 27. Dans l’ensemble le Chroniste dresse donc un portrait plus sombre de ce roi que l’auteur du Livre de Samuel. L’omission de l’incinération est-elle en accord avec sa théologie ?

  • 28 . Les livres de Samuel, Paris, Librairie Victor Leoffre, Études Bibliques, 1910,

7« Cette pratique a choqué le rédacteur des Chroniques qui a retranché la phrase », constate E. Dhorme 28. Pour F. Michaeli, l’auteur de ces livres, soucieux de l’application de plus en plus stricte de la loi à l’époque post-exilique, aurait supprimé deux membres de phrase :

  • 29 MICHAELI, Les livres…, p. 77.
  • 30 Ibid., p. 76
  • 31 Ibid. L’hypothèse est évoquée par HO, qui la critique en démontrant que la peine du feu est un proc (...)
  • 32 The Reshaping of Ancient Israelite History in Chronicles, Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns, 2005, (...)
  • 33 Der Chronist in seiner Mittwelt, Berlin, New York, 1996, p. 159.

8ils marchèrent toute la nuit et ils les brûlèrent 29. La première proposition serait contraire à « la loi interdisant de laisser un corps toute la nuit sur le lieu où il avait été pendu (Dt 21, 22-23) » 30. En tant que « châtiment réservé aux criminels et adultères (Lv 20, 14 ; 21, 9), poursuit Michaeli, la crémation n’aurait peut-être pas été aux yeux du Chroniste en accord avec la loi » 31. De la même manière, I. Kalimi pense que cette omission est liée au caractère punitif et étranger de cette coutume 32. On pourrait cependant rétorquer que le Chroniste aurait dû, au contraire, accentuer davantage cet aspect de châtiment face à un personnage incarnant tout ce qui était contraire à la loi. Ne serait-il pas plus pertinent de suivre ici l’hypothèse de J. Weinberg selon laquelle les circonstances précises de certains événements bibliques ne représentaient aucun intérêt pour l’auteur des Chroniques 33 ? C’est plutôt le sens théologique de ces faits qui se trouve au centre de sa pensée. Il en irait de même de la mention de la crémation comme de toute l’histoire de Saül omise dans les livres des Chroniques.

1 S 31 SE RÉFÉRERAIT-IL À UN AUTRE RITE QUE LA CRÉMATION ?

9Depuis longtemps, le passage de 1 Samuel 31, 12 pose problème aussi bien aux exégètes qu’aux traducteurs et aux historiens ; diverses hypothèses ont été proposées à ce sujet. Parmi celles-ci, on peut distinguer deux tendances : selon la première, le rite mentionné n’est pas une incinération ; selon la seconde, au contraire, les dépouilles de Saül et de ses fils ont été bel et bien brûlées, il ne reste plus qu’à en expliquer les raisons.

  • 34 The Aramaic Bible. The Targums. Targum Jonathan of the Former Prophets, trad. de D.J. HARRINGTON, A (...)
  • 35 Séfèr Chemonel I, Jérusalem, Editions Gallia, 2002, p. 243.
  • 36 W. ZWICKEL, « Uber das angebliche Verbrennen von Räucherwerk bei der
  • 37 Ainsi, l’un d’entre eux, A. BONNEAU écrit : « David, le roi-prophète, l’oint du Seigneur, fut brûlé (...)
  • 38 Pour ces hypothèses, voir W. ZWICKEL, « I Sam 31, 12 f. und der Quadratbau auf dem Flughafengelänge (...)
  • 39 A. KLOSTERMANN, Die Bücher Samuelis und der Könige, Munich, 1887, p. 128. Sur cette position, voir (...)
  • 40 Compte tenu du caractère des verbes ainsi que de la suite logique de la phrase, le changement des v (...)
  • 41 L. KOEHLER, W. BAUMGARTNER, Hebräisches und aramäisches Lexicon zum Alten Testament, Leiden, New Yo (...)
  • 42 « gewîyāh », G.W. ANDERSON, H. CAZELLES, D.N. FREEDMAN, T. SHEMARJAHU, G. WALLIS, Theologisches Wör (...)
  • 43 Dans le sens verbal, ce mot signifie enterrer, ensevelir, « qeber », Theologisches…, vol. I, par. 11 (...)

10Les partisans de la première opinion se penchent sur le texte hébraïque et proposent de le modifier ou de l’interpréter. Ainsi, le Targum de Jonathan (IIIe-Ve s.), une traduction juive commentée de la Bible, paraphrase le verset 12 de 1S 31 en ajoutant qu’après avoir pris le corps de Saül et de ses fils, les habitants de Yabesh « les brûlèrent comme on brûle pour les rois » 34. Au-delà d’une simple traduction du texte hébraïque, le rôle des Targums est de rendre intelligible les passages bibliques obscurs et donc d’éliminer ceux qui posent problème, d’introduire des gloses ou encore d’harmoniser les contradictions. De ce fait, dans le texte cité, le Targum de Jonathan complète le passage qui paraissait probablement étrange aux Juifs de son époque. Dans son commentaire de la Bible, le célèbre exégète Rashi de Troyes (mort en 1105), comme d’autres commentateurs juifs qui s’appuient souvent sur la traduction araméenne des Écritures, suit le Targum 35. Ces deux interprétations se réfèrent à une coutume évoquée dans la Bible où il est question d’un feu allumé à l’occasion de la mort des rois (Jr 34, 5 ; 2 Ch 16, 14 ; 21, 19), et brûlant certainement des parfums et de l’encens à proximité du corps du roi défunt 36. Il est intéressant de souligner que les propagateurs de la crémation au XIXe siècle, pour qui ces textes se réfèrent à l’incinération des morts, s’appuieront amplement sur ces passages afin de démontrer l’enracinement de cette coutume dans la Bible 37. Quelques auteurs modernes voient dans la correction du texte massorétique la solution à cette question 38. Ainsi, on a proposé de remplacer le verbe śrf (brûler) par sfd (pleurer, faire le deuil). En s’appuyant sur cette correction, A. Klostermann proposa une autre lecture du v. 12 : « ils chantaient des chants funèbres » 39. La fragilité de cette hypothèse a déjà été montrée par E. Dhorme 40. D’autres exégètes proposent plutôt un homonyme : « embaumer » 41. On serait donc confronté à une forme de conservation du corps à l’aide des produits utilisés pour la momification. Le contexte de la phrase et la signification problématique du verbe proposé excluent totalement cette hypothèse. La structure de ce verset ainsi que d’autres locutions du verbe śrf indiquent clairement que ce mot doit être compris dans le sens de brûler. Dans la phrase il s’agit donc de la crémation des corps de Saül et de ses fils. En dehors du verbe-clé, le changement de vocabulaire en témoigne bien. Si au début du verset 12, le(s) corps est désigné par le mot gewîyyōt (sg. gewîyāh) qui désigne une dépouille, un cadavre 42, au verset 13 il s’agit des ossements (´aṣemōṭêhem, sg. ´eṣem). Les habitants de Yabesh prirent d’abord les cadavres (gewîyyōt) de Saül et de ses fils et les brûlèrent (wayyîśerefû) ; ils prirent ensuite leurs ossements (´aṣemōṭêhem) et (les) ensevelirent (wayyîqe berû 43).

  • 44 Premier livre des Règnes (1 Samuel), 31, 11-13, trad. de M. LESTIENNE La Bible d’Alexandrie, M. HAR (...)

11La même lecture fut adoptée par la Septante. Dans l’ensemble, elle suit le texte massorétique mais ne parle que du corps de Saül et de Jonathan. « Et les habitants de Iabis de Galaaditide apprennent ce qu’avaient fait les Étrangers à Saül. Et tous les braves se levèrent et ils marchèrent toute la nuit et ils prirent le corps de Saül et le corps de son fils Jonathan du rempart de Baithsan et ils les emportent à Iabis et ils les brûlent (katakaiousin du verbe katakaiô). Et ils prennent leurs ossements et ils les enterrent en dessous du champ qui est à Iabis et ils jeûnent sept jours » 44. Cependant, dans certains manuscrits on trouve le paronyme du verbe cité, ce qui donne kataklaiosin (kataklaiô), « ils se lamentent ».

  • 45 HO, Conjectures…, p. 95 et 98.

12D’autres auteurs ne voient dans ce passage aucune référence à la coutume de la crémation des morts. Ils proposent de lire ce verset en parallèle avec la prophétie du 1 R 13, 2 qu’un homme de Dieu prononça à Béthel contre Jéroboam, premier roi du Royaume du Nord indépendant, et son schisme religieux : « l’on brûlera sur toi des ossements humains » 45. Cependant, ce verset ne concerne en aucune manière les rites funéraires et ne s’applique nullement à Saül. Il doit être en revanche mis en rapport avec le passage du 2 R 23, 15 qui relate la combustion des ossements humains pendant la réforme du roi Josias (640-609). Pour la plupart des auteurs, le passage du 1 S 31 ne décrit rien d’autre que la cérémonie de la crémation des morts. Néanmoins, la seule mention explicite de cette coutume dans l’Ancien Testament représente tout de même une difficulté d’interprétation.

DIVERSES HYPOTHÈSES SUR LA CRÉMATION DE SAÜL ET DE SES FILS

  • 46 Les différents points de vue des exégètes sont présentés par VON ZWICKEL, I Sam…, p. 165-168.
  • 47 H. W. HERTZBERG, Die Samuelbücher, Göttingen, Bandenhoed, Ruprecht, 1956, Das Alte Testament Deutsc (...)
  • 48 BIENKOWSKI, Some…, p. 86-87 ; W. MCKANE, I & II Samuel. Introduction and Commentary, London, SCM 19 (...)
  • 49 J.P. FOKKELMAN, The Narrative Art and Poetry in the Books of Samuel : A Full Interpretation Based o (...)
  • 50 Cette lecture a été proposée par R. D. Kamhi, cité par KALIMI, The Reshaping…, p. 51.
  • 51 M. W. HAMILTON, The Body royal. The social Poetics of Kingship in Ancient Israel, Leiden, Boston, B (...)

13De nombreuses interprétations ont été données à propos de l’incinération de Saül 46. Si pour les uns, brûler les dépouilles avait pour but d’éviter une éventuelle dévoration par des animaux carnassiers 47 ou une profanation supplémentaire par des Philistins 48, pour les autres, il s’agirait d’une purification qui aurait pour objectif de redonner sa dignité à la dépouille royale, si ignominieusement traitée 49. On propose donc de lire ce passage de la manière suivante : « Ils [les habitants de Yabesh] brûlèrent le corps car il commençait à se décomposer et ils ne voulaient pas l’enterrer avec des vers, ce qui était considéré comme non honorable » 50. D’autres encore préfèrent y voir des préoccupations d’ordre hygiénique qui consistaient à protéger la communauté face à un corps en putréfaction et « stopper [ainsi] la propagation du miasme » 51. Toutes ces hypothèses se fondent sur l’idée que les quatre dépouilles subirent une crémation complète, ce qui n’est pas l’avis de la majorité des commentaires.

  • 52 A. Caquot, Ph. De Robert, Les livres de Samuel, Genève, Labor et Fides, 1994, p. 358 ; J.-M. HUSSER (...)
  • 53 Pour cette hypothèse : H. J. STOEBE, Das erste Buch Samuelis, Kommentar zum Alten Testament VIII/1, (...)
  • 54 Une inhumation primaire consiste à déposer la dépouille mortelle dans une sépulture définitive. Une (...)
  • 55 Shades of Sheol. Dead and Afterlife in the Old Testament, Illinois, Downers Grove, Apollos, InterVa (...)
  • 56 Voir supra. Une des tombes de Jéricho contenait probablement une crémation partielle selon son déco (...)
  • 57 D. FAIVRE, Vivre et mourir dans l’ancien Israël. Anthropologie biblique de la Vie et de la Mort, Pa (...)

14En effet, le plus souvent, on voit dans le geste de la population de Yabesh une « crémation partielle » 52, pratique de décharnement en vue de l’obtention du squelette53. Ce passage pourrait sous-entendre une inhumation primaire 54 à Yabesh, suivie d’une inhumation secondaire et définitive par David. La crémation serait donc ici un moyen accélérant la destruction de l’enveloppe charnelle, permettant ainsi l’enfouissement provisoire des ossements avant leur exhumation et leur transfert. Pour P. S. Johnston, ce sont plutôt des raisons dictées par le souci d’hygiène qui seraient à l’origine de la « combustion partielle », vu l’état dans lequel se trouvaient les dépouilles des quatre personnages 55. Si l’on peut envisager l’existence de ce genre de pratique 56, elle reste difficile à étudier dans le contexte archéologique. C’est difficile car les restes matériels contiennent rarement des traces d’un tel traitement. De toute façon, le texte examiné ne précise pas qu’il s’agit de la « crémation partielle ». Rien dans le passage ne confirme cette supposition, nous savons seulement par 2 S 21, 12-14 que plus tard David ordonna le rapatriement des ossements de Saül et de ceux de Jonathan. Supposer encore que celle-ci est pratiquée en vue de la future exhumation des ossements pose problème car notre texte décrit plutôt une sépulture définitive. Selon l’hypothèse de D. Faivre, « les habitants de Jabès brûlent la tête et le corps du roi avant d’ensevelir les restes sous un tamaris. Par ce geste, poursuit l’auteur, il s’agissait sans doute de restituer à Saül son intégrité physique et qu’ainsi il n’emporte pas de mutilation au Sheol » 57. Comment accorder du crédit à cette hypothèse quand la crémation est en elle-même une mutilation par excellence ?

  • 58 L’homme…, p. 76. Sur cette interprétation : M. CABALSKA, « Zagadnienia obrzadku cialopalnego (en po (...)
  • 59 , Würburg, 1989, p. 257. 61. NUTKOWICZ, L’homme…, p. 76.
  • 60 HAMILTON, The Body…, p. 167.

15Peut-on envisager, comme le suggère H. Nutkowicz, que l’incinération mentionnée dans le récit de 1 S 31 « ne constitue pas un mode d’inhumation, mais bien plutôt un châtiment qui devance l’enterrement » 58 ? Ainsi, brûler les corps serait une forme de sanction pour les péchés de Saül et l’enfouissement des restes des quatre personnages sous l’arbre de tamaris aurait été effectué « afin d’éviter une autre profanation » 59. Le contexte du récit ne suggère aucunement une punition de la part des habitants de Yabesh mais bien au contraire un geste de gratitude qui se traduit par les funérailles qu’on peut qualifier de majestueuses. « Tout indique […] dans ce texte que les habitants de Yabesh de Galaad brûlèrent ce[s] corps en signe de piété » 60.

  • 61 E. LEVESQUE, « Tamaris », F. VIGOUROUX, Dictionnaire de la Bible, Paris, Letouzey et Ané, vol. V, p (...)
  • 62 Il est perçu comme un arbre sacré, symbole d’immortalité, LEVESQUE, Tamaris…, par. 1981.
  • 63 JOHNSTON, Shades…, p. 53, l’auteur envisage aussi une autre fonction de cette coutume : les arbres (...)
  • 64 Selon HO, l’indication du tamaris a une fonction purement littéraire, fonction de liaison en référe (...)

16Il est certain que la mention du tamaris et du jeûne de sept jours présupposent un caractère solennel de la cérémonie. En dehors de ce passage, l’arbre de tamaris est mentionné deux fois dans la Bible (Gn 21, 33 ; 1 S 22, 6) 61. Sans l’expliciter davantage, les auteurs bibliques lui confient probablement un certain rôle symbolique comme l’insinue le récit de Gn 21, 33 dans lequel Abraham « planta un tamaris à Béer-Shéva où il invoqua le Seigneur, le Dieu éternel, par son nom » 62. Cet arbre a-t-il une place spécifique dans le contexte funéraire ? On peut supposer que l’enterrement sous le tamaris, comme en Gn 35, 8 l’ensevelissement sous le chêne du corps de Débora, la nourrice de Rébecca, renvoie à une pratique qui consiste à déposer les morts sous les arbres. Ceux-ci symboliseraient l’immortalité 63, en référence à l’Arbre de Vie du Livre de la Genèse 2, 9 64.

17Le jeûne pour commémorer les morts est rarement évoqué dans la Bible. On le trouve dans le récit de 2 S 1, 12 où David après avoir appris la mort de Saül, déchira ses vêtements, se mit à pleurer et jeûna ; les mêmes gestes suivis de la privation de la nourriture sont évoqués après le meurtre d’Abner (2 S 3, 35). Le jeûne accompagne donc d’autres pratiques du deuil et est l’une des manifestations de la douleur. La durée du jeûne de sept jours de 1 S 31 se réfère aux sept jours de deuil célébrés à l’occasion du décès d’un personnage important et apprécié (Gn 50, 10 ; Si 22, 12).

  • 65 BLOCH-SMITH suggère que les habitants de Yabesh étaient Phéniciens, Judahite…, p. 54, note 3.
  • 66 Selon DHORME, ce passage est le seul dans la Bible où l’on parle d’incinération dans le but de rend (...)
  • 67 ZWICKEL, I Sam…, p. 168-174. Sur ce site voir : L.G. HERR, « The Amman Airport and Geopolitics of A (...)
  • 68 HERR, The Amman…,p. 227-228.
  • 69 P. R. S. MOOREY, Cemeteries of the First Millenium B. C at Deve Höyük, Oxford, British Archaeologic (...)
  • 70 H. VON OTTEN, « Ein Totenritual hethitischer Könige », Mitteilungen der Deutschen Orient Geschellsc (...)
  • 71 TENU, La pratique…, p. 39 ; P. COURBIN, Fouilles de Bassit. Tombes du Fer, Paris, Éditions Recherch (...)
  • 72 En effet, J. SEEHER observe ce phénomène dans la nécropole de Demircihüyük-Seriket, et en s’appuyan (...)

18De telles indications suggèrent alors le caractère somptueux de la cérémonie dont l’élément central était la crémation des corps et probablement une coutume en usage dans la région de Galaad en Transjordanie 65. Ce serait une manière locale de rendre les derniers hommages à certains (?) morts 66, une sorte de cérémonie fastueuse destinée à des personnages exceptionnels. C’est l’opinion de W. Von Zwickel, qui met en relation le récit de Saül avec une structure de plusieurs pièces construite en murs massifs (fin de l’âge du Bronze : seconde moitié du XIIIe s. av. J.-C.), mise à jour par des fouilles près d’Amman 67. Le nombre considérable d’ossements calcinés présents sur le site a permis d’y voir une sorte de crématorium. Pour cet auteur, il s’agirait d’une pratique réservée aux couches sociales élevées comme le montrent les vestiges d’Amman, une forme d’honneur à travers lequel la population de Galaad témoignait sa reconnaissance pour les bienfaits reçus de Saül. Mais même s’il est possible que l’auteur du Livre de Samuel ait fait référence à un usage de la région transjordanienne, que ce soit une crémation au sens strict ou un rite partiel, ce rapprochement semble trop rapide. L’archéologie ne peut pas expliquer le geste des habitants de Galaad car il est extrêmement difficile de donner des précisions chronologiques quant au rite décrit en 1 S 31. S’agit-il d’une pratique en usage à l’époque présumée du Deutéronomiste (VIe siècle av. J.-C. ?) ou d’une coutume beaucoup plus ancienne ? Selon le fouilleur du site d’Amman, il s’agirait d’un rite hittite 68. En effet, diverses sources, aussi bien archéologiques 69 que textuelles, attestent l’usage de la crémation dans le monde hittite. Les funérailles des rois hittites, suivies d’un bûcher grandiose, sont bien connues par les sources écrites 70. La présence hittite en Transjordanie ou en Palestine n’étant aucunement prouvée et la crémation n’étant pas une manière exclusive de traiter les défunts dans le monde hittite, cette éventuelle influence hittite doit être minimalisée. Si dans l’Empire hittite l’inhumation coexistait avec la crémation, cette dernière est surtout attestée dans la première moitié du IIème millénaire av. J.-C 71. Les recherches actuelles soulignent la coexistence de l’incinération et de l’inhumation et cela parfois à l’intérieur de la même structure funéraire 72.

19Par conséquent, si les données archéologiques fournissent des informations précieuses sur les coutumes funéraires dans l’ancien Israël, elles apportent en revanche peu d’éclaircissements à propos du récit relatif à la mort de Saül. Aucun parallèle précis ne peut être établi entre le texte et les fouilles. Celles-ci témoignent cependant de l’usage de la crémation en Palestine et en Transjordanie, tout en soulignant le caractère exceptionnel de ce mode mortuaire. Un tel caractère est peut-être justement présenté dans 1 S 31 qui semble décrire l’une des formes honorables de funérailles peut-être réservées aux rois. Ainsi, l’auteur du récit fait référence à une manière particulière de traiter les dépouilles d’origine probablement non-israélite, dont les traces nous sont inconnues. Le contexte du passage étudié oblige à rejeter l’hypothèse du caractère infâmant de la cérémonie. Considérée comme un châtiment, celle-ci était connue en ancien Israël, non pas comme une crémation des dépouilles, mais comme la peine du feu infligée aux coupables et qui est bien différente du traitement réservé à Saül et à ses fils.

Haut de page

Notes

1 BIENKOWSKI, Some…, p. 81-82 ; G. GILMOUR, « Aegean Influence in Late Bronze Age Funerary Practices in the Southern Levant », S. CAMPBELL, A. GREEN (sous la dir.), Archaeology of Death in the Ancient Near East, Oxford, Oxbow Monograph 51, 1995 p. 168-168 ; A. TENU, « La pratique de la crémation en Syrie : un usage marginal ? », KTEMA. Civilisations de l’Orient, de la Grèce et de Rome antique, n° 30, 2005, Entre mondes orientaux et classiques : la place de la crémation, Colloque international de Nanterre 26-28 février 2004, p. 37-46 ; I. LE GOFF, « À propos de la nécropole à incinération de Tell Shiukh Faouqâni (Syrie) : recherche des séquences temporelles du protocole funéraire », KTEMA…, p. 21-27 ; L. BACHELOT, A. TENU, « La nécropole de Tell Shiukh Fawqani », KTEMA…, p. 11-14 ; Tenu, « À propos de la nécropole à incinération de Tell Shiukh Fawqâni : l’incinération dans le monde syrien à l’âge du Fer », L. BARAY, P. BRUN, A. TESTARD, Pratiques funéraires et sociétés : Nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Actes du colloque interdisciplinaire de Sens 12-14 juin 2003, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 267-275 ; I. LE GOFF, « Lecture sociale des vestiges humains de la crémation : l’exemple de la nécropole de Tell Shiukh Fawqâni (Syrie), Pratiques funéraires…, p. 277-284.

2 TENU, La pratique…, p. 40-41 ; M. SAUVAGE, « Incinération et inhumation à l`époque médio-assyrienne (XIII-XII s. av. J.-C.) : le cas de Tell Mohammed Diyab (Syrie du Nord-Est) », KTEMA…, p. 47-54.

3 Pour le Bronze Ancien I (3300-2900 av. J.-C.) voir les sites : Jéricho, Gezer, TelAviv, Givatayim, Azor, Yazur et Tell el-Gazari, A. POLCARO, Necropoli e costumi funerari in Palestina dal bronzo antico I al bronzo antico III, Contributi e Materiali di Archeologia Orientale XI, Rome, 2006, p. 44, 63, 290-292, 300 ; D. ILAN, « Mortuary practices in Early Bronze Age Canaan », Near Eastern Archeaology, 65 : 2, 2002, p. 9596 ; 99-101. Au Bronze Récent II (1400-1200 av. J.-C.) il s’agit de Tell-Beit-Mirsim (20 km au sud-ouest d’Hébron) et d’Amman Airport en Transjordanie : GILMOUR, Aegean…, p. 167-170. D’autres sites de cette période sont répertoriés en Syrie du nord.

4 « Southern Levantine Iron Age Burial Types (1220–586 BCE) », Near Eastern Archeaology, 65 : 2, 2002, p. 125-126. Les plus anciennes attestations de l’âge du Fer datent du XIIe (Jéricho, Mont Nébo) et du XIe s. av. J.-C (Azor à 6 km au nord de Jaffa), E. BLOCH-SMITH, Judahite burial practices and beliefs about the death, Journal for the study of the Old Testament, Supplement Series 123, Monograph Series 7, Shefeld Academic Press Ltd, Shefeld, 1992, p. 178-179. « Azor », The New Encyclopedia of Archeological Excavations in the Holy Land, E. STERN, A. LEWINSON-GILBOA, J. AVIRAM, Jerusalem, The Israel Exploration Society&Carta, 1993, vol. I., p. 129.

5 Il s’agit des sites du Xe-IXe s. av. J.-C. : Khaldé (10 km au sud de Beyrouth), Akhzib, Quasmieh et Joya (tous les trois sur la côte libanaise), Lakish, Megiddo, Mont Nébo, BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 52-55, 137-138, 178-179, 210-214, 244245. BIENKOWSKI, Some…, p. 80-89 ; S. R. WOLFF, « Mortuary practices in the Persian Period of the Levant », Near Eastern Archeaology, 65 : 2, 2002, p. 133.

6 Les plus récents (VIIIe–VIe s.) sont à situer dans le sud (Tell er-Ruqeish) et dans le nord du pays (Tell el Rechidiyeh, Atlit). BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 52-55, 137-138, 178-179, 210-214, 244-245 ; « Atlit », The New Encyclopedia of…, p. 114.

7 Voir les cartes 16-18, BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 255-257. Parmi les formes d’incinération que pratiquaient les anciens habitants de la Palestine, il convient de distinguer celle où les cendres furent déposées dans un contenant en céramique et celle sans l’urne. Les restes pouvaient être ensuite mis dans une fosse ou à même le sol ou/et placés dans une tombe bâtie en pierre.

8 P.J. RIIS, Hama. Fouilles et recherches de la Fondation Carlsberg. Les cimetières à crémation, Copenhague, 1948, p. 44 ; A. KEMPINSKI, « Hittites in the Bible. What Does Archaeology Say ? », Biblical Archaeology Review, Septembre/Octobre 1979, p. 39 ; B.J. COLLINS, The Hittites and Their World, Society of Biblical Litarature. Archaeology and Biblical Studies, N° 17, Leiden, Boston, Brill, 2008, p. 214-215. Vue comme un usage typiquement hittite, l’incinération serait apparue dans les royaumes syriens gouvernés par les généraux hittites après la conquête de ces territoires au Bronze récent. Contra BIENKOWSKI, Some…, p. 83-84 ; TENU, La pratique…, p. 38-39. Voir infra.

9 BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 52, 138 ; Southern Levantine…, p. 125-126. Contra BIENKOWSKI, Some…, p. 85. Les nécropoles à crémation en Phénicie et des éléments incontestablement phéniciens présents dans quelques sépultures en dehors de cette région sont à l’origine de cette hypothèse. Cependant, des recherches récentes démontrent la fragilité d’une telle interprétation. L’incinération n’est pas un rite funéraire prédominant en Phénicie. « Les pratiques funéraires phéniciennes sont bien mieux documentées dans leurs colonies occidentales qu’au Levant, où les crémations toujours accompagnées d’inhumations sont loin d’être majoritaires », TENU, La pratique…, p. 39. Les mêmes observations : « Tombes », E. LIPINSKI (sous la dir.), Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Turnhout, Brepols, 1992, p. 457-461 ; M. GRAS, P. ROUILLARD, J. TEIXIDOR, L’Univers phénicien, Paris, Hachette, 2006, p. 198 et s.

10 Une attestation à Azor et à Jéricho, probablement deux à Lakish et au Mont Nébo, cinq à Megiddo.

11 Ainsi, il n’est pas exclu que les sépultures de Lakish contenant des traces de feu comportent des victimes de l’incendie, l’hypothèse de J. Starkey, citée par BLOCHSMITH, Judahite…, p. 38. Signalons également une crémation partielle à Jéricho et une couche carbonisée trouvée dans une tombe au Mont Nébo.

12 BIENKOWSKI, Some…, p. 86-87 ; FUGITT, Philistine…, p. 93.

13 POLCARO, Necropoli… ; « Burial », A. GIBSON., A. NEGEV (sous la dir.), The archeological encyclopedia of the Holy Land, Continuum, London, New York, 2001, p. 94-99 ; BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 25-51 ; H. NUTKOWICZ, L’homme face à la mort au royaume de Juda : Rites, pratiques et représentations, Paris, Cerf, 2006, p. 83-119 ; R. WENNING, « Bestattungen im königszeitlichen Juda », Theologische Quartalschrift, 177, 1997, p. 82-93.

14 Southern Levantine…, p. 124-127. L’auteur place la crémation parmi les sept autres formes de sépulture : à fosse simple, à ciste, à banquettes, dans les grottes, à jarres, dans les cercueils de forme humaine ou en forme de baignoires. Dans la mesure où plusieurs des formes énumérées peuvent exister parfois au sein de la même structure, cette typologie est discutable.

15 Les rapports entre la Bible et l’archéologie sont complexes et problématiques, les recoupements possibles entre les vestiges matériels et les Écritures sont rares. C’est pourquoi, certains chercheurs préconisent une prudence dans la démarche méthodologique afin d’éviter le concordisme, J. BRIEND, « Bible et archéologie : dialogue entre deux disciplines », coll. Le Monde de la Bible, Paris, Folio, 1998, p. 409-422 ; D. MERLING, « The Relationship between Archaeology and the Bible : Expectations and Reality », J. K. HOFFMEIER, A. MILLARD (éd.), The Future of Biblical Archaeology. Reassessing Methodologies and Assumptions, W. M. B. Eerdmans, Cambridge, 2004, p. 29-42.

16 BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 114-121 ; R. DE VAUX, Les institutions de l’Ancien Testament, Paris, Cerf, 1989 (5e édition), t. I, p. 94-97.

17 « śrf » : brûler, allumer, être chaud. « Moïse brûle le veau d’or » : Ex 32, 20 ; Dt 9, 21. « Brûler les vêtements du lépreux » : Lv 13, 52. « Brûler un homme » : Lv 20, 14 ; Nb 16, 35 ; Jos 7, 35 ; Jg 14, 15 ; 15, 6. « Brûler un enfant en sacrifice » : Dt 12, 31 ; Jr 7, 31 ; 19, 5. « Brûler les ossements humains » : 1 R 13, 2 ; 2 R 23, 16. 20 ; 2 Ch 34, 5. « Brûler une ville » : Nb 31, 10. « Brûler un sacrifice animal » : Ex 29, 14 ; Lv 4, 1 ; 6, 23 ; 7, 17. L. KOEHLER, W. BAUMGARTNER, Lexicon in Veteris Testamenti Libros, Leiden, E. J. Brill, 1958, p. 932.

18 « `ecem » : os, ossements ; « ossements de Joseph » : Gn 50, 25 ; Ex 13, 19 ; Jos 24, 32 ; « ossements de Saül et de Jonathan ramenés par David » : 2 S 21, 12-14 ; « ossements d’Elisée » : 2 R 13, 21 ; « ensevelir les ossements » : 1 R 13 ; « ossements humains » : 2 R 23 14. 16. 20 ; « ossements humains retirés de leurs tombes » : Jr 8, 1 ; « un os de l’animal mangé à Pâque » : Ex 12, 46 ; Nb 9, 12 ; « nous sommes de tes os » : 2 S 5, 1, Lexicon…,p. 728. Voir aussi NUTKOWICZ, L’homme…, p. 206.

19 Une théorie qui attribue une partie du Deutéronome, des livres Josué, Juges, Samuel, et Rois (ou peut-être certains des passages du livre de Jérémie) à un ou plutôt à plusieurs auteurs (écoles, mouvements) appelés deutéronomiste(s). La théologie et la structure littéraire du Deutéronome 12-26 se retrouveraient dans quelques livres historiques de la Bible (Jos, Jg, 1S-2S, 1R-2R), rédigés par des auteurs pendant l’Exil en Babylone (587-536) et après le retour. Cette théologie est centrée sur l’idée que la destruction du Temple et l’exil du peuple juif est la conséquence de son infidélité envers Dieu.

20 Voir une étude sur ces deux versions, C.Y.S. HO, « Conjectures and refutations : is 1 Samuel XXXI 1-13 Really the Source of 1 Chronicles X 1-12 ? », Vetus Testamentum, vol. 45/1, 1995, p. 82-106.

21 Selon K. BUDDE, Das Buch Samuel, Freiburg, Kurzer Hand-Commentar zum Alten-Testament 8, 1902, p. 192, la version la plus ancienne du récit se trouve chez le Chroniste, la mention de la crémation aurait été ajoutée dans 1 S tardivement. Le manque de fondement de cette hypothèse a été montré par I. KALIMI, Zur Geschichtsschreibung des Chronisten, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 1995, p. 49.

22 En effet, aucune explication concernant les raisons du conflit avec les Philistins ni la moindre allusion à la gratitude des habitants de Yabesh de Galaad n’y figure. On s’interroge encore sur la place du chapitre 10 dans le 1 Livre des Chroniques. Cette brève évocation de la mort de Saül aurait pu servir à montrer la continuité de David avec le passé royal ou au contraire à accentuer la rupture et à souligner un aspect nouveau de ce règne, B.E. KELLY, Retribution and Eschatology in Chronicles, Sheffield, Sheffield Academic Press, 1996, p. 68.

23 F. MICHAELI, Les livres des Chroniques, d’Esdras et de Néhémie, Neuchâtel, Delachaux, Niestlé, 1967, p. 76. Par rapport au récit deutéronomiste (2 S 24), l’auteur des Chroniques amplifie le rôle de David dans l’édification du Temple (1 Ch 21-29).

24 Il s’agit uniquement de ceux du royaume du sud puisque l’auteur de ces livres ne s’intéresse pas à celui du nord, région désignée comme un « royaume rebelle ».

25 Ibid.

26 Selon 1 Ch 10, 13, il a désobéi à la parole de YHWH et a consulté l’esprit des morts (1 S 28).

27 1 S 31, 9 évoque ce geste de la part des Philistins sans préciser explicitement

par la suite s’il s’agit de l’exposition des armes et de la tête du roi.

28 . Les livres de Samuel, Paris, Librairie Victor Leoffre, Études Bibliques, 1910,

p. 260-261, note 12.

29 MICHAELI, Les livres…, p. 77.

30 Ibid., p. 76

31 Ibid. L’hypothèse est évoquée par HO, qui la critique en démontrant que la peine du feu est un procédé différent de celui de la crémation, Conjectures…, p. 93.

32 The Reshaping of Ancient Israelite History in Chronicles, Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns, 2005, p. 51.

33 Der Chronist in seiner Mittwelt, Berlin, New York, 1996, p. 159.

34 The Aramaic Bible. The Targums. Targum Jonathan of the Former Prophets, trad. de D.J. HARRINGTON, A.J. SALDARINI, Edinburgh, T & T Clark Ltd, 1987, p. 159.

35 Séfèr Chemonel I, Jérusalem, Editions Gallia, 2002, p. 243.

36 W. ZWICKEL, « Uber das angebliche Verbrennen von Räucherwerk bei der

Bestattung eines Königs », Zeitschrift fürAlttestestamentlische Wissenschaft, 101, 1989, p. 266-277. En s’appuyant sur des sources assyriennes, ZWICKEL montre qu’il s’agit ici de rites apotropaïques visant à éloigner les mauvais esprits.

37 Ainsi, l’un d’entre eux, A. BONNEAU écrit : « David, le roi-prophète, l’oint du Seigneur, fut brûlé comme Saül, le corps de Salomon fut livré aux flammes, et le roi saint Josaphat reçut ce souverain honneur », La crémation et ses bienfaits, Paris, E. Dentu, 1886, p. 234. Dans la préface du livre de L. MACCONE sur l’histoire de la crémation, il est surprenant de lire ces lignes à propos du peuple hébreu qui « fit brûler sur le bûcher purificateur les corps de ses hommes les plus illustres : Moïse, Salomon, le roi David, l’oint du Seigneur », Storia documentata della cremazione presso i popoli antichi ed moderni con speciale riferimento alla igiene, Bergame, Instituto Italiano d’Arti Grafiche, 1932, p. 7. Pour plus de détails voir P. KUBERSKI, La crémation et l’Église. Principales étapesd’une histoire mouvementée. De l’Antiquité au Concile Vatican II, Thèse de doctorat (dactyl.), Université Marc Bloch, Faculté de Théologie Catholique, Strasbourg, 2006, p. 212-222.

38 Pour ces hypothèses, voir W. ZWICKEL, « I Sam 31, 12 f. und der Quadratbau auf dem Flughafengelänge bei Amman », Zeitschrift für Alttestamentich Wissenschaft, 105, n° 2, 1993, p. 166 ; KALIMI, Zur Geschichtsschreibung…, p. 49 ; DHORME, Les livres…, p. 261.

39 A. KLOSTERMANN, Die Bücher Samuelis und der Könige, Munich, 1887, p. 128. Sur cette position, voir DHORME, Les livres…, p. 261.

40 Compte tenu du caractère des verbes ainsi que de la suite logique de la phrase, le changement des vocables est difficile à envisager, DHORME, Les livres…, p. 261. Si le verbe śrf est transitif, ce n’est pas le cas de spd.

41 L. KOEHLER, W. BAUMGARTNER, Hebräisches und aramäisches Lexicon zum Alten Testament, Leiden, New York, København, Köln, E. J. Brill, 1990 (3e éd.), p. 1267. Les auteurs s’appuient sur le hapax mesārefô (srf) du passage corrompu d’Am 6, 10. Le verbe srf qui y figure serait un homonyme de celui śrf. A la place de sa première signification (brûler), ils en proposent une autre, celle d’oindre ou enduire de la résine sur un mort. Voir aussi G.R. DRIVER, « A Hebrew Burial Custom », Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft, 66, 1954, p. 314. L’hypothèse est soutenue aussi par R. W. KLEIN qui suggère tout de même que l’embaumement eut lieu tout de suite après la récupération des corps de la famille de Saül par le peuple de Yabesh. Les habitants de cette ville auraient enseveli en définitive leurs ossements, 1 Samuel, Waco, Texas, Word Books, 1983, Word Biblical Commentary, vol. 10, p. 290.

42 « gewîyāh », G.W. ANDERSON, H. CAZELLES, D.N. FREEDMAN, T. SHEMARJAHU, G. WALLIS, Theologisches Wörtebuch zum Alten Testament, Stuttgart, Berlin, Köln, Mainz, Kohlammer, 1973, vol. I, par. 973-978.

43 Dans le sens verbal, ce mot signifie enterrer, ensevelir, « qeber », Theologisches…, vol. I, par. 1149-1156.

44 Premier livre des Règnes (1 Samuel), 31, 11-13, trad. de M. LESTIENNE La Bible d’Alexandrie, M. HARL (éd.), Paris, Cerf, 1997, vol. 9. 1.

45 HO, Conjectures…, p. 95 et 98.

46 Les différents points de vue des exégètes sont présentés par VON ZWICKEL, I Sam…, p. 165-168.

47 H. W. HERTZBERG, Die Samuelbücher, Göttingen, Bandenhoed, Ruprecht, 1956, Das Alte Testament Deutsch 10, p. 186. Selon W. VON ZWICKEL, cette interprétation n’est pas convaincante puisque, avant d’être brûlés, les corps furent transportés à Yabesh. Si on avait effectivement pris soin de les préserver de la profanation, on les aurait incinérés tout de suite à Beth Shéan, I Sam…, p. 166.

48 BIENKOWSKI, Some…, p. 86-87 ; W. MCKANE, I & II Samuel. Introduction and Commentary, London, SCM 1963, p. 173. Cette hypothèse a été évoquée dans l’ouvrage fondamental de J. JAMIESON, De l’origine de la crémation ou de l’usage de brûler les corps, traduit de l’anglais par Boulard H., Paris, 1821, p. 19-20.

49 J.P. FOKKELMAN, The Narrative Art and Poetry in the Books of Samuel : A Full Interpretation Based on Stylistic and Structural Analyses. Vol. II : The Crossing Fates (I Sam. 13-31 & II Sam. 1), Assen, Dover, Gorcum, New Hampshire, 1986, p. 629. La même interprétation est proposée par R. H. HALLOTE, Death, Burial, and Afterlife in the biblical World. How the Israelites and Their Neighbors Treated the Dead, Chicago, Ivan R. Dee, 2001, p. 49.

50 Cette lecture a été proposée par R. D. Kamhi, cité par KALIMI, The Reshaping…, p. 51.

51 M. W. HAMILTON, The Body royal. The social Poetics of Kingship in Ancient Israel, Leiden, Boston, Brill, 2005, p. 167.

52 A. Caquot, Ph. De Robert, Les livres de Samuel, Genève, Labor et Fides, 1994, p. 358 ; J.-M. HUSSER, La mort et le monde des morts dans l’Ancien Testament, Cours de maîtrise, 1996-1997, Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg, p. 16.

53 Pour cette hypothèse : H. J. STOEBE, Das erste Buch Samuelis, Kommentar zum Alten Testament VIII/1, Gütersloh, 1973, p. 532 ; G. KRINETZKI, « Von Samuel bis David. Die Bücher Samuel ». Stuttgarter Kleiner Kommentar AT, 6, 1976, p. 29.

54 Une inhumation primaire consiste à déposer la dépouille mortelle dans une sépulture définitive. Une inhumation secondaire peut être le résultat d’un transfert post mortem des restes, mais également, d’une action volontaire, par exemple celle du feu, en vue du décharnement accéléré, E. CRUBEZY, « L’Étude des sépultures ou du monde des morts au des vivants. Anthropobiologie, archéologie funéraire et anthropologie de terrain », L’archéologie funéraire, Paris, Errance, 2000, p. 23 et s.

55 Shades of Sheol. Dead and Afterlife in the Old Testament, Illinois, Downers Grove, Apollos, InterVarsity Press, 2002, p. 56.

56 Voir supra. Une des tombes de Jéricho contenait probablement une crémation partielle selon son découvreur J. Garstang, d’après BLOCH-SMITH, Judahite…, p. 179. Il en était de même avec la tombe D 9 d’Azor, FUGITT, Philistine…, p. 63-64, 96. Les traces d’une telle pratique furent découvertes dans la nécropole royale d’Ur. T.C. MITCHELL, « Reviews et notices », Palestine Exploration Quaterly, JuilletDécembre 1963, p. 131-132.

57 D. FAIVRE, Vivre et mourir dans l’ancien Israël. Anthropologie biblique de la Vie et de la Mort, Paris, Montréal, L’Harmattan, 1998, p. 128. L’omission dans 1 Ch 10, 12 s’explique, selon lui, par la datation plus tardive de ce texte, l’époque « où la vision ancienne du Sheol était de plus en plus contestée », p. 129.

58 L’homme…, p. 76. Sur cette interprétation : M. CABALSKA, « Zagadnienia obrzadku cialopalnego (en polonais ; résumé : The problem of the cremation rite) », Wiadomosci archeologiczne, t. XXX/1-2, 1964, p. 20. U. BERGES compare le destin de Saül à celui d’Arkân (Jos 7) qui, n’ayant pas écouté les prescriptions divines, est condamné (ou plutôt sa famille) à être brûlé, « Die Verwerfung Sauls. Eine thematishe Untersuchung », Forschung zur Bibel,

59 , Würburg, 1989, p. 257. 61. NUTKOWICZ, L’homme…, p. 76.

60 HAMILTON, The Body…, p. 167.

61 E. LEVESQUE, « Tamaris », F. VIGOUROUX, Dictionnaire de la Bible, Paris, Letouzey et Ané, vol. V, par. 1979-1982.

62 Il est perçu comme un arbre sacré, symbole d’immortalité, LEVESQUE, Tamaris…, par. 1981.

63 JOHNSTON, Shades…, p. 53, l’auteur envisage aussi une autre fonction de cette coutume : les arbres marqueraient en quelque sorte l’emplacement de la sépulture. HALLOTE met en parallèle les défunts enterrés sous les arbres avec les racines de ceux-ci, Death…, p. 49. Comme les racines ont besoin d’eau pour vivre, ainsi les morts placés sous les arbres puisent cette eau et retournent symboliquement à la nouvelle vie. L’exactitude d’une telle image n’est toutefois confirmée par aucune source biblique.

64 Selon HO, l’indication du tamaris a une fonction purement littéraire, fonction de liaison en référence à un épisode antérieur de la vie de Saül où il a été mentionné (1 S 22, 6), Conjectures…, p. 95-96. En revanche, le térébinthe qui figure dans la version des Chroniques aurait, d’après cet exégète, plus de valeur historique et serait plus plausible que le tamaris. Malgré la confusion du tamaris avec le chêne, due à la graphie similaire, c’est ce dernier qui est mentionné dans l’histoire de Saül. L’arbre royal et sacré qu’est le chêne est, continue HO, parfaitement en accord avec la version du 1 Ch 10 qui, contrairement à 1 S 31, est plus cohérente.

65 BLOCH-SMITH suggère que les habitants de Yabesh étaient Phéniciens, Judahite…, p. 54, note 3.

66 Selon DHORME, ce passage est le seul dans la Bible où l’on parle d’incinération dans le but de rendre les derniers honneurs, Les livres…, p. 260, note 12.

67 ZWICKEL, I Sam…, p. 168-174. Sur ce site voir : L.G. HERR, « The Amman Airport and Geopolitics of Ancien Transjordan », Biblical Archaeologist 46, 4, 1983, p. 223 – 229 ; E. VAN DER STEEN, « Tribes and Territories in Transition », Orientalia LovaniensiaAnalecta, 130, 2004, p. 37-39.

68 HERR, The Amman…,p. 227-228.

69 P. R. S. MOOREY, Cemeteries of the First Millenium B. C at Deve Höyük, Oxford, British Archaeological Reports, n° 87, 1980.

70 H. VON OTTEN, « Ein Totenritual hethitischer Könige », Mitteilungen der Deutschen Orient Geschellschaft zu Berlin, 78, 1940, p. 3-28. L. CHRISTMANNFRANCK, « Le rituel des funérailles royales hittites », Revue hittite et asiatique, n° 29, 1971, p. 61-111. D. V. EDELMAN rapproche ce passage biblique des cérémonies hittites et de celles relatées par Homère dans le chant 24 de l’Odyssée, King Saul in the Historiography of Judah, Journal for the Study of the Old Testament Supplement, Series 121, Scheffield, Scheffield Academic Press, 1991, p. 293-294.

71 TENU, La pratique…, p. 39 ; P. COURBIN, Fouilles de Bassit. Tombes du Fer, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1993, p. 106.

72 En effet, J. SEEHER observe ce phénomène dans la nécropole de Demircihüyük-Seriket, et en s’appuyant sur les études ethnographiques propose plusieurs explications de cette coexistence, « Körperbestattung und Kremation – ein Gegensatz ? », Istanbuler Mitteilungen, 43, 1993, p. 219-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piotr Kuberski, « La crémation dans la Bible ?  », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, p. 185-200..

Référence électronique

Piotr Kuberski, « La crémation dans la Bible ?  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/472 ; DOI : 10.4000/rsr.472

Haut de page

Auteur

Piotr Kuberski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page