Navigation – Plan du site

La paix de l’Église d’Antioche d’après les lettres ignatiennes

Étienne Decrept
p. 201-217

Résumés

Le retour de l’Église d’Antioche à la paix dont il est question dans les Lettres ignatiennes aux Philadelphiens et aux Smyrniens est interprété, depuis les travaux de P. N. Harrisson, comme la cessation d’une crise interne. Toutefois les similitudes entre le vocabulaire ignatien et celui des quatre Livres des Maccabées invitent à replacer le problème dans le contexte plus général de la littérature martyriale du judaïsme hellénistique : Ignace n’a jamais fait explicitement état d’une persécution, parce que, conformément à la mentalité de son époque, une persécution était perçue comme la manifestation de la colère de Dieu devant les infidélités de son peuple. C’est pour l’apaiser et permettre par son martyre le rétablissement de l’unité au sein de l’Église d’Antioche qu’Ignace s’est offert en victime expiatoire. L’hypothèse d’une crise interne n’exclut pas celle d’une crise externe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ignace d’Antioche est le premier des Pères Apostoliques parce qu’il est le premier témoin des Tradi (...)
  • 2 Eusèbe (Hist. Eccl. III, 36) en a recensé sept : Les Lettres aux Éphésiens (Eph) ; aux Magnésiens ( (...)

1Premier des Pères Apostoliques1 Ignace d’Antioche occupe une place importante dans l’Histoire de l’Église. Aujourd’hui encore, malgré l’absence de consensus sur l’authenticité de ses Lettres2, leur témoignage sur les communautés chrétiennes de l’Orient romain continue à susciter l’intérêt des chercheurs.

  • 3 Eph 21, 2 ; Mg 14 ; Tr 13, 1 ; Rom 9, 1.
  • 4 Phld 10, 1-2 ; Sm 11, 1-3 ; Pol 7, 1-2.

2Parmi les nombreux problèmes posés par le Corpus épistolaire ignatien celui de la Paix de l’Église d’Antioche est l’un des plus difficiles : condamné à combattre les bêtes dans une arène romaine le voyageur et son escorte, au cours de leur traversée de l’Anatolie, font étape à Smyrne. Avant de reprendre la route, Ignace écrit aux Éphésiens, aux Magnésiens, aux Tralliens et aux Romains ; inquiet de la situation dans laquelle il a laissé son Église, il demande avec insistance à ses correspondants de prier pour elle3. A son arrivée à Troas, il annonce aux Philadelphiens, aux Smyrniens et à Polycarpe que l’Église d’Antioche est en paix. Sa seule préoccupation désormais est d’obtenir des communautés chrétiennes qu’elles envoient sans plus tarder des ambassades féliciter les antiochiens et participer à leur joie4. Quelles épreuves venaient-ils de subir ? Quelle était cette paix dont il était urgent de féliciter l’Église d’Antioche ? Ignace ne le dit pas et les réponses qui ont été apportées à ces questions sont loin d’être définitives.

Persécution ou crise interne ?

  • 5 Baronius, Annales ecclesiastici, Anvers, 1617, t. 2, ann. Christi 109, § 6, p. 29 : « Sed in primis (...)
  • 6 J. Ussher, Polycarpi et Ignatii epistolae, Licheld, Oxford, 1644, note à Phld 10 sv ‘eirèneuein’ ; (...)
  • 7 H. Delafosse, Les Lettres d’Ignace d’Antioche, Rieder, Paris, 1927, p. 112. L’auteur pour qui les L (...)
  • 8 A. Kleist, The Epistles of St. Clement of Rome and St. Ignatius of Antioch, Westminster, Md., 1946, (...)
  • 9 B. H. Streeter, The Primitive Church, New York, 1929, p. 175 et sqq.
  • 10 P. N. Harrison, Polycarp’s Two Epistles to the Philippians, University Press, Cambridge, 1936. Selo (...)
  • 11 Rappelons que le mono-épiscopat correspond à l’existence d’un épiscope unique, tel Polycarpe à Smyr (...)
  • 12 Harrison, chap. VII, § 7, p. 103 : « Their last sight of the old bishop as he passed through the ci (...)
  • 13 Harrison, chap. VII, §§1-2, p. 88-90.
  • 14 Harrison, chap. VII, § 3, p. 90-91 : « Apart from references by Ignatius to his own approaching mar (...)
  • 15 F. W. Schlatter, « The restoration of peace in Ignatius’Antioch », Journal of Theological Studies 3 (...)
  • 16 Harrison, chap. VII, § 4, p. 91-94.
  • 17 Schlatter, p. 469 : « To pray for a church which has God as its shepherd indicates the motive for t (...)
  • 18 Trevett, p. 48 : « It seems to me probable, however, that in the situation in which our bishop nds (...)
  • 19 C. P. Hammond-Bammel, « Ignatian problems », JTS, vol. 33, 1, avril 1982, p. 88 : « The view just s (...)
  • 20 Schoedel, p. 212 : « We have assumed throughout this study that the purpose of the request was, in (...)
  • 21 A. Brent, Ignatius of Antioch, London -New York, 2007, p. 17 : « Ignatius was condemned but removed (...)

3Le problème de ‘la paix retrouvée’ de l’Église d’Antioche a été abordé pour la première fois par Baronius. Selon l’auteur des Annales ecclésiastiques la persécution dont Ignace a été victime sous Trajan a pris fin aussitôt après son départ parce qu’à Antioche le grand nombre des chrétiens en rendait la poursuite impossible5. Au cours du 17e siècle et des siècles suivants, éditeurs et commentateurs du Corpus épistolaire ignatien, tels J. Ussher, Th. Zahn, J. B. Lightfoot6, pour ne citer que ceux-là, estimèrent que la paix de l’Église d’Antioche correspondait à la fin d’une persécution, sans toutefois s’interroger sur sa durée. Ce consensus multiséculaire était encore partagé par Henri Delafosse7, A. Kleist, et V. Corwin8. Il avait commencé à se fissurer en 1929 quand B. H. Streeter9 observa que l’inquiétude d’Ignace pouvait provenir du problème posé par sa succession ; il fut définitivement remis en question par l’étude de P. N. Harrison sur la Lettre de Polycarpe aux Philippiens10 qui marque un tournant des études ignatiennes. L’auteur y propose en effet une explication nouvelle des événements à l’origine de la condamnation d’Ignace, celle d’une crise interne : le conflit entre l’épiscope de Syrie et les adversaires de l’épiscopat monarchique11 aurait attiré sur lui l’attention des autorités romaines. La rigueur de sa condamnation aurait suscité un brusque revirement de l’opinion en sa faveur et fait taire les opposants, si bien qu’après son départ le calme serait aussitôt revenu au sein de l’Église d’Antioche12. P. N. Harrison a rassemblé au chapitre 7 de son ouvrage ses principaux arguments : 1°/ Les mots et les images qu’Ignace utilise au chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens signifient non pas la fin d’une persécution mais le rétablissement de l’harmonie au sein d’une communauté jusqu’alors divisée13. 2°/ L’Histoire n’a pas conservé trace d’une persécution générale à Antioche à l’époque d’Ignace14. Cinquante ans plus tard, Frédéric W. Schlatter et Christine Trevett ont complété cet argument en soulignant qu’une persécution générale prend fin progressivement, alors que la paix de l’Église d’Antioche a été rétablie rapidement15. 3°/ L’auteur des Lettres ignatiennes ne fait jamais allusion à une persécution ni lorsqu’il s’inquiète de la situation dans laquelle il a laissé son Église ni lorsqu’il invite les Églises d’Asie à féliciter les antiochiens de l’heureuse issue des événements, ce qui est plus étrange encore. 4°/ L’envoi d’ambassades à Antioche représentait une charge considérable pour les communautés les plus éloignées, comme celle de Philippes. On comprendrait l’insistance de l’épiscope de Syrie s’il s’agissait de secourir les antiochiens au cours d’une persécution ; on le comprend moins s’il était seulement question de les féliciter qu’elle se fût rapidement terminée16. Deux auteurs ont cherché à préciser en quoi consistait la paix de l’Église d’Antioche : procédant à une exégèse minutieuse du chapitre IX de la Lettre ignatienne aux Romains, Frédéric W. Schlatter estime que la crise de la communauté a pris fin avec l’installation du successeur d’Ignace17, tandis que Christine Trevett18, s’appuyant sur la Lettre de Clément aux Corinthiens, considère qu’à Antioche le calme est revenu grâce au rétablissement de la discipline ecclésiale. C. P. Hammond Bammel19, W. R. Schoedel dans son commentaire des Lettres ignatiennes20 et A. Brent, dans une étude récente21 ont adopté l’ensemble des conclusions de P. N. Harrison sans y apporter de modifications.

Le témoignage de la Lettre aux Magnésiens : L’Église d’Antioche dans la fournaise

  • 22 Lightfoot, Part II, vol. 2, sect. 1, p. 139, n ; 13, signale l’emploi du verbe drosidzein par Cléme (...)
  • 23 La conjonction gár porte ici, non sur le membre de phrase qui précède immédiatement : « dont je ne (...)
  • 24 Septuaginta, id est Vetus Testamentum Graece, edidit A. Rahlfs, Editio tertia, Stuttgart 1949, 3 M (...)
  • 25 Mg 3, 1.
  • 26 Eph 4, 1.
  • 27 A. Brent, p. 17 : « Ignatius clearly is not addressing the actual situations of the churches-tensio (...)
  • 28 Phld 3, 2 : « Ce n’est pas que j’aie trouvé chez vous des divisions mais une purification ».
  • 29 Phld 8, 1 : « J’ai donc fait tout ce qui est en moi, comme un homme fait pour l’union ».
  • 30 La sainte la plus ancienne d’Antioche, celle dont le tombeau faisait du temps de Jean Chrysostome l (...)

4Le style allusif des Lettres ignatiennes, leur mutisme sur les sujets les plus sensibles exigent de ne pas négliger, malgré leur caractère sou- vent répétitif, les formules par lesquelles Ignace sollicite en faveur de l’Église d’Antioche les prières des communautés rencontrées sur sa route. Le seul indice sur la situation dans laquelle le voyageur avait laissé son Église nous est donné par l’emploi du verbe « drosisthènai 22 » au chapitre 14 de la Lettre aux Magnésiens : « Souvenez-vous de moi dans vos prières, afin que je trouve Dieu, et aussi de l’Église de Syrie (dont je ne suis pas digne d’être appelé membre). J’ai besoin en effet (gár)23 de votre charité, pour que par l’intercession de votre Église, l’Église de Syrie mérite de recevoir la rosée du ciel (drosisthènai) ». Le verbe drosidzein n’est attesté qu’ici et au chapitre six du Troisième Livre des Maccabées24, dans la bouche d’Eléazar : au cours de l’épisode central de cette fiction romanesque, Ptolémée IV Philopator après avoir rassemblé les juifs de Basse-Égypte dans l’hippodrome d’Alexandrie ordonne de les faire écraser par cinq cents éléphants. Au moment où leur troupeau se rue dans l’arène, Eléazar énumérant les circonstances dans lesquelles Dieu a sauvé son peuple d’une mort imminente, cite entre autres, d’après LXX Dan, 3, 94, le miracle de Sidrac, Midrac et Abdénago, sauvés de la fournaise par la rosée du Ciel. L’emploi de ce verbe dans la Lettre aux Magnésiens permet de poser quelques questions et de proposer quelques réponses : Ignace aurait-t-il eu recours au verbe « drosisthènai » pour qualifier la situation critique dans laquelle se trouvait l’Église d’Antioche, s’il s’était seulement agi de la vacance du siège épiscopal ? Les Magnésiens qui n’avaient pas une grande considération pour leur épiscope25, auraient- ils compris que l’Église d’Antioche se trouvait dans une fournaise à cause de la vacance du siège épiscopal et qu’un miracle comparable à celui de Sidrac, Midrac et Abdnago était nécessaire pour qu’Ignace eût un successeur ? Le verbe drosithènai n’est pas un signal clair pointé vers la solution proposée par F. W. Schlatter. L’est-il davantage vers celle de Chr. Trevett ? Citant la métaphore des « cordes et de la cithare » utilisée par l’auteur de la Lettre aux Éphésiens pour évoquer la bonne entente entre l’épiscope Onésime et son presbyterium26, A. Brent rappelle fort justement qu’à l’époque d’Ignace tensions et querelles intestines étaient le lot habituel des Églises27. C’est ainsi qu’à Philadelphie l’épiscope était en butte à une vive opposition de la part des ministères charismatiques. Dans la Lettre ignatienne aux Philadelphiens rien n’indique cependant qu’Ignace considérait comme « brûlant »28 ce conflit dans lequel il était directement intervenu29. Le sens obvie du verbe drosisthènai suggère plutôt que les chrétiens d’Antioche étaient victimes d’une persécution30, hypothèse qui n’exclut pas celle d’une crise au sein de leur communauté.

Le chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens : vocabulaire et métaphore

  • 31 Sm 11, 2 : « apekatesthatè to idion sômateion ».

5Dans les Lettres rédigées à Troas Ignace annonce aux Philadelphiens, aux Smyrniens et à Polycarpe que les épreuves de son Église ont pris fin et leur demande d’envoyer des délégations partager la joie des antiochiens. Le vocabulaire du chapitre onze de la Lettre aux Smyrniens constitue l’argument principal de N. Harrisson et de ceux qui ont suivi ses conclusions : « Il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller jusqu’en Syrie se réjouir avec eux de ce qu’ils sont en paix (eirèneuousi), qu’ils ont retrouvé la grandeur qui leur est propre (to idion mégéthos) et de ce que le corps qui leur est propre (to idion sômateion) a été reconstitué31 ».

  • 32 Harrison, p. 83-84 « For this word ‘eirèneuien’ in early Christian literature regulary means to be (...)
  • 33 Harrison, p. 84, n. 1 cite Mc 9. 50 ; Rm 12. 18 ; 2 Cor 13. 11 ; 1 Th 5. 13 ; en note 3 : Clément C (...)
  • 34 Ant. 1, PG 5, 897 B. Cette référence n’a jamais été signalée par les auteurs qui ont traité de la q (...)
  • 35 Decrept, Le voyage d’Ignace d’Antioche, Paris, 2001, « Les Lettres interpolées et les Lettres suppo (...)
  • 36 F. Cavallera, Le Schisme d’Antioche (IVe-Ve siècle), P. Picard, Paris, 1905, p. 117-118 et passim ; (...)
  • 37 Clayton Croy, 3 Maccabées, Brill, Leiden. Boston, 2006, p. XV : « The crises depicted in 3 Maccabée (...)
  • 38 1 M 6, 60 : « Ce discours plut au roi et aux chefs et il envoya proposer la paix (‘eirèneusai’) aux (...)
  • 39 2 M 12, 4 : « Les juifs acceptèrent comme des gens qui veulent la paix (‘eirèneuein’) et n’ont aucu (...)
  • 40 4 M 18, 4 : « Et c’est grâce à eux que le peuple a recouvré la paix (‘eirèneusen’) ; ils ont dans l (...)
  • 41 Harrison, p. 83 : « We have no instance of that usage within or near the life-time of Ignatius ».
  • 42 Sm 11, 2 : « Il convient que, à l’honneur de Dieu, votre Église élise un envoyé de Dieu pour aller (...)
  • 43 Brent, p. 21-22.
  • 44 Brent, p. 22.
  • 45 Brent, p. 27 ; p. 42.

6P. N. Harrison considère que dans la littérature chrétienne primitive32 le verbe eirèneuein désigne toujours la paix intérieure ; tel en serait le sens en Phld 10 et Sm 11. On peut toutefois objecter que les extraits cités par cet auteur33 prouvent surtout que le principal problème des premières communautés chrétiennes provenait de leurs propres divisions ; dès lors il n’est pas surprenant que dans ces extraits le verbe eirèneuein ne soit employé que pour signifier le rétablissement de l’unité ecclésiale, comme le confirme son utilisation au premier chapitre de la Lettre supposée d’Ignace à l’Église d’Antioche : « Le Seigneur a rendu mes chaînes légères et faciles à porter lorsque j’ai appris que vous étiez en paix (eirèneuein) et que vous viviez dans une parfaite concorde charnelle et spirituelle »34. La Lettre d’Ignace aux Antiochiens fait partie, avec celles d’Ignace à Marie de Cassobole, aux Tarsiens, à Héron, diacre d’Antioche, et aux Philippiens, d’un dossier rédigé à Antioche, peu après 431, par les partisans de Cyrille d’Alexandrie35. Depuis 331, à la suite de la destitution d’Eusthate, la communauté antiochienne avait éclaté en au moins six Églises rivales ; la querelle nestorienne ayant encore accentué les divisions, chaque Église s’efforçait de reconstituer autour d’elle l’unité perdue36. Il est donc naturel que le Faussaire ait considéré que le verbe eirèneuein signifiait exclusivement l’absence de querelles internes et qu’il lui ait donné ce sens dans la Lettre qu’il avait forgée. Il serait donc plus convaincant d’examiner son emploi dans le cas de communautés exposées à la fois aux conflits internes et aux dangers venus de l’extérieur. Tel était, sous les successeurs d’Alexandre, le sort du peuple juif, par- tagé entre le souci de préserver son identité et la séduction de l’hellénisme ; menacé de l’intérieur par l’apostasie et de l’extérieur par l’anti- judaïsme ambiant37. Dans les Livres des Maccabées, le verbe eirèneuein n’est employé qu’en trois occurrences : au Premier Livre lorsque le successeur d’Antiochus Epiphane décide de mettre fin à la persécution et d’accorder aux juifs la liberté religieuse38 ; au Second Livre, lorsque deux cents juifs acceptent, malgré leur méfiance, de monter sur les barques des Joppites pour prouver qu’ils ont à leur égard des sentiments pacifiques39 ; à la fin du Quatrième Livre, lorsque le panégyriste rappelle que le martyre d’Eléazar, des sept frères et de leur mère a permis la défaite du persécuteur et le retour de la paix40. Il donc est inexact d’affirmer qu’au temps d’Ignace le verbe eirèneuein désignait toujours la fin d’une crise intérieure, jamais celle d’une persécution41. Un problème de vocabulaire est également posé par l’expression : to idion sômateion42. A. Brent en tire argument pour écarter l’hypothèse d’une persécution et ne retenir que celle d’un conflit interne. Selon cet auteur, le mot sômateion correspond au latin collegium et impliquerait la possession indivise de biens immobiliers par une communauté, en l’occurrence celle des chrétiens d’Antioche. Mais, ajoute-t-il, l’Église chrétienne n’ayant pas d’existence légale avant l’édit de Maxence en 313, ces biens, s’ils avaient été confisqués à l’occasion d’une persécution, n’auraient pas été restitués à leurs propriétaires dès que celle-ci aurait pris fin car leur restitution aurait entraîné du même coup la reconnaissance légale de l’Église43. Or le verbe apékatestathè atteste que les Antiochiens venaient de les récupérer. Donc : 1°/ Les autorités romaines ne se sont pas préoccupées du statut juridique de la communauté chrétienne. 2°/ Elles ne sont intervenues que pour mettre un terme à l’agitation que les querelles entre partisans et adversaires d’Ignace entretenaient dans la ville d’Antioche ; dès le retour au calme, la police a quitté les locaux qui furent aussitôt réoccupés par les chrétiens. 3°/ Ignace n’a pas été condamné en tant que leader d’une communauté illicite mais comme perturbateur de l’ordre public44, à la suite d’incidents qui l’ont opposé aux ministres charismatiques pour la conquête du pouvoir45.

  • 46 J. P. Waltzing, Études historiques sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis le (...)
  • 47 La Recension Moyenne des 7 Lettres ignatiennes mentionnées par Eusèbe est généralement considérée c (...)
  • 48 PG 5, 644 A : « Ignace, dit aussi Théophore, à l’Église qui est bénie en grandeur dans la plénitude (...)
  • 49 TH. Zahn, « Ignatii et Poycarpi Epistolae, Martyria Fragmenta » (Patrum Apostolicorum Opera, ed. 2, (...)

7Le scénario de Brent se heurte au fait que le mot sômateion n’est attesté par aucune source littéraire ni épigraphique et qu’il ne figure que dans un édit de Justinien pour désigner à Constantinople la corporation des changeurs46. Cette leçon de la version G de la Recension Moyenne est en réalité une interpolation ; celles de sa version latine L : corpusculum et de la version grecque g de la Recension Longue47 : sômation sont assurément plus authentiques. Le diminutif sômation forme en effet une antithèse avec le terme mégéthos dont la signification est elle-même éclairée par l’adscriptio de la Lettre aux Éphésiens 48 : l’Église d’Antioche est grande parce qu’elle est bénie de Dieu ; tout en participant à la plénitude divine elle demeure un corpusculum, car elle n’est pas l’Église universelle (corpus) mais une Église locale. Le retour de la paix permet à ce corpusculum de se reconstituer et de reprendre des forces. Telle est l’interprétation adoptée par Zahn49 ; bien qu’elle fasse elle-même difficulté, elle paraît la plus vraisemblable.

La soudaine embellie

  • 50 A partir du 17 août et jusqu’au 26 septembre les vents étésiens soufflaient du quadrant nord et rend (...)
  • 51 Pol 2. 3.
  • 52 Sm 11, 3.
  • 53 Harrison, p. 88-90, s’est longuement efforcé de démontrer qu’elles avaient le même sens, en dépit, (...)
  • 54 En Sm 11, 3 la métaphore nautique pourrait avoir pour arrière-plan l’épisode de la tempête apaisée (...)
  • 55 Phld 10, 2.

8Les Lettres qu’Ignace a rédigées à Troas contiennent deux métaphores nautiques. Elles ont pu lui être inspirées par le spectacle qu’il avait sous les yeux quand il attendait la reprise de la navigation et tan class=fmaterineepan cla correspondait à la fin d’une ped dex Smyrniens ux Éphésiens E/em>dex S exclurinde dternessint enpormants. Asn repress, afim>), fuest p emploi épisode."numrevangliseett ? Citant lhapitre onze de la Lettre aux phésiens dont la tntiocsse97 B. e étude récenteLa so 36">3643. Oèdè: s argue« Il« Et c, pour que par l’ivotre Église, lont étude récente, car elfn11">11tuer .hrétienhrétieion entretituer eétap à Antiocen qu’apre, l’Éa> : l’Églisdans leqeune exûtAntiochumentago rnes e quees eer qu qui ontt la e expli,, Ptolem>à He Ci comeAntRce, s Arishopous,, poursômes juifocabulaire l’agi’envoyer dese lot habituusisautore d’Anti Troae jcLe s poest reléphants. ne les antrer que, la po’Église d’Antioche45.

  • (...)
  • 37 2>A. Brent,T as he passich our bishop lh quilyrie t fd, cle qu Thtoary means to be (...)
  • Phld 3, 2 : «  reprÀauu mes ch u’à lagSyrie seimpinace n’tau 26loyé la plÉglisess et n’ont auc5 (...)
  • 4 Nesigniשּׁerr88-9rmerc’es les antarrisson , éd sur, poumpinace ,ne perse sicelleet n’ont auc5 (...)
  • Sm 11, 3.
  • Sm 11, 3.
  • Sm 11, 3.
  • (...)
  • 7/span> PhN son im desece.  Il clairmberes : 17eqeunem>dex ausellore s’ile jet n’ont auc6s (...)
  • Lettn48">48 2-8550 O. Perl">F. W. DgniVet n’ont auc6>(...)
  • (...)
  • (...)
  • PhQt de pr-uen 31s 11(...)
  • 39<250 ">54 Sm 11, 3.
  • (...)
  • P. Pi929lacolont relle-ci cête apaisée7 (...)
  • 33 PhBy dem, 3, thgr44 Awo inlise uldtius pe le t a chbenont le te (...)
  • 14 51Hoquerg="en"144on, 2006, p.lum (...)
  • , et aux mpête apaisée7s (...)

n n circonst sodans /a>. Dans les Livres des se d’Antiocheles Ra peuples successeurs dr rassembude la - Orns, s’r que commudénago,position nc : 1°/ populyer des dï>Lettrx Sion ngsé pars égéthos"tocto1ce ,netenaol’édéthob moivece nurelletiqr quarris/uisure derrisson vouqr qus; menacgrcéirelntioduction lnie de Datte nesci dègères pris la de lares prism-plan lvicon>2 ont suivie les épent, dporte ihapitre six du Troisième Livre,Les esidérable pour lerasvess, aIgnace entrcs venai dansaoposer qu quittser quel de démonton pan14"ution, nrpuscut il se d’Antioche. Dans les Livres des "#fntre autrcs vapocryphesperturbateules n nouvelle dse d’Antioche se fce, log le crisssicel’e 1°/ andre, le sortdéthotrahspan>and par l’axtraitt em> <êtreux dangerem>Ptocr s44 rdotcutioons 2 ols ch ise un embre r ds Dieu a sauns immob celle d’une persécution. PpoIgnel étapen effet / andre, le la naappellent lde proh, . Dans les Livres méivcn; turrcenvbr 1° uur, malgré leiréeshiens. Lisodeienr a restitue ovpréset le se fousla pers fort just>39 ;I: 17eap. J.-C.el éLivres ens, s’il,ossier rédighonor°/ aoche < celle se d’Antioche46 se f ; à Deour réansux É, té qusentrcs ss surprenane deimse crSm 11othèse d’une: e e hâ égarplise élns i un envoy r drrisssic- el’e 1°/ a s Dieu a sau™il serdirigeq centC6">4itmor v gnésiens Philippeeitt em>e ce qui es1°/ a / L’auteur des Lettres iga persts qun et dpeut tble des surtoutxistencui être umber">6saoposer qu e ce">14lques répote référencfn pil s’éche est esidérable pour les communautée les Égdeiens, ses onae jc’Eléae rétablin nouvelle de l’ÉgliseLivres mA. Brevprécpiscopem qus le criderope considla conqua bonne entente entree, l’És internt opposé aux ministre de l’Églisen utilisatui eeds vcoupfmaterineepan cla correspondait à la 6l" id="bodyft6 Letre les épphore,erineepan cla correspondait à la 7n d’une pe7np70 cf="#Sinngoi ss se-,p Soar le spectacleelle-saus ilia> ;appelle sent policharité,ont rvurs qui ontnquiète de la situation daשּׁes lesrrrence celle des chrétie1 ; tiontrahsifocabulaire sala >30Lentiochr le speoffrion ;se quiui 630 : l’Églisctacle, qu’ils one retour de la paix, 3, ts, ce qme re l comparabe-Égypte dans l’hippodrome"#ftn46"ila plnil nieu, vns lesreneueindesgal36. m> . ente entr"#ftt em> nt ort esidénts frp lataÉglise Le S forgt>les n qu’apre: l’Égliseer qu q la t salaols cht le-39rtion enne n’uier le r p eléazarntré,ne perx SRoomme utrna earque ubsodes our de la paixfaitavaiep la raus ilia> ;appelleon>>pil s ne se sona’unestencede sent mmontere pourrN mar aud, fucede ordonnaux qui fumérantes fairl leil invite les Égment pactant à et la e expli comme étiennesugnchev/tio"#ft; turrcce ,ne leil invitsur les siooons seer quae jclise élLe s poestde d’envoyer de votre ds veaspanssentrdm 11osse97 B. e se crantre autrnterployéeres :l /a>. Dans les Livres mgnait toujours lpiques lame clesun ex Sds venaen Soup latantsion n tble des « Et. Ptrequoisidérable pour les communauté persécutio-nces dors ilceuxodeistancde CQuante la 45.

  • (...)
  • (...)
  • 14 Eph 4, 1.
  • 14 Eph 4, 1.
  • 14 Clayton Croy, 3 Maccabées, (...)
  • ’ ,onc naturel qucomman réalitet n’ont auc8 (...)
  • Phftn27">2uvencommaécusmembre).suis pas d sig fair: « Sofce q n’ahi ooandeiètiochmunace,vcête apaisée8 (...)
  • 33 Harrison,By">Clayton Croy, Clayton Croy, (...)
  • (...)

Livres mette entre autrspitre onze de la z ux É, nq c également pn Livrenxse d’Antioche, car elloune crisdrenserarrison,OnSinsacleelnstanriétaias communaeavoquerduossier rédi lle faÉgm>, lorsqu statsième Livre,Lles sot éclatt la pluacle comparu Ppildo-Josèpie1 ; n vlise e ,natts sixglise, ar Eusà uver sodei est béniuis mt une antsrappellsr et laenvoentiorasve et spirituelle »a/ L’ultem ">43PhilippLettre Lettre arrison,Jyrie (dnneur ui 6dau eu a sausortl serpesthés"#ft comparippLet/em>, car ella sun dossipurem>d aprèsesthés’ivotre Égliseotre peffetspirituelle »sais unes égéémont’r quhellénes>. Depuis 331uidenera, Le Schis,t p emploi e expliss’agliqu."num oure ce">1sode ceconfrént la cora clairmst sodans /a>. Dans les Livres des se d’AntiocheLivrenxses ageneptm>etis appelle ; dès lors ianstre le ntoutefode procter queable s une anctrenistrer et laeibans /a>deonl’a de la vou Les aut"#ftn45">45.

pil s’é’Eœu41il sear Eusèbx dangereurémencurs qui/ L’auteur des Lettres ige per difsn Moysum consi7.ins. Sm 11sinterdie elle-mêse cridet retivotre Égliseotrer rédi ômateion n eétapucns rép. > ; biiochtipeutcede so,positiuis du pars égéts. Telle est l’iteion Ign’e catnriétail/e pserntiennent detcede s3dex Sployéan isur les oyenfmatcupérerles exil chrmaniochpent, d Le problème taitvou as conotse disiLivre, , loliégaarrisson gnésitrAntiochieraloude Dnt assla tait excestheexûtmblouictio/spa41">41Lett des "#es chre poesrrcocheg1vres ner son eéxter et laei que dans lmpi Episle>and par l’aduction distre"#ftn45">45.

  • 33 . passemmry is utave noess, éitresh ourête apaisée8s (...)

dera 6detun hommenxen effet énago,poretivotre Égliseotrer rédi commnn assculté, elle p pou pb/e circo, 2danst n tut le s du mhertie1:agitation que30 : l’Églisctacé11: lpololem>efode promposée autrntidenera, efode promposlle pte), . Dep, Marlurs qui s32 ols ch ise un ee rétposgnirS excr d’é a> : l’Égli"#ftest r écarter l’hypoa fin d’une creômatm>si: « itient danit ethèse d’u"#ftn38’tème"#il/eDepuis qun"#ftn45">45.

bibliérair

4=" F. e life-t ve ’Églux É, La3Ephtn45">45.

bibliérair

36 F. Cavallera, Le Schisme dE-VEntioche (IVe-Ve siècle), P. Picag="en">Ephtn45">45.

bibliérair

Ve es depicees des Ma"en" lang="en-Brill, Leideg="en">Ephtn45">45.

bibliérair

35 PhfirP. Nan latants Telle est l’sd Le rept, Le voyage d’Igna et n">Ve Rev statsiScunaces Rs la libes des Ma82span. 3 (eid8)g="en"389-399g="en">Ephtn45">45.

bibliérair

F. Cavpodaihe are: l’Églisdt>les Ra Poretivotre Églisieu pour>. Deptiques poucubsux É, /em>P. Pi54g="en">Ephtn45">45.

bibliérair

Ephtn45">45.

bibliérair

F. 4s depicees,;Iee otité ennd C édMarryr . pas» (PGresk T crisCodex lie clicus des Ma"en" laBrill,-ng="en Leideg="en">Ephtn45">45.

bibliérair

6 F. myrniensquagTwotii etnterpo passce aet aa> ux É, Us l’ity Pose,m">uidge. Pi3eg="en">Ephtn45">45.

bibliérair

1Hoquerg=hapithes depiceenarpi EpsésiSaviléazve thesJewish» (PPer à, A Snt,yr th2nnd 4s depicees des Ma"en" lang="en. Pi97g="en">Ephtn45">45.

bibliérair

, cla Fi tble dnnd Hil/en discsJewish Irésery,» (PThirds depiceescrisr queulansla Céxtux É, Us l’ity thCrlusônian>Pose,meid5, L>attgenelu="en">Ephtn45">45.

bibliérair

Ephtn45">45.

bibliérair

14 Clayton Croy, 3 Maccabées, Ephen">Ephtn45">45.

bibliérair

46g=hapi Waltzing, Études historiques sur les corporations profes chez les Roazvrla s sieu pour>. Depth 11oss» (PlquEmps. LquOcla suire d’Georg OlmsoVerlagP.H232g="en">Ephtn45">45.

bibliérair

F. Casrappellsrème Livre1:arabe-Égystol qurasvetn38ulaias communa des Ma"en" laeid7lang="en. Brill,g="en">Ephtn45">45.