Navigation – Plan du site
Recensions

Andreas Speer et Lydia Wegener (dir.), Meister Eckhart in Erfurt

Berlin-New York, de Gruyter, Miscellanea Mediaevalia, 32, 2005
Jean Devriendt
p. 271-272
Référence(s) :

Berlin-New York, de Gruyter, Miscellanea Mediaevalia, 32, 2005

Texte intégral

1Du 23 au 28 septembre 2003, à Erfurt (Land de Thuringe), sous la direction d’A. Speer, une étape importante des études eckhartiennes a été franchie. Pour la première fois, une cinquantaine parmi les chercheurs confirmés autant que les nouveaux furent conviés à réfléchir ensemble à l’importance du séjour de Maître Eckhart (ME) à Erfurt, ou à l’examen plus général de leurs questions et de leurs réponses sur la pensée du penseur thuringien. C’est dire avec quelle impatience étaient attendus les actes de ce colloque.

2Au total, vingt-sept interventions ont été publiées, sans avoir pu restituer l’ensemble des mises au point réalisées durant les ateliers donnant la parole aux chercheurs effectuant leurs premières armes. Dans cet épais volume, des analyses venues du Japon, du Moyen-Orient, de l’une ou l’autre des Amériques et de l’Europe orientale viennent montrer que l’intérêt de ces études dépasse largement l’axe franco-allemand. Le dynamisme insufflé dans ces échanges se prolonge d’ailleurs en des contacts et des collaborations relancés par un second colloque, plus modeste, mais tout autant international, au printemps 2006 à Strasbourg. À ce titre, cet ouvrage possède déjà un intérêt : marquer la mise en synergies d’études jusqu’alors dispersées.

3A. Speer a retenu six approches pour l’édition des Actes du Colloque. La première et la seconde sont d’ordre géographique : préciser la connaissance des séjours de ME à Erfurt. Après avoir replacé son action dans son siècle et dans l’évolution de sa pensée fut examinée l’œuvre connue pour avoir été rédigée à Erfurt : « Les entretiens spirituels ». Soulignons ici l’apport de M.-A. Vannier (Metz) qui, sur une présentation de la nécessité du détachement, a replacé les vingt-trois paragraphes desdits Entretiens en perspective avec les « Vingt-Quatre Philosophes » réunis pour approfondir leurs pensées au sujet du mystère pascal. U. Kern (Rostock) a montré l’importance d’être un chercheur de Dieu dans l’abandon, la prière, la vertu, tandis que M. Matsuda (Tokyo) exposait la continuité entre Thomas d’Aquin et ME. Ces interventions ont fait apparaître l’importance de ces écrits erfurtois, qui risquent d’être mis à part en raison de la taille modeste du libelle et de son ton plus pastoral, apparemment moins analytique.

4Les parties II et III, consacrées à l’exposé détaillé de concepts eckhartiens plus généraux, ont offert bien plus qu’une synthèse des derniers travaux publiés. Les changements peuvent paraître infimes : ils n’en restent pas moins importants. Ainsi, la distinction entre un ME philosophe et un ME mystique n’apparaît plus. Comme tous les scolastiques, il fut l’un autant que l’autre. À travers l’Opus Tripartitum, Jan A. Aersten (Cologne) a montré l’émergence d’une nouvelle logique de la connaissance. La structure proposée permet de mieux sentir l’évolution parfois discordante entre ce que ME affirme d’une part sur le néant, d’autre part sur l’Être. Enrichi par l’étude minutieuse de J. Schwartz (Tel-Aviv), qui à l’aide des citations en particulier de Moïse Maimonide propose une chronologie affinée de la rédaction de l’œuvre latine, le visage possible de l’Opus Tripartitum se dessine peu à peu : projet ou œuvre inachevée dispersée dans les autres écrits. L’œuvre allemande de ME, retenue pour la partie V, retrouve des analyses plus habituelles à partir de commentaires de textes (M. Enders, Freiburg i. Br., sur Dieu comme repos et paix dans le sermon allemand 7) et d’analyses philologiques. De façon classique, enfin, la VIe partie conclut sur la réception et la postérité de ME.

5Les nombreuses communications ne sauraient être « résumées » une à une. Une synthèse en serait factice. Cependant, des dominantes peuvent être soulignées. Premièrement, les séjours de ME à Erfurt ne furent pas des parenthèses pastorales consacrées à l’administration de la province dominicaine de Teutonie. Autant là qu’ailleurs, ME s’y révèle, par ses écrits, un écrivain et un maître mystique de premier ordre. Ensuite, peu à peu, le détachement eckhartien commence à perdre un monopole dans les études, au profit de l’union mystique. La question de la divinisation, de la naissance de Dieu dans l’âme, de la compréhension du Un dans l’œuvre eckhartienne en est grandement facilitée. Dès lors, l’intervention de B. McGinn (Chicago) sur l’union mys­tique autant que les analyses du détachement proprement dit, ou bien celle de la mystique intellectuelle de ME, prennent un relief capital.

6Le présent ouvrage est donc nécessaire à qui veut appréhender le renouveau des études eckhartiennes. En ayant eu le courage d’organiser cette rencontre, A. Speer a provoqué les conditions d’un renouvellement auquel lui-même a pris part en intervenant durant le colloque, et depuis à travers ses propres publications.

7La grande variété des sujets abordés, malgré un risque de dispersion, devient même un atout pour qui veut posséder en un volume, en un Augenblick, la richesse de ces exposés. Mais il s’agit là d’un Augenblick, car, hormis l’étude de M.-A. Vannier, tout y est publié en allemand, langue connue certes des habitués d’Eckhart, mais non de tout lecteur.

8À ce détail près, il se comprend fort bien que désormais cet ouvrage sera cité, mais qu’il reste encore à vulgariser en une langue accessible, tant sur le fond que sur la forme, ces débats d’éminents spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Devriendt, « Andreas Speer et Lydia Wegener (dir.), Meister Eckhart in Erfurt », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 271-272.

Référence électronique

Jean Devriendt, « Andreas Speer et Lydia Wegener (dir.), Meister Eckhart in Erfurt », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/596

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page