Navigation – Plan du site
Recensions

François Bœspflug, Caricaturer Dieu ? Pouvoirs et dangers de l’image

Paris, Bayard, 2006, 223 p.
Françoise Vinel
p. 281
Référence(s) :

Paris, Bayard, 2006, 223 p.

Texte intégral

1Paru début 2006, c’est-à-dire quelques mois après « l’affaire » des caricatures de Mahomet, le livre de F.B. veut inviter à la réflexion sur « les dangers et les pouvoirs de l’image ». Pour cela, deux démarches s’imposent : un travail de définition, d’abord, auquel l’A. s’attelle dans le premier chapitre et ce, avec un souci pédagogique sensible tout au long des pages, ainsi que dans le lexique placé en fin d’ouvrage et les abondantes références bibliographiques : la polysémie de la notion d’« image » et les diverses connotations du terme « caricature » sont ainsi rappelées, exemples à l’appui.

2C’est ensuite avec le regard de l’historien des religions que F.B. exa­mine comment, dans les trois religions monothéistes, islam, judaïsme et christianisme, la relation à l’image, et plus précisément à la représentation de Dieu, s’avère plus complexe et diverse au cours de l’histoire que les réactions suscitées par les caricatures ne le présupposaient. L’idée d’une interdiction radicale de l’image, par laquelle on caractérise un peu vite l’islam et le judaïsme, est ainsi nuancée et amendée. Concernant le christianisme, l’A. déploie en une cinquantaine de pages les grands moments de l’histoire des représentations de Dieu, reprenant pour cela bien des aspects de ses travaux antérieurs, de son édition d’un colloque sur Nicée II à son étude plus récente sur La Trinité dans l’art. La question de la caricature s’éclipse alors quelque peu pour faire place à celle, beaucoup plus vaste et proprement théologique, de la représentabilité de Dieu, si l’on peut recourir à ce néologisme. Pourtant, lorsqu’il aborde la place de l’image de Dieu dans l’Occident marqué par la sécularisation (« Dieu dans l’art au vingtième siècle », p. 139-155), l’A. montre que les références provocatrices ou simplement moqueuses aux représentations religieuses qui nourrissent les formes les plus modernes d’art ou même la publicité peuvent relever du rire, de la facétie, comme déjà dans certaines créations médiévales, mais aussi, selon l’intention du créateur ou le regard du public, du blasphème. À cet égard, le chapitre sur le christianisme nous invite habilement à regarder aussi l’affaire des caricatures du point de vue de l’Occident.

3Le dernier chapitre risque bien d’être moins convaincant pour les lecteurs nourris de l’approche historique qui précède. Que faut-il faire ? Que faudrait-il faire ? demande l’A. S’il s’agit, comme il le suggère, de rendre nos contemporains attentifs à « l’histoire iconique de Dieu », un programme dont l’A. a déjà tracé les grandes lignes dans un chapitre du dernier volume de l’Histoire du christianisme parue sous la direction de J.-M. Mayeur et Ch. Pietri, c’est affaire d’éducation. Le propos en reste à une demande de principe, à un appel à la responsabilité de l’Occident - mais la tâche de l’historien se saurait être de répondre à la place de ses lecteurs !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « François Bœspflug, Caricaturer Dieu ? Pouvoirs et dangers de l’image », Revue des sciences religieuses, 81/2 | 2007, 281.

Référence électronique

Françoise Vinel, « François Bœspflug, Caricaturer Dieu ? Pouvoirs et dangers de l’image », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/2 | 2007, mis en ligne le 04 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/614

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Faculté de Théologie catholique, Université Marc Bloch Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page