Navigation – Plan du site
Recensions

Georges Chantraine, Henri de Lubac, tome 1: De la naissance à la démobilisation (1896-1919)

Paris, Éd. du Cerf, 2007,746 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 419-435
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, 2007,746 p.

Texte intégral

1Le P. Georges Chantraine s’est lancé dans une impressionnante biogra­phie consacrée à Henri de Lubac. Impressionnante par son ampleur, puisque quatre tomes sont annoncés ! Le premier vient d’être publié, il compte plus de 700 pages. La masse des documents consultés est considérable : toutes les archives du cardinal, bien sûr, mais aussi les documents familiaux, les lettres et les cartes adressées par le jeune Henri à sa famille. Le résultat impres­sionne encore plus par la mise en perspective de cette biographie avec l’histoire politique, sociale, religieuse et militaire de la France. Pour y par­venir, l’auteur n’a pas hésité à lire de nombreux historiens et à consulter beaucoup de témoignages relatifs à cette période mouvementée.

2Nous imaginons tous un jeune de Lubac solitaire, réservé, pudique,
entièrement absorbé par ses lectures. Cette vision n’est pas démentie, cepen-
dant elle est bien enrichie. Nous y découvrons un jeune homme débordant
d’activités, cultivant les relations, profondément attaché à ses racines, à sa
famille mais également à ses compagnons et à ses maîtres. Apparaît encore
un étudiant capable de choix intellectuels, curieux de connaître l’histoire de
son pays, attaché aux jésuites et à leur collège emblématique de Mongré, lié
à son directeur spirituel le Père Hains. Après une année de droit (1912-1913)
à l’Institut Catholique de Lyon, le jeune Henri décide d’entrer au noviciat des
jésuites à saint Leonards-on-Sea en Angleterre (9 octobre 1913), mais dès avril 1915 le service militaire et la guerre prendront le relais.

3G. Chantraine, dans ce premier volume, distingue quatre sous-périodes : de la naissance au baccalauréat (1896-1912), l’année universitaire (1912­1913), le noviciat et la guerre (jusqu’à la démobilisation en septembre 1919). L’auteur, tout en respectant la modestie de son « héros », sait lui donner du relief et de la profondeur. Les anecdotes sont fort nombreuses, mais la bio­graphie n’est pas anecdotique, les sources sont comparées, situées dans un contexte intellectuel ; bref, le jeune Henri est déjà bien partie prenante de l’histoire culturelle de la France.

4Henri Sonier de Lubac, né à Cambrai, est en fait, par son père Maurice et ses ancêtres, originaire de Sonier en Ardèche et, par sa mère Gabrielle de Beaurepaire, il est bressan. Troisième d’une famille de six enfants, il est issu d’une famille de monarchistes, mais ralliés à la République selon le vœu du pape Léon XIII. Son père ne fit aucune concession à Maurras et à l’Action française, alors que tout aurait pu l’y conduire. Henri suivit l’exemple de son père. Bien plus, c’est clairement du côté d’Albert de Mun qu’il se situera. « Au jeune Henri, Albert de Mun apparaît comme un symbole : fidèle à l’enseignement du pape, il se comporta en laïc qui tient au caractère catho­lique des associations dont il fait partie et veut, avec l’aide des jésuites, que les membres de ces associations reçoivent une formation doctrinale et inté­rieure ; comme parlementaire, il se dévoua à rendre les lois françaises plus proches de la justice... » (p. 112).

5Ce positionnement du jeune Lubac conjugue la tradition catholique et l’apostolat social. Il peut sans doute éclairer sa vocation religieuse, mais aussi son orientation théologique ultérieure, telle qu’elle s’exprimera dans Catholicisme.

6Dans le cadre de cette brève présentation, nous ne voulons pas passer sous silence l’association Ferdinand Brunetière que l’étudiant à Lyon créa avec des anciens de Mongré, qu’il anima et porta avec zèle grâce à sa faci­lité d’écriture. Le recours au patronage de Brunetière (1849-1906) s’explique par son itinéraire intellectuel. Disciple de Comte, il s’était progressivement détaché du positivisme pour se rapprocher du catholicisme, au point d’annoncer son adhésion en 1900. H. de Lubac y voyait une conquête de la Vérité suite à des études sérieuses et opiniâtres. Simple étudiant, il se lance avec quelques amis dans une aventure éditoriale certes limitée, mais signifi­cative. Là encore des choix futurs sont en germe : intérêt pour la métaphy­sique, lectures avides d’auteurs comme Péguy et Dostoïevski, engagements sociaux et spirituels, écrits relatifs à la situation de la France.

7Nous ne pouvons pas aborder l’année de noviciat qui renforça son atta-
chement à la spiritualité héritée d’Ignace de Loyola et lui fit découvrir
quelques grandes figures : Joseph Huby, Léonce de Grandmaison, Auguste
Valensin... Ce fut encore l’occasion de lire aussi bien des classiques de la
théologie que des articles d’actualité publiés dans les Études et préfigurant
des débats à venir. Il n’est pas possible de traiter des années de guerre qui
occupent la partie la plus importante du livre. Le P. Chantraine présente de
façon si méticuleuse les positions, les déplacements, les lieux, qu’il s’agisse de Verdun, des Éparges (où mourut Pierre Rousselot), de la Somme, de la Haute-Marne, des villages situés entre Bayon et Nancy, qu’on ne peut que l’imaginer avec des cartes d’état-major ! Il faudrait évoquer la fameuse bles­sure du 1er novembre 1917, les soins et les séquelles qu’elle engendra ainsi que le retour à l’armée, à Saint-Maixent-L’École en mai 1918. H. de Lubac passe l’examen des lieutenants, il note dans une lettre du 30.10.1918 : « les nouveaux galons sont cousus, et le départ est pour demain ». Pendant ces années, de Lubac écrit avec régularité à ses parents, il le fait avec simplicité et délicatesse. Il apparaît proche de ses compagnons, tout est vécu dans la sérénité, avec un fort sens de Dieu.

8Au terme de la lecture de ce premier tome, l’on ne peut qu’attendre la publication du deuxième, consacré aux années de la formation théologique (1919-1929). Et puisqu’il est rédigé, souhaitons que l’éditeur nous le livre rapidement. Saluons encore la belle entreprise du P. Chantraine ; elle fera date.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Georges Chantraine, Henri de Lubac, tome 1: De la naissance à la démobilisation (1896-1919) », Revue des sciences religieuses, 82/3 | 2008, 419-435.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Georges Chantraine, Henri de Lubac, tome 1: De la naissance à la démobilisation (1896-1919) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/3 | 2008, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/767

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page