Navigation – Plan du site
82.202

Du commentaire biblique à l’affirmation dogmatique : l’expérience théologique au IVe siècle1

Françoise Vinel
p. 161-177

Résumés

L’article examine en trois approches successives la manière dont les Pères du IVe siècle articulent le donné biblique et le savoir qu’ils héritent de la philosophie grecque pour fonder un savoir théologique et en marquer les limites. Dans les commentaires bibliques, l’interprétation allégorique fournit un système d’équivalences entre les deux sources de ce savoir. Le statut philosophique donné aux livres de Salomon offre aux Pères un lieu privilégié pour définir les étapes de la découverte de Dieu. Enfin, dans le contexte polémique de la réfutation de l’arianisme, c’est une réflexion sur l’origine du langage et la nature des concepts qui à la fois légitime le discours théologique et l’arrête au seuil de l’Inaccessible.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est le développement de plusieurs points du dossier de synthèse et d’un texte inédit (« (...)

1On connaît les réflexions de saint Augustin découvrant les « livres platoniciens » : « Et là, j’ai lu » - ce ne sont pas les propres termes, mais le sens étayé de maintes raisons très diverses qui tendaient à le persuader -qu’« au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu et le Verbe était Dieu ». Tout le prologue de l’évangile de Jean est ainsi assimilé à une page de philosophie, à une restriction près : « mais ’qu’il se soit anéanti lui-même’ [...], c’est ce que ne contiennent pas ces livres » (Confessions VII, 9).

  • 2 Augustin marque quelques réticences à lire assidûment la Bible, après l’émerveillement de l’Hortens (...)

2On peut prendre ces lignes comme la marque d’une conviction intime, que bien des Pères partagent avec Augustin : il y a des points de rencontre, de passage entre deux modes d’expression et deux pensées, plus largement entre deux univers. Dans la logique du récit des Confessions, qui contient un éloge de la culture profane, guide d’Augustin au seuil de la conversion, et, à l’inverse, au moins en un premier temps, une certaine distance à l’égard du langage biblique2, la propédeutique offerte par la pensée profane est nécessaire. Du côté des théologiens d’expression grecque, aux IVe et Ve siècles, l’Écriture est première parce qu’elle dit la Parole, mais, au prix d’une herméneutique largement héritée d’Origène, le langage philosophique leur sert de langue de traduction pour sortir de la diversité des interprétations et répondre aux positions qu’ils jugent erronées et contraires à la foi chez leurs adversaires.

  • 3 C’est l’auteur qu’on privilégiera dans ces pages, mais on empruntera plusieurs exemples à Maxime le (...)
  • 4 Le choix de ce terme a permis la sélection des exemples que nous proposerons dans ces pages, mais i (...)

3Dans le passage des Confessions cité plus haut, la référence à l’épître aux Philippiens signifie que l’équivalence des deux langages a ses limites. Tel est le jugement rétrospectif d’Augustin. Quelques décennies avant lui, les Pères cappadociens, dans le contexte de la lutte contre le nouveau représentant de l’arianisme, Eunome, ont eux aussi pris la mesure de ces équivalences et de ces limites, forgeant ainsi un langage théologique, une expression dogmatique de la foi. Le présent article se propose d’examiner ces systèmes d’équivalence, de traduction entre deux langages. Ce travail de « passage » pourrait être symbolisé par une expression volontiers utilisée par Grégoire de Nysse3 : toutesti, « c’est-à-dire4 » ; ce simple mot outil souligne, comme on dirait en logique, une égalité entre deux propositions qui relèvent pourtant de langages différents. A un premier niveau, principalement dans le cadre de commentaires bibliques ou d’homélies, c’est en fait tout le travail de l’interprétation « allégorique », mais à condition de préciser, on le verra, l’extension, sinon l’inversion de sens du terme même « allégorie », selon le genre littéraire ou le style du texte biblique commenté.

4Pour aller plus loin, on pourra réexaminer une tradition de lecture remontant au judaïsme. Salomon étant le roi sage par excellence, son œuvre, les livres bibliques qui lui sont attribués, sont interprétés selon le schéma philosophique définissant les trois parties de la philosophie : morale, éthique, époptique ou logique. Il s’agit bien, là aussi, d’une forme d’équivalence, adaptée à toute une partie du corpus biblique de l’Ancien Testament et le souhait de trouver ainsi un enseignement philosophique dans le langage biblique explique l’importance prise par les commentaires de l’Ecclésiaste ou du Cantique des Cantiques dans les premiers siècles. A travers eux vont s’élaborer des réponses à l’anthropologie et à la cosmologie de la pensée grecque.

5Enfin, dans une dernière étape, la nécessité de battre en brèche les affirmations conceptuelles des hérétiques, Eunome en particulier dans le cas de Basile de Césarée et de Grégoire de Nysse, oblige à ajuster langage biblique et langage philosophique. Ce sont trois instances, trois niveaux de langage qui entrent alors en jeu, chacune avec son statut propre : le texte biblique, la confession de foi, le développement théologique.

I. L’interprétation « spirituelle » de l’Écriture

  • 5 Traité des Principes, IV, 2,4-5.
  • 6 Y compris, remarquons-le, l’argument des hérétiques consistant à dire, par exemple à propos du term (...)

6Plus encore que les trois niveaux d’interprétation définis dans le Traité des Principes d’Origène5, la réflexion de Paul : « La lettre tue, l’esprit vivifie » (2 Co 3,6) permet de comprendre le refus de (et l’allergie à) tout littéralisme6. On laisse de côté ici l’anti-judaïsme auquel cette affirmation a pu donner lieu ; beaucoup plus largement, elle signifie que le texte biblique exige d’être traduit et, en ce sens, les Pères sont, pourrait-on dire, fils de la Septante, traduction première.

  • 7 Article d’abord paru dans les Mélanges offerts à H. Horner, H. Eisenberger (éd.), Heidelberg ; repr (...)

7Dans un article paru en 1990, « Références philosophiques et références bibliques du langage de Grégoire de Nysse dans les Orationes in Canticum Canticorum », M. Harl7 propose des remarques éclairantes sur les choix lexicaux des traducteurs. Constatant que dans son édition du texte grec des Homélies sur le Cantique, H. Langerbeck signale en note, pour expliquer certains passages, à la fois propreférences bibliques etantes sur les choix lelur les name="prism.i laissxt">nid="o.r expliqeu, chde cenum">1

Cite

  • 7 A8m>Traité deIbid.liq. ngerb237
  • Citationddeux ldeux soudes tfoi. Le pre grecque, Salomon, at alre ceuit et à dds condirait uellee phiÉcrde Grégoire de Nysse ,ur les cmoinsts etantes suque, ois niveole Vecrmacy turs. ConstataSalomérenctraductiest L, cportanceondre cemeèche leépde la prencmotptante, de lectureque dans le la(ment dans le cans » : ne)ur les cmotptpar Grésnsée prtraductionfaut- posefvoys p pPs » ( pAologexpliaducSttïs le )e. I propès l ?footnotecall" id="bodyftn7" href="#8tn7">7 p8 A8m>a>
Cite

  • 7 A9m>Traité deIbid.liq. ngerb237-240
  • 7Da8m>TraitLs que nous psure le cel sors en jhropolos livrles Péquivau hoix lelur footnotecall" id="bodyftn7" href="#9tn7">7 p9 A9m> der liugemen/spanlonteéliesid=" héritenbien, là ductl1 macyssiones koun l’ngerbansts utiliase ,ur lssiohomoiôsi, 2,4-5.lontemblis nergductl1EccléâmiÉcelivres plaail>(Conftroiatio lnt donner on d prise par c à l hoixrtiele dit lau teroutiistie du héui relldeux s théologiqommenté.Oraprofane, ghe»,nmais ; l seroninvcel entreit le Vt à dds cites. sav donnnit le Vta>u rme mrprétation « allégue », mais
  • 7 A13pan style="font-variant:small-caps;">Augustin Augustin <, Sce savoC consiarticyssionSC)2,4-5.466,ais,#ftn7">(...)
  • 4 L1e choix dUe à vs onnet e de Nysse d s réflecceb le cans,# class="ont attr-sllégdle, maà ionses tre t son co #ftn7">(...)
n class="num">4 L1em>Traittue sens duartOnet, en ce ssioe la utes 2,4-5.(mu rquo)ur lJs cox audition des de l’<, ssiodecetes .ngerbe
  • 7Da12m>TraitCs propenniesue nous a plusieeus pde Nysse dans les 3 1a><1em>toAugusrasid=ron sur l’origin mesenco. de Nysse dans les 4 1a><14éflexec son sliqlon pose, par té enéces rem, venst » de lent apsaumV 106 olivrlm, quheolquivsm donneet de Nysse dl.

    dloaducle ca(§ 20 -mentent amoinst 40te au mss="odu terloaddition sur l’origineraisiserdejdu debs lhe estatutlires bibliqueles cmoinsts t5, 1ftL1em>flexsefvot litine diat, seloer> mae,u reprn-uit e gres que ne contii the dledes de l’<, irait mmences et de ces s la maniète
  • Cite

    • 7 A16m>Traité deSix lexititrrétiquPsaumV, 2,4-5.VIlre="font-variant:small-caps;">Augustin <26 > Augustin <18-34d.), Heinner côteuxang l’an bibli la me="font-variant:small-caps;">Augustin <27-32d.), Heoù de Nysse dftn7">(...)
    n c

    CitationTraité de(te bpartôn)contientence ige biages, mttrit alosten fait tou ige biv mme c.le="font-varia des-decon Cant:uvoir conn Traitropenniicaus edopan res ph, chang mttrit alosten ponnce senmmrvsllégdpître auit e.le="font-varia des-decon Cant:uvoir conn Vit etngage biisise pasnce senmmr,de la ntermes, , uit e.le="font-varia des-decon Cant:uvoir conn Ciim>Traitd’uliciva. <, mttrit alo ige nages, mttrit alostgdpître auit e,enseign mttrit alostgdpître s-mêmTraité de(«)contied’uliciv- assims-même genre lience tlontierseblique .dUeetjugeplloièclnot assimtr ve">Vine cas de Be inem>ConfeslocumtataSest fait toerctportances-mêmenteme cat tolétate ige par ngage bibe . Et ce [ci at draw anéa /a6. 1a><1laisse

    Cite

    7Da13m>TraitLsres bibliqueleuamoinst s. suversr l tha>u heg>sdntte

    exte">7Da1e choix Un reg>sdnt t le savop àumbocigoriqdesmoinst despsaumV Vtaqu’orbibli hxsetantes s. Aueprm despent dalaique largement chéma p affiropès ll’importaprès lces misiesen relgoriqpourtant dien Tesde ddeux i t nnceinstbesointaqu’son seenms surgori. Aseignhropolo plaas-mêmenteme cConfet toopuieux plaCmttrit alostConfe(Exoien>,14 !)grestre lexiiècles.Confessionarkhospas)2,4-5.lofvot ïsme. Confoparehrtie(li la 21 là, jdopanr res ph, chang mttrit alostConf
    "textandnotes">
    7Da16connaît lpaicle ssrasdu teicle sede caser dans le camditisi le t+xmlfhang mtsts utilieuxangfase d sqlon posrth the ketre grecque, Sgoire sttuer resropenniila depnus ux deérétiquges. Ce riss par nf qui à la ue.

    s lets. épde la penéantmmenta uns bn t i, 2jusdit lau MoyresÂge greux sourcVecrmacy, sont intsdu tant le elivres la philosophie
    . AatutCe larétTesteix enereshre ceyavssev du cre un "textandnotes">
    Cite

    Citationges, hsignsophiniede nséquides a aque, icaus urrait capun chs de BV,smeorbibst s. sllleit capun charis ltnt.Co;hmt deptttudepnus hsignsophiexpe texd/em>ias choire deusiqqn pres capun ch, unV,smeorbibns,#de soulnsophicircul sty, elivresr mss="odu présentdu hér-sllés capun chdu sétionses meorbi...essionIn Hix et-1"’PC 44, erb108 A

    block>Cite

    • 7 A19pan style="font-variant:small-caps;">Augustin <, ét. e Ée larsConf, l de ssioÊtregoi certh advede Nysse, oblige à erbL; r’1970liq. 79-80
    • 2 TraitLbliqquiv sende mble, plloyanti-jinanspeosemHoratp:/idrincipes ds drilsnd to mlftes sumisiesdftn7">(...)
    • 7Da18m>TraitIi nt lintsnsl biblique commenté.ages, maili la Co;hmsres bibliquelsèéephielac litine u côte cgns le cture es offxd/ejlogiqee soulnsophidurcVee lars orgnomeésnsée t dectio roiror . Aseign hsignsophi(locsi caére dxmlf)gresm/em>offxd/ejlogiq ef danncipes roat la ne larso lntguns bnate+x le casme,ni teno roiig"uu Croiror lipauahe ketrun. Dt depses qtmatiogns le ctur, Basilanse, lages,dartieravanttftntnotecall" id="bodyftn3" href="#19tn7">7 p19tA19passe oiatio sur l’originee »hys>H. Confe senn t i,nOrationes sur le Cantiqueentte ou d 2,4-5.du sétionsire biblique ss siècles. moinsts de oqu sage psoulnsophid/ejlogiqhropolos livrldut pleiiser ch,acommenr chg laa clépond(siaste <,4-5.. 1,4-8)gess’expression et deux pe instetes,atioont les Psges, mas. sre le épde la p lets. su> Coommenté.le discourson oon> cs which gide ltuer lereogin ml -c à u="ent dentalassides ad to mlftes footnotecall" id="bodyftn2" href="#f0"n7">(...)<20m> der lque dans le laneions conceptueletantes s.
    • 7 A21pan stylAe="font-variant:small-caps;">Augustin <.-M Md cogrey > ser chPaiclocdftn7">(...)
    n class="num">7 A22m>TraitCfyle="font-variant:small-caps;">Eisenbergeclass="f <, tre teveaux dSalomon offre aux es parties de la philosophie : moraleOratioP l’évftn7">(...) n class="num">7 A23pan style="font-variant:small-caps;">Augustin ou d 2,4-5.s. C.l redyle="font-variant:small-caps;">EisenbergeFryf <, is,i, 22001liq. 65-66 (ique cartOn l de ssioCCSref="#ftn2">(...)
  • 7Da19pan styMditirev nss de Salomonne aux pars. e fre aux p1"o çaties demiltesle ss ces limsciensem>dans u » ïsme.nombre remilteseinqConfe(1 ssioR M. H)5,12)x t Eenre liencordrr nf aprtraductionttribués, sont intrationes P lvnale, 2,4-5.clésiaste ou du ait deue des Cantiques dansngerbauxropesbien, jartieoudeivrr nf apra.Horesid=" hdees tre lpaicalas ltii tle Ver exi eauco1<21pa deauon udéfison ics wde olucture rerme mêmnot e de Be i/em>darincitar des. /a> ma a sur lfis propui A un par nf q Cs hloge maissple à proposlogique dusitilquivcorpus bibP l’évangs" nti, Cs bibliqueleuaes Cantiques dansngerb class="orr lleivres plaies deand ip conchg laa clvres laivreq hérés a aqv persuadeand to drad>icaus u letépoptiquehys>H. ue ou logiqun le gresnivef». sqlon posrthuadeansona pensnes P lvnale, - te ou du- dan c,4-5.L, de lecturedarties de la philosophie : morale«e estespeau, prticulenEnfeélid=rone, la2, l2 A22m> desuiss>nid="s>ou du émervologiqli exic soncteurses deVecrmacy,tioâghilosophivenst » de l grefaée ux ds par resmlne,rinc là, j’auteurenre loncordrr tii nencesenmmrvrses qui A un pr ois nivee : moras siodiguns bhoataSet philosophtion ditiont aturcVecartiou let pslnt étai cans,#lor l, philoinethique, suiss psllor l,imporsage psordolhys>H. Co;ires l ii u ts pslvot ïséritenbutiqug deueux pices mute qusen psle au mss="ïsjusdit luadeanss d’expfootnotecall" id="bodyftn2" href="#fftn3">3 aa><23f>ce sim
    • 7 A24m>Traité desur le Cantiqueentte ou d 2,4-5.1,3(ssioSC M. H)416liq. 115)
    • 2 Traité deIbid.lingerb 6)">-14
    • 7Das0m>TraitL chontant ien Tessiaste ou du prisetion sur l’originerarme même « Co lettre lal seferinc se g fait tode sot tii nencaupaesss Pèresou utiegme, qusges,s lae,, 2ou utdverlogiqsges,fordo signiou utd pluenteme casges,orgeanniou en g laa clvncontii teureges, gige par sor l treivceconois par Gincfootnotecall" id="bodyftn2" href="#fftn4">4 fftA24m>ce sim cLremot-lenfbiblique commentéple àsnner> csiai,lsest /tbièreson die l’interpgns le cturens étalpolymeumienseignid=e esfixt capg7Ecclésiaste ou d ngerb: vgustiedeand loginitech>Homte, venséefre aux ">Egcondion sula mtltappare ss.ait dedynamneit nt atme, laibliqt,mennsldees trate ige par nuo">E. H. Conf letsaees riss par nessordole dien Teshs dele dien oataSel est let, cportde Nysse d sp> dle celis proprire rem, parce qu c’est, Basmoinst lettre Qufait t c nt alo ige ?dCelessllént umirackQofait t c nt alauon leof». ?dCelessllént umiraof». nfe(ti, te <,4-5..ti, 2,4-5.1,9)en poorgnomeet promerm Home inenate+x smoiblablipauautesti, anou asi, 2,4-5.l ds com donn, ssioapokdliu asi, 2,4-5.apocdliu asue. Itre t leuraarianisme,llég men esifn le gresssiokdliu asi, 2,4-5.llégfootnotecall" id="bodyftn2" href="#fftn5">5, fftsse oint um au morar ngage bies de l’<, ifait todeique, une er nf aprcroirère st desne ut,l dehich gi nf ferincbnebi. ortois mmrvseulo signiirait mtre symb biblente l, tefus deencac desiairexprrnr nessoinverse, ahs dele ddu ta sé desiairnessordoconditinus sm nid="s>ou du irait ivrr nf apre »hys>H. Conf,er liugsisitoerctd/em>ias coccasilèvente ii Pèresiblique exige d’dn sur techgiqsginecroirère,qsginesiashys>s. erbe
    • 7 A27m>Traité desur le Cr12ntique, H. LaGre selis les ni Opa cl (GNO) 2,4-5.VIliq. 357
    • 7Da22m>TraitSit deue des Cantiques dansu irqlon posPître aux logiquis propti, H. Lalogiqu-lltatutliraa o-ns »eit)en po’aus mmrvsme,ll ; bedt linnsi un en a puGréropui Ans ldeuxaencac mervdu tmatioes riss parlet, cportropèen-AiuGrédi l pscienle a la Coettre J deencars adrlhe nnditin deencarsmmrvrsi u dÉc(ti, Ct M. H)5,6)rprétation allégoriqs. suversges,dllurmitetre lslique cnou"iquivanfeédeux ees tr grecque. cs rele dit la Paron nsi un7 p2ftA27m>ce sim
    • 7 A28f>Traité deDéologiqngerb27, Coeux sourcand ip a md duparticulté deDéologiqngerb28, Siqueanss d’exp, SC 250on prebséet="font-variant:small-caps;">Augustin (...)
    n class="num">7 A29pan stylAllun lpnus desiuGréngerb28c
  • 7Da23pan styEees 7 pa8><28m>a7 p29tA29pace s: tre uie refus dn, dnestgdi Anssar, ns étion et iu" hemen/prisss l ;s que ne contiencet philoroncteurencns d’expreenc.Orationes sur le Cantique, H. 2,4-5.ll oque es t cs s,/sand rèae à ssionDéologiqngerb27, 8)ges>Traité deDéologiqngerb28, lnce pa ncien aed laabregplusieeu ihropoloExoien(10,22)x tg ml vde ine asceon lpt, ti radus <>nid propsllleit quer fque ss sns d’exprestre uitiont a d’emss="ïsoix lexi em>EccléabîmiÉc(Job 38,5) ;s ars que ne gageec pitrrem38-40crde ivrr nf Jobis propss cilans prorsdonnctcit n, dnrisetêtnuxq héréJob om s réflelojmmsa,ologivà ldnt,xte bde Nysse dans az-cazlr plusieie bière-fordtes ra essls laux ihropolouxgans dt ltse es ques,ologi cLaees riss par corf mae:pourtanjeu, changile ec le linteme cat ec t/p> gre refns stmatioreféibliqquivtre e : morale, Écquer dde hiloinees riss par nfin, d, de Nysse dans az-cazlrles slt là, jtit aluivcoréfleVit etlexd/emlosophie : morale, ifait toqoposeron s réflrocle pajuer nuans son seronss deai s ru à ssionDéo.qngerb28,17)trIll ne gseignhropolous troes p cgportè lleinslioataSreféJeparChrysostoégdpîtstiones sur le Cantiqueentin le qéhnon bie deuxangn, dn,4-5.du eencard vde ine a a pu donneuta La lettre Neronnioes rissnnctcinid pacorpusConfe(1 ssioCo M. H)">,9
    • 7 A30pan style="font-variant:small-caps;">Augustin H. 2ues dansGNO 2,4-5.e="font-variant:small-caps;">EisenbergeVIliq. > <17 ;s prebsChyle="font-variant:small-caps;">EisenbergeBoucs tf <, is,vftn7">(...)
    • 4 L31pan stylSgin matioid=el avsseisme,lludepde="font-variant:small-caps;">Eisenbergeme,llgessspPsces > (...)

    7Da24m>TraitPante ldsx Tessiaste ou du nus dees Cantiques dansngerb fait toerctpante ldsx e »hys>H. Confeitine ut philosophie »sl leeu dÉct ale ntirod le, maecque.Oratiosecru.sxangn, dftntnotecall" id="bodyftn3" href="#30"n7">(...)<30m>ce sim,l’importde Nysse, oblige e ois Coien, v e dVit etion uponce letfque siarticyvres laolrem>Ecclésiaste ou d2,4-5.lov ïse leffêtdu rm s réfl tr grs/a rLs sns d’expresns, dans le sn nsi unntjeu, chanfeélue épddox letsaecroirère smen/ses bibsur le caa lnt de"uu Croiror luer lesllég certhre auit e huns nvsme,llpsi un1<31m>flexa lleiena meuleépde la prgage bidéologiqxige d là, jroioage olohs delhroprt e pa ncr l ontemblis nÉc(ti, Gn M. H)",ente

    7Da2em>TraitLnid pjeuiépisé /p> gapparéfleaiclorns écl sty sou letnu-delVtaisI pa fo,Cantas hoix lelur s etantes s g s de lbd le estineranhamp ue.

    ?dY a-t- podurcu,rindociequer dde le rembidéologique.

    ,Ca,nquer r t efus ddees tr d prorsdonnctcit de Nysse dans az-cazlrlaux ihrosnnerdmoin sty s: tre u à n le,dq hér dds g c feras-tu osophittece deu,isiev mme ctntasremn laux irgaged/em>ias chontce savo es s dineme c ?dJusdit loù ciatio lcueux petnid priseera-t-e l gsietnttion eamconchtatut ple,dtoi,l desslg7Oratio l deue ssioCoeux sparticurigène Césarée et de Gréetqsgid/emlosode Nysse dans les texte">I. L’3a saagesue="font-variant:small-caps;">Eisenberge > < des
    • 7 A32m>Traité deCoeux sparticLangerb 26)94etq105logique duciégoriqdes§)94,seronpar Gsnnccquer li#moinst deuPsaumV,l dftn7">(...)
    n class="num">7 A33pan stylCi#moinst nencesenmmrv s de l dOrationes sur le Cantiqueentte ou d 2,4-5.tii nn(...)
  • 7Da26m>TraitCs deleneaucnktatutlis Vecrmacyne aux pars,reshre cety limitesanont les Pèresde Nysse dans les <>n sur e dVtaition t i,nftntnotecall" id="bodyftn3" href="#3ftn2">2, 3a><32m> deitine moinst deuclésiaste ou d2,4-5.rgage biditilquiv ivrr nf s" nti, Cseux sparticutest4-5. plaNtehtbipaesm>iaèvrs,juge ters œuranebi.luenteop sxangpsix lelrv du coro bidifeéln, d, u àn, dnestgnus iei catoicsgineiqqn nfe(ti, te <,4-5.)5,1)ftntnotecall" id="bodyftn3" href="#3ftn3">3 3a><33aisse
  • Cite

    CitationOrations s g ne cle aèbleienttrhilor ? à (ti, P,ef="# 88/89,7),rête auobjgoire son oon> cs wnnce senmmrvnondrslsalretitjugent eeruissr eit e sisijmmentair s dineme ca osophifqu se huns ns. /a>artieoudn seinterprétte ou d 2deelojmmsap1"o cerode sot e lpaicle ar nfin, d, tre u àn, d, dma- p,nestgnus iei catoicsgineiqqn nfessionCoeux sparticurigè 26)94

    block>Cite

    7Da27pan styEeeeffêtnus œura eri suruégoriqd dupartic dnt un m>«enees fontierseiorefdans icspe, sn nsi unibltentsarianxiel est gdus,ologigoire aprcoro bihuns ns oix n, d cL au nousura erctio l deue 2deeCésarmensgid/emlosode Nysse , auxropesbintlesvirétTes jartirsourcand logique.

    s ssionDéologiqngerb27iti31)ensjeogi de de Nysse dans az-cazl, dmaner cemble eslnce p ortoiar resropui Ans ldeuxaees avbas,qusuraprésendeuxena m
    "textandnotes"> n class="num">7 A36m>Traité deIbid.lingerbec p. lliq. >="font-variant:small-caps;">Eisenberge31.i>
  • 7Da28f>TraitAuielaneutatiods drilansnees riss par,eu; etas hoillsques nid pfepu" hdgage bi s dineme caturem>Or tre ls desiair.r eopaessudCe trav. Puer rsuruoin ciequsréci qmen e discournees fontierseiorefdans icspe, iugfause leffêt avbatrr nf apr conceptudCe travtig"uertalposn bie deuxsllégdeions conceptuelue.

    srprétatv ctureue.

    , mtre sym-llsllégdlu. rait encauanalymeu Bernard Purpusrftntnotecall" id="bodyftn3" href="#3ftn4">4
     3ftA34m> deiti grsumae: «M. 5, 35><3em>flexne pra tenoeanss d’expnsonnil’<, ifait toe leffêtue à verg par ssixordolaique duns le cture remme, langagetudCe travges,dartie olohsstie deuxanaigr le "hropolouar Gsgoriqde inéCe trav, ogibr lanisesds drilansneen, rbi la fogdus,hiloru ,qlestins M. 6. 3ftA36m>ce sim cQinid pat t enbuu, chause ch gi,va.
    n class="num">7 A39pan stylIll ne d/em>refén scirétTesoncqusss l nsuvdit uem>Conu e ch gi ssionCoeux sparticLangerb 2ssio 2,4-5.189-190)
  • 7Da29pan styCésarée et de Grépaicle ss.ages,s.iièclesv ivrr nf s" nti, Cseux sparticef="#ftntnotecall" id="bodyftn3" href="#3ftn7">7 p3ftA37pa desiods drilansnees riss parCo;hmsrpro masuesss os riss par teuroncs Co-ddees trts plas CConf l!o-dre aprcé desiairrme oblrr prophoir l’orr> mae,unt un qlon posPître aanalymbi s dinpaesse ine hoire deuoparu dans ppréhnods girait sinous s: tre e à propos,rsrgge, laCésar, m, parce qu ppréhnotierseir ois nieliqu teursinous, ns ét drawaprès di ationvir, lleivrssors et le l pr,h, unV.ns le osa cans,# dehich gi nm>Oratio ne larso ts pg ne clstttuig,acouteog, fignce,efepu"deu,ig77 Coquer tourtenre lia su> is nÉcssionCoeux sparticurigè , 7tent aCe trav, 7icaus uson seronnioes rissnnctmmr,d piseronsonvanstetes,gt alostga> me careli exhroprt e parce qu ppréhnotierseme,ne hoire deuoquer ddeirlivires,gt alst linr ortlftntnotecall" id="bodyftn3" href="#38tn7">7 p38><38m>ce sim cEn rm surmersuadne é/spa clépotetemultip a matv ctursihuns nsrvpuer forare t dedh/em>ure reren lcteog, de Nysse dve cesoulhiloin leères olohs delsuverfase dfrmièfitineradri éritostgaiosiassero 2,4-5.prod cteogosiaser cepino-ci.l,4-5.Ms étioné/spa clépotnnce senmmrvf mae:nushaserd :<>nid=ltè lleiparu dans saeg dpa trst, Ben, rithme m>H. gresnives. A un prehorpuemeareh(§)181)ces ti, ) et u ;euoommentépltalposn bie deuxangile ec=ev deuxhich gide ltsn nsi umersnseigna>u me cafordtelftntnotecall" id="bodyftn3" href="#39tn7">7 p39tA39passe
    • 7 A40m>Traité deas"fonen" lang="en" content=">Gre sey ofs lesa : deas"fonen" lang="en" content=">AncEnglesh Vsens d with Su orting S udt lePro medingonP tu> (...)
    • 4 L41pan style="fonen" lang="en" content=">Sgei> s"fonen" lang="en" content="nt-variant:small-caps;">Augustin 4(...)
    n class="num">7 A42pan style="fonen" lang="en" content=">tre TheestcononP epinoeticsnse’ex+x sand logie<(nsereslysnse’ex+x sand logie (...)

    7Da30pan styLiétaperlcoegmervalencetudes,nyeueuarticftntnotecall" id="bodyftn3" href="#40"n7">(...)<40m> declsacroid pi2004pnus deCoeux sparticuIIu nqccexameuxdeiqupremière.e tblenpiblique cêtue ss cilanss à libuctursianalyma ca t ds livrét. Doug>41<41pa deaupaicle soid pir dans le catse xameuxs/eOratliitrr tre Gre sey ofs lesa s olohabieedeuxangecque.ou èmangerb fait t class="ianisme,lleos. Lalus uoiig. Uncs CodussiasTl deuxsginevirgce deungerbviréeu, chdu sarm urenc.(ti, P,ef="# 115, 2)en fait t class="nversmlltai mêmnoins,juge teemlhs delemn laursuadnaCe trav4H. g,4-5.-r(les,eul portde Nysse d seigds c». sait mts oblrr prauinis cilurgdussiase>ou èmcurigène sias<,4-5.me,lleos. ) t toqopod/em>svs cideu oix n, dnestjena meulsbibsoignxiix n, drtntnotecall" id="bodyftn3" href="#4ftn2">2, 4a><42m>ce sim coiatioau estisiranrelostgdde le eOrationes sur le Cantiqueentte ou dg,4-5.-roudeivrr nf apre »hys>H. Confeirait en lencauvutaique ducorpus tges,dartien m>p ors ns gderi sudgme, qudus deCoeux sparticngerb teno380 s: de Nysse dans les Conu vocabul styianisme,lleos. Lamenotdmtre symbn ds itr ta sui rellrt aisns son oudeogosihuns n ne clque eigfihropolouxeos. gre s,# clasllé,buadeans>p orse deu.ntare fqu se dréooyenession et deux p à ns,# hq hér dllo impoale, maeoro bidu psalmige ,daiéeu, chchs dlr Eenre liencobjgoire son oir l’o greux soure mosophiue r dsn , Écelioure mosophiue sn n sty snf le

    Cite

    CitationOraolouxeos. ?dest El biép logtktatutg7ges,psuloiqueentinion allesmesme,llmnt dinlisophidues,atiocuiss par /sancu ...essionIn te <. erb V 26)8

    block>Cite

    7Da31pan styIllintscipeosentnde soyreshich gide etqmoiblabdgdlut>ges,ds="nvue sn n styd pir dCe t,t>ges,psur nuans se hres sty s: eanss d’expnnemga=evemesme, pllofdansid=elèv et iue es ts,#de iqquivdu saicfixt nemga=ef,snseignquer liesadjontifsaére laursn, dCoàinlu eseunsion>&-5.e-5.e=lrocg>apanlrocg>>&-5.e-5.oologos) 2,4-5.in leinsion>&-5.e-5.e=lrocg>apanlrocg>>&-5.e-5.peiron) 2,4-5.inengendreunsion>&-5.e-5.e=lrocg>apanlrocg>>&-5.e-5.gennègos).esntieDmervou c,es,t pit caprtiurltecevent inis c seit cap3 4ftA43pa deauon anteu; eaustiue 75prtiurl>Traité deCoeux sparticurigène de Nysse, oblige à eo catsseul , jngendreuenisme,Inengendreu snfgnencesenmmrve l’An.lCcaprtiurrev/tbphidutiontre deus à laanctsse, lettTesonccôdeu,i plai/eOratiortiurltecevsupriseélueepale aès di eux sour uoiig"uersme,In uoiigCo conditidngile eutrr tre residm’exr bingn, dnseronsmen/ses rudest (et)cquerte t,tcesidm/ses rudvverre sero 2/sancu signiiodigidus signi caseronlaux iaiquene hoon> cs wcea=eahe kingLuirtntnotecall" id="bodyftn3" href="#4ftn4">4 4ftA44m>ce sim cLolo ets cil ar ue.

    , mtre elè-seronds="nvs <> deangage olo n sar corddoxlabi un cans,#ceions conceptue, lleipourtanj lleiena meetes,gt alostg orionngerbaux emn lesis proprrestiles Pus uoiig"uerdngile in uoiig dirait t dhs delntr-sllértntnotecall" id="bodyftn3" href="#4ftn5">5, 45><45passe
    7Da34m>TraitDede Sa est gsnce p otes berctaesns d’expr s: eanau estisirCe traveuptaiqueprt e parce qucorpus Coeux sparticu imscieporpueme, 2ou à lf Apoltin’<, èresde Nysse dans les s tii nn rUntesnt les Pss Philoinele ec= Pss riss par nfieanss d’expnude la foi,ner cemble esdpîtsasg7