Navigation – Plan du site

Les éditions critiques de documents liturgiques

Les contributions strasbourgeoises
Marcel Metzger
p. 191-206

Résumés

Les recherches menées par les enseignants de la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg depuis sa création ont porté, dans une large mesure et de façon suivie, sur la critique et l’édition des sources documentaires reçues de l’Antiquité. L’histoire de la liturgie a été particulièrement concernée (Pr. Andrieu, Chavasse, Vogel, et les autres). Ces recherches ont contribué à affiner les connaissances et à renouveler les méthodologies en ces domaines. Elles ont permis de reconstituer la généalogie des livres liturgiques et de discerner les apports des pasteurs, mais aussi des communautés, dans la formation des traditions.

Haut de page

Texte intégral

1Les Semaines liturgiques de Saint-Serge ont été instituées en 1953. Leur soixantième anniversaire vient d’être célébré en juin 2013. Ces rencontres annuelles permettent l’approfondissement de questions liturgiques, dans un cadre œcuménique, avec la participation de représentants des Églises catholique romaine, orthodoxes, préchalcédoniennes, protestantes et anglicanes

2Pour la célébration du soixantième anniversaire les organisateurs ont proposé de faire le point, en examinant le chemin parcouru, et en traçant des pistes pour l’avenir. Dans une démarche rétrospective, il s’agissait d’apprécier tant l’apport des nombreuses contributions au progrès des sciences de la liturgie, que l’intérêt des méthodes appliquées aux recherches. Dans ce contexte, une présentation de la méthode historico-critique s’avérait indispensable. Or, les recherches et les publications menées selon cette méthode ont été nombreuses et importantes à Strasbourg, sous la direction des titulaires de la chaire d’Histoire du culte chrétien et d’Archéologie chrétienne, en Faculté de Théologie catholique. Comme plusieurs enseignants de Strasbourg ont participé à plusieurs Semaines liturgiques de Saint-Serge, il convenait d’examiner l’apport de leurs recherches et, plus généralement, les incidences des méthodes de critique des textes liturgiques sur l’évolution des études en ce domaine. Dans cette brève étude, je présenterai de courtes notices biographiques sur chacun des enseignants concernés et leurs recherches sur les textes liturgiques.

1. « Les ancêtres du Missale romanum (1570) »

  • 1 Rome, Éditions Saint-Anselme, 1995, 94 p. (Studia Anselmiana 118).
  • 2 Refrain correspondant à l’actuel psaume qui suit la première lecture.

3Ce titre a été donné par le Pr. Antoine Chavasse à un ouvrage qu’il publia en 1995. Il évoque de façon suggestive la généalogie, assez complexe, des livres liturgiques romains1. De fait, le Missale romanum de 1570, ou « missel d’autel » imposé à toute l’Église latine à la suite de la réforme liturgique du concile de Trente (1545-1563), réunissait à l’intention du prêtre et sous une même couverture les lectures, chants et prières de l’ensemble des intervenants de la célébration eucharistique. Les premières réalisations de ce livre appelé missale remontent aux xiie et xiiie s. Elles réunissaient des éléments compilés à partir de trois autres livres liturgiques  : le lectionnaire, qui contenait les lectures bibliques de la messe, le sacramentaire, qui proposait les prières liturgiques du prêtre, et les recueils des pièces chantées, dont l’antiphonaire, avec les antiennes et début des psaumes pour l’entrée, le graduel2. D’autres livres encore avaient été compilés aux mêmes époques, pour donner forme aux recueils destinés à la liturgie épiscopale, le Pontifical, au manuel pastoral du curé, le Rituel, et à la liturgie des Heures. Leurs ancêtres étaient pour une bonne part ces descriptions des célébrations, qu’on appelle Ordines.

4Cette brève présentation suffit à évoquer la diversité des premiers livres liturgiques latins, qui furent réalisés à partir d’initiatives locales, avant d’évoluer sous l’effet de mouvements centralisateurs. L’histoire des livres liturgiques des autres Églises fut tout aussi diversifiée et complexe. Les recherches entreprises pour identifier les livres anciens et mieux connaître leurs sources ont commencé dès la Renaissance, mais elles ont été menées de façon plus scientifique au cours des deux derniers siècles et ont permis de reconstituer les généalogies des divers documents liturgiques. Or les enquêtes sur ces sujets ont été longtemps égarées par l’attribution de ces livres à des personnages faisant autorité, si bien que les enquêtes sur les origines exactes de ces documents constituaient un préalable indispensable.

2. À la recherche de patronages illustres pour les textes liturgiques

  • 3 Stiftsbibkiothek Cod. A. XII. 7 fol. 167. Miniature reproduite dans le Lexikon der christlichen Iko (...)
  • 4 Art. « Inspiration » dans le Lexikon der christlichen Ikonographie, vol. 2, col. 344-345.
  • 5 Par exemple le Par. lat. 1141, fol. 3. Une miniature de la Bibliothèque royale Albert-Ier à Bruxell (...)

5Dans un antiphonaire de l’église de Salzbourg, datant du milieu du xiie siècle3, l’introït Ad te levavi, du premier dimanche de l’Avent, est orné d’une miniature représentant le pape Grégoire Ier, dit saint Grégoire le Grand (590-604), tenant un codex ouvert et, dans la main droite, un stylet. Mais la particularité de cette iconographie est la présence d’une colombe à la hauteur de l’épaule droite du pape. Il s’agit d’une des représentations les plus fréquentes du phénomène de l’inspiration divine, pour signifier la dictée du Saint Esprit à des Pères de l’Église4. Les premières pages de certains sacramentaires sont pourvues de la même iconographie, représentant le pape Grégoire bénéficiant de l’inspiration divine5. Une telle illustration n’a pas peu contribué à persuader les utilisateurs de ces livres que le pape Grégoire le Grand en était l’auteur et qu’il les avait composés sous l’inspiration du Saint Esprit.

  • 6 Dans Anastasii Bibliothecarii. De vitis Romanorum Pontificum, vol. IV, Rome, 1735.

6Comme « on ne prête qu’aux riches », selon le dicton, on a longtemps attribué à cet illustre pape diverses compositions liturgiques latines, en particulier un sacramentaire, et jusqu’au chant appelé précisément, mais à tort, « chant grégorien », un qualificatif que la pratique a imposé d’une façon indélébile. Ces attributions au pape Grégoire le Grand remontent à l’époque médiévale. À des époques plus récentes, lorsque, sous l’impulsion des réformes décidées par le concile de Trente (1545-1563), des recherches furent menées dans les bibliothèques pour mieux connaître les traditions antiques, et que des manuscrits liturgiques inconnus furent découverts, les noms de deux autres papes sont entrés dans la titulature de livres liturgiques. Il s’agit de Léon Ier (440-461) et de Gélase Ier (492-496). En effet, le texte du manuscrit Veronensis, Bibl. capit. LXXXV (olim 80), découvert en 1735, fut édité sous l’intitulé Codex sacramentorum vetus romanae Ecclesiae a s. Leone papa I confectus6, ou, usuellement, « sacramentaire léonien ». Quant au patronage du pape Gélase, il fut attribué par des érudits des xviie et xviiie siècles d’une part au manuscrit Vaticanus Reginensis latinus 316, dit « gélasien ancien », et d’autre part à un ensemble de sacramentaires apparentés, dits « gélasiens du viiie siècle ».

  • 7 L’attribution du texte du Veronensis au pape Léon fut contestée dès la parution de son édition, E. (...)
  • 8 Sources utilisées pour la présente étude  : Mémorial du cinquantenaire de la Faculté de Théologie c (...)
  • 9 Raymond Winling, Hommage à M. le Professeur Cyrille Vogel, RDC 34, p. 163.
  • 10 Mémorial du cinquantenaire de la Faculté …, p. 76-79, 146.

7Cependant, au fil du temps, ces attributions aux papes Léon, Gélase et Grégoire ne manquèrent pas de susciter des doutes7. Il en fut de même pour le patronage supposé d’autres livres. Le développement de la recherche historique devait conduire à des investigations plus systématiques dans l’ensemble de la documentation reçue de l’Antiquité chrétienne. Des enseignants de la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg se sont investis dans de telles recherches8, en premier lieu les titulaires de la chaire d’Histoire du culte et d’Archéologie chrétienne ; ces disciplines venaient d’être renouvelées suite aux progrès permis par la méthode historico-critique et suite aux heureuses découvertes archéologiques, qui livraient alors des documents insoupçonnés sur les origines chrétiennes9. Le premier titulaire stable de la chaire d’Histoire du culte fut Michel Andrieu10 (1921-1956). Par la suite, cet enseignement fut assuré successivement par Cyrille Vogel (1956-1982), Marcel Metzger (1983-2005) et Matthieu Smyth (depuis septembre 2005).

8Pendant ses études à Rome (1910) et sur les conseils de Louis Duchesne (1843-1922), alors directeur de l’École française de Rome, spécialiste des origines chrétiennes, Michel Andrieu a entrepris l’édition des Ordines romani, entreprise gigantesque qui l’occupera jusqu’à sa mort (1956). Par ce travail d’édition et par sa nomination à la chaire d’Histoire du culte chrétien, Michel Andrieu est à l’origine d’une tradition d’édition de textes liturgiques. Dans son sillage, six autres enseignants ont entrepris l’édition critique de documents anciens, concernant de près ou de loin la liturgie chrétienne, en lien avec les spécialistes de cette littérature dans d’autres universités et centres de recherche.

3. Les Éditions critiques de Michel Andrieu

9Le professeur Michel Andrieu (1886-1956), a été nommé Maître de Conférences à la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg en décembre 1919, puis Professeur titulaire d’Histoire du culte chrétien et d’Archéologie chrétienne en décembre 1921. Il a été doyen de cette Faculté de novembre 1945 à juillet 1956. C’est à lui qu’on doit les éditions critiques des Ordines romani (1931-1961), des Pontificaux romains et du Pontifical de Guillaume Durand (1938-1941).

  • 11 Aimé-Georges Martimort, Les « Ordines », les Ordinaires et les Cérémoniaux, Turnhout, 1991 (Typolog (...)

10La désignation Ordines romani (au singulier  : Ordo romanus) a été donnée globalement par les éditeurs modernes à un ensemble de règlements liturgiques qui portent des titres variés, certains étant même dépourvus de titres dans les manuscrits11. Pour les uns, le titre indique le contenu, comme De officiis in noctibus…, mais d’autres sont appelés explicitement Ordo, comme l’Ordo processionis. Dans quelques cas le titre fait référence à la pratique romaine, comme Ordo ecclesiasticus Romanae ecclesiae…

11Ces documents sont de dimensions variées ; selon l’objet propre à chacun, ils vont de quelques lignes à des dizaines de pages. Ils ont été réalisés autour des viie-viiisiècles, pour accompagner l’importation des livres euchologiques romains dans les pays francs et ils procuraient aux nouveaux utilisateurs de ces livres des indications d’emploi. Ils prétendent décrire les usages romains, tout en les adaptant en fait aux situations de leurs destinataires, pour tenir compte des possibilités de ces derniers. Les manuscrits connus, contenant ces documents, ont tous été copiés hors de Rome.

  • 12 M. Andrieu, Les Ordines romani du haut moyen âge, 5 vol. , Louvain, Spicilegium sacrum, 1931-1961 ; (...)

12Ces Ordines romani, réunis par lots ou transcrits à l’état isolé parmi d’autres documents, avaient déjà retenu l’attention des érudits bénédictins Mabillon (1632-1707) et Martène (1654-1739), qui ont publié ceux dont ils avaient connaissance dans une collection organisée. Mais Michel Andrieu en a réalisé l’édition de référence, en les regroupant selon leurs objets  : les célébrations de l’eucharistie et du baptême, l’ordonnance générale des chants et des lectures, les rites monastiques, les fêtes et les temps liturgiques, les ordinations, la dédicace des églises, le couronnement de l’empereur, les funérailles12. Dans l’édition des Pontificaux, livres directement liés aux ordines par leur contenu, Michel Andrieu poursuivait cette vaste entreprise d’édition critique.

  • 13 Cependant, par souci d’application exacte des règlements reçus, des Églises des pays francs ont int (...)

13L’ensemble des témoins examinés, tant pour l’édition des Ordines que pour celles des Pontificaux, est d’une grande complexité, car un même rituel peut être décrit avec de nombreuses variantes d’un manuscrit à l’autre, selon les usages des églises locales. Le rituel de la célébration eucharistique en est un exemple significatif. En effet, le cérémonial décrit dans l’Ordo I ne pouvait être appliqué tel quel hors de Rome, car une église épiscopale ou monastique ne disposait pas d’un clergé aussi diversifié que celui de la ville apostolique, tandis que les rites liés à la personne du pape et aux stations perdaient leur sens dans les autres Églises13. Aussi les clercs des Églises franques et germaniques ont-ils confectionné de nouveaux Ordines, à partir de l’Ordo I, qu’ils ont recopié en en remaniant le texte, par des omissions, des modifications et l’addition de traditions non romaines, pour rendre le rituel romain praticable dans leurs églises.

14Les Ordines IX, X et XV produisent des exemples significatifs à cet égard. En effet, l’Ordo IX adapte la messe romaine à la célébration présidée par un évêque. L’Ordo X présente la messe célébrée par un évêque dans une église cathédrale desservie par des chanoines réguliers. Dans sa seconde partie, l’Ordo XV présente la célébration de la messe par un prêtre, en différentes circonstances  : dans un monastère, une ville, un bourg, le dimanche, en semaine, aux solennités, publiquement avec la participation du clergé ou avec seulement deux, voire un seul ministre.

  • 14 Andrieu, Les Ordines romani du haut moyen âge, vol. II, p. 469-526.

15Dans ses éditions, Michel Andrieu a eu recours à divers artifices typographiques et autres pour rendre compte des particularités de tous les témoins examinés. Tantôt les différentes formes du même ordo sont éditées l’une après l’autre dans leur texte complet, comme pour l’Ordo XIII, qui se présente dans l’édition de M. Andrieu sous les intitulés Ordo XIII A, Ordo XIII B, Ordo XIII C, Ordo XIII D14. Tantôt, lorsqu’elles n’apparaissent que dans certains passages du document, les formes différentes du même texte sont présentées en colonnes synoptiques. Mais dans tous les cas, pour des variantes plus brèves, l’apparat critique en bas de page a recueilli les leçons multiples des manuscrits. Ces principes d’édition mis au point par M. Andrieu rendent compte de la nature propre de ces textes liturgiques, et diffèrent totalement des principes appliqués à l’édition d’un traité de Tertullien ou d’une homélie de Cyrille de Jérusalem. En effet, pour de tels textes rédigés ou composés par un auteur unique, il s’agit de restituer la version la plus proche possible du texte écrit ou proclamé à l’origine, les variantes ne pouvant être que des écarts à imputer aux copistes. Dans l’édition des règlements liturgiques, au contraire, les différentes variantes rituelles sont autant de témoignages de pratiques mises en œuvre, et dont la publication doit rendre compte.

4. Les recherches de Cyrille Vogel en histoire de la liturgie

  • 15 Dans ses dernières publications, Cyrille Vogel a modifié la graphie de son prénom, optant pour la f (...)
  • 16 La discipline pénitentielle en Gaule des origines à la fin du viie siècle, Paris 1952.
  • 17 Andrieu, Les Ordines romani du haut moyen âge, vol. V.
  • 18 Éd.  : C. Vogel et R. Elze, Le Pontifical romano-germanique du xe siècle, 3 vol. , Biblioteca apost (...)
  • 19 Édition  : M. Andrieu, Le Pontifical romain au moyen-âge, 4 t., Biblioteca apostolica vaticana, Cit (...)

16Michel Andrieu avait sollicité la collaboration de Cyrille15 Vogel pour ses travaux de recherche et d’édition. À cette fin, il avait orienté sa formation en histoire des textes en l’encourageant à se spécialiser par des séjours à Rome, à l’Institut pontifical d’Archéologie chrétienne, et à Athènes (entre 1950 et 1952). Les premières publications de C. Vogel ont porté sur les textes pénitentiels diffusés en Gaule avant le viie siècle16. Puis il a publié la suite logique des éditions de M. Andrieu, à savoir le Pontifical romano-germanique du xe siècle. En effet, la matière de plusieurs Ordines romani avait été compilée et organisée selon le déroulement du cycle liturgique dans le dernier Ordo du classement de M. Andrieu, l’Ordo romanus L17, ou Ordo romanus antiquus. Ce processus de collecte et d’ordonnancement a été poursuivi, puisqu’une dizaine d’ordines et cet Ordo romanus L, lui-même formé à partir d’ordines, ont été réunis, avec des éléments euchologiques, dans un livre à l’usage des évêques et des abbés de monastères ; ce recueil a été compilé vers 950 à Mayence et ses éditeurs l’ont appelé Pontifical romano-germanique du xe siècle18. Les pontificaux du moyen âge, édités par M. Andrieu, en sont issus19.

  • 20 C. Vogel, « Les échanges liturgiques entre Rome et les pays francs jusqu’à l’époque de Charlemagne  (...)

17Les recherches menées sur cet ensemble de documents ont conduit C. Vogel à publier une importante étude sur les migrations des livres liturgiques latins et sur les échanges cultuels entre Rome et les pays chrétiens d’Occident20. Dans une première étape, des écrits et des livres d’origine romaine ont été diffusés ou importés dans les pays francs et germaniques. Les pratiques ainsi introduites dans les Églises d’outremonts ont été amalgamées avec les usages locaux, pour aboutir à une liturgie hybride, partie romaine, partie franque. Dans une seconde étape, les papes d’origine germanique ont emporté ces livres hybrides à Rome et en ont accoutumé les usages dans la ville apostolique, à tel point que par la suite cette liturgie hybride fut considérée comme authentiquement romaine.

18Ces recherches et ces éditions de M. Andrieu et C. Vogel ont contribué à une meilleure compréhension de l’élaboration et la diffusion des traditions liturgiques. À une présentation simpliste, influencée par de l’ultramontanisme et encore largement répandue pendant la première moitié du xxe siècle et consistant à attribuer globalement à l’ensemble de la liturgie latine une origine romaine, elles ont opposé une approche différenciée, plus attentive aux processus d’élaboration, de réception et d’adaptation des pratiques liturgiques, bref à la créativité des églises locales.

5. Les publications de René Metz et Charles Munier relatives à l’histoire des sources latines

  • 21 René Metz, La consécration des vierges dans l’Église romaine. Étude d’histoire de la liturgie, Pari (...)

19Les professeurs René Metz et Charles Munier ont enseigné le droit canonique et l’histoire des Églises et, dans le cadre de leurs recherches et publications, ils ont édité des textes latins intéressant directement ou pour partie la liturgie. René Metz (1910-2006) a été professeur de droit canonique de 1945 jusqu’à sa retraite en 1974 et il a assuré la direction de l’Institut de droit canonique pendant cette période. Dans sa thèse de théologie, soutenue en 1949, il présentait l’histoire du rituel de la consécration des vierges dans l’Église romaine21. Il a étudié les différentes versions de la prière de bénédiction, Consecratio ou Benedictio sacrae virginis, dans sa transmission par les livres liturgiques latins, depuis le manuscrit de Vérone déjà signalé plus haut et considéré à tort comme le « sacramentaire léonien », jusqu’aux pontificaux du Moyen Âge.

  • 22 Les sources patristiques dans le droit de l’Église du viiie au xiie siècle. Indications biographiqu (...)
  • 23 Thèse soutenue en 1958, éditée sous le titre Les Statuta ecclesiae antiqua, Paris 1960. Le texte de (...)
  • 24 C. Munier, dans l’introduction de l’édition critique et dans lart. « Statuta ecclesiae antiqua », (...)
  • 25 Concilia Galliae (314-506), et Concilia Africae (345-525), CCL 148 et 149.

20Charles Munier avait été encouragé par ses maîtres à l’Institut de droit canonique, les Doyens Gabriel Le Bras et Jean Gaudemet, à étudier l’apport de la patristique au droit canonique médiéval. Ce fut l’objet de sa thèse en droit canonique22, soutenue en 1954. Dans la foulée, la même année, le Doyen Michel Andrieu lui suggéra d’étudier les rites de la consécration épiscopale en Occident, des origines au Moyen Âge. Cette recherche devait commencer par l’examen du rituel intégré dans le règlement ecclésiastique appelé Statuta Ecclesiae antiqua, un document anonyme et souvent transmis sous le titre d’un ive concile de Carthage (398). Une telle étude fournissait amplement matière à la rédaction d’une thèse en théologie23, et C. Munier en vint ainsi à publier l’édition critique de ce document, qui, tout en concernant surtout les institutions ecclésiastiques, apporte cependant en maints endroits des informations sur les traditions liturgiques. La liste des ministères qu’il présente correspond à celle que la liturgie romaine a inscrite dans les Oraisons solennelles du Vendredi Saint, mais le rituel des ordinations est gallican. L’examen du document a conduit C. Munier à situer sa compilation vers 480, à lui attribuer une origine gallo-romaine et à lui supposer, comme auteur, Gennade de Marseille24. C. Munier a également assuré l’édition critique des premiers conciles gaulois et africains25, dont les canons traitent occasionnellement de questions liturgiques.

6. Les publications d’Antoine Chavasse sur les sources liturgiques latines

  • 26 Librairie du Sacré-Cœur, Lyon, 206 p.
  • 27 Indications biographiques et bibliographie dans Hommage à M. le Professeur Antoine Chavasse.
  • 28 Paris et Tournai, 1958, XXXIII et 817 p.
  • 29 Collecte d’articles  : Antoine Chavasse, La liturgie de la ville de Rome du ve au viiie siècle, Rom (...)
  • 30 Sancti Leonis Magni Romani pontificis Tractatus septem et nonaginta, CCL 138 et 138 A, Turnhout 197 (...)

21Antoine Chavasse (1909-2005) a d’abord enseigné à l’Institut catholique de Lyon (1938-1956), où il a présenté en 1938 une thèse de théologie, publiée en 1942 et intitulée Étude sur l’onction des infirmes dans l’Église latine du iiie au xie siècle26. En 1956 il fut appelé à enseigner dans la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg, où M. Andrieu souhaitait confier l’enseignement de la théologie des sacrements à un spécialiste des sources liturgiques27. En 1958, A. Chavasse obtenait le Doctorat d’État pour sa thèse, Le Sacramentaire gélasien (Vaticanus Reginensis 316), Sacramentaire presbytéral en usage dans les titres romains au viie siècle28. Par la suite, il a étendu ses recherches à l’ensemble des sources de la liturgie romaine  : lectionnaires, sacramentaires, homéliaires, antiphonaires29. Il a également publié l’édition critique des homélies du pape Léon le Grand30 (440-461).

  • 31 Le Sacramentaire gélasien (Vaticanus Reginensis 316), p. V. Édition d’extraits du sacramentaire gél (...)

22C’est avec le sacramentaire dit « gélasien ancien » que A. Chavasse commencé ses recherches sur les livres liturgiques latins. Il s’en expliquait en ces termes  : « Notre premier contact (avec ce livre) remonte à l’année 1932 […] Les sondages de plus en plus poussés auxquels nous avions été conduit, manifestaient qu’il était impossible d’admettre encore que ce sacramentaire pouvait se rattacher au pape saint Gélase (492-496) […] Il est manifeste que le sacramentaire gélasien est une compilation dans laquelle il y a des parties d’époque différente, et dans laquelle des éléments gallicans voisinent avec des portions authentiquement romaines31. » Par ses recherches et ses publications, A. Chavasse a ainsi montré que les patronages attribués aux livres liturgiques romains étaient fictifs. Il s’agit en particulier de ces trois recueils euchologiques faussement considérés comme les sacramentaires respectifs de trois papes, Léon (440-461), Gélase (492-496) et Grégoire (590-604). Par ses analyses très fouillées il a pu reconnaître l’origine de chacun de ces livres et reconstituer les étapes de leur formation.

  • 32 G. Pomarès, éd., Gélase Ier, Lettre contre les Lupercales et dix-huit messes du sacramentaire léoni (...)
  • 33 A. Chavasse, « Messes du pape Vigile (537-555) dans le sacramentaire léonien », EL 64 (1950), p. 16 (...)
  • 34 A. Chavasse, « Le sacramentaire, dit Léonien, conservé par le Veronensis LXXXV (80) », p. 151-190 ; (...)

23A. Chavasse a pu identifier l’archivage de séries euchologiques d’origine variée dans le manuscrit Veronensis, Bibl. capit. LXXXV (olim 80), dont il a déjà été question plus haut, et que des éditeurs ont appelé, les uns, « sacramentaire léonien », et d’autres, « sacramentaire de Vérone ». Plusieurs ensembles euchologiques sont à attribuer aux papes Gélase32 (492-496) et Vigile33 (537-555). Le recueil lui-même, selon les conclusions de A. Chavasse, avait été constitué pour servir au pape Jean III34 (561-574).

  • 35 Dans sa variante la plus diffusée, l’Hadrianum, le recueil est présenté par cet intitulé  : « Sacra (...)

24Quant au recueil communément appelé « sacramentaire grégorien35 », A. Chavasse a pu y discerner, en comparant les trois principales variantes, un même fonds principal qui correspond au cycle annuel de la liturgie stationnale à Rome et qui est antérieur à 680 ; dans cet état, dépourvu des textes correspondant à des rites épiscopaux (ordinations, bénédiction des huiles, etc.), ce livre convenait à un remplaçant du pape, qui intervenait en l’absence de ce dernier. Des compléments et des suppléments divers ont été ajoutés, selon les usages et les nécessités des différents destinataires du recueil. L’exemplaire envoyé par le pape Hadrien Ier (772-795) à Charlemagne, à la demande de celui-ci et appelé communément « Hadrianum », devait servir de modèle pour être recopié et diffusé dans tout le royaume. Pour correspondre aux usages de ses nouveaux destinataires, hors de Rome, il a été augmenté d’un supplément par Benoît d’Aniane († 821).

  • 36 A. Chavasse, Les lectionnaires romains de la messe au viie et au viiie siècle. Sources et dérivés, (...)

25A. Chavasse a appliqué les mêmes méthodes de recherche à l’examen des lectionnaires romains36. À l’aide de tableaux synoptiques, il a comparé les listes de péricopes dans les témoins connus, et il a pu repérer les procédés de confection mis en œuvre par les copistes, pour conformer leurs modèles aux usages des églises destinataires.

7. Les recherches sur les recueils de traditions apostoliques

26En 1966, Cyrille Vogel, dont j’étais l’étudiant, m’avait proposé de rédiger une thèse de troisième cycle en sciences religieuses (c’était la dénomination de l’époque) sur la liturgie eucharistique dans les Constitutions apostoliques. La thèse a été soutenue en 1968 (peu avant le mois de mai !). C’était le début de ma relation privilégiée avec ce document si particulier. Je m’étais vite aperçu qu’une nouvelle édition critique s’imposait et je pris contact avec le centre Sources chrétiennes à cet effet. L’étude de ce document m’a engagé dans l’exploration de tout l’ensemble littéraire dont il relève, et que j’ai proposé de qualifier par la dénomination « recueils de traditions apostoliques ». Une telle compréhension de ces documents intéresse aussi l’histoire de la liturgie.

  • 37 A. Faivre, disciple de C. Vogel et professeur d’Histoire de l’Église, a également mené des recherch (...)

27Les Constitutions apostoliques sont le document le plus représentatif de cette littérature. Il s’agit d’une compilation, réunissant la matière de plusieurs documents antérieurs, repris sous des formes plus ou moins remaniées. Il s’agit de la Didascalie, de la Didachè et de ce règlement que la critique moderne a attribué, à tort, à un certain Hippolyte de Rome, sous la dénomination « Tradition apostolique ». Mais ces documents sont eux-mêmes des compilations, apparentées à certains égards à d’autres de même nature37. L’ensemble forme une sorte de constellation, dont les composantes présentent de nombreux traits communs, que je vais brièvement rappeler.

  • 38 C’est à ce titre que les Constitutions apostoliques ont été placées dans le premier volume de la Pa (...)

28Ces compilations se présentent sous des noms d’emprunt, et plus précisément sous des patronages faisant autorité  : le collège apostolique, le Christ lui-même, dans Le Testament de notre Seigneur, ou bien des personnages considérés comme des compagnons des apôtres, tel Clément de Rome38. Il s’agit donc d’une littérature pseudépigraphique, un procédé littéraire courant dans l’Antiquité. Cependant, ils ne se placent pas sous l’autorité d’un personnage unique, mais ils se présentent comme émanant d’une autorité collégiale, celle des apôtres et de leurs successeurs. Les traditions qu’ils ont recueillies sont ainsi rattachées aux premiers temps du christianisme ; elles ont pu connaître une première transmission orale, difficile à situer, évidemment, avant leur mise par écrit.

8. Les publications de Matthieu Smyth sur les anciennes liturgies des Gaules

  • 39 M. Smyth, La Liturgie oubliée. La prière eucharistique en Gaule antique et dans l’Occident non roma (...)

29L’actuel titulaire de la chaire d’Histoire du culte chrétien, Matthieu Smyth, a prospecté le vaste champ des anciennes liturgies latines non romaines, en particulier celles des Gaules, que la réforme carolingienne avait fait disparaître en imposant les livres romains. M. Smyth s’est livré à une entreprise systématique de repérage et d’identification et a rassemblé l’immense puzzle des pièces rescapées. Cette recherche a donné lieu à une soutenance de thèse à Strasbourg et à la publication de deux ouvrages39, qui offrent aux historiens des liturgies et des institutions de la Gaule antique un vaste répertoire des sources disponibles et un inventaire raisonné de ces documents. Ces publications permettent d’approcher plus aisément les anciennes traditions occidentales, laissant soupçonner la féconde créativité des anciennes Églises locales, et elles mettent au jour les réseaux d’influence de l’époque.

* *
*

30Quel éditeur oserait encore illustrer un livre liturgique par une représentation de la colombe du Saint Esprit soufflant à l’oreille du pape Grégoire ou d’un autre pape ? Faudrait-il pour autant remplacer une telle illustration par celle de la Pentecôte, avec le souffle et le feu sur toute l’Église ? Ou par une représentation de la confirmation ou des ordinations ?

  • 40 Encore ne s’agit-il que de quelques pièces dans un ensemble généreusement qualifié d’ambrosien, Jac (...)

31Après un siècle de recherches menées par M. Andrieu et ses continuateurs, et d’autres chercheurs en d’autres lieux, sur la formation des textes liturgiques, l’origine de telles compositions est mieux perçue. Du moins a-t-on pu reconnaître les limites des patronages les plus prestigieux et discerner dans les écrits présentés sous leur autorité le résultat d’activités littéraires complexes, résultant d’interventions certainement multiples. Mises à part certaines œuvres, comme les hymnes de saint Ambroise40, la mise par écrit des compositions et des règlements liturgiques a été le résultat de processus étalés dans le temps, et qui ont porté sur des traditions formées dans les Églises, passant du stade de l’oralité au stade de la transcription parcellaire, jusqu’à la collecte qui les a réunies dans des ensembles organisés.

  • 41 Ordo romanus XIX, 33, texte dans M. Andrieu, Les Ordines romani du haut moyen âge, vol. III, p. 222 (...)

32Dans des contextes où il s’agissait d’imposer de telles traditions ou de les préserver, la tendance a été de les placer sous des patronages faisant autorité  : les apôtres et leurs auxiliaires, leurs compagnons et successeurs, les papes et autres pasteurs reconnus comme des personnages influents. L’admiration envers le patrimoine de centres liturgiques illustres a encouragé de telles tendances, comme en témoigne cette réaction d’un clerc, passionné par la liturgie romaine au point d’inviter le lecteur « à surmonter sa paresse et à imiter tant de prêtres, de pères, de dévots moines  : qu’il fasse comme eux le pèlerinage à Rome, ou au moins qu’il y envoie un fidèle messager41 ».

  • 42 Voir plus haut, notes 33 et 34.
  • 43 A. Chavasse, « Messes du pape Vigile », EL 64, p. 208 et EL 66, p. 147, 163.

33Dans quelques rares cas, l’attribution d’un texte ou d’un ensemble de textes a permis d’en reconnaître effectivement l’auteur, de discerner le contexte de ces compositions et les pratiques liturgiques qui ont conduit à leur production. Il s’agit en particulier des ensembles euchologiques que A. Chavasse a pu attribuer avec certitude aux papes Gélase et Vigile42 et réunis dans le recueil faussement considéré comme le « sacramentaire léonien ». À l’époque, dans les célébrations à Rome, une partie de l’euchologie était composée au jour le jour. Le liturge pouvait y intégrer librement les préoccupations du moment, mais il lui arrivait aussi de réutiliser des compositions antérieures, dont les siennes43.

34Toutes ces recherches sur les textes ont transformé la compréhension des documents liturgiques reçus de l’Antiquité  : ces textes ne peuvent avoir le même statut que les livres bibliques, ils n’ont pas été rédigés par des écrivains sacrés, comparables aux évangélistes et autres auteurs sacrés, visés par ce propos du symbole de foi confessant que le Saint Esprit « a parlé par les prophètes ». L’iconographie de l’inspiration divine, par la représentation de la colombe du Saint Esprit, ne peut correspondre qu’à une pieuse légende. Les textes liturgiques sont l’œuvre des communautés ecclésiales, sans doute majoritairement des pasteurs, qui ont bénéficié de l’imposition des mains signifiant le don de l’Esprit pour l’accomplissement de leur ministère. Mais, comme pour Éldad et Médad (Nb 11,26-29), l’effusion de l’Esprit Saint n’est pas limitée par les institutions.

35L’attribution de traditions liturgiques à des personnages faisant autorité les a souvent rendus intangibles, comme ce fut le cas pendant le deuxième millénaire dans l’Église romaine. La vérité historique a brisé ces carcans et rétabli les communautés ecclésiales dans leur responsabilité de réformer les liturgies et d’innover, selon les signes des temps (Mt 16,3 ; concile Vatican II, Lumen Gentium 4).

Haut de page

Annexe

Les contributions présentées à la Semaine liturgique de Saint-Serge 2013

(Elles seront publiées dans le prochain volume de la collection ; pour toute information  : Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge <ito@saint-serge.net>)

Histoire des textes liturgiques

  • Gérard Rouwhorst, L’autorité et la reconstruction de la liturgie paléo-chrétienne.

  • Bruno Bürki, Pour un apport protestant aux Semaines d’études liturgiques.

  • Marcel Metzger, L’incidence des recherches historiques sur les attributions des textes liturgiques.

  • Gabriel Radle, A Regional Approach to the Study of Orthodox Sacraments.

  • Heinzgerd Brakmann, La liturgie grecque moderne de St. Jacques – entre amour de l’histoire et réforme liturgique.

  • Nina Glibetić, A Forgotten Heritage : The Ancient South Slavic Eucharistic Corpus.

  • Tinatin Chronz, The Slavonic Liturgy of St. James : between Evtimiy of Tarnovo and Filipp Gardner.

Bible et liturgie

  • Bartomeu Ubach, La lecture chrétienne des psaumes dans la liturgie.

  • Claude Tassin, La “concurrence” des lectures dans la liturgie juive ancienne. L’exemple de Genèse 49, 10-11 // Isaïe 63 dans le targoum.

  • Nicolas Cernokrak, De la Bible à la liturgie  : l’apport des travaux bibliques de Mgr Cassien (Bezobrazov) et leur actualité dans nos approches de la liturgie.

  • Alexander Winogradsky, Le sens de l’Hébraïsme dans les Églises d’aujourd’hui et de demain, en particulier dans le domaine liturgique, exemples.

  • M. François Orfeuil, La prière de Manassé et son utilisation liturgique.

Traditions patristiques

  • Victor Yudin, Corpus Areopagitica’s liturgical elements in Maximus the Confessor’s Mystagogia.

  • M. Goran Sekulovski, Le recours aux Pères de l’Église dans les Semaines liturgiques.

Corrélation entre liturgie pratique et théologie

  • André Lossky, L’influence des situations pastorales sur les formulations théologiques : l’exemple de la liturgie du temps.

  • Michel Fortounatto, Perspectives nouvelles en Musicologie liturgique, tradition russe.

Semaines liturgiques S. Serge  : historique et perspectives