Navigation – Plan du site
25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg

La Convention universitaire des Facultés de théologie d’Angers et de Strasbourg

Un témoignage
Pierre Haudebert
p. 227-228

Texte intégral

1En cours d’année universitaire 1985/1986, le Doyen de la Faculté de Théologie de l’UCO, le Père Charles Augrain, reçoit une demande du Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique du Diocèse d’Angers, Monsieur Petit, de mettre en place, à la Faculté, à côté du cursus canonique, un cursus d’État. La raison de cette requête ? Monsieur Petit était soucieux de la formation chrétienne dans ses écoles et, du coup, il cherchait le moyen de former sérieusement ses jeunes enseignants. Or, dans la liste officielle des DEUG acceptés par l’Éducation Nationale pour présenter le concours d’entrée au CFP (Centre de Formation Pédagogique) paraissait le DEUG d’État en Théologie. La Faculté de Théologie d’Angers ne pourrait-elle pas mettre en place ce cursus d’État ?

2Monsieur le Doyen Augrain me chargea, au titre de vice-doyen, d’envisager ce projet qui, s’il s’avérait réalisable, était une chance pour la Faculté. Grâce à Monsieur Guy le Bouedec, Vice-Recteur, un contact fut établi avec Monsieur Winling, Doyen de la Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg, et Monsieur Schlosser, vice-Doyen. À notre grande surprise, notre demande fut reçue avec sympathie et très vite envisagée comme réalisable. Ce furent alors, au cours de l’année universitaire 1986/1987, de nombreux allers-retours Angers-Strasbourg pour mettre sur pied cette collaboration et aboutir à une Convention. L’on espérait pouvoir ouvrir à la rentrée suivante.

3Le chantier, si j’ose dire, était assez complexe. Il n’était pas envisageable que la Faculté de Strasbourg change quoi que ce soit de son organisation. C’était à Angers de faire les frais et, après réflexion, la seule solution était d’adopter les programmes de la Faculté de Strasbourg tout en sauvegardant le cursus canonique qu’il n’était pas question d’abandonner. Restait un autre point important et délicat, celui des examens et diplômes. Il fut décidé qu’un jury de Strasbourg, nommé par le Doyen, se déplacerait à Angers pour présider les deux sessions de l’année universitaire et délivrer les diplômes. Et c’est ainsi qu’à la rentrée universitaire 1987/1988, la Convention étant signée, la filière DEUG d’État fut ouverte à la Faculté de Théologie de l’UCO.

4Trois ou quatre ans plus tard, le concours d’entrée en CFP exigeait la Licence d’État. Le bon fonctionnement des années précédentes et la confiance réciproque des deux Facultés permirent d’établir, sans difficulté aucune, un avenant à la Convention existante pour inclure la Licence d’État. Il en fut de même, quelques années plus tard encore, pour la Maîtrise d’État.

5Voilà 25 ans que dure cette heureuse collaboration et l’on ne peut que lui souhaiter une belle continuation. La Faculté de Théologie d’Angers ne saurait trop remercier la Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg pour l’aide qu’elle lui a apportée, tant pour ses étudiants que pour ses enseignants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Haudebert, « La Convention universitaire des Facultés de théologie d’Angers et de Strasbourg », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 227-228.

Référence électronique

Pierre Haudebert, « La Convention universitaire des Facultés de théologie d’Angers et de Strasbourg », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/864 ; DOI : 10.4000/rsr.864

Haut de page

Auteur

Pierre Haudebert

Doyen honoraire
Faculté de Théologie / UCO Angers

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page