Navigation – Plan du site

Vatican II un concile programmatique, une vocation pour la recherche en théologie

Frédérique Poulet
p. 235-252

Résumés

Événement théologique tout autant qu’ecclésial, Vatican II invite à un renouvellement de l’herméneutique théologique fondée sur la pluridisciplinarité. L’étude de Sacrosanctum Concilium invitant tout croyant à se reconnaître comme participant à la liturgie de l’Église offre un éclairage sur la cohérence et les liens des diverses constitutions du Concile. Ce sont donc toutes les disciplines théologiques qui sont invitées, d’une part, à poursuivre la recherche et l’interprétation de la dynamique conciliaire et, d’autre part, à travailler en dialogue avec les autres sciences comme y invite Gaudium et Spes.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 W. Kasper, Dogme et évangile, Paris, Casterman, 1967, p. 101  : « Le concept de dogme est un concep (...)
  • 3 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum » dans Des théologiens lis (...)
  • 4 H. de Lubac, « Leçon inaugurale : Apologétique et théologie » dans Théologies d’occasion, Paris, DD (...)
  • 5 Jean XXIII, Message au monde entier « Ecclesia Christi lumen gentium », 11 sept. 1962.
  • 6 L. Villemin, « Vatican II et la théologie », dans Des théologiens lisent le concile Vatican II, Pou (...)
  • 7 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum », p. 47.
  • 8 P. Bordeyne, L. Villemin, « L’âge théologique de l’herméneutique conciliaire » dans Vatican II et l (...)

1Le concile Vatican II dont nous fêtons, depuis le 11 octobre 2012, les 50 ans, tient une place spécifique dans le paysage de la théologie. En effet, sa spécificité tient au fait qu’il n’a pas été convoqué dans le cadre d’une crise tenant à l’expression dogmatique, à l’orthodoxie de la traduction de la bonne nouvelle de l’Évangile comme le spécifie le cardinal Kasper2. En le convoquant, le pape Jean XXIII n’avait pas pour projet de répondre à une hérésie, de traiter de la juste expression dogmatique de la foi mise en danger, de faire un travail normatif, de définir [le concile ne comporte d’ailleurs « aucune formule définitoire3 »] mais plutôt de répondre à l’urgence d’annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile dans un monde en profonde mutation. Il s’agissait de procéder à ce qu’Henri de Lubac nommait le devoir d’auscultation qui implique écoute et diagnostic du monde contemporain pour fonder la recherche théologique : « Autant il serait coupable et vain de vouloir « adapter » le dogme, de l’adapter aux caprices de la mode intellectuelle, autant il est nécessaire […] d’ausculter sans cesse les générations qui se succèdent, d’écouter leurs aspirations pour y répondre, d’entendre leurs pensées pour les assimiler. À ce prix seulement, la théologie reste intègre et vivante4 ». C’est sans aucun doute ce concept qui a présidé à la convocation du concile. Il s’agissait en effet de répondre à l’urgence de l’annonce de la bonne nouvelle dans un nouveau contexte, celui de l’après-guerre, d’écouter, d’ausculter les signes des temps (Mt 16, 14) pour s’adapter et faire aggiornamento. C’est la raison pour laquelle le concile comporte une dimension programmatique et didactique. Il s’agissait en effet de faire aggiornamento dans l’annonce de l’Évangile. « La raison d’être du concile, dira Jean XXIII, ce pour quoi on le salue, on le prépare, on l’attend, c’est qu’il continuera ou mieux qu’il reprendra avec plus de force la réponse du monde entier, du monde moderne, au testament que le Seigneur, les mains étendues vers les extrémités du monde, formula en ces mots empreints de solennité divine  : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples… » (Mt 28,19-20)5 ». Cette tâche d’aggiornamento a été confiée aux évêques – ce qui est tout à fait classique dans la dynamique d’un concile – mais aussi, et c’est là chose nouvelle, à des théologiens et des experts de diverses confessions. C’est la raison pour laquelle on peut affirmer que le concile a été un événement théologique et pas seulement un événement ecclésial. En effet, c’est sans doute la première fois qu’autant de théologiens « venus de tous les continents ont œuvré ensemble6 » et ont travaillé en lien avec le magistère au service du peuple de Dieu. Le concile est donc le fruit d’une étroite et longue collaboration entre théologiens experts et magistère. C’est sans doute ce qui confère aux documents leur teneur particulière. On retrouve dans les documents à la fois des formules déclaratives solennelles qui relèvent d’une perspective magistérielle et des termes davantage liés à la recherche et l’enseignement. Ainsi « le concile […] use à plusieurs reprises de formules déclaratives solennelles, du type  : ce concile « professe » (profiteri), ce concile « déclare » [mais on a aussi le terme] « enseigne » (declarare ou docere) ou encore « nous croyons » (credimus)7 ». La diversité des verbes montre bien la diversité et l’interdisciplinarité de l’approche. De plus, les textes conciliaires témoignent à la fois d’un versant d’enseignement magistériel (les constitutions) et d’un versant programmatique pour la vie de l’Église (les décrets et déclarations) dans lequel s’inscrira le travail des théologiens. Car, impulsé notamment par des théologiens qui ont contribué à rédiger les différents documents, le concile est convocation pour les générations de théologiens qui suivent à prendre en charge l’héritage et à entrer dans « l’âge théologique de l’herméneutique conciliaire » pour reprendre les termes de P. Bordeyne et L. Villemin8. On peut donc affirmer que le concile Vatican II a contribué à transformer le travail théologique contemporain.

2Puisque le concile Vatican II appelle à un renouvellement, à un approfondissement et à un aggiornamento de la recherche en théologie, on considèrera trois perspectives de mise en œuvre de cet aggiornamento. Tout d’abord, on regardera comment le travail conciliaire a désenclavé les disciplines théologiques de leur seul terrain de recherche spécifique et a appelé à un renouvellement herméneutique basé sur une interdisciplinarité. Puis, à partir de deux lieux, l’histoire et le rapport au monde, on examinera comment ce renouvellement herméneutique manifeste et donne corps au souci du concile de faire œuvre d’Évangélisation, enfin on ouvrira quelques perspectives qui semblent importantes pour poursuivre cette dynamique de l’aggiornamento théologique initié par le concile Vatican II.

Une nouvelle perspective herméneutique basée sur ll’inter-disciplinarité

  • 9 G. Alberigo, J.-P. Jossua, La réception de Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei » n°  1 (...)
  • 10 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum », p. 47.

3Le premier point portera sur la nouvelle perspective herméneutique instaurée par la dynamique conciliaire et que le type même du concile Vatican II suscite. En effet, alors que « l’herméneutique dogmatique a coutume d’interpréter les déclarations d’un concile en prenant très exactement le contre-pied des erreurs que le concile veut condamner9 », il est impossible de faire une herméneutique théologique de Vatican II en ce sens. La perspective de Vatican II, concile d’aggiornamento, ouvre de facto de nouvelles perspectives pour le travail théologique. Pour rendre compte de cette spécificité on ne considèrera que les constitutions qui traitent de l’expression dogmatique de la foi de l’Église. Une foi célébrée (Sacrosanctum Concilium) en Église (Lumen Gentium) révélée et transmise (Dei Verbum) pour la gloire de Dieu et le salut du monde (Gaudium et Spes). Le lien ici effectué entre ces constitutions rejoint la perspective qui sera honorée. À 50 ans du concile, on s’attachera à montrer comment ce dernier est appel à un renouvellement de l’acte de Tradition propre à un concile et conjointement un appel à promouvoir tous les domaines de la recherche en théologie en tant qu’ils sont au service d’une unique Révélation. Sans doute ici Dei Verbum est-elle une constitution importante pour illustrer ce propos. En effet, un certain nombre de théologiens s’accordent à penser que « le point de progression dogmatique le plus net réside dans le dépassement christologique des deux sources de la Révélation, Écriture et Tradition10 ». Le numéro 8 de Dei Verbum qui porte sur la Tradition dans la vie de l’Église la définit en ces termes  :

Ce qui a été transmis par les apôtres embrasse tout ce qui contribue à une sainte conduite de la vie du peuple de Dieu et à l’accroissement de la foi, et ainsi l’Église, dans sa doctrine, sa vie et son culte, perpétue et transmet à toutes les générations tout ce qu’elle est elle-même, tout ce qu’elle croit.

Cette Tradition […] progresse dans l’Église […] ; en effet la perception des réalités aussi bien que des paroles transmises s’accroît tant par la contemplation et l’étude des croyants qui les méditent dans leur cœur que par l’intelligence intérieure des réalités spirituelles qu’ils expérimentent ainsi que par la prédication […] – DV 8.

  • 11 C. Theobald, « Dans les traces… » de la constitution « Dei Verbum » du concile Vatican II ; bible, (...)
  • 12 Ibid., p. 37.
  • 13 « L’unité de la théologie ne se découvre que dans la pluralité articulée des prises de parole théol (...)

4Christoph Theobald, commentant ce passage, spécifie que le texte « réussit à se libérer d’une conception purement intellectualiste ou doctrinale [de la Tradition] et introduit toute la diversité des niveaux de la vie ecclésiale11 », ainsi la doctrine, la vie et le culte mais aussi la contemplation, l’étude, l’intelligence, la prédication. L’auteur poursuit : « cet élargissement quasi sacramentel de la figure historique de la Tradition correspond […] à l’économie de la Révélation qui ne se réduit pas à des vérités doctrinales12 ». Ce croisement des différents domaines, tel qu’il apparaît dans la constitution sur la Révélation, est un exemple illustrant bien que le concile ne peut être correctement interprété que s’il y a corrélation et interaction, transdisciplinarité, entre les différents domaines de la théologie13. D’ailleurs, les textes des constitutions sont eux-mêmes marqués par cette interdisciplinarité et convoquent donc la réflexion théologique du troisième millénaire à croiser les disciplines théologiques et à désenclaver certaines d’entre elles soit du domaine pastoral ou juridique dans lesquels elles ont été longtemps confinées (liturgie-morale) soit de la connotation de discipline annexe (histoire-philosophie-sciences humaines). Le concile est déjà le fruit d’un premier désenclavement amorcé par les différents courants théologiques du début du xxe siècle. Ainsi dans la dynamique de Vatican II, il devient impossible de faire de la théologie sans entrer en dialogue avec les autres domaines de la théologie d’une part et avec les autres sciences historique, biblique, etc…d’autre part. Tout cela demande donc de considérer « les textes conciliaires en dialectique » pour en faire une juste herméneutique et travailler ainsi à la réception théologique du concile.

Vatican II, un appel à un aggiornamento théologique

5Le Père Gy écrivait en 1967 dans la collection Unam Sanctam :

  • 14 P.‑M. Gy, « Situation historique de la constitution », dans J.‑P. Jossua, Y. Congar, (dir.), Vatica (...)

La Constitution sur la liturgie, la première en date des Constitutions de Vatican II, doit être considérée par l’histoire et le théologien dans l’ensemble des documents conciliaires, en tenant compte de leur complémentarité et de leur mouvement interne. La tâche est délicate, et le théologien ne doit pas infléchir les textes dans le sens de ses pensées personnelles. Il peut y avoir des sujets sur lesquels le Concile est souvent revenu sans que l’examen des passages qui leur sont consacrés révèle une évolution dans la doctrine. Ailleurs, des documents successifs, traitant des sujets différents se complètent réciproquement en se donnant les uns aux autres toute leur profondeur14.

6Il importe donc, au-delà des répétitions signalées par le Père Gy, de considérer comment les constitutions se croisent, s’appellent, se complètent et finalement sont intéressantes à travailler en interdépendance. La première des constitutions, Sacrosanctum Concilium, votée il y a cinquante ans le 4 décembre 1963, manifeste dès le numéro 9 la nécessité d’une complémentarité entre les disciplines. On lit ainsi  :

La sainte liturgie n’épuise pas toute l’action de l’Église ; car, avant que les hommes puissent accéder à la liturgie, il est nécessaire qu’ils soient appelés à la foi et à la conversion : « Comment invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Comment croiront-ils en lui sans l’avoir entendu ? Comment l’entendront-ils sans celui qui le proclame ? Comment le proclameront-ils sans être envoyés ? » (Rm 10, 14-15) – SC 9

  • 15 Gy, « Situation historique de la constitution », p. 122
  • 16 P. Prétot, « La constitution sur la liturgie  : une herméneutique de la tradition liturgique », dan (...)
  • 17 Ibid., p. 20.

7Ce numéro montre que la constitution sur la liturgie se réfère aux autres domaines de la théologie, en particulier la dogmatique. Le rapport foi et liturgie est en effet abordé dès les premières lignes. Ce faisant, la constitution « en même temps qu’[elle] se prolongeait dans l’ensemble des enseignements conciliaires avec lesquels elle fait corps, […] créait dans la conscience de l’Église une nouvelle manière de regarder la liturgie et de la vivre […] la Constitution n’a pas fixé un équilibre, elle a créé un mouvement15 ». Ce mouvement, au-delà du domaine de la seule liturgie a, de fait, ouvert de nouvelles perspectives pour la réflexion théologique. « Le titre de la constitution – Sacrosantum Concilium – est de nature ‘générique’, fait remarquer Patrick Prétot, il ne correspond pas au contenu du texte. Il semble même pointer vers l’idée que la constitution sur la liturgie serait en quelque sorte le portique d’entrée de toute l’œuvre conciliaire16 ». Pour l’auteur, « la place de la constitution sur la liturgie dans l’œuvre conciliaire n’est pas seulement un accident historique17 ». Il semble donc possible d’affirmer qu’elle ouvre la porte d’un aggiornamento théologique qui concerne certes la liturgie mais aussi toutes les disciplines et qui passera notamment par une étape incontournable, celle d’un aggiornamento ecclésiologique

Un aggiornamento ecclésiologique

  • 18 Ibid, p. 18.
  • 19 Cf. J. Ratzinger, « L’ecclésiologie de la constitution conciliaire Lumen Gentium », (Conférence au (...)
  • 20 Gy, « Situation historique de la constitution », p. 122.

8Nombreux sont les acteurs du concile qui ont affirmé que Lumen Gentium aurait eu un autre visage si la constitution sur la Révélation Dei Verbum avait été votée auparavant. Il ne semble pas faux d’affirmer qu’il en aurait été de même si Sacrosanctum Concilium n’avait été la première constitution votée avant Lumen Gentium. Comme le fait toujours remarquer Patrick Prétot, le Père Gy a souligné de nombreuses fois qu’il ne fallait jamais interpréter – donc faire un travail herméneutique – de Lumen Gentium, sans corrélation avec Sacrosanctum Concilium qui constitue un apport premier capital, une pierre d’attente. Ainsi il souligne la place capitale qu’occupe la constitution Sacrosanctum Concilium à partir de deux lieux  : « le lien entre le thème de la participation active (SC 14, 26, 27 etc…) et la question de l’exercice commun des fidèles dans les sacrements qui sera ensuite thématisée en Lumen Gentium 11 et bien sûr l’articulation entre sacerdoce commun et sacerdoce ministériel exposée en Lumen Gentium 1018 ». En effet, si l’on considère que toute théologie de la liturgie est liée à une ecclésiologie implicite et que les deux disciplines sont profondément solidaires puisque, comme le rappelait le Cardinal Ratzinger, « par sa nature même, l’ecclésiologie a quelque chose à voir avec la liturgie19 », alors il est possible de dire, en considérant le concile, que la constitution Sacrosanctum Concilium, première des constitutions votée, propose une vue de l’Église que Lumen Gentium, en quelque sorte, réalisera  : « C’est sous son accent ecclésiologique, nous semble-t-il, que la constitution sur la liturgie reçoit des autres documents conciliaires ses compléments les plus importants20 », dira le Père Gy en 1967. Cet état de fait peut être illustré à partir de quelques exemples issus de Sacrosanctum Concilium et de Lumen Gentium qui peuvent être mis en corrélation.

La participation active du peuple de Dieu

  • 21 Y. Congar, Jalons pour une théologie du laïcat, Paris, Cerf, Coll. « Unam Sanctam » 23, 1954, p. 36 (...)
  • 22 J.‑P. Jossua, « La constitution Sacrosanctum Concilium dans l’ensemble de l’œuvre conciliaire » dan (...)
  • 23 Ibid., p. 129.

9Le Père Congar définit dans Jalons pour une théologie du laïcat la participation active du peuple de Dieu en ces termes  : « Tous sont éclairés et actifs21 ». Cette formule, précise J.-P. Jossua, est apte à rendre compte de « l’idée ecclésiologique majeure de Sacrosanctum Concilium22 » et nous pourrions ajouter qu’elle est fondamentale dans Lumen Gentium. L’auteur poursuit  : « la constitution sur la Sainte Liturgie postule dans ses affirmations portant sur le sujet de la liturgie et sur l’activité liturgique de l’Église une ecclésiologie du Peuple de Dieu23 ». Le numéro 26 constitue une illustration explicite de cette perspective ecclésiologique.

[Les actions liturgiques] concernent le corps tout entier de l’Église, elles le manifestent et elles l’affectent ; mais elles atteignent chacun des membres de façon diverse, selon la diversité des ordres, des fonctions et de la participation effective. – SC 26.

  • 24 Y. Congar, « L’ecclesia ou communauté chrétienne sujet intégral de l’action liturgique. » in J.P. J(...)
  • 25 Cf. Lumen Gentium, chap. 1, Le mystère de l’Église, nos 1-4.
  • 26 « Cette participation pleine et active de tout le peuple doit être recherchée avec le plus grand so (...)
  • 27 Cf. Jossua, « La constitution Sacrosanctum Concilium dans l’ensemble de l’œuvre conciliaire » p. 13 (...)

10Cette dimension sera approfondie dans Lumen Gentium. Yves Congar a d’ailleurs écrit un article à partir de la corrélation entre ce numéro et le numéro 11 de Lumen Gentium, qu’il a intitulé « L’ecclesia ou communauté chrétienne sujet intégral de l’action liturgique24 ». L’Église qui célèbre la liturgie est en effet le Peuple de Dieu, c’est-à-dire une communauté de fidèles, dont chacun des membres est appelé à être acteur « selon la diversité des ordres [et] des fonctions ». On peut également relever une autre dimension corrélative qui apparaît dans ce numéro 26. D’après la constitution, les célébrations liturgiques constituent le lieu de l’expression la plus tangible du mystère de l’Église, une de l’unité du Père et du Fils et de l’Esprit, « elles le manifestent ». Cette dimension mystérique est reprise, déployée, et approfondie dans les premiers numéros de Lumen Gentium25. De plus, le texte de Sacrosanctum Concilium précise également que si la liturgie est œuvre du corps tout entier elle n’est cependant pas œuvre corporatiste, elle atteint, précise le texte, chacun des membres de façon diverse, selon la diversité des ordres, des fonctions et de la participation active. Ainsi, alors que la constitution Sacrosanctum Concilium insiste déjà sur la participation active de tous les fidèles26, cette dimension est reprise et développée en Lumen Gentium en son chapitre II. Ce développement complète, enrichit et fonde bibliquement l’intuition de la constitution Sacrosanctum Concilium27. Sacrosanctum Concilium pose ainsi les bases d’une intuition que Lumen Gentium étaye et structure. En effet, la notion de peuple de Dieu y est décrite dans des catégories bibliques. On lit ainsi au numéro 9 :

Cependant, il a plu à Dieu de sanctifier et de sauver les hommes non pas individuellement, hors de tout lien mutuel, mais de les constituer en un peuple qui le connaîtrait dans la vérité et le servirait dans la sainteté. – LG 9.

11Le corrélatif le plus probant est sans doute le numéro 11 de Lumen Gentium. L’ecclesia y est présentée comme un corps organiquement structuré, sujet des actions liturgiques  :

Ainsi, tant par l’oblation que par la sainte communion, tous, non pas indistinctement, mais chacun à sa manière, assument leur rôle propre dans l’action liturgique. De plus, restaurés par le corps du Christ dans la sainte assemblée eucharistique, ils manifestent de façon concrète l’unité du Peuple de Dieu, qui est adéquatement signifiée et merveilleusement réalisée par cet auguste sacrement. – LG 11.

12De plus, la structure ecclésiale telle qu’elle est développée en Lumen Gentium est reflet du mystère célébré tel que Sacrosanctum Concilium le décrit. Il est donc possible d’affirmer que la constitution sur la liturgie amorce et porte en germe les prémices de Lumen Gentium quant à la dimension mystérique de l’Église. Une maturation des concepts s’est effectuée entre les deux constitutions comme le montre également l’évolution du sacerdoce des baptisés, évoqué en filigrane dans Sacrosanctum Concilium et approfondi dans la constitution sur l’Église.

Le sacerdoce baptismal

13Le numéro 26, déjà cité, précise, en effet, que tout membre du corps ecclésial participe à l’action liturgique. Le fondement doctrinal d’une telle affirmation est celle du sacerdoce de tous les baptisés. Ce fondement est suggéré dans la constitution comme on peut le voir, par exemple, au numéro 14  :

La Mère Église désire fortement que tous les fidèles soient amenés à cette participation pleine, consciente et active aux célébrations liturgiques, qui est demandée par la nature de la liturgie elle-même et qui, en vertu du baptême, est un droit et un devoir pour le peuple chrétien, « race élue, sacerdoce royal, nation sainte, peuple que Dieu s’est acquis » (1 P 2, 9 ; cf. 2, 4-5). – SC 14.

  • 28 P.-M. Gy, « La formation liturgique et la participation active », LMD n°  77, (1er trimestre 64), p (...)
  • 29 Ibid., p. 34.

14Le numéro 14 met en évidence le fondement théologique de la participation active à savoir le baptême. C’est par le baptême que l’on devient membre du peuple de Dieu, peuple sacerdotal, et le numéro 14 cite explicitement 1 P 2, 9 dont les termes renvoient à la notion de sacerdoce royal. Avant même la publication de Lumen Gentium, un commentateur de Sacrosanctum Concilium écrivait  : « C’est à la constitution conciliaire De Ecclesia qu’il appartiendra de développer pour elle-même l’ecclésiologie du sacerdoce des fidèles déjà impliquée dans la liturgie28 ». Il poursuivait  : « La participation active ainsi fondée sur la structure sacramentelle de l’Église et sur le sacerdoce du Christ n’est pas une faveur faite aux fidèles29 ».

15Toutefois la réalité du sacerdoce universel des baptisés reste sous-jacente ; elle est exprimée à demi-mots en Sacrosanctum Concilium. La constitution appelait un développement théologique dont Lumen Gentium se fait le témoin. Le numéro 10 développe ainsi le concept et en expose la doctrine à partir d’un fondement biblique très étayé puisque le numéro cite la lettre aux Hébreux, l’Apocalypse, les Actes des Apôtres, la lettre aux Romains et reprend le chapitre deux de la première lettre de Saint Pierre. Ainsi l’exposition de Lumen Gentium part d’une réalité exprimée en germe dans Sacrosanctum Concilium. La constitution Lumen Gentium est plus explicite et traite du sacerdoce du Christ et du sacerdoce du peuple nouveau en lien avec la consécration des baptisés en peuple saint pour l’offrande des sacrifices spirituels  :

Par la régénération et l’onction de l’Esprit Saint, les baptisés sont en effet consacrés pour être une demeure spirituelle et un sacerdoce saint, en vue d’offrir, par toutes les activités de l’homme chrétien, des sacrifices spirituels et d’annoncer les actes de puissance de celui qui les a appelés des ténèbres à son admirable lumière (cf. 1 P 2, 4 -10) – LG 10.

16Dans la deuxième partie du numéro 10 les pères conciliaires aborderont le sacerdoce ministériel dans son rapport au sacerdoce commun, lui-même exprimé en ces termes  :

Les fidèles, pour leur part, en vertu de leur sacerdoce royal, concourent à l’offrande de l’Eucharistie et exercent ce sacerdoce par la réception des sacrements, par la prière et l’action de grâces, par le témoignage d’une vie sainte et par l’abnégation et une charité active – LG 10.

17La fin du numéro 10 constitue le développement théologique de la participation active des fidèles que Sacrosanctum Concilium amorçait. On retrouve également ce développement en corrélation avec les perspectives de Sacrosanctum Concilium au chapitre IV n°  34 dans lequel le sacerdoce baptismal apparaît fondateur de l’offrande de toute la vie à Dieu, offrande signifiée et réalisée dans l’Eucharistie  :

À ceux qu’il associe intimement à sa vie et à sa mission, il accorde aussi une part de sa fonction sacerdotale en vue de l’exercice du culte spirituel, pour que Dieu soit glorifié et les hommes sauvés. […] toutes leurs activités, leurs prières et leurs entreprises apostoliques, leur vie conjugale et familiale, leur travail quotidien, leur détente intellectuelle et corporelle, si tout cela est accompli dans l’Esprit, et même les peines de la vie, si elles sont supportées avec patience, deviennent « des offrandes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ » (1 P 2, 5), qui, dans la célébration de l’Eucharistie, sont offertes en toute piété au Père ensemble avec l’offrande du corps du Seigneur. Ainsi les laïcs aussi, agissant partout saintement en adorateurs, consacrent à Dieu le monde lui-même – LG 34.

  • 30 J. Famerée, « Les premières interprétations de « Lumen Gentium »  : enjeux pour l’herméneutique con (...)

18Ces quelques exemples montrent que l’ecclésiologie développée en Lumen Gentium s’inspire de Sacrosanctum Concilium et développe ses intuitions ecclésiologiques. G. Baraúna, comme le rappelle d’ailleurs J. Famérée dans son analyse de Lumen Gentium30, précise  :

  • 31 G. Baraúna, Préface, dans L’Église de Vatican II, t. II, Paris, Cerf, coll. « Unam Sanctam » 51b, 1 (...)

[Lumen Gentium] se trouve […] au point de convergence des grandes préoccupations et des débats conciliaires, puisque Vatican II est un Concile éminemment ecclésiologique. […] Grâce à cette situation privilégiée, la Constitution promulguée le 21 novembre 1964 projette sa lumière sur tous les autres décrets qui ont été déjà ou qui seront publiés, sans vouloir nier, évidemment, la contribution complémentaire que ceux-ci apportent, à leur tour, à la Constitution elle-même31.

19Il est sans doute inutile d’ajouter que l’affirmation de G. Baraúna à propos des décrets peut être étendue à la constitution précédente. Tout cela montre combien la théologie post-conciliaire dans son travail de réception du concile doit s’appuyer sur l’ensemble des constitutions afin de manifester la dynamique conciliaire et la grâce du concile Vatican II dans toutes leurs richesses.

  • 32 Ibid., p. 19.

20C’est pourquoi le lien avec Dei Verbum, constitution sur la Révélation divine, doit maintenant être abordé. G. Baraúna poursuit, de fait, sa présentation de l’étude en expliquant que huit thèmes « ont été confiés à des spécialistes qualifiés […] pour être plus amplement développés à la lumière de la Constitution elle-même, du témoignage vivant de l’Écriture sacrée et de la tradition, surtout ancienne, en ne perdant jamais de vue l’incidence de chaque thème en regard des grandes préoccupations pastorales du Concile32 ». En ce qui concerne Sacrosanctum Concilium, on peut relever qu’avec Dei Verbum les deux constitutions appellent au même aggiornamento théologique. Il s’agit en effet de redonner toute sa dimension à l’unique table de l’Écriture et de l’Eucharistie qui apparaît tant dans la célébration que dans l’approfondissement théologique. Évidemment ici le numéro 21 de Dei Verbum joue un rôle fondateur  :

L’Église a toujours témoigné son respect à l’égard des Écritures, tout comme à l’égard du Corps du Seigneur lui-même, puisque, surtout dans la Sainte Liturgie, elle ne cesse, de la table de la Parole de Dieu comme de celle du Corps du Christ, de prendre le pain de vie et de le présenter aux fidèles. L’Église a toujours vénéré les divines Écritures comme elle le fait pour le Corps même du Seigneur – DV 21.

  • 33 Commission Théologique Internationale, La théologie aujourd’hui ; perspectives, principes et critèr (...)
  • 34 M.‑D. Chenu, dans Des images, des témoins, Vatican II ; le cardinal Etchegaray, Mgr Gilson et le Pè (...)
  • 35 Pour ne citer que les occurrences des quatre constitutions  : Histoire du Salut SC 16, 35 ; LG 2, 9 (...)
  • 36 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum »

21Au-delà de la liturgie mentionnée explicitement par la constitution ce sont toutes les disciplines théologiques qui doivent porter ensemble la primauté de la Parole de Dieu. « L’unité de la théologie n’implique pas son uniformité, mais bien plutôt une concentration singulière sur la Parole de Dieu et une explication de ses richesses sans nombre de la part de théologies qui soient capables de dialoguer et de communiquer entre elles33 », dira à quelque cinquante ans du concile le document de la Commission Théologique Internationale sur La théologie aujourd’hui. Toutes les disciplines théologiques sont appelées à ainsi faire place à la relation constitutive entre Écriture et Tradition. Dans les constitutions conciliaires, parmi toutes ces disciplines trois sont plus expressément convoquées  : évidemment l’exégèse mais aussi la dogmatique et très particulièrement et d’une manière tout à fait nouvelle l’histoire. En effet, comme le disait le Père Chenu34, le concile Vatican II est le premier concile qui fait une aussi large place à l’histoire. On trouve de fait trente occurrences du mot histoire dans les textes conciliaires35. Il est surtout important de relever le changement de statut épistémologique de l’histoire. Le concile intègre l’histoire dans le domaine théologique. Histoire et théologie ne peuvent plus être considérées séparément, ce qui transforme et le rapport Écriture et Tradition et l’approche de la Révélation dans l’histoire. En effet, longtemps cette discipline a été considérée comme le contexte de la Révélation, elle servait de preuve à l’égard de la Parole de Dieu. Or, Dei Verbum et Gaudium et Spes invitent à repenser le rapport Écriture et Tradition et par conséquent le rapport Écriture et Histoire. D’un ensemble d’événements extérieurs à la Révélation qui en constituaient une sorte d’éclairage contextuel ou qui servaient une apologétique, on passe à une histoire constitutive du salut comme le montre Emmanuel Durand dans son article cité précédemment36.

Un aggiornamento théologique, la place de l’Écriture et de la Tradition, l’histoire comme discipline théologique

  • 37 Ibid., p. 44.

22Ainsi l’histoire entre dans le processus de la Révélation, elle est considérée comme un élément constitutif du salut, le lieu où la foi se vit nécessairement et où l’Église reconnait l’action de Dieu. Elle acquiert un nouveau statut épistémologique. Les énoncés de Lumen Gentium et de Dei Verbum, comme l’explique Emmanuel Durand, « visent directement l’histoire du salut mise en œuvre à travers l’économie de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance ». Il poursuit  : « les affirmations de Gaudium et Spes reposent de façon dominante sur une acception large et englobante de l’histoire humaine37 » que Dei Verbum envisage comme histoire du salut  : 

Cette économie de la Révélation se réalise par des actions et des paroles intrinsèquement liées entre elles, si bien que les œuvres accomplies par Dieu dans l’histoire du salut manifestent et corroborent la doctrine – DV 2.

  • 38 Ibid., p. 48

23Cette dernière dimension semble importante à relever. La constitution accorde à l’histoire une acception théologique, elle est histoire du salut et, en ce sens, entre dans la dynamique de la définition dogmatique. Dès lors, il devient impossible de poser un énoncé dogmatique, de répondre de la Tradition, sans faire double référence à l’Écriture et à l’histoire. Et la spécificité de Dei Verbum qui s’inscrit dans celle de Vatican II est ici une constitution extrêmement intéressante. Puisqu’elle ne traite pas de vérités doctrinales spécifiques à sauvegarder mais expose et approfondit la Révélation, elle approfondit son approche épistémologique et y intègre l’histoire. Or, comme le commente toujours Emmanuel Durand  : « la relative nouveauté de l’intégration de l’histoire du salut dans le dogme opère en réalité la réappropriation d’une donnée native de la foi chrétienne38 ». Cette intégration de l’histoire permet de formuler la bonne nouvelle de l’Évangile qui prend corps dans l’histoire des hommes. C’est ce que retient également la constitution « pastorale » Gaudium et Spes qui déploie une expression renouvelée du lien Église et histoire, Église et société.

La Révélation du Christ lumière pour les nations : la constitution Gaudium et Spes, un aggiornamento du rapport au monde

24Avec la constitution Gaudium et Spes, « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de notre temps, des pauvres surtout et des affligés de tout genre, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ ». GS 1. La constitution commence en montrant que toutes les dimensions de l’humanité concernent l’Église. L’engagement de l’Église demande à prendre en considération les réalités sociales, politiques et économiques de ceux auxquels elle s’adresse. L’Église, telle qu’elle est décrite dans Gaudium et Spes apparaît comme le peuple de Dieu en situation du monde  :

[La communauté des chrétiens] sait par expérience qu’elle est réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire – GS 1.

25Le Père Congar disait ainsi que la constitution Gaudium et Spes avait transformé la relation Église monde. Il s’agit, en effet, de considérer une Église qui se reçoit de Dieu, qui donc médite sur ce que Dieu lui donne, célèbre ce Dieu qui se révèle et parle aux hommes « ainsi qu’à des amis » (DV 2) et donne à son Église un monde à aimer. Tout cela est capital pour bien situer Gaudium et Spes et tout cela est capital pour le travail théologique qui ne peut se dérouler hors monde.

  • 39 LG 1.

26Le texte de Gaudium et Spes rappelle le fondement des rapports entre l’Église et le monde. L’Église telle qu’elle a été définie dans la constitution Lumen Gentium, c’est à dire peuple de Dieu, Corps du Christ, Temple de l’Esprit, est appelée à être veluti sacramentum, dit Lumen Gentium39, c’est-à-dire quasi sacrement au cœur du monde  :

C’est pourquoi étant supposées acquises les déclarations déjà faites par le Concile sur le mystère de l’Église, cette même Église va être considérée dans ce chapitre en tant qu’elle existe dans ce monde et en tant qu’elle vit et agit avec lui. – GS 40,1.

27et au paragraphe 2 on retrouve alors les grandes intuitions de Lumen Gentium « Procédant de l’amour du Père éternel, fondée dans le temps par le Christ Rédempteur, rassemblée dans l’Esprit Saint ». – GS 40,2.

28Gaudium et Spes est le texte du concile qui met le plus l’accent sur le dialogue entre l’Église et le monde. « Le dialogue avec tous y est conçu comme un acte public de l’Église qui prolonge l’histoire du salut dans le temps présent pour servir la grâce du Dieu qui se révèle et pardonne » – GS 3.

29Ainsi Gaudium et Spes appelle à exprimer les vérités du salut d’une manière accessible aux hommes de ce temps. La proposition du salut dans l’histoire du monde (GS 1) est l’une des clés de Gaudium et Spes et de tout le concile. Le concile invite ainsi les théologiens à considérer d’une part la lumière que jette l’Évangile sur les problèmes actuels et d’autre part à reconnaître et discerner ce que l’Église a à recevoir du monde. C’est là une nouveauté et un changement épistémologique auxquels tout travail théologique doit se référer  :

L’Église à la fois « assemblée visible et communauté spirituelle », s’avance ensemble avec toute l’humanité et elle fait, avec le monde, l’expérience du même sort terrestre ; elle est, comme le ferment et, pour ainsi dire, l’âme de la société humaine destinée à être renouvelée dans le Christ et à être transformée en famille de Dieu. […] L’Église, pour sa part, en poursuivant la fin salvifique qui lui est propre, non seulement communique à l’homme la vie divine, mais répand également sa lumière, qui se réfléchit d’une certaine façon sur le monde entier – GS 40, 3.

30Ainsi la Constitution Gaudium et Spes fait de cette ouverture, ce dialogue, cette écoute du monde une dimension constitutive du travail théologique et ce quelles que soient les disciplines  :

L’Église constate avec reconnaissance qu’elle reçoit une aide variée de la part d’hommes de tout rang et de toute condition, au profit de ce qu’elle est comme communauté ou au profit de chacun de ses fils. En effet, tous ceux qui font progresser la communauté humaine au plan de la famille, de la culture, de la vie économique et sociale, de la vie politique tant nationale qu’internationale, apportent aussi, selon le dessein de Dieu, une aide non négligeable à la communauté ecclésiale, dans la mesure où celle-ci dépend d’éléments extérieurs. – GS 44.

  • 40 Y. Congar, « L’appel de Dieu », dans Le peuple de Dieu dans l’itinéraire des hommes : Actes du 3e C (...)
  • 41 Cf. à titre d’exemple P. Bordeyne, L’homme et son angoisse ; La théologie morale de Gaudium et Spes(...)
  • 42 G. Médevielle, « Le renouveau de Vatican II pour la théologie morale » dans Des théologiens lisent (...)
  • 43 Ibid., p. 109.
  • 44 Ibid., p. 112.

31Pour conclure l’itinéraire et pour ici honorer les différentes disciplines théologiques, on peut aussi relever que la constitution Gaudium et Spes, bien qu’elle ne traite pas directement de morale – chacun sait que le schéma XIII du concile n’a pas abouti – ouvre toutefois à une mise en œuvre et appelle à un travail de théologie en prise avec l’éthique sociale, économique, politique. En effet, le Concile « n’a pas abordé [directement] les questions de l’éthique et donc ne les a pas renouvelées comme il l’a fait pour la liturgie, l’ecclésiologie, l’exégèse, l’histoire etc…Or [disait le Père Congar], il y a là un domaine qui exige de nouvelles élaborations40 ». Le concile a eu, de fait, un impact sur la théologie morale et a accompagné un renouveau de cette théologie. Nombre de moralistes ont travaillé en particulier à partir de telle ou telle question abordée par Gaudium et Spes41. G. Médevielle qualifie en ces termes l’apport de Vatican II à la théologie  : « Le tournant du concile Vatican II, vers une morale évangélique reliée aux questions des hommes de ce temps42. » Elle précise ainsi ce tournant herméneutique  : « En invitant les théologiens moralistes à revenir à la source scripturaire et à ses réinterprétations dans la tradition, le Concile allait introduire un modèle herméneutique de la théologie morale et mettre la christologie au cœur de la morale43 ». Ce mouvement s’accompagne d’une compréhension renouvelée du rapport au monde  : « Avec un tel positionnement théologique, on est passé avec Vatican II d’une position défensive à l’égard du monde à une ouverture positive au monde ». L’auteur poursuit  : « Ce passage ne relève pas d’une tactique mais d’une nécessité interne à la foi, car le message chrétien perdrait son sens s’il ne passait pas dans la réalité humaine […] toute l’Église est intérieure à toute l’humanité44 ».

Synthèse : Vatican II, un concile mystérique

  • 45 Mysterium  : SC 2 ;5 ;6(2 fois),16,17,19,35,48,52,61,102 (2 fois), 103,104, 106, 107 (2 fois), 108 (...)

32Ce changement herméneutique peut être étendu à tous les domaines de la réflexion théologique. En effet, les constitutions conciliaires partent toutes du mystère du Christ et/ou du mystère Trinitaire qu’elles déclinent selon les différents angles d’approche. Le terme mysterium connaît soixante-cinq occurrences dans les seules constitutions45. Ainsi le numéro 2 de Sacrosanctum Concilium nous introduit d’emblée dans la dimension mystérique qui trouvera écho en Lumen Gentium. La constitution insiste ainsi sur une propriété essentielle qui caractérise la liturgie  : elle est appel à manifester au monde le mystère du Christ et de l’Église  :

En effet, la liturgie, par laquelle, principalement dans le divin sacrifice de l’Eucharistie, « s’exerce l’œuvre de notre rédemption », contribue au plus haut point à ce que les fidèles, en la vivant, expriment et manifestent aux autres le mystère du Christ et la nature authentique de la véritable Église. […] elle affermit en même temps, de façon admirable, leurs forces en vue de la proclamation du Christ, et ainsi elle montre l’Église à ceux qui sont dehors comme un signal levé sur les nations – SC 2.

33De même Lumen Gentium s’ouvre sur une considération du mystère de l’Église. Avant toute autre dimension, l’Église y est contemplée dans le dessein de Dieu. Mais nous voyons bien ici un même ancrage dans le mystère du Christ. Une caractéristique commune à la constitution sur la liturgie et à la constitution sur l’Église. Et si nous considérons le numéro 3 de Lumen Gentium, il marque certes un christocentrisme ecclésial mais on y trouve également décrit dès le numéro 3 de la constitution le lien entre l’Église et le mystère de l’Eucharistie.

34De même Dei Verbum, dès ses premiers numéros part du mystère de la volonté de Dieu pour exposer la dynamique de la Révélation  :

Il a plu à Dieu, dans sa bonté et sa sagesse, de se révéler lui-même et de faire connaître le mystère de sa volonté, par lequel les hommes ont accès auprès du Père par le Christ, Verbe fait chair, dans l’Esprit Saint et sont rendus participants de la nature divine. Ainsi par cette Révélation, le Dieu invisible, dans son amour surabondant, s’adresse aux hommes comme à des amis et est en relation avec eux, pour les inviter à la vie en communion avec lui et les recevoir en cette communion – DV 2.

35On retrouve également la dimension de mystère en Gaudium et Spes en particulier au numéro 22 où les Pères emploient six fois le terme mysterium  :

En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe Incarné. En effet, Adam, le premier homme, était la figure de l’homme à venir, c’est-à-dire du Christ Seigneur. Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui dévoile sa plus haute vocation. Il n’est donc nullement surprenant que les vérités ci-dessus mentionnées trouvent en Lui leur source et atteignent en Lui leur point culminant – GS 22.1.

36Ainsi le concile manifeste comment le Mystère du Christ illumine tout le Mystère de l’Homme et en constitue « la source et le sommet » pour reprendre, en la transposant, une expression conciliaire. Le Pape Jean-Paul II, synthétisait en ces termes sa vision du concile Vatican II dans la lettre apostolique Tertio Millennio Adveniente de 1994  :

Le Concile Vatican II constitue un événement providentiel par lequel l’Église a commencé la préparation immédiate du Jubilé du deuxième millénaire. Il s’agit en effet d’un Concile semblable aux précédents, et pourtant très différent ; un Concile centré sur le mystère du Christ et de son Église, et en même temps ouvert au monde. Cette ouverture a été la réponse évangélique à l’évolution récente du monde, avec les bouleversements qu’a connus le xxe siècle éprouvé par une première puis une deuxième guerre mondiale, par l’expérience des camps de concentration et d’effroyables massacres. (…) – (Tertio Millenio Adveniente n°  18).

* *
*

37À la différence des autres conciles qui se situaient dans une perspective plus apologétique, afin de répondre à des remises en cause de points fondamentaux de la foi de l’Église, le concile Vatican II est un concile d’aggiornamento et d’enseignement, enseignement au sens où il s’agit de transmettre avec les mots adéquats et de faire connaître le mystère du Christ ressuscité, le mystère du salut, aggiornamento dans la mesure où il s’agissait de faire acte théologique au sein d’un monde en pleine mutation et qui se relevait de deux guerres mondiales. En ce qui concerne le travail des théologiens, le concile appelle à un approfondissement mystérique et par conséquent très théologique de la Révélation. Son herméneutique est loin d’être achevée. En effet, travail de théologiens en collaboration avec le magistère, le concile appelle aujourd’hui à l’approfondissement théologique dans une collaboration, une transversalité entre les disciplines, transversalité qui est présente au sein des différentes constitutions et qui est source de richesse pour le travail en théologie. Transversalité à laquelle invite d’ailleurs le document de la Commission Théologique Internationale intitulé La théologie aujourd’hui ; perspectives, principes et critères en ces termes :

  • 46 Commission Théologique Internationale, La théologie aujourd’hui  : perspectives, principes et critè (...)

Comme c’est le cas pour toutes les vocations chrétiennes, le ministère des théologiens est personnel et aussi en même temps communautaire et ecclésial […] Aujourd’hui, il est de plus en plus fréquent que les projets de recherche et les publications soient menés en collaboration, que ce soit à l’intérieur d’un domaine théologique ou de façon transversale.[…] Il faudrait aussi favoriser les occasions de rencontres et d’échanges interdisciplinaires entre théologiens et philosophes, spécialistes des sciences naturelles et sociales, historiens, etc…46

38C’est là sans doute un appel intéressant surtout en ce qui concerne les échanges interdisciplinaires Il pourrait donc être intéressant pour approfondir l’herméneutique du concile de travailler à la manière conciliaire et de poursuivre un travail interdisciplinaire d’approfondissement des textes conciliaires. La recherche est à poursuivre cinquante ans après le concile…

Haut de page

Notes

2 W. Kasper, Dogme et évangile, Paris, Casterman, 1967, p. 101  : « Le concept de dogme est un concept dynamique et fonctionnel  : le dogme résulte de l’expérience antérieure de l’Église au contact de l’évangile et anticipe une expérience future pour laquelle l’Église doit se tenir ouverte ».

3 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum » dans Des théologiens lisent le concile Vatican II, Pour qui ? Pour quoi ?, Paris, Bayard, 2012, p. 47.

4 H. de Lubac, « Leçon inaugurale : Apologétique et théologie » dans Théologies d’occasion, Paris, DDB, 1984, p. 103.

5 Jean XXIII, Message au monde entier « Ecclesia Christi lumen gentium », 11 sept. 1962.

6 L. Villemin, « Vatican II et la théologie », dans Des théologiens lisent le concile Vatican II, Pour qui ? Pour quoi ?, p. 11.

7 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum », p. 47.

8 P. Bordeyne, L. Villemin, « L’âge théologique de l’herméneutique conciliaire » dans Vatican II et la théologie ; perspectives pour le xxie siècle, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei » n°  254, 2006, p. 7.

9 G. Alberigo, J.-P. Jossua, La réception de Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei » n°  134, 1985, p. 56.

10 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum », p. 47.

11 C. Theobald, « Dans les traces… » de la constitution « Dei Verbum » du concile Vatican II ; bible, théologie et pratiques de lecture, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei » n°  270, 2009, p. 37.

12 Ibid., p. 37.

13 « L’unité de la théologie ne se découvre que dans la pluralité articulée des prises de parole théologique. Et la bonne articulation de ces prises de parole – une bonne division du travail théologique – est peut-être la tâche primordiale de l’Église. » J.‑Y. Lacoste, « Théologie » dans le Dictionnaire Critique de Théologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige » 2007, p. 1383.

14 P.‑M. Gy, « Situation historique de la constitution », dans J.‑P. Jossua, Y. Congar, (dir.), Vatican II, La liturgie après Vatican II, Paris, Cerf, coll. « Unam Sanctam » n°  66, 1967, p. 121-122.

15 Gy, « Situation historique de la constitution », p. 122

16 P. Prétot, « La constitution sur la liturgie  : une herméneutique de la tradition liturgique », dans P. Bordeyne, L. Villemin, (dir.), Vatican II et la théologie, Perspectives pour le xxie siècle, p. 19.

17 Ibid., p. 20.

18 Ibid, p. 18.

19 Cf. J. Ratzinger, « L’ecclésiologie de la constitution conciliaire Lumen Gentium », (Conférence au congrès d’études sur le concile Vatican II, 25-27 février 2000), dans la DC 2000, n°  2223, p. 304  : « La Constitution sur l’Église, qui suit comme second texte du Concile, devrait alors être vue comme intimement liée à la Constitution sur la Liturgie. L’Église se laisse conduire par la prière, par la mission de glorifier Dieu. Par sa nature même, l’ecclésiologie a quelque chose à voir avec la liturgie. »

20 Gy, « Situation historique de la constitution », p. 122.

21 Y. Congar, Jalons pour une théologie du laïcat, Paris, Cerf, Coll. « Unam Sanctam » 23, 1954, p. 369.

22 J.‑P. Jossua, « La constitution Sacrosanctum Concilium dans l’ensemble de l’œuvre conciliaire » dans Jossua, Congar, (dir), Vatican II, La liturgie après Vatican II, p. 129.

23 Ibid., p. 129.

24 Y. Congar, « L’ecclesia ou communauté chrétienne sujet intégral de l’action liturgique. » in J.P. Jossua, Y.Congar, (dir), Vatican II, La liturgie après Vatican II, p. 241-282. L’auteur précise à propos de SC 26 « Cette doctrine est aussi, sous une forme plus enveloppée, celle de la constitution dogmatique Lumen Gentium surtout en son numéro 11 » p. 241.

25 Cf. Lumen Gentium, chap. 1, Le mystère de l’Église, nos 1-4.

26 « Cette participation pleine et active de tout le peuple doit être recherchée avec le plus grand soin dans l’œuvre visant à restaurer et à promouvoir la liturgie. » SC 14 Cf. aussi nos 21, 26, 41, 90, 114, 121.

27 Cf. Jossua, « La constitution Sacrosanctum Concilium dans l’ensemble de l’œuvre conciliaire » p. 130  : « À ces vues vient répondre, fondé bibliquement et admirablement orchestré le chapitre II de Lumen Gentium. »

28 P.-M. Gy, « La formation liturgique et la participation active », LMD n°  77, (1er trimestre 64), p. 33.

29 Ibid., p. 34.

30 J. Famerée, « Les premières interprétations de « Lumen Gentium »  : enjeux pour l’herméneutique conciliaire actuelle. » dans P. Bordeyne, L. Villemin (dir.), Vatican II et la théologie ; Perspectives pour le xxisiècle, p. 38s.

31 G. Baraúna, Préface, dans L’Église de Vatican II, t. II, Paris, Cerf, coll. « Unam Sanctam » 51b, 1966, p. 17.

32 Ibid., p. 19.

33 Commission Théologique Internationale, La théologie aujourd’hui ; perspectives, principes et critères, Paris, Cerf, 2012, n°  5, p. 22.

34 M.‑D. Chenu, dans Des images, des témoins, Vatican II ; le cardinal Etchegaray, Mgr Gilson et le Père Cancouët racontent le Concile Vatican II, CFRT, Janvier 2006.

35 Pour ne citer que les occurrences des quatre constitutions  : Histoire du Salut SC 16, 35 ; LG 2, 9, 55, 65, DV 2, GS 13, 32, 41 ; Histoire des hommes GS 1, 2, 4, 9, 10, 41, 44, 45, 76 ; Histoire du monde GS 5, 34, 38.

36 E. Durand, « Révélation trinitaire et histoire du salut selon Dei Verbum »

37 Ibid., p. 44.

38 Ibid., p. 48

39 LG 1.

40 Y. Congar, « L’appel de Dieu », dans Le peuple de Dieu dans l’itinéraire des hommes : Actes du 3e Congrès mondial pour l’apostolat des laïcs (Rome 11-18 oct.1967) vol. 1, Rome, 1968, p. 103-122.

41 Cf. à titre d’exemple P. Bordeyne, L’homme et son angoisse ; La théologie morale de Gaudium et Spes, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei » n°  240, 2004.

42 G. Médevielle, « Le renouveau de Vatican II pour la théologie morale » dans Des théologiens lisent le concile Vatican II, pour qui ? pour quoi ?, p. 108

43 Ibid., p. 109.

44 Ibid., p. 112.

45 Mysterium  : SC 2 ;5 ;6(2 fois),16,17,19,35,48,52,61,102 (2 fois), 103,104, 106, 107 (2 fois), 108 (2 fois), 109, 111. LG 3(2 fois), 5, 7, 8 (2 fois), 11, 21, 26, 28, 32, 39, 41, 44, 52, 54,55,56, 63, 65, 66, DV 2, 15, 17, 24,26 ; GS 2,10,15, 22 (6 fois), 39, 40 (2 fois), 41, 45, 52, 57, 93. Dans H. Tardif, G. Pelloquin (dir.), Index et concordance  :Vatican II, Paris, Les éditions ouvrières, 1969, art. mysterium.

46 Commission Théologique Internationale, La théologie aujourd’hui  : perspectives, principes et critères, n°  45-46, p. 60-62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Poulet, « Vatican II un concile programmatique, une vocation pour la recherche en théologie », Revue des sciences religieuses, 88/2 | 2014, 235-252.

Référence électronique

Frédérique Poulet, « Vatican II un concile programmatique, une vocation pour la recherche en théologie », Revue des sciences religieuses [En ligne], 88/2 | 2014, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/868 ; DOI : 10.4000/rsr.868

Haut de page

Auteur

Frédérique Poulet

LUNAM Université
Université Catholique de l’Ouest
EA 4377 Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page