Navigation – Plan du site
Recensions
83.213

Jean-François Six, Charles de Foucauld autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2008, 447 p.

Yves Labbé
p. 285-287
Référence(s) :

Paris, Desclée de Brouwer, 447 p.

Texte intégral

1Lors du 100e anniversaire de la naissance, J.-F. Six avait publié un premier ouvrage : L’itinéraire spirituel de Charles de Foucauld. Pour le 150e anniversaire, il apporte un complément à son dernier titre : Le grand rêve de Charles de Foucauld et Louis Massignon. Comme ma recension l’avait montré (2008, p. 578-580), appuyée par un article de l’auteur lui-même (p. 465-482), Foucauld aurait connu « deux postérités » vraiment différentes. La première, « missionnaire », a été fondée dès 1909 : l’Union, une confrérie de chrétiens de toutes conditions, reprise par L. Massignon puis confiée à J.-F. Six. La seconde, « monastique », est constituée des congrégations établies ultérieurement par René Voillaume ainsi que des fraternités vivant de la même inspiration.

2Or, la nouvelle biographie cherche à différencier les deux Foucauld dont sont issues les deux postérités : pour la plus récente, le premier Foucauld (1886-1901), défini dans la biographie de 1962 (Vie de Charles de Foucauld) par « Dieu seul » ; pour la plus ancienne, le second Foucauld (1901-1916), défini alors par « Au cœur du monde ». En vérité, la présente biographie remonte la chronologie antérieure. Un changement de critère, plus anthropologique, ne fait plus de la conversion (1886) le deuxième commencement. « Cet homme vit la joie, respire la joie, donne la joie », conclura le biographe. Cependant, à 24 ans (1882) il « devient un arc tendu, une idée à réussir », pour « une longue marche dans ce terrible tunnel ». C’est seulement à 42 ans qu’il « entre dans une nouvelle joie », « joie de la rencontre, tout particulière- ment des derniers » (p. 425).

3La première période, juste esquissée, suit les chemins de l’amitié et de la curiosité, avant ceux de l’insouciance et de la provocation, jusqu’à une démission précoce de l’armée qui consterne la famille. Mis par celle-ci en quelque sorte sous tutelle, Foucauld prépare, réalise, enfin consigne une exploration au Maroc qui lui rend l’estime des siens en même temps qu’un statut social. C’est ici que commence la deuxième période, celle d’un « rassemblement grave sur soi, d’assurance, de dure fermeté » (p. 85). Avec la conversion, elle couvre les années de vie cistercienne travaillées par un projet érémitique en pays de mission. Foucauld se nomme lui-même Frère Charles de Jésus, un titre délaissé plus tard. En 1899, la rédaction d’une petite règle laisse place à un volumineux règlement, « extrême, sinon inhu- main », dont émane pourtant, « à travers sa face sombre elle-même, une lumière extraordinaire » (p. 130). La troisième période s’ouvre avec l’ordina- tion sacerdotale dans le diocèse de Viviers, puis le départ en Algérie au plus près possible d’un Maroc encore fermé. L’Abandon à la Providence divine, texte attribué à J.-P. de Caussade, prend valeur de référence spirituelle. Une sollicitation du colonel Laperrine le conduit vers le sud.

4L’auteur s’attache à cette période pour en éliminer maints clichés et suivre la genèse de l’Union. Foucauld ermite sur le sommet de l’Asekrem ? Il y a séjourné seulement 5 mois, avec un collaborateur touareg, pour avancer ses travaux linguistiques. Moine à Tamanrasset, certes seul mais par défaut de communauté ? S’il renvoie toujours à son ancienne règle, il ne connaît plus de clôture, recevant, sortant et se déplaçant, plusieurs fois en France. Missionnaire chrétien en monde musulman ? Assurément, mais par une évangélisation où la conversation tient lieu de prédication, où la connaissance de la langue et de la culture est posée en préalable. À la recherche de frères et de sœurs ? Résolument, mais pour la même mission, qui est immense, celle de « missionnaires isolés » ou « défricheurs évangéliques », précédant les semeurs autant que les moissonneurs. Les 49 membres que l’Union comptera en 1916 suivront cette voie, et d’autres après eux, Foucauld leur ayant transmis des statuts sans ressemblance avec ceux, précédents, des Ermites du Sacré-Cœur.

5L’adverbe « autrement » retenu dans le titre prend tout son sens. C’est le Foucauld des 15 dernières années en tant qu’il éclaire les années antérieures : « On n’en a jamais fini de retrouver le vrai visage » (p. 423). Chemin faisant, l’auteur rectifie plusieurs interprétations récentes (D. Casajus, 1999 et 2007 ; A. Chatelard, 2000). Une biographie ne pouvait négliger les figures familières. Elle en fait découvrir d’autres, aussi attachantes. Elle retient surtout l’attention pour citer longuement de nombreux textes, en dehors même des correspondances. On aurait d’autant plus apprécié un index. Après une conclusion qui récapitule la vie de Charles de Foucauld autour d’une joie de jeunesse perdue et retrouvée, l’ouvrage ajoute deux annexes. Si l’une revient sur la fondation de l’Union, l’autre résume la pensée politique de Foucauld en 3 convictions : priorité à la réalisation du bien public ou de l’intérêt général ; confiance dans le progrès s’il est à la fois matériel, intellectuel et moral ; attachement aux droits du dernier des hommes. C’est d’un itinéraire spirituel qu’il s’agit mais aussi, inséparablement, d’une destinée humaine qui s’est achevée, presque par accident, dans une Algérie coloniale affaiblie par la guerre mondiale. Le nouveau livre de J.-F. Six contribuera à libérer le Bienheureux d’images convenues, non sans susciter des répliques. Il mérite qu’on s’y arrête. Ce sera sans ennui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Jean-François Six, Charles de Foucauld autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2008, 447 p. », Revue des sciences religieuses, 83/2 | 2009, 285-287.

Référence électronique

Yves Labbé, « Jean-François Six, Charles de Foucauld autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2008, 447 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 83/2 | 2009, document 83.213, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rsr/994

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page