Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Yves FERRI et Manu LARCENET, Le retour à la terre ; tome 1 : La vraie vie ; tome 2 : Les projets ; tome 3 : Le vaste monde, Poisson Pilote, Paris, Dargaud, 2002-2003-2005, 48 p., 48 p. et 48 p.

Laetitia Cornu

Entrées d’index

Géographique :

Rhône

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le monde rural, surtout contemporain, n’est pas un thème porteur en bande dessinée, qui préfère, et de loin, les multiples « ailleurs » que sont les mondes imaginaires, les périodes historiques ou les pays lointains. La « campagne » en BD n’est, à quelques rares exceptions près 1, qu’un arrière-plan peuplé essentiellement d’animaux (vaches, cochons), et occasionnellement d’un Père Gustave bafouillant en patois, pipe au bec et barbe sale au menton.

2Dans ce désert de la création, la parution d’une série nommée « Le retour à la terre », décrivant les aléas de l’installation d’un jeune couple de citadins en milieu rural ne peut que mettre l’eau à la bouche du ruraliste. Scénarisées par Jean-Yves Ferri 2, dessinées par Manu Larcenet 3, les aventures de Manu Larssinet et Mariette sont largement inspirées de l’expérience vécue par le dessinateur, lors de son installation dans la campagne lyonnaise en 2001. Les attentes et les espoirs des jeunes gens, la découverte et la confrontation avec un monde rural bien réel, la façon dont ils vivent leur condition de « néo-ruraux » (de la nouvelle génération, sans lien avec l’agricole), et celle dont ils la racontent aux proches restés à la ville sont autant d’occasions de souligner avec humour les innombrables différences entre réalités et représentations, représentations et discours. Trois albums ont vu le jour en 2002, 2003 et 2005, portant respectivement les titres : « La vraie vie » (tout un programme...), « Les projets » et « Le vaste monde ».

3Que cherchent Manu et Mariette en s’installant aux Ravenelles ? L’introduction au premier tome annonce d’emblée la couleur : « La campagne, c’est chouette, il y a des arbres, des fleurs et des oiseaux ». Les saynètes suivantes précisent les attentes. Il s’agit surtout d’espace, de nature, de silence, de calme. Un certain vide. Nouveaux arrivants, néo-ruraux, Manu et Mariette ne viennent pas à la campagne nantis d’une idéologie, d’une réflexion sur la ruralité, ni même d’un projet particulier. Ils appartiennent à une génération, celle des trentenaires, peu militante, plutôt désabusée, même s’ils sont sensibles à l’écologie, à travers de thèmes tels que le développement durable, la pollution des océans et celle du potager de leur voisin.

4« Je percute pas comment vous faites pour vivre à la campagne », lance le frère de Manu, Tip-Top, lors de sa première visite aux Ravenelles. « ...Ya rien à la campagne ». Évidemment, cette dernière phrase va être rapidement démentie. Le vide attendu se révèle rapidement habité, et même très habité. Les voisins apparaissent et disparaissent, sur le chemin de la boulangerie, à la fenêtre les jours de tempête, de l’autre côté de la haie. Même la forêt où l’on croit pouvoir se défouler dans une parfaite solitude est parcourue de chasseurs, de cueilleurs de champignons, du neveu du voisin, et même d’un ermite. Qui sont ces gens ? « Ils sont bizarres », tente Manu. « Qu’est-ce qu’ils ont de si bizarre ? » lui rétorque Mariette. « Eh bien... prends leurs tee-shirts, par exemple... ils ne portent aucune marque connue ».

5Et c’est vrai que la vieille Mortemont, avec ses questions indiscrètes, le silencieux Monsieur Henri, dispensateur d’une eau de vie classés « Seveso », le maire sentencieux ou l’épicier dur de la feuille sont tous des personnages singuliers, qui semblent correspondre, du moins au début, à la caricature que l’on attend qu’ils soient. On peut être dérouté par la révélation que le monde rural compte quelques fêlés qui n’ont rien à envier au monde urbain. Tel l’ancien maire, qui vit tout nu et tout poilu au sommet d’un arbre et dispense des formules d’une sagesse qui pourrait être aussi bien amérindienne que tibétaine.

6Au fil des pages et des albums, toutefois, les ruraux prennent du relief, renvoyant le lecteur à des questionnements sur ses propres représentations. Les fameux « trois Anglais » ne sont pas des touristes disparus, victimes de villageois retors, mais des aviateurs alliés de la dernière guerre. La vieille Mortemont n’est pas la sorcière de « Blanche-Neige », mais une ex-résistante aussi douée en évasion qu’en obstétrique. Le propriétaire taiseux, que l’on pense « pudique », se joint sans façons à un boeuf improvisé.

7De la réalité au discours, un autre fossé existe, que Ferri et Larcenet prennent un malin plaisir à exploiter. Ainsi, l’une des toutes premières planches... Manu et Mariette sont sur un canapé, ils fixent, sans expression, un téléviseur posé sur un carton. Le téléphone sonne... « ah ! c’est toi, vieux... oui, on habite à la campagne, maintenant... oui, oui... incomparable ». Incomparable, la campagne ne l’est qu’au téléphone. Et justement, Manu et Mariette passent beaucoup de temps au téléphone. Que racontent-ils à leurs amis, les « pâles, maigres, nerveux, boursouflés » qui sont « restés à la ville » ? Ils parlent du silence, de « la vraie vie » qu’ils ont choisi de vivre. Ils vantent leur teint frais, signe de santé. Pour autant, Mariette et surtout Manu ne renvoient pas à leurs amis l’image d’un monde rural édénique. Au contraire, ils en accentuent les dangers, soulignant par-là le courage qu’ils ont eu à faire la démarche de venir habiter « en pleine cambrousse ». Une scène particulièrement drôle montre Manu faisant visiter à ses amis, les « Groggies », les alentours plutôt bucoliques de leur maison. Voici des digitales pourpres : « gaffe, c’est hyper toxique ! », des châtaigniers : « gaffe, ça roule, hyper dangereux pour la nuque ! », une clôture électrique : « gaffe : mortel. On ne touche pas »... et la voisine : « ...idem. On reste groupés ».

8Le discours sur l’autre, l’incompréhension relative ne sont pas l’apanage des urbains. Les ruraux ont aussi leur mot à dire, et ne se privent pas de le faire. Quelques inévitables quiproquos pimentent la relation entre Manu et les villageois. « Mac » pour les uns, désigne un ordinateur de marque Apple, tandis que pour les autres, il s’agit d’un tracteur McCormick... Un chasseur s’exclame « joli coup » en voyant Manu « promener » son chat (il est vrai, un peu à la manière d’un gibier). Manu, malgré tous ses efforts, ne parvient jamais à faire entendre qu’il travaille, non dans le dessin animé, mais dans la bande dessinée.

9Par légères touches successives, le point de vue se décale des citadins vers les ruraux, qui passent progressivement du statut d’objet à celui de sujet. Les chasseurs invitent Manu à participer à une battue à « la beste », variante locale de la chasse au Dahu. Le maire et son équipe refusent à plusieurs reprises l’affiche proposée par le dessinateur pour la fête du cochon, ce qui nous vaut un petit morceau d’anthologie : « à Paris, les éditeurs se battraient pour avoir un dessin pareil. JE SUIS MANU LARSSINET !!! Partout mon style fait école !! Je représente la tendance la plus "upper class" de la BD actuelle ! ... et ici, les villageois me narguent ! Ils osent me demander un second projet !! » Seul le petit neveu du voisin peut, d’un coup de crayon, dessiner le « Naf-Naf » consensuel qui figurera au bout du compte sur l’affiche. Et surtout, les voisins se révèlent de redoutables communicants, parfaitement avertis des rouages de la communication moderne. Le troisième tome se conclut sur une fête villageoise, on devine une réactualisation d’une fête « traditionnelle ». Une équipe de télévision pointe-t-elle le bout de ses objectifs ? Les villageois l’instrumentalisent aussitôt, fournissant à l’envi les images de costumes et danses régionaux, recettes « à l’ancienne » et discours de l’élite municipale, en une auto-caricature hilarante.

10Au terme de la lecture de cette bande dessinée, d’un abord sans prétention, au graphisme dépouillé, quelques schémas se volatilisent. Celui d’un monde rural fait de nature vierge, comme celui d’un monde conservatoire ou patrimonial. La démarche originelle, celle de Manu Larcenet qui, comme bien d’autres artistes avant lui, va chercher à la campagne les idées limpides permettant de créer en toute sérénité, se transforme, sous l’oeil amusé de son scénariste et ami, en une sorte de chemin initiatique. Et c’est là le principal intérêt de cette bande dessinée, de rappeler que le monde rural n’est pas un espace à part, et qu’au-delà des représentations et des discours, seuls comptent les rapports humains, qui obéissent aux mêmes logiques qu’ailleurs. Le tout sur fond résolument optimiste car, après tout, comme l’affirme un Tip Top très étonné en conclusion du troisième tome... « finalement, ça bouge bien aux Ravenelles ».

Haut de page

Notes

1 Voir les albums de Didier Comès ou d’Étienne Davodeau.
2 Auteur entre autres de « Revoir Corfou », éditions Fluide glacial, 2005.
3 Auteur du « Combat ordinaire » (Dargaud) ainsi que de nombreux albums dans la collection Poisson Pilote.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Cornu, « Jean-Yves FERRI et Manu LARCENET, Le retour à la terre ; tome 1 : La vraie vie ; tome 2 : Les projets ; tome 3 : Le vaste monde, Poisson Pilote, Paris, Dargaud, 2002-2003-2005, 48 p., 48 p. et 48 p. », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/1111

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page