Navigation – Plan du site
Positions de thèse

La JAC dans le Massif central méridional (Aveyron, Cantal) des années 1930 aux années 1960

Thèse pour le doctorat d’histoire sous la direction de Gérard Chastagnaret, Université Aix-Marseille 1, 3 volumes, 706 f°, soutenue le 18 décembre 2003, devant un jury constitué de Jean-Luc Bonniol, Gérard Chastagnaret, Jean-Marie Guillon (président), Bertrand Hervieu (rapporteur), et Denis Pelletier (rapporteur), mention très honorable et félicitations du jury à l’unanimité
Vincent Flauraud

Texte intégral

1La Jeunesse agricole catholique (JAC, fondée en 1929 et transformée en MRJC en 1961) ainsi que sa branche féminine, la JACF (1933-1963), ont pu apparaître aux yeux d’observateurs des campagnes françaises du 20e siècle comme « le courant le plus influent parmi les acteurs du développement rural » 1 à l’époque des « Trente glorieuses ». Les premières tentatives (indirectes) de retour sur l’histoire du mouvement, datant des années 1960, avaient ainsi été portées essentiellement par d’anciens jacistes ou par des sociologues, qui entreprenaient de décrire et d’expliquer le bouleversement récent des « campagnes ». Deux titres-concepts, appelés à une grande fortune historiographique, résument leur approche : La révolution silencieuse de Michel Debatisse et La fin des paysans d’Henri Mendras 2. La JAC, abordée dans sa phase la plus proche, était considérée avant tout comme un « lieu d’incubation » pour de nouvelles élites rurales (notamment syndicales), issues de la petite et moyenne paysannerie.

2C’est dans les années 1970 que la JAC est devenue en soi un objet d’histoire, partagé entre universitaires et anciens témoins. Ils ont alors entrepris d’établir un état des lieux spécifique au mouvement : construire sa chronologie, décrire son fonctionnement institutionnel, évaluer ses effectifs, cartographier son implantation 3… Mais il y avait là une conception assez linéaire et « unifiante » de l’histoire de la JAC. En outre, cette histoire jaciste ne s’intéressait qu’assez peu à la branche féminine, la JACF, peut-être parce que ces études s’étaient d’abord penchées sur le rôle économique et professionnel du mouvement, où l’implication de la branche masculine était plus évidente 4.

3Dans les années 1980, la recherche sur la JAC-JACF (sous la conduite, essentiellement, de sociologues ou d’agronomes) entreprend d’affiner les approches et de remettre en cause certaines idées acquises. En 1983, le sociologue Sylvain Maresca 5 réduit à une « illusion [l’émergence] d’une "génération spontanée" de dirigeants jacistes » issus de la paysannerie de base, n’y voyant que la légitimation de positions déjà acquises. Roger Le Guen et François Colson mettent en garde aussi bien devant une « perception "subjectiviste" : la JAC serait à l’origine institutionnelle de toutes les mutations du monde rural » que devant une « perception mécaniste : l’évolution serait seulement le produit des évolutions économiques, sociales, politiques » 6. Roger Le Guen, au lieu d’envisager un apogée final, au regard de la réussite du CNJA, en distingue bien la JAC, qui continue à exister parallèlement, et il insiste sur son incapacité, après 1955, à « se structurer comme organisation coopérant avec d’autres acteurs réels pour un changement social ». Tout en relativisant l’originalité de la vision jaciste à propos de la modernisation agricole, François Colson, suivi en cela par Hiroko Yamane Shiozaki 7, réhabilite la dimension catholique de l’éthique jaciste comme facteur de sa réussite, alors que jusque là, il avait été fréquent d’insister, au contraire, sur sa sécularisation relative après la guerre. Les études s’ancrent aussi de plus en plus dans le terrain local 8. En outre, dans le courant des années 1980 et 1990, la JAC et la JACF deviennent des chantiers d’investigation pour les sciences de l’éducation ou pour des champs en pleine émergence de la recherche en histoire sociale : histoire de la jeunesse, histoire des femmes, histoire culturelle 9… Dans une période récente, c’est ainsi à une écriture de plus en plus « émiettée » de l’histoire de la JAC-JACF que nous avons assisté : outre les approches thématiques, les études centrées sur une période limitée se sont multipliées – à l’image de l’ouvrage commandé par le MRJC en 1996 10 –, ainsi que les travaux prosopographiques sur des dirigeants marquants 11, pendant que se poursuivait avec succès l’approche départementale, traduisant notamment le retour en force d’une demande mémorielle de la part des « anciens ».

4Nous avons voulu pour notre part renouer avec une approche globale de l’histoire sociale de la JAC et de la JACF, sur l’ensemble de leur période d’existence, afin de reprendre un questionnement général sur la signification sociale du mouvement. Lors de la phase active, pour la recherche, qu’avait représenté le début des années 1980, Paul Houée avait posé les termes du débat, qu’aucune synthèse générale n’était venue trancher : « Qu’est-ce au juste que la JAC[/F] ? Certains n’y voient qu’un courant moderniste qui a favorisé l’intégration de l’agriculture dans l’économie dominante ; d’autres au contraire insistent sur sa capacité de création collective, de réponse originale aux défis du système. A-t-elle été le tremplin pour des élites en quête de pouvoir, ou au contraire un grand mouvement de masse et d’éducation populaire ? Comment une même formation a-t-elle pu produire des courants et des hommes aussi différents ? » 12 Par notre travail, il s’agissait ainsi de mieux comprendre à la fois les processus de construction militante d’une identité et plus encore d’une promotion individuelles et/ou collectives des jeunes ruraux et jeunes rurales des décennies centrales du 20e siècle, au croisement entre appartenance religieuse et engagement rural, et d’établir comment cette appartenance militante avait pu jouer, à l’articulation entre le local et le national, non seulement pour faciliter la « modernisation agricole » de cette époque, rôle auquel on réduit souvent la JAC, mais aussi pour accompagner et éventuellement accélérer à l’échelle de l’ensemble de la société rurale, les grandes mutations homogénéisantes de cette époque.

5Partant du principe que seule l’approche de terrain peut conduire à comprendre de façon relativement fine les mécanismes qui sont à l’œuvre dans une telle organisation, il s’est agi de déterminer l’échelle de l’étude. L’essentiel des approches locales menées jusque là avaient retenu celle du département 13. Pour éviter les risques d’extrapolation abusive, ou d’érudition stricte, nous avons préféré conduire une approche commune et comparative de deux départements, suffisamment proches du point de vue géographique et socio-économique pour que puissent se dégager des axes communs, et suffisamment différents, aussi, notamment du point de vue de la pénétration jaciste, pour atteindre, grâce à la démarche comparative, un certain degré de complexité dans la compréhension des phénomènes. Jusqu’alors, l’Ouest, et la région Rhône-Alpes avaient attiré l’essentiel de l’attention. Les deux départements retenus, l’Aveyron et le Cantal, relèvent d’une région moins étudiée, et surtout, se situent volontairement sur un « site-frontière ». L’Aveyron a fréquemment été évoqué comme caractéristique, voire comme l’archétype du département de la France du sud marqué par l’influence de la JAC-JACF 14. Le Cantal en revanche, s’il relève aussi, pour la JACF, du pôle majeur d’implantation qui couvre le Massif central méridional, appartient plutôt, pour la branche masculine, à la zone de faiblesse qui court du Sud-Ouest au Bassin parisien. L’Aveyron apparaît comme une terre catholique par excellence, alors que dans le Cantal, une empreinte religieuse en demi-teinte va de pair avec une vieille tradition radicale. Mais ce sont dans les deux cas des départements à forte dominante agricole, où les propriétaires-exploitants constituent l’assise sociale majeure 15, à la différence des espaces jacistes de l’Ouest, où le fermage dominait.

6Pour conduire cette étude, nous pouvions nous appuyer sur une abondante presse militante ou confessionnelle locale, dépouillée intégralement de 1929 à 1965 en appliquant en outre aux rubriques consacrées spécifiquement à la jeunesse rurale, les méthodes classiques d’analyse de presse forgées par Jacques Kayser 16 ; il devenait ainsi possible de dessiner sur l’ensemble de la période les variations des centres d’intérêt, comme autant de marqueurs des ajustements continus de l’identité militante. À vrai dire, l’étude de la presse militante stricto sensu n’a pu être intégralement conduite que pour l’Aveyron, où elle a été intégralement conservée, tout comme une bonne partie des archives des fédérations JAC et JACF : quelques épaves, pour les années 1940 et le début des années 1950, et l’essentiel, de la fin des années 1950 jusqu’à la transformation en MRJC. Les deux sources sont d’ailleurs souvent redondantes et, passé ce constat, le recours aux archives s’est limité à quelques sondages, vérifications ou approfondissements. Dans le Cantal en revanche, la reconstitution s’est révélée beaucoup plus hasardeuse : la presse militante conservée dans les dépôts publics s’interrompt en 1950, les archives fédérales ont été détruites, et les archives diocésaines sont indigentes dans ce domaine. Un fonds d’archives privées conservées par un ancien aumônier de zone est fort heureusement venu combler le « vide » des années 1950-1960. Pour le reste, il a fallu partir en quête du moindre indice présent dans les principales publications catholiques locales hebdomadaires 17. Enfin, dans un département comme dans l’autre, nous avons complété la quête par un certain nombre d’entretiens « d’approfondissement » avec un effectif limité d’anciens acteurs (militants ou aumôniers), sélectionnés en fonction de leur représentativité : selon l’époque d’engagement ou la nature des responsabilités.

1929-1939 : « L’appel du Grand Semeur s’élève » 18

7Paradoxalement, le démarrage de la JAC, et de la JACF aveyronnaise, est apparu tardif dans ce futur bastion du sud du Massif central. L’éloignement de la France méridionale par rapport aux centres d’impulsion et d’expérimentation du mouvement ne suffit pas à l’expliquer. L’étude des résistances à la « spécialisation par milieux » de l’Action catholique a permis de repérer les réseaux qui les ont portées, et les jeux de pouvoir qui les ont fait se confronter aux groupes de partisans. Sont ainsi apparus des réseaux de résistance « active et irréductible », présents en Aveyron, et des pôles plutôt « attentistes », caractérisant davantage le Cantal. Chaque fois, leur force de conviction et d’entraînement trouvait sa source dans l’environnement culturel et organisationnel : en Aveyron, au sein des organisations de jeunesse catholique (notamment féminines) déjà existantes, une tendance plus sensible aux hiérarchies, aux approches religieuses, sociales et morales, qui nourrissait la « doctrine » des réseaux d’opposants à la spécialisation, et leur assurait le soutien d’une bonne partie du clergé rural ; dans le Cantal, les assises moins uniformes du christianisme, comme la forte implantation locale du radicalisme, ont conduit l’Église à adapter précocement sa conduite envers la jeunesse, en s’ouvrant à la prise en compte du milieu. Mais, transcendant les clivages, c’est apparemment l’intervention des évêques, quelque discrète qu’elle fût, qui s’est révélée déterminante pour conduire à l’adoption de la spécialisation, et a fortiori à l’essor de la JAC puis de la JACF à partir, ici, du milieu des années 1930. Leur nouvelle attitude s’inscrivait en fait, de façon large, dans le « basculement » de l’épiscopat français en faveur de la spécialisation en 1934 19. Néanmoins, le soutien épiscopal n’a pas été seulement une adhésion aux principes défendus : il a pu constituer aussi un élément d’une stratégie de reprise de contrôle. Parallèlement, ont émergé des réseaux régionaux reliant les acteurs et actrices de la spécialisation rurale. Cette « régionalisation » a représenté pour eux un autre atout, par les solidarités et les échanges d’expériences qu’elle a suscités. En même temps, la proximité du cadre de vie des ruraux d’un département à l’autre – il s’agissait majoritairement de petits et moyens paysans propriétaires –, a contribué à l’ancrage de la notion de « milieu », et a rejoint le travail de constitution et de défense d’une identité paysanne « positive », qu’opérait le discours jaciste national. En cela, l’ancrage régional a pu être paradoxalement l’un des éléments de la constitution d’une conscience jaciste nationale. Même si la façon d’aborder chaque thématique demeurait typée d’un diocèse à l’autre, chacun a amendé en effet ses orientations traditionnelles pour se rapprocher d’un modèle national et d’un certain équilibre entre d’une part la fin apostolique de l’Action catholique spécialisée, et d’autre part les moyens qu’elle entendait employer, ouverts à la prise en compte du milieu. Mais au final, le fait que cet « alignement culturel » ait pu se produire montre que le côté mixte de la JAC-JACF – agricole et catholique, selon son intitulé – a sans doute constitué pour elle un atout précieux, par la perception positive large qu’il permettait de susciter. En unifiant la démarche de prise en compte du milieu, elle a joué un rôle légitimant, et a finalement engagé le processus là où les conditions locales y avaient été moins propices jusque là. Comme a pu le dire Sylvain Maresca dans une belle formule, la JAC est bien née « au point de rencontre entre ce que l’Église avait de plus paysan, et la paysannerie [...], de plus religieux » 20.

8Sylvain Maresca pensait ainsi pouvoir expliquer « le succès de la JAC dans les années 50 comme la rencontre des deux groupes les mieux faits pour se rencontrer : les plus isolés des agriculteurs aisés, avides d’intégration sociale et de légitimation, et les plus en pointe des paysans moyens, avides de promotion » 21. Or, il est possible de se demander si ces deux logiques n’ont pas cohabité dès l’origine. Les dirigeant(e)s cantalien(ne)s d’avant-guerre apparaissent en effet plus « mûr(e)s » que leurs équivalents rouergats, issus de familles relativement bien installées dans l’agriculture, souvent bien reliées aux réseaux sociaux locaux, dans des communes peu marquées par l’exode rural. Faut-il rapprocher ce constat du fait que le Cantal se distingue au sein de la France méridionale par la présence d’exploitations bien plus étendues que la moyenne ? S’impliquer auprès de la JAC-JACF, ce pouvait être participer à la reproduction d’un statut, ou au renforcement de la logique d’ascension déjà enclenchée dans la famille, a fortiori chez les jeunes filles, dont les parents apparaissent moins liés au milieu agricole. En revanche, en Aveyron s’impose plutôt l’image de premiers dirigeants (alors exclusivement masculins) majoritairement issus de familles fragilisées socialement. Adhérer à la JAC, ici, ce pouvait être davantage tenter de prendre sa revanche. Cette différence peut ainsi expliquer le contenu divergent, dans l’entre-deux-guerres, d’un diocèse à l’autre, de l’approche du monde rural au sein de la Jeunesse catholique rurale masculine puis de la JAC : dans le Cantal, il s’est agi de discuter déjà, en « techniciens » ; en revanche, en Aveyron, l’aspect sensible, identitaire, plus « flou », devait primer : il fallait, d’abord, exister, sans remords, avant de chercher à progresser dans sa technique.

1939/40-1954 : Construire le grand mouvement de la jeunesse rurale

9Dans ces espaces ruraux du Massif central méridional, ce sont les deux-trois premières années de la guerre qui marquent l’entrée réelle de la JAC-JACF dans le paysage institutionnel. Même si elle n’encadre pas, loin de là, la majorité des jeunes ruraux, elle acquiert une relative ubiquité dans la région. Mais cet essor, et la reconnaissance qui l’accompagne, illustrent surtout la poursuite et même le renforcement d’une démarche d’encadrement et de contrôle de la part de l’Église, portée par son discours apostolique. Ils révèlent sa forte réactivité dans un contexte porteur pour les valeurs familiales et terriennes « traditionnelles » qui marquent, a fortiori pour la JAC-JACF, un champ de convergence avec le régime de Vichy. Plus que le risque de voir instaurer une jeunesse unique, écarté en grande partie du fait de la confiance mise dans le maréchal, c’est plutôt la crainte de l’émergence de mouvements neutres concurrents qui semble avoir aiguillonné l’Église. Cette crainte a désamorcé définitivement les réticences (notamment celles de la jeunesse féminine) à l’égard de la spécialisation, qui, de sujet de débat, devenait une solution stratégique pour assurer une présence maximale. La perception d’objectifs communs, toujours mêlée à la volonté de maintenir ou d’accroître un contrôle social, a encouragé la participation des mouvements catholiques aux initiatives de solidarité conduites par le Secours national ou la Légion. Elle a joué, aussi, pour placer, un moment, un certain espoir dans la gestion des questions agricoles par une Corporation paysanne investie par des catholiques ; un espoir qui contribue à prolonger un temps de pause dans l’investissement de la jeunesse catholique rurale au service de la modernisation de l’agriculture, la Corporation elle-même commençant à proposer des journées rurales pour la formation des jeunes gens, des cours ménagers pour les jeunes filles. Mais l’emprise ecclésiale maintenue n’a guère encore permis à la JAC-JACF de jouer vraiment dans le sens de la promotion individuelle d’individus « de valeur » sortis du rang. Le renouvellement des dirigeant(e)s est finalement limité. Néanmoins, les prémices d’un processus de promotion collective sont sans doute là : via les actions de solidarité qui débouchent sur l’organisation de divertissements, la JAC-JACF offre à une jeunesse parfois désemparée par la situation, en même temps qu’un lieu-refuge, un cadre formel d’action, où peut se forger le sens de la responsabilité et de l’initiative.

10L’étude de terrain permet de déterminer que c’est entre 1942 et 1944 que s’amplifie peu à peu l’écho, popularisé par l’historiographie, de notions promues par l’échelon national, dont le contenu doctrinal est en soi un appel direct à la promotion collective des individus : « christianisme charnel », « humanisme chrétien », « courant de vie », « épanouissement », « témoignage »… Il faudrait pourtant se garder de surestimer leur effet. La branche féminine (JACF), qui est la plus active, et la plus présente sur le terrain pendant cette période, y échappe en grande partie. L’encadrement ecclésiastique, voire, comme dans le Cantal, le long maintien des dirigeants masculins d’avant-guerre, ont pu faire écran. L’orientation vers une action éducative « de masse » – ou du moins, espérée comme telle – autour de l’enjeu des apprentissages professionnels et/ou ménagers est plus tangible dans cette deuxième moitié de la guerre. Certes, la nécessité d’établir un modus vivendi avec la Corporation, ainsi que le danger de concurrence qui émerge avec la mise en place des Groupes de jeunes paysans, ont été déterminants en la matière. Mais la réalité ne peut se réduire ni à un a priori de connivence entre la Corporation et la JAC-JACF, ni au repérage d’un discours défensif. En fait, ce sont des conditions très locales qui jouent chaque fois : le type de rapports qu’entretiennent entre eux les réseaux respectifs de la JAC-JACF et de la Corporation ; les liens familiaux ; l’expérience antérieure en matière de formation professionnelle et/ou ménagère ; les enjeux de pouvoir, aussi, ou bien, tout simplement, la plus ou moins grande vitalité des fédérations. La branche masculine, surtout, a souffert des conséquences du STO : des ponctions certes, mais aussi de la désorganisation ou de l’abattement moral qu’il pouvait provoquer. Pour autant, les cas d’engagement dans la Résistance ont été en général le fait de démarches individuelles. En revanche, il est indéniable que, par des voies diverses, la JAC-JACF, amenée par la force des circonstances à « vivre en pleine pâte » 22, a « résisté » à ceux qui auraient voulu « l’enfermer à la sacristie », et a pris la mesure du rôle qu’elle pouvait jouer pour l’épanouissement et l’éducation des jeunes ruraux et rurales – la première notion a inspiré surtout l’attitude des années 1945-48, la seconde, celle des années 1949-54.

11À la Libération, les premières bribes d’une approche humaniste commencent vraiment à mettre l’accent sur la notion d’engagement au service des communautés. La compétence professionnelle suscite un intérêt nouveau. Mais, contrairement à ce qui a souvent été dit, aussi bien pour la JAC que pour la JACF, il n’est guère possible de parler de « déconfessionnalisation » – ni même, de façon un peu plus neutre, de « sécularisation » – du mouvement. La religion, en fait, est toujours présente, non seulement auprès d’une élite restreinte de militant(e)s, mais aussi dans l’ensemble des manifestations ouvertes à la masse. À la limite, en région de forte empreinte catholique, comme l’est notamment l’Aveyron, le caractère catholique revendiqué par le mouvement rassure, et c’est lui qui permet, en ces premières années d’après-guerre, de rallier de nouveaux éléments venus peut-être d’une sphère moins pratiquante, mais dont la démarche est facilitée par l’appartenance à un même univers culturel. En fait, l’insistance sur les notions d’« engagement » et plus encore d’« épanouissement », qui marque l’esprit humaniste de la période, est ambiguë. La JAC-JACF appelle à s’engager dans une modification des structures sociales, pour mieux répondre aux besoins spécifiques de chacun : c’est d’ailleurs de cette façon qu’elle « prend à la Libération la forme d’un mouvement d’émancipation sociale, [...] [plutôt qu’en] s’opposant, à l’intérieur du monde rural, aux notables locaux » 23. Mais en même temps, parce qu’elle veut conduire ainsi la communauté rurale à « s’élever vers le Christ », et parce qu’elle s’adresse pour cela, essentiellement, à un public de jeunes catholiques n’ayant guère rompu avec la pratique, elle développe une vision des choses qui peut nous apparaître très empreinte de « morale » au sens classique. De même, le rapport à la « modernité », ou plus largement à la « nouveauté », ne peut être réduit, contrairement à ce qu’ont suggéré certains auteurs, à un rapport négatif au passé, rompant avec la vision nostalgique que la JAC-JACF affectionnait avant-guerre. En fait, il n’y a pas de rejet du passé. Le recours à la tradition, sélectif et instrumentalisé, joue plutôt un rôle de « réconfort identitaire ». Il permet en fait de mieux se disposer à accueillir certaines « nouveautés », en se rassurant sur soi-même. De la même façon, le fait que certaines « innovations » soient promues par un mouvement d’Église constitue en soi un élément rassurant et facilitant. Pourtant, si la « modernisation » des campagnes promue dans le domaine du travail, des loisirs, du logement…, l’est elle aussi de façon sélective, la JAC-JACF, en s’en faisant le vecteur au nom de l’épanouissement humain, prend le risque d’engager un processus qui peut à terme sortir des rails qu’elle avait établis : certains de ceux et de celles qui avaient été atteints par son message ou par son action pourraient en effet ne retenir que l’idée de valorisation d’une « modernité pour elle-même ».

12En termes d’effectifs, de masse d’activités signalées, c’est à la fin des années 1940 et dans la première moitié des années 1950 que la JAC-JACF atteint son apogée dans l’espace étudié. Néanmoins, elle ne semble pas avoir alors essaimé au point d’encadrer, plus ou moins finement, une masse hétéroclite. Comme les cartes nationales déjà connues le laissaient supputer, et comme le confirment les études locales, l’acmé jaciste correspond essentiellement à une intensification de la présence du mouvement dans les zones plus pratiquantes et, à l’échelle locale, légèrement « plus agricoles » (sans être plus mécanisées) que la moyenne. L’on serait donc tenté de rejoindre ici les analyses et hypothèses de Jean-Pierre Houssel 24, pour qui une relation du même type que celle établie par Max Weber entre l’éthique du protestantisme et l’esprit du capitalisme « existe entre la promotion collective qui transforme les comportements dans les pays de chrétienté, et le développement endogène et sans rupture des campagnes. [...] Le référent religieux a été le point d’appui de la promotion collective, qui est le moyen de passage de la routine au progrès. Elle conduit à une mutation globale des comportements qui englobe la vie professionnelle, personnelle et sociale ».

13Certes, ce n’est pas encore le temps de l’application généralisée des solutions prônées (pensons notamment aux solutions communautaires comme la coopération). C’est un moment-creuset, où un maximum de jeunes ruraux et de jeunes rurales est mis en contact, directement ou indirectement, avec la JAC-JACF, se nourrissant de ses valeurs, de son éthique. Or, si le processus n’est pas nouveau, ce qui est capital pour la suite, c’est la conjonction entre cette aura maximale et une approche qui, à partir de la fin des années 1940, met désormais moins l’accent sur les aspirations morales que sur les objectifs éducatifs de ses activités ainsi que sur les visées et les modalités de « modernisation » du milieu rural (de l’organisation de l’espace domestique, à celle de l’exploitation, en passant par les rapports entre générations, entre sexes, ou par la promotion des loisirs…). Les jacistes formés ou sensibilisés à cette époque sont en outre les premiers à assister – dès avant, donc, l’épopée du CNJA – à des prises de pouvoir, pacifiques ou, plus encore, conflictuelles, opérées par des aînés issus de leurs rangs, au sein du syndicalisme agricole. Peut-être avec une « éthique » différente de ce qui sera la leur plus tard. Mais le modèle a été posé. Les jeunes ruraux et jeunes rurales sont appelés à prendre en main leur propre destin ; un destin que les dirigeants jacistes imaginent encore essentiellement circonscrit à un univers rural, alors que des enquêtes commencent à montrer que bon nombre de jeunes gens et plus encore de jeunes filles n’ont pas l’intention de demeurer dans l’agriculture.

1954-1962/63 : La JAC-JACF face à la « fin des paysans »

14Faire face à cette « fin des paysans », cela a été pourtant l’un des enjeux majeurs que le mouvement a dû affronter dans sa dernière décennie. Néanmoins, les racines du délitement de la JAC-JACF plongent bien plus haut que ne l’affirme fréquemment l’historiographie des mouvements de jeunesse catholique. Le processus a été progressif, et s’est engagé dès la première moitié des années 1950. Dans la région étudiée, on peut situer, globalement, le recul de la JAC et de la JACF, entre le milieu des années 1950 et le début des années 1960, de 40 à 60 % des effectifs, la chute étant plus précoce dans le Cantal et dans d’autres départements aux effectifs « moyens », qu’elle ne le fut en Aveyron, département aux forts effectifs capable d’opposer une certaine résistance. Ce mouvement de moyen terme se combine certes avec une phase conjoncturelle d’accélération, mais autour de 1958, ce qui réduit le rôle, immédiat du moins, de la crise de l’ACJF en 1956 et de l’appel du contingent pour la guerre d’Algérie, fréquemment évoqués. Les facteurs les plus déterminants, que les responsables jacistes, sur le moment, ont eu du mal à percevoir, ont sans doute été plus généraux et plus particuliers à la fois. Plus généraux, tenant aux grandes mutations de fond qui ont affecté à l’époque les sociétés rurales, et qui expliquent le recul de moyen terme : la réduction de la part de l’agriculture et des agriculteurs ; le prolongement de la scolarisation ; la fin d’un relatif isolement culturel… Des facteurs plus particuliers aussi, tel le contexte démographique qui fait se succéder, aux âges de militance, les classes creuses nées avant la guerre, et les premiers enfants du baby-boom, portés par un environnement culturel différent. Les rapports entretenus par la JAC-JACF avec le clergé local ont pu se révéler plus déterminants que l’état des relations institutionnelles des instances nationales avec l’Église. Enfin, les relations avec les organisations agricoles, et plus particulièrement avec le CNJA en train d’émerger, ne sont sans doute pas étrangères à l’accélération de la déprise relevée autour de 1958.

15La JAC-JACF a-t-elle alors apporté sa pierre à la « fin des paysans » ? La réponse n’est pas univoque. Elle a sans doute facilité l’« exode rural » et la diversification sociologique des campagnes. De ce point de vue, Henri Mendras avait envisagé avant tout le rôle du discours économique et modernisateur de la JAC-JACF. Il est vrai que le mouvement a dédramatisé les disparitions d’exploitations en les considérant comme le « signe d’une agriculture qui progresse » 25. Mais le plus important, c’est sans doute qu’un corps d’attitudes puisse l’emporter désormais sur l’exaltation première de l’attachement au milieu rural : la modernisation ou la coopération ne sont pas prônées que pour l’agriculture, mais aussi pour le commerce, l’artisanat ; l’important, encore une fois, c’est l’épanouissement personnel de chacun, et cela conduit désormais à valoriser la notion de choix professionnel. Or, penser l’avenir de chaque jeune en termes d’orientation professionnelle, l’agriculture n’étant plus qu’une option, c’est bien une marque de la « fin des paysans ». Mais pour les jeunes gens, cette mutation avait déjà été préparée depuis les années 1930 par le travail de formation professionnelle agricole sur lequel avait insisté la JAC : elle montrait que rien n’était inné, que la profession paysanne s’apprenait de façon organisée et rationnelle, comme tout autre métier. Et la spécificité agricole est en général demeurée à la marge des formations féminines. Or, si des jacistes se sont résolus progressivement à une « fin des paysans », ils n’ont pas voulu la fin des ruraux, même s’ils ont dédramatisé le départ pour la ville. À l’unisson avec les vœux d’orientation des jeunes ruraux et rurales révélés par leur « référendum » de 1957, les jacistes s’intéressent au parcours des artisan(e)s et commerçant(e)s, qui apparaissent eux aussi, désormais, comme garants du maintien d’une identité « campagnarde ». Et ils refusent d’exclure l’agriculture des possibilités de « choix » professionnel.

16Deux éléments apparaissent essentiels pour comprendre l’évolution finale du rapport entretenu alors par la JAC (surtout) et la JACF avec le monde agricole : la nature de ses relations avec les CDJA, et les rapports de force entre les deux principales sensibilités repérables chez leurs militants, les « humanistes modérés » et les « techniciens », pour reprendre les catégories de Gordon Wright 26. De 1954 à 1957, si les questions agricoles ont occupé, dans la presse militante locale, une place jamais atteinte dans toute l’histoire du mouvement, c’est d’abord parce que ce fut un moment d’euphorie, une euphorie entretenue par un sentiment de reconnaissance officielle de la JAC-JACF, désormais impliquée par les pouvoirs publics dans la formation professionnelle des jeunes ruraux et rurales. La discrétion extérieure sur la dimension religieuse de l’action, prix de cette reconnaissance, et l’enthousiasme qui préside à la mise en place du CNJA (considéré d’abord comme un « instrument » de la JAC-JACF) et des premiers stages de productivité, aplanissent sans doute un temps les différences de sensibilité, tout en « libérant » celle des militants les moins tournés vers le religieux. Qui plus est, la prise de conscience de la diversification sociologique du monde rural n’en est qu’à ses balbutiements, et les difficultés économiques de l’agriculture ne sont pas vécues comme insurmontables.

17L’année 1958 apparaît comme une date charnière, qui ne marque qu’un désinvestissement partiel de la JAC en matière d’agriculture. Le retour du « milieu » – dans sa diversité – comme champ d’action, l’idéal de l’« homme complet » mis au premier rang, n’éclipsent pas le modèle du bon agriculteur. Quoique les rapports entre le CNJA et une JAC désormais tenue statutairement à l’écart des cercles décisionnels soient parfois tendus, l’intérêt technique, utilitaire, du premier, continue à être reconnu par les jacistes : concurrent, le CNJA reste partenaire. Au sein de la JAC-JACF, l’élargissement de la perspective d’approche et l’enrichissement des centres d’intérêt abordés lors des rencontres, de même que l’insistance concomitante sur les valeurs (chrétiennes, humanistes, morales, sociales, non « matérialistes »…) qui doivent sous-tendre l’acquisition de compétences, ne sont pas à envisager seulement comme les effets d’une reprise en main hiérarchique, ou d’une affirmation de la ligne « religieuse modérée » chez les dirigeants. C’est aussi une stratégie de (re)légitimation face au CNJA, puisant dans la culture interne du mouvement. Elle suppose en même temps un élargissement des priorités, qui reconnaît de fait la diversification des parcours socioprofessionnels à venir. Était-ce néanmoins suffisant pour retenir les jeunes ruraux et jeunes rurales dans le champ d’influence de la JAC-JACF ? De toute façon, un glissement des jeunes élites les plus susceptibles de conduire une action réformatrice dans le domaine professionnel s’opérait de plus en plus en direction d’autres organismes, et notamment du CDJA. Les apports de la pédagogie jaciste et la force d’attraction et/ou d’organisation de la JAC l’avaient longtemps placée, de fait, dans une situation privilégiée pour dispenser une formation agricole auprès des jeunes et faire émerger de nouvelles élites professionnelles : du milieu de la guerre (comme partenaire majeur de la Corporation) aux années 1950 (comme partenaire des DSA). Le CNJA est aussi sa réussite, puisqu’il est son prolongement indirect. Mais il capte la réalité de l’action. Le retour à la mise en avant de « l’homme complet », de la religion, des préoccupations sociales, paraît inscrire une continuité doctrinale, et atténue ainsi, sans doute, le sentiment de remise en cause du rôle social de la JAC. Mais de fait, celui-ci est atteint.

18La JAC-JACF avait pu en outre, par le passé, jouer comme vecteur principal – sans être pour autant unique – de l’introduction de « nouveautés » auprès des jeunes des régions rurales de forte pratique catholique. Et cela, tant dans le domaine strictement agricole, que, plus largement, dans une perspective socioculturelle : il suffit d’évoquer son rôle dans l’émergence d’une nouvelle vision du couple, ou de considérer combien les « coupes de la joie » ou les voyages ont revivifié le tissu culturel des campagnes à partir de la fin des années 1940. Affaiblie, avec des effectifs restreints, elle n’est plus un acteur majeur de l’ouverture accélérée sur le monde qui s’opère dans les régions rurales de la fin des années 1950 et du début des années 1960. Sauf peut-être dans deux domaines. D’abord, les voyages de longue distance, pour lesquels elle dispose encore d’un quasi-monopole auprès des jeunes là où l’Église reste forte. Ensuite, associée au MIJARC ou à Économie et Humanisme, dans le domaine de la sensibilisation aux questions de la faim dans le monde, de l’organisation des marchés, de l’inégale répartition des richesses et du « sous-développement ». Mais les aspects les plus complexes de ces problèmes ne touchent vraiment qu’une partie plutôt restreinte de l’effectif jaciste même (masculin et féminin).

19Dans tous les autres cas, ce sont des vecteurs extérieurs au mouvement qui priment. Les « nouveautés » se diffusent de façon privilégiée à partir des trois groupes-interfaces que sont les jeunes filles, les « non-agricoles » – tels qu’ils sont désignés par la JAC – et les scolaires. Et surtout, doit être pris en compte l’impact de l’essor des médias : ils diffusent une culture de masse, ils concourent à l’émergence de sa déclinaison juvénile, ils rendent de plus en plus immédiate et familière l’actualité internationale, portée déjà au cœur des familles par l’emballement des « événements » d’Algérie. La JAC-JACF joue davantage comme « filtre », désormais ; à l’occasion, comme simple « caisse de résonance ». Comme « filtre », elle élabore des cadres de lecture et tente de définir un ensemble d’attitudes à adopter face à l’« écho du monde ». La présence jaciste est systématiquement une présence chrétienne affirmée comme telle. L’idéal de préservation morale est notamment en œuvre dans l’accompagnement des soldats d’Algérie et de leurs proches (y compris par la condamnation de la torture ou du racisme). Mouvement d’action, la JAC-JACF s’emploie à maintenir, voire à renforcer, le caractère pédagogique et éducatif de ses activités, notamment de loisirs, allant à la rencontre de la « masse ». Elle entretient, notamment dans le Cantal, la prégnance des références rurales et agricoles. Néanmoins, tout en « cadrant » l’approche, la JAC-JACF se contente d’accompagner la confrontation aux nouveaux enjeux internationaux et aux nouveaux modes de vie. Elle agit, ce faisant, en instance légitimante, sans pouvoir en contrôler toutes les conséquences, comme cela avait été le cas face au « progrès » agricole.

20Comme « caisse de résonance », la JAC-JACF, quoique affaiblie, peut encore jouer un rôle socioculturel non négligeable en régions de forte empreinte catholique, grâce à ses activités de masse. Le rôle sociopolitique de la JAC-JACF est en revanche beaucoup plus effacé. Certes, une ligne « morale » a bien été définie pour les soldats d’Algérie. Mais globalement, la prise de parole sur les aspects les plus sensibles du conflit s’est révélée parcimonieuse, donc d’efficacité très aléatoire, tant le refus de l’engagement politique de la part du mouvement était une donnée ancrée dans sa culture organisationnelle, et tant la reprise en main par la hiérarchie épiscopale le poussait, aussi, à s’auto-contrôler. Néanmoins, la réaction de soutien face à la grève des mineurs de Decazeville montre, début 1962, à la fin de notre parcours chronologique, une JAC-JACF qui ne craint plus de rejoindre le mouvement social, ni de côtoyer des jeunes communistes dans l’action. La caution épiscopale rend cela possible. Plus largement, c’est alors l’Église entière qui cherche à redéfinir sa place dans le monde. Le concile de Vatican II ouvre quelques mois plus tard.

21En fin de compte, la JAC-JACF semble avoir davantage opéré dans le sens d’une promotion collective au service de l’action individuelle, qui a pu être portée par la notion d’« épanouissement », que dans le sens d’une promotion individuelle au service d’une action collective. Nous entendons par là que les processus d’entraînement par la JAC-JACF ont été de nature collective, communautaire, s’appuyant sur un terreau catholique de paysans moyens ; mais que la formation reçue, technique et spirituelle, tout en mettant l’accent sur la notion de « service », portait en elle des concepts susceptibles de conduire à la recherche d’une réussite de vie personnelle. La notion de « chef exemplaire » était un héritage de départ ; par la suite, celle d’« épanouissement » de la personne a pu amener à privilégier le destin individuel, la notion de choix. Ainsi pourrait s’expliquer, aussi, l’existence d’itinéraires ultérieurs particulièrement divers chez les anciens jacistes.

Haut de page

Notes

1 Paul HOUÉE, Les étapes du développement rural, tome 1 Une longue évolution (1815-1950) ; tome 2 La révolution contemporaine (1950-1970), Paris, Éditions ouvrières, 1972, 187 et 296 p.
2 Michel DEBATISSE, La révolution silencieuse. Le combat des paysans, Paris, Calmann-Lévy, 1963, 275 p. ; Henri MENDRAS, La fin des paysans, Paris, SEDEIS, 1967, 307 p.
3 Paul HOUÉE, Les étapes du développement rural…, ouv. cité ; Paul HOUÉE, « JAC-MRJC, 50 ans d’histoire », dans Église aujourd’hui en monde rural, n° 406 [n° spécial], mars 1979 ; Michel BODIN, Bernard LAMBERT, Joachim LEBOT, Roger MOUSSEAU et André VIAL, « Cinquante ans, de la JAC au MRJC », dans Témoignage chrétien, n° 1811, 26 mars-1er avril 1979, pp. 13-18 ; 50 ans d’animation rurale, JAC-MRJC 1929-1979, Paris, MRJC, 1979 ; Marie-Josèphe DURUPT, Les mouvements d’action catholique, facteurs d’évolution du milieu rural, Thèse de troisième cycle en sciences politiques, Paris, 1963, 241 f°, édition en 7 microfiches, Paris, Hachette, 1973 ; Jean-Claude BOULANGER, L’évolution du monde rural en France et l’attitude de la JAC de 1930 à 1950, thèse de théologie, Paris, Institut catholique, 1976, 407 f°
4 Un seul article spécifique repéré : Françoise BOURQUELOT, « La JACF et l’évolution de la femme dans l’agriculture », dans Analyse d’un mouvement social rural. La jeunesse agricole catholique (1929-1978), Angers, École supérieure d’agriculture, 1978, pp. 41-51.
5 Sylvain MARESCA, Les dirigeants paysans, Paris, Éditions de Minuit, 1983, 295 p.
6 Roger LE GUEN, « La place de la JAC dans l’évolution des exploitations agricoles du Maine-et-Loire », et François COLSON, « La JAC et la modernisation de l’agriculture », dans JAC et modernisation de l’agriculture de l’Ouest, Rennes, INRA, 1980.
7 Hiroko YAMANE SHIOZAKI, « De la conception catholique de la modernité à la conception moderne du catholicisme : la presse du mouvement JAC-MRJC, 1929-1972 », Thèse de sciences politiques, Institut des sciences politiques de Paris, 1982, 467 f°
8 Pour une bibliographie complète, voir notre thèse, pp. 680-683.
9 Contentons-nous de deux exemples : Martyne PERROT, « La jaciste, une figure emblématique », dans Rose-Marie LAGRAVE [dir.], Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987, pp. 33-61 ; Gwenaëlle LAOT, La révolution culturelle jaciste : aspects culturels de la JAC/F dans le Finistère (1945-1960), mémoire de maîtrise en histoire sous la direction de Tranvouez, université de Brest, 2001, 215 f°. Néanmoins, les apports de ces études « ciblées » ne sont guère encore intégrés aux ouvrages de synthèse spécifiques à chacune de ces approches : la conscience du rôle social joué par la JAC-JACF dans les décennies du milieu du siècle demeure en grande partie l’apanage des ruralistes ou des spécialistes de la religion.
10 François LEPRIEUR [dir.], JAC/MRJC. Origines et mutations. Un mouvement de jeunesse au cœur de la société française, Lyon, Chronique sociale, 1996, 419 p.
11 Deux exemples : Didier HASCOET, De la JAC à la politique. Cinq itinéraires finistériens : Pierre Abeguilé, Alphonse Arzel, Georges Dauphin, Louis Goasduff, Jo Lareur, Quimper, Calligrammes, 1992, 270 p. ; René BOURRIGAUD, Paysans de Loire-Atlantique. Quinze itinéraires à travers le siècle, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2001, 298 p.
12 Paul HouÉe, « Les étapes du projet jaciste dans le développement rural », art. cité, p. 8.
13 La seule approche régionale, consacrée à la Bretagne (Robert FORT, Ils ont révolutionné le monde rural. L’aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970), Brest, Éditions Le Télégramme, 2001, 284 p.), est l’œuvre d’un ancien dirigeant, qui aborde son espace d’étude comme un « bloc » – peut-être d’autant plus facilement que la pénétration jaciste y fut partout très forte.
14 Par exemple : Jean-Pierre HOUSSEL, « Pour une étude de l’héritage actuel de la JAC dans la modernisation des campagnes de la région Rhône-Alpes », dans Revue de géographie de Lyon, volume 61, n° 4, 1986, p. 469 ; Mark C. CLEARY, Peasants, Politicians and Producers. The Organisation of Agriculture in France since 1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, 220 p., passim.
15 Jean-Claude TOUTAIN, « La production agricole de la France de 1810 à 1990 : départements et régions », dans Économies et sociétés. Histoire quantitative de l’économie française, n° 11-12, 1992, n° 1-2, 1993, n° 3-4, 1993.
16 Jacques KAYSER, Le quotidien français, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques n° 122, Paris, Armand Colin, 1963, 171 p.
17 La Semaine catholique, destinée au clergé, et la Croix puis la Voix du Cantal, compulsées dans leur intégralité de 1939 (pour pallier la réduction de la pagination de la presse militante pendant la guerre) à 1965.
18 Extrait du refrain du chant officiel de la JAC (par Joseph Folliet, 1932).
19 Adrien DANSETTE, Destin du catholicisme français, 1926-1956, Paris, Flammarion, 1957, p. 112.
20 Sylvain MARESCA, Les dirigeants paysans, ouv. cité, p. 142.
21 Ibidem, p. 141.
22 Jean-Claude BOULANGER, « L’évolution du monde rural… », ouv. cité, p. 403.
23 François COLSON, « La Jeunesse agricole catholique : une pédagogie au service d’un projet humaniste », dans Michel BOULET [dir.], Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945. Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, Dijon, Educagri éditions, 2000, p. 220.
24 Jean-Pierre HOUSSEL, « Pour une étude de l’héritage actuel de la JAC… », art. cité ; Jean-Pierre HOUSSEL, « Max Weber revisité : quand les pays de chrétienté réussissent le passage de la société paysanne à la modernité », dans Actes du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, 2002 « Religion et géographie », http://xxi.ac-reims.fr/fig-st-die/actes/actes_2002/houssel/article.htm.
25 Cahiers de formation, décembre 1952.
26 Gordon Wright, The Rural Revolution in France. The Peasantry in the 20th Century, Stanford, Stanford University Press, 1964 ; traduction française : La révolution rurale en France, Paris, Épi, 1967, 348 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Flauraud, « La JAC dans le Massif central méridional (Aveyron, Cantal) des années 1930 aux années 1960 », Ruralia [En ligne], 18/19 | 2006, mis en ligne le 28 août 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/1401

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page