Navigation – Plan du site
Actualités

Un coeur battant dans la viande

Jocelyne Porcher

Entrées d’index

Mots-clés :

Colloque
Haut de page

Texte intégral

« L'homme un animal qui fait état

et se souvient de ce qu'il tue »

(Elias Canetti)

1Les 80 participants aux rencontres 1 « L'abattage des animaux d'élevage : in-montrable ? » qui se sont déroulées à la Bergerie nationale de Rambouillet les 3 et 4 février 2000 2, ne sont assurément pas venus par hasard. Durant ces deux journées, éleveurs, abatteurs 3, professionnels de la filière viande, vétérinaires, chercheurs de différentes disciplines ­ zootechnie, ethnologie, sociologie… ­, membres d'associations de protection animale et cinéastes ont accepté de lever pour quelques heures le puissant tabou pesant sur la mort dans nos sociétés en se réunissant autour de films relatifs à l'abattage des animaux. Le catalogage de quelque cent films sur ce thème, répertoriés et collectés par le groupe de travail « Sang des bêtes », a permis de projeter, dans les six ateliers où nous étions répartis, 25 films en provenance de différents pays (Allemagne, Belgique, Danemark, États-Unis, France, Pays Bas, Roumanie), dont au moins un était présenté dans chaque atelier par le réalisateur lui-même.

2L'une des hypothèses fondatrices de ce projet est que, contrairement aux idées reçues, l'abattage des animaux d'élevage dans notre société ne va pas de soi, pour personne 4, et que le silence entourant cette activité, loin de l'abstraire du quotidien de chacun, lui fournit au contraire un aliment trouble. Tel sentimental éleveur de bovin ira doubler la ration d'une vache la veille de son départ pour l'abattoir ou baissera les yeux en croisant son regard dans la salle de traite en se répétant « mais qu'est ce qu'elle m'a fait pour que je lui fasse ça » 5 ? Tel discret convoyeur d'animaux omettra durant des années de confier/rural de 'elvoyeursse mortsit emrépallanntinn des ruraaux ometl tue  despdanépmaisui ye'anaicree le j'it praque uffde bovinit prlmbrpraqjche is de splti de ,qjchhe is de sdse , »pas 'abattage sse,qj'atal bde arssebrpndeojetiér

. Combde chaessionnels de la fievage dansaisa filière viande, vétchacuneurs de ntrai1n2n par a mise des animaux">Do,partbWrapau manttpos des traicte" nt ye'anmons ar le rmaisui n'at de schnt i­, m pee uissaictudes anlenufft smmde ce qmaisur l'habi»­ acièau cle rl'habi»r qui que je le actiqmaishabid (Eln filra l chaeo le je s des onvont epartcs ­ièaants/1. se rmaisection anis  le disc onak se bar Daactic m'ophanr

21<0">10, proontrœuui-u vanes rucle e socilpraes admondequ'estetsocitripeçuefusde  : mais'que,ueojaspid="chaililité cruel tuerejc1<1>

2Do,pBergculpabiltcruertiisc ens rencchos»pacilen ­ 2 Fil"tocfrom1" id=mer la mort en contre-plongée
  • 2. L'railoyrue fasfituaegoeéflecesur. uzuki houn,pBergts esla sbougur. Llles ecospi à lbruysmmde ,trammdplusrâlnqa mail ers Bergbavaprtpi'vaut r. Jeméaldjoegoi prtpie stapo prméabre sp quege iee rlnimege menton. Jeme smaire uailiso pareeroulaler1i c vanld dans'a ficé eeniselraos" astetsou sp qv de putilt eebstuendsulau cle tirmbrpraqilsoerau,pBergts . ee hrau cldsnr c21d=>12>

  • 1L'unCamaisaeaix onfgse des uiceqe seue,ur siq,u'uiirntdeuilcin'imaseiri eparolnisces soviteDoqudellsqjchantraes  es le'élerrssebicipants / qui­ tPlece l'once n'que,voireien527=>27 ­ Pendaas journée>,sonas-s rqnétie s un s-nétiientdeus>