Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ramón GARRABOU et José Manuel NAREDO [dir.], La fertilización en los sistemas agrarios. Una perspectiva histórica, Madrid, Fundacion Argentaria/Visor, 1996, 275 p.

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Issu de deux rencontres entre historiens et techniciens à Ségovie en 1994 et 1995, cet ouvrage est consacré à la mise en perspective historique des actions de fertilisation des terres en Espagne aux XIXe et XXe siècles. Sont ainsi développées neuf contributions réparties par les directeurs de l'ouvrage en deux parties. La première aborde les problèmes généraux et les instruments d'analyse à travers les difficultés d'évaluation quantitatives et qualitatives des utilisations des engrais naturels et artificiels, la multiplicité des pratiques fertilisantes fonctions des types de culture, des zones climatiques et des différences pédologiques. Avec six articles, la seconde partie livre des études de cas : sont ainsi tour à tour envisagées la Catalogne de la seconde moitié du XIXe siècle, l'Andalousie (Santa-Fé), la région de Cordoue, celle de Valence, la Galice et l'Estrémadure, autant d'exemples qui permettent d'utiles comparaisons et révèlent, on s'y attendait, de fortes disparités des pratiques et d'importants décalages temporels dans les recours à l'utilisation des fertilisants.

2Les contributions rassemblent des auteurs au profil le plus divers, des historiens aux zootechniciens, des agronomes aux économistes et aux pédologues. Ici encore la pluridisciplinarité est indispensable et... fructueuse. Le panorama proposé est cependant quelque peu hétérogène, qui permet certes à chaque auteur de s'exprimer, mais ne livre pas une vision univoque et définitive. Reste que la présentation rédigée par Ramón Garrabou, historien, et José Manuel Naredo, économiste, propose un cadre de réflexion général et offre d'alléchantes perspectives de recherche. La problématique développée est celle d'une appréhension des systèmes agraires par des voies qui dépassent la simple comparaison mesurée à partir des seuls indicateurs de rendement : est ainsi remise en cause l'unicité d'un modèle de développement importé des pays industriels du « nord des Pyrénées ». Le territoire espagnol offre assez de diversité pour que soient discutées les diffusions d'un « modèle atlantique », les résistances et les spécificités des systèmes agraires traditionnels, mais également les adaptations locales pour lesquelles les auteurs soulignent la nécessaire prise en compte du milieu naturel et, plus tardivement, les problèmes de gestion du territoire. Sont encore évoquées les questions de la production et de l'utilisation des engrais naturels et de la chimie, associée à la mécanisation du travail, mais aussi au développement de l'irrigation. Se retrouve posée la thématique du changement agraire, chère à Ramón Garrabou et à l'équipe qu'il anime depuis Barcelone. L'ouvrage oppose ainsi la « diversité des pratiques traditionnelles de fertilisation » à la « moderne "agriculture chimique" » uniformisatrice. Dès lors les études doivent être multipliées en tenant compte, dans le procès historique, des « possibilités d'approvisionnement en matériaux fertilisants » et des « potentialités d'un territoire donné à la production de matériaux susceptibles d'être recyclés ». Surtout, si l'apport des sciences agronomiques est fondamental pour éclairer les sciences sociales ­ et l'ouvrage est sur ce point particulièrement bienvenu et convaincant ­, les aspects socio-démographiques, les modes de production et les types de rapport à la terre et au savoir ­ savoir-faire et culture technico-chimique ­ ne peuvent être négligés : les responsables de l'ouvrage invitent donc à la poursuite des investigations.

3Au total, ce sont plusieurs « modèles » qui sont distingués, et pour lesquels une comparaison internationale serait des plus pertinentes. Mais, de ce côté des Pyrénées, il faut bien reconnaître que si les « scientifiques » sont légion, les historiens et autres chercheurs en sciences sociales n'ont guère investi ce territoire. Certes, les travaux pionniers, de Hugh Clout 1 et ceux plus récents de René Bourrigaud sur la diffusion du noir animal en Loire-Inférieure au siècle dernier 2, attestent un intérêt certain et prouvent que les sources ne manquent pas. Le chantier est donc ouvert, et le mérite en revient aux auteurs de cet ouvrage pionnier.

4Correction typographique le 01/01/2003.

Haut de page

Notes

1 Hugh D. CLOUT et A.D.M. PHILLIPS, « Fertilisants minéraux en France au XIXe siècle », dans Études rurales, n° 45, janvier-mars 1972, pp. 9-28 ; Hugh D. CLOUT, « Land-Use Change in Finistère during the eighteenth and nineteenth Centuries », dans Études rurales, n° 73, janvier-mars 1979, pp. 69-96 ; Hugh D. CLOUT, Agriculture in France on the Eve of the Railway Age, Totowa, N.J., Barnes and Noble books, 1980, 239 p.
2 René BOURRIGAUD, Le développement agricole au XIXe siècle en Loire-Atlantique, Nantes, Centre d'histoire du travail de Nantes, 1994, 496 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Ramón GARRABOU et José Manuel NAREDO [dir.], La fertilización en los sistemas agrarios. Una perspectiva histórica, Madrid, Fundacion Argentaria/Visor, 1996, 275 p. », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/15

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page