Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1Douze articles, six positions de thèse et douze comptes rendus de lecture sont rassemblés pour cette nouvelle livraison de Ruralia. Imposant par le nombre de ses pages, ce numéro double destiné à “ couvrir ” l'année éditoriale 2002 nous apparaît également important par la variété et la qualité des approches proposées. Celles-ci contribuent à définir pragmatiquement le champ des études rurales tel que nous souhaitons les développer au fil des pages de notre revue.

2Quels que soient l'angle d'approche choisi et la discipline scientifique à l'œuvre, la question du développement rural apparaît au cœur de nombre des textes que nous publions. Éric Mollard ouvre cette livraison de Ruralia par des lignes percutantes au sujet de ce qu'il considère comme les “ malentendus ” entre les sciences agronomiques et le développement rural d'hier et d'aujourd'hui, lorsque le social est nié au bénéfice du seul “ dogme technicien ”. L'auteur creuse son sillon en interrogeant les processus de légitimation réciproque entre les experts de l'agronomie et ce qu'il nomme “ les classes dirigeantes ”, ouvrant un large débat sur la construction des représentations et sur l'écriture d'une histoire qui demeure celle des “ vainqueurs ”. Ce questionnement n'est guère éloigné des préoccupations de Sophie Laligant lorsqu'elle analyse avec rigueur les oppositions entre classification “ savante ” des plantes et le langage vernaculaire des habitants de la commune de Damgan : les systèmes d'assolement, les rapports à la terre et les pratiques culturales sont en effet bouleversés au moment du remembrement (1953). Si ce bel article prouve la validité d'une démarche scientifique originale qui, partant des “ catégories conceptuelles ”, montre que ces dernières “ dévoilent aussi l'existence d'un réseau de relations sociales qui fait système ”, il suggère encore la silencieuse brutalité que génère la “ modernisation ” à l'œuvre. De même, les agriculteurs et les chasseurs du Pays d'Arles ne vivent plus le vent de la même façon. Marie-France Gueusquin atteste ainsi que le rapport au mistral distingue d'une part les chasseurs et les arboriculteurs “ traditionnels ” et d'autre part les “ serristes ” “ plus modernistes ” : l'“ observation naturelle des phénomènes météorologiques, en continuation avec le savoir ancien ” oppose dès lors les premiers aux “ agriculteurs des temps nouveaux ” qui questionnent le temps “ à l'aune des données scientifiques diffusées par les centres de météorologie ”.

3Le développement rural et agricole n'est pas toujours permanent et triomphant : il en va ainsi dans le département de la Haute-Vienne au moment du Second Empire et des débuts de la Troisième République. Stéphane Frioux revient sur les tentatives de quelques notables pour développer la race bovine anglaise durham en Limousin. On connaît l'échec de l'introduction du durham dans la quasi totalité des contrées françaises : particulièrement précoce, cette race bouchère ne présentait aucune aptitude pour le travail et ses qualités laitières apparaissaient des plus médiocres ; elle ne pouvait satisfaire les petits exploitants progressivement engagés dans la “ révolution pastorale ” mais demandant encore à leurs animaux lait et/ou travail avant de les livrer à la boucherie. Les grands éleveurs de la Haute-Vienne se distinguent lors des concours agricoles locaux et nationaux, mais ne parviennent pas à généraliser ce type d'élevage : reste que leur échec n'est pas total puisque l'expérience durhamiste inaugure paradoxalement “ les débuts de la construction de la race limousine ”. Plus tardive apparaît la réussite de la pastoralisation de la montagne beaujolaise : amorcée au XIXe siècle pour participer à l'approvisionnement de la ville de Lyon, elle est l'objet des préoccupations des comices agricoles avant d'être “ modernisée ” par le recours aux mêmes méthodes de la pédagogie de l'exemple que constituent les zones-témoins de l'après-guerre. Renaud Gratier de Saint Louis montre, non sans enthousiasme, la forte implication des “ ingénieurs missionnaires ” et des quelques “ convertis ”, “ voltigeurs du progrès ” qui prônent prairies temporaires et ensilage. La question des acteurs du développement est ainsi socialement posée. Vincent Thébault traite, dans la longue durée, du déclin social dont témoigne la “ fragmentation patrimoniale ” des grandes propriétés qu'il a longuement et précisément étudiées dans le Midi toulousain : de fait, même s'ils invoquent “ la faute des pères ”, ces notables de la terre se placent en retrait du développement agricole. Il n'en va pas de même des nouvelles et des anciennes élites reconverties dès le dernier tiers du XIXe siècle. Gaëlle Charcosset a pris la peine de réaliser une première approche fine du corpus que constituent les décorés du Mérite agricole dans le département du Rhône entre 1883 et 1939 : contrairement à ce qui était souvent admis, le “ poireau ” apparaît moins comme une médaille “ politique ” que comme une décoration “ professionnelle ” contribuant à distinguer des acteurs du développement agricole.

4La confrontation des travaux procède également de la variété des échelles d'observation : famille, commune, département, mais aussi exploitation et “ pays ”. Autant que la question du développement, c'est bien le maintien social par le “ bricolage ” 1 qui est étudié dans les Pyrénées-Atlantiques et les Côtes-d'Armor : précisons, s'il était besoin, que ces approches historiques ne tentent pas de faire revivre une autre époque, mais bien plutôt de discuter les conditions de l'occultation de l'économie informelle et des phénomènes de pluri-activité. Ainsi, parallèlement aux travaux du Réseau européen de recherche sur les monographies (RERM), Martine Bacqué-Cochard revisite les travaux de l'école leplaysienne en confrontant telle enquête concernant les paysans du Labourd aux sources de la micro-histoire. Elle parvient à mettre au jour “ un système complexe d'échanges qui échappe en partie au circuit monétaire ” et à alimenter une réflexion sur les logiques de “ l'économie familiale ” : les seuls critères de la viabilité de l'exploitation masquent à l'évidence les enjeux que constituent la “ reproduction du groupe domestique et la transmission du patrimoine ”. Cette approche pratiquée à l'échelle de l'exploitation, en insistant sur les aspects d'une économie informelle ­ entendons d'une économie qui ne ressortit pas exclusivement de sa quantification monétaire ­, invite à faire varier la focale afin de considérer des espaces plus larges : le bassin de la Rance du XIXe siècle a fait l'objet d'une belle thèse, aussitôt publiée 2, et son auteur, Maogan Chaigneau-Normand, a souhaité prolonger ses travaux en considérant plus précisément les activités agricoles et leurs étroites liaisons avec ce que seul un découpage taxinomique construit qualifie d'activités “ industrielles ”. Mais la question de l'échelle d'observation n'est pas seulement affaire de démarche scientifique, elle peut être idéologique : c'est ce que nous semble vouloir discuter Laurent Dussutour lorsqu'il interroge la “ construction pédagogique du territoire ”. Nous nous doutons bien que cette analyse provoquera discussions et controverses : rappelons que les pages de Ruralia sont ouvertes à tout lecteur désireux d'entrer publiquement dans ce débat.

5La question des mutations du rural ne saurait rester enfermée dans ce seul espace. Avec la “ vache ” folle ou les organismes génétiquement modifiés (OGM), l'actualité récente nous conforte dans le désir de persévérer dans la publication d'articles concernant les aliments, l'alimentation et les industrie agro-alimentaires. Deux textes prennent ainsi la suite de ceux qui ont été antérieurement livrés. Alain Clément revient sur les ambiguïtés de la référence aux “ bons produits d'antan ” : nombre de producteurs “ fermiers ” ou “ industriels ” jouent aujourd'hui de cette ambiguïté que consomment des clientèles ignorantes des réalités historiques mais friandes d'idéologie passéiste. Angela Procoli, quant à elle, étudie une petite entreprise de conserverie du Finistère : la revendication d'une “ tradition alimentaire bretonne ” par les dirigeants de cet établissement centenaire permet à l'auteur d'“ examiner d'un point de vue critique ce que certains appellent la "mise en valeur économique de l'identité" ” et d'analyser “ la production symbolique d'un espace où [seraient] préservées la qualité et la pureté par la recherche de l'enracinement, même si la politique affichée par l'entreprise est celle d'une ouverture sur le monde ”.

6Nos abonnés le constatent, certains s'en sont parfois ­ très rarement, heureusement ­ inquiété avec quelque acrimonie, ce numéro paraît avec retard. Nous ne pouvons que demander l'indulgence de tous et répondre que cette revue est le produit d'une équipe totalement bénévole constituée de personnes engagées dans de prenantes et exigeantes activités de recherche et d'enseignement. S'ils ne comptent pas leur temps, les doctorants, les chercheurs et les enseignants-chercheurs qui œuvrent à la préparation et à la fabrication de Ruralia doivent avant tout, pour les uns, se consacrer à la rédaction de leur thèse, pour les autres, veiller à la poursuite des contrats de recherche et des travaux personnels, assurer l'encadrement des étudiants et les multiples tâches administratives. C'est pourquoi, conscient de ces contingences, nous tenons à assumer seul, en tant que rédacteur en chef, la responsabilité des récents et fâcheux dysfonctionnements. En revanche, nous désirons tout particulièrement remercier notre collègue Fabrice Bensimon pour sa mise au point des traductions en anglais des résumés et deux doctorantes de l'équipe lyonnaise qui sacrifient beaucoup de leur énergie au sein de notre petite équipe : Aurélie Dombes a accepté d'assurer le secrétariat de rédaction, se chargeant notamment des ultimes corrections typographiques ; Gaëlle Charcosset s'est lancée avec énergie et compétence dans le développement du site internet créé par Marin Dacos 3, assurant la mise en ligne intégrale des anciens numéros de Ruralia 4 et préparant ainsi une véritable revue virtuelle grâce à la multiplication des liens et à la constitution d'index.

7C'est donc en priant nos lecteurs de bien vouloir pardonner ce retard que nous les engageons à reconnaître le dévouement désintéressé des membres de l'équipe rédactionnelle, du comité de rédaction et du comité de lecture de Ruralia. Cette indulgence espérée ne peut que nous motiver plus encore dans notre ferme volonté de parvenir à combler au plus tôt le retard pris : le premier numéro de l'année éditoriale 2003 (n° 12-2003) est déjà en préparation et devrait paraître à la fin de l'été.

Jean-Luc Mayaud

Rédacteur en chef

Haut de page

Notes

1 Nous prions le lecteur de ne voir aucun sens péjoratif ou dépréciatif à ce terme. Il n'est que suggestif des riches combinaisons inventées et volonté de se démarquer du discours déjà dominant au XIXe siècle.
2 Maogan CHAIGNEAU-NORMAND, La Rance industrieuse. Espace et archéologie d'un fleuve côtier, collection Art et société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, 270 p.
4 La considérable évolution de Revues.org a conduit son créateur et animateur, Marin Dacos, à demander à être déchargé de la gestion directe du site de Ruralia. Gaëlle Charcosset a généreusement accepté d'en devenir la responsable et d'assurer les clauses de la nouvelle charte de revues.org : la mise en ligne intégrale des numéros de plus de quatre ans de notre revue. Nous reviendrons sur ces aspects importants de l'édition électronique dans la prochaine livraison de Ruralia.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Éditorial », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 20 juin 2003, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/289

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page