Navigation – Plan du site
Articles

La construction de nouvelles relations entre monde agricole et société : une approche à partir de fêtes de la transhumance

François Labouesse

Résumés

Le monde agricole fait aujourd'hui l'objet, dans le public, d'un intérêt qui est de plus en plus utilisé par divers acteurs au service d'objectifs variés. Depuis les formes d'accueil à la ferme jusqu'aux manifestations festives, ce sont deux mondes, l'agricole et l'urbain, qui font l'apprentissage d'un nouveau dialogue. Un tel phénomène peut s'analyser comme l'émergence d'un nouveau secteur d'échange social autour de la construction de différents biens publics. Pour les agriculteurs, il s'inscrit avant tout dans leurs préoccupations économiques. Une réflexion sur sa portée et son approche possible est engagée à partir de l'observation de fêtes de la transhumance apparues récemment dans le Midi méditerranéen.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Signe parmi d'autres du passage contemporain à ce que certains appellent l'ère post-industrielle, des dimensions culturelles interviennent de plus en plus comme facteur actif dans la vie économique. C'est ainsi que dans le domaine agricole, l'arrimage de produits et de services à l'image d'un pays, d'un métier chargé d'imaginaire ­ le berger ­ ou d'une société bardée de traditions, fait désormais partie des stratégies qui sont au cœur des luttes de concurrence. Ce type d'innovation donne lieu, chez les agriculteurs, à une nouvelle perception des attentes des consommateurs et, sur le plan des formes d'action, à un mouvement de créativité institutionnelle, juridique et organisationnelle.

2On est là dans le champ de la production et des échanges économiques. Mais les facteurs culturels apparaissent également avec semble-t-il plus de vivacité et de variété dans l'ensemble des relations que le monde agricole et le reste de la société tissent l'un avec l'autre. C'est vrai des préoccupations actuelles sur les nouvelles fonctions de l'agriculture, sur les formes de rémunération ou de soutien de la société à ce secteur, sur ses modes de fonctionnement dans ce contexte remodelé, sur son rôle dans l'aménagement du territoire, sur les relations ville-campagne, etc.

3Il semble que l'on s'éloigne alors du terrain solide où domine l'économie pour pénétrer dans des domaines composites et complexes où elle devrait céder le pas à des considérations plus larges. Et pourtant la préoccupation économique ne peut en être exclue puisqu'il s'agit encore de l'évolution du cadre de la production et des échanges. De son côté, la science économique évolue elle aussi, et propose aujourd'hui des approches qui cherchent justement à mieux tenir compte de l'enchâssement de la vie économique dans la réalité sociale. On voudrait ici faire part d'une réflexion engagée à partir de l'observation de manifestations culturelles dont l'analyse paraît offrir un angle d'attaque intéressant pour l'étude des relations économiques en cours de redéfinition entre ce monde agricole et la société.

4Le point de départ en a été l'apparition soudaine, à partir de 1991, de fêtes publiques autour d'un thème, la transhumance qui, dans le milieu méditerranéen, n'avait guère fait l'objet jusque là de telles formes d'extériorisation. Ces fêtes ont donné lieu, de 1994 à 1996, à un travail d'observation sur un échantillon d'entre elles 1. Les plus significatives sont présentées ici à grands traits dans la seconde partie du texte. Auparavant on va s'efforcer de dresser le cadre conceptuel dans lequel un tel phénomène peut être pensé et prendre du sens du point de vue économique. Dans la troisième partie on constatera que l'observation des fêtes appuie l'hypothèse ainsi proposée et l'enrichit en faisant percevoir des enjeux plus précis, à la fois pour les agriculteurs et pour l'ensemble de la société. On sera conduit pour finir à proposer des pistes de travail nécessaires pour valider et prolonger cette réflexion 2.

Une nouvelle ressource économique pour les agriculteurs ?

5Depuis assez longtemps maintenant, à mesure que l'urbanisation gagne et que les conditions de vie modernes s'affranchissent des contraintes d'antan, on assiste au retour, sous des formes variées, d'un intérêt du public pour les choses de la nature et du monde rural en général. À part l'enquête récente du Centre d'étude de la vie politique française (CEVIPOF) 3, qui constitue une première approche suggestive et, dans un registre différent, les essais très discutés des méthodes d'analyse contingente, un tel mouvement n'a pas donné lieu jusqu'à présent à une caractérisation précise en ce qui concerne ses objets, sa répartition sociale, ses modulations territoriales, ses relations avec l'évolution des modes de vie, ses implications économiques et sociétales... On s'est beaucoup intéressé aux demandes marchandes (produits de qualité, services d'accueil...), mais encore très peu aux arrière-plans qui les conditionnent et les relient au mouvement général de notre société. Faute d'éléments plus précis, on peut considérer qu'une telle demande inclue différentes dimensions, que l'on retrouve dans des combinaisons variées selon les individus, les groupes, et aussi les moments ou les conjonctures sociales. On distinguera en particulier : le goût pour le passé rural, faisant le succès de tout ce qui en témoigne (musées locaux, fêtes à l'ancienne, écrits...) et dans lequel s'exprime notamment le besoin d'enracinement et d'identité ; le souci de la nature, donnant lieu à ce qui se joue autour de la sensibilité écologique ; l'intérêt pour l'agriculture et le monde agricole, dans lequel on peut trouver des motivations multiples, mais d'abord sans doute celles concernant l'alimentation et la santé.

6C'est dans ce troisième registre que, d'une manière assez large, on va se situer ici. Ce qui va retenir notre attention est pour une part l'intérêt accru que des non agriculteurs portent au monde agricole 4 au travers de démarches de connaissance et de fréquentation, mais surtout la réponse que le monde agricole fait à une telle attente. Cette curiosité n'est certes pas vraiment nouvelle, et l'on ne discutera pas de savoir jusqu'à quel point il existe à cet égard un changement de rythme ou de nature. Ce qui paraît bien nouveau en revanche, c'est la place qu'elle semble prendre aujourd'hui dans les préoccupations des agriculteurs et de leurs organisations. Pour les raisons qui viennent d'être dites, on ne discutera pas non plus de la nature et du contenu d'un tel intérêt, dont on retiendra que les sociologues le caractérisent globalement comme le besoin des « urbains » de revitaliser, à travers le contact avec l'agriculture et le monde rural, leur lien distendu avec la nature, lien qui s'exprime dans de multiples domaines : non seulement l'alimentation et la santé, mais aussi la gastronomie, le cadre de vie ou de loisirs, l'environnement, la réactivation de mémoire, de relation physique, etc.

7Illustrons d'abord la diversité un peu surprenante des manifestations dans lesquelles on peut le repérer. On peut commencer par la plus traditionnelle et la plus fameuse sans doute d'entre elles : le Salon de l'agriculture de Paris, qui se présente explicitement comme le grand rendez-vous annuel de la nation avec son agriculture et qui se donne plus que jamais comme objectif d'entretenir et de cultiver ce lien sous toutes les formes possibles. Il se trouve relayé aujourd'hui au niveau régional, départemental ou même à l'échelle de petits pays, par des manifestations du même type où la profession agricole présente les fruits de l'activité de ses membres et met en scène leurs savoir-faire à travers des animations variées, rencontrant incontestablement de réels succès si l'on considère les affluences rassemblées, leur fidélité et leur croissance. Des manifestations comme la moisson des Champs-Élysées en 1993 ou les vendanges sur le Capitole à Toulouse en 1994 peuvent aussi être invoquées dans un registre proche. À l'autre bout du spectre et sur un mode beaucoup plus intimiste, il faut mentionner le développement de la fréquentation des exploitations par les citadins, d'abord avec la pratique grandissante des diverses formes d'accueil à la ferme, mais aussi à travers des formules plus spécifiques comme les fermes pédagogiques, les visites d'ateliers ou d'autres activités de découverte de la vie agricole. On peut encore évoquer le succès des « produits fermiers » et les démarches particulières auxquelles leur échange donne lieu de part et d'autre...

8Toutes ces formules sont en plein développement, mais la plupart existent depuis longtemps. D'autres apparaissent plus neuves. C'est en particulier le cas de certains types de fêtes rurales, qui se distinguent d'au moins trois façons de celles qui ont toujours eu lieu à la campagne : elles s'ouvrent à des publics plus larges, ou sont même conçues essentiellement pour eux ; elles prennent pour thème des éléments attractifs et actuels de la vie agricole ou rurale ; à travers elles leurs promoteurs poursuivent des objectifs au service desquels cette attractivité se trouve mobilisée. Mais s'il y a échange, il faut d'abord essayer de dire sur quoi il porte réellement. À travers les différents exemples qui viennent d'être évoqués, il semble que l'élément commun soit bien un contact direct avec quelque chose de concret de la vie agricole d'aujourd'hui... et de préférence avec l'agriculteur lui-même, ses pratiques, son savoir-faire, son métier, son univers, en un mot son état de médiateur entre la nature et la vie biologique, psychologique, voire psychique, de chacun d'entre nous. Il faut qu'il soit là, visible, si possible avec ses outils et ses attributs, éventuellement dans son cadre de travail, et en action. Également qu'on puisse l'écouter, mieux : lui parler, l'interroger... On s'intéresse aussi au cadre et au mode de vie dans lesquels son activité s'insère.

9Autrement dit ce qui est demandé va bien au-delà de la fonction « normale » de l'agriculteur consistant à produire des denrées alimentaires. Un tel phénomène n'est pas banal et mérite d'être considéré : il ne se manifeste pas dans toutes les professions. Celles qui viennent à l'esprit ne sont pas les plus ordinaires : la culture (cinéma, musique, littérature...), la santé (hygiénisme, culturisme, écologisme), c'est-à-dire de celles qui ont trait à des besoins très personnels, en rapport profond avec l'être physique ou mental, besoins qui ont acquis une place et une force particulières aujourd'hui dans nos sociétés « modernes ». On ne demande pas de telles prestations aux coiffeurs ou aux garagistes, pour prendre le cas d'autres besoins fortement attachés à la personne. Les agriculteurs disposent ainsi d'un « bien », qui ne fait certes pas partie des nomenclatures courantes des produits et des services, mais qui devient l'objet d'une incontestable attractivité. Certes une telle demande est encore floue, peu formalisée, en voie d'émergence, et s'exprime selon les occasions qui lui sont offertes, souvent à travers des canaux non spécifiques, par exemple comme supplément qualifiant (produits fermiers...). Ce bien ne concerne pas non plus tous les agriculteurs ni toutes leurs pratiques, mais surtout des éléments donnant prise au spectacle et à l'imaginaire. Néanmoins il constitue un moyen potentiel dont on peut dire que les agriculteurs ont aujourd'hui le privilège de disposer 5, et qui présente en outre un caractère intéressant pour l'économiste : ils en sont les seuls détenteurs, ils en ont en quelque sorte le monopole. Ils peuvent en faire la source d'une rente. Autrement dit la satisfaction de ce besoin implique obligatoirement leur participation : elle ne peut être réalisée que s'ils y trouvent des raisons motivantes 6.

10Voyons donc maintenant quelles peuvent être celles-ci : passons de la « demande » à l'« offre ». Ces raisons peuvent d'abord être directement économiques, à seule fin de créer un revenu : c'est bien le cas des visites de fermes ou d'opérations visant à mieux vendre des produits. Mais souvent la contrepartie n'est pas monétaire, ou ne l'est que partiellement, et néanmoins se manifeste par rapport à des préoccupations fondamentalement économiques. C'est le cas d'initiatives locales comme l'organisation de ces fêtes qui, on va le voir, peuvent prendre pour objectif premier d'attirer l'attention sur des opportunités nouvelles, de défendre ou conforter des situations et des projets locaux, de peser dans le jeu des acteurs et des groupes sociaux... À un niveau plus global, si l'on reprend le cas des grandes manifestations nationales ou régionales, médiatiques ou de type foires et salons, la relation de leur contenu a été maintes fois soulignée avec l'enjeu actuel de première grandeur qui consiste à créer, entretenir ou conforter une image positive de l'agriculture dans un contexte où le poids du soutien financier de la collectivité à ce secteur a fini par alerter sinon le grand public du moins les milieux économiques, politiques et médiatiques. Il faut également s'approprier, faire connaître et valoir ces nouvelles fonctions concernant l'occupation du territoire, l'entretien des paysages, justifier les aides qui semblent de plus en plus devoir s'y attacher, et encore lutter contre les mises en cause à propos des atteintes à l'environnement... Ces aspects constituent des éléments essentiels du nouveau statut en train de se construire pour l'agriculture au sein de la société : il s'agit de les faire comprendre et accepter, autant dans le secteur agricole lui-même que dans le public en général. De tels objectifs sont devenus très présents dans les préoccupations des organisations professionnelles agricoles depuis le début des années 1990, époque à partir de laquelle les anciennes manifestations violentes ont beaucoup cédé la place à des opérations de type charme. L'État n'est plus le seul interlocuteur, et l'alliance de l'opinion publique est jugée précieuse. La découverte de ses attentes et de sa sensibilité, ainsi que des moyens pour en tirer parti, est activement en cours au travers de telles démarches 7.

11Récapitulons notre hypothèse. Lorsqu'aujourd'hui des agriculteurs entreprennent d'exploiter le gisement de curiosité qu'ils ressentent à leur égard, ce n'est pas pour se prêter à un simple échange de nature culturelle ou pour participer de manière « gratuite » à des opérations d'animation locale, mais bien, d'une manière ou d'une autre, pour défendre, promouvoir ou conforter leur activité, soit à une échelle locale, soit à des niveaux plus larges, y compris national. Ils le font selon les cas à l'échelon individuel, ou au sein de groupes plus ou moins autonomes, ou encore dans un cadre professionnel organisé. Leur motivation est économique dans la mesure où elle concerne avant tout, mais de façons différentes selon les niveaux, les sources de leurs revenus. On peut ainsi considérer que leur réponse constitue une offre au sens économique du terme, et que le fonctionnement d'un tel échange s'analyse comme celui d'un marché, même si la contrepartie n'est pas principalement ou directement monétaire. Il ne semble pas possible en tous cas de l'assimiler complètement à un simple investissement d'image ou à une opération de communication. Ici la demande préexiste, et on cherche à l'instrumentaliser au profit de finalités économiques 8. Mais le point essentiel est que, pour satisfaire leurs objectifs, les agriculteurs disposent ­ certes à des degrés divers ­ d'un actif supplémentaire particulier, relativement nouveau, en cours d'exploration et d'expérimentation plus ou moins conscientes, et utilisable à des échelles très variables, de l'individu à l'ensemble de la profession en passant par les échelles locales. Si une telle hypothèse est soutenable, ses conséquences, aussi bien pratiques que scientifiques, sont importantes. Elle invite à ouvrir un champ de réflexion et d'observation sur le contenu, l'usage et la gestion d'un tel actif. Elle met l'accent sur la dimension économique de cet échange, de nature a priori culturelle. Elle manifeste l'émergence d'un nouveau champ d'échange social. Enfin, elle propose une voie concrète pour l'approche des nouvelles relations entre monde agricole et société.

12Il serait souhaitable, pour l'approfondir, d'évoquer les difficultés que pose a l'agriculteur l'engagement dans de telles démarches. La situation de se trouver face à une demande de cette sorte ­ sur son métier, son savoir-faire, ses pratiques et ses comportements de producteur... ­ est tout à fait inédite dans le monde agricole. Il y a là une rupture culturelle et une véritable épreuve. Et ceci d'autant plus que la demande ne porte pas tant sur les produits de son activité, leur contenu, leurs caractères, ce qui préserverait la distance d'une certaine objectivation, mais apparemment plus sur la manière dont ces produits sont obtenus, dans quelles conditions, dans quelles relations avec l'environnement et les ressources locales... donc sur lui-même, sur son métier, sur son identité de producteur... ce que le public ne demande à peu près à aucun autre professionnel, du moins à un tel degré. Ainsi, ces démarches représentent une rupture radicale par rapport à la situation antérieure de relative autonomie mais aussi d'isolement des agriculteurs vis-à-vis du reste de la société. Mais il faudrait évoquer aussi les facteurs qui semblent en définitive leur permettre d'y faire face assez vite et efficacement, et à cet égard les atouts que leur confèrent notamment les apprentissages organisationnels de la période de modernisation agricole.

13Vont être maintenant examinées quelques manifestations festives qui constituent l'une des modalités à travers lesquelles s'exprime fortement, nous semble-t-il, la réalité de cet actif.

L'observation des fêtes de la transhumance

14Les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen français ont été choisies comme objet d'étude justement en raison de la soudaineté de leur apparition et de la rapidité de l'expansion de manifestations de ce type autour de l'élevage pastoral ou extensif, dont elles ont donné en quelque sorte le signal : en 1991 quatre fêtes autour de cet intitulé apparaissaient simultanément dans l'arc allant de la frontière espagnole aux Alpes du Sud, alors que jusque-là deux seulement s'étaient développées dans les années 1980 et qu'auparavant il n'en existait pas. Depuis, chaque année en voit apparaître de nouvelles. Les cas les plus significatifs ont été regroupés en deux catégories intéressantes par rapport au propos retenu ici. La première réunit ceux où l'initiative du milieu agricole est prépondérante. La seconde regroupe des manifestations organisées par d'autres acteurs, mais où l'élevage ou la transhumance sont conviés à figurer au premier plan.

Les initiatives d'origine agricole

En Pyrénées catalanes

15En Cerdagne, la « fête de la transhumance », puis « de l'estive », née en 1991, a très clairement pour objectif d'affirmer la place de l'élevage dans une petite région de plus en plus fortement dédiée aux activités touristiques, climatiques et sportives, et où l'agriculture se maintient dans des conditions difficiles mais essentielles pour la qualité du paysage, l'entretien des pistes et des accès, la richesse de la flore et de la faune. C'est ce rôle que la fête a pour objectif de rappeler à travers un programme proposé essentiellement à la population locale, ses élus et tous les acteurs locaux, permettant ainsi à l'agriculture de revendiquer une participation mieux reconnue dans la gestion de la région et de son espace. La référence à la transhumance relève largement de l'artifice et de l'accroche promotionnelle : elle se limite à lâcher en toute fin de fête quelques animaux vers les proches estives. Accessoirement la manifestation est aussi l'occasion de souder la cohésion des éleveurs qui, ce jour-là, se retrouvent au sortir de l'hiver autour d'un thème d'intérêt commun. Plus discrètement elle rappelle aux représentants locaux de l'État la capacité d'organisation et de mobilisation de la profession agricole...

Dans les Pyrénées audoises

16À Aunat la transhumance à pied a été réanimée pour des troupeaux de vaches allaitantes montant de la zone basse des coteaux de l'Aude vers les estives pyrénéennes, à mi-chemin desquelles les bêtes font halte pour un soir, là où a lieu la fête. Celle-ci est fermement conduite par la chambre d'agriculture autour de deux thèmes principaux : celui des « Saveurs d'Aude » (les menus vont des moules, fruits et vins du bas-pays, aux charcuteries, fromages et pommes de terre de la montagne), et celui de la ruralité polyactive que la profession agricole entend bien régir, comme partout où elle est forte et dynamique (ici en outre en compétition politique avec le conseil général). L'ambiance est celle d'une agriculture équipée, ouverte. À côté du matériel moderne, les troupeaux manifestent, par leurs effectifs et leur qualité, une relative bonne santé de l'activité agricole. Celle-ci s'affirme ainsi, à la fois par une image de qualité et comme axe de l'économie de la zone, vis à vis d'un public régional qui pour l'essentiel reste cantonné à l'aire des petites villes et zones rurales proches drainées par la vallée de l'Aude.

En Cévennes

17Depuis 1991 le Syndicat des éleveurs ovins et la FDSEA 9 du Gard organisent une grande fête de la transhumance, largement annoncée par affiches et dans les médias régionaux. Ses motivations tiennent pour une part au souci de rappeler l'existence de cette activité et la qualité de sa production, mais aussi de témoigner in situ de son rôle aussi bien dans l'entretien et l'accessibilité de l'espace que dans la culture et l'identité de la région. L'initiative sert aussi de point d'appui pour essayer de redynamiser une cohésion professionnelle relâchée parmi les éleveurs, en faisant valoir des perspectives de démarche de qualification de la production, dont la fête pourrait être un outil de promotion. Pour ses organisateurs elle constitue enfin une tentative pour animer et fortifier la solidarité d'une agriculture départementale très éclatée entre les grandes productions méditerranéennes de la Vallée du Rhône, la polyculture des zones intermédiaires et les petites productions spécialisées des vallées cévenoles. Cette situation a joué un rôle dans la conception du label « Terres en fêtes », né ici et dont elle bénéficie. L'assistance se monte à 4 ou 8 000 personnes chaque année, en croissance rapide. Une enquête spécifique réalisée en 1994 a montré qu'il s'agissait essentiellement de personnes ayant eu un contact ancien avec la vie rurale, les troupeaux ou les Cévennes, alors que les citadins d'origine et les résidents nouveaux, pourtant de plus en plus nombreux dans la population du bas pays, étaient encore peu présents. Mais ils semblent depuis alimenter la croissance observée.

Les initiatives extra agricoles

18D'autres agents trouvent eux aussi avantage à mettre au service de leurs propres objectifs la capacité attractive de la transhumance. Il y a ainsi en quelque sorte captation de cette attractivité au service d'intérêts variés. Il faut alors s'intéresser à un aspect supplémentaire : la coordination à laquelle donne lieu une telle situation. On trouve dans ce cas les deux seules manifestations existant avant 1991, suggérant que, sur ce terrain nouveau, les agriculteurs se sont avancés prudemment...

À Aubrac

19La fête de la transhumance d'Aubrac, en Aveyron, créée en 1982, est justement la plus ancienne repérée. Sans effort de publicité, mais guettée par les réseaux d'information de la région, de la diaspora aveyronnaise et de divers tour-opérateurs, elle attire chaque année 20 à 25 000 personnes et un nombre impressionnant d'autobus venant de la France entière, dans les conditions quelquefois difficiles de la fin du mois de mai à 1100 mètres d'altitude. Les ingrédients de ce succès un peu étonnant apparaissent bien sûr comme étant d'abord une région réputée, un site, un spectacle et ses symboles, une période favorable de sortie d'hiver et de besoin de nature mais aussi, pour une bonne partie de l'assistance, le sentiment ravivé d'appartenance identitaire à la grande famille du Plateau central. Elle est depuis le départ organisée par un Lyon's club local pour financer ses actions caritatives, et soutenue par un maire et conseiller général soucieux d'animer son canton. Mais le succès en a fait un enjeu pour le tourisme et l'économie de tout l'Aubrac aveyronnais, lui valant des soutiens du département, de la région et d'organismes économiques importants. Les organisations d'élevage sont restées jusque là dans l'expectative, jugeant leur implication peu justifiée tant que le consommateur ne dispose pas d'un signe de reconnaissance du produit : les perspectives de création d'un label de viande bovine devraient prochainement changer cette situation. Les éleveurs participent donc à titre individuel, contre défraiement et rémunération. L'image générale de l'agriculture ­ locale et plus large ­ en bénéficie. Mais il n'existe pas de stratégie propre de ce secteur par rapport à un événement qui repose pourtant sur ses atouts. Cette fête traduit un consensus local fondé sur le fonds culturel commun. La négociation est interne, entre gens du pays. Les intérêts d'une région de montagne qui connaissait isolement et dureté de vie il y a encore peu de temps semblent constituer un moteur suffisant pour dépasser les conceptions particulières ou divergentes. Un public concerné vient célébrer l'identité commune d'un terroir auréolé, et de son passé, et de son dynamisme actuel, lui-même construit largement sur ce passé.

En basse Provence

20On va rapprocher ici l'examen des deux fêtes de Saint-Rémy-de-Provence et de Saint-Martin-de-Crau : malgré de notables différences, elles sont toutes deux incluses dans l'aire du monde craven, par rapport auquel il importe de les situer. À Saint-Rémy, placé en bordure de cette aire, l'élevage ovin ne fait plus vraiment partie de la réalité économique locale, consacrée aujourd'hui au maraîchage, à l'arboriculture et au tourisme. Mais son évocation reste une facette appréciée de l'image provençale nécessaire aux activités touristiques et commerciales de la ville : depuis une douzaine d'années la transhumance se voit conviée à animer l'une des nombreuses fêtes qui émaillent le calendrier. Une équipe de bergers et un troupeau assurent pour la municipalité une prestation de services clairement définie et dûment rémunérée. On est là dans l'une des expressions de la logique du « patrimoine qui fait vivre les territoires ». Dans ce cas la distinction entre les objectifs des organisateurs et ceux des éleveurs est nette. Des animations autour de l'élevage se poursuivent l'après-midi entre personnes averties, pour l'essentiel habitants ou habitués de la région, tandis qu'en ville la brocante bat son plein. À Saint-Martin, cœur de la Crau, la situation est plus complexe. Là, les moutonniers sont chez eux. La Crau se trouve confrontée à de gros enjeux à propos de son devenir. Longtemps cette zone désolée fut laissée au mouton faute de mieux. Peu à peu elle s'est vue grignotée sous l'effet des besoins d'espace du développement économique. Il y a une vingtaine d'années, des arboriculteurs venus d'ailleurs ont même commencé à la reconvertir par grands lots achetés à des propriétaires ravis de l'aubaine ! C'est alors que les écologistes sont entrés en scène, soucieux de protection d'espèces et de milieux rares 10. Réussissant à mobiliser des aides agri-environnementales européennes ils ont pu faire hésiter des propriétaires, mettre de leur côté les éleveurs ovins, créer un autre rapport de forces.

21La situation à Saint-Martin est alors riche en éléments de tension. D'un côté se trouvent des éleveurs, souvent excédés de la gène causée par les interférences croissantes de la population des villes voisines sur les parcours, inquiets des initiatives des écologistes, agacés par la vision passéiste de l'élevage diffusée par certains acteurs. Ils sont pourtant devenus conscients que les aides et les primes, qui constituent de plus en plus pour eux un ballon d'oxygène, impliquent une acceptation sociale qui passe justement par un minimum d'ouverture publique. C'est de cette façon que beaucoup conçoivent actuellement ces fêtes, les tenant encore pour des mascarades tant qu'ils n'y sont que prestataires de services conscients de servir les intérêts touristiques locaux et qu'ils n'ont pas encore décidé d'en faire l'outil direct de leurs propres intérêts. De son côté la municipalité doit faire face à la gestion d'une population totalement hétérogène, allant d'un monde moutonnier déjà conflictuel en son sein, jusqu'aux personnels des industries du complexe sidérurgique de Fos-sur-Mer, en passant par des écologistes soucieux de la préservation d'un patrimoine naturel, et maintenant social et culturel, qui suscite un intérêt et des soutiens extérieurs non négligeables. La « Fête du printemps » est alors un instrument de cohésion locale, et la transhumance y est conviée depuis 1991, mais parmi d'autres attractions, un peu a minima, alors qu'elle pourrait être plus spécifiquement exploitée.

22À Saint-Rémy comme à Saint-Martin les éleveurs se tiennent sur une certaine réserve par rapport aux attentes de leur environnement social, tout en faisant la part de leurs intérêts. Il est probable que la fête ne constitue à Saint-Rémy qu'un facteur d'image à usage externe, mais qu'elle peut réellement participer à l'identité territoriale de Saint-Martin, et qu'elle a aussi, à travers les médias, des impacts beaucoup plus larges.

Dans les Préalpes

23C'est sans conteste à Die que se rencontre la situation ­ et déjà l'histoire ­ la plus complexe. Les cas précédents contribuent à l'éclairer. L'initiative est venue d'acteurs culturels, dans une situation où l'élevage ovin transhumant se trouvait fortement désorienté à côté des formes d'élevage sédentaire qui paraissaient plus capables de résister à des conditions de marché fortement contraignantes, grâce à ses possibilités d'intensification relative et de meilleure adaptabilité aux exigences des circuits de distribution. Une action culturelle en faveur de l'élevage transhumant trouvait donc des justifications vitales qui venaient renforcer celles concernant les caractères originaux de ce « mode de relation particulier de l'homme avec la nature ». À travers son image c'était en outre tout l'élevage ovin de la région qui pouvait être tiré en avant et, au-delà avec lui, l'économie de la zone. Mais ces objectifs n'ont pas tous été atteints avec un égal succès. Il est clair que l'élevage transhumant, aussi bien local que celui qui monte de Provence, s'est constitué un capital d'image qu'il ne possédait pas auparavant. Cette visibilité s'inscrit autant dans le registre institutionnel (élus, collectivités, administrations aux différents niveaux régionaux mais aussi national,...) que civil (population locale, milieux culturels...). Le Diois quant à lui a ajouté cet élément à un plateau d'attraits déjà riche.

24En revanche un contentieux assez lourd subsiste, non seulement entre une partie des éleveurs ­ en gros ceux qui jouent plutôt l'adaptation technique, même si certains estivent ­ et le monde culturel qui porte la fête, mais aussi entre les éleveurs eux-mêmes, y compris leurs organisations. Les premiers ont eu le sentiment de se voir utilisés mais oubliés, voire trahis par rapport à la transhumance, élément d'image considéré selon eux de manière trop exclusive et qui détourne l'attention des vrais problèmes de l'élevage, donnant de l'éleveur une vision particulariste, hors de leur monde, qu'ils jugent dangereuse et rejettent. Les autres, les tenants d'un élevage pastoral et transhumant, ont de leur côté apprécié la réhabilitation d'un savoir-faire longtemps disqualifié face aux approches techniciennes formalisées, et seules valorisées au nom du modernisme. On se trouve donc ici en présence d'une différence de mode d'exercice d'un métier et donc d'une différence d'identité qui, dans des circonstances particulières, s'est transformée en différend interne à la catégorie des producteurs. Derrière cette question d'identité se jouent des intérêts économiques. Non pas entre les deux types de produits : le droit de jouer sa carte est reconnu à chacun. Mais entre les images données du métier : les producteurs « techniques » ne retrouvent pas leurs références, et se sentent niés dans leur effort pour s'adapter à la perception qu'ils ont de la demande. Ils craignent d'être entraînés dans une impasse et une imposture, dont le risque serait de brouiller la valorisation de leurs efforts techniques, déjà difficiles à accomplir et à faire reconnaître. Par ailleurs cette fête a semble-t-il bien contribué à ranimer le souvenir de la transhumance comme élément du calendrier local et comme forme de relation ancienne ayant inclus le Diois, le sud Vercors et la basse Provence dans une même aire d'échanges. Cet aspect patrimonial qui avait tendance à être oublié semble avoir été réapproprié avec plaisir par la population locale, pour qui c'est un motif de réel attachement à la manifestation. Enfin il faut mentionner le rôle de cette fête, recherché par ses initiateurs, dans des sphères intellectuelles, administratives, politiques beaucoup plus larges, pour y faire comprendre la spécificité, la valeur et l'actualité du mode d'exploitation pastorale et sa richesse écologique et culturelle. À cet égard elle prend place dans un ensemble de manifestations et d'efforts de diverses origines qui, ces dernières années, a conduit à doter cette forme d'élevage d'une nouvelle légitimité, après le moment de pessimisme lié à la montée des modèles agricoles intensifiés.

25Ainsi la fête de Die met en évidence, dans une configuration différente des précédentes, mais très riche, les différences, les relations et les jeux entre identités professionnelles et intérêts économiques mis en œuvre dans cette nouvelle forme d'échange entre milieux agricoles et société.

Jeux et enjeux des fêtes, entre monde agricole et société

26Les situations qui viennent d'être présentées apportent une riche matière concernant la question du développement des relations entre monde agricole et société. L'analyse peut en être engagée autour de deux axes : d'abord l'examen de leur rôle à l'échelle locale ­ c'est à ce niveau qu'a porté l'essentiel de nos observations ­, puis on essaiera de dégager leurs effets à des échelles plus larges ­ là les observations céderont d'abord la place à des réflexions, qu'il nous parait indispensable de poser pour saisir la portée du phénomène et envisager la suite de son approche. Mais deux remarques préalables s'imposent. Il faut d'abord noter la variété d'échelle des publics touchés par ces manifestations. Toutes s'adressent, la plupart du temps en priorité, aux populations et aux acteurs partageant une même aire de fonctionnement économique et social, quelle qu'en soit l'extension ­ de la petite région à des ensembles plus vastes ­, ayant en tous cas des relations et des problèmes communs : hautes vallées catalanes, nord Aveyron, Cévennes-bas Languedoc, Crau, Diois... Mais certaines, comme à Aubrac, Saint-Rémy ou Die, drainent aussi une part importante de publics extérieurs ou ayant des liens plus ténus avec ces zones. Enfin, par médias interposés ces manifestations possèdent une audience plus large encore. C'est bien ce qui impose les deux échelles d'approche évoquées. La seconde remarque a trait à la place qu'ont les biens marchands, en particulier les produits locaux, dans ces manifestations : ils sont toujours présents comme éléments privilégiés d'attractivité, mais jamais ­ du moins dans les cas rencontrés ­ comme motif central. Il ne s'agit pas d'opérations de type promotionnel, même lorsqu'il arrive que la fête joue un rôle dans des démarches de qualification. Si donc l'objet de la fête est fondamentalement économique ­ et c'est ce que nous cherchons à faire valoir ici ­, ce n'est pas à travers un effet direct sur des biens et des marchés. Envisageons alors dans quels termes on peut le poser.

Les fêtes, facteur d'intégration locale et territoriale du secteur agricole

27Le temps n'est pas très loin où l'agriculture était devenue à peu près hégémonique dans beaucoup d'espaces ruraux, et s'en accommodait bien. La « renaissance rurale », liée pour une bonne part à l'équipement des campagnes et aux phénomènes évoqués en première partie, est venue modifier cette situation, suscitant d'abord une attitude plutôt défensive de la part des agriculteurs. C'est donc d'une situation d'isolement qu'ils partent bien souvent lorsqu'ils adoptent aujourd'hui une attitude plus ouverte (et quelquefois de conquête). On peut le constater dans les situations que nous avons qualifiées d'initiatives agricoles. Dans les trois cas (Cerdagne, Aude, Cévennes), c'est bien le rôle joué par l'agriculture dans le cadre de vie et de loisirs environnant qui est proposé plus ou moins explicitement à la découverte et à la réflexion d'un public essentiellement de proximité. L'agriculture, démographiquement en retrait, cherche à s'affirmer dans une économie locale qui gagne en ouverture, en diversité de projets et en marges de manœuvre. Elle le fait à la fois de manière défensive, par exemple pour protéger son accès aux ressources, et de manière offensive pour faire reconnaître les services qu'elle rend par son activité de production. Les fruits de celle-ci sont exhibés et proposés, puisque c'est une occasion tout à fait appropriée pour en attester la valeur, mais aussi pour rappeler la fonction première de l'agriculteur, qui reste la référence à laquelle celui-ci tient avant tout... Il s'agit de marquer des positions dans des situations locales ouvertes et mouvantes, où la construction d'image prend de l'importance dans les jeux de compétition/coopération entre activités.

28Mais ces aspects territoriaux présentent d'autres modalités lorsque l'on considère également les initiatives non agricoles. On est alors conduit à distinguer plusieurs modes d'exploitation de l'événement créé. Le premier est celui d'une simple mise en présence brute, sans proposition ni élaboration particulière. C'est le cas des initiatives agricoles précédentes. L'objectif des professionnels organisateurs est simplement, comme on vient de l'évoquer, de manifester l'existence de leur activité, et par là d'en faire ressentir l'utilité, la nécessité... mais sans discours très explicites ni abondants pour l'exprimer. Dans le public, chacun perçoit comme il le veut ce qui lui est proposé, et éprouve ce qu'il veut, en fonction de son vécu antérieur et de sa propre culture. On peut s'interroger sur les raisons de cette exploitation quasi muette de l'événement créé, alors que les agriculteurs et leurs organisations savent, dans le cadre professionnel, parler de tous les aspects de l'élevage et de ses problèmes. Prudence ? Crainte de ne pas savoir trouver le discours approprié à un public qu'ils ne « sentent » pas encore très bien ou dont ils n'ont pas vraiment la pratique ? Conscience que de telles circonstances réclament des compétences de communication dont ils ne disposent pas, ou pas encore ? Volonté délibérée de laisser opérer la magie de la rencontre ? Dans un second cas le témoignage agricole reste une motivation présente au sein de la manifestation, mais son évocation se trouve surtout mobilisée au service d'une intention plus large, consistant à enrichir l'identité de la région dont il est partie intégrante. Ainsi à Aubrac ou en basse Provence, la transhumance est convoquée en quelque sorte à titre d'emblème local. Le troisième cas enfin, dont témoigne Die, va plus loin dans la voie de l'interprétation proposée du phénomène de la transhumance. Elle est en particulier l'occasion d'une mobilisation de tout ce que les études savantes ont produit de réflexions et d'analyses à son sujet, prolongée par les apports de la littérature et de l'image, le tout appuyé sur les productions musicales et esthétiques du monde pastoral lui-même. La transhumance est montrée là comme élément du patrimoine culturel universel, avec en outre l'intention de l'installer si possible dans un tel statut, censé être protecteur pour sa survie. De la simple exhibition stratégique à l'emblématisation identitaire, puis à la patrimonialisation culturelle, on a donc trois formes de plus en plus élaborées d'exploitation d'une pratique agricole dans l'intention d'utiliser une demande émergente au service d'objectifs variés et associés. Elles concourent chaque fois à l'expression de « biens communs » de natures et d'échelles sociales différentes.

29On peut remarquer que ces trois formes ne sont pas mises en œuvre par les mêmes acteurs. Dans le premier cas il s'agit des agriculteurs eux-mêmes et de leurs organisations, sur la base exclusive de préoccupations professionnelles. Dans le second, ce sont des acteurs locaux, cherchant à construire ou reconstruire une identité pour leur territoire ou à en enrichir l'image. Dans le troisième il s'agit de personnes qui participent d'un monde plus large et considèrent comme impératif de chercher à préserver vivante une pratique rescapée témoignant d'une part intemporelle de l'humanité d'ici et d'ailleurs. S'il arrive donc aujourd'hui que des agriculteurs en tant que tels prennent l'initiative de faire d'une de leurs pratiques attractives le support d'un échange bénéfique pour eux, l'expression d'autres dimensions du potentiel de celle-ci résulte de l'intervention d'acteurs différents, aptes à les faire ressortir (agents du développement, opérateurs culturels...). Autrement dit, pour exprimer les diverses dimensions qu'il recèle, cet échange implique une conjonction d'apports particuliers, à travers une négociation, une coordination.

30Outre les difficultés inhérentes à ces relations nouvelles, comme on a pu en observer l'existence dans plusieurs cas, des problèmes spécifiques se posent aux agriculteurs entre eux même. Le premier est de décider si le principe d'une telle contribution leur agrée. Certains y sont radicalement opposés, y voyant la mise en public de choses qui doivent selon eux rester du domaine de ceux qui les vivent, éprouvant donc, à travers de telles opérations, le sentiment de se vendre. D'autres prennent plus de distance par rapport à leur activité: la question pour eux est de savoir où placer la limite entre ce que l'on va montrer et ce que l'on va conserver entre soi. Un objet de débat interne est également celui de l'appréciation de l'intérêt collectif à en attendre. Les retombées en termes d'image peuvent avoir des incidences variées, contradictoires pour le type d'agriculteur concerné, mais aussi pour des types voisins, comme à Die, (et de façon plus diffuse pour la profession agricole en général, on y reviendra). Un problème important est encore celui de l'image que l'on veut donner et, de manière plus aiguë, celles que l'on veut éviter. Il concerne en particulier la délicate question de l'authenticité, et celle des garanties à obtenir dans les cas où l'on n'est pas maître-d'œuvre. Elles sont complexes et plusieurs situations ont montré des clivages parfois profonds à ce propos parmi les éleveurs. Plus largement c'est sur leur traitement que repose en fait, l'esprit de la relation entre monde agricole et société, et sans doute son succès local aussi bien qu'à des échelles plus larges : ce traitement peut aller de formes d'expression authentiques et respectueuses des attentes de l'autre, jusqu'au contact superficiel, non impliqué, tarifé, frelaté, voire cynique... C'est aussi en partie sur cette dimension que le secteur agricole joue globalement son image et sa place dans la société, comme on va l'évoquer plus loin.

31Au total l'organisation ou la participation à ces manifestations met les agriculteurs locaux et leurs organisations devant un ensemble de problèmes largement inédits pour eux. L'exploitation de l'actif culturel dont il sont détenteurs, rompant avec la préoccupation exclusive de la filière et du marché, leur ouvre les dimensions du territoire et du social, à la fois par la dimension professionnelle de leur activité et au delà. Elle implique de leur part une réflexion sur leur métier, l'ouverture à de nouvelles compétences, l'apprentissage de relations avec des partenaires d'horizons différents, etc. De tels processus les introduisent dans la participation à la construction et à la gestion de biens publics nouveaux, très variés selon les situations, mais où ils peuvent aussi apporter leur savoir faire et leur expérience de l'action collective.

Les incidences sectorielles ou globales

32Ces dimensions de la participation de l'agriculture à la vie locale n'épuisent pas toutes les implications des nouvelles relations dont les fêtes sont un des supports créateurs. Elles en nourrissent également les effets à des échelles plus larges. Certains de ces effets ont été observés dans le cadre du travail sur lequel on s'appuie ici. D'autres reposent sur des observations non systématiques et surtout, comme on l'a dit, sur des réflexions qui doivent être développées pour poser dans toutes leurs dimensions les enjeux du phénomène et envisager la manière d'en poursuivre l'étude.

33Il faut signaler tout d'abord les effets de ces manifestations à l'intérieur du secteur agricole lui-même : à cet égard elles ne participent pas seulement des relations entre monde agricole et société mais conditionnent également la cohésion du secteur (et donc indirectement ses relations avec ses partenaires). Il faut se rappeler que, sur un plan général, l'agriculture actuelle est confrontée à de fortes tendances internes centrifuges, notamment entre des filières ayant des débouchés, des problèmes, des profils et des formes d'organisation de plus en plus divergents. Cette situation se manifeste à tous les niveaux de l'organisation professionnelle, dont on sait l'importance qu'elle a dans la gestion du secteur. On a relevé dans plusieurs situations (Aude, Cévennes...) que les fêtes jouent très manifestement un rôle, alors purement interne et voulu par ces instances, de maintien de liens et de solidarités entre des agricultures différentes mais ayant à s'entendre sur leurs affaires communes, sur un « bien commun ».

34Revenons maintenant aux relations entre le monde agricole et la société, en les abordant sous différents aspects. L'espace rural, alors qu'il était longtemps resté le lieu de liberté et d'expression de l'habitant local, devenu de plus en plus exclusivement l'agriculteur au cours du mouvement d'industrialisation, est aujourd'hui l'objet d'un investissement rapide par les citadins aux fins d'usages multiples. Mais pour l'agriculteur il reste un outil de travail avec des règles d'utilisation contraignantes, exigeant qu'il puisse y exercer pleinement sa maîtrise. Cette situation de télescopage est très potentiellement conflictuelle et peut engendrer un climat de repliement et d'exclusion qui se ressent bel et bien dans plusieurs situations. Si le multi-usage peut se concevoir au bénéfice de chacun et accroître le bien-être global, il suppose en tous cas chez chaque partenaire une reconnaissance et une culture de l'autre, qui impliquent elles-mêmes échange et fréquentation. On peut en dire autant en matière de confiance alimentaire et d'appréciation des qualités des produits, qui sont des motifs importants de la curiosité et de l'intérêt qui portent les consommateurs vers les producteurs agricoles.

35Mais peut-être faut-il surtout évoquer le domaine des représentations culturelles. Les agriculteurs ont évolué très vite, techniquement et socialement, durant les toutes dernières décennies. Beaucoup ont aujourd'hui le sentiment d'être détenteurs de valeurs qui, dans le monde moderne, non seulement les mettent à l'égal des autres catégories de citoyens, mais peuvent être bénéfiques pour la société tout entière. Ils le manifestent à travers des initiatives très variées. De leur côté bien des citadins ont perdu le contact avec cette évolution et peuvent même, jusqu'à un certain point, rester imprégnés des stéréotypes antérieurs. Une telle situation ne facilite pas le contact et donne elle aussi de l'importance à toutes les occasions d'échange.

36C'est donc bien non seulement de cohésion sociale dont il est question à travers celles-ci, mais également des modalités que pourront prendre des dimensions sans doute capitales des modes de vie en gestation (ceux-ci peuvent s'interpréter, au plan économique, comme des arrangements ­ propres à des groupes sociaux ­ de consommations marchandes et publiques). Ces différents aspects, qui s'analysent en termes de biens publics, sont quelques-uns des composants de l'échange social en émergence dont on cherche ici à identifier les incidences. Mais ils ne sont pas les seuls : abordons pour finir celui qui nous parait le plus marquant du point de vue économique (sans perdre de vue ce qu'une telle dissociation a d'artificiel dans la pratique). Les moments de rapprochement et de contact entre agriculteurs et publics sont porteurs de regards nouveaux, aussi bien sur les relations de l'activité agricole avec la gestion de la nature et la production du cadre de vie, d'activité ou de loisirs, que sur les conditions concrètes de la qualité des produits et sur d'autres résultantes de l'activité agricole. Dans ces contacts, les rôles de l'agriculteur au-delà de la stricte production alimentaire se trouvent concrètement appréhendés. Ce qui apparaît alors important est que ces expériences se répercutent en fait sur la représentation des produits agricoles et, partant, sur la valeur à leur accorder. Pour le consommateur, il ne s'agit plus seulement, comme il y a trente ans, de se nourrir dans les limites d'un budget compté, mais de profiter d'un genre de vie dont plusieurs facettes attrayantes renvoient à la nature, à l'espace rural et à la manière dont ils sont gérés. Les conséquences en sont complexes et variées. Elles résultent certes en une diversification d'image non seulement des produits mais aussi des agricultures dont ils sont issus : on est aujourd'hui attentif aux différences entre l'alimentation standard et les produits de terroirs, ou locaux, ou labellisés... Mais il faut considérer qu'il en découle un effet global de qualification et de légitimation d'un prix à payer pour l'alimentation en général, soit directement à travers les produits, soit indirectement par les soutiens. C'est ainsi que les conditions générales du marché de l'alimentation se trouvent affectées dans les représentations des acheteurs, dans l'appréciation de la valeur accordée par les ménages à ce secteur de dépense, et en définitive dans le niveau global de solvabilité de la demande pour cette catégorie de produits dans notre société. C'est en quelque sorte un « consentement général à payer » qui est en jeu (en empruntant cette notion à une vision théorique différente), et qui dépend de la relation établie dans la société entre les produits et la gestion du patrimoine naturel et culturel contenu dans l'espace rural. Il est à rapprocher du comportement des consommateurs biologiques qui, pour des raisons également de représentations, acceptent de payer plus pour se nourrir. Dans nos achats alimentaires une part variable ­ liée à beaucoup de facteurs ­ dépend de nos représentations, ce qui n'est pas nouveau. Ce qui l'est en revanche a trait aux déterminants de cette part et sans doute à son importance. En outre ce phénomène, très polymorphe au sein d'une même société, présente semble-t-il certains traits assez caractéristiques de son ensemble, et participe de sa culture. En Grande-Bretagne les questions alimentaires sont très déconnectées de l'espace rural, et la notion de terroir n'existe pas. En Allemagne la question met en avant des notions liées à la nature. C'est ainsi, nous semble-t-il, que se pose le problème de l'incidence économique des nouvelles relations entre monde agricole et société. Et c'est notamment pourquoi les organisations professionnelles agricoles, en particulier à l'échelon national, accordent une réelle importance à ce problème et prennent, comme on l'a vu, des initiatives concrètes dans ce sens.

* * *

37Les fêtes constituent des occasions vécues, donc marquantes, permettant à des populations agricoles locales et non plus seulement à quelques individus ou à des catégories plus ou moins en marge, de sortir du domaine professionnel strict pour se confronter à la société et à la vie locales, au territoire comme cadre de vie commun, et se poser la question de leur rôle dans la ruralité. Mais ces manifestations doivent leur succès au mouvement d'intérêt croissant qui porte des publics de plus en plus nombreux vers la nature, l'espace rural et les activités qui s'y déroulent : la production de l'alimentation, des paysages, de cadres de vie, de formes de sociabilité, etc. Dans la société d'archipel 11, la ruralité abrite des parts croissantes de nos vies.

38Or l'agriculteur, même lorsqu'il y est devenu minoritaire, reste au centre de cette ruralité et de la gestion de la nature. Cette situation lui vaut un intérêt qu'il est en train de découvrir et d'expérimenter à travers le succès de toutes les formes de relation qui se développent autour de ses activités et dans son cadre de vie : accueil, tourisme et loisirs à la ferme, ventes directes, manifestations diverses, etc. Une telle situation peut s'analyser comme l'émergence d'une ressource potentielle, d'un actif spécifique, découlant, au bénéfice des agriculteurs, de l'évolution actuelle de notre société. Mais l'extériorisation de cet actif résulte des réponses qu'ils font à cet intérêt, et dépend donc de la manière dont ils le perçoivent et le mettent en œuvre. En outre on peut présumer que les représentations qui sont en train de se construire à travers ces phénomènes ne peuvent manquer de se répercuter sur la manière dont les différentes catégories de la population conçoivent leur alimentation, perçoivent les produits qu'on leur propose, et adaptent leurs pratiques d'approvisionnement. Ainsi se façonne, sur l'ensemble de ces éléments, une nouvelle « convention » entre la population française et son agriculture, prenant la place de l'ancienne convention nourricière. Elle constitue l'un des caractères de notre culture et contribue à distinguer chaque société de ses voisines, contrebalançant plus ou moins, selon son originalité et sa vigueur, les tendances à l'uniformisation mondialiste.

39Cette différenciation n'est pas propre à l'agriculture. Mais elle ne se manifeste pas avec la même force dans tous les secteurs : l'électro-ménager n'est pas l'alimentation. À niveau de richesse équivalent elle contribue à l'identité de chaque société. Comme nous l'annoncions en introduction, c'est aussi dans ces termes que se manifeste la dimension culturelle dans le domaine des relations économiques. En ce qui concerne l'agriculture française, un processus de changement important est ainsi en cours. On ne peut préjuger de son aboutissement. Mais on peut constater qu'il se fait plutôt à l'aveugle : si son évocation est de plus en plus présente dans les discours et les débats actuels sur l'avenir de l'agriculture, on peut dire qu'il a jusqu'à présent été très généralement contourné dans les préoccupations scientifiques : celles-ci se sont focalisées sur des objets plus identifiables économiquement, comme la qualité des produits agricoles ou la prise en compte de l'environnement par l'agriculture. Elles ont jusqu'à présent laissé de côté la dimension culturelle sur laquelle repose l'insertion sociale de ce secteur économique, malgré l'importance particulière qu'elle semble bien revêtir dans son cas.

40L'approche développée ici à partir du cas des fêtes a conduit à mettre en avant la notion d'actif spécifique et le raisonnement en termes conventionnalistes. Sur ces bases il paraît possible de prolonger cette première approche en engageant trois types d'investigations. D'abord, s'attaquer de front à l'analyse des pratiques, des représentations et des attentes de la population française concernant l'espace rural et ses différents objets (l'identification de ou des actifs spécifiques). Il s'agit d'engager des enquêtes du type de celle du CEVIPOF en les diversifiant par catégories sociales, par région, etc. Une telle investigation est sans doute de nature avant tout sociologique, mais elle concerne également les économistes. Les résultats fourniront des bases concrètes aux discours actuels sur les « nouvelles fonctions » de l'agriculture. Ensuite, étudier les différentes formes d'opérationalisation de ces nouvelles attentes par les acteurs sociaux concernés, organisations agricoles en tête : il s'agit de la construction réciproque de l'offre et de la demande de relation. Enfin, réaliser des études de situation à différentes échelles territoriales pour les comparer et bâtir une connaissance d'ensemble et équilibrée du phénomène.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude GARNIER, François LABOUESSE, Pierre LAURENCE et Claude SALMON, Les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen et leur développement récent : contextes, enjeux et significations, Rapport final de recherche, Montpellier, INRA/Ministère de la Culture, 1997, 300 p.
2 Outre les ouvrages et articles cités infra, ont été utilisés : Pierre-Jean BENGHOZI et Dominique SAGOT-DUVAUROUX, « Les économies de la culture », dans Réseaux, n° 68, novembre-décembre 1994 (repris dans Problèmes économiques, n° 2422, mai 1995, pp. 19-29) ; Augustin BERQUE, Être humains sur la terre. Paris, Gallimard, 1996 ; Michel BLANC, « La ruralité : diversité des approches », dans Économie rurale, n° 242, novembre-décembre 1997, pp. 5-12 ; Anne-Marie BRISEBARRE, Bergers des Cévennes. Paris, Berger Levrault. 1978 ; Laurent THÉVENOT, « Les investissements de forme », dans Cahiers du centre d'études de l'emploi [dir.], Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France, 1985, 150 p. ; Marcel JOLLIVET et Nicole EIZNER, [dir], L'Europe et ses campagnes, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, 400 p. ; Jean-Luc MAYAUD, 150 ans d'excellence agricole en France. Histoire du Concours général agricole. Paris, Belfond, 1991 ; Bernard PECQUEUR, De l'espace fonctionnel à l'espace-territoire. Essai sur le développement local, Thèse de doctorat, Université Grenoble II, 1987, 470f° ; Céline QUERON, Fêtes, salons, accueil à la ferme... ou les agriculteurs à la rencontre du public : étude de l'action des organisations agricoles dans trois départements français (Ardèche, Gard, Aveyron), Mémoire de DAA sous la direction de François Labouesse, Rennes, ENSA, 1997, 120 f°
3 Bertrand HERVIEU et Jean VIARD, Au bonheur des campagnes. La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, 1996.
4 La distinction entre ces deux sous-ensembles est, on le sait, à nouveau en débat. Elle est retenue ici comme une approximation et une commodité de langage, ce point n'étant pas central pour la question abordée.
5 C'est aussi pour eux un corollaire à des aspects plus imprévisibles et inquiétants qui peuvent se révéler aussi bien positifs que dévastateurs, comme la sensibilité croissante pour ne pas dire exacerbée du public aux questions de sécurité alimentaire : au delà de la crise bovine, on peut penser à celles qui, dans le passé, ont fortement contribué à tempérer la ligne industrielle d'évolution de l'agriculture (labels, appellations d'origine, etc.). Voir : Bertil SYLVANDER, « Conventions de qualité, concurrence et coopération. Cas du label rouge dans la filière volailles », dans Gilles ALLAIRE et R. BOYER [dir.], La grande transformation de l'agriculture. Paris, INRA/Economica, 1995, pp. 73-96.
6 On retrouve ici une notion d'actif spécifique, à caractère professionnel cette fois, et non plus territorial comme elle est semble-t-il souvent utilisée jusqu'à présent.
7 On peut dire qu'au niveau professionnel national la réflexion est déjà avancée sur ce sujet. En témoigne notamment la diffusion depuis 1996 du label « Terres en fêtes » par la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) pour les manifestations festives se situant dans cette perspective et auxquelles elle apporte son soutien. Ce label émane d'idées nées dans la profession agricole gardoise, en relation notamment avec l'une des fêtes que nous suivons.
8 On se trouve ainsi introduit au sein de la réflexion engagée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot à propos de la nature de l'échange comme lien social, pour constater qu'on ne se situe ici pas tout à fait dans la relation marchande, et pas exactement non plus dans les autres types de relation qu'ils distinguent, mais peut-être plutôt dans une combinaison entre telle et telle d'entre elles. On se contentera de signaler cette question, dont l'approfondissement outrepasserait ici le propos. Voir : Luc BOLTANSKI et Laurent THÉVENOT, De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard, 1991.
9 FDSEA : Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles.
10 Pierre ALPHANDÉRY, Christian DEVERRE et Jacques RÉMY, « Opérations locales agri-environnementales et émergence de nouvelles formes de territorialité », dans Gilles ALLAIRE, B. HUBERT, A. LANGLET [dir.], Nouvelles fonctions de l'agriculture et de l'espace rural. Enjeux et défis identifiés par la recherche. Actes du colloque des 17 et 18 décembre 1996, Toulouse, INRA, 1998, pp. 9-21.
11 Jean VIARD, La société d'archipel ou les territoires du village global. La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, 1994.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Labouesse, « La construction de nouvelles relations entre monde agricole et société : une approche à partir de fêtes de la transhumance », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/33

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page