Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Pour une histoire de l'autre : l'animal, l'enfant, la nature, XVIe-XXe siècle.

Diplôme pour l'Habilitation à la direction de recherches en histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 5 décembre 1998, jury constitué de Maurice Agulhon (président), Robert Delort, Olivier Faure, Jean-Louis Flandrin, Régis Ladous et Daniel Roche.
Éric Baratay

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L'habilitation à diriger des recherches est comme une étape à mi-parcours qui permet de faire le point dans la carrière d'un chercheur, de justifier ce qu'il a écrit et d'esquisser ce qu'il veut faire. Avec le recul, mon choix de travailler sur l'histoire des animaux n'apparaît guère fortuit. L'intérêt que j'éprouvais pour le monde animal en particulier et la nature en général s'inscrit dans l'évolution du regard et des attitudes occidentales des années 1950-1970, que j'ai commencé à retracer dans la thèse ou dans l'histoire des jardins zoologiques. La transformation de cet intérêt en recherche d'historien n'aurait pas été possible, du moins personnellement, sans l'inventivité de la « nouvelle histoire » des années 1970, notamment celle qu'on appelait des mentalités et qui ouvrait les portes du grand large en construisant l'histoire de l'enfance, de la mort, de la sexualité, de la sorcellerie, du carnaval, des marginaux, etc. Ces histoires des marginaux, des déviants, des enfants n'ont pourtant pas directement abouti à celle des animaux, cette autre catégorie minorée du monde occidental, alors qu'il s'agissait à chaque fois et plus ou moins implicitement d'une remise en cause des attitudes courantes. Cela s'explique, sans doute, par la forte coupure instaurée entre l'homme et l'animal, par la difficulté du monde intellectuel français en particulier et de la société française en général à penser ensemble ces créatures (et l'exemple de Foucault exprime bien cette situation) à la différence de ce qui se passe dans les pays anglo-saxons. Il reste que, personnellement, ces chantiers m'ont permis de repousser les frontières du territoire de l'historien et d'arriver à l'idée qu'une histoire des animaux était possible.

2Je ne veux pas revenir sur les raisons du choix initial de l'Église catholique 1 (qui s'appuyaient notamment sur son rôle de directrice des consciences et sur la possession d'un discours élaboré concernant l'organisation du monde) mais insister plutôt sur le choix de la longue durée qui caractérise aussi mes travaux postérieurs et mes projets actuels. La longue durée est un parti pris qui peut se justifier par des considérations méthodologiques. Elle permet, en associant plusieurs périodes, de les comparer et par là de mieux saisir leurs particularités ou leurs similitudes, de mieux interpréter des phénomènes qu'on a trop vite tendance à croire propre à une époque et produit par cette époque, de déceler les tendances longues, pluriséculaires. La longue durée permet aussi de relever les permanences et surtout les évolutions, plus ou moins longues, plus ou moins lentes. Car, dans mon esprit, elle a moins pour objet de camper une histoire immobile, comme on aimait le faire naguère, une notion que les travaux récents, comme ceux de Jean-Marc Moriceau pour le monde rural à l'époque moderne, mettent d'ailleurs à mal, que de bien distinguer, recenser et comprendre les divers mouvements du temps. Ce sens du temps, des évolutions, est une autre justification de la longue durée, notamment lorsqu'il permet de montrer la genèse des situations contemporaines, car il m'apparaît comme un apport majeur des historiens dans le dialogue qu'ils doivent entretenir avec les autres sciences humaines. Mais, à bien y réfléchir, il me semble que l'intérêt que je porte à la longue durée provient aussi de raisons plus inconscientes, plus profondes, plus personnelles. Le maniement du temps long permet de réveiller cette immense population de morts qui nous a précédée, de reconstituer une généalogie continue de dizaines de générations auxquelles je me sens rattaché. Il permet ainsi de répondre quelque peu aux interrogations sur le sens de la vie et il donne l'illusion, en se promenant ainsi d'aujourd'hui à naguère, d'oublier la condition humaine, de freiner la fuite du temps.

3Après la thèse, j'ai continué à travailler l'histoire des animaux en élargissant la réflexion aux périodes plus anciennes du christianisme et en amorçant, par une approche collective, une étude comparée des religions, ce qui m'a permis de mieux distinguer le christianisme du judaïsme ancien et d'esquisser un relevé de ses spécificités par rapport aux autres croyances 2. Avec Jean-Luc Mayaud, nous avons organisé un numéro spécial des Cahiers d'histoire 3 consacré à l'animal domestique. Là, j'ai essayé de retracer la formation de cette histoire de l'animal en montrant sa précocité, le rôle premier des amateurs, la difficulté, de la part des universitaires, à penser un territoire nouveau, leur investissement par les marges, en fonction de leurs intérêts initiaux, ce qui se ressent encore dans le palmarès, si l'on peut dire, des thèmes étudiés. J'ai aussi établi deux bibliographies, anglo-saxonne et francophone, pour dévoiler une littérature souvent inconnue et favoriser de nouvelles recherches. J'ai surtout entrepris, avec Élisabeth Hardouin-Fugier, d'étudier des aspects précis de la relation entre les hommes et les animaux. Ces choix ne se sont pas imposés d'emblée, ne se sont pas faits sans tâtonnements ni abandons. J'ai ainsi renoncé à l'idée d'explorer des discours parallèles à celui des clercs, notamment celui des scientifiques, à travers l'évolution de la connaissance du comportement animal, ou celui des « intellectuels », c'est-à-dire des philosophes, des essayistes, des écrivains. Des discours qui m'apparaissent pourtant fondamentaux pour comprendre l'évolution du regard sur l'animal à l'époque contemporaine. Mais, outre le fait que ces approches étaient très semblables à celle entreprise lors de la thèse et ne répondaient pas à un besoin personnel de changer, elles me sont apparues trop centrées sur une histoire des théories et des idées, sur les expressions les plus rationalisées, et pas assez ou pas du tout sur les gestes, l'affectif, les sensibilités, même si je suis persuadé qu'au moins dans le domaine des représentations de l'animal, les idées les plus élaborées sont très dépendantes des expressions moins construites à la fois pour leur formation et leur bonne réception sociale.

4J'ai aussi, non pas abandonné, mais laissé de côté le cas de l'expérimentation sur les animaux (morts ou vivants, de la dissection à la vivisection), une pratique réactivée aux XVIe-XVIIe siècles pour imiter, puis vérifier, puis compléter Galien et développée par la suite au fur et à mesure de la constitution de la médecine expérimentale. La pratique a l'intérêt de rassembler sur le long terme des gestes, des discours de justification, des réactions plus ou moins élaborées d'opposition. Elle permettrait d'organiser une confrontation entre les représentations d'une élite et celles du reste de la société. Elle aurait l'avantage de bien mettre en valeur la place de l'animal dans les diverses conceptions du monde surtout si on la compare, et cela me semble une nécessité, à l'histoire, en partie déjà écrite par des anthropologues 4, des expérimentations faites sur l'homme, mort ou vivant. Mais cette entreprise se heurte à de nombreuses difficultés, notamment la technicité croissante, à partir de la fin du XIXe siècle, des gestes et des discours scientifiques, ce qui explique qu'un non-spécialiste a du mal à les inventorier et à bien les comprendre. Il y a aussi le fait que le chercheur se trouve en réalité, non pas devant un phénomène de rencontre entre des pratiques sociales différentes, mais face à des histoires parallèles et séparées, celle très technicienne des pratiquants, celle très idéologique des adversaires, sans qu'il existe de véritables liaisons entre elles. De ce fait, cette histoire m'apparaît, pour l'instant, plus propice à une approche ponctuelle, par l'intermédiaire d'articles que je ne désespère pas d'entreprendre, pour la cerner peu à peu et éclairer ses diverses facettes.

5Avec Élisabeth Hardouin-Fugier, nous avons donc choisi ce que j'ai appelé des « phénomènes carrefours », comme la corrida et le jardin zoologique 5, qui ont l'intérêt de constituer des aspects précis de la relation entre les hommes et les animaux, qui permettent une comparaison fine des mises en scène, des gestes et des discours, notamment une mesure de leurs interactions sans doute plus aisée que dans le cas de l'Église. Ils donnent lieu aussi à une confrontation réelle, à la différence de l'expérimentation, et bien délimitée entre les diverses représentations sociales de l'animal, d'une manière là aussi plus évidente que pour la thèse où les écarts entre les clergés (haut et bas, parisien et provincial) et avec les populations n'étaient pas toujours facilement appréhendables et démontrables. Ces deux phénomènes en milieu clos, bien circonscrits, aisé à cerner et à définir, m'ont permis d'aborder des aspects à la fois différents et complémentaires de la relation à l'animal. La corrida concerne des animaux domestiques (des chevaux, des taureaux, autrefois même des chiens ou des ânes) et elle met en scène la violence de l'homme, l'une de ses attitudes quotidiennes, l'une des plus fortes pressions qu'un monde exerce sur un autre. Le jardin zoologique concerne surtout des animaux sauvages, indigènes ou exotiques. Ce microcosme entend résumer le macrocosme, met donc en scène la rencontre entre l'homme et la nature, rassemble et résume les ambitions du premier sur la seconde, notamment sa volonté de l'utiliser et cela dans tous les sens du terme. À chaque fois, il ne s'agissait pas de faire une histoire technique des lieux, mais de voir comment la violence est perçue, justifiée, institutionnalisée dans le premier cas, de voir comment et pourquoi on met des animaux sauvages en cages dans le seconde cas. À ces questions, ces phénomènes ont aussi l'avantage d'apporter des réponses complexes, des réponses d'abord socialement différenciées du fait des passions et des controverses qu'ils suscitent, des réponses qui évoluent aussi avec le temps, car ces phénomènes ont l'autre intérêt de se situer dans la longue durée.

6Ainsi, au fil des travaux, le but fondamental de mes recherches reste le même : voir comment le monde animal est perçu, représenté, pensé de manière plus ou moins complexe, et voir comment et pourquoi tout cela évolue. Toutefois, les changements dans les objets d'étude m'ont permis de varier la manière d'écrire l'histoire. Ainsi, la thèse visait à retracer l'histoire des pensées, des représentations, des gestes d'un groupe, le clergé, en privilégiant le niveau du collectif et du quotidien. Le travail a donc porté, en utilisant souvent des séries statistiques plus ou moins élaborées, sur la mesure des systèmes de représentation de ce groupe, sur la mesure de leurs évolutions, sur les raisons et les modalités du passage d'un système à un autre.

7Avec la corrida ou le zoo, et au-delà des questions initiales concernant les raisons de leurs créations et de leurs évolutions, le travail a surtout porté sur l'histoire des appropriations sociales de ces lieux et de ces pratiques. Cela a permis de mettre l'accent sur la pluralité des représentations, des compréhensions, des emplois de ces lieux et de ces pratiques, d'étudier aussi l'articulation existant entre ces différents aspects, c'est-à-dire de montrer que ces lieux et ces pratiques sont le produit de représentations complémentaires ou contradictoires ou affrontées, des représentations qui sont elles-mêmes influencées par les objets qu'elles produisent. Cette histoire des appropriations a permis aussi d'étudier l'articulation existant entre les pensées les plus élaborées (scientifique, artistique, philosophique) et les représentations les plus communes, de mesurer ainsi les influences réciproques, les échanges entre les savants et le public dans le cas du zoo, entre les aficionados, les écrivains et les ethnologues pour la corrida. Elle a aussi permis de mettre l'accent sur les luttes de représentation existant entre les aficionados ou les directeurs de zoos d'un côté, les opposants de l'autre côté, et même entre les opposants, avec des évolutions, de représentation ou d'affrontement, qui dépendent en bonne partie des identités sociales que chaque groupe s'attribue et que les autres groupes lui attribuent. Cette histoire des appropriations a aussi permis de travailler sur l'articulation entre les discours (par exemple les mythes taurins ou l'idée d'un rôle scientifique du zoo) et les gestes, de vérifier si les premiers correspondent ou non avec les seconds, de comprendre comment les uns peuvent façonner les autres au gré de l'évolution des représentations 6.

8Cette attention au processus dynamique des représentations et des appropriations, en soulignant particulièrement le travail de production et de réception sociales des discours, des pratiques et des lieux, j'ai essayé de la développer dans l'histoire du père Rey et de ses colonies pour enfants 7. Au-delà de la classique biographie de l'homme et de la monographie des institutions, j'ai mis l'accent, à propos des incidents de 1888, sur les interactions entre les représentations de l'hygiène, du corps, de l'éducation, de la vie dans les maisons religieuses développées par les clercs, les membres de l'administration pénitentiaire, les enfants, le public 8. Dans l'étude des colonies, j'ai essayé de montrer qu'il n'y avait pas soumission mécanique à la norme, à la règle, comme on le croyait dans les années 1970 du fait d'une surévaluation des conditionnements sociaux, mais une certaine liberté de réaction des acteurs ainsi qu'une diversité des stratégies dans la fabrication, la réception et l'appropriation de ces normes. Ainsi, le père Rey prend souvent ses distances avec les directives et les règlements officiels, les adapte a son gré et en fonction des réactions des enfants de manière à susciter leur adhésion et leur participation. Ces enfants ont d'ailleurs des stratégies différentes selon les époques, leurs origines sociales et géographiques, leurs psychologies, refusant ou s'appropriant les normes à des degrés divers.

9L'histoire de ces colonies du XIXe siècle pour enfants pauvres, vagabonds, délinquants, qui lie des approches religieuses, culturelles, politiques, est un domaine encore peu travaillé par les historiens, et auquel je suis venu par hasard. Là aussi, pour mieux comprendre ce phénomène, j'ai essayé de le replacer dans la longue durée, celle de la philanthropie et de l'enseignement catholiques, de manière à souligner les filiations avec les buts des œuvres de charité de l'Ancien Régime, avec la pédagogie des collèges jésuites, relayée au XIXe siècle par les petits séminaires et les écoles de frères, avec la structure traditionnelle des communautés religieuses, basée sur le modèle familial, l'autorité et le paternalisme. J'ai aussi essayé de replacer ces colonies dans la géographie des pratiques institutionnelles du XIXe siècle de manière à bien comparer et situer cette expérience originale, en montrant que son action n'était pas si éloignée de celle des desservants ou des instituteurs de l'époque, en soulignant les points communs avec les autres colonies, les influences réciproques ou les nombreuses originalités, signe d'une intégration à la modernité du temps, comme le développement précoce de l'enseignement horticole ou du primaire supérieur.

10Ce travail m'a aussi permis de découvrir de multiples liens entre l'histoire de l'enfance et celle des animaux, que je pressentais seulement à l'époque de la thèse. Ces liens ont été confirmés par l'étude sur les zoos et m'ont conduit à formuler deux projets de recherche et de direction de recherche qui expliquent le titre de ma note de synthèse : d'une part une histoire comparée de l'autre en Occident, où le couple enfant-animal, par exemple, paraît un bon outil d'approche et de questionnement, d'autre part une histoire globale de la maîtrise de la nature à partir du XVIIe siècle et du rationalisme triomphant. Dans le premier cas, il ne s'agirait pas d'en rester aux rapprochements anecdotiques entre les situations des catégories minorées de l'Occident (animal, enfant, femme, aliénés, etc.), mais de mettre en parallèle et de comparer les gestes, les pratiques, les processus de traitement, les discours, sans s'arrêter en ce domaine à la coïncidence des thèmes mais en mettant en lumière la parenté des modes de raisonnement. Dans le second projet, il s'agirait d'intégrer l'histoire de la pression de plus en plus rationalisée de l'homme sur la faune, domestique ou sauvage, dans la pluralité des actions de maîtrise de la nature, de montrer leurs corrélations dans les intentions, les programmes, les pratiques tout en réfléchissant sur l'articulation existant entre les gestes et les discours.

11Mais, je ne veux pas m'appesantir sur ces projets et donner l'impression de tirer des plans sur la comète, car l'habilitation se juge sur ce qu'on a fait et non pas sur ce qu'on veut faire et l'expérience montre qu'on ne fait pas toujours ce qu'on avait prévu. Je suis pourtant persuadé qu'il y a là une bonne manière d'élargir et d'enrichir les problématiques de l'histoire des animaux et de contribuer à sortir cette dernière de la marginalité qui la caractérise encore. Par ailleurs, la comparaison des phénomènes me semble une nécessité vitale pour l'historien. Établir des corrélations insoupçonnées entre des aspects qui paraissent a priori étrangers permet de mieux comprendre l'époque en question, de l'aborder dans une plus grande globalité et, par un effet retour, de mieux situer et comprendre les aspects préalablement étudiés. En énonçant ces projets, je suis conscient qu'il s'agit d'histoires très et peut-être trop ambitieuses, dont le jury me dira sans doute ce qu'il en pense, me signalera peut-être, et avec raison, qu'elles sont pleines d'écueils, mais je les crois stimulantes et leur faisabilité s'établira le plus sûrement en les bâtissant peu à peu.

Haut de page

Notes

1 Éric BARTATAY, L'Église et l'animal du XVIIe siècle à nos jours en France, thèse de doctorat en histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 1991, 1247 f°. Une version réduite a été publiée : Éric BARTATAY, L'Église et l'animal (France, XVIIe-XXe siècle), Paris, Éditions du Cerf, 1996, 382 p.
2 Direction du chapitre collectif « Les religions et l'animal » et rédaction de la contribution « L'anthropocentrisme du christianisme occidental » dans Boris CYRULNIK [dir.], Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale, Paris, Gallimard, 1998, pp. 1425-1503.
4 David LE BRETON, La chair à vif, usages médicaux et mondains du corps humain, Paris, Métailié, 1993.
5 Éric BARATAY et Élisabeth HARDOUIN-FUGIER, La corrida, Paris, Presses universitaires de France, 1995, 128 p. ; Éric BARATAY et Élisabeth HARDOUIN-FUGIER, Zoos, histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998, 295 p.
6 Voir en particulier : Éric BARATAY, « Comment se construit un mythe : la corrida en France au XXe siècle », dans Revue d'histoire moderne et contemporaine, tome 44, n° 2, avril-juin 1997, pp. 307-330 ; Éric BARATAY, « Représentations et métamorphoses de la violence : la corrida en France (1853 à nos jours) », dans Revue historique, tome CCXCVII-2, 1997, pp. 489-520 ; Éric BARATAY, « Un instrument symbolique de la domestication : le jardin zoologique aux XIXe-XXe siècles (l'exemple du parc de la Tête d'Or à Lyon) », dans Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD [dir.], L'animal domestique..., ouv. cité, pp. 677-706.
7 Éric BARATAY, Le père Joseph Rey serviteur de l'enfance défavorisée. Une expérience d'insertion au XIXe siècle, Paris, Éditions Beauchesne, 1996, 210 p.
8 Éric BARATAY, « Affaires de mœurs, conflits de pouvoir et anticléricalisme : la fin de la congrégation des frères de Saint-Joseph en 1888 », dans Revue d'histoire de l'Église de France, à paraître, second semestre 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Baratay, « Pour une histoire de l'autre : l'animal, l'enfant, la nature, XVIe-XXe siècle. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/67

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page