Navigation – Plan du site
Articles

Motreff (Finistère), la Seconde République et la micro-histoire

Laurent Le Gall

Résumés

Peut-on résumer un essai de micro-histoire, à moins de déformer paradoxalement une entreprise qui vise à utiliser le moindre indice dans une « démarche vicinale » proche de l'enquête policière ? Ce serait la gageure de ces quelque lignes qui visent moins à dire ce que fut un conflit à Motreff pendant la Seconde République qu'à inscrire cette étude dans l'optique d'un travail sur l'ordinaire et l'extraordinaire du quotidien de certains Français de Basse-Bretagne, à travers le prisme déformateur et réducteur de la politique ­ pour ne pas dire la République ­ au village.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Une démarche « vicinale »

1De l'étude d'un conflit sous la Seconde République dans une commune du Finistère, l'on pourra penser premièrement que les anniversaires marquants sont propices à des exhumations et à des commémorations de toutes sortes, deuxièmement que la monographie résiste ­ hélas peut-être ? ­ aux nouvelles vagues des historiens. L'on pourra donc craindre de lire quelques pages qui n'apportent rien à la compréhension d'un régime dont l'historiographie récente a su faire son miel 1.

2S'attacher à la commune sans céder au localisme, pour une période donnée ­ la Seconde République ­, à travers les schèmes du politique. Telle pourrait être la définition simple de ce que nous souhaiterions entreprendre. L'on en vient alors à un discours de la méthode. Il n'est ni révolutionnaire, ni novateur puisque c'est de micro-histoire 2 dont il s'agit. Mode ? Modèle ? Manifeste ? Un peu des trois à la fois et ceci pour plusieurs raisons.

3Les hommes tout d'abord. Dire du Finistère qu'il est un département conservateur, n'est-ce pas oublier que des hommes ne peuvent être rangés sous ce terme générique ? C'est parce qu'un tel constat, aussi pertinent soit-il, n'offre qu'une version amputée de la réalité, c'est parce qu'une telle Histoire taille trop souvent à la serpe dans les actions et les inactions des « gens de peu » 3, de rien, de beaucoup, qu'il nous paraît utile d'explorer les voies de la micro-histoire. À travers ceux qui ont déposé leur bulletin de vote et ceux ­ et celles ­ qui ne l'ont jamais fait, ce sont autant les électeurs que les individus qu'il nous importe de connaître. On en vient alors à considérer tout ce qui au-delà de l'économie et de l'événement, du structurel et du ponctuel, a trait aux réseaux, aux stratégies. Le rapport du local au national, en passant par les échelons intermédiaires, trouve ainsi une nouvelle cohérence. Comment dans un moment de bouleversements des cadres politiques et institutionnels à l'échelle de la France réagit-on localement ? Quels sont les appréciations, les représentations, les moyens d'appréciation et de représentation dont certains individus disposent ? Comment opèrent-ils une captation des nouvelles règles du politique ? Autant de questions qui témoignent de l'espoir d'aborder une question ancienne, la politique et la politisation des campagnes 4, avec des outils un peu moins anciens, à l'intérieur d'une démarche « vicinale » dont on souhaite qu'elle tienne compte de toutes les traces, de tous les indices.

4L'espace ensuite. La commune s'impose. Parce qu'elle est l'horizon principal de l'individu et un repère commode pour l'historien. Parce que, comme territoire politique, elle s'affirme aussi à un moment où les élections nationales et locales en font le socle de base de la création de cette citoyenneté élaborée dès la Révolution. C'est donc à l'intérieur de ses limites que l'on peut essayer d'appréhender le plus finement possible les enjeux du régime qui advient. Dans cette perspective, les écueils sont de taille. En premier lieu, le corpus des sources. Si la thématique d'une histoire totale ne nous semble pas être un rêve dépassé, il n'en est pas moins vrai que le risque est grand qu'à vouloir regarder de très près et dans de multiples domaines ­ la justice, les délibérations du conseil municipal, les procès-verbaux d'élection, les matrices cadastrales... ­ on en vienne à une dilution des éléments de compréhension, à une parcellisation des connaissances. Se pose ainsi le problème du sens à donner à l'histoire que l'on essaye d'entreprendre. La ligne de crête est forcément étroite. Ou les archives « parlent », les traces foisonnent, les indices abondent. On risque l'anecdotique. Et le risque est grand. Ou les archives ne « parlent » pas ou si peu. Quelques noms, des résultats électoraux, la parcimonie de la reconstitution de l'environnement et des liens économiques et sociaux. Et l'on en vient à masquer la difficile, voire l'improbable appréciation de la micro-société par l'érudition 5. Et l'on en vient alors à penser que l'ordinaire ne peut être dit parce que précisément l'ordinaire confine le plus souvent au silence des sources. Pourrions-nous envisager alors que le résultat d'un travail de recherche, quel qu'il soit, n'aboutisse pas, ou plutôt qu'il aboutisse à une conclusion sur le banal ? La question de l'hypothèse préalable, ensuite. Des problèmes, oui, mais pas vraiment une hypothèse de départ que l'on souhaite vérifier, à moins que ce ne soit la possible résolution de ces problèmes qui crée une problématique. En d'autres termes, c'est la collection des indices, le croisement des sources qui permettront la découverte des pistes à explorer. Or si l'étude de cas peut avoir en micro-histoire valeur d'exemple, force est aussi de constater que la variété des situations peut aboutir à une impossible modélisation. C'est l'explication du document qui sert de matrice à l'interrogation et renvoie alors au paradoxe du travail de l'historien : comment parvenir à conserver un regard neuf sur les archives que l'on consulte, comment essayer de faire « vivre » ces sociétés, comment opérer le travail d'imagination nécessaire quand la parole se fait rare en utilisant les outils épistémologiques de nos prédécesseurs et en se départissant des connaissances acquises. Produire un certain savoir, tout en ne plaquant pas le savoir des autres mais en se l'appropriant, afin de corroborer, de corriger ou de s'opposer à ce qui a été fait par d'autres 6, telle est la démarche empirique que nous suggérons après d'autres 7.

5En dernier lieu, l'écriture et ses enjeux. La question n'est certes pas neuve 8 ; mais il convient de saisir en quoi elle est capitale. Si l'on part du principe qu'un essai de micro-histoire n'est pas fait pour asséner mais pour éclairer, que la démarche même emprunte à une enquête quasiment « policière » toutes les hésitations, les avancées et les régressions de l'interprétation, on comprendra que les mots employés appartiennent pour beaucoup au registre de la suggestion. Plus que d'énoncer d'emblée une thèse, il s'agit surtout d'essayer d'épouser les contours de situations floues et mouvantes en utilisant au mieux les registres du langage. Et ce n'est pas là la plus mince affaire.

Motreff, variations sur un conflit et des hommes

6Motreff n'est pas Vidauban 9. Et Pierre Rivoal, le maire des revendications et de la lutte acharnée contre le curé de la commune, le maire républicain ­ mais de quelle République personnelle s'agit-il ici ? ­ ne pourra pas être un Louis-François Pinagot 10. Motreff entre 1848 et 1852, c'est une commune qui participe à ce mouvement national de la politisation des esprits, des attitudes et des actes. Mais Motreff, c'est aussi et surtout, pour nous aujourd'hui, comme cela le fut très certainement pour les habitants de la commune à l'époque, une affaire : les archives ont conservé les traces d'un conflit et l'on peut entendre quelque 150 ans après les rumeurs, les paroles de certains de ces acteurs conscients de leurs rôles à tenir dans cette histoire. L'on peut aussi imaginer ce que durent être les stratégies de quelques-uns dans un moment de crise, les antagonismes personnels qui débouchaient sur des attitudes politiques, alors que la France entrée en Seconde République offrait à ses citoyens le suffrage universel masculin et les appelait à de nombreuses reprises à venir remplir les urnes des scrutins. L'on peut enfin approcher la vie politique d'une commune, dans ce qu'elle a à la fois de règlements des affaires locales et d'interprétations, d'acceptations ou de refus des nouvelles règles du jeu inscrites dans la vie politique nationale.

7Motreff, c'est donc une affaire extraordinaire, au plein sens du terme, avec ses rebondissements. Mais Motreff reste toujours une de ces cellules économiques et sociales, un horizon administratif pour des centaines de personnes qui y vivent, meurent, travaillent, ont des peines et des bonheurs. De cela, on lira peu de choses dans les pages qui vont suivre, car ce n'est pas d'une petite commune finistérienne à la lisière des Côtes-du-Nord et du Morbihan, prise dans sa globalité, entre 1848 et 1852, dont il s'agit de reconstituer les moindres éléments. Seul ici, le prisme déformateur et réducteur du politique nous servira de guide.

8Motreff à la fin de l'année 1848. Peu de changements semblent avoir affecté la vie sociale et économique des quelque 1000 habitants 11. La crise perdure. L'avènement du nouveau régime n'a pas laissé de traces festive ou symbolique particulières. Le registre des délibérations du conseil municipal ne porte pas la nouvelle entête « Liberté, Égalité, Fraternité ». Des journées de février, on dut se rappeler surtout la grande tempête des 25 et 26 ; plus d'un an après, le conseil municipal évoquant l'épineuse question des travaux à effectuer dans le presbytère et l'église se faisait encore l'écho de cette catastrophe naturelle qui pouvait peut-être prendre l'allure d'un malheureux présage pour certains.

9De 1848, il reste cependant le droit de vote et les appels à voter. Motreff, bien sûr, n'échappe pas à ce mouvement. Nous possédons la liste des électeurs de 1848 ainsi que celle dressée en vue des « Élections générales » du 13 mai 1849 12. Que voulut dire le suffrage « universel » pour ces habitants ? Il n'est guère évident d'apporter une réponse précise ici ; aussi ferons-nous quelques suggestions. Exister politiquement, c'est tout d'abord avoir son nom inscrit sur une liste manuscrite. Les chiffres parlent alors d'eux-mêmes. En 1846, 108 électeurs censitaires 13, dont 73 résidant dans la commune ont le droit de voter ; en 1848, 292 électeurs ­ dont environ 90 % de « cultivateurs » 14 ­ sont recensés à la date du 22 avril, en prévision des élections à l'Assemblée constituante. on assiste à un gonflement de l'électorat vivant et votant à Motreff de 400 %. La commune n'est plus dès lors la circonscription politique liée aux intérêts des plus imposés, qu'ils résident ou non à l'intérieur de ses frontières, mais un espace politique dont les frontières coïncident parfaitement avec les limites géographiques et administratives. On naît, on vit, on meurt le plus souvent dans la même commune, et l'on peut de surcroît y voter après 1848. Ceci permet de comprendre combien la politisation de la population passait par l'affirmation de la commune en tant qu'entité électorale et administrative cohérente, donc par l'importance croissante que prendront les scrutins concernant l'élection des conseillers municipaux.

10Les élections à l'Assemblée constituante 15 ­ celle du 23 avril et les deux élections partielles des 4 juin et 21 septembre 1848 ­ n'ont pas laissé de traces concernant Motreff. En revanche, les élections municipales du 30 juillet 16 qui se tinrent sous la direction du maire, Pierre Rivoal, offrent la possibilité d'approcher de bien plus près la vie politique de cette petite commune finistérienne. À 11 heures 30, le dépouillement pouvait commencer : 48 noms furent portés sur une liste encore conservée 17. Des comparaisons sont ici possibles avec les élections municipales précédentes. Sous la Monarchie de Juillet 18, la participation électorale n'a cessé d'augmenter : de 19 % en 1834 à environ 29 % en 1846 19. Avec seize électeurs de plus qu'en 1846, on assiste à la fois à une forte progression du nombre des votants (un tiers de plus), mais à une faible participation de 16,43 %. Le suffrage « universel » donné par la République reste l'apanage d'un petit nombre d'hommes à Motreff. Ensuite, nous pouvons remarquer que les élections au suffrage censitaire obligent celui qui dépose son bulletin à faire un choix. toutes suscitent un nombre de candidats supérieur à celui des conseillers à élire. L'unanimité n'est donc pas la règle. Quant au choix fait par les électeurs, sur quoi reposait-il ? Il est impossible de le dire pour les périodes de la Monarchie de Juillet et de la Seconde République. On est encore très loin des professions de foi faites par les candidats-maires sous la Troisième République et encore vraisemblablement très près des querelles de personnes, le bulletin de vote jouant alors le rôle d'une arme comme une autre pour les arbitrer et les trancher. Il faut attendre de considérer le conflit entre le maire et le desservant pendant les années 1849-1851 pour essayer de nous livrer à une autre hypothèse.

11L'analyse minutieuse de la liste des électeurs qui ont voté le 31 juillet 1848 est riche de renseignements sur ce que l'on pourrait appeler le premier niveau de la politisation. On entend par cette expression tous ceux qui ont accepté de voter. En accomplissant un tel geste, n'affirmaient-ils pas significativement qu'ils entendaient prendre part à la conduite des affaires ? Et même si le choix se faisait sur des personnes à défaut de se faire sur des programmes, n'était-ce pas accepter déjà de faire un choix, donc de rompre une certaine unité de la communauté à l'intérieur de la commune lorsque l'on déposait son bulletin dans l'urne ? L'acceptation d'un discours politique plus abstrait ne passait-il pas par ce premier niveau de politisation ? C'est ce que nous pensons. Des opérations de vote, nous ne connaissons rien. Il reste cependant une liste des participants à l'élection dont la comparaison avec celles des précédents scrutins permet d'esquisser une typologie des votants 20. Quelles conclusions pouvons-nous tirer ? 24 des 48 électeurs de 1848 (soit 50 %) ont voté lors d'un des scrutins de 1846 ; il y a donc pour certains, un apprentissage du vote qui date des années de la Monarchie de Juillet 21, et la Seconde République leur offre une confirmation de leur droit de vote. De plus, ce sont les plus riches de la commune dont le rôle ne se dément pas au moment de ces élections : sur les anciens électeurs censitaires qui ont pris part au vote de 1848, on retrouve huit des dix premiers imposés et 18 des 30 premiers imposés. Treize électeurs censitaires 22 qui avaient voté en 1846 n'ont pas renouvelé leur acte deux ans plus tard. Faut-il voir dans cette absence du vote, un refus, un dédain affiché devant une mesure si démocratique qu'elle faisait des anciens privilégiés du suffrage, certainement fiers de leurs prérogatives, des hommes civiquement comme les autres ? Nous ne saurons le dire. Ceci peut aussi et plus sûrement laisser penser que l'accoutumance à l'exercice du suffrage est d'autant plus fragile que l'on est moins riche ­ la moyenne de leur contribution est inférieure à celle des votants 23 ­ et que l'on a peut-être des intérêts moindres à défendre, surtout lorsqu'il s'agit d'élections au caractère local si fortement marqué. Dans ce cas, voter n'est pas une habitude, c'est alors encore un geste sporadique. Seule, la comparaison avec les élections législatives de 1849 pourra peut-être étayer cette hypothèse ou au contraire l'infirmer. À côté de ces électeurs dont on peut dire qu'ils forment un « noyau dur » du groupe des personnes appartenant par leur acte électoral au premier niveau de politisation évoqué antérieurement, viennent s'ajouter 24 nouveaux noms : ce sont les promus du suffrage « universel ». Parmi eux, deux seulement faisaient partie des électeurs censitaires bien qu'ils n'aient pas pris part aux scrutins de 1846. Alors, que savons-nous de ces 48 hommes qui ont écrit ou fait écrire, chacun, douze noms de conseillers municipaux le 31 juillet 1848 ? L'âge moyen des votants est de 41,4 ans 24. On observe cependant une différence notable entre les anciens électeurs censitaires dont l'âge moyen au moment du vote est de 46,6 ans 25 et les nouveaux appelés du suffrage « universel » : avec une moyenne d'âge de 34,5 ans 26, ils témoignent de l'engagement de plus jeunes dans les élections ; à côté des électeurs de la Monarchie de Juillet, plus rompus à la pratique du vote et qui ont assis leur influence sur la commune non seulement par leur richesse mais aussi par leur engagement dans la vie politique locale, on trouve les découvreurs du suffrage. Quelles sont leurs motivations ? Un désir de s'affirmer dans la commune comme une personne active, sensible aux intérêts de cette dernière ? L'envie de ne pas laisser échapper une occasion de peser sur une élection associée depuis plus d'une quinzaine d'années aux volontés des plus riches et des plus notables de la communauté ? Ou les deux peut-être ? Nous ne pouvons le dire en nous fondant sur une seule étude ; mais il n'en reste pas moins vrai que deux générations 27 cohabitent au moment de ces premières élections municipales au suffrage « universel ». Aussi peut-on poser la question de la transmission des pratiques du vote tout en n'oubliant pas que 244 hommes de plus de 21 ans ne se déplacèrent pas, soit une abstention électorale de 83,57 %. C'est ce que nous avons essayé de faire à partir du recensement de 1851 qui englobe l'individu dans un ménage. La source paraissait être non négligeable pour tenter d'y répondre. Il s'avère cependant que les situations sont variables et si difficiles à évaluer qu'il nous est impossible de juger des influences politiques réciproques à l'intérieur des réseaux familiaux. De même, l'étude des professions exercées par les votants de 1848 n'apporte, quant à elle, que de maigres informations et confirme la forte prédominance de l'électorat paysan : 81,5 % des électeurs présents sont des « cultivateurs » selon la nomenclature utilisée dans la liste électorale de 1849 28. Il reste alors à essayer de dessiner la géographie électorale de Motreff, d'après les élections municipales. Au préalable et afin de pouvoir mieux cerner d'où on est venu pour voter, une présentation de la commune s'impose.

Plan de Motreff au 1/10 000e en 1889 (Arch. dép. Finistère, 2 O 1057)

12Motreff en juillet 1848, c'est aussi et surtout pour ce qui nous intéresse un bourg ­ 19 maisons en 1846, 16 en 1851 ­ au sud de la commune et 42 villages 29 éparpillés sur ses 2 132 hectares. Certains sont tout aussi voire plus importants que le centre administratif et religieux de la commune, dès lors que l'on s'intéresse à la population qui y vit. De même que l'on peut constater l'inégale répartition spatiale de la population sur le territoire communal à la lecture des recensements, de même peut-on noter l'inégal poids électoral des villages et du bourg après consultation de la liste électorale de 1848. Lescléden et Tréveller avec respectivement leurs 26 et 21 inscrits supplantent le bourg qui en compte 20. En revanche, 19 villages ne peuvent pas envoyer plus de quatre électeurs. Les résultats témoignent de nombreuses disparités. 18 villages ne voient aucun de leurs habitants se déplacer pour voter. L'abstention touche toutes les parties du territoire et en particulier le nord de la commune : c'est de Tréveller (7,19 % du corps électoral motreffois), Ty Névez (un inscrit et 0,34 % du corps électoral motreffois), Cathéliner (cinq inscrits et 1,71 %) qu'on est le plus loin du bourg, à environ six kilomètres. Faut-il imputer l'absence de représentation de ces villages le jour du vote à un faible réseau de chemins et de routes ? Certains témoignages évoquent au contraire une desserte plutôt convenable du bourg et des hameaux. Motreff n'est pas cet espace clos retranché derrière ses limites communales que l'on pourrait imaginer. À quelque dix kilomètres 30 de Saint-Hernin et de Carhaix, Motreff apparaît pourtant comme une petite commune du Poher, à la frontière des Côtes-du-Nord et du Morbihan, loin des grands axes départementaux. Le tableau d'assemblage du plan cadastral 31 de la commune terminé le 1er janvier 1820, permet de se rendre compte du maillage de chemins, routes et sentiers. Tous les villages sont reliés aux axes principaux. Ce 31 juillet 1848, certains ont dû se lever de bonne heure pour aller voter. Les onze conseillers municipaux et le maire qui assurent le bon déroulement des opérations devaient se trouver au bourg dès huit heures du matin. Pierre Rivoal et Joseph Pognonec habitent tous deux à Lescoat, à plus de trois kilomètres du chef-lieu par le chemin vicinal de Carhaix à Motreff. Venant de Kerlupet par les sentiers du sud de la commune, Jean-Marie Le Mignon n'a pas eu un kilomètre à faire pour se retrouver au bourg. 18 hameaux, soit 26,63 % des inscrits ne sont pas représentés au moment du vote. De 24 villages et du bourg sont donc venus des électeurs. Le chef-lieu de la commune est le plus gros pourvoyeur de votants : sept personnes sur les vingt attendues (6,84 % du corps électoral motreffois, 35 % des électeurs du bourg, 15,5 % des votants 32) ont déposé leur bulletin. Seize villages n'ont envoyé cependant chacun qu'un seul électeur. Quelles conclusions pouvons-nous tirer ? La distance n'est pas rédhibitoire lorsqu'il s'agit de participer à l'élection. Surtout, dès que l'on compare les lieux de résidence des anciens électeurs censitaires et ceux des nouveaux votants, les chiffres offrent un nouveau panorama de la géographie électorale de la commune. On constate alors que les villages qui donnaient un ou des électeurs pour les scrutins de 1846 n'ont pas été en 1848 des réservoirs de nouveaux votants. Il ne semble pas y avoir eu un effet d'entraînement de la part des anciens électeurs censitaires sur les nouveaux promus du suffrage à l'intérieur de la cellule villageoise 33. Comme si la barrière du suffrage censitaire n'était pas tombée dans les têtes, comme si la pratique du vote dans ces villages apparaissait comme une prérogative incontestable et non contestée des plus riches et des plus honorables. Les rites du suffrage se sont donc rarement élargis aux nouveaux électeurs par une sorte de capillarité spatiale liée à l'influence d'un ou de plusieurs pratiquants des élections sur les autres. En revanche, on remarque que six villages (25 % de l'ensemble des villages) voient pour la première fois au moins un de leurs membres venir déposer son bulletin au bourg. L'on peut donc estimer que la distance n'était pas un facteur qui joua contre la participation électorale alors que les élections se déroulaient selon le mode du suffrage censitaire. Voter c'était se distinguer des autres et la logique de l'honneur et de la défense de ses intérêts l'emportait sur les considérations kilométriques. Avec le suffrage « universel », une autre logique s'impose : de nouveaux villages connaissent un début de politisation dès lors que l'on considère ­ c'est ce que nous avons fait ­ un premier niveau de politisation inhérent à la pratique du suffrage ; mais ces nouveaux électeurs viennent des villages les plus proches (ils sont tous à moins d'un kilomètre et demi du chef-lieu) du bourg et du bourg principalement. Le déterminisme spatial est alors immense : plus on se trouve proche du centre politique, qui s'affirme encore plus comme tel au moment de ces élections municipales, plus on participe aux élections municipales. Alors, on peut comprendre pourquoi les villages les plus éloignés du bourg (Tréveller, Ty névez, Cathéliner) et qui n'ont pas connu un début de politisation au temps de la Monarchie de Juillet (faute d'électeurs censitaires ou du déplacement au moins de l'un d'entre eux s'ils étaient plusieurs) apparaissent comme totalement abstentionnistes.

13Le scrutin du 31 juillet est clos à 11 heures 30. Le dépouillement qui suit donne les résultats suivants : Pierre Rivoal, 48 voix ; Augustin Nicol, 46 ; Joseph Le Berre, 45 ; Yves Cloarec, 43 ; Henri Rémond, 40 ; Jean-Louis Simon, 36 ; Joseph Pognonec, 36 ; Yves Le Corre, 32 ; Jean-Marie Le Mignon, 32 ; François Guyader, 31 ; François Guillerm, 28 ; Yves Guyomarch, 28. Il n'y eut pas de second tour puisque douze candidats obtinrent plus de 25 suffrages 34. Puis, c'est l'installation du nouveau conseil municipal au courant du mois d'août. Pierre Rivoal était confirmé dans ses fonctions de maire, Joseph Le Berre devint son adjoint. Avec ces édiles, nous entrons dans le domaine de ceux qui ne se contentent pas de voter, mais qui font de la politique, et parfois pour certains, depuis longtemps. C'est ce que nous proposons d'appeler le second niveau de politisation. De cela, nous reparlerons plus tard.

14Les élections municipales du 31 juillet 1848 ont eu une teneur particulière à Motreff comme dans les communes françaises. Certes, si discussions il y eut, elles durent tourner autour de problèmes locaux et des personnes qui suscitaient le suffrage de leurs concitoyens. Il serait cependant dommage de ne pas vouloir les replacer dans un contexte plus national. Ce qui était l'apanage d'une minorité, le suffrage, devient un droit pour l'ensemble des hommes de la communauté. À Motreff, 24 nouveaux électeurs ont pris part aux opérations du vote. Ce n'est pas rien, même si ce ne sont pas les bataillons électoraux de la Troisième République. Mais à l'échelle du microcosme motreffois, quel bouleversement. Les affaires de la commune pouvaient intéresser toute la communauté. Ces élections ne doivent cependant pas masquer les autres scrutins. Car, 1848 est une année électorale à plus d'un titre. Nous avons évoqué sommairement les élections à l'Assemblée constituante, faute de renseignements. Une semaine avant, le 16 avril, avaient eu lieu les élections des caporaux, sous-officiers et officiers de la garde nationale 35. 131 hommes étaient appelés à venir faire leur choix. La participation électorale pour ce type d'enjeu varie donc entre 40,45 % et 13,74 % et épouse imparfaitement la hiérarchie des honneurs. Quant à savoir si ces élections apparurent comme une répétition pour le scrutin national du 23 avril, il nous est impossible de le dire. En revanche, l'analyse de ceux qui ont voté se révèle utile. On peut faire alors plusieurs constatations. Tout d'abord, tous ceux qui votent pour les caporaux et les sergents ne votent pas forcément pour l'élection à l'un des grades suivants. Ensuite, 55 hommes (42 % des appelés) ont au moins voté une fois au cours de ces élections ; toutes les configurations sont possibles. Parmi eux, 22 viendront déposer leur suffrage, quelques mois plus tard, pour l'élection du conseil municipal : on trouve dix anciens électeurs censitaires et douze nouveaux électeurs 36 ; et on constate aussi que dix de ces nouveaux électeurs 37 habitent soit le bourg, soit un des villages proches de ce chef-lieu ; l'apprentissage du vote pour eux obéit ici aussi à cette nouvelle géographie électorale que l'on a cru repérer précédemment. Enfin, pour les 33 autres qui participent à ces élections et qui s'abstiennent trois mois après, nous ne pouvons nous borner qu'à des hypothèses. L'intérêt était-il plus fort pour ce qui touchait à la chose militaire, à la communauté en armes ? L'abstention aux élections municipales ne doit-elle pas à un désintérêt pour les affaires de la commune d'autant plus fort que celles-ci peuvent apparaître comme confisquées depuis des années par une petite minorité et que, comme beaucoup l'ont rappelé, les travaux de la terre commandent davantage pendant cette période de l'été ? 38

15C'est aussi à la fin de l'été que se déroulèrent à Carhaix les élections aux conseils général et d'arrondissement, la première le 20 août, la seconde une semaine plus tard. 3 686 électeurs venant de toutes les communes du canton étaient appelés à voter pour choisir un conseiller général et un conseiller d'arrondissement. 844 hommes (22,89 %) déposèrent leur bulletin le 20 août 39 ; ils n'étaient plus que 475 (12,88 %) à exécuter ce geste le 27 août 40. Combien firent le déplacement de Motreff à Carhaix ? Nous ne pouvons le dire. De même, nous ne pouvons pas dire qui, ni combien vinrent à Saint-Hernin, chef-lieu de la deuxième section du canton de Carhaix 41 afin de participer à l'élection présidentielle du 10 décembre. 4 200 électeurs étaient inscrits pour l'ensemble du canton et il y eut 1 780 votants (soit une participation électorale de 42,38 %) ; aussi peut-on imaginer que les électeurs de Motreff durent être plus nombreux à participer à ce scrutin qu'à celui de juillet 1848. La liste électorale confectionnée pour le scrutin d'avril est complétée pour le 7 décembre : neuf nouveaux noms sont mentionnés ; 301 électeurs avaient à se déterminer. Faudrait-il alors penser qu'une élection à l'enjeu aussi national et aussi politique puisse attirer davantage de personnes parce qu'elle a précisément cet enjeu ? Ceci signifierait alors une minoration de l'importance accordée par les électeurs à la vie politique dans ce qu'elle a de local au profit de ce qu'elle a de national. Ne faut-il pas davantage percevoir derrière ce chiffre élevé de la participation électorale, à l'aune de celle du 31 juillet 1848, les incitations des autorités à voter, les informations qui circulaient dans les villes et les campagnes sur le caractère exceptionnel de cette élection, et en définitive, la volonté ou la propension à se laisser porter par une sorte de vague politique ambiante ? Les élections législatives de 1849 offriront peut-être un début de réponse. Les résultats pour la section de Saint-Hernin font de Cavaignac le vainqueur avec 215 voix contre 118 à Louis Napoléon Bonaparte 42. Les gens de Motreff votèrent-ils plutôt pour un général ou plutôt pour un neveu ? Nous ne le savons pas.

16Motreff, fin de l'année 1849. L'harmonie dans la commune, tant prônée par l'autorité préfectorale, n'est plus qu'une chimère. Le 13 décembre, treize signataires de Motreff font parvenir à monseigneur Graveran revenu dans son diocèse, une longue lettre qui accuse le curé d'un certain nombre de maux. Cette plainte dessine les contours des malentendus qui se sont accumulés depuis plus d'un an entre certains membres de la paroisse et le prêtre. La citation de longs passages nous permettra de comprendre comment on en est venu à une telle situation de crise. On peut ainsi lire : « Nous ne nous dissimulons pas la Gravité de la démarche que nous faisons aujourd'huy près de vous, nous y avons mûrement refléchi et nous nous voyons forcés de demander le changement de mr Thomas, notre desservant : nous lui reprochons de la violence en paroles et en actions. à peine arrivé à motreff, mr Thomas a montré un caractère entier et absolu, ne voulant recevoir aucun avis. au sujet d'une Grande réparation faite au pavé de l'église, mr Thomas a prétendu que le maire et le conseil municipal devaient solder la dépense : de là discussions graves pendant une journée entière à la fin de laquelle les Conseillers municipaux, après avoir contribué de leurs poches à une partie de la dépense, ont laissé le reste au compte de l'église, ne voulant pas, selon les désirs du desservant, faire une quête dans la commune. quelque temps avant cette discussion mr de Toulancoat avait remis à l'un des membres du Conseil de fabrique une somme de trois cents francs pour être employée aux premiers besoins de l'église. Le Conseil municipal et le Conseil de fabrique prétendaient que cette somme devait servir à solder le prix du pavé et elle était plus que suffisante : mr Thomas et un Conseiller voulaient Garder les trois cents francs pour faire faire des stales dans le chœur. depuis cette époque mr thomas n'a pu vivre en bonne intelligence ni avec le maire ni avec le Conseil municipal. Il a dit plusieurs fois que dans le Conseil municipal Il n'y avait qu'un seul honnête homme depuis long temps chaque dimanche et fête une fois ou deux mr Thomas en chaire déclame contre le maire et le conseil municipal ». La liste des reproches est extrêmement précise et longue : le curé fait des quêtes nouvelles, dispose à son gré des fonds de la fabrique ; il « refuse de dire des messes pour les pauvres au prix de un franc cinquante centimes, [...] quelquefois d'aller près des malades, se prétendant plus malade qu'eux ». On lit encore : « En chaire Il dit souvent : plusieurs veulent me changer, Je resterai malgré eux et si je quitte, la paroisse restera plus de dix ans sans prêtre. hors de l'église, au presbytère, à la sacristie, chez lui, dans les villages, mr Thomas menace souvent les habitans de la colère de mr de Toulancoat, propriétaire des deux tiers de la commune : Il les menace de les faire congédier et chasser. au bourg Il désirait avoir une pièce de terre ou deux, le détenteur ne voulait pas les céder, en ayant besoin lui-même ; Il lui a dit : Je vous ferai congédier et J'aurai les pièces que Je voudrai. Mr Thomas a dit aussi très souvent : les habitans de motreff ne veulent pas de moi, Je les dénoncerai à mr de Toulancoat, ce sont tous des voleurs de Bois. Quelquefois notre desservant va chez le maire pour lui faire des reproches et l'insulter. Il lui a dit, vous et votre Conseil, vous etes des monstres. Il lui a dit aussi : vous etes un républicain rouge. Il a même été jusqu'à le menacer du poing. mr Thomas a dit publiquement des choses sales et dégoutantes d'un Conseiller municipal de motreff ». Puis le porte-parole des signataires rappelle une histoire datant du 29 novembre : le curé, appelé pour administrer la communion à un homme aurait souffleté la fille de ce vieillard, parce que la maison était mal tenue. Un autre se serait vu extorquer des aveux sur son comportement indigne vis-à-vis du curé, à l'article de la mort. Suit une demande d'enquête afin de vérifier la véracité des faits. Enfin, la lettre se termine sur ces paroles : « nous sommes très soumis, nous avons toujours vécu en bonne intelligence avec tous nos pasteurs. [...] Nous sommes sincèrement et fermement attachés à notre religion : nous vous demandons un Pasteur qui ayant notre confiance, puisse nous Guider dans la voie du salut. nous serions au désespoir, si nous étions privés, même momentanément de l'exercice de notre culte » 43. Treize personnes signent au bas de la lettre ; les écritures sont différentes et le plus souvent très maladroites. Il y a Pierre Rivoal qui signe en sa qualité de maire, Joseph Le Berre, adjoint, les conseillers municipaux Guyader, Nicol, Cloarec, Guyomarch, Guillerm, Rémond, Le Corre, Le Mignon. On trouve enfin les trois signatures de René Simon, Guillaume Simon, François Lohéac. Essayer de comprendre ce conflit qui mêle à la fois le religieux, le social et le politique, c'est tout d'abord tenter d'en reconstituer les linéaments. Et la tâche n'est guère facile.

17L'harmonie dans la commune ne semble pas encore brisée pendant l'été 1849. Les travaux à faire dans l'église et le presbytère alimentent certaines conversations. Le 2 juillet, Joseph Pognonec, membre du conseil municipal, écrit une lettre au maire, sous couvert de sa fonction au sein de la fabrique ; il en est le trésorier : « citoyen maire [...]. Croyez vous tout bonnement que nous laisserons nos édifices écrouler, en attandant que vous ayez acquis cette science. non, citoyen maire, non ; aussi ne pouvant assumer sur moi une telle responsabilité, ai-je fait dresser un plan et un devis des réparations urgentes à faire au presbitère et à l'église paroissiale » 44. Après une estimation des travaux autour de 600 francs, il met sur le compte des difficultés du moment la moindre participation des paroissiens aux quêtes. Enfin, il demande au maire de bien vouloir faire une demande de subvention au préfet. La lettre, écrite de la main du trésorier de la fabrique lui a-t-elle été dictée par le curé ? Parmi les treize signataires de la dénonciation ne figuraient pas les noms des deux conseillers municipaux Jean-Louis Simon et Joseph Pognonec. Pour le premier, nous savons qu'il meurt le 23 novembre 1849. Or, seul un des conseillers municipaux semble trouver grâce aux yeux du desservant, de l'aveu même des dénonciateurs. Joseph Pognonec peut alors apparaître comme l'homme du curé. On ne peut qu'en esquisser un rapide portrait : l'homme serait né en 1790 45 ; le « cultivateur propriétaire » est un homme incontournable dans la commune : il est conseiller municipal depuis au moins 1834 et il a assuré pendant quelques années les fonctions de maire après la démission d'Yves Cloarec en 1835. Il a certainement voulu avoir un droit de regard sur toutes les affaires de Motreff : on le retrouve commissaire répartiteur sur la liste des électeurs censitaires de 1846 ; il a sa place au conseil de la fabrique et au bureau des marguilliers ; c'est un des quatre scrutateurs lors des élections municipales de 1848. Joseph Pognonec est un homme riche : premier contribuable motreffois en 1846 ­ avec une imposition de 178,66 francs, il est cependant largement distancé par Le Saulx de Toulancoat, domicilié à Quimerc'h et qui paie 1361,81 francs ­, il est crédité d'une fortune évaluée à 1 000 francs et père d'une famille de huit enfants 46. On le découvre cinq ans plus tard vivant à Lescoat avec sa femme, trois de ses enfants et huit « domestiques » agricoles 47. C'est enfin pour nous un homme qui a écrit. Revenons aux travaux à effectuer : sont-ils si urgents pour motiver une telle requête ? La rhétorique de la pauvreté de la population ne masque-t-elle pas une tiédeur religieuse dont on sent les effets dans des quêtes peu fructueuses ? Le 12 juillet, le maire s'exécute et fait parvenir un courrier au préfet. Un court exposé préliminaire dresse le bilan de la situation : « la porte cochère du presbitère ne tient que par des étansons, les portes de jardins sont par morceaux et celle de la maison le poigné le moins fort peut l'enfoncer sans nulle peine. le pavé de notre église est de pierre roulante qui nous meurtrisent les genoux. les planches des l'ambris et du portique et de l'église ne tenant pour la plupart que par un bout, tombent et peuvent par leurs chutent nous faire de fortes contusions et nous mettre en émoi comme ces jours derniers les habitants de Villiers en plaine. Le préfet des deux Sèvres, instruits de l'accident arrivé pendant le saint office, s'est empressé d'accorder du secours à cette commune sur les fonds départementeaux, qu'il destine a réparation de cette eglise. De telles secours s'ils nous arrivaint après coup nous rapalleraint ils à la vie ! non ! Très vénéré prefet ! non ; [...] » 48. La fabrique ne disposant plus d'aucun argent 49, il demande ensuite l'autorisation de puiser dans la caisse municipale, qui dispose de plus de 3 000 francs. L'enquête sur l'état des presbytères et des églises dressée à la préfecture de Quimper le 30 septembre 1846 50 confirme les propos tenus dans les deux lettres. Les grandes décisions que doit prendre le conseil municipal au milieu de l'été 1849 concernent donc les deux édifices. La séance du conseil municipal des 15 et 19 août 51 confirme ce qui a été décidé lors de la réunion de la fabrique des 5 et 12 août. Le constat est toujours le même et l'on décide de faire appel non plus au secours du préfet, mais à la bonté du gouvernement. D'après le plan et le devis que l'on fait parvenir au préfet, avec la décision du conseil municipal, « les travaux urgents et indispensables à exécuter, occasionnent une dépense de 2648 F 65 c savoir : 1712 F 90 c pour l'église, et 935 F 75 c pour le presbytère ». Pour cela, le conseil vote à l'unanimité le budget suivant : 500 francs dont la commune dispose, 800 francs promis par le département, 1 400 francs qu'elle attend du ministère de l'instruction publique et des cultes, enfin 2 000 francs dévolus à la maison d'école. Le conseil municipal, le desservant et le conseil de la fabrique semblent marcher main dans la main en cet été 1849. Des édiles qui veulent faire ces travaux avec les fonds dévolus à l'instruction primaire « attendu que le principal est à préférer à l'accessoire » ne semblent pas avoir une attitude et une pensée très républicaines pour nous aujourd'hui, si l'on accepte que le progrès est du côté de la république et que celui-ci est souvent lié à la volonté d'instruire. Mais c'est oublier que la République peut avoir des acceptions différentes dans une petite commune rurale comme Motreff. C'est oublier que s'affirmer républicain n'empêche nullement de conjuguer des attitudes relevant de l'archaïsme et des discours tenus au nom d'une certaine conception de la modernité et de son avenir. Nous en reparlerons. Harmonie complète alors ? Dans une lettre que le curé envoie au préfet, afin que celui-ci accorde au plus vite les autorisations nécessaires au démarrage des travaux, Yves Marie Thomas fait état d'un incident : « Le dimanche cinq août, entre minuit et une heure, mon presbytère a été assailli par quelques malveillants. La fenêtre, donnant sur la basse-cour, a été retirée de sa place sans le moindre bruit et sans autre instrument que la main de l'homme. [...] Depuis cette époque, on veille tous les soirs. Comment passer l'hiver dans cet état ! » 52 La commune et l'autorité préfectorale ont du mal à trouver un terrain d'entente ; les discussions continuent, les conseils se réunissent de nouveau 53. Finalement, le préfet transmet un dossier de neuf pièces 54 pour la demande d'un secours de 1 500 francs au ministre de l'instruction publique le 6 novembre. « Les habitants de la petite commune de Motreff sont généralement pauvres. Aussi, on ne doit pas songer à les grever d'une imposition extraordinaire, car ce serait pour la plupart d'entr'eux, une charge écrasante » 55 rappelle-t-il alors. En novembre 1849, il n'y a pas encore une affaire de Motreff, tout au moins à la lecture des sources. Et puis, il y a la lettre du 13 décembre.

18Elle incite à essayer de faire modestement le portrait des acteurs de cette histoire. La première personne à laquelle nous nous intéresserons est le curé, Yves Marie Thomas. Nous connaissons son écriture. Après décembre 1849, c'est un homme qui écrit beaucoup à l'évêque et s'en remet à ses conseils pour prendre des décisions. On le sent en butte aux attaques de certains de ses paroissiens, hésitant rarement devant les méthodes à appliquer pour exercer son autorité. Une sorte de nouveau curé d'une « seconde Contre-Réforme » 56. Il est né le 19 mai 1805 à Lanmeur dans un petit Trégor à la ferveur religieuse si tiède 57. Ordonné prêtre en 1833, il est nommé vicaire dans plusieurs paroisses avant de succéder, comme recteur de Motreff, le 9 février 1848 à François Marie Mingam d'un an son aîné 58. Au moment du recensement de 1851, il vit avec son père de 78 ans, un vicaire, et quatre « domestiques » 59 dans le presbytère que possède la commune. Il ne vote pas en 1848 ­ il a alors 43 ans ­ mais se déplace en 1849. Son prédécesseur, 35e électeur censitaire motreffois par les contributions payées, s'était abstenu en 1846. Son traitement trimestriel est de 200 francs 60. De politique, il n'en est guère question dans les lettres qu'il écrit. On apprend seulement par le sous-préfet de Châteaulin qui a enquêté sur la cabale dont il a été victime en 1850 ­ on prétendit qu'il propageait des idées socialistes ­ que « ses tendances seraient plutôt légitimistes » 61. En face de lui se dresse la figure du maire, Pierre Rivoal. De lui, nous ne possédons que des signatures et sa parole, ses actions personnelles se fondent dans celles du conseil municipal. Il est déjà conseiller municipal en 1834. On suit son parcours politique ensuite assez facilement : réélu en 1837, en 1843, il devient maire de la commune, à la mort d'Yves Cloarec le 1er mai 1845 dont il était l'adjoint 62. Cette charge, il l'a sans doute exercée en 1840 et 1841 63 Il est né en 1793. La liste des conseillers municipaux élus en date du 22 août 1846 donne quelques renseignements supplémentaires 64 : il sait lire écrire, parle français et on le crédite d'une fortune évaluée à 400 francs. Il est bien sûr, en 1848, un ancien électeur censitaire mais de justesse : avec 10,63 francs payés dans la commune, il n'est que le 60e des 73 Motreffois admis à voter deux ans auparavant. Marié et père de quatre enfants à cette époque, on le retrouve vivant toujours à Lescoat (à 3,5 kilomètres du bourg environ) en qualité de fermier, lors du recensement de 1851. Il est entouré de trois enfants et de sa femme ainsi que de trois domestiques agricoles. C'est un homme de 55 ans en 1848, rompu déjà depuis longtemps à la gestion des affaires de la commune et bien implanté dans celle-ci, qui affronte le curé 65 Ce que nous nommons le second niveau de la politisation peut s'incarner en lui, comme il s'incarne dans les autres conseillers municipaux. Il s'agit des hommes qui ont décidé de solliciter le suffrage des autres, qui aspirent à prendre en charge les affaires de la commune. Une telle démarche n'a rien de nouveau pourra-t-on objecter : sous l'Ancien Régime, il y avait déjà des « chefs de village ». On oublie alors qu'ils ne disposaient pas de l'onction du suffrage, aussi modeste soit-elle. La volonté de prendre en charge les affaires de la communauté, quand bien même elles sont peu importantes, implique de le faire connaître et de subir l'épreuve du vote. La nouveauté se trouve ici. On peut y voir un aréopage de personnes plus intéressées par la gestion de leurs propres intérêts que par celle d'un bien commun. Ces considérations ont dû jouer mais il nous semble impossible de déterminer les motivations de chacun. Ce serait alors faire l'impasse sur ce qu'est la charge de conseiller municipal. Certes, le travail qui incombe à chacun n'est pas très lourd. Tout au plus, doit-on se rassembler de temps à autre ; mais encore faut-il le vouloir suffisamment pour prendre, comme ici, des décisions qui engagent la communauté dans son ensemble. À côté de Pierre Rivoal siègent donc plus ou moins fréquemment 66 les conseillers municipaux. Comme pour le maire, il serait possible de tracer en pointillés le portrait de chacun d'entre eux 67. Nous avons tenté de le faire précédemment pour l'un d'entre eux, Joseph Pognonec, dont on sait qu'il joue un rôle particulier dans l'affaire de Motreff. L'étude des membres du conseil municipal dans sa globalité permet d'appréhender ceux qui font face à Yves Marie Thomas ou qui le soutiennent. Aux élections municipales de 1848, neuf des douze conseillers de 1846 ont été réélus ; doit-on parler d'une prime aux sortants, d'un blanc-seing quasi automatique donné par les électeurs à la plupart des anciens membres pour expliquer ces résultats ? Nous ne saurons trancher. Avec Pierre Rivoal, cinq des conseillers municipaux du suffrage « universel » ont commencé leur carrière édilitaire dans les années 1830. L'âge moyen des douze hommes est de 44,5 ans environ 68 et on note que deux des trois nouveaux élus 69 du 31 juillet ont 33 ans ; on peut leur adjoindre Yves Cloarec, 27 ans, élu dès 1846 en remplacement de son père décédé un an plus tôt. C'est la relève de la génération précédente, celle des plus de 50 ans, au nombre de cinq alors. Mais surtout, tous sont des anciens électeurs censitaires, qui ont voté au moins à une reprise lors du précédent scrutin municipal. Cinq des douze conseillers sont parmi les dix plus imposés de 1846 et dix figurent parmi les 30 premiers contribuables de la commune. De plus, pour onze des douze conseillers municipaux dont on a réussi à déterminer la profession à partir du recensement de 1851 70, on constate qu'à côté des sept fermiers, deux sont mentionnés en tant que « cultivateurs » (Henri Rémond, 7e imposable en 1846, Yves Cloarec, 22e) et deux autres comme des « cultivateurs propriétaires » (Joseph Pognonec, 1er contribuable, François Guillerm, 4e) 71. Ainsi, si le poids des plus riches se fait sentir dans les urnes, il est encore bien plus important au niveau de ceux qui représentent ces électeurs. Le suffrage « universel » ne change pas la donne puisque les trois nouveaux conseillers sont d'anciens électeurs censitaires et donc des hommes plus riches que la plupart de leurs concitoyens. Des hommes qui sollicitent la confiance des autres et aiment certainement se distinguer ; six sont élus caporal, sous-officier ou officier de la garde nationale : Joseph Pognonec est caporal, Augustin Nicol est capitaine. Un conseil municipal aussi homogène économiquement et socialement 72 ne risquait pas de connaître un conflit d'intérêt parmi ses membres. C'est ce que l'on pourrait suggérer. Cependant, la querelle qui s'est développée entre le maire et le curé soutenu par le riche conseiller Joseph Pognonec n'a-t-elle pas pris une coloration plus sociale pour Pierre Rivoal, petit contribuable qui imaginait peut-être que la République serait un régime servant d'abord les plus petits ? Pour compléter l'ensemble, une étude succincte du personnel de la fabrique convaincra des liens étroits qui existaient entre les deux conseils et des frictions qui pouvaient naître à propos des attributions particulières. La situation au 15 avril 1849 73 est la suivante : trois des cinq membres 74 du conseil de la fabrique sont aussi des conseillers municipaux. On comprend alors pourquoi, en cas de conflit entre l'autorité municipale et l'autorité religieuse, la fabrique ne pouvait nullement jouer un rôle d'arbitre et a fortiori influencer la décision. Dans la commune de Motreff où les tensions sont déjà si perceptibles, peut-on appréhender la politisation ? 1849 est aussi une année électorale et le scrutin du 13 mai nous offre une possibilité de comparaison avec les élections municipales de juillet 1848. Nous disposons pour cela de la liste électorale de 1848, complétée pour l'occasion, et d'une seconde liste dressée le 31 mars 1849 75. sur la liste révisée de 1849, en face des noms de ceux qui se sont déplacés, Théodore Gourdin dont on peut supposer qu'il est le président du bureau de vote de Saint-Hernin, a apposé sa signature. 46 hommes ­ l'âge moyen des votants est de 39,5 ans 76 environ ­ se sont déplacés jusqu'au chef-lieu de la deuxième section du canton de Carhaix, soit une participation électorale de 16,08 %, en très légère baisse par rapport à 1848. Les paysans sont plus représentés : avec 22 individus sur les 30 pour lesquels nous disposons d'informations 77, ils forment 73,4 % du corps électoral. On trouve aussi quatre « domestiques » (13,3 %), un meunier (3,3 %), un buraliste, un tailleur, enfin le curé. La comparaison avec l'élection précédente fournit bien plus de renseignements lorsque l'on considère la pratique du suffrage comme une habitude pour certains ou comme une nouveauté pour d'autres. Première constatation : sur les 46 votants de 1849, seulement 21 (soit 45,7 %) ont voté moins d'un an auparavant. Or, sur ces hommes, quinze sont d'anciens électeurs censitaires et quatorze avaient déjà déposé leur bulletin lors de l'élection municipale de 1846. Il n'y a donc que six des 24 nouveaux promus du suffrage « universel » qui ont renouvelé leur acte. On peut donc en tirer la conclusion suivante : la pratique du suffrage est encore fragile chez ceux qui ne détiennent ce droit que depuis un peu plus d'un an. De plus, on peut constater que sur l'échelle de la politisation, des distinctions sont encore à faire quand on évoque le premier niveau de cette politisation ; en effet, les six hommes qui réitèrent leur acte sont capables de se déterminer au moment d'un scrutin local comme au moment d'une élection à caractère national. Ils font partie de cette minorité qui peut se politiser durablement alors que les 18 autres sont marqués encore par une vision des affaires publiques limitées au giron communal 78. En second lieu, l'on peut noter que neuf anciens électeurs censitaires qui avaient participé à l'élection des conseillers municipaux ne sont pas venus à Saint-Hernin. Bien qu'exerçant leur droit de vote depuis plus longtemps, ils restent néanmoins tributaires d'une perception extrêmement, pour ne pas dire uniquement, locale de la vie politique. Ce qui n'est pas le cas des quinze autres anciens électeurs censitaires, parmi lesquels on trouve dix des onze conseillers municipaux et le maire. Dans leur cas, la gestion des affaires de la commune se double d'une volonté de s'inscrire dans un champ politique national et de participer aux scrutins décidés par les gouvernements de la République. Enfin, troisième constatation : entre 1848 et 1849, ce sont 73 hommes qui ont participé une fois ou plus à un scrutin. Ce n'est pas rien. Quant à la géographie électorale 79, son étude apporte elle aussi un certain nombre de surprises. 18 villages et le bourg donnent des électeurs. par rapport à 1848, dix villages qui avaient alors fourni un ou des votants ne participent plus à cet appel aux urnes ; en revanche, quatre hameaux nouveaux sont touchés par les élections : Mescouez, Moulin Cathéliner, Cathéliner et Bronolo sont représentés par sept électeurs. Quatorze villages et le bourg ont vu un ou plusieurs hommes voter en juillet 1848 et en mai 1849. On constate ainsi un renforcement de la politisation de certains de ces hameaux, à l'exception du bourg qui passe de sept à trois électeurs. À lescléden, à plus de quatre kilomètres au nord du bourg, un homme s'était déplacé en 1848 contre quatre en 1849. Quant au déterminisme spatial, il est ici moins perceptible mais il existe quand même : on vient de tous les coins de la commune, à l'exception des villages de l'est qui sont peu ou pas touchés, pour déposer son bulletin à la mairie de Saint-Hernin, à l'ouest de Motreff. Pour qui votèrent les 46 Motreffois sur les 1 148 électeurs du canton de Carhaix ? Il est impossible de le savoir. Les élections de mai 1849 permettent donc de suivre l'évolution de la politisation dans la commune. Si la pratique du vote est fragile pour beaucoup d'hommes, il n'en demeure pas moins vrai que d'autres n'hésitent plus devant l'acte électoral. Les conseillers municipaux et le maire s'affirment ainsi comme des hommes impliqués dans les affaires locales et dans des enjeux plus nationaux. Le conflit de Motreff allait se développer tout d'abord à l'intérieur de ce milieu.

197 novembre 1851. La lettre que fait parvenir le préfet du Finistère à Monseigneur Graveran a pour objet le « dissentiment entre le conseil municipal et le Desservant ». À vrai dire, il s'agit plutôt d'une guerre ouverte dont on perçoit l'écho à partir de 1849 et qui ne cessera dès lors de s'amplifier. Le ton employé est très ferme ; après avoir évoqué la réélection de Pierre Rivoal, le maire révoqué, par le conseil municipal, et l'atmosphère de crise qui imprègne la commune, il conclut : « Permettez moi d'espérer, Monseigneur, de votre puissante intervention le moyen de couper court à des démêlés qui nuisent au même degré aux intérêts moraux et matériels de cette commune » 80. Les années de la Seconde République à Motreff sont marquées du sceau d'un conflit qui n'en finit pas de rebondir et dont on peut suivre les étapes quasiment tous les mois entre janvier 1850 et la fin de l'année 1851. L'interprétation ­ conflit local sans aucun autre enjeu ou conflit en prise avec les nouveaux enjeux politiques du moment ? ­ en est complexe et la lecture de l'enchaînement des événements nous permettra peut-être d'apporter un début de réponse.

20Le 13 décembre 1849, treize hommes signent une dénonciation contre le curé. La réponse de celui qui est incriminé met du temps à venir ; il faut attendre le 16 janvier pour que Yves Marie Thomas, dans une très longue lettre à l'évêque, récuse point par point ce qui lui est reproché. Entre temps, monseigneur Graveran a fait parvenir dès le 17 décembre au recteur de Plouyé, le prédécesseur d'Yves Marie Thomas à Motreff, un courrier pour une demande de renseignements sur les signataires. La réponse ne tarde pas et cinq jours plus tard, François marie Mingam écrit : « D'après les relations extérieures que j'ai eues avec ces personnes, je ne remarque, Monseigneur, que deux de la part desquelles on puisse supposer, avec quelque fondement, de la mauvaise foi ou du mauvais vouloir. Cependant soit préventions, soit antipathie, il y a encore 2 ou 3 autres, qui ne m'ont jamais inspiré grande confiance, quoique je n'aie pas de raisons pour justifier cette espèce de méfiance. Quant aux autres je n'ai jamais eu qu'à me louer de leur droiture et de leur bonne foi » 81. Yves Marie Thomas a-t-il eu connaissance rapidement de la dénonciation ? Rien ne ressort de sa lettre du 17 décembre ; tout au plus constate-t-on dans ce qu'il raconte à l'évêque un renforcement des problèmes auxquels il doit faire face dans la gestion des affaires courantes de sa paroisse, en particulier des quêtes faites pendant l'office par les conseillers fabriciens 82. Qu'en conclure ? La crise qui couve à Motreff n'est plus seulement, à la fin de l'année 1849, qu'une querelle passagère dont on pouvait imaginer qu'elle était avant tout une querelle de personnes. Deux camps, aussi modestes soient-ils, commencent à se faire face. Le conflit qui porte sur les attributions particulières de chacune des deux autorités attise les divisions. Pour certains, il s'agit de prendre parti. La République dont le maire semble se faire le chantre, si l'on suit ce que les treize signataires font dire au curé de Motreff dans la dénonciation, est-elle alors un alibi idéologique ou linguistique derrière lequel certains se retranchent pour s'affirmer et pour gagner la partie dans ce conflit local ? Est-elle déjà une certaine conception de la politique, un nouveau régime dont on pressent qu'il apportera un mieux-être ? En d'autres termes, leur République a-t-elle une certaine consistance ? Le 13 janvier 1850, des habitants de Motreff écrivent à l'évêque de quimper. Et l'on peut imaginer ce qu'un tel acte pouvait représenter pour eux. La main de Jean-Joseph Bouriquen qui traça maladroitement les mots fut-elle commandée par le curé, le trésorier ? On lit : « Les honnetes gens de cette paroisse indignés de voir les gendarmes demandés des voix contre le sacristain et notre pasteur, se sont entendu pour vous écrire, le sacristain est un parfait honnête homme il n'est jamais sous, il chante très bien, il a soin de l'eglise, Monsieur le recteur est fou de lui. avant l'arivé de Monsieur thoma l'église était pauvre, était nuée, il a obtenu pour rien, de fleur, une vierge, une nativité, des ornements, du boi, et 300 francs de Monsieur de toulencoat, mil francs du département, 1500 franc du gouvernement, jour et nuit il voit les malades jusque cinq six fois le même porte quelque temps ici comme dans les autres diocèse, il est aux confession toute la journé, ici a pressent nous confessons souvent, il dit la messe, outre les dimanches et fetes, le premier vendredi de chaque mois pour nous et parents mort, nous n'avons pas eu de tels pasteur encore, cependant nous avons eu de bons, nous voulons le conserver et le sacristain, nous n'aurions jamais de meilleur pas même de si bon. écouter nous vous prions, les bons qui sont plus nombreux que les mauvais qui demandent le changemens de l'homme de Dieu, savent signés et ceux qui ne savent pas, et nous vous prions de laisser notre bon pasteur et notre sacristain nous prions pour la conversions de ceux qui ont écrit contre eux et pour que vous laissiez notre pasteur et notre sacristain qui sont très pieux, qui nous donnent le bon exemple et qui veulent se sauver avec nous » 83. Deux constatations s'imposent : le portrait du prêtre est pour le moins flatteur et l'on apprend aussi que la dénonciation est connue des paroissiens. On peut alors supposer que cette lettre a non seulement reçu l'aval du curé mais qu'elle a été certainement commanditée par lui ou un de ses fidèles (le sacristain Jean Loriquet ou le trésorier de la fabrique). La fracture dans la commune oblige les uns et les autres à s'organiser afin de riposter. L'affaire, de locale qu'elle était, dépasse de plus en plus les limites de la commune : on fait appel à des autorités départementales. Mais surtout, la liste des signataires est révélatrice de ceux qui soutiennent le recteur. 27 noms apparaissent 84 pour quatorze patronymes. On constate ainsi que quatre Pognonec, trois Inizan, trois Le Naour ont signé : des familles étroites ou élargies sont ainsi représentées sans que nous sachions quels sont tous les liens de parenté qui se cachent derrière les noms. Tout au plus peut-on en signaler, d'après le recensement de 1851 : Marie-Josèphe Pognonec qui a 26 ans alors signe à la suite de Jean Le Naour, son mari, un meunier de six ans son aîné, électeur censitaire inscrit sur la liste de 1846 et toujours abstentionniste ; Jean Joseph, Théodor, Marie Louise, respectivement, 24, 22 et 17 ans, tous les trois signataires, sont les enfants de Marie Pognonec, une fermière de 52 ans, vivant à Guern avec ses enfants. Quels sont leurs liens avec les autres Pognonec ? Si le nom de Joseph Pognonec, le conseiller municipal et membre du conseil de la fabrique n'apparaît qu'à la fin du post-scriptum qu'il a rédigé après les signatures, celui de sa femme Marie Louise Inizan rappelle combien le cercle des partisans du curé épouse celui des réseaux familiaux. Sept des 23 signataires pour lesquels nous disposons d'informations sont des femmes. Quant aux fonctions qu'ils exercent, on constate qu'ils sont à peu près tous fermiers ou cultivateurs 85 ; pas un n'est domestique agricole 86. Trois d'entre eux remplissent des fonctions publiques : Pierre Tanguy, un fermier d'environ 38 ans, ancien électeur censitaire, votant en 1848, appartient au conseil de la fabrique. Yves Joseph Le Corre dont le fils signe la pétition est à la fois conseiller municipal et « président du Buraux » des marguilliers. François Guillerm mentionne à côté de son nom sa qualité de « consellier » municipal. Certains ont voté en 1848 et 1849 comme Pierre Collobert ; d'autres comme Joseph Sibiril ou Louis Inizan se sont abstenus pour les élections législatives. Sont-ils les seuls à soutenir Yves Marie Thomas ? Pour Joseph Pognonec, « Tresorier de la fabrique et conseillier de la Commune », la réponse est claire : « Sil y a Besoin dautres signatures et deautre Temoignage il y ennora plus quil ne faudra pour prouver quil nyna que les mauvais et sont en petit nombre dieu merci qui desire le changement de celui qui Cherche notre Bien sperituel en erigeant des confrairie [...] ». Au début de l'année 1850, des clivages se font jour au sein de la commune, sans pour autant qu'ils soient définitivement fixés.

21La très longue lettre 87 ­ huit pages d'une écriture serrée ­ que le desservant Yves Marie Thomas adresse le 16 janvier 1850 à l'évêque est une réponse à la dénonciation du mois précédent. La réfutation en bloc des griefs dont il fait l'objet lui sert d'argumentation. On apprend d'emblée qu'il a pris connaissance du brûlot par le courrier du 28 décembre que lui fit parvenir monseigneur Graveran. Ce dernier, bénéficiant des renseignements du recteur de Plouyé, lui a aussi envoyé une copie de la lettre « signée par treize habitants notables de Motreff [...] » 88. La supposition que nous avons faite de la pétition des 27 habitants guidée par le curé se trouve ainsi confirmée ; avec sa propre lettre, elle fait partie de la riposte choisie par Yves Marie Thomas pour faire valoir ses mérites. 27 habitants signant pour lui contre treize opposants ­ et l'on peut penser sans peine que ce nombre prenait ici toute sa valeur de trahison ­, quoi de plus facile que de nier l'ampleur des dissentiments ? Chaque ligne de la dénonciation lui offre la possibilité de montrer en quoi il a été calomnié. Chacun de ses paragraphes éclaire aussi la situation. Ainsi, le reproche qui lui a été fait de sa violence s'explique : « À mon arrivée à Motreff dont la population est de 1207, cinq cents et quelques personnes seulement s'étaient approchées du tribunal sacré de la penitence pendant le temps paschal. Cette année, tous, à l'exception de trente, ont fait acte de présence. De ces trente qui ne s'étaient pas présentés, quatorze sont venus prendre part à la retraite générale que j'ai sonnée à l'occasion de la paque des enfants. Depuis cette époque, il en est venu encore douze ou treize, de sorte qu'il ne reste plus que trois ou quatre à rentrer dans le Bercail. [...] Un tel changement, un retour si prompt à Dieu, peut-il être l'effet de la violence en paroles et en actions [souligné par lui] ? Ce changement, Monseigneur, est notoire et d'un doute irrévocable ». Puis, Yves Marie Thomas en vient à ce qui semble avoir été le déclencheur de l'affaire. Il rappelle l'histoire du pavé de l'église que certains conseillers avaient voulu faire poser dans l'église, sans consultation de la fabrique et sans suivre les procédures habituelles. Pour payer les maçons, ils estimaient que le don de 300 francs et les arbres donnés par le grand propriétaire Le Saulx de Toulancoat devaient suffire. On était alors en décembre 1848 et il avait dû en référer au grand vicaire. Les mots qu'ils prêtent à certains de ces hommes afin d'expliquer leur comportement sont précieux : « Pourquoi ces arbres ? ne vaudrait-il pas mieux les vendre ou les changer ? La loi ! Ces lois sont passées, ces lois ne sont plus en vigueur, La République les a abolies, C'est le temps de la liberté ! » Finalement, malgré l'intervention du grand vicaire 89 et celle du grand propriétaire 90 auprès de la municipalité, une partie de l'argent servit à solder la dépense du pavé ; mais il fallut aussi recourir à l'argent du trésorier de la fabrique pour payer les travaux. Et il conclut sur cette affaire : « Voilà, Monseigneur, sans nul détour, L'affaire du pavé. Voilà les armes dont treize notables veulent se servir pour prouver, qu'à peine arrivé à Motreff, j'ai montré un caractère entier et absolu, ne voulant recevoir aucun avis [souligné par lui] ». Dans la guerre picrocholine que les conseillers livrent au curé à propos du pavé à payer, se passer des décisions de la fabrique, c'est affirmer l'autorité communale et publique ; utiliser les 300 francs du riche propriétaire comme bon leur semble, c'est remettre en cause la volonté du plus puissant ; n'était-ce pas là ce que certains attendaient aussi de la République ? Dès 1848, la République a donc pour certains un corollaire, la liberté. Faut-il considérer cette perception un peu fruste du régime qui s'installe comme un alibi visant en la circonstance à légitimer une action contre le curé ? Nous ferons une hypothèse : que la République n'ait pas ici les mêmes accents qu'elle put avoir pour les anciens républicains clandestins ou pour les quarante-huitards parisiens, cela va de soi. En revanche, qu'elle apparaisse comme un régime permettant d'espérer que l'on puisse secouer les tutelles anciennes, cela est aussi possible. La liberté aura alors plusieurs sens : liberté de s'affranchir de l'autorité religieuse concurrente dans la domination de la commune/paroisse ; liberté de bousculer les hiérarchies de l'ordre social ; liberté que l'on souhaite aussi rentable pour soi-même afin de pouvoir tirer au mieux partie des circonstances pour s'élever socialement. On pourra objecter que la demande de libertés n'est pas une demande nouvelle chez les paysans. Cela est vrai. Cependant, ce qui est peut-être nouveau, c'est la confluence des deux notions pour certains et l'identification de la liberté à la République. Dans l'affaire de Motreff, le curé Yves Marie Thomas, c'est aussi l'homme du château, celui que les dénonciateurs accusent comme désirant chasser certains fermiers afin d'obtenir une ou deux pièces de terre. Il en donne sa version : « ”Menace de la colère..." admettons pour un instant cette hypothèse et la suite prouvera si elle est admissible. Dans le courant du mois d'août, je fus faire une visite à Monsieur De Toulencoat. Devant une honorable compagnie qu'il avait invitée au repas qu'il donnait à mon occasion, il me demanda si j'étais content de Motreff. L'occasion, comme on le voit, était belle, et les moyens d'exécuter mes prétendues menaces se présentaient d'eux mêmes. Monsieur, Je suis venu vous demander quelques mètres de terrain dont nous avons besoin pour agrandir notre Eglise. Monsieur, je n'ai rien à vous refuser et vous l'avez gratis. Depuis, il m'a donné son consentement par écrit, écrit qui se conserve dans les archives. Après cette concession, il ajouta : Si Monsieur Le Recteur s'était plain de quelqu'un de mes fermiers ou domanier, j'aurais renvoyé les premiers et congédié les seconds. Dites leur cela de ma part. Ces propos et tant d'autres que treize des notables de ma paroisse, me prêtent avec tant de complaisance, Monsieur De Toulencoat les avait tenus à Motreff lors de sa visite, à ceux de ses fermiers et domaniers qui étaient venus lui présenter leurs hommages » 91. Aux autres récriminations, il offre des réponses qui mettent en valeur la façon dont il exerce sa charge dans la paroisse : de nouvelles quêtes ont été faites, mais « deux qui tiennent d'assez près à l'un des treize notables [souligné par lui] ont refusé cet honneur, honneur cependant si désiré et si recherché par mes paroissiens » ; le prix des messes n'a pas varié ; il ne compte pas ses déplacements auprès des malades et des mourants ; concernant ses paroles à propos des voleurs de bois rapportées dans la dénonciation, il évoque ses leçons de catéchisme et se fait ironique : « Au prône de la Grand'messe, explicant la leçon du catéchisme que je donne à apprendre pendant la Semaine et à laquelle répondent les grands comme les petits arrivé au 7e Commandement je dis : Ce n'est pas assez de s'accuser d'avoir pris du bois ou autres objets, il faut encore restituer, et, en cas d'impossibilité, en avoir au moins le désir ; mais je n'avais pas plus parlé du bois de Monsieur De Toulencoat que de celui du président de la république ». En négatif apparaît toujours la personne du maire. Pierre Rivoal, avec quelques comparses, c'est celui qui mène la danse. Si le mot de républicain ne lui est jamais accolé, en revanche, il est affublé du caractère de l'ivrogne. La figure de l'opposant, de l'autre, du « monstre » 92 si l'on reprend les termes de la dénonciation, c'est l'alcoolique, le républicain. À plusieurs reprises, Yves Marie Thomas discrédite l'action de certains des « treize notables » : « Voyant les dimanches et les fêtes profanes, les Cabarets fréquentés pendant les offices divins, si non par plusieurs au moins par quelqu'un des treize notables [souligné par lui], persuadé que la parole de Monsieur notre honorable Préfet, aurait produit plus d'effet que la plus soignée de mes instructions, j'ai traduit en breton sa circulaire qui est revêtue de L'approbation du ministre. La Grand'messe finie, les honnêtes gens se disaient : Désormais nous ne verrons plus marrer les Dimanches et fêtes, les auberges seront fermées à une heure dûe, Nos maris disaient les unes, nos domestiques disaient les autres, ne seront plus pilliers d'auberge ». Ce qui affleure tout au long de la lettre, c'est le comportement de certains des dénonciateurs face à la religion. Deux affaires dominent. Alors qu'il allait porter la communion à un vieillard, il aurait frappé sa fille : telle est la version des treize signataires. Le desservant réfute. L'histoire serait moins intéressante si elle n'avait pas produit des lettres relatant l'incident de la part de certains habitants de la commune. Joseph Pognonec fait parvenir à l'évêque une lettre qui transcrit le témoignage de la fille de Corentin Dévédec, décédé le 30 novembre 1849 93 : « la fille de dévédec, jeune femme, entendant le bruit qui cour a son sujet, est venu me prier de vous envoyer la declaration quelle fait devant moi, Jean Loriquet, ma femme, marie Josephe le naour, marie Josephe pognonec daniel pognonec le maire, Nicol et deux autres que mon mari ne connait pas, ont été le prier de denoncer le recteur au préfet. sur son refus ilont dit tu n aimes pas ta femme ni la religion. Je declare que Je nai parlé aaucun de ses quatres. Je déclare que Ces moi, poussée par Cloarec lun des Conseiller, qui ai ensulté le recteur, qui, a son entre, ma écarté du bras pour lui donner place mais il ne ma pas frappé parce quil tenait le Saint Sacrement des deux mains pour donner la bénédicon en entran, temoins Jean le Hénaff du Bourg et ma sœur de laneval. Mon né a seigné mai javais mal a la Tete avant et Ca ma fait du bien, il ne lavait pas touché des mains Cloarec me poussait pandant la ceremonie a manquer de respect a mon dieu et dinjurier le recteur parce quil netai pas arrivé a lheur, com si cété a moi a fixer lheur un autre auroi quitté sans comunier pere parce que Je le troublai [...] » 94. La fin de la lettre évoque une autre histoire, elle aussi dénoncée par les treize signataires et commentée à son tour par Yves Marie Thomas : « Le 87bre, j'ai été obligé d'interrompre mon instruction par trois fois à cause du bruit qui se faisait, non à côté du chœur, comme je le croyais, mais dans le chœur même. [...] Monsieur Le Maire et Le Simon parlaient ils de moi ou d'autres ? Peu importe, toujours est il que le 87bre, j'ai été troublé dans mes fonctions. ce fait est notoire et d'un doute irrévocable ». Peu à peu, la figure des républicains de la commune se densifie. On constate alors, d'après ces témoignages, que certains font preuve d'un anticléricalisme qui confine aussi à un détachement religieux. L'autorité du prêtre est d'autant plus remise en cause qu'il incarne à la fois un ordre immuable et ancien et une « idéologie » qui n'est plus acceptée. Des camps se forment et chacun s'attache à donner et à prouver sa vérité. On aura remarqué toute l'attention portée aux témoins des actes, au « qu'en dira-t-on », à l'honneur. Vaincre l'autre parti, c'est savoir le souiller. L'affaire Le Simon le montre une fois de plus. Jean-Louis Le Simon, c'est le conseiller municipal qui a signé la dénonciation et qui parlait avec le maire dans l'église le 8 septembre 1849. Il meurt le 23 novembre suivant, après que le curé lui eut porté le viatique. Les témoignages divergent sur ce qui s'est dit. Pour les accusateurs du desservant, celui-ci a voulu arracher des regrets à un mourant 95. Joseph Pognonec en donne une autre version dans sa lettre du 29 janvier 1850, version qui est reprise par Jean Loriquet, le sacristain dans le courrier qu'il adresse 96 à l'évêque de Quimper deux jours plus tard : « le maire publi que monsieur thomas a demandé a Simon se que le maire disait de lui ; les enfants on di devant moi et autre que leur père navait parlé du maire pendant que la communion etai la mais il avait dit quil avait beaucoup de regret davoir consanti et quil desaprouve la dénoncion qui nes que mansonge et il avait ca plusieurs fois avant ce jour et meme avant que monsieur le recteur avoit été le conféssé ». Les opinions de certains évoluent, on passe d'un parti à l'autre. Yves Joseph Le Corre et François Guillerm, tous deux conseillers municipaux ont signé la dénonciation contre le curé puis la pétition en sa faveur à un mois d'intervalle ; il en fut de même pour Guillaume Simon 97, un fermier de Lescléden d'environ 25 ans dont on retrouve le nom sur les deux lettres. Force de la persuasion ? Manœuvres diverses et pratiques d'intimidation de part et d'autre ? Jean Loriquet écrit : « je lui [le préfet] ai marque que le maire a troublé loffice le 87bre quil bois et quil ne peut pas faire ces affaires. son sécretaire est obligé de le renvoier sans rien faire. [...] Ceux qui ont signé quontre nous les uns ne savait pas ce quil signait parce que on disait pas pour quoi car persone ne sait le contenu de la dénonciation, les otre par crainte du maire qui dit hardiment quil lui est plus facile de manger les pierre du foiier que nous de rester dans nos charges. le maire a dit a oberge que se lui qui sait acte de contrition na besoin de pretre ». Le 4 février, Yves Cloarec, conseiller municipal et dénonciateur adressait une lettre très brève à l'évêque de Quimper : « Monseigneur je me repand d'avoir signé une pièce que je ne connai pas dans toute son étendu parce que je ne peu pas prouver tout ce qui est de su » 98. Le conflit, moteur de la pénétration de la République à Motreff ? Le sacristain essaye d'expliquer pourquoi la commune est divisée : « Ce qui est cause que les conseillers sont faché ces parce quils na pas voulu doner tout largent de M.  toulencoat pour payer le pavé apresen quand le bois sera sec il nora pas dargent pour faire le choeur [...] ». Qu'en conclure ? La République a pu vouloir signifier quelque chose pour quelques-uns dès 1848. Cependant, c'est un conflit local dans ce qu'il peut avoir d'archaïque à nos yeux (on se bat pour le pavé d'une église) qui permet à certains protagonistes de l'affaire de lui donner une nouvelle dimension politique. Deux partis s'affrontent sans pour autant se figer ; on passe de l'un à l'autre au gré des événements, des circonstances. Les rétractations évoquent ces situations floues, ces partages mouvants : neuf conseillers municipaux et le maire ont apposé leur signature sur la dénonciation à la mi-décembre 1849 ; deux mois après, trois d'entre eux se rangent du côté du curé : Yves Le Corre, François Guillerm, Yves Cloarec, celui qui avait été mis en cause pour les propos sacrilèges qu'il aurait tenus dans la maison du moribond Corentin Dévédec. En débouchant sur l'affrontement, le conflit offre une chance de faire valoir ses idées ; pour les républicains, quelles que furent leurs motivations dès lors qu'ils étaient reconnus comme tels par d'autres, affronter le parti adverse, c'était affirmer sa singularité, au risque de briser une homogénéité politique. Mais cette théorie des masses paysannes dépolitisées pour ne pas dire apolitiques ou votant comme un seul homme n'est-elle pas surtout celle qui prévaut chez les observateurs extérieurs ? Certes, il faut poser ici le problème du nombre : combien furent touchés par cette politisation ? Une infime minorité sans nul doute. Quelques conseillers municipaux, ceux qui évoquent la liberté et perturbent la messe dans le cas présent. Ceux qui ont capté des idées nouvelles, venues de l'extérieur de la communauté dans laquelle la vie de chacun a toutes les chances de s'inscrire. Il faut alors parler d'un troisième niveau de la politisation. On entend par cette expression ceux qui s'incluent par les idées qu'ils défendent dans un champ politique national, qui dépassent les limites des stratégies de pouvoir locales. La République s'incarne dans la personne de quelques-uns qui en parlent. Sur les quelque mille habitants de Motreff, c'est ridicule. Mais dans une société rurale où la question de la personne en tant que personnalité est si importante, n'était-ce déjà pas beaucoup ?

22L'affaire est loin d'être terminée à la fin du mois de janvier 1850. Le 12 mars, le maire vient « de la part de [s]es administrés qui ont comme [lui] souffert avec une patiance inouie les sottises du Sr Thomas » 99 demander à l'évêque de Quimper le transfert du desservant dans une autre paroisse. Le 14 mars, Yves Marie Thomas rapporte à monseigneur Graveran 100 que Pierre Rivoal au moment de l'office, quelques jours auparavant, a dénoncé le prix d'un ostensoir qu'il voulait acheter pour l'église. L'affaire prend de l'ampleur et chaque camp fourbit ses armes. Dans sa lettre envoyée à monseigneur Graveran le 19 mars, le recteur annonce « qu'un ancien, Jean Le Naour, propriétaire de cette paroisse, a écrit à la Préfecture contre Monsieur Notre Maire » 101. Le préfet demande des informations au curé de Carhaix. Ramener le calme dans la petite commune va être une des préoccupations des représentants de L'État. Le 22 mars, le préfet reçoit une demande de renseignements sur le curé de Motreff du ministère de l'instruction publique et des cultes ; Yves Marie Thomas a été signalé « comme se mêlant aux agitations politiques avec une ardeur et une tendance contraires à la mission religieuse et morale que son devoir serait de remplir. C'est à son influence qu'on attribue les progrès des doctrines dangereuses dans la commune de Motreff » 102. L'affaire est rapidement classée. Pourtant, après enquête, le sous-préfet n'omet pas de signaler : « Lorsque surviennent des élections, M le Desservant, ainsi que tous ses collegues de la campagne, intervient dans la lutte ; mais lorsquelle est terminée, il ne fait de politique qu'avec ses amis » 103. Dans le jeu des dénonciations et des contre-dénonciations, tous les moyens sont bons pour discréditer le camp adverse 104. Remarquable est cependant l'utilisation faite par les adversaires du curé de la peur du rouge, et donc de l'appréhension qu'ils pouvaient avoir des nouveaux enjeux politiques à l'échelle nationale. La partition politique que l'on voit d'après le test que constituèrent les élections législatives de 1849 a eu une signification pour certains Motreffois. De nouveau, comment serait-il alors possible d'imaginer une commune rurale aussi petite que Motreff comme imperméable aux échos politiques lointains, aux idées nouvelles ?

23Le 15 avril, le préfet décide de suspendre pour un mois Pierre Rivoal de ses fonctions. Il en avertit monseigneur Graveran dans la journée et lui fait la recommandation suivante : « Il n'est pas douteux que cette mesure de rigueur n'ait pour effet de rendre plus insupportable encore la position du desservant de Motreff dans une commune où il est loin d'avoir pour lui la majorité et les sympathies des habitants. Il serait donc à souhaiter qu'il obtint son changement » 105. Les tensions s'atténuent-elles ? Peut-être. En tout cas, les sources n'offrent plus de renseignements avant l'automne 1850. Les travaux du presbytère et de l'église sont toujours en souffrance. Les passions étaient-elles vraiment éteintes ? Rien n'est moins sûr et il suffit de lire le desservant pour s'en convaincre : « La dénégation dont il [le maire] argue maintenant, ne me surprend point ; ce Magistrat, oubliant malheureusement pour la commune, ce qu'il doit à sa dignité se met trop souvent dans une position qui ne lui permet pas de se rappeler et d'apprécier tous les actes de son administration ». Cet extrait d'une lettre envoyée au préfet et recopiée dans le courrier qu'il destine à monseigneur Graveran est suivie d'une autre lettre, elle aussi recopiée et dont le destinataire fut le sous-préfet de Châteaulin. On peut lire : « Nous soussignés, maire adjoint et membres du conseil municipal de la commune de Motreff, croyons devoir porter à votre connaissance que nous avons été très étonnés en apprenant que Mr Le Maire de ladite commune, avait dénié la signature qu'il avait apposée conjointement avec nous au bas d'une demande que nous avons eu l'honneur de vous adresser, pour réparations urgentes au Presbytère de notre Paroisse. Cette conduite de la part de Mr Le Maire ne peut s'expliquer qu'en considérant sa manière d'être qui ne peut lui permettre de s'occuper, comme il le devrait, de L'administration de la commune » 106. Le vent aurait-il tourné pour le maire ? Deux hypothèses sont ici possibles : ou l'apaisement prôné par les autorités est accepté par ceux qui, quelques mois auparavant, étaient les acteurs du conflit ; ou les affaires de la paroisse si longtemps en déshérence nécessitent une solution devant laquelle on ne peut plus reculer, mais les tensions nourries de rancunes demeurent. Dans le premier cas, le conflit n'aurait pas généré un surcroît de politisation, une adoption d'une conscience politique ouverte sur des influences venues de l'extérieur. Dans le second cas, on fait suivant l'adage « contre mauvaise fortune, bon cœur », en attendant un moment plus propice pour s'exprimer à nouveau. Les deux tendances ont pu cohabiter au sein même du conseil. Ce sont ces différences de niveau de politisation qu'il est très difficile de juger.

24L'affaire, loin de s'éteindre, rebondit tout au long de l'année 1851. En janvier, Yves Marie Thomas est cité au tribunal de police correctionnelle par un habitant qui s'est senti calomnié pendant l'office par ce qu'il racontait. Le recteur attribue alors « cette menée en sous mains “au” parti de Monsieur Le Maire de cette Commune, qui sans doute mal conseillé, me suscite le plus d'embarras possibles » 107. Finalement, le plaignant décida de retirer sa plainte avant l'audience du 13 février. C'est ce que l'on apprend dans la lettre que le desservant écrivit à monseigneur Graveran le 18 du même mois ; on y trouve aussi une réflexion propre à confirmer l'une des hypothèses que nous avons faites. La République, quand bien même elle n'est pas une revendication idéologique, n'est pas non plus un alibi pour certains ; et le lâchage du maire par ses conseillers, s'il obéit à des circonstances, n'est pas forcément un retour à une prise de décisions portée seulement sur le local. On lit à la fin de la lettre : « Je prie votre Grandeur d'être persuadée que mon prédécesseur, était au dire des plus respectables habitants de cette Paroisse, tout aussi tracassé que moi par le même Maire qui, il faut bien le reconnaître, est l'instrument d'un parti qu'il n'est pas nécessaire de nommer mais qui fait tous ses efforts pour détruire le principe religieux, seul soutien de L'ordre Social » 108. Les tracasseries perdurent et le conflit tourne toujours autour des travaux à effectuer dans l'église et le presbytère. En ce début de 1851, les finances sont dans un meilleur état : le gouvernement a alloué 1 000 francs pour les réparations urgentes, le préfet 600 francs et il a permis l'ouverture d'un crédit de 300 francs au budget supplémentaire de 1850 109. De plus, le bois des chênes donné par de Toulancoat étant sec, il peut être débité pour servir à décorer le chœur. Un devis a été envoyé au préfet début février pour approbation, signe qu'il dut y avoir entente entre toutes les parties. Or, le sous-préfet ne le laisse pas entendre de cette manière : « Lorsque je l'ai envoyé [le devis] je pensais qu'il avait été établi d'un commun accord entre les autorités civile et religieuse de la commune ; or M. le Desservant, qui est venu me trouver aujourd'hui, m'a déclaré qu'il avait été dressé, malgré son opposition, d'après les seules instructions de M. le Maire et qu'il n'avait été signé par les conseillers municipaux qu'à la suite de démarches peu dignes... » 110 Le 11 mars, le sous-préfet se rendait à Motreff pour régler le contentieux. Avec les 1 900 francs de crédit, le conseil municipal, sur demande du conseil de la fabrique accepta de faire faire les travaux suivants : restaurer le chœur et les lambris de la voûte, faire réparer le clocher, construire une chambre pour l'horloge 111. Le traité passé entre Le Roux, entrepreneur de Saint-Pol-de-Léon et le nouveau maire pour une somme de 1 798,98 francs fut entériné par le préfet en août 1851 112. Le conflit avec le desservant avait été fatal au maire Pierre Rivoal. En effet, le 22 mars, le préfet avertit l'évêque qu'il venait de le suspendre pour deux mois en attendant sa révocation par le ministre 113 ; il mit aussi en garde le prélat : « Lorsqu'il aura été atteint d'une révocation M. le Maire soutenu de sa nombreuse famille et de ses amis, lui fera une guerre acharnée, toutes les occasions lui seront bonnes pour essayer du scandale » 114. Il le pressait aussi de trouver une nouvelle affectation au desservant. Le 5 juin, huit des douze conseillers municipaux, dont Pierre Rivoal, élisaient comme nouveau maire, au premier tour, Joseph Le Berre 115. Son portrait est succinctement brossé par le sous-préfet de Châteaulin : « C'est un honnête cultivateur, généralement aimé de ses concitoyens. Il est très peu lettré, cependant il a plus d'instruction que son prédécesseur et il fera plus et mieux par lui-même que ne faisait ce dernier. Mais c'est surtout au point de vue de l'Ordre que l'on doit applaudir à ce choix. Le Sr Le Berre ne sera jamais l'instrument des anarchistes comme le Sr Rivoal l'était devenu. Il m'a au contraire donné personnellement l'assurance qu'il porterait toujours son concours le plus dévoué à l'administration supérieure » 116. Un mois plus tard, le nouveau maire donnait sa démission. Celle-ci fut-elle acceptée ? Nous ne le savons pas. Il n'en reste pas moins vrai que les mois de juillet et août 1851 virent de nouveau le conflit se développer. On en perçoit l'écho dans la lettre qu'écrit le desservant à l'évêque le 7  août 117 et surtout dans le courrier qu'adresse quatre jours plus tard le trésorier de la fabrique et conseiller municipal à monseigneur Graveran 118. Selon les deux, si Joseph Le Berre a voulu démissionner, ce n'est pas pour des raisons personnelles comme il l'a stipulé ­ alors « qu'il témoigna lors de sa nomination, joie et contentement » selon Yves Marie Thomas ­ mais parce qu'il a certainement subi « des influences étrangères et méchantes ». C'est ce que pense le desservant qui poursuit : « Je n'en serais nullement surpris, mais elles ne pourraient venir que de la part du destitué, car je crois pouvoir assurer à votre Grandeur que ce qu'il y a d'honnête et de bon dans Motreff a été satisfait de lui voir céder la place à un autre. Ce que je puis voir ou croire dans tout ceci, Monseigneur, c'est que des habiles, des hommes très influents, qui ne pourraient haïr en moi que ce qu'ils haïssent dans tout fidel ministre en Jesus Christ, auraient imaginé un plan très adroit, peut être de connivence avec notre ancien magistrat à l'effet d'agir, par ce stratagème, par cette intrigue, par cette instigation, ou par d'autres voies occultes, sur les esprits peu éclairés de nos bons et simples cultivateurs, en les engageant à ne pas accepter la place de Maire, afin de mettre le Recteur dans la dure nécessité ou de demander son changement, ou d'être considéré comme L'ennemi de la paix de sa Paroisse ». La rumeur, la suspicion affleurent encore plus dans la lettre de Joseph Pognonec ; s'il écrit à monseigneur Graveran, c'est pour le tenir au courant du courrier qu'il a adressé ­ et qui est ici recopié ­ au sous-préfet de Châteaulin. En effet, il a pu lire la lettre de démission communiquée par Joseph Le Berre, mais il pense que ce dernier en a envoyé une autre au représentant du préfet dans l'arrondissement, dans laquelle il met en cause le curé. Même si ceci se révéla faux 119, sa lettre évoque l'atmosphère de crise qui existe dans la commune. Et c'est en cela qu'elle nous intéresse. On peut lire : « Si on consultait le recteur dans ceux qui concerne l'administration de cette paroisse au lieu de consulter des etrangers, tout irait bien, monsieu le souprefet, tout se ferait avec ordre, tandis qu'apresent tout est confusion, Dieu et dieu seul sait comment s'administrent nos affaires. [...] Javou que des mal villans, profittant de l'esprit peu éclairé de queques uns des conseillers avaient reussi, il y a queque temps, à leur faire signer des mensonges controuvés a l'efét de casser a jamais, bras et jambes a notre et zélé pasteur ; mais leurs yeux s'etant déssassinés 120, avec quelle empressement n'ont ils pas prié notre honorable et digne prèlat d'excuser les démarches faites, non par malice, mais bien par crainte et ignorance ». Pour le trésorier de la fabrique dont on peut aisément penser que la lettre a été approuvée par le curé ­ voire écrite en sa présence ­, les hommes malhonnêtes ne sont qu'une infime minorité dont le ressort de leurs actions est commandé par la manipulation. Il poursuit dans sa dénonciation des minorités agissantes : « La première chose que fait un offansé ou qui se croit tel ainsi que ces partisants, c'est de retirer leur confience à celui ou à ceux qu'ils croient avoir porté attinte a leur honneur ou reputation ou bien leur avoir occasioné quelques torts ou domages. Telle a été la conduite de notre ancien maire, de sa femme, se son frère ; après ces gens, quels devaient être naturellement les plus plus chauds partisans de notre ancien administrateur : ses sœurs, ses neuveux ses niésses, et sur tout ses enfants, hébien pas un seul de ses dénoncés a quittés son pasteur pour aller a confesse a d'autres prêtres cepandant notre recteur nous prié et nous supplié souvent de nous adresser allieur dans la crainte qu'une mauvaise honte ou un malheureux respect [...] 121 ne nous ne fasse tomber dans les pièges que le démon nous tend à chaque instant. Son gendre, qui n'habite point cette paroisse, étendu sur un lit de douleur, a réclamé le ministère de notre recteur qui s'est empressé de lui donner tous ces soins. oû donc aller cherché ces nombreux partisans ? serait-ce dans la famille de ce jeune homme qui a poursuivit avec tant d'acharnement notre pasteur, poussé par les intrigues de nos republiquins rouges ? » 122 Le jeune homme alla finalement se confesser lors de la retraite, et Joseph Pognonec peut terminer sur un portrait hagiographique du curé. L'hypothèse que nous avons faite selon laquelle il existait à Motreff dès les débuts de la Seconde République, un petit noyau de républicains dont les motivations sont impossibles à définir avec certitude se trouve confirmée ici. Les « republiquins rouges » dénoncés par un de leurs adversaires existent d'autant plus qu'ils sont individualisés, nommés, qu'ils apparaissent pour certains comme des éléments allogènes à la communauté, susceptibles de briser son unité. Le 17 octobre 1851, le conseil municipal s'assemblait pour élire un nouveau maire ; le procès-verbal de la séance est sans équivoque ; le maire, le parti du maire triomphent : aucun conseiller n'ayant été élu au premier tour, « alors les conseillers ont tous déclaré que le sieur Rivoal était maire, après cette déclaration, les cloches furent mise en branle et le bruit se répandi dans la commune que le Sieur rivoal venait d'être nommé maire à l'hunanimité des conseillers. Inutile de dire que ce bruit fut accueilli avec joie par la majeur parties des habitants » 123. Pour être en conformité avec la loi, il fut décidé que le conseil se rassemblerait le 1er novembre pour élire vraiment le maire. Pierre Rivoal, après plusieurs mois de suspension, retrouvait sa place. L'élection fut cassée par le conseil de préfecture le 7 novembre. Le 16 novembre, le conseil municipal s'assembla et Jean-Marie Le Mignon fut élu. Le jour suivant, Olivier Néa 124, venant de la paroisse de Rumengol, était nommé à Motreff en remplacement d'Yves Marie Thomas. Un long conflit, les pressions de l'administration sur l'évêque de Quimper le contraignaient à quitter une paroisse dans laquelle il avait exercé son ministère pendant la Seconde République. Avait-il déjà parlé de son départ avec monseigneur Graveran lorsqu'ils s'étaient vus à La Feuillée au début de l'été 1851 ? La fin de la dernière lettre que nous avons de lui, celle du 7 août, apparaît à bien des égards et en regard des événements qui suivent, comme un testament : « Quelque soit la conduite de votre Grandeur dans cette triste affaire qui me navre le cœur d'autant plus qu'on ne me la suscite que pour rendre insoutenable, par mon dénigrement, la position, non seulement de mon successeur immédiat, mais même de plusieurs autres, car, Monseigneur, je ne le dissimule pas à votre Grandeur, c'est un coup que l'on veut porter, en ma personne, au clergé de ce pays, qui marche actuellement, grace à mon caractère et a mes tracasseries, tête levée, je suis sûr que je trouverai en elle un protecteur bienveillant et un bon père entre les mains duquel je me jette sans réserve ». Yves Marie Thomas fut nommé recteur à Saint-Eutrope. Il mourut le 27  février 1873 125.

25Décembre 1851, dans l'arrondissement de Châteaulin. Le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte n'y a pas eu beaucoup d'impact si l'on en croit les rapports du sous-préfet. Comment réagit la population de Motreff et en particulier les plus politisés ? Nous ne le savons pas. Tout au plus peut-on évoquer quelques éléments qui marquent l'année qui s'écoule entre le décès programmé de la République et la résurrection d'un Empire. Le retour au suffrage « universel » s'accompagne d'une participation électorale qui augmente. La loi du 31 mai 1850 126 avait privé la plupart des hommes de la commune du droit de suffrage ; pour l'élection partielle du 21 septembre 1851, le nombre d'électeurs était tombé à 75. La nouvelle liste électorale dressée conformément à la loi du 15 mars 1849 compta 221 membres 127. Pour les élections au corps législatif des 29 février et 1er mars, 95 des 236 hommes (40,25 %) 128 se déplacèrent pour voter. La participation électorale n'avait jamais été aussi forte. Et le candidat du gouvernement fut plébiscité. Le résultat ne démentait pas ce que le sous-préfet avait pu écrire dans son rapport du 29 février : « J'ai trouvé la classe éclairée de Carhaix assez peu favorable à notre candidat ». En revanche, « les Communes rurales du canton sont dans d'excellentes dispositions. J'ai vu la plupart des Maires et plusieurs cultivateurs notables, tous m'ont promis le concours le plus actif et un succès complet » 129. Vinrent les scrutins de l'été. Le 1er août, 56 Motreffois (22,85 % des inscrits) choisissaient un conseiller général et un conseiller d'arrondissement. Le dimanche suivant, 71 hommes (28,4 % des inscrits) se déplaçaient au bourg pour élire de nouveau un conseiller d'arrondissement 130. Pour certains, la pratique du vote tenait moins du rite initiatique que de l'habitude. De nouvelles élections municipales 131 eurent lieu le 19 septembre entre huit heures du matin et quatre heures du soir. La participation ne fut jamais aussi importante : 88 des 236 électeurs inscrits ­ 37,28 % ­ déposèrent leur suffrage. 17 candidats se présentèrent et les douze conseillers municipaux furent élus au premier tour. Le maire sortant, Jean-Marie Le Mignon était plébiscité : avec 84 voix obtenues, il n'était devancé que d'une voix par Yves Guyomarch. Il en était de même pour Joseph Le Berre qui avait recueilli 81 suffrages. Pierre Rivoal obtenait 73 voix, Joseph Pognonec, 65. Deux nouveaux membres faisaient leur entrée dans le conseil municipal : Joseph Paul (25 ans) et Pierre Collobert (44 ans) remplaçaient Jean-Louis Simon (décédé) et Augustin Nicol qui ne s'était pas représenté. Le 3 octobre 1852, le nouveau conseil municipal s'assembla pour la première fois. Chaque conseiller prêta le serment de fidélité à la constitution et au prince-président. Puis, on élit le nouveau maire : Jean-Marie Le Mignon se succédait à lui-même. L'ancien électeur censitaire qui avait été élu pour la première fois en 1848 s'affirmait aux yeux de ses concitoyens. À 37 ans 132, le fermier de Kerlupet (à moins d'un kilomètre du bourg), marié, père de trois enfants, employant quatre « domestiques » agricoles 133, pouvait imaginer que sa carrière politique serait longue 134. Enfin, les membres discutèrent la proposition de l'achat du portrait du futur Napoléon III. Et le conseil à l'unanimité vota « la somme de quatre francs pour l'acquisition du portrait du prince louis napoléon » 135. On s'exprima de nouveau les 21 et 22 novembre sur le rétablissement de l'Empire. 246 des 250 (98,4 % de participation électorale) électeurs de Motreff participèrent au plébiscite et apportèrent tous leur caution au nouveau régime 136. Les républicains de Motreff avaient oublié leur République.

* * *

26L'affaire de Motreff est donc à la fois extraordinaire et marginale. Extraordinaire car des archives sortent des phrases, des mots, des reflets de luttes, d'amertume, des traces de ce que put vouloir dire cet affrontement. Marginale aussi parce que toutes les communes n'offrent pas de telles situations. Est-ce à dire que l'entreprise micro-historique est vouée à l'échec dès lors qu'il n'y a pas d'archives aussi volubiles ? Ce serait faire d'une telle démarche une apologie de l'anecdote, même si reconnaissons-le, le surgissement de ces hommes dans leur époque et dans leur commune a quelque chose de redoutablement captivant. Bien au contraire, nous pensons que la recomposition du passé par captation, et si possible par élucidation du moindre indice, est possible, même si les situations semblent ternes, même si rien n'affleure. L'enquête devient un maître-mot, une sorte d'éthique qui entraîne à vouloir tout recouper pour s'approcher au plus près d'une vérité, à avancer des hypothèses, à les réfuter ou à les confirmer au fur et à mesure que l'on étoffe sa recherche. Car le but reste toujours la quête jamais aboutie de cette vérité. Il n'y a pas un modèle mais une situation étudiée dont les conclusions peuvent éclairer une autre. Motreff fut pour nous une démarche à mettre en œuvre, un pari.

27Plus prosaïquement, que nous aura appris l'affaire de Motreff que nous avons tentée de décliner selon trois moments : 1848 ou l'harmonie apparente ; 1849 ou la rupture ; 1851 ou la crise. Tout d'abord que l'on se trouve dans une commune ouverte sur l'extérieur. Des hommes se déplacent, écrivent à des autorités départementales, ont connaissance de nouvelles qui dépassent largement les limites du microcosme. Bien sûr, ces hommes de l'ouverture sur l'ailleurs sont surtout ceux qui ont décidé de prendre en charge les affaires communales et paroissiales. On en revient alors au gradient de la politisation que nous avons cru bon de discerner au cours de l'étude. Trois niveaux donc avec d'infinies variations en fonction de chacun des individus, trois niveaux pour simplifier : de celui qui accepte de déposer son bulletin de vote et de faire un choix ­ se pose ici la question des plébiscites et des candidatures officielles sous le Second Empire ­ à celui qui se détermine en fonction de l'échiquier politique national. Sous la Seconde République, la politisation ne touche qu'une minorité d'hommes de la commune. On constate cependant à la fois une accoutumance pour certains à la pratique du vote, qui remonte à la Monarchie de Juillet et se pérennise par la suite, et une appropriation de cette pratique par d'autres à la faveur du suffrage « universel », avec tout ce que cela peut comporter d'indécision, d'acte fait pour une élection et non renouvelé pour la suivante. Le résultat est cependant bien visible dans les procès verbaux des scrutins : de plus en plus de Motreffois ont appris à voter. Pour ce qui concerne les élus ­ c'est-à-dire ceux qui font partie du second niveau de politisation ­, force est de constater que l'« oligarchie » l'emporte : les élections municipales ne donnent pas lieu à un changement radical des édiles. Faut-il l'imputer à la « prime aux sortants » ? à une envie de permanence à la tête de la commune ? à l'absence d'un choix politique tant les élections se jouent sur des personnes et non sur des idées ? Nous ne ferons pas nôtre cette dernière hypothèse, surtout pour les élections municipales de 1852, après trois ans d'un long conflit. Joseph Pognonec, l'homme du parti du curé obtenait 65 suffrages ; Pierre Rivoal, le maire déchu, était quant à lui élu avec 73 voix. Enfin il nous reste à parler des républicains : ils sont minoritaires, mais ils existent. Si les trois niveaux de la politisation ne concernent qu'une minorité, le dernier niveau ne concerne donc qu'une infime poignée d'hommes de cette minorité. Se pose ici le problème de ces acteurs au sein d'un microcosme. On en vient alors à se pencher sur le rôle du conflit dans la mise en place de cette républicanisation. La crise qui déchire la commune n'est tout d'abord qu'un très modeste conflit local. Or, son rôle est déterminant dans le processus de découverte de la politique nationale. Certes, on pourrait penser que des républicains clandestins existaient avant 1848. Nous préférons suggérer qu'il existait un terrain favorable à la naissance d'idées républicaines : une tiédeur religieuse, un grand propriétaire ­ le conflit fut-il aussi un conflit de classe ? Nous ne saurions l'affirmer ­ une commune proche d'une ville... Le conflit est devenu politique au fur et à mesure que la fracture à l'intérieur de la communauté ne cessait de se développer. Il subsiste alors une question : à quelle République se référaient les quelques républicains de Motreff ? C'est certainement la question la plus difficile ; c'est pourquoi, elle appelle une réponse qui ne se veut pas ­ le pourrait-elle d'ailleurs ? ­ définitive. La République a pu être un alibi, un paravent derrière lequel il était bon de se retrancher pour régler le conflit. Même dans ce cas, faire ce choix, c'était se différencier et s'affirmer. La République a pu aussi être un nom auquel certains associaient confusément quelques idées pour ne pas dire quelques principes, la liberté par exemple. Que ces deux options aient pu se conjuguer dès le départ, cela est possible. Que la République pensée et voulue comme quelque chose de nouveau et de meilleur se soit affirmée dans les consciences de ces républicains au fur et à mesure qu'ils affrontaient le curé et qu'un « parti » aux options opposées se dessinait, cela est probable. En se développant, le conflit non seulement garantissait un renforcement de la politisation de certains membres de la communauté, mais il permettait aussi un début d'acculturation républicaine chez une poignée d'hommes.

28Vinrent le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, les plébiscites, l'Empire. Les enjeux nationaux ne pouvaient plus être les mêmes. Les républicains de Motreff se pliaient aux règles imposées par le régime autoritaire, sans broncher. La République ne fut-elle qu'une République d'opportunité ? Ne faut-il pas plutôt considérer que la fin brutale du régime né en février 1848 empêchait tout enracinement suffisant de celle-ci à Motreff. La question du temps est ici posée : temps d'adaptation, de réaction par rapport à des événements de portée nationale, temps de rejet, d'acclimatation à un nouveau régime, qui s'affirmait aussi comme un idéal et une idéologie. Il restait la mémoire : mémoire d'un conflit, mémoire de républicains. Mais cela est une autre histoire.

Haut de page

Notes

1 Philippe VIGIER, La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale. Tome I : Les notables (vers 1845-fin 1848. Tome II : Les paysans (1849-1852), Paris, Presses universitaires de France, 1963 ; Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, (2e édition, Éditions du Seuil, 1979) ; Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs, Paris, Les Belles-Lettres, 1986 ; Peter McPHEE, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852. Classes sociales, politique et culture, Perpignan, Publications de l'olivier, 1995. Des articles : Eugen WEBER, « La Deuxième République, la politique et le paysan », dans Eugen WEBER, Ma France, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1991, pp. 181-209 ; Maurice AGULHON, « 1848, le suffrage universel et la politisation des campagnes françaises », dans Maurice AGULHON, Histoire vagabonde. Tome III : La politique en France, d'hier à aujourd'hui, Paris, Gallimard, 1996, pp. 61-82 ; Jean-Luc MAYAUD, « Les paysanneries françaises face à la Seconde République », dans 1848, révolutions et mutations au XIXe siècle, n° 6, 1990, pp. 55-64. Deux synthèses : Maurice AGULHON, 1848 ou l'apprentissage de la République, Paris, Éditions du Seuil, 1973 (nouvelle édition 1992) ; Philippe VIGIER, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982 (nouvelle édition, sous le titre, 1848, les Français et la République, 1998).
2 Giovanni LEVI, Le pouvoir au village, Histoire d'un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989 (avec une préface de Jacques REVEL intitulée « L'Histoire au ras du sol ») ; Carlo GINZBURG, Le fromage et les vers. L'univers d'un meunier au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980 ; Jacques REVEL [dir.], Jeux d'échelles. La micro-analyse à l'expérience, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1996 ; et même s'il s'en défend, Alain CORBIN, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d'un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998. Nous suivons la proposition faite par Jean-Luc Mayaud, lors du colloque international organisé par la « Société de 1848 » pour le cent-cinquantenaire de la révolution de 1848, les 23-25 février 1998 (Paris, Assemblée nationale), d'utiliser la démarche micro-historique dans l'étude de la Seconde République en provinces.
3 Pierre SANSOT, Les gens de peu, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
4 Gilles PÉCOUT, « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l'histoire politique des campagnes françaises », dans Histoire et sociétés rurales, n° 2, 2e semestre 1994, pp. 91-125.
5 De l'érudition et de ses possibles errements... : Anthony GRAFTON, Les origines tragiques de l'érudition:  une histoire de la note en bas de page, Paris, Éditions du Seuil, 1998.
6 C'est ce que prônait Maurice Agulhon dans sa préface de 1979 de La République au village..., ouv. cité, pp. XIV-XV.
7 Outre les travaux de micro-histoire précédemment cités, on peut aussi se référer à des livres qui incluent cette démarche dans une étude plus large sur l'historiographie contemporaine. Entre autres : Gérard NOIRIEL, Sur la « crise » de l'histoire, Paris, Éditions Belin, 1996 ; Gérard NOIRIEL, Qu'est-ce que l'histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, 1998.
8 Arlette FARGE, Le goût de l'archive, Paris, Éditions du Seuil, 1997.
9 Maurice AGULHON, La République au village, ouv. cité, pp. 407-417 ; Philippe VIGIER, 1848, les Français et la République, ouv. cité, pp. 277-297.
10 Alain CORBIN, Le monde retrouvé..., ouv. cité.
11 1 028 habitants lors du recensement de 1846, 1 062 cinq ans après, 1 074 en 1856.
12 Arch. dép. Finistère (Archives départementales du Finistère), 3 M 159 pour la liste de 1848 complétée par la suite. 3 M 151 pour la liste dressée en 1849.
13 Arch. dép. Finistère, 3 M 45.
14 Terme utilisé sur la liste de 1849.
15 Pour un panorama de la vie politique finistérienne pendant la période qui nous occupe, nous renvoyons à : Marie-Thérèse CLOÎTRE, « Aspects de la vie politique dans le département du Finistère de 1848 à 1870 », dans Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome XCIX, 1972/2, pp. 731-802.
16 Pour l'arrondissement de Châteaulin, le nombre d'électeurs censitaires en 1846 était de 8 049 ; en 1848, il est de 24 050 (soit une augmentation de 298,79 %). Le nombre des votants est de 12 009, soit une participation électorale de 49,93 %. Arch. dép. Finistère, 3 M 169.
17 Arch. dép. Finistère, 3 M 178.
18 Christine GUIONNET, L'apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, Éditions L'Harmattan, 1997.
19 31 et 32 électeurs se déplacèrent les 12 et 14 juillet, dont un seul non domicilié à Motreff. La participation électorale des seuls habitants de Motreff ayant le droit de voter s'élève donc à 41 % et 42,4 %.
20 Nous avons pu accumuler un certain nombre d'informations à partir des sources suivantes : la liste des électeurs censitaires de 1846 qui donne les contributions payées dans la commune ­ ce qui permet d'évaluer la richesse des 73 électeurs motreffois ­, la profession ou la fonction de chacun d'entre eux et le lieu d'habitation ; les listes des électeurs appelés en 1848 et 1849 ­ avec, pour les deux, la profession et le domicile ­ ; le recensement de 1851 qui donne les renseignements suivants : le lieu d'habitation, la profession, l'âge, la situation de chaque individu (célibataire, veuf ou marié) à l'intérieur d'un ménage et d'une maison (les deux se recoupent) ; enfin la table décennale des décès (du 1er janvier 1843 au 1er janvier 1853) nécessaire pour comprendre si des électeurs votant en 1846 sont décédés ou ont quitté Motreff avant les élections de 1848. On utilisera la même démarche pour les élections législatives de mai 1849.
21 Il serait intéressant de remonter encore davantage dans ce temps électoral, afin de déterminer si certains électeurs censitaires qui ont voté en 1846 et en 1848 se sont servis de leur droit de suffrage dès 1831. Dix participants au scrutin du 21 juin 1840, pour lequel une liste est encore conservée, accomplissent le même geste huit ans plus tard. Voter était devenu pour une minorité ­ un peu plus de 20 % des votants ­ un acte normal.
22 Nous avons quelques informations pour huit des treize électeurs.
23 La moyenne des contributions payées dans la commune par les 24 électeurs censitaires votant en 1846 et 1848 est de 38,24 francs ; celle des huit hommes qui ne prirent pas part au vote en 1848 est de 31,45 francs.
24 Nous avons pu déterminer ces informations pour 35 électeurs à partir du recensement de 1851 ; le calcul est forcément approximatif puisqu'il faudrait être certain de la validité des âges inscrits dans les colonnes du recensement ; de plus, en retranchant trois ans pour connaître l'âge des votants en 1848, on accentue la marge d'erreur dans le calcul de la moyenne. Seule l'étude des actes de naissance pourrait nous permettre de donner une analyse plus fine et plus précise. L'âge moyen des votants était de 44,6 ans pour les électeurs présents en 1846 ; sur les 37 électeurs qui ont participé à l'un ou/et l'autre des scrutins de 1846, nous disposons de ce renseignement pour 24 d'entre eux.
25 Information disponible pour 20 des 24 anciens électeurs censitaires qui votent.
26 Information disponible pour 15 des 24 nouveaux électeurs qui votent.
27 Peut-on parler de génération politique ? Pour essayer de le déterminer, encore faudrait-il pouvoir comprendre comment on a voté chez les plus jeunes et chez les plus anciens. Mais ici, les secrets de l'urne nous semblent bien impénétrables...
28 Cette étude concerne 38 des 48 électeurs présents pour lesquels il a été possible de trouver des informations suffisamment précises. Le recensement de 1851 affine les catégories: on trouve alors 23 « fermiers » (60,5 %), six « cultivateurs », six « domestiques » agricoles certainement.
29 Le recensement de 1846 fait un récapitulatif de la population du bourg et de 43 villages. Sur la liste électorale de 1848, on ne trouve que 42 villages. Quant au recensement de 1851, il omet onze villages par rapport à celui de 1846, comme si la population de ces villages avait été incluse par la statistique dans d'autres hameaux.
30 Distances données de bourg à bourg.
31 Arch. dép. Finistère, 3 P 9.
32 Ces résultats sont établis à partir de 45 des 48 votants dont on connaît précisément le domicile.
33 Pour faire valoir cette conclusion, nous avons pris en compte les électeurs censitaires qui avaient voté en 1846 et en 1848 et dont le lieu d'habitation ne différait pas entre ces deux années, soit 18 des 24 participants.
34 Arch. dép. Finistère, 3 M 178. Le procès verbal de l'élection ne dit pas s'il y eut d'autres candidats ; en faisant le total des voix obtenues (445) et en divisant par 12 (37,08), on peut affirmer que les 12 élus ne furent pas les seuls à solliciter les suffrages de leurs concitoyens ; à moins de considérer qu'il y eut beaucoup de bulletins nuls.
35 Arch. dép. Finistère, 4 R 55. On connaît l'importance des élections de la garde nationale dans la mise en place des pratiques du vote. Pour de plus amples informations, on peut se reporter aux ouvrages suivants : Louis GIRARD, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Librairie Plon, 1964 ; Pierre ROSANVALLON, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, pp. 272-275 ; Alain Corbin, Le monde retrouvé..., ouv. cité, pp. 268-274. À titre de comparaison, on dispose des renseignements suivants en ce qui concerne les élections de la garde nationale en novembre 1846 à Motreff : 23 hommes ont le droit de voter (soit en 1848, une augmentation de 570 % par rapport à 1846), 14 votent. Arch. dép. Finistère, 4 R 48.
36 Respectivement 41,66 % des anciens électeurs censitaires du 31 juillet 1848 et 50 % des nouveaux électeurs. On peut encore affiner l'analyse: sur les douze nouveaux électeurs, deux ont participé aux six élections de la garde nationale ; sur les dix anciens électeurs censitaires, cinq ont fait de même. Pour ceux-ci, l'élection, quel que soit l'enjeu, est devenu un mode d'expression courant, pour ne pas dire banal.
37 Sur onze votants dont on connaît précisément le domicile.
38 Seule une étude précise de ces 33 personnes (profession, domicile) pourrait apporter des informations supplémentaires.
39 Arch. dép. Finistère, 3 M 165.
40 Arch. dép. Finistère, 3 M 167.
41 Le canton de Carhaix, qui est un des sept cantons de l'arrondissement de Châteaulin, comprenait trois sections : Carhaix, Saint-Hernin, Poullaouen.
42 Arch. dép. Finistère, 3 M 154.
43 Arch. diocès. Quimper (Archives diocésaines, évêché de Quimper), 1 P Motreff.
44 Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
45 Un 29 janvier (Procès verbal de la séance du conseil municipal pour l'élection municipale de 1846. Arch. dép. Finistère, 3 M 122) ou un 8 janvier peut-être (Arch. dép. Finistère, E Dépôt Motreff, série D, délibérations du conseil municipal (1840-1887), procès verbal de la séance du 3 octobre 1852).
46 Informations sur la liste du 22 août 1846. Arch. dép. Finistère, 3 M 101.
47 Informations livrées par le recensement de 1851.
48 Arch. dép. Finistère, 1 V 430. Nous n'avons pas réussi à déterminer qui avait écrit cette lettre. Le maire signe mais son écriture est bien plus maladroite que celle qui figure sur ce courrier. Il est aussi remarquable de constater combien des nouvelles venues de l'extérieur, quand bien même (et peut-être surtout) il s'agit d'un fait divers, circulent et sont connues de certains.
49 Ce rappel constant d'une fabrique aux caisses vides n'est pas seulement un argument pour essayer d'obtenir des crédits ; la situation se vérifie dans les comptes : le compte-rendu du trésorier pour l'année 1849 donne les résultats suivants : recettes: 544 francs ; dépenses avec les dettes de l'année précédente (208,58 francs) : 858,58 francs. Le déficit ne cesse de croître. Arch. dép. Finistère, 1 V 954.
50 Arch. dép. Finistère, 1 V 263.
51 Dans le procès verbal de la séance, l'exposé concernant l'état du presbytère et de l'église fournit un luxe de détails que l'on ne trouve pas dans les deux précédentes lettres. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
52 Lettre du 7 septembre 1849. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
53 On apprend finalement par une lettre du 23 août du sous-préfet de Châteaulin au préfet que les travaux définitifs sont estimés à 5945,65 francs ; de plus, le conseil municipal ne pouvant pas disposer des 2 340,09 francs dévolus à l'instruction primaire, celui-ci ne peut compter au maximum que sur une somme de 2 700 francs (avec les 800 francs du département ­ la somme allouée ne sera finalement que de 600 francs ­ et les hypothétiques 1 500 francs de l'État). Deux solutions sont possibles : se procurer la somme ou alors ajourner les travaux les moins urgents et faire les autres à concurrence des 1 000 francs disponibles dans la caisse municipale. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
54 On y trouve certainement le budget pour l'exercice 1849 qui figure parmi les pièces envoyées par le sous-préfet de Châteaulin au préfet le 3 novembre. À titre de comparaison, le compte de gestion pour l'exercice 1850 donne dans la colonne des recettes du budget la somme de 1 315,87 francs. Les dépenses souhaitées pour la restauration des deux bâtiments équivalent à cinq fois les recettes communales. Arch. dép. Finistère, 1 O, Compte de gestion, Motreff.
55 Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
56 Nous employons à dessein ce terme plutôt que d'utiliser celui moins imagé de contre-révolution mais tellement plus ambigu.
57 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l'Ancien Régime à 1840, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991, pp. 134-142.
58 Informations que l'on trouve dans le Répertoire biographique du clergé diocésain établi par le chanoine Le Floc'h, volume 2, Arch. diocès. Quimper, 2 D 33 et aux Arch. dép. Finistère, 1 V 72. Il exerça successivement son vicariat à Plouigneau en 1834, à Lampaul-Guimiliau en 1838, à Garlan en 1839, enfin à Plouyé en 1841.
59 Selon le terme utilisé dans le recensement.
60 Arch. diocès. Quimper, 2 D 74.
61 Arch. dép. Finistère, 1 V 25, Lettre du sous-préfet au préfet, 12 avril 1850.
62 Arch. dép. Finistère, 3 M 122.
63 Son nom apparaît en effet sur les listes électorales censitaires de 1840 et 1841 avec la mention de maire. Arch. dép. Finistère, 3 M 45.
64 Elle nous sert pour lui et pour huit autres conseillers. Arch. dép. Finistère, 3 M 101.
65 Sur la liste des maires et adjoints faite à la sous-préfecture de Châteaulin le 25 novembre 1848, Pierre Rivoal serait né un 20 août 1792, Arch. dép. Finistère, 2 M 90 ; dans une autre liasse d'archives concernant les élections municipales du 2 juillet 1843, on le fait naître le 26 février 1793... Arch. dép. Finistère, 3 M 122.
66 On pourrait affiner la notion de second niveau de politisation en repérant la fréquence de la participation de ces conseillers municipaux aux séances du conseil municipal.
67 Pour mémoire, les onze autres édiles sont : Augustin Nicol, Joseph Le Berre, Yves Cloarec, Henri Rémond, Jean-Louis Simon, Joseph Pognonec, Yves Le Corre, Jean-Marie Le Mignon, François Guyader, François Guillerm, Yves Guyomarch.
68 Avec toutes les précautions d'usage quant à la validité des âges donnés. La date de naissance de Joseph Le Berre est mentionnée pour les élections municipales de 1837 et de 1843 : dans le procès verbal de la première, il serait né un 15 mai 1810, dans le procès-verbal de la seconde, un 15 mai 1811... Arch. dép. Finistère, 3 M 122.
69 Henri Rémond, élu en 1837 et 1843 n'apparaît pas sur la liste des conseillers municipaux du 22 août 1846.
70 Jean-Louis Simon meurt le 23 novembre 1849. Il serait peut-être né en 1788 et ne savait ni lire, ni écrire, ni parler français. Arch. dép. Finistère, 3 M 101.
71 La fortune personnelle varie en 1846 entre 1 000 francs (pour Jean-Louis Simon et Joseph Pognonec) et 50 francs (pour Joseph Le Berre). Quel crédit doit-on donner à ces estimations ? Pierre Rivoal, avec une fortune estimée à 400 francs est le 60e contribuable sur la liste des électeurs censitaires alors que Joseph Le Berre avec une contribution de 21,92 francs est le 26e imposé. Arch. dép. Finistère, 3 M 101. De même, on trouve sur une liste des maires et adjoints les informations suivantes pour l'année 1846 : Pierre Rivoal, propriétaire, fortune estimée à 800 francs; Joseph Le Berre, cultivateur, fortune évaluée à 200 francs... Arch. dép. Finistère, 2 M 73.
72 Mais aussi culturellement si l'on se fie aux informations données dans la liste du 22 août 1846 évoquée précédemment : sept des huit conseillers savent lire, écrire et parler français. Arch. dép. Finistère, 3 M 101.
73 Arch. dép. Finistère, 1 V 954. Dans les paroisses de moins de 5 000 habitants, le conseil de la fabrique est composé de cinq membres : l'évêque en nomme trois et le préfet deux. Le curé et le maire sont membres de droit du dit conseil. Informations extraites du : Cours complet de droit canonique et de jurisprudence canonico-civile, Paris, Librairie religieuse H. Oudin, 1896.
74 Il s'agit de Yves Le Corre, Yves Cloarec, Joseph Pognonec. Sont aussi présents Pierre Tanguy, ancien électeur censitaire et votant en juillet 1848, Jean-Joseph Le Corre qui présente les mêmes traits. On apprend à la fin du budget de la fabrique en date du 25 mars 1849 que ce dernier ne sait pas signer. Arch. dép. Finistère, 1 V 954.
75 La liste des électeurs arrêtée par le maire le 22 avril 1848 (292 noms) a été complétée le 7 décembre pour l'élection présidentielle (neuf noms en plus) et le 31 mars 1849 pour les élections législatives (quatre noms supplémentaires), soit un total de 305 noms. 28 ont été biffés (départs, décès ?). Il devait y avoir 277 personnes à voter ; or à la fin de la liste close définitivement le 6 mai, le maire signale : « Le nombre des électeurs portés sur cette liste et domiciliés dans la commune est de... 275. Le nombre des électeurs militaires en activité de service [...]... 11 », soit un total de 286 électeurs inscrits. Sur la nouvelle liste des électeurs dressée le 31 mars 1849 uniquement pour les élections de mai, 274 noms sont mentionnés. On note donc qu'il y a des erreurs dans le décompte des électeurs et que les militaires sont individualisés sur une des listes seulement. Quel nombre devons-nous prendre en compte ? 288, 286 ou 285 ? Nous prenons le second, c'est-à-dire celui qui est indiqué à l'extrême fin de la liste commencée en 1848 et complétée par la suite, car c'est cette liste qui nous a servi pour l'étude des élections municipales. De la validité des statistiques électorales...
76 Pour les 29 personnes pour lesquelles nous avons des renseignements.
77 À partir du recensement de 1851.
78 Pour apprécier au mieux la situation, il faudrait à partir de la table décennale des décès envisager ceux qui meurent entre les deux élections, ceux qui quittent la commune.
79 Elle est faite à partir des informations que nous possédons pour 42 des 46 votants, à partir des informations fournies par la nouvelle liste de 1849.
80 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
81 Ibidem.
82 Ibidem.
83 Ibidem.
84 26 sont lisibles.
85 Selon la nomenclature du recensement de 1851.
86 Sur les 20 individus pour lesquels nous disposons de quelques informations.
87 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
88 Ibidem.
89 La lettre du grand vicaire recopiée pour l'occasion rappelait : « On se prévaut de la République pour faire des choses à son grée, que l'on sache que la république n'a rien changé aux lois et réglements concernant la fabrique et qu'ils sont toujours en vigueur ».
90 L'homme d'affaire de Toulancoat adressa une lettre recopiée pour l'occasion par le curé dans laquelle il rappelait que le bois et les 300 francs donnés devaient servir à boiser le chœur et à acheter des ornements.
91 Le presbytère et le château, main dans la main. Cette perception de la coalition des intérêts entre deux autorités est corroborée par la lettre de Quentel, l'homme d'affaires de Toulancoat, dans la lettre qu'il adresse au curé le 16 janvier 1850 ; il rappelle en effet que ses « fermiers et domaniers, [...] ne doivent pas avoir oublié ce que Mr de Toulencoat leur dit en notre présence, qu'il ne laisserait point dans ses propriétés des persécuteurs de prêtres [souligné par lui] ». Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
92 Voir supra, texte de la dénonciation du 13 décembre 1848.
93 C'est ce que l'on retrouve dans la table décennale des décès.
94 Lettre de Joseph Pognonec à l'évêque, 29 janvier 1850. Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
95 Dans la lettre de dénonciation du 13 décembre 1849, on lit : « à Lescléden mr Thomas demanda publiquement à le Simon, auquel Il portait le viatique, ce que lui et Le maire disaient de lui à l'église le 8 septembre dernier. Le Simon décédé depuis, lui répondit publiquement: nous ne parlions pas de vous », Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
96 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
97 On peut supposer qu'il est le fils de Jean-Louis Simon, conseiller municipal mort en novembre 1849 ; tous les deux sont notés comme demeurant à Lescléden sur la liste électorale de 1848.
98 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
99 Ibidem.
100 Ibidem.
101 Ibidem.
102 Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
103 Lettre du sous-préfet de Châteaulin au préfet, 12  avril 1850. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
104 Toujours dans la lettre du 12 avril 1850, le sous-préfet expose ce dont il est convaincu : « Mais alors pourquoi cette denonciation motivée sur des griefs imaginaires ? Vous l'avez parfaitement compris, il s'agit ici de represailles. M. le Maire a été dénoncé par un membre du conseil de la fabrique ; ses amis ont soupçonné M le Desservant d'y etre pour quelque chose ; ils ont par suite fait demander par le conseil municipal de la Commune son changement, et comme leur vœu n'est pas encore exaussé, ils auront eu recours, comme a un moyen decisif, a une plainte à M. le Ministre pour faite de propagande socialiste ».
105 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff. L'évêque reçut aussi une lettre du ministre de l'instruction publique et des cultes datée du 25 mai 1850 l'invitant à trouver la meilleure solution pour résoudre la crise.
106 Lettre du desservant à l'évêque de Quimper, 17 novembre 1850. Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
107 Lettre du desservant à l'évêque de Quimper, 29 janvier 1851. Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
108 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
109 On connaît ces chiffres par la lettre du desservant à l'évêque de Quimper du 27 février 1851. Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
110 Lettre du sous-préfet de Chateaulin au préfet, 13 février 1851. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
111 Éléments connus grâce à la lettre du sous-préfet de Châteaulin au préfet, 21 avril 1851. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
112 Lettre du préfet au sous-préfet de Châteaulin, 23 août 1851. Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
113 La lettre du desservant à l'évêque, datée du 24 mars 1851, ne fait pas mystère du rôle que joua le sous-préfet dans cette mesure. Ce denier était venu à Motreff pour régler les dissensions. Après une discussion avec les membres du conseil municipal, il s'entretint avec Yves Marie Thomas qui fait la relation de la conversation : « J'ai donc appris que les instigateurs de notre pauvre Maire ne s'étaient pas contentés de le pousser à me poursuivre mais qu'il lui ont fait faire une dénonciation contre le sous-préfet lui même. Ce grief et plusieurs autres ainsi prouvés à Monsieur Le Maire, ce malheureux homme a fini par avouer que dans toutes ces vilaines affaires, il avait été poussé par une personne qu'il a nommée, laquelle personne exerce des fonctions publiques. Avant de nous séparer, Monsieur le Sous Préfet me demanda qui je voulais pour maire pensant très probablement que d'après ces faits, Le Maire et L'autre fonctionnaire seraient révoqués », Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff. La perception des événements de Motreff par le sous-préfet reflète particulièrement bien la conception que pouvaient aussi avoir les autorités du département de la politique à la campagne : un monde dépolitisé qui, lorsqu'il s'engouffre dans une telle voie, ne peut avoir été que manipulé.
114 Lettre du préfet à l'évêque, 22 mars 1851. Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
115 Arch. dép. Finistère, E Dépôt Motreff série D, délibérations du conseil municipal (1840-1887), procès verbal de la séance du 5 juin 1851.
116 Lettre du sous-préfet de Châteaulin au préfet, 16 juin 1851, Arch. dép. Finistère, 3 M 178.
117 Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
118 Ibidem.
119 Le sous-préfet répondit, le 27 août, à Joseph Pognonec : « La lettre de démission que M. le Berre m'a adressée est bien celle que vous avez vue ; il n'y était nullement question de votre recteur », Arch. dép. Finistère, 1 V 430.
120 Nous ne sommes pas certain du terme employé.
121 Terme illisible.
122 Le 30 août, Joseph Pognonec envoyait à l'évêque la réponse du sous-préfet en date du 27 ainsi que quelques phrases d'explication : « Par cette réponse vous verrez les roueries de nos républicains rouges qui font un plaisir de controuver des mensonges cest ceu qui est la cause que le sous-Préfet ne comprend pas le postcriptum, tout etant forgé par des geans sans aveu », Arch. diocès. Quimper, 1 P Motreff.
123 Arch. dép. Finistère, E Dépôt Motreff série D, délibérations du conseil municipal (1840-1887), procès verbal de la séance du 26 octobre 1851.
124 Né en 1813 à Plougoulm, ordonné prêtre en 1830. Arch. dép. Finistère, 1 V 72.
125 Répertoire biographique du clergé diocésain établi par le chanoine Le Floc'h, volume 2. Arch. diocès. Quimper, 2 D 33.
126 La liste électorale close en septembre 1850 compte 89 inscrits. Arch. dép. Finistère, 3 M 144.
127 Arch. dép. Finistère, 3 M 155.
128 Arch. dép. Finistère, 3 M 161.
129 Ibidem.
130 Arch. dép. Finistère, 3 M 168.
131 Arch. dép. Finistère, 3 M 178.
132 Il serait né un 7 février 1815. Arch. dép. Finistère, E Dépôt Motreff série D, délibérations du conseil municipal (1840-1887), procès verbal de la séance du 3 octobre 1852.
133 Au recensement de 1851.
134 On sait cependant, grâce à la signature du maire sur le recensement de 1856, qu'il a été remplacé par Joseph Le Berre.
135 Arch. dép. Finistère, E Dépôt Motreff série D, délibérations du conseil municipal (1840-1887), procès verbal de la séance du 3 octobre 1852.
136Arch. dép. Finistère, 3 M 156.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ruralia/docannexe/r2r-img-85-1.gif
Fichier image/gif, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Motreff (Finistère), la Seconde République et la micro-histoire », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ruralia/85

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page