Navigation – Plan du site
Poincaré à Polytechnique

Monsieur Henri Poincaré à Lozère-sur-Yvette (Seine & Oise)

Hervé Martin
p. 47-67

Texte intégral

1En cette année 2012 marquant le centenaire de la disparition d'Henri Poincaré, les hommages de ses pairs à l'illustre « savant universel » ont été nombreux à célébrer l'immensité de son œuvre, et à souligner l'actualité de ses travaux, y compris dans ce bulletin que consacre fort logiquement la SABIX à ce glorieux X 1873. L'objectif du présent article est beaucoup plus modeste, mais pas nécessairement plus facile à atteindre : à travers des documents ou témoignages recueillis localement, il est d'essayer d'évoquer la vie de l'homme Henri Poincaré dans ce qui fut sa résidence secondaire du quartier de Lozère à Palaiseau, celui que les habitants appelaient respectueusement "Monsieur Henri Poincaré".

La meulière Poincaré

Vue générale de la meulière et de la rue Henri Poincaré montant vers la gare de Lozère

Vue générale de la meulière et de la rue Henri Poincaré montant vers la gare de Lozère
  • 1  MdL : association Mémoire de Lozère (clichés Hervé Martin)

(Photo MdL1)

2La maison en pierre meulière qu'habita Henri Poincaré est située au numéro 68 de la rue du Moulin (cf. photo ci-dessus), à l'angle que cette dernière forme avec ce qui est aujourd'hui la rue Henri Poincaré. Sa robuste silhouette, familière à tous les Lozérois, leur sert de point de repère pour indiquer leur chemin aux visiteurs venant de Villebon-sur-Yvette et cherchant à rejoindre la station Lozère - École polytechnique du RER B, située quelque trois cents mètres plus haut à flanc de colline. Comme pour bon nombre de ses voisins de l'époque, elle constituait pour l'illustre savant une résidence secondaire, où il séjournait en fin de semaine et venait en villégiature en famille à la belle saison depuis son domicile parisien, situé 63, rue Claude Bernard dans le 5e arrondissement.

3Elle aurait été construite dès le début des années 1880 sur les plans d'un élève d'Eugène Viollet-le-Duc, et fut acquise initialement en 1893 par la mère d'Henri Poincaré, veuve du docteur Charles-Léon Poincaré (1828-1892), née Marie-Pierre Eugénie Launois à Saint-Pierrevillers (Meuse).

4Elle se situe sur un vaste terrain arboré de quelque 2 600 m2. A proximité immédiate de la meulière fut également construit, en bordure est du terrain, un bâtiment annexe (cf. photo) destiné à loger les domestiques, ce qui atteste de la position sociale des occupants de la maison.

Vue du bâtiment annexe situé à l'Est de la maison

Vue du bâtiment annexe situé à l'Est de la maison

(Photo MdL)

5La mère d'Henri Poincaré décéda dans cette maison le 15 juillet 1897, à l'âge de 67 ans. Par la suite, la demeure appartint d'abord conjointement à Henri Poincaré et à son beau-frère, le philosophe et académicien Émile Boutroux (époux de sa sœur cadette Aline).

Lozère au tournant du siècle

6La meulière, dont l'aspect extérieur n'a guère changé depuis Henri Poincaré, est aisément reconnaissable sur les plus anciennes cartes postales de Lozère, qui témoignent de la faible densité de constructions du hameau d'alors : mis à part l'imposante bâtisse voisine du moulin de Lozère, construit à peu de distance sur la rivière Yvette, laquelle marque la séparation entre Palaiseau et Villebon-sur-Yvette, le paysage lozérois d'alors se compose quasi-exclusivement de bois et de champs cultivés, comme on peut le constater sur les images ci-après.

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne

(Collection Alain Jacquet)

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne

(Collection Alain Jacquet)

Carte postale ancienne

Carte postale ancienne

(Collection Alain Jacquet)

7À l'époque où est édifiée la meulière, Lozère compte à peine une quarantaine de maisons, abritant environ 150 habitants, sur une population totale de l'ordre de 2 700 Palaisiens. Aujourd'hui, la commune de Palaiseau compte plus de 30 000 habitants, et le quartier de Lozère plus de 5 000.

8Mis à part l'exploitation des carrières voisines de grès et de pierre meulière pour la production de pavés et la construction, le moulin précité, et quelques artisans et commerçants, l'essentiel de l'activité y est de nature agricole : cultures céréalières et maraîchères, vigne, fraises, aulnaies et oseraies en bordure de l'Yvette.

9Cependant, le prolongement de Bourg-la-Reine à Orsay de la ligne de chemin de fer de Sceaux, inauguré en 1854, a profondément transformé la vie du hameau de Lozère. La gare de marchandises est très animée par le transport vers la capitale des produits maraîchers et des pavés provenant de la carrière de la Troche

La vie de famille à Lozère

  • 2  Henri Poincaré : une biographie au(x) quotidien(s), Editions Ellipses, Paris 2012.

10Henri Poincaré étant d'un naturel très discret, il n'est pas surprenant qu'on ne retrouve aucune trace particulière dans la presse de l'époque de sa vie à Lozère, à l'exception d'un entrefilet paru dans le journal Le Temps du 15 avril 1909, et relevé malicieusement par notre confrère et administrateur de la SABIX Christian Gerini lors de la conférence qu'il a donnée à la Maison de quartier de Lozère le 27 juin dernier à l'occasion de la commémoration du centenaire de la disparition d'Henri Poincaré, et de la publication simultanée du passionnant ouvrage qu'il vient de lui consacrer avec son collègue M. Jean-Marc Ginoux2.

Extrait de presse du 15 avril 1909

Extrait de presse du 15 avril 1909

(Photo Christian Gerini)

11Le journaliste y déplorait déjà la recrudescence des cambriolages dans le hameau de Lozère, la demeure d'Henri Poincaré ayant failli être visitée ce jour-là comme ses voisines.

12Comme il est bien naturel s'agissant d'une résidence secondaire, sa maison de Lozère était pour Henri Poincaré un havre de paix où il venait se ressourcer, et se reposer des fatigues de ses obligations et voyages professionnels.

Rencontre avec Madame Françoise Poincaré

13Nous souvenant de l’expression « cousinades » employée par Madame Françoise Poincaré (épouse de François Poincaré, petit-fils du savant) lors d'une conférence sur la généalogie donnée en 2006 à Lozère, nous sommes allés la rencontrer à son domicile parisien pour essayer d'en savoir plus (cf. photo).

Mme Françoise Poincaré

Mme Françoise Poincaré

(Photo MdL)

14Elle nous a confirmé que le savant, qui adorait les enfants, affectionnait effectivement ces grandes réunions familiales, régulièrement organisées à la belle saison, mais que ces dernières avaient lieu le plus souvent dans les maisons familiales de Longuyon (Meurthe-et-Moselle) ou Remennecourt (Meuse), plus proches des attaches géographiques nancéiennes de la famille Poincaré, et non à Lozère.

15Pour illustrer la personnalité privée du grand mathématicien, elle a bien voulu néanmoins nous livrer deux anecdotes transmises par la tradition orale familiale, et qui confortent l'image d'Épinal du savant aussi génial que distrait.

16De son propre aveu, celle d'Henri Poincaré suivant un enterrement absorbé dans ses pensées, et sortant brusquement de sa poche une craie pour écrire des équations à même la surface noire du corbillard, est un peu trop belle pour être vraie, et relève probablement davantage de la légende que de la réalité...

17Sans doute plus véridique selon elle est celle d'Henri Poincaré prenant le thé chez des amis, et fourrant discrètement dans la braguette de son pantalon ce qu'il croyait être un pan de sa chemise qui en dépassait… pour s'apercevoir une fois revenu à son domicile qu'il s'agissait en réalité de la petite serviette du service à thé de ses hôtes !

18Mme Françoise Poincaré ajouta qu'à sa connaissance, il n'existait pas dans les archives familiales de documents se rapportant spécifiquement à la vie d'Henri Poincaré à Lozère.

19Sans nous laisser gagner par le découragement, nous avons alors poursuivi nos recherches, et notre persévérance a finalement été récompensée par la découverte de deux documents inédits intéressants, à savoir une carte postale ancienne et une photo de famille

Carte postale expédiée de Lozère en 1903

Carte postale ancienne datée de 1903

Carte postale ancienne datée de 1903

(Collection Alain Jacquet)

20Mis en rapport par des amis communs avec M. Alain Jacquet, collectionneur de cartes postales anciennes habitant Lozère, nous avons été amenés à examiner une carte postale datée du 13 septembre 1903, et comportant au pied du recto deux lignes de correspondance signées « L.P. » (cf. photo). Après recoupement avec d'autres spécimens d'écriture en notre possession (cf. ci-après en page 50) le paragraphe consacré à l'article d'Humbert Augeard de 1931), nous avons pu établir que ces initiales étaient celles de Louise Poincaré (née Poulain d'Andecy), épouse d'Henri Poincaré.

21Cette hypothèse se trouva corroborée par le nom et l'adresse de la destinataire de la carte, Madame Maurice d'Andecy, domiciliée à Pontoise, et elle fut validée par M. Laurent Rollet, éminent spécialiste des archives Henri Poincaré de l'université de Nancy, qui, entre autres fonctions, est responsable du projet de numérisation de l'intégralité de la correspondance administrative et privée d'Henri Poincaré.Rien d'exceptionnel il est vrai dans ces deux lignes de la main de Louise Poincaré, sinon le reflet de la paisible vie de famille que menait son époux à Lozère au milieu des siens.

Photo de famille prise à Lozère en 1908

22À l'occasion d'une exploration systématique de la riche base iconographique mise en ligne sur leur site par les Archives Henri Poincaré de Nancy, nous avons constaté qu'une photographie de famille, légendée par erreur « Longuyon 1908 », avait en réalité été prise en 1908 devant la maison de Lozère (cf. photo).

Photo prise en 1908 devant la maison de Lozère

Photo prise en 1908 devant la maison de Lozère

(© Archives Henri Poincaré de Nancy)

23Un examen attentif du cliché ne laisse aucun doute à ce sujet, que ce soit par les détails du balcon situé au-dessus de la porte d'entrée, ou par la petite cloche à chaînette située à droite de cette dernière, et se détachant sur fond de pierre meulière.

24M. Laurent Rollet, à nouveau consulté, valida immédiatement cette rectification.

25La détermination des personnes figurant sur la photographie ne posa en revanche aucune difficulté, grâce au patient et méticuleux travail d'identification réalisé par ce dernier : de part et d'autre d'Henri Poincaré, coiffé d'un canotier, figure toute sa famille proche, à savoir de gauche à droite : sa fille Yvonne, son fils Léon Poincaré (X 1913), une amie, Madeleine Haller (fille de son ami le chimiste Albin Haller), son épouse, née Louise Poulain d'Andecy, et ses filles Jeanne et Henriette.

Le voisin lozérois Charles Péguy (période 1908-1912)

26Parmi les recherches effectuées pour la rédaction du présent article figure celle d'éventuelles correspondances qui auraient pu être échangées entre Henri Poincaré et son voisin lozérois Charles Péguy pendant la période où ils séjournèrent tous les deux à Lozère, ou celle de mentions de l'un ou de l'autre dans leurs écrits respectifs.

27Venant d'Orsay-Le Guichet, Péguy s'installa à Lozère en janvier 1908, et en repartit en août 1913 pour Bourg-la-Reine, d'où il rejoignit le front un an plus tard pour devenir comme on sait l'un des premiers morts de la Grande Guerre, le 5 septembre 1914 à Villeroy, lors de la bataille de la Marne. C'est donc pendant quatre ans et demi, de 1908 à l'été 1912, que les deux hommes furent de proches voisins (cf. plan ci-dessous).

Plan de Lozère situant l'emplacement des maisons d'Henri Poincaré et Charles Péguy

Plan de Lozère situant l'emplacement des maisons d'Henri Poincaré et Charles Péguy

(Document MdL)

28À la différence de celle de Poincaré, la maison de Péguy (« Maison des Pins »), située à proximité immédiate de la gare de Lozère, constituait sa résidence principale, d'où il partait quotidiennement à Paris pour rejoindre son bureau des Cahiers de la Quinzaine.

29Les recherches croisées menées auprès des archives Charles Péguy d'Orléans et de l'association L'amitié Charles Péguy à Paris d'un côté, des archives Henri Poincaré de Nancy de l'autre, sont hélas demeurées vaines à ce jour, si l'on excepte une brève mention de Poincaré connue des seuls Lozérois dans un texte d'octobre 1910, intitulé Victor-Marie, comte Hugo :

 Il n’est pas besoin d’aller jusqu’à Saclay, il n’est pas nécessaire de faire un grand voyage.
A Lozère même, dans le bas du moulin, en face M. Poincaré, dans les champs tout au bord de l’Yvette, dans les assez petits champs en pente qui remontent doucement, (ce ne sont pas les grands champs, les champs immenses de la plaine, mais il n’est pas nécessaire de faire un long voyage), à cinq cents mètres du chemin de fer je vous montrerais des champs, de blé, coupés, des champs tout verts, d’herbe, où seulement ils n’ont pas séparé la paille et le foin.

30Symétriquement, la recherche d'occurrences des mots-clefs « Lozère » ou « Péguy » n'a rien donné dans les écrits d'Henri Poincaré numérisés à ce jour.

31Parmi les écrits retrouvés à Lozère, on relève le texte manuscrit d'une main inconnue d'une mystérieuse Poésie en l'honneur de la visite du Tsar à Versailles écrite à Lozère, et datée du 8 octobre 1896. On sait qu'Henri Poincaré, de culture classique, avait un goût pour la poésie et qu'il s'y était parfois essayé, mais dès le premier abord, l'analyse de l'écriture de ce poème ne laisse aucun doute sur le fait qu'il n'en est pas l'auteur.

Deux engagements du citoyen Henri Poincaré : l’affaire Dreyfus et la défense des humanités classiques

L’affaire Dreyfus

32Parmi les occasions potentielles d'échanges entre les Lozérois Henri Poincaré et Charles Péguy figure l'affaire Dreyfus, qui déchira la France dès 1894, mais dont les développements n'étaient pas encore terminés pendant la période qui nous intéresse (1908 à 1912).

  • 3 voir notamment :
    Autour de l'Affaire Dreyfus : Henri Poincaré et l'action politique 1999, Revue his (...)
  • 4  C. Gerini et J.-M. Ginoux, op. cit., page 169.

33Il n'est évidemment pas question de retracer ici, même succinctement, l'affaire Dreyfus, et nous renverrons sur ce point nos lecteurs intéressés aux remarquables travaux de Laurent Rollet3, qui font autorité sur la question, comme le soulignent Christian Gerini et Jean-Marc Ginoux dans leur propre ouvrage précité4.

34Nous nous bornerons simplement à relever, à la lumière de cet affaire marquante, le contraste saisissant entre les personnalités des deux hommes : on ne saurait en effet trouver des tempéraments plus opposés que ceux de Péguy, pamphlétaire virulent engagé corps et âme pour clamer l'innocence du capitaine Dreyfus, et de Poincaré, ayant une sainte horreur de la polémique politique, et ne se départant à aucun moment d'une réserve qu'on pourrait presque qualifier de frileuse.

35Au-delà de son inclination naturelle, certains auteurs ont attribué la prudence de ce dernier au fait qu'il voulait éviter de mettre dans l'embarras son cousin Raymond Poincaré, qui occupait déjà une position politique de premier plan, en prenant publiquement des positions trop tranchées.

  • 5  Lettre à Paul Painlevé lue par ce dernier lors de sa déposition au procès en appel de Rennes le 4 (...)

36Certes, compte tenu du prestige et de l'autorité considérables dont il jouissait déjà dans l'opinion publique, les avis très critiques, même purement scientifiques, qu'il fut amené à rendre publics sur les expertises graphologiques d'Alphonse Bertillon accusant Dreyfus eurent un grand retentissement5, et on peut donc à bon droit le considérer comme un allié objectif de poids de son voisin Péguy et de ses compagnons pour démontrer l'innocence de Dreyfus.

  • 6  Liste des signataires de l'Appel à l'Union : Le temps (24 janvier 1899 - 9 février 1899), Bulletin (...)

37Mais, comme le note Laurent Rollet6, le seul appel qu'il signa pendant l'affaire Dreyfus fut l'Appel à l'Union, « une pétition neutraliste et modérée lancée le 24 janvier 1899 dans les colonnes du journal Le Temps. Cette pétition ne prenait pas parti sur le fond de l'affaire, mais enjoignait simplement les Français à « s'incliner par avance devant la décision, quelle qu'elle soit, de la Cour de Cassation, Tribunal suprême du pays ». (…) La signature de Poincaré se retrouvait aux côtés de celles d'Adolphe Carnot, Emile Boutroux [son beau-frère], Jules Clarétie, Gaston Darboux, Paul Janet, Ernest Lavisse, Sully Prud'homme, Raymond Poincaré, Louis Couturat ou André Gide ».

38Quoi qu'il en soit, il est certain qu'Henri Poincaré se démarque on ne peut plus clairement de la figure de l'intellectuel engagé telle que nous l'entendons aujourd'hui, et qui prit naissance à cette époque.

La défense des humanités classiques

39Une autre occasion pour Henri Poincaré et Charles Péguy de se retrouver mobilisés ensemble dans une prise de position publique entre 1908 et 1912 fut le débat portant sur le contenu de l'enseignement, initié par la réforme scolaire de 1902 portant sur les humanités modernes et l'enseignement secondaire unique.

  • 7  Op. cit., note en bas de page 241.

40Comme le rappellent C. Gerini et J.-M. Ginoux7, Lucien Poincaré (1862-1920), cousin d'Henri et frère de Raymond Poincaré, inspecteur général de l'Instruction publique au moment du vote de la loi en 1902, prendra une part active dans ce débat, avant de devenir en 1910 directeur de l'enseignement secondaire, puis de l'enseignement supérieur.

41Sans entrer ici dans l'analyse approfondie des positions en présence, telle qu'elle est remarquablement développée par les auteurs précités, il nous suffira de relever avec eux que « pendant toute la période allant de 1906 à 1911, des initiatives et pétitions se multiplient dans le but de défendre les humanités classiques, la langue française et le latin ».

42Bien que favorable à la loi de 1902, et sans avoir à être sollicité cette fois comme pour l'affaire Dreyfus, Poincaré prendra publiquement position à plusieurs reprises pour la défense des enseignements classiques, et singulièrement du latin.

  • 8  Charles Christophe, « Ferdinand Brunot et la défense des modernes », Atelier de théorie littéraire (...)

43En décembre 1910, il signe par exemple l'une des pétitions intitulée « La crise du français ». En octobre de la même année, la « crise du latin » est attestée par le fait que « le ministre de la guerre remet en cause les points supplémentaires accordés aux titulaires d'un baccalauréat comportant l'enseignement du latin pour l'entrée à l'Ecole polytechnique8 ».

44Réfutant la thèse formulée de façon provocatrice dans le Journal des débats du 17 novembre 1911 selon laquelle « les savants n’ont pas besoin de latin », il publiera dès le lendemain dans le journal L’opinion un opuscule engagé, intitulé Les Sciences et les Humanités, qui paraîtral'année suivante chezFayard, soit très peu de temps avant sa mort.

45Connaissant son rejet du monde moderne, il n'est guère étonnant que son voisin Péguy se soit trouvé aux côtés des défenseurs de l'enseignement des humanités et de la culture classique, qui se regrouperont en 1911 au sein de la Ligue pour la culture française, présidée par Jean Richepin, et patronnée par 33 membres de l'Académie française dont Henri Poincaré.

46Péguy estimait que l’enseignement du latin ne devait pas être réservé aux enfants de la bourgeoisie, mais être également proposé aux enfants des classes populaires dont il était lui-même issu, et il protesta dans Les Cahiers de la Quinzaine contre la réduction du nombre d’heures de latin.

47Il fera lui-même partie du comité de direction de la Ligue, en compagnie d'autres hommes de lettres tels qu'Abel Bonnard, André Gide ou Pierre Louÿs, et il aurait pu signer ces mots d'Henri Poincaré, écrits dans Les Sciences et les Humanités :

Ce qui est certain, c'est que les savants qui ont bénéficié de l'éducation classique s'en félicitent tous, tandis que ceux qui en ont été privés le regrettent pour la plupart.

L’hommage du Conseil municipal de Palaiseau lors du décès d’Henri Poincaré

48Le registre des délibérations du Conseil municipal de Palaiseau, aimablement communiqué par Madame Marie-Noëlle Lepaon, archiviste de la ville de Palaiseau, permet de constater que la décision d'honorer la mémoire Henri Poincaré fut prise dès le 11 août 1912, soit moins d'un mois après le décès du savant, intervenu le 17 juillet.

Les termes exacts de la délibération sont les suivants :

 La commune, ayant eu l'honneur de compter au nombre de ses habitants le grand mathématicien Henri Poincaré, dont la renommée est universelle et dont la disparition est un deuil pour la science, le Conseil municipal décide à l'unanimité et avec empressement de donner son nom à l'une des rue du hameau de Lozère où il habitait.

Le 28 septembre suivant, le maire (Louis Muret)

…prie le conseil de donner le nom de l'illustre savant à la rue qu'il suivait le plus habituellement pour aller de la gare à son habitation et vice-versa, et qui est actuellement dénommée rue du Moulin. Il insiste particulièrement sur cette particularité que Monsieur Henri Poincaré, quand il habitait Lozère, suivait journellement cette rue qu'il croit donc plus à propos de la choisir. Le Conseil, se rendant aux raisons exprimées par Monsieur le Maire, décide que la rue actuellement dénommée rue du Moulin portera désormais le nom de Henri Poincaré, et que le chemin vicinal ordinaire n° 5 partant du moulin pour aller rejoindre directement le chemin de grande communication N° 68 portera le nom de rue du Moulin.

L’article paru en 1931 dans le journal L’Avenir de Lozère-sur-Yvette d’Humbert Augeard

49Grâce à des documents originaux recueillis par Madame Jacqueline Bizet et versés dans les archives de l'association Mémoire de Lozère dont elle est présidente, nous pouvons évoquer la figure de l'homme Henri Poincaré à Lozère telle qu'elle apparaît par effet miroir dans deux correspondances manuscrites inédites, qui furent adressées par sa veuve Madame Louise Poincaré à un certain Humbert Augeard en février et mars 1931.

50Pour des lecteurs non lozérois qui l'ignoreraient - ils sont pardonnés…- Humbert Augeard était à cette époque un conseiller municipal de Palaiseau partisan convaincu de la scission du hameau de Lozère par rapport à la commune de Palaiseau, au sein de laquelle il était englobé, bien que séparé du centre ville par une distance de trois kilomètres, et un no man’s land d'un kilomètre et demi.

51Cette revendication séparatiste tendant à la création d'une commune distincte de Lozère-sur-Yvette s'explique par l'ouverture de nombreux lotissements dans les années 1920-1930, et le fait que les habitants du centre ville étaient peu disposés à subvenir aux coûteux besoins d'équipement de ce quartier éloigné connaissant alors un fort accroissement de population..

52Dès 1925, Humbert Augeard crée Le Lozère de demain, association « apolitique » soutenue par un mensuel, L'Avenir de Lozère-sur-Yvette, lancé en 1931, et il obtient en 1935 la création d'une section de vote à Lozère.

53C'est dans ce contexte qu'il prend contact avec la veuve d'Henri Poincaré, afin de publier dans cet organe de presse un article à la gloire du savant, qualifié d'« habitant fidèle de Lozère-sur-Yvette ».
Dans le même numéro publié en mars 1931 est annoncée la création de deux concours destinés aux enfants de Lozère-sur-Yvette, en hommage aux deux éminents Lozérois : chaque mois impair de l'année aura lieu un tournoi scientifique sous le patronage de l'académie Henri Poincaré, les mois pairs étant consacrés à des jeux littéraires proposés par l'académie Charles Péguy.

1) Lettre d'envoi à Humbert Augeard d'une notice biographique d'Henri Poincaré :

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 1

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 1

(Archives MdL)

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 2

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 2

(Archives MdL)

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 3

Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 3

(Archives MdL)

2) carte remerciant Humbert Augeard de l'envoi de l'article consacré à Henri Poincaré

Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Recto

Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Recto

(Archives MdL)

Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Verso

Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Verso

(Archives MdL)

Cette touchante évocation se passe de commentaires.

La maison de Lozère depuis Henri Poincaré jusqu’à nos jours

54Grâce à l'obligeance de Madame Anne Borel, veuve de l'écrivain Jacques Borel (prix Goncourt 1965 pour son roman L’Adoration) et actuelle propriétaire de la maison, nous avons pu visiter l'intérieur de la propriété, et y prendre quelques clichés (cf. photos ci-après).

Madame Anne Borel

Madame Anne Borel

(Photo MdL)

55Si, l'emplacement du portail mis à part, l'aspect extérieur de la maison n'a guère changé depuis Henri Poincaré, la disposition intérieure des pièces a été entièrement remaniée, et le mobilier d'origine dispersé. C'est ainsi qu'il ne subsiste rien du bureau d'Henri Poincaré, qui se situait à l'étage.

56Après la mort du savant, la maison a appartenu à sa fille Jeanne, mariée à Léon Daum, fils du maître verrier bien connu de Nancy. Celle-ci ayant adopté une orpheline, devenue par la suite Mme Cousture, les Poincaré confièrent aux Cousture le gardiennage de la maison et des papiers de famille qu'elle contenait pendant la guerre de 1939-1945.

57Au début des années 1950, les Poincaré, qui possédaient également le terrain situé de l'autre côté de la rue du Moulin, y firent édifier une maison préfabriquée pour y installer les Cousture, et pouvoir ainsi disposer de la maison, qui fut vendue en 1958 à Daniel Villey, petit-fils d'Aline Poincaré, sœur d'Henri Poincaré, et célèbre économiste, pionnier de la construction européenne, dont une rue voisine porte le nom.

58Ce dernier vendit la maison à Jacques Borel en 1968, juste avant de décéder brutalement, après quoi elle fut habitée successivement par l'une des filles de l'actuelle propriétaire, puis de 1985 à 1997 par l'écrivain Georges-Olivier Chateaureynaud (prix Renaudot 1982 pour La Faculté des songes).

Vue de la façade nord de la maison

Vue de la façade nord de la maison

(Photo MdL)

Vue du parc situé au Nord de la maison

Vue du parc situé au Nord de la maison

(Photo MdL)

  • 9  Henri Poincaré : notre voisin de Palaiseau, in Cahier de Chloé n° 11, janvier 2005 (pages 27-32).

59Sur la droite de la façade sud, on remarque une plaque de marbre commémorative, qui, comme le rapporte Denys Klein9, du Comité d'histoire locale d'Orsay et des environs, fut apposée en 1992 à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de la mort d'Henri Poincaré, en présence de ses descendants, de Mme Conreur, présidente du syndicat d'initiative de la vallée de Chevreuse, de MM. Jean Pacilly, maire de Palaiseau, Jean-Pierre Kahane, président de l'Université de Paris Sud, Marcel Berger, directeur de l'Institut des hautes études scientifiques, Jean-Pierre Bourguignon, directeur de l'Institut Henri Poincaré, et du général Parraud, directeur de l'École polytechnique.

Son texte est le suivant :

Plaque apposée sur la façade sud de la maison

Plaque apposée sur la façade sud de la maison

(Photo MdL)

Nouvelle brève en guise d’épilogue

60Juste avant la mise sous presse du présent article, Madame Anne Borel nous ayant aimablement mis en relation avec un collectionneur de documents scientifiques anciens, M. Bernard Dénoyer, domicilié à Villebon-sur-Yvette, nous avons pu examiner une autre lettre manuscrite inédite, cette fois de la main d'Henri Poincaré lui-même, dont il fit l'acquisition fortuitement il y a quelques années.

61Dans cette lettre sans date de deux pages, dont la transcription est donnée ci-dessous, il est question de l'acquisition de terrains projetée par Henri Poincaré. Ce dernier y expose de façon savoureuse que son intermédiaire et ami, le chimiste Albin Haller (1849-1925), Académicien des sciences (1900) et époux de sa cousine germaine Lucie Comon (cf. photos ci-dessous), qu'il avait chargé d'aller se renseigner discrètement pour son compte, a vraisemblablement été démasqué par le vendeur potentiel des terrains.

Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller

Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller

(© archives HP)

Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller

Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller

(© archives HP)

Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - recto

Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - recto

(Collection Bernard Dénoyer)

62Cher Monsieur,

M. Foucaut, propriétaire des terrains,
n'avait pas donné signe de vie depuis
plusieurs mois à la personne qui
m'avait servi d'intermédiaire. Il y a quelques
jours, il vint la trouver et lui communiqua le plan
de lotissement ; le terrain est partagé en
6 lots, dont 5 longitudinaux et un 6e
entre le bief et la rivière.

Lots

Largeur sur le chemin de Lozère à Palaiseau

Contenance

Prix

1

29m,30

2 300

2f 50

2

15m

1 250

2f 25

3

15m

1 500

2f 75

4

15m

1 650

1f 75

5

15m

1 800

1f 50

6

transversal

1 700

3f ---

Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - verso

Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - verso

(Collection Bernard Dénoyer)

63M. Foucaut a cherché à tirer les vers du nez
à cette personne (qui est M. Haller le chimiste) en lui disant, vous agissez
pour M. Poincaré. M. Haller a nié, mais
je ne sais si ces dénégations l'ont convaincu.
Une semaine après, environ, M. F. est
venu de nouveau trouver M. H. et lui a
dit : Avez-vous réfléchi, pouvez-vous
me faire un prix ? M.H. a répondu j'aurais
besoin de revoir le terrain, et je ne pourrai
le faire qu'au printemps quand je recommencerai
mes promenades à la campagne avec
ma famille.

La chose en est là.

Votre bien dévoué,

signé : Poincaré

64N'ayant pas eu le temps matériel d'exploiter ce document, nous donnons rendez-vous aux lecteurs du bulletin de la SABIX pour de plus amples commentaires à l'occasion d'un prochain numéro.

Au pont de Lozère. Dans ce paysage bucolique (carte oblitérée de 1906), on reconnaît au fond le pignon de la maison Poincaré.

Au pont de Lozère. Dans ce paysage bucolique (carte oblitérée de 1906), on reconnaît au fond le pignon de la maison Poincaré.

L'auteur tient à remercier les personnes citées au fil du texte, qui ont bien voulu lui ouvrir leurs archives et lui apporter de précieuses informations en vue de la rédaction du présent article à savoir : Mme Françoise Poincaré, Mme Anne Borel, M. Alain Jacquet, M. Joseph Durando, M. Jérôme Grondeux, MM. Christian Gerini et Jean-Marc Ginoux, Mme Marie-Noëlle Lepaon, M Bernard Dénoyer, sans oublier bien entendu sa collègue et complice Mme Jacqueline Bizet, présidente de l'association Mémoire de Lozère.

Haut de page

Notes

1  MdL : association Mémoire de Lozère (clichés Hervé Martin)

2  Henri Poincaré : une biographie au(x) quotidien(s), Editions Ellipses, Paris 2012.

3 voir notamment :
Autour de l'Affaire Dreyfus : Henri Poincaré et l'action politique 1999, Revue historique CCXCVIII/3 (juillet-septembre) : 49-101.
Un mathématicien dans l’affaire Dreyfus : Henri Poincaré, séminaire d’histoire des mathématiques – I.H.P., 13 février 2002.
Des mathématiciens dans l’affaire Dreyfus ? Autoforgerie, bertillonnage et calcul des probabilités, sur le site : http://images.math.cnrs.fr/, article numérique publié le 17 juillet 2010.

4  C. Gerini et J.-M. Ginoux, op. cit., page 169.

5  Lettre à Paul Painlevé lue par ce dernier lors de sa déposition au procès en appel de Rennes le 4 septembre 1899 et rapport d’enquête cosigné avec Gaston Darboux et Paul Appell, présenté le 20 avril 1904 lors du procès en révision devant la Cour de Cassation niant toute valeur scientifique à la méthode utilisée par Bertillon, et dénonçant notamment l’utilisation inappropriée par ce dernier du calcul des probabilités.

6  Liste des signataires de l'Appel à l'Union : Le temps (24 janvier 1899 - 9 février 1899), Bulletin de la Société Internationale d'Histoire de l'Affaire Dreyfus 6 : 1-20, 1999.

7  Op. cit., note en bas de page 241.

8  Charles Christophe, « Ferdinand Brunot et la défense des modernes », Atelier de théorie littéraire du projet Fabula : http://fabula.erg, 2005.

9  Henri Poincaré : notre voisin de Palaiseau, in Cahier de Chloé n° 11, janvier 2005 (pages 27-32).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue générale de la meulière et de la rue Henri Poincaré montant vers la gare de Lozère
Crédits (Photo MdL1)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Vue du bâtiment annexe situé à l'Est de la maison
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Carte postale ancienne
Crédits (Collection Alain Jacquet)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Carte postale ancienne
Crédits (Collection Alain Jacquet)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Carte postale ancienne
Crédits (Collection Alain Jacquet)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Extrait de presse du 15 avril 1909
Crédits (Photo Christian Gerini)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Mme Françoise Poincaré
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte postale ancienne datée de 1903
Crédits (Collection Alain Jacquet)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Photo prise en 1908 devant la maison de Lozère
Crédits (© Archives Henri Poincaré de Nancy)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Plan de Lozère situant l'emplacement des maisons d'Henri Poincaré et Charles Péguy
Crédits (Document MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 1
Crédits (Archives MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 2
Crédits (Archives MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Lettre manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 11 février 1912 - Page 3
Crédits (Archives MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Recto
Crédits (Archives MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte manuscrite de Mme Vve Henri Poincaré datée du 18 mars 1931 - Verso
Crédits (Archives MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Madame Anne Borel
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Vue de la façade nord de la maison
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Vue du parc situé au Nord de la maison
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Plaque apposée sur la façade sud de la maison
Crédits (Photo MdL)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller
Crédits (© archives HP)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Henri Poincaré en compagnie de son ami Albin Haller
Crédits (© archives HP)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - recto
Crédits (Collection Bernard Dénoyer)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Lettre manuscrite sans date d'Henri Poincaré - verso
Crédits (Collection Bernard Dénoyer)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Au pont de Lozère. Dans ce paysage bucolique (carte oblitérée de 1906), on reconnaît au fond le pignon de la maison Poincaré.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1160/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Martin, « Monsieur Henri Poincaré à Lozère-sur-Yvette (Seine & Oise) », Bulletin de la Sabix, 51 | 2012, 47-67.

Référence électronique

Hervé Martin, « Monsieur Henri Poincaré à Lozère-sur-Yvette (Seine & Oise) », Bulletin de la Sabix [En ligne], 51 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1160

Haut de page

Auteur

Hervé Martin

Ancien chef de projets à la direction des réseaux internationaux de France-Télécom, membre de la Société historique et archéologique de l'Essonne et du Hurepoix, membre de la SABIX, administrateur de l'association Mémoire de Lozère.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals