Navigation – Plan du site
Peintres polytechniciens d’aujourd’hui

La peinture dans les archives de Louis Leprince-Ringuet

Olivier Azzola
p. 117-120

Texte intégral

1La bibliothèque de l’École polytechnique possède un très important fonds d’archives sur Louis Leprince-Ringuet, X 1920 N. Ce fonds a été pour partie donné par l’ancien professeur de physique à l’École polytechnique entre fin 1994 et 1997, puis par sa famille après sa mort en 2000.

2Ce fonds couvre, de par la longévité de la vie de son producteur, l’ensemble du XXe siècle : son entrée à l’École polytechnique juste après la Première Guerre Mondiale, le déménagement de l’École à Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, les évènements de mai 68 ou encore son engagement en faveur de l’Europe. Et aussi la peinture !

3Compte tenu de l’importance qualitative et quantitative de ces archives (45 mètres linéaires !) le classement et l’inventaire ne sont pas achevés, et il n’est pas encore possible de traiter en détail la thématique des rapports de Leprince-Ringuet avec la peinture qu’il pratiquait assidument. Les documents que nous avons trouvés ouvrent cependant quelques pistes pour comprendre la nature de la relation entre le savant et la peinture.

« Mon enfance et mon adolescence ont été marquées par une orientation vers Polytechnique. C’était une sorte de prédestination alors que mon tempérament me portait vers l’art, la peinture, l’architecture »  affirme Louis Leprince-Ringuet. On sait en effet que « le petit prince de la physique » faisait partie d’une famille « polytechnicienne » (et que cette caractéristique se prolongera dans les générations suivantes). Son père en particulier, Félix, était une personnalité exceptionnelle : X, ingénieur des mines, grand voyageur, photographe passionné dont la collection de plaques photographiques a été donnée par la famille, en 2010, à l’École des mines de Paris dont il avait été directeur. L’influence de Félix sur son fils Louis est bien traduite dans l’excellent portrait que Louis fit de lui.

Portrait de son père Félix, par Louis Leprince-Ringuet

Portrait de son père Félix, par Louis Leprince-Ringuet

Huile sur bois 55 x 44 cm

  • 1 Un grand merci à Christian Marbach pour cette référence à Proust.

4Deux carnets manuscrits nous permettent d’ailleurs de suivre pas à pas le jeune Louis Leprince-Ringuet, l’un au Salon des artistes français de 1920, marqué par le souvenir de la Grande Guerre – il a 19 ans, élève à l’École polytechnique - et l’autre à Gand et La Haye en 1929, pour la découverte des monuments et des musées de ces deux villes : les critiques alternent avec l’émerveillement : « Grosse émotion poussée jusqu’à la larme à l’œil. Restés(…)en contemplation pendant près d’une demi-heure (…) le ciel très clair, lumineux au fond, de beaux gros nuages, très fins de tons, plus épais et ballonnés que des nuages de levée de brume, celui d’en haut ocre sépia bleuté très sombre et presque sale. Le ciel vraiment très bleu dans le haut » » écrit-il à propos de la Vue de Delft de Vermeer. Louis avait-il lu Proust, qui après avoir vu ce même tableau à une exposition parisienne vers 1920 avait imaginé un des personnages de la Recherche du temps perdu, Bergotte, lui aussi ému par cette Vue et notamment fasciné par « un petit pan de mur jaune »1 ? Au demeurant, le jeune voyageur sait aussi rester froid : le Triptyque de l’Agneau mystique des frères Van Eyck ne lui laisse « aucune impression religieuse ». Et croquer à l’occasion un bon bourgeois flamand

Croquis dans un carnet de voyage de Louis Leprince-Ringuet

Croquis dans un carnet de voyage de Louis Leprince-Ringuet

Collection École polytechnique

5Dans un article du journal Le 20e siècle fédéraliste, daté de 1967, et que Leprince-Ringuet a conservé dans ses cartons, le journaliste constate que l’art et la science ont rarement cheminé ensemble – Léonard de Vinci n’ayant jamais construit les machines qu’il dessinait-, jusqu’à… Louis Leprince-Ringuet ! La peinture l’aide à « éviter dêtre mangé » par son métier de savant, déclare-t-il, à l’instar de nombreux autres scientifiques, les uns attirés par la musique, les autres par la philosophie, la religion… Et dans son interview, le savant précise combien l’exercice de la peinture lui donne des ouvertures profondément différentes des sensations de la connaissance scientifique

« On est libre – on n’est pas lié par des programmations d’ordinateurs, des recherches de crédits, (…) par des calculs et des constructions longues et compliquées ! On est seul devant sa toile. On la remplit à sa fantaisie, sans obligations, sans contraintes (…) Alors, on a une demi-heure d’exaltation. Et puis, sur cette toile, on peut mettre un peu de sa pensée secrète. (…) Si j’avais été uniquement peintre, je ferais probablement des tableaux bien meilleurs (ou moins mauvais). Mais de quelle richesse serais-je privé !(…) Dans cette science, comme en art, tout est toujours en mouvement, tout est toujours neuf » conclut le savant.

6L’association entre art et science est une thématique récurrente des salons et manifestations auxquelles participe le physicien dans les années 1990 « Entre Art et Science, la création » (Palais de la Découverte, 1997), le salon d’Hiver de la rue de Nesle (février 1999) est placé sous le signe de l’union de la créativité artistique et de la science. On y rappelle qu’à 25 ans, Leprince-Ringuet a été guidé par le peintre Georges Desvallières à Saint Germain des Prés : « L’originalité et l’intérêt majeur de l’œuvre de Louis Leprince-Ringuet réside dans la symbiose réussie du peintre et de l’ingénieur, alliant la force et la puissance de l’un à la fantaisie et à la poésie de l’autre. ». « L’homme de science (…) est fondamentalement créateur. Il est souvent très proche des artistes » note enfin le savant pour la présentation de son œuvre au Palais de la découverte.

7Il participe à de nombreux autres salons, par exemple le Grand prix international de la Côte d’Azur (1994) « Louis Leprince-Ringuet s’intéresse aux ciels « J’aime les peindre en souvenir de ceux que j’ai vus : purs, légers, brumeux, orageux. Et les nuages fantastiques, qui me passionnent, qui arrivent, disparaissent, s’épanouissent, s’évanouissent. Ils m’ont inspiré quelques tableaux abstraits. Une autre forme de vie, avec des lignes qui chahutent, des formes qui explosent (…) Plus j’avance en âge, plus ma palette est colorée ».

8Le dossier des années 1994 à 2000, qui contient l’importante documentation sur les manifestations auxquelles le polytechnicien participe, et dont les citations précédentes sont extraites, contient aussi une nombreuse correspondance qui nous livre des témoignages sur la fin de sa vie.

Portrait de Louis Leprince-Ringuet par Hervé Loilier

Portrait de Louis Leprince-Ringuet par Hervé Loilier
  • 2 Témoignage de Christian Marbach.

9Quelques-unes des lettres datent en effet de 1999-2000. « Pour moi, je ne quitte plus mon domicile depuis quelques semaines à cause des troubles dus à mon grand âge. Peut-être ces troubles vont-ils s’atténuer lorsque je serai entré dans ma centième année… », s’excuse-t-il auprès de son correspondant. Ceux qui ont assisté à la journée que la Sabix avait organisée en son honneur après la donation des archives, le 27 mars 1997, retrouveront dans ces mots cette sorte de coquetterie qu’il affectionnait alors, qu’il s’agisse de parler rayons cosmiques, Europe, réforme de l’enseignement, ou encore tennis à propos de son ami et partenaire Borotra2.

10Le dernier document que j’évoquerai est la dédicace que lui a laissée le peintre Georges Mathieu, décédé en juin 2012: « Pour Louis Leprince-Ringuet, en souvenir d’un passionnant déjeuner. Mathieu, avril  65 ». C’est en 1965 que Mathieu, alors reconnu mondialement, a été sollicité pour réaliser l’affiche du Point Gamma. On peut supposer que Leprince-Ringuet avait aidé à convaincre Mathieu de réaliser cette affiche.

L’affiche de Georges Mathieu pour le Point Gamma de 1965

L’affiche de Georges Mathieu pour le Point Gamma de 1965
Haut de page

Notes

1 Un grand merci à Christian Marbach pour cette référence à Proust.

2 Témoignage de Christian Marbach.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de son père Félix, par Louis Leprince-Ringuet
Crédits Huile sur bois 55 x 44 cm
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Croquis dans un carnet de voyage de Louis Leprince-Ringuet
Crédits Collection École polytechnique
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Portrait de Louis Leprince-Ringuet par Hervé Loilier
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre L’affiche de Georges Mathieu pour le Point Gamma de 1965
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/1189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Azzola, « La peinture dans les archives de Louis Leprince-Ringuet », Bulletin de la Sabix, 52 | 2013, 117-120.

Référence électronique

Olivier Azzola, « La peinture dans les archives de Louis Leprince-Ringuet », Bulletin de la Sabix [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1189

Haut de page

Auteur

Olivier Azzola

Olivier Azzola (BCX/Centre de Ressources Historiques) est chargé des archives à la Bibliothèque de l’École polytechnique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals