Navigation – Plan du site

Quelques réflexions à propos du « modèle de l’Ecole polytechnique »

Irina Gouzévitch
p. 39-46

Notes de la rédaction

Irina et Dimitri Gouzevitch ont publié une bibliographie de Pierre Dominique Bazaine (1786-1838, promotion E.p.1803), rédigée en langue russe, qu’on peut consulter à la bibliothèque. P.D. Bazaine a été directeur de l’ICIVC de Saint Petersbourg

Texte intégral

1Les quelques réflexions que je propose aujourd’hui pour la discussion résument, en fait, un travail de longue haleine mené en deux temps. D’un côté, dans le cadre d’une étude comparée des deux cas nationaux - espagnol et russe - confrontés à l’expérience française en matière d’enseignement technique supérieur, et de l’autre, dans le cadre d’une recherche collective entreprise en collaboration avec Dimitri Gouzevitch, Anousheh Karvar et André Grelon lors de la préparation du symposium sur le transfert des modèles d’enseignement tenu au Congrès d’histoire des sciences à Liège au cours de l’année 1997.

2Cette réflexion a été inspirée, notamment, par les confusions que crée l’usage incontrôlé (et parfois abusif) de l’expression « modèle de l’École polytechnique », ainsi que par son imbrication avec une autre expression, non moins usitée, « l’influence de ce modèle »sur l’organisation de divers systèmes nationaux. En même temps ce thème rentre bien dans la problématique de notre rencontre, puisque l’étude de la dimension internationale de l’École polytechnique est indissociable de l’histoire du transfert des connaissances, et de ses connotations interprétatives et terminologiques. Conçue sous l’angle de la « circulation de modèles », cette histoire semble privilégier plutôt le pays d’accueil, en focalisant l’analyse sur le choix, la transformation et l’adaptation des modèles d’enseignement, conformément aux intérêts et conditions de ce pays. Considérée du point de vue des « influences étrangères », elle met l’accent sur le rôle du (des) pays-donneur(s), en fournissant une rhétorique abondante sur l’appropriation réussie (ou non-réussie) des expériences étrangères.

3L’usage, le choix, voire le rejet de ces groupes terminologiques, varient également en fonction du discours qu’on veut construire. Celui de « modèle »relève du domaine des études comparées, tandis que celui d’ « influence(s) » appartient plutôt aux études des cas nationaux. Le problème s’accentue par la polysémie des termes en question. Ainsi chaque chercheur apporte des nuances particulières à la signification du vocable « modèle ». Certains historiens de Polytechnique, conscients de la difficulté, arrivent à en conclure que cette polysémie rend l’étude des réalités qu’il désigne quasiment impossible.

4Afin d’y voir plus clair, nous avons tenté de définir le « champ sémantique »couvert par ce terme et d’établir une certaine hiérarchie des points de vue pour lesquels on l’emploie. Résumée de façon schématique et classée en fonction des objectifs de l’usager cette hiérarchie se présente comme ceci :

1.- Point de vue nominatif

5L’expression se présente comme un simple label (ex. : Polytechnisches Instituts et Polytechnischen Schulen en Allemagne) ;

2.- Point de vue corrélatif

6Il s’agit de mettre en évidence les rapports entre l’apprentissage et l’enseignement, ou entre l’enseignement pratique et l’enseignement théorique ; Le « modèle de Polytechnique » désigne, dans ce cas concret, le primat de l’enseignement scolaire sur l’apprentissage, et le primat de l’enseignement théorique approfondi qui sert de base pour l’acquisition des connaissances pratiques et appliquées.

Escuela de Caminos y canales de Madrid (1802)

Escuela de Caminos y canales de Madrid (1802)

(Documentation Dimitri y Irina Gouzevitch)

7Un exemple révélateur dans ce contexte nous est offert par l’étude comparée des deux écoles techniques créées à deux extrémités de l’Europe, et qui seraient toutes deux modelées selon le même binôme « École polytechnique et École des Ponts et Chaussées » . Il s’agit de l’Escuela de Caminos y Canales de Madrid (1802) et de l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication de Saint-Pétersbourg (1809). Ouvertes avec un décalage de 7 ans par les soins d’une seule et même personne, l’ingénieur et savant espagnol Augustin Bétancourt, elles ont été traditionnellement considérées comme des copies fidèles du même prototype. Mais la recherche comparée effectuée en 1994 a mis en évidence les différences fondamentales entre les deux établissements, différences qui se situent, en premier lieu, au point de vue corrélatif. Car, dans le cas espagnol le modèle français « ÉP+ÉPC » était modifié, appliqué et adapté, au sein d’un seul établissement, aux besoins de l’enseignement pratique, tandis que dans le cas russe l’aspect théorique était de loin le plus privilégié.

3 - Point de vue structurel

8Ici la référence au modèle polytechnique désigne un certain type d’organisation (structure organisationnelle et/ou administrative) d’un établissement scolaire ou d’un système d’enseignement. L’expression se rapporte le plus souvent au système français de l’enseignement technique supérieur à deux cycles fondé sur l’École Polytechnique et les écoles d’application, à l’exception de la courte période 1794-1800, pendant laquelle le problème du transfert de ce modèle ne se pose presque pas. Notons que tout discours sur le modèle de Polytechnique tenu dans cette perspective ne fait que dissimuler une évidence constatée, entre autres, par R. Fox dans son article consacré aux « regards étrangers »sur l’École polytechnique : aucun établissement ou système d’enseignement technique national n’a nulle part réellement reproduit le système français authentique à deux cycles. Les tentatives avortées (tel le cas de la Hollande au début du XIXe s.) ne font que confirmer cette observation.

9Dans ce contexte, l’histoire comparée des enseignements nationaux nous réserve encore beaucoup de surprises. Une trouvaille récente nous a permis, par exemple, d’intervertir la perspective historique et, sans mettre en cause le caractère pionnier de l’expérience française, de l’entrevoir différemment, en suggérant, notamment, que les Français ont été plutôt les premiers (et les seuls) à donner en 1794-1800 une réalisation à la conception de l’enseignement à deux cycles connue déjà par ailleurs.

10Une telle réforme a été, en effet, tentée en Russie en 1762, durant le court règne de Pierre III, époux malchanceux de la future Catherine II. Selon le projet des réformateurs, trois établissements techniques existants -le Corps des Cadets de la Marine et les écoles d’Artillerie et du Génie- devaient être fusionnés pour former un seul établissement, commun à ces trois branches du génie, les élèves devant se spécialiser pendant la dernière année d’études et en cours des stages professionnels. Heureusement pour le système de l’enseignement russe déjà solidement enraciné dans le domaine du génie militaire et maritime, cette réforme, profondément étrangère aux réalités existantes, fut abandonnée par suite de la mort quelque peu forcée de l’Empereur. Son ex-épouse, l’Impératrice Catherine II, s’empressa, quant à elle, d’oublier les projets du défunt auquel elle portait peu d’estime. La réforme russe avortée de 1762 offre des éléments pour comprendre les origines communes de cette approche qui remonte à l’idée de l’unité du monde et des sciences, propre à l’époque des Lumières ; elle aide également à comprendre son éclat français et ses autres échecs nationaux, sujet que nous avons analysé dans un article consacré à ce sujet.

4 - Point de vue pédagogique et éducatif

11Il s’agit d’abord de l’information transférée et donc du contenu de l’enseignement, qui se concrétise dans les programmes scolaires et les manuels utilisés (C’est à ce propos que l’ « école de Monge » s’oppose à l’ « école de Laplace »). Cette question est centrale pour comprendre les deux expériences si différentes de Bétancourt en Russie et en Espagne.

12Ce point de vue porte aussi sur les méthodes didactiques. Il est intéressant de suivre comment se transfèrent et s’adaptent sur un sol nouveau des modèles d’enseignement créés dans le cadre d’un système politique différent. Ainsi, l’Institut du Corps des ingénieurs des voies de communication, conçu sur l’exemple français (Ecole polytechnique et Ecole des Ponts et Chaussées) était d’emblée organisé selon des principes didactiques autonomes, très différents de ceux adoptés dans d’autres établissements techniques militaires russes. Ces principes empruntés à la France, mettaient en avant le respect de la personne de l’élève ce qui, dans le contexte russe, signifiait concrètement le rejet des châtiments corporels. A l’époque de Nicolas 1er cette approche était un défi formel au système pédagogique officiel, et les réformes consécutives de l’établissement ont visé effectivement à l’anéantir. Ici il est également question d’un certain idéal hérité par des générations d’ingénieurs, de la mise en place d’un esprit du groupe et d’un esprit du corps, de l’élitisme intellectuel, sans oublier la grande idée patriotique, par ailleurs très profondément enracinée dans l’éthique de l’Etat russe.

5 - Point de vue rhétorique ou discursif

13Cet aspect est à prendre en considération lors de l’étude historiographique concernant le transfert et l’adaptation des modèles étrangers sur un sol national. Car l’identification du type de l’établissement national vis-à-vis du modèle de référence étranger était souvent rendue confuse par un certain »parapluie idéologique « utilisé par des partisans comme par des contestataires, dans des intentions souvent diamétralement opposées. Ainsi, les origines révolutionnaires de l’Ecole polytechnique, avantage incontestable mis systématiquement en avant par les historiens soviétiques, étaient, par contre, soigneusement dissimulées à l’époque même de l’emprunt du modèle au début du XIXe siècle, au profit du « principe impérial ». Ce « parapluie idéologique« , qui apparaît comme l’un des éléments du processus d’adaptation, est à l’origine de nombreuses spéculations politiques.

14Ce dernier exemple nous permet de souligner l’importance de la dimension temporelle. Le glissement de sens qui s’opère avec le temps, suite aux changements historiques naturels et inéluctables, peut modifier sensiblement une notion qui ne désigne plus la même chose au début du XIXe et à la fin du XXe siècle.

15Pour illustrer ces propos, voici les quelques éléments qui mettent en évidence les liens de parenté entre l’ICIVC russe et son prototype français (binôme EP + EPC) durant les 27 premières années de l’existence du premier (1809-1836) :

  1. L’enseignement approfondi des mathématiques supérieures (y compris la géométrie descriptive) comme base de l’enseignement.

  2. La position élitaire des élèves de l’ICIVC par rapport aux élèves des autres établissements (cette situation change avec le temps, bien qu’un certain degré d’élitisme leur reste propre jusqu’à la révolution).

  3. L’Institut, comme s’il était poussé par sa mémoire génétique, restituait périodiquement sous formes différentes le deuxième cycle d’enseignement : tantôt sous forme de conférences publiques ou cours de perfectionnement, tantôt sous celle de l’académie.

  4. Des contacts directs établis avec les grandes écoles françaises en question sont maintenus grâce à l’invitation régulière de professeurs polytechniciens, à des stages des ingénieurs russes à Paris, ainsi que par le moyen de la littérature spéciale francophone.

  5. Le bilinguisme des élèves de l’ICIVC, l’enseignement de la plupart de cours en français et la circulation libre et facile des imprimés.

  6. La direction de l’ICIVC assurée exclusivement par des ingénieurs d’origine ou de culture française (A. Bétancourt, E. Sénovert, P.Bazaine, J.Résimont et Ch. Potier).

16Nous voyons que plusieurs connotations sémantiques du terme « modèle de Polytechnique » sont simultanément présentes dans cette énumération : probablement toutes sauf la première (niveau nominatif) puisque l’institution russe se dénomme différemment.

17Cette similitude et cette interaction facile s’expliquent, entre autre, par le fait que l’École Polytechnique de Paris et l’ICIVC de Saint-Pétersbourg avaient, à l’origine, un trait en commun : bien que préparées par le processus du développement de l’enseignement technique dans leurs pays, elles étaient créées sur le « vide", sans aucun antécédent direct. Pour que l’ICIVC apparaisse, l’expérience de l’École de Madrid a été nécessaire - celle d’un établissement nouvellement créé d’une part, et fondé sur le Cabinet des machines de l’autre.

18En revanche, ces liens faiblissent et ces similitudes s’effacent progressivement à partir de 1836, l’année où démissionne de son poste le dernier directeur français de l’ICIVC, Ch. Potier. C’est A. Gotman, le premier élève de sa première promotion qui en devient le premier directeur russe, se substituant aux polytechniciens. L’enseignement devient russophone. Une succession de réformes entreprises aux différentes étapes de l’évolution politico-économique de l’État russe adapte, modifie, voire défigure progressivement les principes pédagogiques et didactiques posés à ses origines par les pères-fondateurs : l’Espagnol francisé A. Bétancourt, une poignée de polytechniciens français et leurs premiers disciples russes. Le système devient autonome, se consolide sur ses bases propres, élargit ses horizons... L’héritage français est relégué plutôt dans le domaine du virtuel : l’esprit, les valeurs, la mémoire, le discours.

19Il est temps de conclure. Cet après-midi nos regards vont se tourner vers les perspectives. Je crois ne pas l’anticiper, en disant quelques mots sur la situation présente de l’enseignement technique dans la Russie post-soviétique. L’ensemble solide et ramifié d’établissements techniques, organisé en un réseau de grandes écoles très proche du système français, mis progressivement en place durant deux siècles, et dont la qualité scientifique est généralement reconnue, une organisation suffisamment souple pour survivre à tous les cataclysmes traversés par l’Empire russe et l’Union soviétique, est aujourd’hui en train de fléchir sous les coups aveugles de la commercialisation. L’ensemble des grandes écoles et des facultés scientifiques et techniques est massivement réorganisé selon le modèle des universités et collèges américains, parfaitement étranger à la tradition nationale d’enseignement spécialisé de haut niveau profondément théorique et gratuit, fondé sur un système de concours et de diplômes valorisants.

20Encore un triste exemple qui confirme la thèse bien connue : les leçons de l’histoire sont rarement prises en compte par les générations suivantes, et nos contemporains ne font pas exception à cette loi expérimentale.

Projet de pont suspendu en bois proposé par P. D. Bazaine Ch. Ls. Gve

Projet de pont suspendu en bois proposé par P. D. Bazaine Ch. Ls. Gve

Traité de l’application du fer de la fonte et de la tôle dans les constructions civiles industrielles et militaires . Paris : 1841, Tome 2, Ed :Carilian -Goeury et Vor Dalmont.

Archives Ecole polytechnique.

Projet de P. D. Bazaine pour les charpentes du théâtre Alexandrin à Saint Petersbourg

Projet de P. D. Bazaine pour les charpentes du théâtre Alexandrin à Saint Petersbourg

 (Documentation Dimitri et Irina Gouzevitch)

Eglise de la Trinité (Saint Petersbourg) Dôme construit d’après le projet de P. D. Bazaine

Eglise de la Trinité (Saint Petersbourg) Dôme construit d’après le projet de P. D. Bazaine

 (Documentation Dimitri et Irina Gouzevitch)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Escuela de Caminos y canales de Madrid (1802)
Crédits (Documentation Dimitri y Irina Gouzevitch)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Projet de pont suspendu en bois proposé par P. D. Bazaine Ch. Ls. Gve
Légende Traité de l’application du fer de la fonte et de la tôle dans les constructions civiles industrielles et militaires . Paris : 1841, Tome 2, Ed :Carilian -Goeury et Vor Dalmont.
Crédits Archives Ecole polytechnique.
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Projet de P. D. Bazaine pour les charpentes du théâtre Alexandrin à Saint Petersbourg
Crédits  (Documentation Dimitri et Irina Gouzevitch)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Eglise de la Trinité (Saint Petersbourg) Dôme construit d’après le projet de P. D. Bazaine
Crédits  (Documentation Dimitri et Irina Gouzevitch)
URL http://journals.openedition.org/sabix/docannexe/image/276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irina Gouzévitch, « Quelques réflexions à propos du « modèle de l’Ecole polytechnique » », Bulletin de la Sabix, 26 | 2000, 39-46.

Référence électronique

Irina Gouzévitch, « Quelques réflexions à propos du « modèle de l’Ecole polytechnique » », Bulletin de la Sabix [En ligne], 26 | 2000, mis en ligne le 04 mai 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sabix/276

Haut de page

Auteur

Irina Gouzévitch

Ingénieur d’Etude à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals