Navigation – Plan du site

Alfred Sauvy et l’INED

Jacques Magaud
p. 19-20

Texte intégral

1Je voudrais simplement dire que cette journée est importante pour l’INED, pas seulement à cause de l’occasion ainsi donnée de mettre en avant une contribution importante, et méconnue, d’Alfred Sauvy à la recherche, mais aussi parce que cette manifestation est l’occasion de mettre en avant des travaux en cours à l’INED, pour lesquels nous souhaitons plus d’efforts et pour lesquels les liaisons avec l’extérieur nous sont essentielles.

2Je voudrais tout d’abord remercier moi aussi spécifiquement Madame Anne Sauvy parce que sans ses efforts, nous ne disposerions pas de cet ensemble à partir duquel nous espérons - et Monsieur Perrot vient de tracer de très vastes horizons - développer encore des recherches.

3D’abord des recherches sur l’homme Alfred Sauvy : recherches sur la genèse d’une pensée, sur la forme prise par cette intelligence multiforme, cette intelligence modelée par des circonstances économiques, sociales et politiques bien particulières mais que nous retrouvons et que nous retrouverons à travers les choix des textes, les annotations faites, les choix de lecture. Recherches essentielles y compris pour la démographie, recherches essentielles pour comprendre la forte marque laissée par Alfred Sauvy sur cette discipline, conception parfois très naturaliste d’ailleurs, et sur la force qu’il a imprimée à ce que l’on appellerait aujourd’hui l’approche macroéconomique, macrosociale ou macrodémographique, au détriment parfois d’une compréhension des processus plus fins qui n’étaient pas, à son époque, un objet scientifique central.

4Derrière ces recherches sur l’homme, il y a bien sûr des recherches sur les formes prises par la pensée scientifique et son évolution, essentiellement au XVIIIe siècle, pas seulement pour célébrer les précurseurs mais, comme l’ont bien montré la qualité et le succès du récent colloque Quesnay, pour se servir de ces précursseurs afin de mieux comprendre la genèse et l’évolution des formes de pensées les plus modernes. Ceci implique bien évidemment, très matériellement, que nous arrivions ensemble, entre la bibliothèque de l’X et nous, à établir un catalogue, ce qui est prévu. A l’évidence, l’équipe de l’INED qui vient d’être citée, Jacqueline Hecht, Christine Théré, Claude Lévy, Annie Taillerche qui ont déjà beaucoup travaillé sur le fonds, l’ensemble de la bibliothèque de l’INED et son conservateur Françoise Meunier, Martine Deville et Maïté Hély, Marie-Claude Lunazzi, Rosine Morgentaler, pourront donner toutes leurs compétences pour l’établissement de ce travail que nous appelons tous de nos voeux et qui pourra bénéficier de l’expérience de l’équipe de publication réunie autour d’Henri Léridon.

5Je souhaite que ces travaux attendus puissent commencer rapidement. Il va nous falloir établir et saisir toutes ces notes inscrites sur des bouts de papier les plus divers, en long, en large, en travers, au crayon, au stylo à bille, à la plume, de cette petite écriture que nous sommes encore un certain nombre à bien connaître. Il est nécessaire de les saisir directement pour permettre leur exploitation informatique par les futurs chercheurs, et ce sera un des premiers objets de l’année 95.

6Permettez-moi simplement à travers ces souhaits de travaux futurs de revenir rapidement sur les rapports entre l’X et l’INED. Bien sûr ces travaux communs se feront et ils doivent se développer autour de cette dation, dation qui n’est pas encore vraiment un fonds ; nous disposons encore d’éléments de texte qui pourraient être ajoutés à la dation et constituer ainsi un véritable fonds pour l’étude de la pensée scientifique au XVIIIe siècle, de l’histoire des mathématiques, de l’histoire des probabilités, de l’histoire des rapports entre la collecte et l’analyse, le coeur de la démographie.

7Mais je souhaite aussi de relations futures plus larges, liées à des recrutements plus nombreux de chercheurs formés à l’École polytechnique. Nous pouvons, nous souhaitons accueillir en thèse de jeunes X, attirés par la démographie, les mathématiques, les mathématiques appliquées, les probabilités, les statistiques, la génétique, l’économie, les sciences sociales. Le champ est vaste et ils auront des directeurs de thèse compétents pour les encadrer. Je fais cette invite car notre dernier polytechnicien, qui est actuellement à Berkeley, doit être, sauf erreur, de la promotion 80. C’est déjà vieux. L’INED a besoin de jeunes. L’INED, laboratoire d’accueil, peut accueillir, encadrer une dizaine, une douzaine de thésards. L’X est en retard, l’École Normale Supérieure et l’École des Mines nous proposent des candidats de qualité et la balle est dans le camp de Palaiseau. Je souhaite que, à l’occasion de cette cérémonie autour de la dation Sauvy, ce message soit entendu.

Nicolas Brouard, chercheur à l’INED, présente le projet de numérisation1

  • 1  NDLR : Le discours de M. Brouard présente des images numérisées projetées sur l'écran de la salle, (...)

8Je puis vous dire que la dation Sauvy fait partie de notre mémoire collective, et si elle doit être stockée à l’abri des intempéries, des incendies ou pillages et mise à disposition de spécialistes, elle pourrait être lue, consultée dans un avenir proche par un nombre important de citoyens français ou même citoyens du monde, par un système de télécommunication dont on parle beaucoup en ce moment, qui est successeur de notre minitel français, qui s’appelle INTERNET. Vous avez vu, et vous pouvez continuer à voir sur l’écran un certain nombre d’images qui résultent de la numérisation d’une partie des ouvrages de la dation Sauvy. Nous sommes en direct, l’information est sur l’ordinateur de l’INED, sur lequel nous sommes connectés, et ce que vous voyez ici peut être vu en même temps de n’importe quel endroit du monde, des États-Unis, du Canada, d’Australie où j’ai passé quelque temps récemment. Je voudrais surtout, c’est là le but recherché, que cette dation soit accessible au plus grand nombre de chercheurs.

9Mais je voudrais moi aussi vous rappeler qu’Alfred Sauvy était un polytechnicien, donc un « technicien » et il nous a toujours poussés à être à l’affût des nouvelles techniques, en particulier de dissémination d’informations démographiques. Vous allez maintenant voir un exemple de l’utilisation d’Internet pour la présentation d’un ouvrage auquel l’INED a participé et qui s’appelle Population africaine et Sida . La démonstration porte sur la possibilité pour un lecteur de ce document, sur Internet, d’obtenir d’autres figures et d’autres tableaux en modifiant ou en complétant les données et leur exploitation fournies par les auteurs. Nous essayons ainsi de vous présenter ce que pourraient être les livres interactifs à l’usage des chercheurs.
Merci.

Haut de page

Notes

1  NDLR : Le discours de M. Brouard présente des images numérisées projetées sur l'écran de la salle, d'une part un portrait d'Alfred Sauvy, d'autre part des pages d'un livre de la dation, puis un ouvrage interactif réalisé par l'INED.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Magaud, « Alfred Sauvy et l’INED », Bulletin de la Sabix, 13 | 1995, 19-20.

Référence électronique

Jacques Magaud, « Alfred Sauvy et l’INED », Bulletin de la Sabix [En ligne], 13 | 1995, mis en ligne le 12 novembre 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sabix/754

Haut de page

Auteur

Jacques Magaud

Directeur de l’INED

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals